Archive pour le Tag 'Ménard'

FN : un champ de ruines à cause de Marine le Pen (Ménard)

FN : un champ de ruines à cause de Marine le Pen (Ménard)

 

C’est sans doute la première fois qu’un proche Front National met en cause la personnalité même de Marine Le Pen dont  le profil serait incapable de permettre  la victoire présidentielle. Le maire de Béziers, Robert Ménard, en profite aussi pour attaquer  nombre de membres de la direction notamment Filippot à qui  il reproche son obstination  concernant la sortie de l’euro. Robert Ménard met ainsi les pieds dans le plat et soulève les limites de la responsable actuelle du  front national. Une évidence notamment après le lamentable débat avec Macron. Une difficulté toutefois le front national est une entreprise familiale qui appartient de fait aux Le Pen. Seule peut-être Marion Maréchal Le Pen qui a pris du camp en s’éloignant du parti pourrait résoudre l’équation que pose Robert Ménard. Robert Ménard, qui gravite dans la galaxie FN sans en être adhérent, décrit dans ce texte le « cauchemar » que traverse selon lui un parti réduit à un « champ de ruines » et met en cause ouvertement Marine Le Pen. « Le problème – personne, dans les rangs du FN, n’ose le dire à haute voix mais beaucoup le répètent en catimini -, c’est qu’après le débat calamiteux, tant sur la forme que sur le fond, qui hante encore nos discussions, on est en droit de s’interroger: si Marine Le Pen a su sortir le FN de l’attitude uniquement protestataire où le cantonnait son père, est-elle aujourd’hui en position de le porter au pouvoir? », écrit le maire de Béziers. Il fait ainsi référence à la prestation de la présidente du FN lors du débat d’entre-deux-tours de la présidentielle, qui l’avait opposée à Emmanuel Macron. Les échecs de la présidentielle (33,9% au second tour) et des législatives (huit députés dont deux apparentés, Gilbert Collard et Emmanuelle Ménard, épouse du maire de Béziers) ont attisé les tensions au FN mais les critiques étaient jusqu’ici restées plus feutrées. « Si nous jetions par dessus bord nos dirigeants, nos idéologues, nos stratèges en chambre ? », propose Robert Ménard.

Béziers: Ménard veut encore montrer son cul

Béziers: Ménard veut encore montrer son cul

Tout est bon pour l’exhibitionniste Robert Ménard pour se manifester dans le champ médiatique. Après avoir voulu imposer une carte d’identité au chien avec l’ADN, il prend cette fois  le thème raciste pour se faire entendre.  à cette fin il a engagé une campagne d’affichage provocatrice sur le thème : « ils arrivent ». En outre il veut lui aussi son petit référendum sur l’accueil des réfugiés. Un référendum qui juridiquement sera illégal mais peu importe on aura satisfait l’go de Robert Ménard qui se veut sans doute le petit Trump par la taille politique mais tout aussi grand sur le plan du ridicule, de la haine et du racisme. La consultation aurait lieu le 8 janvier 2017 et serait votée en conseil municipal le 18 octobre, après l’annonce de l’agrandissement du centre d’accueil des demandeurs d’asile dans la commune. « La préfecture de l’Hérault n’a pas jugé utile d’informer le maire de cette augmentation », déplore Robert Ménard. Deux centres pour les réfugiés sont actuellement présents à Béziers, d’une capacité de 80 et 50 places. Géré par la Cimade, le second doit être agrandi. La question du référendum serait :  »Approuvez-vous l’installation de nouveaux migrants, imposée par l’Etat, sans consultation du conseil municipal ? », selon nos confrères. En parallèle, des affiches représentant des hommes barbus présentés comme des migrants qui « arrivent » dans le « centre-ville » de Béziers ont été placardées par la mairie. Ces affiches ont aussitôt été signalées à la justice par le gouvernement et SOS Racisme. Sur les affiches, on peut lire: « Ça y est ils arrivent… Les migrants dans notre centre-ville. » La photo, représentant des hommes de dos devant la cathédrale Saint-Nazaire de la ville, est surmontée de la phrase: « L’État nous les impose ».  La délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Dilcra) a saisi le procureur de la République de Béziers devant « ce qui constitue de manière flagrante une provocation à la haine », a-t-elle annoncé ce soir dans un communiqué.  »Dans la période que nous connaissons, les ciblages répétés de personnes ou de groupes à raison de leur origine ou de leur croyance, ne saurait être acceptée. Elle est d’autant plus grave lorsqu’elle est le fait d’un élu de la République », souligne la Dilcra.

(Avec Agences)

La justice condamne le fichier S que voulait Ménard pour les chiens

La justice condamne le fichier S que voulait Ménard pour les chiens

 

Ménard voulait créer un fichier S pour le terrorisme dont sont responsables les chiens qui détectent sur les trottoirs. Le tribunal administratif de Montpellier a retoqué la proposition du  maire de Béziers élu avec le soutien du Front national, de ficher l’ADN des chiens pour lutter contre les déjections canines, afin de verbaliser leurs propriétaires. Votée le 2 juin, la délibération avait été immédiatement attaquée par le sous-préfet de Béziers devant le tribunal administratif, au nom des libertés individuelles. Le juge des référés n’a pas jugé l’affaire sur le fond. Il estime que l’arrêté pris par la municipalité biterroise « n’a pas pour but de préserver l’ordre public ou de prévenir les infractions, mais possède un caractère purement répressif ». Selon la justice, « la mesure n’entre pas dans le champ des pouvoirs de police administrative générale du maire ». L’affaire sera traitée sur le fond ultérieurement.

Le maire de Béziers est habitué aux décisions médiatiques et polémiques. En juillet, l’arrêté concernant la création d’une garde biterroise, qualifiée de milices par les opposants aux maires, avait également été retoqué par le tribunal administratif de Montpellier. Visiblement Ménard est en mal existentiel. Il faudra trouver une autre idée pour exister médiatiquement. Pourquoi pas un fichier S pour les vieux qui puent avec prise d’ADN.

Clash entre le FN et Robert Ménard

Clash entre le FN et Robert Ménard

 

Ménard l’exhibitionniste qui cherche par tous les moyens à faire parler de lui a cette fois été sanctionné par le FN qui a quitté la réunion qu’il organisait. Ménard joue en effet sur toutes les ambigüités en se réclamant du FN mais sans en être et en voulant le concurrencer en lançant un hypothétique mouvement d’union des droites. Pire Ménard a indiqué qu’il ne donnerait pas de consigne de vote en faveur de Marine Le Pen. Un crime de lèse majesté ! Le tort de Ménard c’est évidemment depuis qu’il est maire de Béziers de se prendre pour un leader au destin national alors qu’il se distingue surtout par des propositions anachroniques et souvent condamnables comme par exemple quand il veut imposer une carte d’identité avec ADN des chiens pour lutter contre les crottes de chiens ! Les élus Front national Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard ont claqué samedi la porte d’un colloque organisé à Béziers (Hérault) par le maire de la ville, Robert Ménard, proche du FN, pour promouvoir une union des droites. Cause de cet accès de mauvaise humeur, une petite phrase de l’ancien journaliste, qui a déclaré samedi matin ne pas vouloir faire du « mouvement citoyen » qu’il lançait ce week-end, « Oz ta droite », le « marchepied » du FN et de sa présidente Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle de 2017. « Il ne s’agit pas d’être le marchepied d’un candidat » ni « le marchepied de personne », a-t-il dit à plusieurs reprises aux journalistes qui lui demandaient si ce « rendez-vous de Béziers » visait à préparer la candidature de Marine Le Pen. « Il n’y aura pas de consigne de vote », a-t-il ajouté. La nièce de Marine Le Pen, Marion Maréchal-Le Pen, venue à la tête d’une délégation du parti d’extrême-droite, avait déjà laissé percer son irritation vendredi. « Je ne suis pas venue pour inaugurer un mouvement dissident du FN », avait déclaré la députée du Vaucluse. La sortie de Robert Ménard, samedi matin, a été la goutte de trop: elle a quitté brusquement le colloque à la mi-journée avec le député FN Gilbert Collard, non sans lâcher devant des journalistes une nouvelle salve à l’adresse du maire de Béziers. Gilbert Collard a pour sa part regretté « une maladresse lourde, grave » et rappelé que Robert Ménard avait bénéficié du soutien du FN lors de son élection à la mairie de Béziers. « Il aurait pu faire l’économie de cette phrase, qui est discourtoise à notre égard et qui occulte le fait que s’il est le maire de Béziers, c’est en grande partie grâce à nous. »

(Avec Reuters)

 

Robert Ménard-Béziers : un plan de lutte pour lutter contre le terrorisme des crottes de chien !!!

Robert Ménard-Béziers : un plan de lutte pour lutter contre le terrorisme des crottes de chien !!!

 

 

Robert Ménard champion toute catégorie de l’exhibitionnisme politique à défaut de montrer son cul s’attaque à celui des chiens en voulant ficher leur ADN. Objectif : combattre le terrorisme des crottes de chien. Dans le contexte actuel évidemment une priorité qui devrait même être nationale. Pourquoi pas d’ailleurs un ministère des crottes de chien qui pourrait être dévolu à Robert Ménard après les élections de 2017. On comprend évidemment que les urbains soient particulièrement incommodées par le comportement de certains propriétaires de chiens et qu’il faille de ce point de vue exiger davantage de responsabilité, d’hygiène et tout simplement de respect vis-à-vis des usagers de l’espace Viaire. Pour autant la proposition de Ménard est comme d’habitude exorbitante et ubuesque. Mais c’est précisément son objectif afin de répandre le brouhaha médiatique de l’inénarrable Robert Ménard. Dans un article récent ne nous indiquions que privé de garde nationale par la justice, Ménard allait  devoir trouver encore autre chose pour médiatiser ses outrances exhibitionnistes. Au point de ridicule où il en est il pourrait montrer son cul ou son slip  tricolore.  Le tribunal administratif de Montpellier avait en effet  suspend la création de cette milice, décidée en décembre par délibération du conseil municipal, présidée par Robert Ménard. Cette garde controversée devait regrouper « des citoyens volontaires, dont l’expérience et la qualification (anciens gendarmes, militaires, policiers ou sapeurs-pompiers à la retraite) les amènent à apporter leur aide à la collectivité dans un contexte marqué par l’état d’urgence imposées une carte d’identité avec ADN ce », selon le texte voté en mairie. Le préfet Pierre de Bousquet avait déjà demandé au maire de Béziers de renoncer à cette initiative et déposé deux recours. Votre phobie de Ménard celles visant à interdire les kebabs en centre-ville. Évidemment cette  posture extrémiste est destinée à attirer les médias sur Ménard qui souffre d’une pathologie médiatique chronique. Ménard fait tout, même dans l’ignominie, pour qu’on parle de lui. S’il le fallait il pourrait même montrer son cul pour qu’on voit sa tête à la  une des médias,  les deux parties de son anatomie affichant le même profil intellectuel et moral. L’humour est donc parfois la meilleure réponse aux délires extrémistes. Robert Ménard, le maire d’extrême droite de Béziers, s’est en effet mis en effet  en tête d’empêcher l’installation en centre ville de ces kébabs qui lui donnent des indigestions culturelles». La dernière lubie de Robert Ménard visant à imposer une carte d’identité avec ADN pour chaque chien connaîtra sans doute même succès que les précédentes révolutions proposées. Mais l’essentiel c’est que Robert Ménard ait encore réussi à faire parler de lui !

Privé de garde nationale Ménard va réagir …. En montrant son cul ?

Privé de garde nationale Ménard va réagir …. En montrant son cul ?

 

Privé de garde nationale par la justice, Ménard va devoir trouver encore autre chose pour médiatiser ses outrances exhibitionnistes. Au point de ridicule où il en est il pourrait montrer son cul ou son slip  tricolore Il ne devrait pas y avoir de « garde biterroise » à Béziers (Hérault). Le tribunal administratif de Montpellier a suspendu, mardi, la création de cette milice, décidée en décembre par délibération du conseil municipal, présidée par Robert Ménard. Cette garde controversée devait regrouper « des citoyens volontaires, dont l’expérience et la qualification (anciens gendarmes, militaires, policiers ou sapeurs-pompiers à la retraite) les amènent à apporter leur aide à la collectivité dans un contexte marqué par l’état d’urgence », selon le texte voté en mairie. Le préfet Pierre de Bousquet avait déjà demandé au maire de Béziers de renoncer à cette initiative et déposé deux recours. Un référé en urgence pour s’assurer que la décision ne s’applique pas a été approuvé mardi. L’autre recours demandant l’annulation définitive de la décision municipale doit encore être examiné. Le maire de Béziers saute sur toutes les occasions pour combler son vide existentiel et pour cela il innove en permanence en matière d’ingénierie raciste. Cette fois il veut interdire les kebabs en centre-ville. Évidemment cette  posture extrémiste est destinée à attirer les médias sur Ménard qui souffre d’une pathologie médiatique chronique. Ménard fait tout, même dans l’ignominie, pour qu’on parle de lui. S’il le fallait il pourrait même montrer son cul pour qu’on voit sa tête à la  une des médias,  les deux parties de son anatomie affichant le même profil intellectuel et moral. L’humour est donc parfois la meilleure réponse aux délires extrémistes. Robert Ménard, le maire d’extrême droite de Béziers, s’est en effet mis en effet  en tête d’empêcher l’installation en centre ville de ces kébabs qui lui donnent des indigestions culturelles».

Béziers : Ménard montre encore son cul !

Béziers : Ménard montre encore  son cul !

Il y a maintenant presque deux ou trois jours que Ménard n’avait pas faits parler de lui, une sorte d’éternité médiatique chez celui qui fait de l’apparence outrancière l’essentiel de son programme politique. On sait que certains musulmans à Béziers comme ailleurs ont décidé d’apporter une protection très symbolique pendant la messe de Noël dans les églises catholiques. Une sorte de geste d’apaisement et de compassion à l’égard de la communauté catholique. Un geste évidemment très temporaire mais qui a suscité la colère de l’inénarrable maire de Béziers Robert Ménard. Ce dernier fait rarement dans la dentelle dialectique, il  a même comparé ces musulmans à des « pompiers pyromanes ». En outre il compare cette « garde musulmane »  à la milice civile qu’il voulait installer de manière permanente dans sa municipalité. De toute manière pour Ménard c’est la forme fut-elle ridicule et vulgaire qui l’emporte toujours sur le fond de culotte d’où émane sans doute sa pensée. Il montre son cul et c’est bien là l’essentiel. Dans un communiqué intitulé « »Garde musulmane » : que fait l’Etat ?» et publié sur la page Facebook de la ville de Béziers, Robert Ménard s’en prend à ce qu’il nomme des «patrouilles musulmanes» et annonce qu’il va saisir la préfecture à ce sujet. «Ainsi donc la messe de Noël à l’église de La Devèze s’est tenue sous la prétendue « protection » d’un groupe de musulmans, écrit-il. Ainsi donc ce même groupe s’est rendu ensuite à la cathédrale pour se livrer aux mêmes simagrées médiatiques. Ainsi donc ce groupe de musulmans était dirigé par deux activistes connus pour leur engagement fondamentaliste et anti-israélien (…) Dans quel pays vit-on ? Où est passée la France ? Que fait, que dit l’Etat ? Le Préfet ?»  Habitué des polémiques, le maire de Béziers ironise ensuite sur la nécessité de l’initiative des musulmans de la ville : «Une garde musulmane « protégeant » une église catholique. Contre qui ? Des hordes de moines bouddhistes ? Des chamans sibériens ?» «Depuis quand les pyromanes protègent des incendies ?» s’interroge finalement le cofondateur de Reporters sans frontières, comparant ainsi les musulmans à des «pompiers pyromanes». Robert Ménard évoque également la «garde biterroise» qu’il souhaitait lancer en faisant appel à des citoyens volontaires et dont la légalité est actuellement contestée par la préfecture. Dans son message, il critique ainsi «un Etat si prompt à réagir pour empêcher la mise en place de la garde biterroise mais bien silencieux lorsqu’il s’agit d’une « garde musulmane »». Ces propos ont suscité de nombreux commentaires négatifs d’internautes choqués. Ce qui n’a pas empêché le maire de Béziers d’enfoncer le clou en dénonçant sur Twitter «un avant-gout de libanisation de la France».

L’hommage aux victimes du terrorisme : un concours de bougies » (Ménard)

L’hommage aux victimes du terrorisme : un concours de bougies » (Ménard)

Encore une déclaration odieuse de l’exhibitionniste maire de Béziers, Robert Ménard. Un personnage toujours prêt à tout faire pour exister médiatiquement. Si c’était nécessaire il montrerait sans doute son cul pour passer à la télé. Cette fois il compare l’hommage aux victimes des attentats à un concours de bougies. On attend là le sommet de la bêtise, de l’immonde et de l’abomination. Ménard n’hésite pas à cracher sur la famille des victimes, leurs amis et tous ceux  qui manifestent  leur compassion en déposant des bougies près des lieux d’attentats place de la république. Le maire de Béziers, Robert Ménard, s’était auparavant exprimé à la tribune toulonnaise, sur la même thématique. « Je veux retrouver notre France, celle de Louis XIV, de Napoléon, et celle, si le ministère de l’Intérieur me l’autorise, de Charles Martel (souverain des Francs qui a affronté les armées musulmanes lors de la bataille de Poitiers en 732, ndlr), a-t-il lancé. Un rappel à l’histoire qui démontre combien l’intéressé est inculte car les époques qu’il évoque n’ont rien de comparables.  «  »Nous sommes rongés de l’intérieur (et) on voudrait que l’on n’ait pas envie de vomir », a ajouté l’ancien journaliste, en se moquant de ceux qui « se contentent d’aller résister en buvant un café à la terrasse d’un bistrot ou en faisant des concours de bougies ». Et de poursuivre: « Aucune de ces réactions collectives n’a été ou n’est à la hauteur, (…) imaginons les Français de 1916 se promenant avec un papier ‘je suis Verdun’ ». Par extension on pourrait aussi proposer à tous les abrutis d’être signalé par une pancarte « je suis Ménard ».

 

Quand Ménard va-t-il montrer son cul ?

Quand Ménard va-t-il montrer son cul ?

 

Le maire de Béziers saute sur toutes les occasions pour combler son vide existentiel et pour cela il innove en permanence en matière d’ingénierie raciste. Cette fois il veut interdire les kebabs en centre-ville. Évidemment cette  posture extrémiste est destinée à attirer les médias sur Ménard qui souffre d’une pathologie médiatique chronique. Ménard fait tout, même dans l’ignominie, pour qu’on parle de lui. S’il le fallait il pourrait même montrer son cul pour qu’on voit sa tête à la  une des médias,  les deux parties de son anatomie affichant le même profil intellectuel et moral. L’humour est donc parfois la meilleure réponse aux délires extrémistes. Robert Ménard, le maire d’extrême droite de Béziers, s’est en effet mis en effet  en tête d’empêcher l’installation en centre ville de ces kébabs qui lui donnent des indigestions culturelles car, a-t-il précisé : « Nous sommes dans un pays de tradition judéo-chrétienne ».

Ménard tend un piège à Morano

Ménard tend un piège à Morano

L’inénarrable Ménard, maire de Béziers saisit toues les occasions pour faire parer de lui. Cette fois il propose une alliance avec Nadine Morano, une alliance piège !  Nadine Morano est en effet attendue jeudi à Béziers, pour une réunion publique avec des militants et des sympathisants de son parti, Les Républicains. Le maire de la ville, Robert Ménard, en a profité pour proposer une rencontre, voire une alliance.  « Elle m’a appelé pour me prévenir qu’elle serait là. Je lui ai dit que j’étais très content qu’elle vienne, que c’était une bonne idée a expliqué le maire apparenté FN. Nadine Morano, à qui Les Républicains ont retiré son investiture pour mener la liste du parti en Moselle pour les régionales, se rend dans la ville de Robert Ménard quelques semaines après Nicolas Sarkozy. Le président du parti était alors revenu sur la polémique suscitée par la députée européenne avec ses commentaires sur la « race blanche » supposée des Français, se distanciant de nouveau de la position de son ancienne protégée.  Robert Ménard estime, lui, que ces propos sont « encore plus pertinents et justifiés aujourd’hui qu’ils ne l’étaient il y a 50 ans », rapporte le Figaro. Il revient sur sa proposition d’alliance : « Je lui ai dit qu’il serait temps de regrouper tous les gens qui pensent comme nous que la France est grande, et surpasser les postures qui interdisent de parler à tel ou tel ». L’ancienne ministre du gouvernement Fillon pour l’instant pas confirmé qu’elle rencontrerait le maire de Béziers.

Béziers : menaces de mort sur des opposants à Ménard

Béziers : menaces de mort sur des opposants à Ménard

<:figure>Aimé Couquet et les deux militants Linda Mendy-Hamdani et Mehdi Roland ont reçu une lettre de menaces de mort, rapporte samedi 24 octobre Midi Libre. Envoyé au siège du Parti communiste biterrois le 21 octobre, le courrier, insultant et truffé de fautes d’orthographe, affiche une du Klu Klux Klan en en-tête. Connus pour s’être opposés au maire de Béziers proche du Front national notamment sur la question des réfugiés syriens, les trois personnes visées avaient par ailleurs été qualifiées de « militants de la haine » dans le bulletin municipal du 15 octobre, rapporte Metronews.   Pour Aimé Couquet, aucun doute : il y un lien direct entre son engagement et ces menaces : « Par ses propos et ses interventions musclées, le maire de Béziers crée dans notre ville un climat délétère, de suspicion et de dénonciation. Peut-être cela pèse-t-il dans le comportement de certains individus qui croient que tout est permis ? Ce n’est pas cela qui nous fera reculer dans notre résistance ». Il a refusé de porter plainte, au contraire de Mehdi Roland qui dit vouloir étudier le cas avec son avocat selon le quotidien régional. Des propos qui n’ont pas manqué de faire réagir le maire de Béziers. S’il condamne le courrier, « le fait d’abrutis », il considère qu’utiliser cette histoire à des fins politiques est « minable ». « Je ne rends personne responsable des graffitis me visant. Aimé Couquet a une attitude minable. Si ces faits sont graves, on commence par porter plainte avant de prévenir la presse.

Migrants : « ils arrivent » à Béziers (Ménard)

Migrants : « ils arrivent » à Béziers (Ménard)

Robert Ménard, le fantasque et sulfureux maire de Béziers assume totalement le choix d’une photo truquée de l’AFP qui fait apparaître Béziers comme la destination des migrants ; L’A FP a d’ailleurs porté l’affaire en justice pour ce détournement de photo. « Ils arrivent », titre le journal municipal de Béziers (Hérault), reprenant et détournant une photo de l’AFP pour illustrer son dernier numéro consacré au « scandale des migrants ». En une, on y voit des hommes, des femmes et des enfants attendre devant un wagon. Sur les vitres, deux affiches mentionnent : « Béziers 3.865km. Scolarité gratuite, hébergements et allocations pour tous. » Robert Ménard n’en est pas à son premier coup d’essai médiatique, tout est bon pour qu’on parle de lui et si c’était nécessaire il pourrait sans doute aussi montrer son cul. Ce qu’il fait d’une certaine manière en utilisant les méthodes les plus nauséabondes pour renforcer la peur de citoyens paumés. Pourtant Ménard ancien journal liste connaît la déontologie du métier. Il approuve cependant la manipulation de la photo qui fait là une du bulletin municipal. Une pratique illégale en vertu du droit au respect de l’œuvre de l’auteur. Contacté par Arrêt sur images, le service juridique de l’AFP a déclaré s’être « saisi de l’affaire ». Ajoutant : « On ne se laissera pas faire. » Interrogé sur France Info, le patron du service photo de l’agence, Eric Baradat, a dénoncé une pratique intolérable :  »Ils ont fait une utilisation honteuse de l’image et une modification que nos clients ne se permettent jamais de faire (…) Ils l’ont maquillée à la nord-coréenne. » De son côté, le maire de Béziers Robert Ménard a déclaré, jeudi matin sur RMC, assumer « totalement » le choix de sa une, balayant les accusations autour du montage photo : « Qu’on arrête de dire que c’est un problème de détournement de photo. C’est un problème politique. »

Ménard : tout faire pour montrer son cul et son racisme

 Ménard : tout faire pour montrer son cul et son racisme

 

Pour Ménard c’est une obsession, il est victime d’une pathologie bien connue :montrer son cul le plus souvent possible et pour cela s’appuyer sur ses opinions iconoclastes RACISTES ; Il a encore réitéré sa volonté de procéder à des statistiques religieuses. Certes Ménard s’appuie sur ses convictions racistes mais cela sert son  égo complètement démesuré.  Rony Brauman, autre cofondateur de RSF qui quitte l’organisation en 1995, dénonce, pour sa part, l’autoritarisme de Ménard à la tête de l’ONG : « J’ai vu l’autre Ménard, le petit tyran domestique, sortir de sa chrysalide. Il a un ego exagérément enflé, qui le pousse à être excessif. » Alla Lazaréva, ancienne correspondante de RSF, tient des propos similaires : « Monsieur Ménard aspire trop à substituer sa propre personne à la cause entière de la liberté de la presse. » Toues les causes, tous les combats sosnt valables pour Ménard du moment où il peut faire parler de lui. Robert Ménard déclarait au début du mois de mai qu’il y avait « 64,6% » d’élèves de confession musulmane dans les écoles publiques de Béziers » en se fondant sur leur prénom. Il a fait scandale en accréditant l’idée d’un fichage religieux des élèves. Le maire se défend d’un fichage, interdit par la loi française, mais a réaffirmé lundi avant la conférence qu’il était « favorable aux statistiques ethniques ».  « Je dis ce qui est, que cela plaise ou non, on s’interroge sur ma méthode au lieu de se demander: que faire pour l’intégration, pour l’assimilation », a-t-il déclaré. « Il y a une école où on trouve 90% de ces enfants, leurs parents aspirent à la diversité, je propose de séparer cette école en trois et d’attirer des gens d’autres milieux« , a-t-il ajouté. Egalement interrogé au début du débat, Abdellatif Mellouki a au contraire déploré « qu’on divise les Français en catégories, comme dans les années 40« .  »C’est déplorable de venir propager les idées xénophobes dans la quatrième ville de France, de voir ces langues se délier pour dire que nos enfants sont musulmans avant d’être français: ils sont chez eux ces enfants« , a-t-il déclaré  à l’AFP.  Le Parti de gauche et la Ligue des Droits de l’homme (LDH) avaient dénoncé le fait que le maire UMP de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, ait accordé une salle municipale à l’association « face à face », qui a invité Robert Ménard quelques mois après avoir reçu le journaliste et polémiste Eric Zemmour. La mairie avait interdit le 31 mars une réunion du NPA qui devait accueillir un responsable sud-africain de l’association BDS favorable au boycott d’Israël.  Le locataire du Capitole a rétorqué dans un communiqué que la réunion du NPA le 31 mars se tenait « autour de personnes condamnées pour discrimination et incitations à la haine raciale« , alors que le maire de Béziers « n’a pas fait à ce jour l’objet d’une telle condamnation ». 

Béziers : Ménard la provocation permanente

Béziers : Ménard la provocation permanente

 

Ménard, un provocateur exhibitionniste qui saisit toutes les occasions pour exister médiatiquement. Le Maire de Béziers est un spécialiste du buzz quitte à affirmer uen chose et son contraire. Une manière de faire parler deux fois de lui.  Par exemple quand il a affirmé effectuer des statistiques sur les enfants supposés musulmans puis qui s’est rétracté ensuite.  Il avait pourtant dit lundi disposer de statistiques sur l’appartenance religieuse des enfants scolarisés dans sa commune – 64,6% d’entre eux seraient musulmans. Robert Ménard a estimé mardi qu’il voyait dans cette polémique le reflet d’un « problème avec l’immigration » et invoqué l’absence de maîtrise du français des parents de ces enfants, qu’il voudrait « aider » grâce à ses méthodes. C’est la ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem, qui a demandé à la rectrice de Montpellier de saisir la procureur « pour protéger les élèves (…) et mettre un terme immédiat à cette pratique qui attente à la République. » « L’esprit de 1939 est de retour, les mêmes vieux démons et ces balafres faites à la République. La même lâcheté sur des enfants », a réagi pour sa part la ministre de la Justice, Christiane Taubira, sur Twitter. Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, évoque un « climat de guerre civile verbale » qui « mine notre cohésion nationale ». Gérald Darmanin, député UMP et porte-parole de Nicolas Sarkozy durant la campagne pour la présidence du parti, écrit sur les réseaux sociaux que son second prénom est Moussa et interroge : « Enfant dans votre ville, aurais-je été fiché ? » L’association SOS Racisme dit étudier « les recours juridiques pour faire cesser ce fichage ethnique ». Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) établit un parallèle entre le fichage des juifs en 1940 et l’initiative de Robert Ménard. La FCPE, première fédération de parents d’élèves, souligne que « ces mêmes procédés, stigmatisant des citoyens, ont conduit par le passé à l’horreur ». La loi du 6 janvier 1978 précise qu’il est interdit de « collecter ou de traiter des données à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques ».

 

Béziers : Ménard fiche les musulmans de sa ville

Béziers : Ménard fiche les musulmans de sa ville

 

Ménard qui ne sait plus quoi faire pour occuper la une et se montrer plus à droite que l’extrême droite innove en fichant les musulmans à Béziers. Histoire de faire le buzz et de bien affirmer son positionnement politique. «Robert Ménard dit qu’il y a 64,6% d’enfants de confession musulmane à Béziers. Mais il les tient d’où, ces statistiques ?» «Ce sont les chiffres de ma mairie. Pardon de vous dire que le maire a les noms, classe par classe, des enfants. Je sais que je n’ai pas le droit mais on le fait.» Selon Robert Ménard, «les prénoms disent les confessions. Dire l’inverse, c’est nier une évidence.» Sur le plateau, la conseillère d’Île-de-France Rama Yade et la conseillère de Paris Clémentine Autain semblent s’en offusquer mais l’émission se termine dans le brouhaha. Le débat a toutefois continué tard dans la nuit sur Twitter. Ce mardi matin, invité de BFM TV, l’ancien journaliste persiste et signe. Robert Ménard regrette «qu’on parle du thermomètre» et «pas de ce qu’il en est» mais il assume : «Je fais le tour des écoles et je constate ce qu’il en est. Pour les aider. (…) On n’établit aucune liste mais on essaie de savoir ce qu’il en est pour peser les conséquences.» A Béziers, ces constats sont sans appel : «Dans certaines écoles, il y a plus de 80% d’enfants immigrés, presque 100%, là vous n’intégrez plus personne! (…) Les 2/3 des élèves en maternelle et collège, dans le public, sont des enfants issus de l’immigration : c’est trop!» Et d’expliquer : «Quand vous avez une majorité de mamans qui ne parlent pas français, quand vous n’avez pas les codes de l’école, vous êtes pénalisé. La seule chose qui m’intéresse, c’est le quotidien des Biterrois. (…) Il faut donner des moyens. Quand le soir des cours de Turcs sont donnés… Je préfèrerais donner des cours à des mamans qui ne parlent pas français pour qu’elles comprennent le cahier de classe», poursuit-il. Bien au delà du cas de Béziers, «oui, il y a trop d’immigration en France. Il faut qu’on arrête d’ouvrir nos frontières» Et d’évoquer les milliers de «malheureux recueillis ce week-end en Méditerranée» à qui on ne doit «pas faire autant de cadeau». «La solution, c’est de voir comment on fait pour qu’ils restent chez eux.»
 

Béziers : Ménard va montrer son cul !

Béziers : Ménard va montrer son cul

 

IL y a bien sûr des intentions politiques chez Ménard qui veut rebaptiser uen rue au nom d’un officier qui a voulu renverser la république en 1961 mais surtout uen volonté maladive d’occuper l’espace médiatique, de provoquer. La prochaine c’est sût il va monter son cul si c’est nécessaire ou participer à l’émission télé de D8 « Tous à poil ». On va parler de lui, c’est l’essentiel pour cet  opportuniste mégalo d’abord proche des milieux anarchistes puis trotskistes et   à la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), de 1973 à 1979. Au courant du CERES, l’aile gauche du PS ensuite pour Bayrou, Dupont ST Aignan, Sarkozy  finalement rallié  du front national.  Ménard a décidé de donner à une rue de Béziers  le nom d’un des officiers qui avaient tenté de renverser la République française en avril 1961.  Soutenu par l’extrême droite, le maire de Béziers, Robert Ménard, a décidé hier de débaptiser une rue de sa ville pour la renommer avec le nom d’un des officiers qui avaient tenté de renverser la République française en avril 1961 et partisan de l’Algérie française, le commandant Elie Denoix de Saint-Marc. La rue existe depuis 36 ans et, officiellement, elle correspond à la date du cessez-le-feu en Algérie. Une décision considérée comme une injure par les anciens combattants de la FNACA, qui regroupe notamment les appelés du contingent envoyés en Algérie jusqu’à l’indépendance du pays en 1962. En juillet dernier, Robert Ménard s’était déjà recueilli devant la stèle biterroise à la mémoire de l’OAS, l’Organisation de l’armée secrète. Mais l’homme se défend d’être un nostalgique de l’Algérie française : « Je ne suis pas nostalgique de l’Algérie française, je suis nostalgique d’une histoire qui dirait la vérité. Entre le 19 mars 1962 et l’indépendance au mois de juillet il y a eu des milliers de gens qui ont disparu, de Harkis qui auraient été tués, assassinés…« , explique Robert Ménard. Le tribunal administratif a été saisi par le Parti communiste pour abus de pouvoir sur ce changement de nom.

Police Béziers : Ménard pète les plombs

Police Béziers : Ménard pète les plombs

 

Entre  l’angélisme des militants du vivre ensemble et les fachos, il y a un fossé qui sera difficile à combler. Coté angéliques, on se refuse à voir la réalité , du coup on se refugie dans une société virtuelle, coté facho, on sollicite les plus bas instincts . Ce que vient de faire Robert Ménard, maire de Béziers qui a placardé dans toute la ville une affiche avec ce slogan ‘ le pistolet, le nouvel ami de la police’ un pistolet avec écusson tricolore. Pas seulement du mauvais goût , irresponsable ; sil est pertinent d’équiper la police municipale avec des armes.   Cette provocation est inutile, idiote et contreproductive mais lui permet surtout de faire parler de lui, Ménard dont l’égo constitue l’essentiel de son idéologie ne s’embarrasse pas de convictions très affirmées ; D’abord anarchiste ,puis gauchiste, il bénéficie des amitiés du PS et de Mitterrand avant de passer à droite, même à l’extrême droite. Paris vaut bien une messe et Béziers un retournement de veste. Ce e qui  est désespérant dans l’attitude de ce maire c’est qu’il confirme qu’en fait en démocratie le choix se résume souvent  entre des apparatchiks et des aventuriers ( l’un n’excluant pas l’autre dans certains cas). Avec le discrédit,  qui pèse sur l’ensemble du système politique notamment sur le PS et l’UMP, on risque de voir émerger cet espèce de responsable hybride, produit médiatique aux convictions nombriliques, se vautrant dans le populisme les plus vulgaire   et prêt même montrer leur cul pour exister. Notons que  Depuis son élection en mars dernier, Robert Ménard a créé de nombreuses polémiques, du changement d’un nom de rue pour l’attribuer à l’un des militaires du putsch des généraux à Alger, en passant par le couvre-feu pour les mineurs.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol