Archive pour le Tag 'même'

Nétanyahou et le Hamas dans le même sac pour la CPI

Nétanyahou et le Hamas dans le même sac pour la CPI

 

Le procureur général de la Cour pénale internationale a requis lundi 20 mai des mandats d’arrêt pour «crimes de guerre» à Gaza. Une décision accueillie avec beaucoup de colère coté  autorités israéliennes.

 
Karim Khan, procureur général de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, a demandé aux juges de ce tribunal d’émettre des arrêts internationaux à l’encontre de Benyamin Netanyahou, le chef du gouvernement israélien, et dans le même moment de réserver le même sort au Hamas à savoir  Ismaël Haniyeh, le chef du bureau politique, et Mohammed Deïf, qui dirige la branche armée de l’organisation islamiste après les massacres commis par des commandos islamistes le 7 octobre dans le sud d’Israël et la prise de 245 otages, dont 132 sont encore détenus dans la bande de Gaza.

Une décision du procureur qui va sans doute susciter de nombreuses polémiques.

Nouvelle-Calédonie : toujours le même problème de nationalité

Nouvelle-Calédonie : toujours le même problème de nationalité
Il est clair que l’extension du corps électoral risque de  diluer la représentation kanaks. Le problème c’est que même ceux qui ont plus de 10 ans de présence sont exclus des élections de Nouvelle-Calédonie. Depuis l’accord de Nouméa du 5 mai 1998, le corps électoral est gelé en Nouvelle-Calédonie. Alors qu’évidemment en 25 ans la population a évolué. Le droit de vote pour les élections provinciales ou les référendums sur l’archipel est réservé aux personnes disposant de la citoyenneté calédonienne selon certaines conditions. Il faut, par exemple, avoir résidé en Nouvelle-Calédonie entre 1988 et 1998 ou être l’enfant d’un parent ayant été dans cette situation pour participer au scrutin, rappelle Outre-mer La 1ère.

Ces modalités visent à maintenir une meilleure représentation des Kanaks, peuple autochtone de plus en plus minoritaire en Nouvelle-Calédonie.Mais  près d’un électeur sur cinq est aujourd’hui privé de droit de vote dans le territoire.

La réforme constitutionnelle vise donc à dégeler le corps électoral, et à ouvrir les élections aux résidents installés depuis au moins dix ans en Nouvelle-Calédonie. « Chacun constate que le corps électoral gelé n’est plus conforme aux principes de la démocratie », a commenté le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui s’est rendu à de multiples reprises dans l’archipel ces dernières années.

Foot PSG et ligue des champions : toujours la même rengaine pour expliquer les défaites

Foot PSG et ligue des champions : toujours la même rengaine pour expliquer les défaites

 

C’est maintenant un rituel qui ne change guère chaque année : on reprend les mêmes arguments pour tenter d’expliquer le nouvel échec de l’équipe parisienne en ligue des champions. Pourtant tout cela était encore cette année largement prévisible. Les facteurs des faiblesses françaises sont en effet structurels. Il y a d’abord un championnat qui n’est pas du tout à la hauteur de celui des voisins britanniques, espagnols, allemands voire italiens. Pour schématiser on a l’impression que le championnat de France est en quelque sorte en deuxième division européenne avec une qualité technique et surtout un engagement nettement en dessous de ce de nos voisins. Du coup quand les équipes françaises sont confrontées à des partenaires européens,  ils ont des difficultés à faire le poids. C’est le facteur explicatif dominant. Le championnat de France n’est pas à la hauteur !

S’ajoutent évidemment des facteurs spécifiques pour le Paris Saint-Germain qui n’a jamais été réellement un club mais plutôt une espèce d’assemblage hétéroclite de mercenaires qui font un  passage à Paris surtout pour encaisser les salaires exceptionnels du club. Depuis toujours le recrutement est complètement baroque et pour preuve 80 % des recrutés à grands frais échouent  à Paris quand ils réussissent ailleurs. Même chose pour les entraîneurs. Paris n’est pas réellement un club, il n’y a pas de culture du maillot, pas d’attachement et en plus des batailles internes de superstructure de responsables plus ou moins qualifiés. Les médias tentent vainement de justifier encore la défaite et décrivent l’avenir du club;  le problème c’est que les trois quarts des effectifs sont à changer avec le départ de Mbappé. En effet l’attaque va se trouver grandement fragilisée comme la défense l’est déjà et un meilleur terrain insipide.

SNCF Farandou: le même discours que SUD !

SNCF Farandou: le même discours que SUD !

Le PDG prochainement remercié de la SNCF Jean-Pierre Farandou finalement tient le même discours que le syndicat « Sud rail » pour justifier l’accord sur les retraites obtenu par des syndicats. Il se lâche et déclare qu’une entreprise qui fait 1,3 milliards de bénéfices peut bien consacrer 35 millions pour financer l’avantage concernant les retraites. Exactement le même discours Sud rail qui se voit ainsi récompensé des menaces de grève corporatiste et du chantage sur les JO. Évidemment Farandou comme Sud rail font l’impasse sur le fait que si la SNCF fait 1,5 milliards de bénéfices, ce résultat est tout à fait théorique. En effet le Chiffre d’affaires globalement atteint autour de 40 milliards pour le groupe SNCF mais avec un apport financier de 20 milliards de la collectivité. Autant dire que le fer est financé à hauteur de près de 50 %. Sans parler des questions de productivité. La vérité c’est que les cheminots partant plus tôt que dans le privé, leur caisse de retraite est un déficit chronique. Surtout avec le déséquilibre démographique. Et une partie des retraites sont payées en réalité par le privé sauf les avantages spécifiques… et encore. Ce manque de productivité hypothèque depuis des années l’avenir de l’entreprise contrainte régulièrement de tailler dans son activité et de réduire ses effectifs. Une curieuse conception de la gestion mais aussi du syndicalisme. ( Surtout quand on sait que l’accord ne s’appliquera pas à ceux qui n’ont pas le statut). 

 Candidat malheureux à sa propre succession, Jean-Pierre Farandou s’est montré dès lors plutôt vindicatif devant les sénateurs, dont plusieurs ont exprimé leur soutien. Il a défendu son bilan, tout comme l’accord sur les fins de carrière signé il y a quelques jours, largement décrié par la droite et une partie du gouvernement, en particulier par Bruno Le Maire. Il y a quelques jours, le ministre de l’Economie et des Finances avait qualifié cet accord de « pas satisfaisant » et « provocant ».

N’ayant désormais plus de poste à sauver, Jean-Pierre Farandou a donc profité de son passage devant la commission de l’aménagement du territoire et du développement du Sénat pour faire entendre sa voix sur ce dossier. « J’ai entendu les interrogations, qui sont légitimes. J’ai entendu les critiques, que j’ai pu trouver parfois sévères ou injustes », a démarré le patron de la SNCF avant d’affirmer qu’il était « convaincu que c’est un bon accord pour l’entreprise d’un point de vue économique comme social ».

 

Dans la même optique, il a martelé le fait que la négociation de cet accord s’est faite à la demande des pouvoirs publics, qui ont pressé les entreprises de travailler sur la question pénibilité dans le contexte des carrières allongées par la réforme des retraites de 2023. Pour lui, les deux volets de cet accord sont donc en ligne avec cette réforme.

Le PDG du groupe SNCF a d’abord évoqué deux dispositifs « pour accompagner les salariés qui vont travailler plus longtemps par application de la loi ». Le premier pour renforcer la progression de carrière et les rémunérations après 60 ans, le second pour accroître les possibilités de reconversion pour les métiers pénibles.

« Ces deux dispositifs sont complètement dans l’esprit de la loi de l’allongement des carrières et d’un départ plus tardif à la retraite. Leur coût est de 20 millions d’euros par an. Cela peut être important, mais c’est à relativiser par rapport à la masse salariale de près de 10 milliards d’euros des 150.000 cheminots. Cela reste raisonnable », estime le patron du groupe ferroviaire.

Jean-Pierre Farandou s’est ensuite attaché à défendre le second volet de l’accord, le plus contesté. Il a rappelé qu’il s’agissait de la mise à jour d’un accord datant de 2008, pour l’aménagement du temps de travail et la cessation progressive d’activité. Selon lui, le texte tient désormais compte des réformes introduites depuis et « a abouti à une simplification et à une amélioration du dispositif de six mois en tenant compte de la pénibilité des métiers à la SNCF ». Il a rappelé dans la foulée que 91.000 cheminots tiennent un emploi pénible selon les critères nationaux.

Il a estimé le coût de ce deuxième volet à 15 millions d’euros par an, mais a assuré que l’entreprise en tirerait des bénéfices avec le renouvellement des générations, la fin de l’obligation de remplacement de 1 pour 1 qui était jusque-là en vigueur dans le précédent accord, une meilleure anticipation des besoins de recrutement et une réduction de l’absentéisme, « qui est multiplié par deux au-delà de 60 ans et par trois au-delà de 65 ans ».

 

« Il (l’accord) ne coûtera rien aux contribuables, car j’ai de l’argent. Je gagne1,3 milliard d’euros net, je peux bien financer 35 millions d’euros. Et les plans prévisionnels que nous faisons me donnent confiance dans notre capacité à financer cet accord. [...] Les prix des billets ? 35 millions d’euros divisés par 122 millions de billets, cela donne 29 centimes. Vous croyez que je vais augmenter le prix des billets de 29 centimes ? C’est ridicule. » a déclaré le patron de la SNCF devant les sénateurs.

Enfin, Jean-Pierre Farandou a assuré que cet accord « est positif pour (ses) clients » avec une meilleure qualité de service de la part d’agents « en forme, motivés, engagés » à l’approche de la soixantaine, plutôt que « usés, un peu grognons, ayant perdu foi en leur entreprise ».

 

École : de l’uniforme à la tenue unique ou le en même temps de l’hypocrisie

École : de l’uniforme à la tenue unique ou le en même temps de l’hypocrisie


Peu d’observateurs sans doute ont noté le glissement sémantique particulièrement hypocrite de Macron qui passe du concept d’uniforme pour les élèves à celui de tenue unique. On connaît évidemment le principe de l’uniforme pratiqué notamment dans les pays anglo-saxons mais aussi en France dans les territoires d’outre-mer et encore aujourd’hui dans les anciennes colonies. Par contre l’idée de tenue unique est évoquée très précisément pour empêcher l’obligation de l’uniforme. D’ailleurs le président a déjà évoqué ce que pourrait être ce très vague concept de tenue unique : un pantalon et un polo ( quid de la jupe!). En fait, justement ce que portent déjà à peu près tout le monde dans la plus grande diversité et la plus grande anarchie. C’est tout le drame de Macron partir d’une idée pertinente, la déformer ne pas déplaire à certains et à l’arrivée un projet qui finit en eau de boudin. Autre exemple cette affaire de service national unique qui n’a strictement rien à voir avec le service militaire et qui ressemblera davantage à une colonie de vacances pendant quelques jours. Bref, en permanence le manque de cohérence, de courage voire la lâcheté.

Un polo blanc ou gris, un pull bleu marine et un pantalon gris anthracite. Et en maternelle, pour les plus petits, une blouse. Le Figaro dévoile le trousseau concocté par le gouvernement pour les élèves qui, à la rentrée 2024, seront concernés par l’expérimentation de l’uniforme dans les établissements scolaires. Avant d’être propulsé premier ministre, Gabriel Attal devait présenter ce trousseau. Il revient à la nouvelle ministre de l’Éducation, Amélie Oudéa-Castéra d’assurer le service après-vente.

Dans sa conférence de presse du 16 janvier, le président Macron a évoqué, à ce stade, «une centaine d’établissements volontaires» pour cette expérimentation de «tenue unique» qui «efface les inégalités». Soit 20 à 25.000 élèves. Pour des collectivités qui, comme Nice, Perpignan, Metz ou la région Auvergne-Rhône-Alpes, se sont rapidement déclarées intéressées par le projet de l’exécutif, dans les tuyaux depuis un an, l’expérimentation pourrait commencer dès le printemps. Certaines ont d’ailleurs élaboré leur propre trousseau, sous réserve de répondre au cahier des charges fixé par l’Éducation nationale. À commencer par «les principes de neutralité et de laïcité», indique le guide envoyé en décembre aux collectivités. En Auvergne-Rhône-Alpes, où cinq lycées ont été identifiés, Laurent Wauquiez, le président (LR) de région, a dégainé dès le 21 décembre, en dévoilant son projet : un polo bleu marine et un pull de la même couleur, siglé d’un discret drapeau français et du logo de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

L’uniforme retenu est simple, sobre et «sportswear», loin des tenues strictes que l’on trouve dans certains établissements sous contrat ou du traditionnel blazer anglais et autres uniformes asiatiques. Avec cette tenue clé en main, le gouvernement veut «alléger la logistique pour les établissements et les parents». Il entend aussi donner un coup de pouce à l’expérimentation voulue par le président Macron et Brigitte Macron, au-delà des collectivités de droite. Selon France Info, sur la centaine d’établissements envisagés, une soixantaine est déjà identifiée, parmi lesquels 39 écoles, 11 collèges et 10 lycées.

Les parents n’auront rien à débourser. D’un montant de 200 euros, ce trousseau sera financé pour moitié par les collectivités et l’État.

Nouveau gouvernement : À droite , en même temps , plus à droite

Nouveau gouvernement : À droite mais en même temps encore plus à droite

Hormis la surprise du Premier ministre et l’étonnement pour Rachida Dati, l’épine dorsale du gouvernement reste à peu près la même. Un gouvernement encore un peu plus à droite. Les principaux détenteurs de portefeuilles restent en place comme pour le ministère de l’économie, le ministère de l’intérieur, le ministère de la justice ou encore le ministère des armées.

Quelques aménagements seulement pour satisfaire aux règles de dosage en matière d’égalité hommes femmes, d’équilibre politique et de pan sur le bec pour les ministres un peu frondeurs.

Jean Garrigues, historien et spécialiste politique, réagit sur Franceinfo du jeudi 11 janvier à l’annonce par l’entourage de Rachida Dati de sa nomination au poste de ministre de la Culture dans le nouveau gouvernement du Premier ministre Gabriel Attal.

« Je ne suis pas sûr que le choix de Rachida Dati apporte quelque chose au projet de réarmement civique », analyse Jean Garrigues. Pour lui, les changements opérés dans le gouvernement sont « cosmétiques » et non pas « significatifs ». Le choix de Rachida Dati apparaît comme « un choix de stratégie politique », et non pas politique « au sens idéologique du terme », estime Jean Garrigues. Avec l’arrivée de Rachida Dati, le gouvernement est droitisé dans sa nouvelle composition. « C’est aussi un problème vis-à-vis de l’aile gauche de la macronie, (…) ça peut affaiblir encore plus le gouvernement de Gabriel Attal », conclut-il.

La liste officielle

Ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et Numérique : Bruno Le Maire

Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer : Gérald Darmanin

Ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités : Catherine Vautrin

Ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse, des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques : Amélie Oudéa-Castéra

Ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire : Marc Fesneau

Ministre de la Culture : Rachida Dati

Ministre des Armées : Sébastien Lecornu

Ministre de la Justice : Éric Dupond-Moretti

Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères : Stéphane Séjourné

Ministre de la Transition écologique : Christophe Béchu

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : Sylvie Retailleau

Ministre déléguée chargée du renouveau démocratique et Porte-parole du gouvernement : Prisca Thévenot

Ministre déléguée chargée des relations avec le Parlement : Marie Lebec

Ministre déléguée à l’égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations : Aurore Bergé

Nouveau gouvernement : les mêmes mais un peu plus à droite

Nouveau gouvernement : les mêmes mais un peu plus à droite

Hormis la surprise du Premier ministre et l’étonnement pour Rachida Dati, l’épine dorsale du gouvernement reste à peu près la même. Un gouvernement encore un peu plus à droite. Les principaux détenteurs de portefeuilles restent en place comme pour le ministère de l’économie, le ministère de l’intérieur, le ministère de la justice ou encore le ministère des armées.

Quelques aménagements seulement pour satisfaire aux règles de dosage en matière d’égalité hommes femmes, d’équilibre politique et de pan sur le bec pour les ministres un peu frondeurs.

La liste officielle

Ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et Numérique : Bruno Le Maire

Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer : Gérald Darmanin

Ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités : Catherine Vautrin

Ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse, des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques : Amélie Oudéa-Castéra

Ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire : Marc Fesneau

Ministre de la Culture : Rachida Dati

Ministre des Armées : Sébastien Lecornu

Ministre de la Justice : Éric Dupond-Moretti

Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères : Stéphane Séjourné

Ministre de la Transition écologique : Christophe Béchu

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : Sylvie Retailleau

Ministre déléguée chargée du renouveau démocratique et Porte-parole du gouvernement : Prisca Thévenot

Ministre déléguée chargée des relations avec le Parlement : Marie Lebec

Ministre déléguée à l’égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations : Aurore Bergé

Cour de justice de la république : toujours la même mascarade

Cour de justice de la république : toujours la même mascarade

Le ministre de la justice est donc sorti innocenter de l’accusation de prise illégale d’intérêts par la cour de justice de la république. Une cour qui ne juge que les ministres quand ils ont commis une faute en exercice. Cette fois effectivement on pouvait nourrir des interrogations sur la mise en accusation du ministre de la justice victime aussi d’une machination corporatiste des juges.

Pourtant, c’est le onzième responsable qui passe devant cette très juridiction très spéciale, à savoir la cour de justice de la république dont la composition rend compte de son impartialité puisqu’elle est composée de trois juges professionnels et de douze politiques !

Tous les jugements se sont conclus par des jugements très bienveillants y compris sur des faits scandaleux et avérés. Il faut en particulier évoquer la reconnaissance de responsabilité de l’ancienne ministre des finances, Christine Lagarde, actuellement présidente de la banque centrale européenne.
Cette dernière a été reconnue coupable d’avoir abusivement accordé 400 millions à Tapie. Mais la sanction n’est pas seulement dérisoire, elle est ridicule : Christine hagarde a seulement reçu une « remontrance pour négligence ». Une remontrance pour 400 millions c’est évidemment pas très cher payé.

Rappel des faits dans Wikipédia.

Christine Lagarde, ministre de l’Économie de 2007 à 2011.
À la demande de Jean-Louis Nadal, procureur général près la Cour de cassation, la Cour de Justice de la République (CJR), l’entité compétente pour juger les ministres, est saisie en mai 2011 à l’encontre de Christine Lagarde pour « abus d’autorité ». Cette saisie est réalisée par Jean-Louis Nadal sur la demande directe du futur Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Les proches politiques de Christine Lagarde réagissent à l’encontre de la demande de Jean-Louis Nadal, en soulignant d’une part que celui-ci conteste un arbitrage qu’il était le premier à promouvoir (Jean-Louis Nadal, alors qu’il était procureur général près la cour d’appel de Paris, avait écrit une note juridique à l’attention de l’État en 2004 conseillant de recourir à un compromis68,69), et en mettant en cause sa neutralité politique d’autre part (Jean-Louis Nadal soutient Martine Aubry dans le cadre de la campagne de la primaire présidentielle socialiste de 2011, et prend la parole lors de son meeting de Lille d’octobre 201170. En 2012, il soutient ouvertement le candidat François Hollande).

Le 4 août 2011, la CJR, saisie à la suite d’une requête de députés socialistes, recommande l’ouverture d’une enquête à l’encontre de Christine Lagarde pour « complicité de faux » et « complicité de détournement de biens publics » au motif qu’elle se serait personnellement impliquée dans un processus qui comporterait « de nombreuses anomalies et irrégularités ».

La CJR rejette le soupçon d’« abus d’autorité » indiqué par Jean-Louis Nadal, mais demande cependant à entendre Christine Lagarde pour des soupçons sur une éventuelle « complicité de faux et de détournement de fonds publics ». Celle-ci sera auditionnée durant vingt-quatre heures les 23 et 24 mai 2013 par la CJR. Elle ressort de cette audition avec le statut de témoin assisté. Elle est cependant mise en examen le 27 août 2014 pour le seul motif de « négligence »5,77.

Le procès de Christine Lagarde devant la Cour de justice de la République débute le 12 décembre 20166. Elle encourt alors un an de prison ferme et 15 000 euros d’amende78. Au terme du procès, le parquet requiert sa relaxe7. Le 19 décembre 2016, la Cour la déclare coupable de « négligence », mais la dispense de peine et ne fait pas inscrire cette condamnation à son casier judiciaire8. La juge Martine Ract Madoux justifie sa décision par « le contexte de crise financière mondiale dans lequel Madame Lagarde s’est retrouvée » ainsi qu’en raison de « la bonne réputation de Mme Lagarde et son statut international » Mme Lagarde a toujours nié tout acte répréhensible, elle n’était pas présente lors du verdict et n’a pas fait appel de la décision du tribunal.

Cette décision est considérée « illégale » par des analystes juridiques.

Encore des professeurs menacés et encore le même profil

Encore des professeurs menacés et encore le même profil


Encore des Enseignant menacés par des islamistes est presque à chaque fois, on va rapidement trouver des circonstances psychiatriques pour expliquer la menace. Le problème c’est que la plupart des candidats criminels sont affectés de dérèglements psychologiques graves nourris par la drogue et-ou la propagande islamiste.

Deux mois jour pour jour après l’assassinat du professeur Dominique Bernard, un grave incident s’est produit ce mercredi 13 décembre au collège des Hautes-Ourmes à Rennes. Une élève de 12 ans a menacé sa professeur d’anglais avec un couteau avant d’être maîtrisée, a appris Le Figaro auprès d’une source policière, confirmant les informations de Ouest-France
Cette fois encore on va assister un déni de réalité. La plupart de ces attentats sont en effet le fait d’étrangers déréglés. Dans le cas présent il s’agit d’une fillette de 12 ans d’origine mongole. Autant de pays où les règles de civilisation moderne ont du mal à pénétrer et qui plongeait dans des sociétés contemporaines ne parviennent pas à gérer les limites de la liberté notamment matière de laïcité.

François Kraus , directeur du Pôle Politique et Actualités de l’Ifop, publie une étude Ifop-Elmaniya.tv sur le sens que les Français musulmans donnent à la laïcité et la place qu’ils accordent aujourd’hui à la religion à l’école et dans la société.

Quels sont les principaux enseignements à tirer de cette étude ?

François KRAUS. – La principale conclusion de l’étude est que dans leur grande majorité, les musulmans échappent au mouvement de sécularisation qui affecte depuis des siècles le reste de la société française. Or, leur haut degré de religiosité s’accompagne non seulement d’un niveau d’orthopraxie très marqué – spécialement sur le plan alimentaire et vestimentaire – mais aussi de tout un ensemble des revendications d’expression religieuse dans la vie quotidienne (école, rue, sport…) qui rentrent en opposition frontale avec l’arsenal législatif ou réglementaire actuel.

Encore un professeur menacé et encore le même profil

Encore un professeur menacé et encore le même profil


Encore un professeur menacé de mort par un élève de 12 ans. Et cette fois on va rapidement trouver des circonstances psychiatriques pour expliquer la menace. Le problème c’est que la plupart des candidats criminels sont affectés de dérèglements psychologiques graves nourris par la drogue et la propagande islamiste.

Deux mois jour pour jour après l’assassinat du professeur Dominique Bernard, un grave incident s’est produit ce mercredi 13 décembre au collège des Hautes-Ourmes à Rennes. Une élève de 12 ans a menacé sa professeur d’anglais avec un couteau avant d’être maîtrisée, a appris Le Figaro auprès d’une source policière, confirmant les informations de Ouest-France
Cette fois encore on va assister un déni de réalité. La plupart de ces attentats sont en effet le faite d’étrangers déréglés. Dans le cas présent il s’agit d’une fillette de 12 ans d’origine mongole. Autant de pays où les règles de civilisation moderne ont du mal à pénétrer et qui plongeait dans des sociétés contemporaines ne parviennent pas à gérer les limites de la liberté notamment matière de laïcité.

François Kraus , directeur du Pôle Politique et Actualités de l’Ifop, publie une étude Ifop-Elmaniya.tv sur le sens que les Français musulmans donnent à la laïcité et la place qu’ils accordent aujourd’hui à la religion à l’école et dans la société.

Quels sont les principaux enseignements à tirer de cette étude ?

François KRAUS. – La principale conclusion de l’étude est que dans leur grande majorité, les musulmans échappent au mouvement de sécularisation qui affecte depuis des siècles le reste de la société française. Or, leur haut degré de religiosité s’accompagne non seulement d’un niveau d’orthopraxie très marqué – spécialement sur le plan alimentaire et vestimentaire – mais aussi de tout un ensemble des revendications d’expression religieuse dans la vie quotidienne (école, rue, sport…) qui rentrent en opposition frontale avec l’arsenal législatif ou réglementaire actuel.

Attaque à Paris : encore le même profil

Attaque à Paris : encore le même profil

Après cette attaque à Paris qui a fait un mort et deux blessés, après la mort de Thomas a crée Paul, les autorités n’ont pas cette fois dissimulée le profil du criminel. Il s’agit comme souvent d’un extrémiste à moitié débile et en plus comme souvent aussi récidivistes.. on peut imaginer cependant que certains essaieront encore de faire passer cette affaire pour un fait divers et non pour un phénomène national.

Une personne a été tuée et deux autres blessées, ce samedi soir, à Paris, dans une attaque au couteau. Les faits se sont déroulés quai de Grenelle, dans le 15e arrondissement de la capitale.

L’individu a commencé son équipée mortelle peu après 21 heures entre le quai de Grenelle et Bir-Hakeim. Il attaque d’abord le touriste allemand. Il prend ensuite la fuite en traversant le pont de Bir-Hakeim grâce à l’intervention d’un chauffeur de taxi qui a vu la scène. Il rejoint le 16e arrondissement. C’est à ce moment qu’il est poursuivi par un équipage de policiers du 7e arrondissement et qu’il attaque les deux autres personnes.

L’assaillant, Armand R., Français né en France à Neuilly-sur-Seine en 1997, aurait crié «Allah akbar» au chauffeur de taxi et aux policiers, avant d’être interpellé, a expliqué Gérald Darmanin. L’individu, qui habite chez ses parents dans l’Essonne, est connu des services de renseignement pour son accointance avec l’islam radical et pour des troubles psychologiques, a appris Le Figaro de source policière. Gérald Darmanin a précisé que le suspect est «sous traitement psychiatrique et neurologique».

En juillet 2016, ce même individu avait été interpellé par la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure). Il était soupçonné de vouloir commettre une action violente à l’aide d’une arme blanche à La Défense. Pour ces faits, il a été condamné la même année à quatre ans de prison, «effectués», a ajouté Gérald Darmanin..

Cour de justice de la république : toujours la même mascarade

Cour de justice de la république : toujours la même mascarade

Le ministre de la justice est donc sorti innocenter de l’accusation de prise illégale d’intérêts par la cour de justice de la république. Une cour qui ne juge que les ministres quand ils ont commis une faute en exercice. Cette fois effectivement on pouvait nourrir des interrogations sur la mise en accusation du ministre de la justice victime aussi d’une machination corporatiste des juges.

Pourtant, c’est le onzième responsable qui passe devant cette très juridiction très spéciale, à savoir la cour de justice de la république dont la composition rend compte de son impartialité puisqu’elle est composée de trois juges professionnels et de douze politiques !

Tous les jugements se sont conclus par des jugements très bienveillants y compris sur des faits scandaleux et avérés. Il faut en particulier évoquer la reconnaissance de responsabilité de l’ancienne ministre des finances, Christine Lagarde, actuellement présidente de la banque centrale européenne.
Cette dernière a été reconnue coupable d’avoir abusivement accordé 400 millions à Tapie. Mais la sanction n’est pas seulement dérisoire, elle est ridicule : Christine hagarde a seulement reçu une « remontrance pour négligence ». Une remontrance pour 400 millions c’est évidemment pas très cher payé.

Rappel des faits dans Wikipédia.

Christine Lagarde, ministre de l’Économie de 2007 à 2011.
À la demande de Jean-Louis Nadal, procureur général près la Cour de cassation, la Cour de Justice de la République (CJR), l’entité compétente pour juger les ministres, est saisie en mai 2011 à l’encontre de Christine Lagarde pour « abus d’autorité ». Cette saisie est réalisée par Jean-Louis Nadal sur la demande directe du futur Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Les proches politiques de Christine Lagarde réagissent à l’encontre de la demande de Jean-Louis Nadal, en soulignant d’une part que celui-ci conteste un arbitrage qu’il était le premier à promouvoir (Jean-Louis Nadal, alors qu’il était procureur général près la cour d’appel de Paris, avait écrit une note juridique à l’attention de l’État en 2004 conseillant de recourir à un compromis68,69), et en mettant en cause sa neutralité politique d’autre part (Jean-Louis Nadal soutient Martine Aubry dans le cadre de la campagne de la primaire présidentielle socialiste de 2011, et prend la parole lors de son meeting de Lille d’octobre 201170. En 2012, il soutient ouvertement le candidat François Hollande).

Le 4 août 2011, la CJR, saisie à la suite d’une requête de députés socialistes, recommande l’ouverture d’une enquête à l’encontre de Christine Lagarde pour « complicité de faux » et « complicité de détournement de biens publics » au motif qu’elle se serait personnellement impliquée dans un processus qui comporterait « de nombreuses anomalies et irrégularités ».

La CJR rejette le soupçon d’« abus d’autorité » indiqué par Jean-Louis Nadal, mais demande cependant à entendre Christine Lagarde pour des soupçons sur une éventuelle « complicité de faux et de détournement de fonds publics ». Celle-ci sera auditionnée durant vingt-quatre heures les 23 et 24 mai 2013 par la CJR. Elle ressort de cette audition avec le statut de témoin assisté. Elle est cependant mise en examen le 27 août 2014 pour le seul motif de « négligence »5,77.

Le procès de Christine Lagarde devant la Cour de justice de la République débute le 12 décembre 20166. Elle encourt alors un an de prison ferme et 15 000 euros d’amende78. Au terme du procès, le parquet requiert sa relaxe7. Le 19 décembre 2016, la Cour la déclare coupable de « négligence », mais la dispense de peine et ne fait pas inscrire cette condamnation à son casier judiciaire8. La juge Martine Ract Madoux justifie sa décision par « le contexte de crise financière mondiale dans lequel Madame Lagarde s’est retrouvée » ainsi qu’en raison de « la bonne réputation de Mme Lagarde et son statut international » Mme Lagarde a toujours nié tout acte répréhensible, elle n’était pas présente lors du verdict et n’a pas fait appel de la décision du tribunal.

Cette décision est considérée « illégale » par des analystes juridiques.

Macron à la télé : pas convaincant et même ennuyeux

Macon à la télé : pas convaincant

Cette fois encore Macron n’aura pas réussi à atteindre une audience record. C’est avec une certaine indifférence qu’a été regardé et écouté le chef de l’État visiblement en panne de dynamisme et d’idées.

Finalement, le seul point nouveau qui ressort c’est la décision d’attribuer un chèque carburant 100 € aux salariés les moins favorisés. Pour le reste, Macron se contente de reprendre ce qu’on savait déjà. À savoir la réunion cette semaine du conseil de planification économique avec quelques mesures anecdotiques. Pourtant avec l’annonce d’un chiffre de 40 milliards de dépenses dont on ne sait pas exactement ce qu’elle recouvre.

Des dépenses contraintes pour la plupart qui n’ont pas grand-chose à voir avec l’écologie. Par contre l’absence d’orientations financières stratégiques concernant les nouvelles centrales nucléaires et le renouveau ferroviaire.

Pour le pouvoir d’achat, les ménages devront attendre des discussions entre les industriels et les distributeurs. Le gouvernement simplement se met en situation d’observateur.

Pour le carburant donc un chèque et la substitution du concept de prix coûtant à celui de vente à perte. Ce qui ne mange pas de pain dans la mesure où on ne connaît pas avec précision le niveau des coûts.

Enfin l’annonce d’un retrait volontaire du Niger qui n’est en fait que la conséquence de la décision des dictateurs de virer la France rapidement. Finalement un retrait assez piteux comme au Burkina Faso et au Mali.

Décidément, la politique étrangère ne réussit pas davantage à Macon que la politique intérieure.
Au total Macon aura eu du mal à convaincre et les sondages devraient confirmer le doute de plus en plus grand des Français quant aux capacités du président de la république à réformer réellement le pays de manière efficace et juste.

Décarbonation- Industrie verte-logistique, même objectif

Décarbonation- Industrie verte-logistique, même objectif


La filière transports de marchandises et logistique est résolument engagée dans sa propre décarbonation (transition énergétique du transport routier, report modal, entrepôts de plus en plus écologiques…). Elle a également un rôle essentiel, souvent occulté, dans l’effort de verdissement de l’ensemble de l’économie productive. Par Anne-Marie Idrac, ancienne ministre, Présidente de France Logistique ( dans la Tribune)

La raison d’être des transports de marchandises et de la logistique est d’accompagner la production de l’industrie, l’agriculture, la construction, et enfin la distribution.

Rappelons quelques chiffres de flux : hors transit, l’agroalimentaire représente 30%, la construction 28%, l’énergie et les déchets 10%, les produits intermédiaires de l’industrie et les véhicules encore 10%, le reste donc quelque 20%.

Or, concrètement, l’industrie verte de demain passe par deux politiques complémentaires : la réindustrialisation et la décarbonation des industries existantes. Elles conduisent toutes deux à une augmentation sur notre territoire des flux et des stocks de produits.

En effet ces deux tendances ont pour effet, en réduisant la part des importations, une certaine dé-massification des flux et stocks de produits en circulation chez nous. Donc leur croissance. Cela au bénéfice de notre balance commerciale, de l’emploi et la valeur ajoutée nationale.

Réindustrialiser consiste – d’un point de vue logistique – à relocaliser sur notre territoire la multitude de flux/stocks de matières, composants et produits intermédiaires localisés auparavant de l’étranger.

Pour l’industrie existante, un important levier de décarbonation est le remplacement des matières premières neuves, par des matières recyclées. Cela vaut par exemple pour l’acier (à partir de ferrailles recyclées et non plus de minerai), l’aluminium (à partir de cannettes) ou le plastique….

D’un point de vue logistique, cette économie circulaire se traduit par toute une chaine de multiples flux/stocks pour recueillir/trier/ramasser puis consolider les nouvelles matières premières. C’est une organisation complexe et répartie sur tout le territoire, avec des systèmes de collecte et des hubs de regroupements pour finalement re-massifier et minimiser les distances des flux.

De même, les grands chantiers d’équipements énergétiques (nucléaire, éoliennes), ou la tendance à la rénovation des bâtiments auront besoin de puissantes organisations logistiques.

Quant à la décarbonation de la distribution et du commerce, elle suppose des chaînes bien organisées de massification et de mutualisation.

Tout cela avec l’usage des véhicules les plus verts possible.

La réussite des politiques de réindustrialisation passe (aussi) par l’amélioration des performances des chaines logistiques
L’indice de compétitivité logistique de la Banque Mondiale (LPI), paru fin avril, place la France à la 13e place mondiale, derrière beaucoup de nos proches voisins et concurrents pour l’implantation industrielle, malgré quelques progrès notamment douaniers.

Dans le cadre de la stratégie nationale publiée par le gouvernement en décembre dernier, nous devons donc collectivement poursuivre nos efforts pour améliorer la compétitivité logistique, indissociable de son verdissement, avec deux objectifs : en faire un outil d’attractivité des activités productives de demain, et bénéficier sur notre territoire des capacités de création d’emplois et de valeur du secteur lui-même – dont on oublie souvent qu’une large part est facilement délocalisable à quelques dizaines de km de nos frontières.

Le raccourcissement des délais et la simplification des procédures d’implantations industrielles et logistiques sont pour cela cruciales – en y incluant la question compliquée des recours.

La politique bien engagée de décarbonation des chaines logistiques doit aider les acteurs à offrir des solutions toujours plus performantes aux industriels, pour favoriser leur implantation en France.

Plus largement, pour assurer la réussite globale des politiques de décarbonation, il est indispensable de travailler, dans une vision de type « scope 3 », à l’échelle des chaines de valeur et pas seulement sur chacun des maillons.

Ainsi, les émissions du transport de marchandises, si elles doivent évidemment être maîtrisées aux bornes du secteur dans le cadre de la SNBC, peuvent-elles aussi être considérées plus largement au regard de leurs impacts pour la production industrielle nationale. Par exemple, le renouveau industriel national nécessitera sans doute davantage de transports sur notre territoire. De même, un maillage adéquat de localisation des entrepôts doit-il prendre en compte l’optimisation des distances de transports dans une France en voie de ré-industrialisation verte.

Finalement, l’intensité logistique va de pair avec l’augmentation de la part industrielle de notre croissance, et son efficacité est l’un des leviers de notre redressement productif.

Rédiger un commentaire
À lire aussi
Braun Series X: Rasez, tondez et stylisez avec un seul outil
Braun
|
Sponsorisé
Protégez vos appareils avec Bitdefender, dès 19,99€ / an
Bitdefender
|
Sponsorisé
Newsletter – Votre Tribune de la semaine
Chaque samedi, votre rendez-vous avec Philippe Mabille qui
revient sur les faits marquants de l’actualité de la semaine.

S’inscrire à la newsletter
Le jet privé de Bezos fait honte à Air Force One
investing.com
|
Sponsorisé
L’Eurofighter a perdu tous ses duels face au Rafale
Une invention japonaise géniale pour tout nettoyer dans la maison
Synoshi
|
Sponsorisé
Bonne nouvelle pour les retraités ayant une mauvaise mutuelle
Meilleures Mutuelles
|
Sponsorisé
Et soudain, elles portent toutes la robe transparente : les ressorts d’un phénomène planétaire
Madame Figaro
|
Sponsorisé
Découvrez DS 4 COLLECTION ESPRIT DE VOYAGE
DS Automobiles
|
Sponsorisé
La mort confirmée de l’industrie d’armement française
« Nous avons perdu notre chance » : Azucena s’effondre à l’annonce de la maladie de Florent Pagny
OhMyMag
|
Sponsorisé
Mutuelle : 4 français sur 5 ne sont pas au courant de cette combine
Prio Santé
|
Sponsorisé
Un drone montre ce que personne n’aurait dû voir
investing.com
|
Sponsorisé

1

Shanghai Automotive crée le plus grand groupe chinois automobile

2

GéoLean attend une nouvelle dynamique de son « Doing Center»

3

WorldCom et Qwest dans la ligne de mire de la SEC

4

Inflationniste rime avec simpliste

5

Poutine promet d’étendre les capacités militaires la Russie en 2023

Commentaire
0
Il n’y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Rédiger un commentaire
HORS-SÉRIE – SPÉCIAL NUCLÉAIRE
Une Dossier Spécial Nucléaire

ANNONCES LÉGALES

SUIVRE LA TRIBUNE
Votre email

À LIRE AUSSI
Une invention japonaise géniale pour tout nettoyer dans la maison
Synoshi
|
Sponsorisé
Bonne nouvelle pour les retraités ayant une mauvaise mutuelle
Meilleures Mutuelles
|
Sponsorisé
Contenus Sponsorisés
Et soudain, elles portent toutes la robe transparente : les ressorts d’un phénomène planétaire
Madame Figaro
« Nous avons perdu notre chance » : Azucena s’effondre à l’annonce de la maladie de Florent Pagny
OhMyMag
Mutuelle : 4 français sur 5 ne sont pas au courant de cette combine
Prio Santé
Un drone montre ce que personne n’aurait dû voir
investing.com
Si vous avez une souris, ce jeu vous tiendra éveillé toute la nuit
CombatSiege
Cet homme de 83 ans se fait expulser d’un concessionnaire de voitures. Le vendeur le regrette amèrement, quand il découvre qui il est
Trendscatchers
par TaboolaContenus Sponsorisés
Avec
La Tribune.fr,
prenez les bonnes décisions

S’abonner à partir de 1€
Journal économique et financier
Nous contacter
Charte d’indépendance et de déontologie
Mentions Légales
CGU
CGU Pro
Politique de confidentialité
Consentement
LaTribune.fr | Tous droits réservés
LA TRIBUNE + SERVICES LA TRIBUNE EVENTS ÉDITIONS RÉGIONALES FACEBOOKTWITTERINSTAGRAMLINKEDINSITE MOBILE RECHERCHER SE CONNECTERS’ABONNER À PARTIR DE 1€
Journal économique et financier
ÉCONOMIEBOURSEENTREPRISES & FINANCETEC

Politique: L’échec du « en même temps » macroniste

Politique: L’échec du « en même temps » macroniste

par Pierre Allorant, Professeur d’Histoire du droit et des institutions, Université d’Orléans

et Walter Badier
Maître de conférences en histoire contemporaine, Université d’Orléans dans The Conversation

Alors que sa réélection en 2022 avait semblé remiser la thématique du « progrès », la longue phase de contestation de la réforme des retraites a fait resurgir dans le discours d’Emmanuel Macron l’idée d’un « progrès pour mieux vivre ». Ce retour en grâce apparaît paradoxal au moment où le « en même temps » s’éloigne pour laisser place à la recherche assumée d’une alliance avec la droite de gouvernement.

Dès lors, que recouvre le progressisme ? S’agit-il seulement, comme l’affirme le philosophe Pierre-André Taguieff, d’une « arme symbolique permettant de disqualifier les contradicteurs », de fait placés dans le camp de la réaction ?

Si à l’échelle de l’histoire contemporaine la notion est incontestablement polysémique, le progressisme puise ses racines dans le courant des Lumières et se rattache au « mythe rationaliste du Progrès » renforcé au XIXe siècle par les mutations scientifiques et techniques.

L’emploi de l’étiquette « progressiste » se répand à partir de la Monarchie de Juillet (1830-1848) pour désigner les partisans du progrès. Si l’on en croit le Littré, le substantif « progressisme » apparaît seulement à l’occasion de la crise du 16 mai 1877, conflit fondateur de la IIIe République. C’est ensuite que le progressisme glisse progressivement de la gauche vers le centre, à l’instar des républicains de gouvernement.

Les deux dernières décennies du XIXe siècle sont politiquement dominées par les républicains modérés, d’abord nommés opportunistes puis progressistes. À l’intérieur de cette période, les historiens distinguent généralement trois séquences : le temps des « fondateurs de la République », caractérisé par le vote des grandes lois républicaines (1879-1885), puis une phase de forte instabilité due à une succession de crises (scandale des décorations, boulangisme, scandale de Panama jusqu’en 1893 et enfin la « République progressiste » caractérisée par une politique plus gestionnaire jusqu’à la flambée du nationalisme alimentée par l’Affaire Dreyfus qui conduit en 1899 à la mise en place du gouvernement de « défense républicaine ».

Jules Méline a été plusieurs fois ministre, président du Conseil de 1896 à 1898 et s’est présenté sans succès à l’élection présidentielle de 1899. Wikicommons, CC BY
Curieusement, la référence à la « République progressiste » de la fin du XIXe siècle, incarnée par les leaders centristes Jules Méline et Alexandre Ribot, a été peu mobilisée dans les débats actuels autour du macronisme, alors que la « concordance des temps » apparaît manifeste sur de nombreux aspects : renouvellement profond du personnel parlementaire et ministériel, dépassement des clivages, difficulté à constituer une structure partisane de masse ou encore répression des mouvements sociaux.

La démission du président de la République Jules Grévy (1887), le développement de l’antiparlementarisme et la traque aux corrompus (« chéquards ») de Panama incitent à la recherche d’hommes nouveaux pour exercer le pouvoir.

Marquées par une forte abstention, les élections législatives de 1893 confirment l’ancrage de la République et la marginalisation de la droite. Un tiers des élus sont de nouveaux députés, dont les professions de foi font un usage croissant du terme « progressiste ».

Avec plus de 300 députés, les républicains modérés disposent de la majorité absolue au Palais-Bourbon, contrôlent le Sénat et la présidence de la République (Sadi Carnot, Jean Casimir-Perier, Félix Faure).

La République progressiste se nourrit de l’émergence d’une génération nouvelle qui entre en décembre 1893 dans le gouvernement dirigé par Jean Casimir-Perier, dont plus de la moitié des membres sont novices. Parmi ces nouvelles figures de la République modérée, Raymond Poincaré, Louis Barthou, Charles Jonnart et Paul Deschanel, issus de la très haute bourgeoisie, accèdent très jeunes à des fonctions ministérielles.

Les républicains progressistes ne constituent pas sur le plan idéologique un ensemble homogène. Certains souhaitent d’ailleurs s’allier avec les radicaux quand d’autres aspirent à un rapprochement avec le centre droit. Les progressistes regroupent des ralliés de la droite, numériquement peu importants, les anciens opportunistes, et entre les deux, les libéraux, venus pour les plus anciens d’entre eux à la République par pragmatisme. Cette famille libérale, si importante dans l’installation de la République durant les années 1870 retrouve une nouvelle vigueur en cette fin de siècle grâce à l’émergence d’une nouvelle génération et par l’actualisation de son socle idéologique, dont les progressistes se nourrissent.

Ces nouvelles idées sont notamment issues de cercles d’études et d’expertise, ancêtres des think tanks. C’est le cas du Musée social, spécialisé dans les questions d’assurance, de retraites et de mutualité.

L’acceptation d’un État plus interventionniste se traduit en matière de logement social par le vote de la loi Siegfried (1894) qui encourage la création d’habitations à bon marché (HBM) grâce à des exonérations fiscales. Si les progressistes s’appuient sur de grands titres de presse (Le Petit Parisien, Le Figaro, Le Temps) et sur les milieux d’affaires, ils ne parviennent à se doter une réelle base militante et d’un parti moderne de masse sur le modèle britannique, nécessaire pour éviter le retour de l’opposition droite-gauche.

La poussée du socialisme suscite dans les milieux libéraux une grande inquiétude. Pour les gouvernements progressistes, l’opposition au socialisme passe par une grande fermeté face aux mouvements sociaux. Ils n’hésitent pas à envoyer la troupe, comme à Carmaux en 1892.

Cette intransigeance du pouvoir face aux mouvements sociaux constitue l’une des causes de la série d’attentats anarchistes en France qui cible la Chambre des députés puis le président de la République Sadi Carnot.

Afin d’endiguer cette vague terroriste, les progressistes adoptent en urgence des lois qualifiées par la gauche de scélérates : l’opinion anarchiste exprimée publiquement est désormais considérée comme un acte préparatoire à un attentat. Le contraste avec la loi libérale de 1881 sur la presse est saisissant. Les débats houleux à la Chambre sur la loi de juillet 1894 rapprochent les radicaux des socialistes, et la République progressiste se referme face à la gauche.

Les progressistes de la fin du XIXe siècle s’inscrivent dans une culture politique centriste, fortement imprégnée de libéralisme, faite de rejet des extrêmes réactionnaire et révolutionnaire et de volonté de rassemblement par des réformes progressives menées au nom de la raison et du pragmatisme. Le mot d’ordre de Méline « ni révolution, ni réaction » apparaît comme leur cadre idéologique de référence. Les divisions au sein des progressistes s’accentuent avec l’Affaire Dreyfus, qui conduit à la formation du gouvernement de Défense républicaine en 1899. La rupture entre progressistes se cristallise avec la création de deux partis : l’Alliance démocratique en 1902 qui soutient le bloc des gauches et la Fédération républicaine en 1903 qui s’y oppose.

Le macronisme, conçu initialement comme bouclier contre les populismes, parviendra-t-il à concilier plus durablement que les progressistes de la fin du XIXe siècle, progrès, avancées des libertés et dépassement du clivage droite-gauche ? L’incarnation qu’il se donnera en 2027 pour affronter l’échéance présidentielle fournira un indice déterminant pour répondre à cette question.

12345...9



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol