Archive pour le Tag 'méfiants'

Consommation : des Français de plus en plus méfiants

Consommation : des Français de plus en plus méfiants

 

Trois  raisons pour que les Français soient de plus en plus méfiant : d’abord le prix, d’autant que pour près de 90% des consommateurs qu’il n’y aura pas amélioration de leur situation financière. Ensuite la qualité des produits qui avec l’industrialisation de la production alimentaire est mise en question. Enfin les rapports commerciaux, trop automatisés , standardisés ou absents comme dans la grande distribution.  D’après  l’institut Ipsos l’acheteur français est le plus vigilant au monde. Près de 81% des Français veulent choisir sans avis d’experts, contre 68% en Russie ou 60% en Inde. Soit le score le plus élevé sur les vingt pays sollicités sur tous les continents. Les consommateurs ont les moyens de se forger leur propre expertise. Qui plus est, les Français ont le sentiment de ne pas avoir assez d’argent et sont extrêmement sollicités du fait de la quantité des produits disponibles. Résultat, le consommateur est de plus en plus exigeant. «Le client est parfaitement conscient de sa valeur, il a les moyens de vérifier ses produits. Il est donc de moins en moins tolérant lorsque le prix est trop élevé ou que la qualité n’est pas au rendez-vous», explique Dominique Lévy, directrice générale d’Ipsos. «. Pour consommer mieux, il  compare les prix, les marques, les enseignes», analyse Dominique Lévy. Une réalité que les marques sont obligées de prendre en compte. «Les entreprises se comparent à celles de leurs secteurs mais ce n’est pas le cas des clients. Par ailleurs, 80% des Français sondés dans les différentes études trouvent que la relation au professionnel est trop automatisée, les réponses sont uniformes, le temps est compté, ce qui rend l’échange désagréable. Vivre une expérience de consommation personnelle, voilà ce que souhaitent les acheteurs. Un désir qui justifie le succès des sites de covoiturage ou de location d’immobilier entre particuliers. «Il y a trente ans, ne pas avoir de voiture, pour un urbain, était vécu comme un déclassement. Aujourd’hui, la personne qui fait ce choix est considérée comme maline. Non seulement c’est écologique mais surtout, l’économie collaborative le lui permet», explique Dominique Lévy. Ce nouveau pan de l’économie pourrait bien finir par redonner de l’espoir aux consommateurs, alors que seuls 9% des Français pensent que leur situation financière va s’améliorer dans les six prochains mois.

 

 

 

Aliments industriels : 70% des français méfiants

Aliments industriels : 70% des français méfiants

Pour 70% des Français, l’affaire ne constitue pas un accident isolé, mais révèle « une réelle détérioration de la qualité des produits alimentaires », selon un sondage réalisé cette semaine par OpinionWay pour le cabinet Taddeo, Les Echos et Europe 1.  Les résultats de l’enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), mettant en lumière le parcours tortueux de la viande incriminée à travers l’Europe, sont sans appel: pour les autorités françaises, Spanghero, qui l’a fournie, savait qu’il revendait comme viande de boeuf du cheval dûment étiqueté.  Accusée de « tromperie », l’entreprise a vu son agrément sanitaire suspendu le temps d’une expertise complète de ses procédures. Mais Comigel, le fabricant des plats dans lesquels la viande a été utilisée, est aussi accusé de « graves négligences ».  Au passage, les consommateurs auront appris qu’un même fabricant (Comigel) fournissait un même produit vendu sous de très nombreuses marques.  A ce stade, la DGCCRF estime que le trafic a concerné 750 tonnes de viande de cheval qui ont servi à la fabrication de plus de 4,5 millions de produits vendus par Comigel à au moins 28 entreprises dans 13 pays européens.  L’ampleur du scandale a contraint les industriels à réagir: conscients de la méfiance qui risque de s’installer, ils tentent de se refaire une virginité.  L’industrie alimentaire (Ania) assure qu’elle fera « dès la semaine prochaine » des propositions pour renforcer les contrôles existants. Et martèle que « le système (…) sanitaire français est l’un des plus fiables au monde avec, par exemple, 200 fois moins d’intoxications alimentaires qu’aux Etats-Unis ».  De son côté, Findus, première marque touchée, a mis en place des tests ADN sur ses lots contenant de la viande.  Les professionnels de la viande suggèrent eux de « devancer la législation européenne en obligeant les fabricants de plats préparés à préciser sur leur étiquette l’origine des produits utilisés ». C’est ce que défend notamment Dominique Langlois, président d’Interbev, l’interprofession du bétail et de la viande.  Mais le problème ne vient pas que des producteurs. « La grande distribution veut toujours accroître ses marges et refuse d’augmenter ses prix pour ses clients », explique Danielle Lo Stimolo, une responsable de Syndigel, la fédération européenne du secteur du surgelé (50 adhérents).  L’année 2012 est un bon exemple: « le prix de la viande de boeuf n’a pas arrêté de grimper (+12%, soit 50 centimes de plus) mais la grande distribution exigeait qu’on baisse nos prix » indique-t-elle.  Et les industriels, des PME ou TPE pour la plupart, sont contraints d’accepter ces conditions imposées par les distributeurs car ils ne peuvent pas s’en priver.   »C’est très compliqué pour les industriels parce que le client veut du rapide et du pas cher. Et quand on veut payer sa moussaka 2,50 euros on achète de la mondialisation », souligne Bruno Parmentier, auteur de « Nourrir l’humanité ».   »On avait déjà eu de la mélanine dans du lait maternel en Chine, de l’huile de vidange dans de l’huile d’olive en Espagne et il y aura certainement des prochains coups », prédit l’ancien directeur de l’Ecole supérieure d’agriculture d’Angers en appelant à « remettre des contrôles dans les usines et les cuisines ».  L’Etat a procédé à plus de 40.000 contrôles par an qui n’ont révélé que 4% d’irrégularités, se défend le ministre délégué à la Consommation, Benoît Hamon. « Mais il est aussi de la responsabilité des professionnels, inscrite dans la loi, de s’auto-contrôler », insiste-t-il.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol