Archive pour le Tag 'médias'

Page 4 sur 4

Hackers : Les médias cibles privilégiées

Hackers : Les médias cibles privilégiées

Du 4 au 6 juin, La Tribune a été victime d’attaques informatiques ciblées et de grande ampleur. Du New York Times à Rue89, en passant par TV5 Monde, les cyberattaques sur les médias se sont multipliées ces dernières années. Avec des méthodes et des finalités très différentes. Pour provoquer le « crash » d’un site, il suffit parfois de quelques milliers de connexions simultanées. Le serveur, débordé, ne peut plus répondre à la demande, et le site devient inaccessible. La méthode est bien connue des hackers, les pirates du web, qui l’utilisent allègrement pour s’attaquer à leurs proies. Pendant 48 heures, du samedi 4 au lundi 6 juin, La Tribune a été l’une d’entre elles. Mais notre site a été confronté à des attaques informatiques violentes, d’une grande ampleur. Ce ne sont pas quelques milliers de fausses connexions qu’il a fallu gérer, mais jusqu’à un million par seconde au plus fort de la crise. Autrement dit, c’est comme si un million d’ordinateurs se connectaient en même temps sur latribune.fr pour faire sauter les serveurs, et donc rendre le site indisponible. Ces assauts venaient d’Asie. Ils ont entraîné des dysfonctionnements pendant tout le week-end. Mais grâce à la mise en place de nouvelles solutions techniques, l’accès au site a été progressivement rétabli lundi dans la matinée. Ce qui n’empêchait pas de nouvelles attaques de se dérouler… La Tribune n’est pas un cas isolé. Les attaques par DDoS (pour Distributed denial of service ou attaque informatique par déni de service distribué) sont de plus en plus courantes contre des médias. Elles font partie de la grande famille des attaques DNS, pour Domain Name System, qui visent à s’en prendre à un site via son nom de domaine. Concrètement, cette forme élaborée d’attaque permet d’envoyer un grand nombre de connexions simultanées vers un site pour saturer les serveurs. Très courante, cette attaque est aussi assez facile à mettre en oeuvre. Il suffit pour une personne mal intentionnée de s’offrir les services d’un botnet, c’est-à-dire d’un réseau d’ordinateurs « zombies ». Le prix, compris entre quelques centaines et quelques milliers d’euros, correspond à la durée de l’attaque et son intensité. Si les attaques DDoS sont si efficaces à court terme (avant que le hacker décide d’arrêter de payer ou que le site trouve de nouvelles solutions d’hébergement), c’est parce que tout le monde peut y participer sans s’en rendre compte. Car les botnets sont installés dans les ordinateurs via des malwares, ou logiciels malveillants, des virus que l’on « attrape » en surfant sur internet si la machine n’est pas ou mal protégée, et qui se propagent d’une machine à l’autre. Au moment choisi, les botnets s’acharnent en même temps sur une adresse IP identifiée. Généralement, l’offensive est rapide. Elle s’étale sur quelques heures « à peine », comme l’ont expérimenté l’an dernier les sites belges Le Soir et Sud info (trois heures) ou encore sept sites de grands journaux suédois le 19 mars dernier (une heure). En revanche, les attaques subies par La Tribune se sont étalées sur trois jours, sur des longues plages de douze heures à chaque fois. Cette durée et cette intensité -rares- révèlent que notre média a fait l’objet d’attaques ciblées, commanditées par quelqu’un (ou quelques-uns). Mais « on ignore toujours qui en est à l’origine et pourquoi, il n’y a pas eu de revendication », précise Thomas Loignon, le directeur Nouveaux médias du journal. Qu’a donc fait La Tribune pour subir tant d’acharnement ? « Il peut arriver qu’une attaque soit menée sans raison particulière, sans aucune logique, explique un fin connaisseur du milieu du hacking. Mais le plus souvent, les hackers veulent marquer les esprits en faisant payer aux médias des prises de position ou des articles qui leur ont déplus », ajoute-t-il. « Les médias sont des cibles privilégiées, car les hackeurs cherchent un écho », poursuit l’entreprise de sécurité WatchGuard dans ses prédictions 2016. Ainsi, plus l’objectif des cybercriminels est politique, plus l’attaque est sophistiquée et spectaculaire. Après les attentats de Charlie Hebdo par exemple, plus d’un millier de sites français (médias, associations…) avaient été victimes d’attaques revendiquées par des groupes islamistes ou anti-Charlie. Six mois plus tôt, en juillet 2014, le site Rue89 subissait également la vengeance d’un hackeur dénommé Grégory Chelli. Celui qui se présentait comme un « militant sioniste » voulait punir la sensibilité pro-palestinienne du site et dénonçait un article « mensonger » qui lui avait été consacré quelques jours auparavant. Il avait lui aussi opté pour des attaques de type déni de service. Pour éviter ce genre d’attaques informatiques, il faut que l’hébergeur du média concerné propose une solution anti-DDoS. Mais celles-ci sont chères et lourdes à installer, ce qui pénalise les « petits » médias, qui n’ont pas les moyens de s’équiper de telles solutions anti-hacking. Depuis février dernier, Google propose également à tous les médias du monde qui le souhaitent de rejoindre gratuitement son « project Shield », ou « bouclier ». Le géant californien, qui fournit une part importante du trafic des médias via son moteur de recherche, a développé une solution capable d’intercepter les connexions néfastes avant qu’elles n’atteignent le serveur. Mais certaines attaques, souvent les plus graves, relèvent avant tout d’erreurs humaines, imputables à la négligence et au manque de culture de sécurité informatique des journalistes. Cette faille est exploitée par la technique dit du « hameçonnage », ou « phishing », qui a fait ses preuves. Il s’agit tout simplement de tromper un journaliste pour l’inciter à révéler ses identifiants, en se faisant passer pour une personne de confiance. Le New York Post, le Washington Post ou encore Le Monde y ont été confrontés. L’objectif pour les hackers ? Paralyser le site, bien sûr, mais aussi en profiter pour prendre le contrôle des réseaux sociaux pour publier des messages de propagande ou des fausses informations. L’Armée électronique syrienne, un groupe de hackers pro-Assad offusqué par les « mensonges » des médias occidentaux, s’est illustrée à de nombreuses reprises depuis 2012 dans l’art du « hameçonnage ». Son principal fait d’arme est d’avoir pris, en 2013, le contrôle du fil Twitter de l’agence Associated Press, pour y annoncer que le président Obama avait été blessé dans l’explosion de deux bombes à la Maison-Blanche. Ce qui avait provoqué un vent de panique à la Bourse de New York.

L’exemple le plus marquant d’un piratage massif reste celui, en mars 2015, des onze chaînes du groupe TV5 Monde, qui émettent dans plus de 200 pays. Pendant plusieurs heures, ce fut l’écran noir total suite à la neutralisation par des hackers de l’infrastructure informatique, suivie par la disparition de l’ensemble des messageries internes et par la publication sur les comptes Twitter et Facebook de messages de soutien à l’Etat islamique. L’attaque, inédite, a été qualifiée « d’une puissance inouïe » par la direction du groupe, créant un traumatisme encore bien vivace chez les journalistes, et la poussant à renforcer sa sécurité informatique. L’enquête préliminaire qui a suivi a dénoncé la négligence du personnel, qui laissait traîner des mots-de-passe sur des post-its à la vue de tous… Mais elle a aussi montré que les médias peuvent être les cibles d’attaques dont les enjeux les dépassent. En effet, la piste de cybercriminels russophones a été reconnue comme la plus plausible. Déjà identifiés par plusieurs entreprises de sécurité, ce groupe de hackers était réputé pour collecter des informations sur des questions de défense et de géopolitique. Ce piratage massif fait écho à celui vécu par le New York Times en janvier 2013. Le célèbre journal s’était rendu compte que des pirates surveillaient son réseau informatique depuis quatre mois, pour récupérer des mots de passe, des courriels… D’après sa propre enquête, les responsables seraient des hackers chinois, à l’affût d’informations suite à la publication d’une enquête sur le patrimoine du Premier ministre d’alors, Wen Jiabao. La Chine a catégoriquement nié toute implication.

 

(Lu dans la Tribune)

« JDD » en grève ou la crise des grands médias

« JDD » en grève ou la crise des grands médias

Comme la plupart des grands médias notamment la presse écrite, le JDD connaît un conflit social qui pourrait conduire à la suppression de 20 à 30 % de ses effectifs. En cause évidemment la baisse des recettes publicitaires dans les grands médias liés aussi à une diminution d’audience.  Autres facteurs explicatifs, le développement en particulier d’Internet qui bouleverse le paysage. Aux facteurs exogènes il faut  ajouter un facteur interne : celui de la détérioration de la qualité éditoriale. La plupart des grands médias ressemble davantage à une revue presse qu’à un journal proprement dit. On retrouve d’ailleurs à peu près partout les mêmes titres, les mêmes reportages et finalement les mêmes dépêches d’agence, du gouvernement, des institutions  des lobbys. L’analyse devient accessoire. L’enquête exceptionnelle. Les mêmes propos partout le nivellement par le bas (même chose pour les radios ou les chaînes télévisées) ; un seul exemple « l’impertinent » Libération qui s’aligne de plus en plus sur le populisme du Parisien. Bref de l’info formatée,  homogénéisée  et surgelée, sans saveur ni odeur. Depuis jeudi après-midi donc, un message sur le site Internet du « Journal du Dimanche » informe ses lecteurs qu’ils ne retrouveront pas toute l’actualité en temps réel comme à leur habitude. « En raison d’un mouvement de grève au sein du groupe Lagardère, le site du JDD ne sera pas actualisé », peut-on lire sur sa page d’accueil.  Les salariés du « Journal du Dimanche », comme ceux d’autres titres appartenant à Lagardère Active, ont voté jeudi après-midi une grève à effet immédiat et à durée indéterminée contre un plan de départs volontaires de 220 postes annoncé par la direction il y a deux semaines. Une nouvelle AG en début d’après-midi a voté le maintien de la grève. Ce plan prévoit des coupes de 20 à 30% des effectifs dans les rédactions, mais sans licenciements. Prévu pour 2016, il est assorti d’un programme d’économies de 50 millions d’euros sur tous les types de dépenses. Sont concernés le « JDD », mais également « Elle » (17 postes menacés), « Paris Match », dont un quart de la rédaction serait touchée par le plan (22 postes), « Télé 7 Jours » (18 postes sur 43), « France Dimanche » (7 postes sur 30) et « Ici Paris » (5 postes sur 19). Le groupe cherche d’ailleurs à céder ces trois derniers titres.

L’obésité des animaux de compagnie à la une des médias !

 

L’obésité des animaux de compagnie à la une des médias !

 

Tous les grands médias y compris économiques reprennent cette information sociétale fondamentale concernant l’obésité des animaux de compagnie constatée au royaume uni. Si cette information est reprise ici c’est évidemment pour souligner la désuétude des lignes éditoriales de grands médias. Dès lors,  il ne faut pas s’étonner de la chute d’audience de ces grands vecteurs d’informations supplantés aujourd’hui par les milliers et les milliers de sites Internet qui contribuent à l’amélioration générale de la connaissance et au débat démocratique. On objectera sans doute à juste titre que sur Internet, c’est un peu comme à la Samaritaine « on trouve tout » On peut aussi trouver des sources largement aussi intéressantes que les grands médias qui titrent aujourd’hui sur la question cruciale du surpoids des animaux domestiques. À la place on aurait sans doute aimé qu’on traite davantage les enjeux du moment comme par exemple la croissance molle qui menace l’activité mondiale, la chute des marchés financiers, l’inefficacité des politiques monétaires, les raisons spécifiques du chômage en France, la crise institutionnelle après le vote politicien concernant la déchéance de nationalité, le terrorisme, la montée de la criminalité dans des villes comme Marseille, la crise de l’immobilier, celle de l’agriculture ou encore de l’éducation nationale et des dizaines et des dizaines d’autres sujets. Dernier exemple, les contradictions du gouverneur de la Banque de France qui d’un côté dans une interview assure pouvoir maîtriser la baisse des marchés  grâce à la politique monétaire et qui dans une interview commune avec le gouverneur de la banque centrale allemande dit par ailleurs à peu près le contraire. À défaut on ce contentera donc de cette information fondamentale parue un peu partout « Chips, plats à emporter et même alcool: l’obésité chez les animaux de compagnie inquiète de plus en plus au Royaume-Uni où ils sont plus de cinq millions en surpoids, a averti, hier, une association de défense des animaux. Les chiens, les chats et les lapins sont les premières victimes d’un régime trop gras et trop sucré, s’alarme l’association PDSA (People’s Dispensary for Sick Animals) qui, pour lutter contre le fléau, a organisé un concours de minceur pour animaux. Tout en étant riches en calories, les plats à emporter, les gâteaux, le fromage ou les chips sont saturés en gras et en sucre. C’est mauvais pour la ligne et pour les dents de nos animaux. Certains propriétaires ont même avoué leur donner du chocolat et de l’alcool, deux poisons qui peuvent mettre leur vie en danger», a insisté une vétérinaire de l’association, Vicki Larkham-Jones. ». Un vétérinaire qui serait aussi utile pour soigner « l’animalus mediaticus » !

Affaire Kerviel : la discrétion des grands médias

Affaire Kerviel : la discrétion des grands médias

Il n’est sans doute pas surprenant que les grands médias fassent preuve depuis le début d’une telle discrétion à propos de l’affaire Kerviel. Une discrétion qui se comprend quand on sait que la Société Générale fait partie des grands annonceurs dont la pub finance la presse écrite ou audiovisuelle. Il s’agit pourtant d’une affaire d’État qui met en cause la responsabilité de la société générale et qui a été purement et simplement enterrée par la justice ; pire, Kerviel, le bouc émissaire, idéal a été condamné à trois ans de prison et à rembourser 5 milliards ( remboursement annulé ensuite tellement il était ridicule car il aurait fallu des centaines d’années à l’intéressé pour respecter cette condamnation). Pire encore, la société générale a bénéficié d’une petite ristourne fiscale d’un milliard pour le préjudice subi. Pourtant la policière de la brigade financière en charge du dossier avait émis des doutes sérieux concernant la responsabilité de Kerviel et c’est pour cette raison qu’elle a été écartée du dossier de même ensuite pour  la juge qui pensait à peu près la même chose , aujourd’hui elle aussi mise dans Un placard. « Elle assure des missions de réserve » d’après la chancellerie ! Pas étonnant quand on connaît son véritable sentiment sur cette affaire «Quand vous en parlez, tous les gens qui sont un peu dans la finance, ils rigolent, sachant très bien que la Société générale savait», déclare Chantal de Leiris la juge.  Jérôme Kerviel a été condamné définitivement à cinq ans de prison dont trois ferme en avril 2014, mais la Cour de cassation a rejeté la somme de 4,9 milliards d’euros de dommages-intérêts demandée par la Société Générale, soit l’équivalent de sa perte, en reprochant à la banque d’avoir failli dans ses mécanismes de contrôle.  Chantal de Leiris revient sur le classement de ces plaintes par le parquet en 2012 et met en cause sa hiérarchie directe. «C’est surtout Michel Maes (chef de la section financière au parquet à l’époque, ndlr). Sans arrêt, il me disait : « Tu vas pas mettre en défaut, en porte-à-faux, la Société générale. Ça a été jugé, t’as pas à y revenir« . C’est eux qui ont voulu à tout prix sabrer (les plaintes) (…) Mais c’est vrai ce que vous dites: vous avez été entièrement manipulée par la Société générale», déclare Chantal de Leiris à son interlocutrice, selon les extraits. Et d’ajouter: «Maes, c’est les avocats de la Société générale». Dans cette affaire d’État on attend que l »’exemplaire » Christine Taubira prenne enfin les moyens d’assurer l’indépendance de la justice. »

Pourquoi l’appétit des grands patrons pour les grands medias ?

Pourquoi l’appétit  des grands patrons pour  les grands medias ?

 

On peut légitimement s’interroger pour savoir ce qui justifie le féroce appétit des grands patrons vis-à-vis des grands médias. Officiellement il s’agirait de constituer de grands groupes multi médias utilisant plusieurs supports numériques de taille internationale. Pour autant on peut se demander pourquoi les grands patrons rachètent aussi les journaux,  les chaînes d’info généraliste en même temps que des radios ; d’une certaine manière il y a sans doute une certaine logique économique pour rationaliser le fonctionnement de différents médias aujourd’hui en difficulté financière et en manque d’audience, un logique aussi pour  lancer de nouveaux produits qui fidélisent davantage la clientèle. Mais derrière cette stratégie se cache sans doute aussi la volonté de maîtriser les contenus ;  en clair de contrôler la nature et la forme de l’info. Une info par ailleurs de plus en plus congelée, formatée, essentiellement issues des agences de presse, des communiqués des groupes socioprofessionnels et des déclarations des responsables politiques. La réduction des équipes de rédactions ne permet plus de faire le travail d’investigation nécessaire et finalement les journaux et les chaînes de télévision se ressemblent de plus en plus dans leur contenu. À cet égard la logique des conglomérats de masse pourrait bien être percutée par l’apport original de la diversité de supports indépendants d’Internet. Par exemple, Hyperactif cette année, Patrick Drahi, patron de l’empire télécoms Altice (SFR), présent dans 9 pays, parie sur les contenus pour attirer les millions d’abonnés télécoms. C’est en France qu’il crée le noyau dur de son groupe de médias. Après « Libération » l’an dernier, il a repris cette année « L’Express » et une vingtaine d’autres magazines, acquis 49% de NextradioTV (RMC, BFMTV…), dont il pourra prendre le contrôle en 2019. Il a raflé à Canal+ les droits TV du championnat d’Angleterre de football 2016-2019 pour 100 millions d’euros par an, exclusivement pour les abonnés SFR. Enfin, SFR vient de lancer son offre de vidéo par abonnement, Zive. Patrick Drahi, patron en Israël du groupe Hot (télévision, téléphonie) et de la chaîne d’info i24news, possède aussi les cablo-opérateurs américains Suddelink et Cablevision, le premier journal gratuit américain, « AM NewYork », ou encore la chaîne régionale « News 12″. Mais il vise plus haut et entend créer un groupe médias international de plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires. Face à lui, Vincent Bolloré, tout aussi ambitieux, qui a pris cette année le pouvoir à Vivendi et Canal+ avec seulement 15% du capital, et annonce vouloir créer un grand groupe centré sur les médias. Il dispose pour cela d’une dizaine de milliards de trésorerie, grâce à la vente de SFR à Drahi l’an dernier. Son crédo: des contenus exclusifs. Quand on voit l’évolution de Canal il y a tout lieu d’être inquiet sur la ligne éditoriale. Cette année, il a démarré ses acquisitions: la plateforme internet Dailymotion, 49,9% du groupe de production Banijay-Zodiak, une partie du capital d’Ubisoft, n°3 mondial des jeux vidéos, et de Gameloft (jeux pour smartphone), les radios en ligne Radionomy. Il a aussi déboursé 250 millions d’euros pour retenir pendant 5 ans l’animateur Cyril Hanouna, vedette de sa chaîne D8 – dont la société de production appartient d’ailleurs à Banijay. Il a enfin obtenu l’exclusivité de la diffusion de la chaîne Eurosport sur son bouquet payant CanalSat. D’autres grands patrons collectionnent eux aussi les titres, d’autant que, crise aidant, les médias ne coûtent pas cher. Xavier Niel, patron de Free, et le banquier Matthieu Pigasse, qui avec Pierre Bergé détiennent déjà le groupe Le Monde et L’Obs, lorgnent sur l’audiovisuel: ils ont créé un fonds de 500 millions d’euros avec le producteur Pierre-Antoine Capton pour des rachats en France ou à l’international. Dans la presse, Bernard Arnault (LVMH), propriétaire des Echos, a racheté le quotidien « Le Parisien » tandis que « Le Figaro » (groupe Dassault) a repris le groupe CCM-Benchmark, devenant le leader français d’internet en termes d’audience, juste derrière les géants américains comme Google et Facebook. Egalement en quête de contenus en propre, TF1 va avaler Newen, 3e producteur français, pour créer un champion européen des contenus. Une diversification indispensable alors que la télévision est concurrencée par internet. Les analystes sont unanimes: le tourbillon va continuer. Les médias attirent, mais gagner de l’argent dans ce secteur reste un casse-tête. Leurs nouveaux propriétaires réduisent les coûts, en diminuant les effectifs, comme à Libération et L’Express, en fermant des imprimeries, comme au Parisien ou au Monde, ou en créant des synergies entre les rédactions. Ils testent aussi des modèles payants, avec davantage de pages payantes sur les sites d’info ou lancent des abonnements vidéo illimités à quelques euros par mois.

Pourquoi les grands patrons veulent-ils posséder les grands medias ?

Pourquoi les  grands patrons veulent-ils posséder les grands medias ?

On peut légitimement s’interroger pour savoir ce qui justifie le féroce appétit des grands patrons vis-à-vis des grands médias. Officiellement il s’agirait de constituer de grands groupes multi médias utilisant plusieurs supports numériques de taille internationale. Pour autant on peut se demander pourquoi les grands patrons rachètent aussi les journaux,  les chaînes d’info généraliste en même temps que des radios ; d’une certaine manière il y a sans doute une certaine logique économique pour rationaliser le fonctionnement de différents médias aujourd’hui en difficulté financière et en manque d’audience, un logique aussi pour  lancer de nouveaux produits qui fidélisent davantage la clientèle. Mais derrière cette stratégie se cache sans doute aussi la volonté de maîtriser les contenus ;  en clair de contrôler la nature et la forme de l’info. Une info par ailleurs de plus en plus congelée, formatée, essentiellement issues des agences de presse, des communiqués des groupes socioprofessionnels et des déclarations des responsables politiques. La réduction des équipes de rédactions ne permet plus de faire le travail d’investigation nécessaire et finalement les journaux et les chaînes de télévision se ressemblent de plus en plus dans leur contenu. À cet égard la logique des conglomérats de masse pourrait bien être percutée par l’apport original de la diversité de supports indépendants d’Internet. Par exemple, Hyperactif cette année, Patrick Drahi, patron de l’empire télécoms Altice (SFR), présent dans 9 pays, parie sur les contenus pour attirer les millions d’abonnés télécoms. C’est en France qu’il crée le noyau dur de son groupe de médias. Après « Libération » l’an dernier, il a repris cette année « L’Express » et une vingtaine d’autres magazines, acquis 49% de NextradioTV (RMC, BFMTV…), dont il pourra prendre le contrôle en 2019. Il a raflé à Canal+ les droits TV du championnat d’Angleterre de football 2016-2019 pour 100 millions d’euros par an, exclusivement pour les abonnés SFR. Enfin, SFR vient de lancer son offre de vidéo par abonnement, Zive. Patrick Drahi, patron en Israël du groupe Hot (télévision, téléphonie) et de la chaîne d’info i24news, possède aussi les cablo-opérateurs américains Suddelink et Cablevision, le premier journal gratuit américain, « AM NewYork », ou encore la chaîne régionale « News 12″. Mais il vise plus haut et entend créer un groupe médias international de plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires. Face à lui, Vincent Bolloré, tout aussi ambitieux, qui a pris cette année le pouvoir à Vivendi et Canal+ avec seulement 15% du capital, et annonce vouloir créer un grand groupe centré sur les médias. Il dispose pour cela d’une dizaine de milliards de trésorerie, grâce à la vente de SFR à Drahi l’an dernier. Son crédo: des contenus exclusifs. Quand on voit l’évolution de Canal il y a tout lieu d’être inquiet sur la ligne éditoriale. Cette année, il a démarré ses acquisitions: la plateforme internet Dailymotion, 49,9% du groupe de production Banijay-Zodiak, une partie du capital d’Ubisoft, n°3 mondial des jeux vidéos, et de Gameloft (jeux pour smartphone), les radios en ligne Radionomy. Il a aussi déboursé 250 millions d’euros pour retenir pendant 5 ans l’animateur Cyril Hanouna, vedette de sa chaîne D8 – dont la société de production appartient d’ailleurs à Banijay. Il a enfin obtenu l’exclusivité de la diffusion de la chaîne Eurosport sur son bouquet payant CanalSat. D’autres grands patrons collectionnent eux aussi les titres, d’autant que, crise aidant, les médias ne coûtent pas cher. Xavier Niel, patron de Free, et le banquier Matthieu Pigasse, qui avec Pierre Bergé détiennent déjà le groupe Le Monde et L’Obs, lorgnent sur l’audiovisuel: ils ont créé un fonds de 500 millions d’euros avec le producteur Pierre-Antoine Capton pour des rachats en France ou à l’international. Dans la presse, Bernard Arnault (LVMH), propriétaire des Echos, a racheté le quotidien « Le Parisien » tandis que « Le Figaro » (groupe Dassault) a repris le groupe CCM-Benchmark, devenant le leader français d’internet en termes d’audience, juste derrière les géants américains comme Google et Facebook. Egalement en quête de contenus en propre, TF1 va avaler Newen, 3e producteur français, pour créer un champion européen des contenus. Une diversification indispensable alors que la télévision est concurrencée par internet. Les analystes sont unanimes: le tourbillon va continuer. Les médias attirent, mais gagner de l’argent dans ce secteur reste un casse-tête. Leurs nouveaux propriétaires réduisent les coûts, en diminuant les effectifs, comme à Libération et L’Express, en fermant des imprimeries, comme au Parisien ou au Monde, ou en créant des synergies entre les rédactions. Ils testent aussi des modèles payants, avec davantage de pages payantes sur les sites d’info ou lancent des abonnements vidéo illimités à quelques euros par mois. Même l’INA s’y est mis. « Mais il n’est pas du tout évident qu’il y ait un sens économique à intégrer tuyaux télécoms et contenus. Il faudra à Altice vendre beaucoup d’abonnements vidéos à 10 euros par mois pour rentabiliser des droits de 100 millions d’euros par an pour une seule compétition de foot! », avertit Matthieu de Chanville, expert médias chez A.T. Kearney.

Vivendi dans les médias : danger !

Vivendi  dans les médias : danger !   

Vivendi dans le premier actionnaire est Bolloré à décidé de s’investir massivement dans les médias. De quoi s’inquiéter quand on connaît la manière dont Bolloré gère les lignes éditoriales notamment à Canal+. Canal+ qui justement enregistre une baisse de fréquentation après la reprise en main musclée de la chaîne par Bolloré. Vivendi compte donc  mettre le pied sur l’accélérateur en termes d’investissements au cours des deux prochaines années afin de concrétiser son ambition de bâtir un groupe international de médias et de divertissement après son désengagement des télécoms. La maison-mère de Canal+ et d’Universal Music Group a confirmé mardi ses objectifs financiers pour 2015 en dépit d’un recul de son chiffre d’affaires et de son résultat opérationnel au troisième trimestre.   »Dans son ambition de construire un groupe international de médias ainsi que de production et de distribution de contenus, Vivendi prévoit une période d’investissements potentiellement élevés de deux ans, en 2016 et 2017″, déclare la société dans un communiqué, sans préciser la nature de ces investissements. Interrogé sur leur ampleur, le président du directoire Arnaud de Puyfontaine a déclaré lors d’une conférence téléphonique avec des analystes qu’il était trop tôt pour évoquer un montant. Plus d’un an après avoir achevé un vaste programme de cessions d’actifs qui a gonflé sa trésorerie à hauteur de plus de huit milliards d’euros, le groupe piloté par l’entrepreneur Vincent Bolloré, son premier actionnaire, s’est jusqu’à présent montré frugal dans ses acquisitions. Vivendi a déboursé autour de trois milliards d’euros pour détenir plus de 20% du premier opérateur italien Telecom Italia dont il est le premier actionnaire.  A plus petite échelle, il va notamment débourser près de 300 millions d’euros pour prendre une participation d’environ 26% dans le producteur et distributeur de programmes télévisuels qui naîtra du rapprochement des sociétés Banijay et Zodiak. Le groupe a également dépensé une somme similaire pour s’inviter au capital des éditeurs de jeux vidéos Ubisoft et Gameloft dans lesquels il compte encore accroître ses participations malgré l’hostilité affichée par leurs dirigeants. Victime de la concurrence de BeINSport et de l’essor des offres de vidéo à la demande sur internet dans le sillage de l’américain Netflix, la chaîne cryptée a perdu des abonnés au troisième trimestre dans l’Hexagone. « Les chiffres du troisième trimestre apparaissent très faibles. Des révisions à la baisse du consensus sont probables », estime Charles Bedouelle d’Exane BNP Paribas, dans une note.

Censure dans les médias : bientôt une loi anti Bolloré ?

Censure dans les médias : bientôt une loi anti Bolloré ?

Depuis que Bolloré a largement pénétré le monde des médias en particulier celui de la télévision, nombre de journalistes y compris à Canal protestent  contre les pressions subies vis-à-vis du contenu éditorial. Après notamment la censure présumée d’un documentaire sur le Crédit Mutuel qui devait être diffusé sur Canal+ cet été (finalement diffusé par France 3), la ministre de la Culture et de la Communication, Fleur Pellerin, réfléchit à un amendement « anti-Bolloré », nouveau patron de Vivendi et de Canal+, soupçonné d’avoir été à l’origine de la décision de censure.  Des affaires comme celle de la déprogrammation du documentaire sur les manœuvres fiscales du Crédit Mutuel, forcément, il y en aura d’autres. Voilà ce qui se dit à l’hôtel de Valois. Du coup, ce qui se dit aussi, c’est qu’il faut protéger l’indépendance des médias contre les intérêts économiques des actionnaires et des annonceurs. L’idée, c’est de renforcer, dans la loi, les pouvoirs du Conseil supérieur de l’audiovisuel. Le CSA pourrait aller jusqu’à proposer des noms pour participer aux comités d’éthique des chaînes généralistes. Mais surtout ces chaînes seraient obligées d’inscrire dans la convention qui les lie au gendarme de l’audiovisuel une clause pour garantir l’indépendance éditoriale des rédactions. Ce qui n’existe pas aujourd’hui chez Canal Plus, et c’est bien tout le problème. Au ministère de la Culture, on réfléchit aussi à protéger les lanceurs d’alerte, les journalistes, ou les rédactions qui dénonceraient la censure, ou les pressions. Et on se dit qu’il faut aller vite.  L’examen, en deuxième lecture, au Sénat de la loi sur la liberté de création portée par Fleur Pellerin pourrait donc effectivement être un bon créneau. En tous cas tout est prêt.  Ne restent plus que les arbitrages dits  »politiques », à Matignon et à l’Elysée.

Concentration des médias : danger ( Julia Cagé)

Concentration des médias : danger ( Julia Cagé)

 

Titulaire d’un doctorat à l’université Harvard et professeure d’économie à Sciences-Po Paris, Julia Cagé pointe les dangers d’une concentration de médias autour d’industriels multimillionnaires. L’auteur du livre Sauver les médias (Seuil, 2015), appelle à une réforme des lois encadrant le pluralisme de l’information dans une interview à la Tribune.

 

Actuellement, le paysage médiatique se recompose autour d’industriels (Bolloré, Dassault, Lagardère, Arnault) et de certains magnats des télécoms (Drahi, Niel, Bouygues), tandis que les groupes de presse indépendants disparaissent les uns après les autres. Cette situation met-elle en danger le pluralisme des médias ?

JULIA CAGE - Cette concentration est dangereuse et vraiment inquiétante pour le bon fonctionnement de la démocratie française. Elle nous dit une chose : il est urgent de repenser les lois qui encadrent le pluralisme des médias. L’appareil législatif anti-concentration est daté. La dernière loi date de 1986, une éternité quand on sait qu’on ne consommait pas d’information sur Internet à l’époque ! Il faut donc une nouvelle loi qui devrait s’attaquer à plusieurs problèmes.

D’une part, éviter une concentration excessive pour garantir le pluralisme de l’information. D’autre part, garantir, à l’avenir, la propriété des médias par des groupes de presse indépendants plutôt que par des industriels qui sont souvent sous contrat avec l’État.

Enfin, il faudrait limiter, comme c’est le cas dans beaucoup d’autres pays, la pratique du cross-ownership, c’est-à-dire le fait de posséder tout à la fois des journaux, des radios et des chaînes de télévision. Or il semble que plus l’on tarde à réguler, plus la recomposition du paysage médiatique s’accélère, donnant chaque jour un peu plus de poids à ces nouveaux acteurs qui utilisent leur influence pour convaincre le législateur que le mieux est de ne rien faire.

Quel rôle joue la proximité de l’élection présidentielle de 2017 dans les mouvements d’acquisitions récents ?

Les différents propriétaires des médias n’ont pas les mêmes motivations. La situation de crise dont souffrent en particulier les titres de presse écrite a avant tout déterminé l’agenda. Patrick Drahi a pu racheter Libération d’abord parce que le titre était en 2014 au bord du dépôt de bilan et représentait pour lui un levier d’influence et de pression auprès de l’État, car le secteur des télécoms dépend beaucoup de la régulation.

Le cas qui semble avoir été le plus influencé par la proximité de l’élection présidentielle est clairement le rachat du Parisien par Bernard Arnault, le PDG du groupe de luxe LVMH. Au moment de son rachat, le quotidien n’était plus à vendre. Or, on connaît les préférences politiques très marquées de Bernard Arnault et tout laisse à penser qu’il ait pu vouloir s’acheter un cheval de bataille en vue des élections. Reste à savoir si une telle stratégie peut être couronnée de succès car les journalistes du Parisien feront sans doute tout pour préserver leur indépendance.

Un homme suscite beaucoup d’interrogations en ce moment : Patrick Drahi. Pensez-vous que sa frénésie d’acquisitions s’explique aussi par la rivalité qui l’oppose au patron de Free, Xavier Niel ?

La psychologie des hommes d’affaires est toujours difficile à comprendre. Beaucoup disent que la stratégie de Drahi est déterminée par celle de Niel : Niel achète Le Monde, Drahi acquiert Libération ; le scénario se répète à l’identique pour Le Nouvel Observateur – (qui va être racheté par le Monde NDLR) et L’Express

Enfin, Niel évoque son intérêt pour LCI, Drahi fait pour une fois la course en tête en étendant son empire à BFM-TV. Reste que, jusqu’à présent, on observe une différence fondamentale entre les deux hommes. Niel a investi dans les médias dont il est devenu actionnaire. Ainsi, au Monde comme au Nouvel Observateur, le nombre de journalistes n’a pas diminué. Au contraire, Drahi a fait fondre les effectifs de Libération et s’est engagé dans la même voie à L’Express. Un peu comme s’il n’avait fait le choix d’acquérir ces « marques » que pour les vider de leur coquille.

Vous attendez-vous à d’autres mouvements dans les mois qui viennent ? Dans cette nouvelle configuration, certains titres deviennent isolés, à l’image du Point. Les petits groupes et les titres indépendants deviennent-ils des cibles potentielles ?

Oui, je m’attends à d’autres mouvements. Lesquels, c’est difficile à prévoir. La question du Point est intéressante : on a longtemps cru à des synergies avec L’Express, mais maintenant que celui-ci est passé sous la coupe de Drahi, c’est moins évident. D’autant qu’Artémis (Pinault) n’a pas besoin de s’en défaire. Quoi qu’il en soit, il y a de moins en moins de groupes indépendants des grands industriels, et c’est inquiétant pour la pluralité de l’information.

- Actuellement, le paysage médiatique se recompose autour d’industriels (Bolloré, Dassault, Lagardère, Arnault) et de certains magnats des télécoms (Drahi, Niel, Bouygues), tandis que les groupes de presse indépendants disparaissent les uns après les autres. Cette situation met-elle en danger le pluralisme des médias ?

JULIA CAGE - Cette concentration est dangereuse et vraiment inquiétante pour le bon fonctionnement de la démocratie française. Elle nous dit une chose : il est urgent de repenser les lois qui encadrent le pluralisme des médias. L’appareil législatif anti-concentration est daté. La dernière loi date de 1986, une éternité quand on sait qu’on ne consommait pas d’information

Médias : le business rachète l’info

Médias : le business rachète l’info

 

Progressivement tous les grands médias passent dans les mains des biznessman. Certes, ces médias ne sont pas toujours des modèles de gestion et le corporatisme a là aussi porté un coup aux équilibres financiers. Pour autant il faut s’inquiéter de voir ces médias repris par des grands groupes capitalistes. La plupart en effet ne sont pas des philanthropes et entendent  comme Bolloré réorienter les lignes éditoriales. Des lignes éditoriales moins critiques vis-à-vis des forces économiques, financières et plus tolérantes vis-à-vis du monde politique. Des médias en fait davantage people, plus superficiels et où le fait divers et le sensationnel  prendront le pas sur des enquêtes approfondies. Pour résumer la dictature du fric sur le contenu de l’info. Dernier exmple en date, l’homme d’affaires Patrick Drahi, patron d’Altice (SFR, Numericable), s’allie à Alain Weill, PDG de NextRadioTV (BFMTV, RMC…), dans les médias. Les deux hommes d’affaires ambitionnent de nouer «un projet de partenariat stratégique multimédia de premier plan, en France et à l’international», ont indiqué les deux groupes dans un communiqué. Concrètement, Alain Weill et le groupe Altice vont créer une coentreprise dont Alain Weill détiendra 51% du capital et des droits de vote et dont il assurera la présidence. Cette nouvelle société lancera une opération publique d’échange (OPA) d’un montant de 595 millions d’euros (37 euros par action) sur NextRadioTV. L’opération devrait être bouclée d’ici à la fin de l’année, après l’autorisation des autorités compétentes. Dans l’opération, Alain Weill apportera sa participation dans NextRadioTV représentant 37,7% du capital et 48,59% des droits de vote. L’homme d’affaires sera par ailleurs actionnaire à hauteur de 24% d’une filiale du groupe Altice qui a vocation à investir dans les médias, en particulier à l’international. Il deviendra membre du comité de direction d’Altice et pilotera l’ensemble des activités médias du groupe en France et à l’international. De son côté, Patrick Drahi, qui multiplie depuis l’an dernier les acquisitions dans les télécoms et les médias (Libération, L’Express…), pourra racheter d’ici à mars 2019 la totalité du capital de NextRadioTV, l’un des seuls grands groupes audiovisuels indépendants en France. Créé en 2000 par Alain Weill, qui était alors directeur général de NRJ Group, NextRadioTV comprend la radio RMC, la chaîne d’info en continu BFMTV ainsi que les chaînes RMC Découverte et BFM Business. Le groupe a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires de 195,1 millions d’euros. Patrick Drahi, troisième fortune de France, a déjà racheté en juin 2014 le quotidien Libération et, en février 2015, l’hebdomadaire L’Express et une douzaine d’autres magazines. Il est à la tête du cinquième pôle de presse magazine français. Il détient aussi la chaîne israélienne d’information en continu i24news et le groupe israélien de télévision et de téléphonie mobile Hot. L’homme d’affaires s’est surtout forgé en quelques années un empire dans les télécoms, en France comme à l’international: propriétaire de Numericable, il a acquis SFR en mars 2014 pour 13,4 milliards d’euros, puis Portugal Telecom en décembre 2014 pour 7,4 milliards d’euros, et l’américain Suddenlink Communications pour 9,1 milliards de dollars. Suite à l’annonce, l’action NextRadioTV s’est envolé de près de 15%.

Grands médias : l’actu déjà en vacances ?

Grands médias : l’actu déjà  en vacances ?

 

Pour les observateurs attentifs, il n’aura pas échappé que les unes des grands médias sont à peu près les mêmes que celles de vendredi et de samedi. On y a ajouté l’intervention de Hollande, le drame en méditerranée, des résultats sportifs et quelques faits divers. Même chose pour les agences de presse. Avec le beau temps revenu,  les week-ends  des journalistes  s’allongent. Pas étonnant que la presse écrite , la radio, la télé  voient leurs clients  émigrer vers internet. En vérité les vacances journalistiques ont débuté début avril, elles vont se prolonger en mai avec les ponts, sans doute en juin. L’activité réelle ne reprendra que vers le 15septembre. On se demande à quoi servent ces centaines, ces milliers de journaliste si c’est pour nous servir tous la même soupe congelée des agences, du gouvernement et des lobbies .  Et cela vaut pour les medias privés comme come pour les médias publics à de rares exceptions près. Il suffit de regarder la une des versions numériques : souvent les mêmes articles  pendant des jours et des semaines. Il suffit d’écouter ou de lire les infos, strictement les mêmes partout. L’immédiateté prend le pas sur l’analyse, pas le temps d’ approfondir. Ainsi la fumisterie de la « grande réforme du quinquennat » de Hollande :  le carnet personnel  d’ activité. En fait un carnet qui n’apporte strictement rien de plus que ce qui existe déjà et qui va encore compliquer la vie de entreprisse et pourra même nuire à l’embauche des salariés âgés s i ces avantages pèsent sur les charges sociales. Cette presse là est adaptée pour véhiculer bêtement la com. quotidienne du pouvoir, des institutions, des groupes de pression . Une info en efface uen autre, avec uen ligne éditoriale sur le mode  du tweet avec des photos , des vidéos qui écrasent de plus en plus les textes. ( sans parler de la pub intrusive). La crise du système politique s’alimente aussi de la médiocrité de cette presse paresseuse et aseptisée.  

Sondage Hollande : toujours un mauvais président…comme les médias !

Sondage Hollande : toujours un mauvais président…comme les médias !

 

Hormis les grands médias légitimistes qui trouvent que Hollande incarne désormais la fonction de rassembleur, il n’y a pas grand monde pour trouver des vertus à Hollande. Les deux tiers des Français estiment qu’il este toujours un mauvais président. Les éditorialistes hypnotisés par la dernière conférence mondaine  de Hollande à la télé vont devoir se réveiller sinon ils risquent de couler peu plus l’audience de leur journal tellement le décalage este grand entre l’opinion et la cour des journalistes de salon.  Les deux-tiers des Français (67%) pensent que François Hollande est un « mauvais président », selon un sondage Odoxa pour Le Parisien/Aujourd’hui en France publié samedi. A la question « diriez vous de François Hollande qu’il est un très bon, plutôt bon, plutôt mauvais ou très mauvais Président de la République ? », 3% répondent « très bon », 30% « plutôt bon », 38% « plutôt mauvais » et 29% « très mauvais ». Cette étude a été réalisée après la conférence de presse du Président qui s’est tenue jeudi en milieu de journée. En juillet, 77% des sondés pensaient qu’il était un « mauvais » chef de l’Etat (22% disaient qu’il était « bon »), rappelle l’institut de sondage. En outre 65% ont une « mauvaise opinion » de François Hollande, contre 34% qui au contraire en ont une « bonne ». Plus de la moitié (56%) pense qu’il est « plutôt moins bon » que son prédécesseur Nicolas Sarkozy (41% pensent qu’il est « plutôt meilleur »). 81% considèrent que le courbe du chômage « ne diminuera pas de façon continue d’ici la fin du quinquennat ». Par ailleurs, 80% des personnes interrogées se disent « opposées » à un engagement militaire de la France en Ukraine, selon cette étude.

Croissance mondiale: un repli sous-estimé par les médias

 Croissance mondiale: un repli sous-estimé par les médias  

 

Peu  de médias traitent traitent en France du repli de la croissance mondiale en novembre. .A la Une de ce vendredi,  c’est la coupe Davis, Nabila, la photo de Hollande-Gayet, les matchs de foot truqués .  Bref c’est le week-end à la française qui commence désormais le vendredi. Pourtant les indicateurs de l’économie mondiale sont inquiétants. Sans doute ne faut-il pas détériorer davantage la confiance (et celle  les annonceurs !) alors on fait l’impasse. On reparlera d’économie plus tar d. Pourtant les chiffres sont mauvais aux Etats Unis avec le chômage et l’inflation.  En Chine, l’indice PMI HSBC/Markit du secteur manufacturier a enregistré une croissance nulle en novembre à 50,0 contre 50,4 en octobre, selon une enquête menée auprès des directeurs d’achat. En zone euro La croissance a ralenti, atteignant même son plus bas niveau en un an et demi, ce qui ravive le spectre d’un retour à la contraction dans la région, a indiqué jeudi le cabinet Markit qui publie l’indice PMI. Le PMI composite de la zone euro s’est établi à 51,4 en novembre contre 52,1 en octobre. Lorsqu’il dépasse les 50 points, cela signifie que l’activité progresse tandis qu’elle se replie s’il est inférieur à ce seuil.  La croissance de l’activité du secteur privé allemand a ralenti en novembre à son rythme le plus faible en seize mois avec la stagnation de l’industrie manufacturière et le moindre dynamisme des services, laissant augurer une activité sans ressort au quatrième trimestre. L’indice PMI composite, qui regroupe l’industrie manufacturière et les services, a reculé à 52,1 contre 53,9 en octobre. Pour le secteur manufacturier, l’indice PMI flash est tombé à 50,0, qui correspond au seuil séparant contraction et expansion, après 51,4 le mois précédent. L’indice des services, lui, a chuté à 52,1 après 54,4 mais reste au-dessus du seuil de 50. L’un et l’autre sont ressortis nettement en dessous des attentes des économistes interrogés par Reuters. « Ce qui arrive, c’est qu’en général le secteur des services suit celui de la production de biens sur la pente descendante et c’est ce que nous constatons en ce moment », a déclaré Chris Williamson, chef économiste de Markit. « Le secteur manufacturier stagne, les nouvelles commandes reculent pour le troisième mois consécutif, et le recul est le pire enregistré depuis la fin 2012″, a-t-il ajouté. L’économie allemande a échappé de peu à une récession technique au troisième trimestre, le PIB enregistrant une croissance de 0,1% grâce au dynamisme des dépenses de consommation et à une faible contribution du commerce extérieur. Les organisations internationales, comme l’OCDE et le FMI, ont abaissé leurs prévisions de croissance pour la première économie de la zone euro, de même que le gouvernement qui n’attend plus qu’une hausse du PIB de 1,2% cette année et de 1,3% en 2015. L’activité dans le secteur privé s’est contractée pour le septième mois consécutif en novembre en France, à un rythme légèrement moins élevé que le mois précédent. L’indice PMI composite, qui combine les secteurs de l’industrie et les services, s’est ainsi inscrit à 48,4, après 48,2 au mois d’octobre, restant sous la barre de 50 séparant les zones de contraction et d’expansion de l’activité. Dans le secteur manufacturier, l’indice a diminué à 47,6 contre 48,5 en octobre, un niveau nettement en deçà des attentes des 17 économistes interrogés par Reuters (48,8) et qui constitue un plus bas depuis trois mois. Les services ont vu leur indice progresser à 48,8, après 48,3 en octobre, un niveau supérieur au consensus des économistes (48,5) et qui constitue un plus haut depuis trois mois. Selon Chris Williamson, économiste chez Markit, la faiblesse de l’activité dans le secteur privé et des inquiétudes sur les services pourraient se traduire par une contraction de 0,1% du PIB de la France au quatrième trimestre.

 

Un prix Nobel d’économie inconnu des médias

Un prix Nobel d’économie inconnu des médias

En France il y a deux types économistes, ceux qui travaillent dans leur laboratoires et produisent  des recherches, de l’autre ceux qui passent leur temps dans les médias et qui ont tout juste le temps de mettre leur nom sur les thèses de leurs étudiants. Jean Tirole, lui est un véritable économiste, très connu aux Etats-Unis notamment mais inconnu en France. Il   s’est vu décerner lundi le prix Nobel d’économie pour ses travaux sur la régulation de secteurs économiques dominés par quelques grands acteurs, comme l’électricité ou les télécommunications, un des nombreux sujets d’étude de ce chercheur parmi les plus brillants de sa génération. Président de l’Ecole d’économie de Toulouse, il est le premier Français couronné dans cette discipline depuis Maurice Allais (1988), lui-même devancé par le franco-américain Gérard Debreu (1983). Jean Tirole, 61 ans, est de plus le deuxième lauréat français d’un prix Nobel cette année, après Patrick Modiano, sacré jeudi en littérature. L’Académie royale de Suède a dit avoir voulu honorer « un des économistes les plus influents de notre temps » qui a « éclairci les moyens de comprendre les secteurs économiques dominés par quelques grands groupes pour les réguler ». « Je suis vraiment très ému », a dit à Toulouse Jean Tirole, dont le nom figurait depuis des années parmi les favoris pour ce prix longtemps considéré comme une chasse gardée des Américains. Pour Staffan Normark, secrétaire permanent de l’Académie royale suédoise des Sciences, le thème honoré par les jurés suédois cette année tient à « comment dompter les grands groupes puissants » dans des secteurs auparavant dominés par des monopoles publics. Selon l’Académie, les travaux de Jean Tirole ont montré que la régulation des marchés devait être soigneusement adaptée à l’environnement de chaque secteur plutôt que de reposer sur des mesures générales comme les limitations de prix, qui peuvent faire plus de mal que de bien. Jean Tirole a travaillé aussi sur des sujets comme les bulles de crédit, estimant que la crise financière de 2008-2009 était avant tout le résultat d’une régulation insuffisante. « C’est la figure dominante en matière d’organisation industrielle. La question n’était pas de savoir s’il allait avoir le prix Nobel mais quand », a déclaré Paul Klemperer, professeur d’économie à Oxford, « il nous a donné les moyens de penser la régulation des entreprises ». Polytechnicien de formation et diplômé de l’Ecole nationale des ponts et chaussées, Jean Tirole était un mathématicien au départ avant de se tourner vers l’économie. « On pouvait faire d’une part des modèles très abstraits en utilisant les maths mais on pouvait dans le même temps être dans les sciences humaines et sociales », a-t-il expliqué. Sa grande innovation a été d’introduire la théorie des jeux et la théorie de l’information dans l’économie industrielle mais aussi l’économie internationale. Ses travaux ont porté sur des sujets étroitement liés à l’actualité comme les aides publiques, la réglementation de la concurrence, les crises financières. Il s’est penché aussi sur le réchauffement climatique, la problématique étant, selon lui, de « trouver les bons instruments pour inciter » particuliers, entreprises et administrations à combattre les émissions de gaz à effets de serre.

 

Infos-télés- médias : le foot, le foot, le foot ! ralbol

Infos-télés- médias : le foot, le foot, le foot ! ralbol

 

 

 

Difficile d’allumer une haine sans tomber sur le foot. Tout est bon pour en parler y compris pour ne rien dire. A défaut d’image, on prend un ancien jouer, une personnalité du show-biz, un journaliste ou  deux pour faire un plateau et occuper l’écran pendant deux heures. L’information en général (et économique en particulier)  passe sous la table. Il n’est pas question de critiquer l’engouement pour le foot et l’équipe de France en particulier car le mondial est un grand moment. Pour autant on pourrait sans doute éviter de tout centrer sur le foot car là c’est l’overdose. la plage de Copacabana, c’est sympa, mais il n’y a pas lieu d’en faire des tonnes. Pendant ce temps là les questions centrales par exemple sur la croissance, l’emploi sont renvoyés aux faits divers. Et pépère Hollande est tranquille, il va par exemple faire passer en douce son projet d’écotaxe et le reste. TF1, BeIN et iTélé profitent du Mondial, tandis que Canal+ est le grand perdant et que BFM TV fait pâle figure. Dans l’audiovisuel aussi le match fait rage !  TF1 se frotte les mains. La chaîne a dépensé 130 millions d’euros pour acquérir les droits de diffusion de la Coupe du monde de football. Non seulement elle a pu réduire de 50 millions sa facture en revendant la totalité des matches à BeIN Sports, mais en outre, cette année, tous les matches diffusés par la Une font le plein de téléspectateurs. Suisse-France a attiré vendredi 20 juin 16 742 000 téléspectateurs, soit 61,6 % de part de marché. Le dimanche précédent, 15,8 millions de fans (57 % de part de marché) avaient regardé les Bleus se défaire du Honduras. Même quand l’équipe de France ne joue pas, les audiences dépassent allègrement les 8 millions à 21 heures. Des scores très supérieurs aux attentes. De son côté, BeIN marque des points face à sa rivale Canal+. Son offre complète (64 matches) et sa grille des programmes spécial Mondial montrent que la chaîne qatarienne n’a rien à envier à la chaîne cryptée. Le succès populaire de la compétition, l’ambiance bon enfant qui règne au Brésil, le parcours solide du onze tricolore, la compétence des journalistes et des consultants alignés par la chaîne ainsi que la qualité des matches sont la meilleure carte de visite de BeIN, qui peut sérieusement revendiquer une place de leader dans le sport roi. Certes, la Ligue 1 reste pour l’essentiel à Canal, mais la Ligue des champions, les principaux championnats européens et ce Mondial d’exception portent le logo du rival du Golfe. Des avantages qui seront difficiles à faire oublier dans les mois à venir, même au prix de campagnes de pub et de marketing intensives. D’autres chaines comme BFM ou Canal pâtissent de cette euphorie pour le foot. Comme auusi certaines activités culturelles comme le cinéma.

 

Libé : un conflit révélateur de la déliquescence des grands médias

Libé : un conflit révélateur de la  déliquescence des grands médias

 

Libé risque de disparaitre dans sa forme actuelle, ne n’est pas le premier et sans doute pas le dernier quotidien. On peut évidemment accuser la concurrences des nouveaux médias en particulier internet. En fait ce qui est en cause c’est la qualité et l’originalité de ce libé devenu progressivement un journal très ordinaire reprenant simplement les dépêches officielles des agences de presse, du gouvernement ; des entreprises et des groupes dé pression ? Pas d’approfondissement, pas d’analyse, même pas de position claire (sauf sur la culture). Pas étonnant pour cet ancien journal libertaire  racheté par un banquier (Rotchild). Toutes les unes des journaux se ressemblent, c’est une accumulation des infos des agences de presse. (Cela vaut aussi pour les journaux télé). Manque de moyens peut-être mais surtout manque de professionnalisme et un certain laisser aller ; comme la plupart des français ; les journalistes sont sont en repos du vendredi après midi au dimanche soir. Plus les 15 jours de congés à Noel et à Pâques. (plus les congés d’été). Les journaux connaissent presque tous un réel problème d’équilibre économique, du coup les journalistes très mal payés (sauf les grands éditorialistes) produisent un travail médiocre. Or la crise complexe, durable, exigerait un travail d’analyse approfondi, des enquêtes sérieuses, des chiffres qui ne se contredisent pas tous les 3 jours, des témoignages représentatifs, des débats très ouverts. Ce qui est proposé c’est une sorte de presse surgelé prête à lire, produite de manière standardisée sans saveur, sans odeur,  sans originalité, sans grand intérêt. Un conflit majeur s’annonce donc à Libération, où les actionnaires veulent transformer le journal né il y a 40 ans en réseau social et en espace culturel, où le papier ne serait plus la priorité.  Les salariés ont découvert vendredi soir avec colère un bref texte des actionnaires, élaboré par Bruno Ledoux, également propriétaire du siège au centre de Paris, résumant le projet, paru dans le journal de samedi.  Libé ne sera plus seulement un éditeur papier mais « un réseau social, créateur de contenus monétisables sur une large palette de supports multimédias », écrivent-ils.  La rédaction déménagera et les 4.500 m2 du siège, rue Béranger, en plein Marais, seront réaménagés par le célèbre designer Philippe Starck en « un espace culturel et de conférence comportant un plateau télé, un studio radio, une news room digitale, un restaurant, un bar, un incubateur de start-up », sous la marque « Libération », comme un « Flore du XXIème siècle ».  Cette annonce inattendue a abasourdi les salariés, très attachés à l’esprit de leur journal, ancré à gauche. D’autant que les discussions menées depuis des mois sur un plan d’économies n’avaient jamais porté sur une transformation aussi radicale, où le journal papier n’est plus prioritaire.   »C’était un coup de théâtre », raconte Hervé Marchon, délégué SNJ, le syndicat majoritaire. Nous avons aussitôt démarré une AG. Qui n’a cependant pas voté une grève : les salariés ont préféré riposter avec une « Une » titrée « Nous sommes un journal » et non pas un restaurant ou un incubateur de start-up.

 

Hollande : le grand enfumage des médias

Hollande :  le grand enfumage des médias

 

Virage historique, changement de politique, conversion à la sociale démocratie, autant de titres ronflants pour qualifier la prestation de Hollande qui a enfumé des médias plus que complaisants. En fait si on en juge par ses dernières déclarations concernant les départements Hollande ne change que dans les mots, la preuve :  il s’oppose à la suppresion de ces  départements sitôt après avoir annoncé dans sa conférence le grand chambardement des structures. Même choses sur les économies qui demeurent très virtuelles quant à la fiscalité c’est une entourloupe ; pour 2014 il y aura bien augmentation générale des prélèvements obligatoire ; dans le meilleur des as, il y aura peut-être quelques mesurettes en 2015 ou plus tard car l’échéance temporelle a été fixée par lui à 2017. Autant dire qu’à la veille des élections présidentielles il annoncera quelques gadgets pour sauver son poste. Oubliés le crédo de l’inversion du chômage, scandé chaque jour en 2013 ; Oublié aussi la fait qu’en 2013 Hollande s’est toujours affirmé socialiste dans ses conférences de presse. Oubliée aussi l’attaque frontale contre la finance «  l’ennemi, c’est la finance » qui a abouti à une minuscule reforme bancaire en France. Les médias sont tombés dans le piège de la sémantique Hollandaise, une sémantique de type Mitterrandienne  qui ne repose en fait sur aucune conviction idéologique, sur aucune conviction du tout. La seule religion de Hollande, c’est de croire en lui, le pouvoir pour toute philosophie. Hollande ne prend pas de virage, il tourne en rond, suit la pensée dominante du moment, les sondages, la mode ; Sur le fond il ne change rien, c’est l’immobilisme triomphant. Les grands médias ne sont pas seulement complaisants, ils sont d’une nullité affligeante ; pas étonnant que la grande presse et les infos télé soient aussi peu crédibles et en plein crise ; pas de recul, pas d’analyse, pas de prospective et même pas de mémoire. « La France –d’après Hollande - a une histoire et doit avoir un destin » belle phrase complètement creuse mais qui satisfait les esprits paresseux ; encore faudrait-il que la France  ait un présent.

Hollande et l ’optimisme béat des grands médias

Hollande et l ’optimisme béat des grands médias

 

Curieux cet optimisme béat des grands médias sur le virage de Hollande, sur la croissance et même sur le moral des français. En fait strictement rien ne permet de manifester une telle naïveté si ce n’est les phénomènes de mode habituels dans les cercles parisiens et les rédactions. D’abord en voit mal en quoi le virage idéologique de Hollande serait historique, ce n’est autre que le virage habituel qui en réalité le fait tourner en rond. Le même virage que Mitterrand qui, deux ans après son élection, avait lâché les promesses pour la rigueur et la compétitivité. Socialiste, social démocrate, social libéral ou libéral tout court, quelle importance pour qualifier la doctrine de Hollande. La vérité est qu’il n’en a pas d’autre que celle de la conquête du pouvoir – comme beaucoup d’autres – et qui ne sait pas quoi en faire après ; Hollande suite la mode, l’opinion, le groupes de pression, Bruxelles, les sondages. Un cocktail finalement très contradictoire qui traduit l’absence de vision et de conviction. Hollande sera après demain interventionniste keynésien si  les circonstances médiatiques lui imposent (à différencier des nécessités économiques). Mais les médias sont contents, eux aussi suivent la mode. Exit l’inversion de la courbe du chômage, disparue des unes, des écrans, de analyse et des discours. L’inversion du chômage c’était encore valable en décembre et cela relève désormais de la préhistoire. On en reparlera quand même une peu quand vont tomber les mauvais chiffres du chômage des prochains mois. De la même manière c’est aussi l’optimisme sur la croissance, c’est reparti si on en croit les médias (et le gouvernement bien sur) En fait on va peut être faire 1 % ou 1.1% au lieu de 0.9% prévu, pas de quoi s’évanouir et le nombre de chômeurs va continuer d’augmenter (il faudrait1.5% pour recréer vraiment des emplois). Pareil pour le moral, c’est reparti à la hausse même si les sondages démontrent le contraire car une majorité d’entreprises sont pessimistes sur l’ensemble de l’économie et pour les ménages il n’y a pas de changement (29% seulement ont jugé Hollande convaincant)°. Dans les jours et les semaines qui vont suivre on va donc assister à une intoxication à l’optimisme beat, quelques semaines seulement avant évidemment que les mauvais indicateurs renversent la courbe de l’euphorie médiatique.

Sondage médias : trop de mariage gay, de DSK et de crise UMP

Sondage médias : trop de mariage gay, de DSK et de crise UMP

Le sondage de la Croix révèle un décalage entre certaines couvertures des medias et les préoccupations des français. A signaler aussi un trop grand survol des informations que le net comble. On trouve sans doute là certains  facteurs explicatifs de la crise économique de la presse qui se contente trop des reprises des communiqués des entreprises, du gouvernement, des agences de presse et des lobbies. Le baromètre annuel, réalisé par l’institut de sondage TNS-Sofres, mesure la confiance des Français dans les médias chaque année depuis 1987.  L’intérêt porté par les Français aux « nouvelles » données par la presse, la radio, la télévision et internet a très légèrement fléchi en 2012, mais reste « grand » pour 70% d’entre eux (moins un point).  C’est toujours le média radio que les Français plébiscitent, devant la presse écrite et la télévision. Internet arrive en quatrième position.  Si l’ordre d’arrivée reste le même, le niveau de confiance accordée est en repli par rapport à 2011. A la question de savoir si les choses se sont passées vraiment comme les médias les racontent, les Français répondent oui à 54% pour la radio (moins 4 points), à 49% pour la presse (moins 2 points). Pour la télévision, le oui est stable à 48%, tandis qu’internet avec 35% (moins deux points) reste le médium le moins crédible. En revanche, la toile progresse de façon spectaculaire « non seulement pour suivre le flux de l’information, mais aussi pour approfondir l’actualité et les débats », relève l’étude. 35% des Français choisissent le net pour « comprendre un sujet de fond » ou « avoir des explications détaillées sur un évènement ».  Questionné sur le mode d’information principal auquel ils recourent, les sondés répondent à 80% la télévision (stable), à 37% la radio (moins 8 points), 31% la presse écrite (moins 4) et 30% par internet (plus 4 points).  Parmi les grands évènements de l’année écoulée, les trois quarts des Français estiment que les médias ont trop parlé de la crise à la tête de l’UMP, de l’affaire du Carlton de Lille impliquant DSK et du tweet de Valérie Trierweiler. Plus de la moitié des sondés considèrent qu’on a aussi trop parlé des exilés fiscaux et du mariage gay.  En revanche, les jeux paralympiques (57%), la crise en Centrafrique (38%) et le coup d’état au Mali (31%) arrivent en tête des sujets dont les médias n’ont pas assez parlé.  Quelques sujets apparaissent comme à leur juste mesure. C’est le cas des élections américaines, de la tuerie de Newtown ou encore des JO de Londres. Une majorité de Français (53%) considèrent que la situation économique et financière de la presse est mauvaise, et parmi ceux-ci, les deux tiers y voient « un risque pour la démocratie ».

 

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol