Archive pour le Tag 'médecins'

Page 2 sur 2

Grève des médecins : la guerre des chiffres

Grève des médecins : la guerre des chiffres

 

 

Le conflit avec les généralistes est loin d’être terminé. Notamment à propos du tiers payant. La ministre de la Santé Marisol Touraine a tout fait pour discréditer ce mouvement. D’abord, elle a donné rapidement satisfaction aux urgentistes, puis aux cliniques privées. Maintenant elle se livre à une manipulation des chiffres concernant le nombre de consultations pendant la, période de grève des généralistes. D’après elle, il y aurait même eu davantage de consultations en 2014 qu’en 2013 pendant la même période. Des chiffres évidemment invérifiables d’autant qu’on ne sait pas si pas s’il s’agit d’un nombre d’actes, ou du nombre de  transmissions pendant ladite période. L’assurance  maladie a comptabilisé, entre les 23 et 30 décembre derniers, 4,4 millions de consultations, contre 4,3 millions, en 2013 à la même époque. Les syndicats dénoncent une «manipulation». Selon les chiffres de l’assurance-maladie, 4,9 millions de feuilles de soins ont été télétransmises au total, entre les 23 et 30 décembre derniers, contre 4,6 millions fin 2013 et 4,8 millions fin 2012. Sur l’ensemble de la semaine dernière, la Cnam comptabilise, par ailleurs, 4,4 millions de consultations (contre 4,3 millions en 2013 et en 2012).  Interrogé par l’AFP, Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France (FMF), l’un des principaux syndicats, dénonce une «manipulation». «Ces chiffres sont invérifiables, on demande à y avoir accès», a-t-il déclaré. Les syndicats de médecins se sont targués d’une mobilisation massive, entre les 23 et 31 décembre 2014, avec «jusqu’à 80% et 100% de débrayages» selon la CSMF, premier d’entre eux. Ils protestent contre le projet de loi santé et exigent une revalorisation de la consultation. «Une action visant à revenir, même ponctuellement, à des transmissions papier se traduirait par un allongement de plusieurs semaines des délais de remboursement»

Grèves des médecins : Marisol Touraine veut isoler les généraliste

 

Grèves des médecins : Marisol Touraine veut isoler les généralistes

 

Il apparaît évident que la ministre de la santé souhaite isoler les généralistes  actuellement en grève. Dans un premier temps elle a d’abord donné satisfaction est très rapidement aux urgentistes . L’objectif étant d’éviter une saturation des services de santé. De la même manière ,  il semble qu’elle ait le satisfait les revendications des établissements privés également pour tenter de le circonscrire le conflit des médecins généralistes. Compte tenu des positions en présence le conflit et donc susceptible de durer plus longtemps que prévu. L’opposition la plus vive porte sur la question du Tiers payant qui va contraindre nombre de généralistes à assumer le coût de l’opération. Notons que près de 90 % des médecins  travaillent sans logistique et sans secrétariat. D’une certaine manière Marisol Touraine veut mettre à genoux cette médecine libérale et promouvoir une médecine en partie fonctionnarisée. Pas sûr que les comptes de la sécu en sortent gagnants et surtout que la qualité de la médecine s’améliore. . Reste aussi à régler la question du prix de l’acte bloqué depuis maintenant quatre ans. Le bras-de-fer entre le la ministre paraît inévitable tellement les positions sont opposés. La Fédération de l’hospitalisation privée, elle,  annonce donc renoncer à la grève illimitée qu’elle avait prévue à partir du 5 janvier. Des avancées ont été obtenues avec le ministère de la Santé. La grève s’annonçait « totale et illimitée » dans les cliniques privées, à compter du 5 janvier. Elle n’aura finalement pas lieu du tout. Selon le communiqué officiel, la Fédération de l’hospitalisation privée, « au vu d’avancées dans les discussions menées avec le ministère de la Santé sur le volet hospitalier du projet de loi de santé, annonce la levée de son appel à la cessation d’activité totale et illimitée qui devait débuter le 5 janvier ». La FHP, qui regroupe les quelque 1.000 cliniques et hôpitaux privés, était notamment opposée à la redéfinition de la notion de service public hospitalier. Selon le projet de loi originel, les établissements ne pouvaient plus assurer à la carte l’une des 14 missions de service public, mais seulement la totalité ; le tout au tarif Sécurité sociale, sans dépassement d’honoraires.

Après les généralistes, grève de SOS Médecins

Après les généralistes, grève de   SOS Médecins

Marisol Touraine campe sur ses positions  quant à sons projet d’étatisation de la médecine libérale, du coup SOS Médecins rejoint le mouvement. L’enjeu n’est pas seulement le prix de la consultation mais aussi la question bureaucratique du tiers payant et surtout la tendance à l’étatisation de la médecine libérale via les agences régionales de santé.  La grève devrait durer jusqu’au 31 décembre avec un taux de participation « très élevé » indique le principal syndicat de médecin libéraux. Les grévistes devraient avoisiner les 80%. Par ailleurs, le mouvement pourrait être étendu après le 31 décembre. Les réquisitions de quelque 1.000 médecins de l’association SOS Médecins ont été étendues. Pour l’instant, elles ne couvraient que des périodes de nuit (de 20h00 à 08h00). « On est  réquisitionnés à tour de bras. Les urgences sont, malgré ce que dit la ministre Marisol Touraine, hyper débordées. On croule sous les appels, par exemple à Amiens, le lendemain de Noël on a eu 570 appels, on a vu 400 patients », assure le président de SOS Médecins. SOS Médecins, comme les médecins libéraux s’opposent à la généralisation du tiers payant. Prévu par la loi santé, il est matériellement « hyper-compliqué » détaille l’association. Mais cette dernière fustige surtout un texte « qui aggrave encore les choses » en renforçant « les pouvoirs déjà énormes accordés aux directeurs des agences régionales de santé ».

 

Grève des médecins prolongée ?

Grève des médecins prolongée ?

 

Pour l’instant c’est  le dialogue de sourds, Marisol Touraine interrogée hier sur France Info a réaffirmé quelle maintenait en l’état son projet. La discussion pouvant seulement s’ouvrir sur des modalités. De leurs cotés,  les médecins restent aussi fermes sur leurs positions. Du coup la grève pourrait se prolonger au-delà du premier janvier ? En cause surtout la question du tiers payant et son coût exorbitant pour les médecins qui ne possèdent pas de logistique. La réponse de Touraine est en substance «  regroupez-vous » ! Ou la négation de la négation du rapport privilégiée du patient avec son médecin traitant habituel. Pas d’avancée non plus sur la tarification de l’acte ; pourtant une majorité de Français seraient favorables  ce relèvement ( dont une partie pourrait financer la bureaucratie du tiers payant). Le mouvement risque de se durcir. La grève contre le projet de loi santé pourrait « durer » au-delà du 31 décembre, car le gouvernement est « sourd » aux demandes des médecins« , a affirmé vendredi la Fédération des médecins de France (FMF). »Cette grève normalement s’arrête le 31 décembre. Mais on sait que ça va durer, on sait que ça va être obligé de durer. On est en face d’un ministère qui est particulièrement sourd« , a affirmé le président de la FMF Jean-Paul Hamon sur RTL. Plusieurs syndicats de médecins libéraux ont appelé à la fermeture des cabinets pendant les vacances de Noël. Les spécialistes se sont joints mercredi au mouvement entamé la veille par les généralistes.  Les médecins veulent une réécriture de la loi Santé portée par Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales qui sera débattu au Parlement en avril. « Nous exigeons toujours qu’elle soit retirée car madame Touraine veut nous noyer sous la paperasse avec un tiers payant généralisé et « nous mettre sous la coupe des agences régionales de santé » (ARS) qui vont pouvoir conventionner les médecins à leur guise« . Les médecins ont également des revendications tarifaires. Les généralistes demandent une consultation à 25 euros, les spécialistes la revalorisation des actes. Ils demandent aussi la réécriture, voire le retrait du projet de loi santé dont l’examen par le Parlement est prévu en avril. Le gouvernement « prétend vouloir renégocier« , mais lors des négociations qui se sont déroulées « la semaine dernière, on nous a ressorti le même texte qu’au mois de juillet, sans modification d’une virgule », a-t-il dénoncé.

 

Médecins généralistes : grève au-delà du 31 décembre

Médecins généralistes : grève au-delà du 31 décembre

 

Entre les médecins libéraux et Marisol Touraine, il y a toujours eu incompréhension ( pour ne pas dire davantage) ; Il faut dire que l’énarque Touraine ne comprend pas grand-chose à la médecine qu’ el le veut gérer par voie de lois et décrets ( comme Hollande pour l’économie). Deux questions notamment font débat, le tiers payant qui va engendrer des formalités administratives couteuses (nombre de médecins travaillent seuls sans logistique) et la revalorisation du prix de acte. En fait on veut favoriser le regroupement des médecins ou les maisons de santé. Ce qui cassera la relation privilégiée patient-médecin.  La grève contre le projet de loi santé pourrait Donc « durer » au-delà du 31 décembre. La Fédération des médecins de France déplorait vendredi que le gouvernement reste « sourd » à leurs revendications. La Confédération des syndicats de médecins français évoquait un mouvement « particulièrement suivi».  La grève des médecins va durer plus longtemps que prévu. C’est en tout cas ce qu’assurait vendredi le président de la Fédération des médecins de France, Jean-Paul Hamon.  »Cette grève normalement s’arrête le 31 décembre. Mais on sait que ça va durer, on sait que ça va être obligé de durer. On est en face d’un ministère qui est particulièrement sourd », a-t-il affirmé. Le gouvernement « prétend vouloir renégocier » mais lors des négociations qui se sont déroulées « la semaine dernière, on nous a ressorti le même texte qu’au mois de juillet, sans modification d’une virgule », a-t-il dénoncé. Dans un communiqué, la Confédération des syndicats de médecins français (CSMF, généralistes et spécialistes) souligne que la grève est « particulièrement suivie » avec plus de « 80% de cabinets médicaux fermés ». Les médecins sont en grève depuis le 24 décembre et jusqu’au 31. Du côté de l’impact de la grève pour les patients, Jean-Paul Hamon a reconnu qu’il n’y avait pas d’afflux aux urgences, comme l’a réaffirmé vendredi dans un communiqué la ministre de la Santé. Mais « il ne faudrait pas que Marisol Touraine pense qu’elle a échappé à une catastrophe sanitaire », celle-ci « va arriver avec la mise en œuvre de cette loi (le projet de loi santé, ndlr) » a ajouté Jean-Paul Hamon. Les grévistes exigent le retrait du projet de loi santé dont l’examen est prévu en avril. Parmi les points de ce texte dans le collimateur des médecins, figurent notamment la délégation de la vaccination aux pharmaciens, le pouvoir accru des agences régionales de santé ou la généralisation du tiers payant d’ici à 2017 (dispense d’avance de frais). Les généralistes demandent également une revalorisation de la consultation à 25 euros.

Sondage : les Français d’accord avec les médecins

Sondage : les Français d’accord avec les médecins

La loi Touraine contestée par les médecins l’est tout autant par les patients qui approuvent l’actuel mouvement de protestation tant des urgentistes que des généralistes ; Les Français sont même favorables à une augmentation du prix de la consultation des généralistes (effectivement très défavorisés par rapport aux  les spécialistes tant sur le plan financier que sur le plan des conditions de travail). Les deux tiers des Français comprennent la colère des médecins. C’est auusi cette situation des généralistes qui contribue à remplir les services d’urgence de toutes sorte de pathologies dont beaucoup n’ont pas leurs place dans une service d’urgence.  Les Français aiment donc leur médecin. Et ils soutiennent le mouvement de protestation de la profession contre la loi Touraine de santé, même s’ils adhèrent à certaines mesures de ce texte. D’après la vague 2 de l’ÉcoScope, réalisé par OpinionWay pour Axys Consultants, Le Figaro et BFM Business, près des deux tiers des Français comprennent la grève reconductible des médecins et des urgentistes, qui démarre ce lundi. Et ce, quelles que soient la classe d’âge, la catégorie socioprofessionnelle et la proximité partisane politique. «Il n’y a pas d’opposition de principe ou de perception négative d’un mouvement corporatiste qui cherche à défendre des enjeux personnels, explique Frédéric Micheau, directeur des études d’opinion chez OpinionWay. C’est surtout le soutien à une profession plutôt appréciée, alors que ne pas pouvoir consulter pendant les fêtes peut représenter des contraintes fortes pour les Français.» D’ailleurs, près de neuf Français sur dix se déclarent satisfaits de la qualité des soins fournis par les médecins et les trois quarts jugent même qu’ils participent, en modérant leurs prescriptions de médicaments, à l’effort de réduction des dépenses de santé. Les Français adhèrent aussi à l’une de leurs revendications phares: la hausse de 2 euros des tarifs de consultation, approuvée par 52 % d’entre eux. «Dans le contexte économique actuel, caractérisé par une forte sensibilité aux questions financières et par le sentiment d’une baisse du pouvoir d’achat, un tel résultat est surprenant», relève Frédéric Micheau. Politiquement, seuls les partisans des extrêmes (gauche radicale et FN) sont opposés à une hausse des tarifs. Ce point est également l’objet d’un clivage générationnel classique (les moins de 50 ans sont contre, les plus de 65 ans sont pour) et socioprofessionnel (oui pour les CSP + et non pour les classes populaires). Mais pas question pour autant de renoncer à la généralisation du tiers payant à tous les patients, sans prise en compte des revenus de chacun, prévue dans la réforme Touraine.

 

Grève des médecins à Noël

Grève des  médecins à Noël

 

Une grève pars vraiment corpo car les géralistes sont notoirement moins bien traités que leuers collèges spacialistes. D’où la crise de vocation et le désertifification du teritoire dans ce doamine. Une grève pour protester notamment contre le blocage des prix de consultations ( depuis 2011) et  la perspective du tiers payant.  Le second syndicat de médecins en France, l’UNOF-CSMF, appelle à la fermeture de tous les cabinets de médecine générale du 24 au 31 décembre pour protester contre certaines dispositions du projet de loi santé, présenté la semaine dernière en conseil des ministres. La première organisation, MG France, demande pour sa part aux médecins généralistes de se mobiliser pour les mêmes motifs le 6 janvier, date du quatrième anniversaire de la dernière revalorisation d’honoraires qui date de 2011. Les médecins critiquent notamment la généralisation du tiers payant annoncée par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui a défendu à nouveau cette mesure lundi. « C’est une grande avancée sociale », a-t-elle dit sur i>Télé. « Ma seule préoccupation, c’est de faciliter la vie des Français ».  L’UNOF-CSMF, qui réclame l’ouverture de négociations conventionnelles, estime que l’exaspération des médecins généralistes depuis plusieurs mois « devient comparable à celle de 2002″, marquée par des « journées sans toubib ».  Il déplore dans un communiqué une succession de mesures « ignorant la réalité de la prise en charge globale et de qualité du patient par son médecin traitant ». Il dénonce notamment « la mise en place d’un service territorial de santé au public », la « réalisation des vaccinations confiées aux pharmaciens » et « le blocage du tarif de la consultation à 23 euros depuis 2011″. Le syndicat estime que la généralisation du tiers payant va aggraver les nombreuses contraintes administratives imposées au médecin généraliste. Selon lui, le tarif des consultations des généralistes est « indigne des compétences requises ». « Trop c’est trop ! La coupe est pleine pour les généralistes », écrit-il.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol