Archive pour le Tag 'médecins'

Page 2 sur 2

Médecins : grève le 13 novembre contre la bureaucratie

Médecins : grève le 13 novembre contre la bureaucratie

En cause le processus d’étatisation de la médecine libérale et la bureaucratie. Avec le danger d’une dérive des consultations sur faiat du tiers payant et du déficit de la sécu (10 milliards annelles et de 200 milliards de déficit cumulé). L’ensemble des syndicats de médecins libéraux appellent donc à une journée de fermeture des cabinets le 13 novembre, toujours pour protester contre la généralisation du tiers payant prévue par la loi santé. Le premier syndicat des généralistes, MG France, a annoncé jeudi qu’il ralliait le mouvement lancé par les quatre autres confédérations (CSMF, FMF, le Bloc et SML). « Le gouvernement doit nous entendre en donnant des moyens aux soins primaires organisés autour des médecins généralistes et en retirant de son projet de loi l’obligation sur le tiers payant », dit MG France dans un communiqué. « Car cette obligation ne peut résoudre le désaccord profond entre les régimes d’assurance maladie obligatoires et complémentaires sur le processus tiers-payant. » La généralisation du tiers payant permettra au patient de ne plus avancer de frais de santé mais les organisations professionnelles estiment qu’elle alourdira les obligations administratives des médecins. Certains syndicats jugent en outre qu’elle les place en position de dépendance totale vis-à-vis de l’Assurance maladie et disent redouter, comme la CSMF, une étatisation de la santé. Ce syndicat a déjà appelé à la « désobéissance civile » sur le sujet du tiers payant, qui devrait être en place en 2017. La loi santé portée par la ministre Marisol Touraine doit être examiné en seconde lecture à l’Assemblée à partir du 16 novembre.

Nouvelle manif des médecins contre l’étatisation

Nouvelle manif des médecins contre l’étatisation

 

 

Beaucoup de cabinets de médecins libéraux seront fermés jusqu’à mardi. Cela pour protester contre la loi santé de Marisol Touraine. En particulier contre la perspective de généralisation du tiers payant qui risque d’alourdir les formalités administratives surtout lorsque le médecin ne dispose pas de secrétariat. Notons que la plupart des médecins pratiquent  déjà le tiers payant pour les patients en difficulté financière et que le nouveau dispositif va ajouter des procédures bureaucratiques supplémentaires, sans doute aussi contribuer à faire dériver les dépenses de santé. D’une manière générale les médecins protestent contre le processus d’étatisation en cours de la médecine libérale. Attention si vous devez aller chez le médecin ce week-end. La quasi-totalité des organisations de médecins libéraux appellent à fermer les cabinets à compter de ce samedi 3 octobre et jusqu’à mardi. Il s’agit d’un nouveau coup de semonce contre Marisol Touraine et son projet de loi santé, dont les débats au Sénat se sont terminés jeudi. Le principal point de cristallisation de cette colère : la généralisation du tiers payant d’ici à 2017. Ainsi, le syndicat des médecins libéraux (SML), la Fédération des médecins de France (FMF) et le Bloc (chirurgiens) invitent les praticiens à une « cessation d’activité ». Lundi, ce sera au tour de MG France, le premier syndicat de généralistes de demander à tous ses adhérents de faire grève. Celui-ci mise sur une mobilisation en hausse qui fera, espère-t-il, tâche d’huile. Le syndicat assure que certains cabinets veulent fermer « deux ou trois jours consécutifs ». Le Puy-de-Dôme annonce par exemple 70% de cabinets fermés. Ces appels à la grève ont été lancés sur fond de compétition pour les élections professionnelles. Car d’ici au 12 octobre à minuit, 120.000 médecins sont appelés à élire par correspondance ceux qui les représenteront au sein des unions régionales des professionnels de santé (URPS) face aux autorités publiques (ASR) pour les cinq prochaines années. Les résultats sont attendus pour le 16 octobre et détermineront la représentativité des syndicats au sein des trois collèges de la profession (généralistes, spécialistes et chirurgiens-anesthésistes-obstétriciens). C’est pourquoi la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) refuse pour l’heure de participer au mouvement, dénonçant des mascarades désordonnées et électoralistes.

Médecins généralistes : la consultation à 25 euros

Médecins généralistes : la consultation à 25 euros

Augmentation d’office à 25 euros pour les généralistes toujours très remontés, cela pour protester  contre la loi santé de Touraine. Des généralistes légitimement inquiets quant à l’avenir d’une  profession mal considérée et mal rémunérée ( par apport aux spécialistes notamment). Conditions de travail, rémunération, tiers payant,  étatisation sont en cause au point que dans nombre de petites localités les généralistes ne sont pas remplacés après leur départ en retraite. Il sont remplacés par des maisons de santé éloignées et dont les praticiens ignorent tout du profil psychologique et parfois médical du patient.  . Après MG France, la CSMF (premier syndicat de médecins) vient d’appeler ses adhérents généralistes à facturer 25 € les consultations à plusieurs motifs, au lieu de 23 €. L’Assurance maladie tente d’enrayer ce mouvement qu’elle juge très marginal et circonscrit, selon ses derniers chiffres, à « environ 400 médecins, et 0,2 % des consultations ». Elle vient néanmoins d’adresser une mise en garde à ces médecins. Parmi eux… le président de MG France, Claude Leicher. Nicolas Revel, directeur de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), justifie la menace de sanction : « Par le courrier qu’elle vient de leur envoyer, l’Assurance maladie demande aux médecins de respecter leurs obligations conventionnelles », dit-il, rappelant que l’ouverture des négociations sur l’évolution des rémunérations interviendra avant la fin de l’année. Il appelle donc les syndicats à « éviter les surenchères dont le seul effet serait de pénaliser les assurés en leur faisant subir un reste à charge parfaitement injustifié ». Car le dépassement de 2 € n’est évidemment pas remboursé. La Cnam fait valoir, elle, que « de nouveaux éléments de rémunération (majoration personnes âgées, forfait médecin traitant, rémunération sur objectif…) ont eu pour effet d’augmenter la rémunération des médecins de 8,9 % depuis 2011 ». Mais Claude Leicher conteste : « En 2014, les revenus des généralistes ont reculé de 1,5 %, ce sont les chiffres de l’Assurance maladie » !

 

Médecins Généralistes : la consultation passe à 25 euros

 

 

On peut ne pas être accord avec cette augmentation de 2 euros décidée par les syndicats de médecins mais force est de constater que l’écart actuel  entre généralistes et spécialistes n’est pas justifié. Du coup la médecine générale  perd de son attractivité et certaines zones deviennent de véritables désert médicaux. La seule solution se rendre à l’hôpital du chef lieu de département. Les médecins, qui pratiquent en secteur 1, sont en effet appelés par leur syndicat MG France à relever de deux euros le prix de leur acte. Ce dernier sera facturé 25 euros au lieu de 23 euros dans certains cabinets, dès aujourd’hui et pour une durée indéterminée. Une décision prise sans le feu vert de la Sécurité sociale. «C’est une action symbolique. Nos tarifs n’ont pas bougé pour la cinquième année consécutive. Nous demandons simplement à être traités de la même façon que toutes les 45 autres spécialités», explique le docteur Jacques Battistoni, généraliste à Caen, et secrétaire général du syndicat. Les généralistes vivent en effet comme une injustice le fait d’avoir été empêchés par la sécurité sociale d’appliquer à leur tarif de base de 23 euros la cotation MPC, qui correspond à une majoration forfaitaire de deux euros. «Par un avenant, la sécurité sociale a exclu les médecins généralistes de ce dispositif. Du coup, nous sommes les seuls à ne pas pouvoir majorer nos tarifs de deux euros. C’est d’autant plus inacceptable que nous avons les mêmes contraintes que nos confrères, voire plus. La Sécu souhaite faire des économies et instaurer une différenciation entre généralistes et spécialistes. Mais la médecine générale est aussi une spécialité!», s’agace le secrétaire générale du syndicat.

 

Manif des médecins : le refus de l’étatisation

 

Manif des médecins : le refus de l’étatisation

 

Ils seront dans la rue dimanche , les médecins et plus d’une dizaine de professions médicales qui manifesteront ce dimanche contre la loi Santé présentée de  Marisol Touraine. Les médecins sont particulièrement en colère : ils craignent la bureaucratisation et surtout l’  étatisation de la médecine libérale. Surtout les généralistes, une espèce en voie de disparition puisque compte tenu des conditions de travail et de vie, nombre d’étudiants en médecine préfèrent soit devenir spécialistes, soi entrer dans le public ( ou les cliniques privées). En zone rurale mais pas seulement, la situation devient dramatique, c’est la désertification médicale qui progresse. Nombre de médecins travaillent seuls ( sans secrétariat) et devront passer du temps pour se faire rembourser des 40 à 50 caisses primaires et 4 ou 600 caisses complémentaires. Il ya notamment la crainte d’une  pression de l’agence régionale de santé qui a l’ambition de réguler les prestations, comprendre :  contingenter les prestations et leur contenu. C ette loi risque aussi de provoquer une  dérive de demandes de consultations. Socialement juste en apparence cette loi est inutile car il existe déjà des dispositifs pour que les plus défavorisés ne règlent pas eux même le prix de la consultation. Dans les zones de déserts  médicaux on risque de rabattre les patients un peu plus sur les urgences où le coût des consultations sera dix fois supérieur du fait des multiples examens qui peuvent être prescrits dont certains inutiles.   Les médecins et autres professions espèrent une mobilisation «historique pour faire plier la ministre de la Santé. Une quarantaine de syndicats et d’organisations étudiantes se réuniront ce dimanche pour protester contre le projet de loi présenté cette semaine par Marisol Touraine. Tous protestent contre «l’étatisation de la santé» que souhaite à leur yeux introduire le gouvernement, défendent des soins médicaux dispensés en libéral et réclament le retrait du projet de loi qui fâche. Ceci  étant pour certaines catégories derrière cette mobilisation se cachent aussi quelques préoccupations corpos.

Sondage : soutien des Français à la grève des médecins

Sondage : soutien des Français à la grève des médecins

Finalement les Français rejoignent les préoccupations des médecins en grève : risques de dérives des dépenses, bureaucratisation , étatisation de la médecine libérale. La ministre de la santé avait pourtant tenté uen entourloupe en renvoyant l’application de la réforme à 2017, autrement dit en refilant le bé au successeur de Hollande. La manoeuvre ,n’a pas réussi. Socialement on ne peut être contre ce tiers payant mais des dispositions existent déjà pour exonérer les patients en situation de pauvreté de faire l’avance des frais de consultation.  Selon le sondage réalisé par Odoxa pour France Inter, Le Figaro et MNH, les Français soutiennent majoritairement et la généralisation du tiers payant (60%) et la fronde des médecins (55%). «Les Français estiment que le tiers payant est une mesure socialement juste qui permettra aux plus démunis de ne pas avoir à avancer d’argent pour leurs frais de santé», explique Gaël Sliman, le président d’Odoxa. Mais ils valident en même temps les critiques formulées par les médecins au sujet de sa mise en place. Le tiers payant entraînera du «travail supplémentaire» pour les praticiens (65%), sera économiquement coûteux car il conduira les patients «à ne pas être attentifs à leurs dépenses de santé» (58%) et obligeront les médecins à faire des avances de trésorerie avant d’être remboursés par la Sécu ou les mutuelles (52%). Des préoccupations accentuées par la hausse des dépenses de santé (consultations, médicaments…) relevée par le Carnet de santé, passées de 77 euros en moyenne par mois en 2013 à 82 euros en février. Un bond de 6,5% qui «démontre que les Français sont inquiets», selon le sondeur. Le sujet est clivant politiquement. «Les sympathisants de gauche sont très majoritaires à soutenir (79%) la généralisation du tiers payant et à estimer que la manifestation des médecins n’est pas justifiée (61%), alors qu’inversement ceux de droite soutiennent très majoritairement les médecins (68%) et sont une majorité à être contre la généralisation du tiers payant», confirme Gaël Sliman. Marisol Touraine s’entête pourtant dans un dossier qui pourraiat coûter cher ( politiquée à la gauche  et économique à la sécu). Derrière son discours suave et tecno, se dissimule le  caractère psychorigide de l’oligarque qui pense avoir raison sur tout. De ce point de vue la gestion de Marisol Touraine est pathétique.

 

Urgences : les médecins libéraux en gréve

Urgences : les médecins libéraux en gréve

 

L’entourloupe de la ministre Touraine consistant à reporter en  2017 l’application du tiers payants pour les généralistes n’aura pas fonctionné  ( en fait un report sur le quinquennat suivant) ; Les médecins ne veulent surtout pas d’une  forme d’étatisation qui viendrait par exemple contingenter les actes. Les médecins et les autres professions libérales ont donc  décidé de durcir le ton. A compter de demain vendredi, 8h du matin, ils n’assureront plus la permanence des soins. Ils n’assureront plus les urgences. La grève se poursuivra jusqu’à lundi matin, 8h. Pour donner des exemples, les chirurgiens libéraux n’iront plus au bloc, les dentistes, les infirmières ne répondront plus. SOS médecins, SOS Mains seront aux abonnés absents. L’idée de ce mouvement est de reporter toutes les urgences vers les hôpitaux publics. Et le système risque d’être vite bloqué, car les internes et les chefs de cliniques des hôpitaux publics ont eux aussi annoncé qu’ils arrêteraient de gérer les urgences. Les médecins libéraux rejettent la loi santé, qui sera en discussion la semaine prochaine. Ils estiment qu’elle va les entraîner vers une certaine « étatisation » de leur métier – ce qu’ils refusent. La concertation entamée par la Ministre depuis quelques jours est donc un échec… Ils ne veulent pas d’un aménagement de la loi mais son retrait pur et simple.

 

Médecins libéraux : grève des cartes vitales

Médecins libéraux : grève des cartes vitales

Radicalisation du mouvement avec notamment La grève des cartes vitales qui  va commencer même s’il  y a des divergences sur ce point entre syndicats de médecins. L’enjeu va au-delà de la grève des cartes vitale, c’est la crainte d’un contrôle accru de l’Etat sur la médecine libérale et une forme d’Etatisation. Sans parler quand même de la complexité du tiers payant (  environ 50 caisses primaires et 500 complémentaires).A la différence des pharmaciens, 90% de généraliste ne disposent pas de secrétariat.. Pour Jean-Paul Ortiz, Président de la confédération des syndicats médicaux français, le tiers payant généralisé reviendrait à « mettre les médecins sous la coupe financière et le paiement direct des assureurs complémentaires outre l’assurance maladie« .  La grève administrative durera jusqu’à ce que le gouvernement bouge, a-t-il déclaré sur France Info, appelant le gouvernement à examiner la solution proposée par les médecins : le paiement monétique à débit différé santé.   »Le patient paie directement son médecin avec une carte bleue. Le médecin est payé par la banque qui a délivré la carte bleue, mais le patient n’est débité que lorsqu’il est remboursé par la caisse de sécurité sociale et par la mutuelle. Ceci maintient le lien direct entre le médecin et son patient, mais aussi entre le patient et sa mutuelle, car lui il peut en changer. Nous, si nous dépendons directement de l’assureur complémentaire et s’il ne nous paie pas, nous sommes désarmés. »  Ce mouvement n’est pas compris par tous les syndicats, notamment FO et CFDT qui s’étonnent de cette attaque du système de sécurité sociale. Sur France Info, Eric Henry le président du syndicat des médecins libéraux de France leur répond que c’est l’inverse : « Le système de sécurité sociale est un système basé sur la solidarité et le partage« , rappelle-t-il, « actuellement on est en train de débarasser la Sécurité sociale de tout le petit soin pour le vendre aux mutuelles et je suis étonné que ces deux syndicalistes [Jean-Claude Mailly et Laurent Berger NDLR] acceptent qu’on vende le soin français aux mutuelles« . Il ajoute, un peu agacé : « Je suis aussi étonné de leur capacité à accepter que tous leurs secrets médicaux soient vendus à des structures industrieuses qui vont fabriquer de l’argent avec« .

Grève des médecins : la guerre des chiffres

Grève des médecins : la guerre des chiffres

 

 

Le conflit avec les généralistes est loin d’être terminé. Notamment à propos du tiers payant. La ministre de la Santé Marisol Touraine a tout fait pour discréditer ce mouvement. D’abord, elle a donné rapidement satisfaction aux urgentistes, puis aux cliniques privées. Maintenant elle se livre à une manipulation des chiffres concernant le nombre de consultations pendant la, période de grève des généralistes. D’après elle, il y aurait même eu davantage de consultations en 2014 qu’en 2013 pendant la même période. Des chiffres évidemment invérifiables d’autant qu’on ne sait pas si pas s’il s’agit d’un nombre d’actes, ou du nombre de  transmissions pendant ladite période. L’assurance  maladie a comptabilisé, entre les 23 et 30 décembre derniers, 4,4 millions de consultations, contre 4,3 millions, en 2013 à la même époque. Les syndicats dénoncent une «manipulation». Selon les chiffres de l’assurance-maladie, 4,9 millions de feuilles de soins ont été télétransmises au total, entre les 23 et 30 décembre derniers, contre 4,6 millions fin 2013 et 4,8 millions fin 2012. Sur l’ensemble de la semaine dernière, la Cnam comptabilise, par ailleurs, 4,4 millions de consultations (contre 4,3 millions en 2013 et en 2012).  Interrogé par l’AFP, Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France (FMF), l’un des principaux syndicats, dénonce une «manipulation». «Ces chiffres sont invérifiables, on demande à y avoir accès», a-t-il déclaré. Les syndicats de médecins se sont targués d’une mobilisation massive, entre les 23 et 31 décembre 2014, avec «jusqu’à 80% et 100% de débrayages» selon la CSMF, premier d’entre eux. Ils protestent contre le projet de loi santé et exigent une revalorisation de la consultation. «Une action visant à revenir, même ponctuellement, à des transmissions papier se traduirait par un allongement de plusieurs semaines des délais de remboursement»

Grèves des médecins : Marisol Touraine veut isoler les généraliste

 

Grèves des médecins : Marisol Touraine veut isoler les généralistes

 

Il apparaît évident que la ministre de la santé souhaite isoler les généralistes  actuellement en grève. Dans un premier temps elle a d’abord donné satisfaction est très rapidement aux urgentistes . L’objectif étant d’éviter une saturation des services de santé. De la même manière ,  il semble qu’elle ait le satisfait les revendications des établissements privés également pour tenter de le circonscrire le conflit des médecins généralistes. Compte tenu des positions en présence le conflit et donc susceptible de durer plus longtemps que prévu. L’opposition la plus vive porte sur la question du Tiers payant qui va contraindre nombre de généralistes à assumer le coût de l’opération. Notons que près de 90 % des médecins  travaillent sans logistique et sans secrétariat. D’une certaine manière Marisol Touraine veut mettre à genoux cette médecine libérale et promouvoir une médecine en partie fonctionnarisée. Pas sûr que les comptes de la sécu en sortent gagnants et surtout que la qualité de la médecine s’améliore. . Reste aussi à régler la question du prix de l’acte bloqué depuis maintenant quatre ans. Le bras-de-fer entre le la ministre paraît inévitable tellement les positions sont opposés. La Fédération de l’hospitalisation privée, elle,  annonce donc renoncer à la grève illimitée qu’elle avait prévue à partir du 5 janvier. Des avancées ont été obtenues avec le ministère de la Santé. La grève s’annonçait « totale et illimitée » dans les cliniques privées, à compter du 5 janvier. Elle n’aura finalement pas lieu du tout. Selon le communiqué officiel, la Fédération de l’hospitalisation privée, « au vu d’avancées dans les discussions menées avec le ministère de la Santé sur le volet hospitalier du projet de loi de santé, annonce la levée de son appel à la cessation d’activité totale et illimitée qui devait débuter le 5 janvier ». La FHP, qui regroupe les quelque 1.000 cliniques et hôpitaux privés, était notamment opposée à la redéfinition de la notion de service public hospitalier. Selon le projet de loi originel, les établissements ne pouvaient plus assurer à la carte l’une des 14 missions de service public, mais seulement la totalité ; le tout au tarif Sécurité sociale, sans dépassement d’honoraires.

Après les généralistes, grève de SOS Médecins

Après les généralistes, grève de   SOS Médecins

Marisol Touraine campe sur ses positions  quant à sons projet d’étatisation de la médecine libérale, du coup SOS Médecins rejoint le mouvement. L’enjeu n’est pas seulement le prix de la consultation mais aussi la question bureaucratique du tiers payant et surtout la tendance à l’étatisation de la médecine libérale via les agences régionales de santé.  La grève devrait durer jusqu’au 31 décembre avec un taux de participation « très élevé » indique le principal syndicat de médecin libéraux. Les grévistes devraient avoisiner les 80%. Par ailleurs, le mouvement pourrait être étendu après le 31 décembre. Les réquisitions de quelque 1.000 médecins de l’association SOS Médecins ont été étendues. Pour l’instant, elles ne couvraient que des périodes de nuit (de 20h00 à 08h00). « On est  réquisitionnés à tour de bras. Les urgences sont, malgré ce que dit la ministre Marisol Touraine, hyper débordées. On croule sous les appels, par exemple à Amiens, le lendemain de Noël on a eu 570 appels, on a vu 400 patients », assure le président de SOS Médecins. SOS Médecins, comme les médecins libéraux s’opposent à la généralisation du tiers payant. Prévu par la loi santé, il est matériellement « hyper-compliqué » détaille l’association. Mais cette dernière fustige surtout un texte « qui aggrave encore les choses » en renforçant « les pouvoirs déjà énormes accordés aux directeurs des agences régionales de santé ».

 

Grève des médecins prolongée ?

Grève des médecins prolongée ?

 

Pour l’instant c’est  le dialogue de sourds, Marisol Touraine interrogée hier sur France Info a réaffirmé quelle maintenait en l’état son projet. La discussion pouvant seulement s’ouvrir sur des modalités. De leurs cotés,  les médecins restent aussi fermes sur leurs positions. Du coup la grève pourrait se prolonger au-delà du premier janvier ? En cause surtout la question du tiers payant et son coût exorbitant pour les médecins qui ne possèdent pas de logistique. La réponse de Touraine est en substance «  regroupez-vous » ! Ou la négation de la négation du rapport privilégiée du patient avec son médecin traitant habituel. Pas d’avancée non plus sur la tarification de l’acte ; pourtant une majorité de Français seraient favorables  ce relèvement ( dont une partie pourrait financer la bureaucratie du tiers payant). Le mouvement risque de se durcir. La grève contre le projet de loi santé pourrait « durer » au-delà du 31 décembre, car le gouvernement est « sourd » aux demandes des médecins« , a affirmé vendredi la Fédération des médecins de France (FMF). »Cette grève normalement s’arrête le 31 décembre. Mais on sait que ça va durer, on sait que ça va être obligé de durer. On est en face d’un ministère qui est particulièrement sourd« , a affirmé le président de la FMF Jean-Paul Hamon sur RTL. Plusieurs syndicats de médecins libéraux ont appelé à la fermeture des cabinets pendant les vacances de Noël. Les spécialistes se sont joints mercredi au mouvement entamé la veille par les généralistes.  Les médecins veulent une réécriture de la loi Santé portée par Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales qui sera débattu au Parlement en avril. « Nous exigeons toujours qu’elle soit retirée car madame Touraine veut nous noyer sous la paperasse avec un tiers payant généralisé et « nous mettre sous la coupe des agences régionales de santé » (ARS) qui vont pouvoir conventionner les médecins à leur guise« . Les médecins ont également des revendications tarifaires. Les généralistes demandent une consultation à 25 euros, les spécialistes la revalorisation des actes. Ils demandent aussi la réécriture, voire le retrait du projet de loi santé dont l’examen par le Parlement est prévu en avril. Le gouvernement « prétend vouloir renégocier« , mais lors des négociations qui se sont déroulées « la semaine dernière, on nous a ressorti le même texte qu’au mois de juillet, sans modification d’une virgule », a-t-il dénoncé.

 

Médecins généralistes : grève au-delà du 31 décembre

Médecins généralistes : grève au-delà du 31 décembre

 

Entre les médecins libéraux et Marisol Touraine, il y a toujours eu incompréhension ( pour ne pas dire davantage) ; Il faut dire que l’énarque Touraine ne comprend pas grand-chose à la médecine qu’ el le veut gérer par voie de lois et décrets ( comme Hollande pour l’économie). Deux questions notamment font débat, le tiers payant qui va engendrer des formalités administratives couteuses (nombre de médecins travaillent seuls sans logistique) et la revalorisation du prix de acte. En fait on veut favoriser le regroupement des médecins ou les maisons de santé. Ce qui cassera la relation privilégiée patient-médecin.  La grève contre le projet de loi santé pourrait Donc « durer » au-delà du 31 décembre. La Fédération des médecins de France déplorait vendredi que le gouvernement reste « sourd » à leurs revendications. La Confédération des syndicats de médecins français évoquait un mouvement « particulièrement suivi».  La grève des médecins va durer plus longtemps que prévu. C’est en tout cas ce qu’assurait vendredi le président de la Fédération des médecins de France, Jean-Paul Hamon.  »Cette grève normalement s’arrête le 31 décembre. Mais on sait que ça va durer, on sait que ça va être obligé de durer. On est en face d’un ministère qui est particulièrement sourd », a-t-il affirmé. Le gouvernement « prétend vouloir renégocier » mais lors des négociations qui se sont déroulées « la semaine dernière, on nous a ressorti le même texte qu’au mois de juillet, sans modification d’une virgule », a-t-il dénoncé. Dans un communiqué, la Confédération des syndicats de médecins français (CSMF, généralistes et spécialistes) souligne que la grève est « particulièrement suivie » avec plus de « 80% de cabinets médicaux fermés ». Les médecins sont en grève depuis le 24 décembre et jusqu’au 31. Du côté de l’impact de la grève pour les patients, Jean-Paul Hamon a reconnu qu’il n’y avait pas d’afflux aux urgences, comme l’a réaffirmé vendredi dans un communiqué la ministre de la Santé. Mais « il ne faudrait pas que Marisol Touraine pense qu’elle a échappé à une catastrophe sanitaire », celle-ci « va arriver avec la mise en œuvre de cette loi (le projet de loi santé, ndlr) » a ajouté Jean-Paul Hamon. Les grévistes exigent le retrait du projet de loi santé dont l’examen est prévu en avril. Parmi les points de ce texte dans le collimateur des médecins, figurent notamment la délégation de la vaccination aux pharmaciens, le pouvoir accru des agences régionales de santé ou la généralisation du tiers payant d’ici à 2017 (dispense d’avance de frais). Les généralistes demandent également une revalorisation de la consultation à 25 euros.

Sondage : les Français d’accord avec les médecins

Sondage : les Français d’accord avec les médecins

La loi Touraine contestée par les médecins l’est tout autant par les patients qui approuvent l’actuel mouvement de protestation tant des urgentistes que des généralistes ; Les Français sont même favorables à une augmentation du prix de la consultation des généralistes (effectivement très défavorisés par rapport aux  les spécialistes tant sur le plan financier que sur le plan des conditions de travail). Les deux tiers des Français comprennent la colère des médecins. C’est auusi cette situation des généralistes qui contribue à remplir les services d’urgence de toutes sorte de pathologies dont beaucoup n’ont pas leurs place dans une service d’urgence.  Les Français aiment donc leur médecin. Et ils soutiennent le mouvement de protestation de la profession contre la loi Touraine de santé, même s’ils adhèrent à certaines mesures de ce texte. D’après la vague 2 de l’ÉcoScope, réalisé par OpinionWay pour Axys Consultants, Le Figaro et BFM Business, près des deux tiers des Français comprennent la grève reconductible des médecins et des urgentistes, qui démarre ce lundi. Et ce, quelles que soient la classe d’âge, la catégorie socioprofessionnelle et la proximité partisane politique. «Il n’y a pas d’opposition de principe ou de perception négative d’un mouvement corporatiste qui cherche à défendre des enjeux personnels, explique Frédéric Micheau, directeur des études d’opinion chez OpinionWay. C’est surtout le soutien à une profession plutôt appréciée, alors que ne pas pouvoir consulter pendant les fêtes peut représenter des contraintes fortes pour les Français.» D’ailleurs, près de neuf Français sur dix se déclarent satisfaits de la qualité des soins fournis par les médecins et les trois quarts jugent même qu’ils participent, en modérant leurs prescriptions de médicaments, à l’effort de réduction des dépenses de santé. Les Français adhèrent aussi à l’une de leurs revendications phares: la hausse de 2 euros des tarifs de consultation, approuvée par 52 % d’entre eux. «Dans le contexte économique actuel, caractérisé par une forte sensibilité aux questions financières et par le sentiment d’une baisse du pouvoir d’achat, un tel résultat est surprenant», relève Frédéric Micheau. Politiquement, seuls les partisans des extrêmes (gauche radicale et FN) sont opposés à une hausse des tarifs. Ce point est également l’objet d’un clivage générationnel classique (les moins de 50 ans sont contre, les plus de 65 ans sont pour) et socioprofessionnel (oui pour les CSP + et non pour les classes populaires). Mais pas question pour autant de renoncer à la généralisation du tiers payant à tous les patients, sans prise en compte des revenus de chacun, prévue dans la réforme Touraine.

 

Grève des médecins à Noël

Grève des  médecins à Noël

 

Une grève pars vraiment corpo car les géralistes sont notoirement moins bien traités que leuers collèges spacialistes. D’où la crise de vocation et le désertifification du teritoire dans ce doamine. Une grève pour protester notamment contre le blocage des prix de consultations ( depuis 2011) et  la perspective du tiers payant.  Le second syndicat de médecins en France, l’UNOF-CSMF, appelle à la fermeture de tous les cabinets de médecine générale du 24 au 31 décembre pour protester contre certaines dispositions du projet de loi santé, présenté la semaine dernière en conseil des ministres. La première organisation, MG France, demande pour sa part aux médecins généralistes de se mobiliser pour les mêmes motifs le 6 janvier, date du quatrième anniversaire de la dernière revalorisation d’honoraires qui date de 2011. Les médecins critiquent notamment la généralisation du tiers payant annoncée par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui a défendu à nouveau cette mesure lundi. « C’est une grande avancée sociale », a-t-elle dit sur i>Télé. « Ma seule préoccupation, c’est de faciliter la vie des Français ».  L’UNOF-CSMF, qui réclame l’ouverture de négociations conventionnelles, estime que l’exaspération des médecins généralistes depuis plusieurs mois « devient comparable à celle de 2002″, marquée par des « journées sans toubib ».  Il déplore dans un communiqué une succession de mesures « ignorant la réalité de la prise en charge globale et de qualité du patient par son médecin traitant ». Il dénonce notamment « la mise en place d’un service territorial de santé au public », la « réalisation des vaccinations confiées aux pharmaciens » et « le blocage du tarif de la consultation à 23 euros depuis 2011″. Le syndicat estime que la généralisation du tiers payant va aggraver les nombreuses contraintes administratives imposées au médecin généraliste. Selon lui, le tarif des consultations des généralistes est « indigne des compétences requises ». « Trop c’est trop ! La coupe est pleine pour les généralistes », écrit-il.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol