Archive pour le Tag 'médecins'

Urgences : les médecins urgentistes aussi dans l’action

Urgences : les médecins urgentistes aussi dans l’action  

L’Association des médecins urgentistes de France (Amuf) a annoncé, jeudi 12 septembre, rejoindre le mouvement de protestation. Il s’agit de la première organisation de médecins à rallier le mouvement. « On n’est pas du tout d’accord » avec les mesures dévoilées par le gouvernement, a déclaré devant la presse Patrick Pelloux, président de l’Amuf. « Cet argent est totalement inadapté », a-t-il ajouté.

Après six mois de mobilisation, le collectif Inter-urgences a voté, mardi, en faveur d’une nouvelle journée d’actions le 26 septembre prochain. Il continue de réclamer des  »réouvertures de lits », des « recrutements à la hauteur des besoins » ainsi qu’une « augmentation de 300 euros nets mensuels pour tous les hospitaliers ».

Notation des médecins par les patients sur Internet ?

Notation des médecins par les patients sur Internet ?

Un nouveau site se propose de faire noter les médecins par les patients. Quand on connaît les manipulations qui sont opérées à propos des évaluations sur le net, on peut s’interroger sur le caractère déontologique de cette opération. Certes les médecins pourraient peut-être être évalués, pourquoi pas, mais par des organismes compétents indépendants et non par des patients dont la plupart n’ont strictement aucune connaissance médicale et qui ne peuvent se fonder que sur un ressenti. Certains les établissements médicaux parfois l’objet de classement dans des journaux spécialisées ou pas mais sur des critères d’évaluation relativement sérieux même s’ils sont discutés. L’idée est de noter les médecins comme on note les restaurants ou les hôtels. Avec la différence qu’il s’agit là d’évaluer les compétences d’un homme de science. Certes pourra toujours donner son avis sur les conditions d’accueil du médecin mais sûrement pas sur la performance du praticien en matière d’évaluation des pathologies et des thérapies. Il y a les notes mais aussi les commentaires. De ce point de vue on peut être dubitatif quand on prend connaissance de certains commentaires dont d’ailleurs certains formulés par l’établissement lui-même qui est jugé ! Idem pour nombre de sites ; bref la manipulation côtoie l’approche marketing. Un site nouveau, baptisé MediEval4i.com, débarque ce lundi sur ce créneau. . Pour simplement consulter la réputation du praticien sur Internet, l’utilisateur peut faire une recherche via son nom ou sa spécialité, ou selon la ville ou la localisation du cabinet. «On ne joue pas contre les médecins. Mais nous proposons un service gratuit et indépendant, exclusivement au service des patients qui ne sont pas toujours bien pris en charge» explique son fondateur, Mathias Matallah. À ce jour, 190.000 praticiens, toutes spécialités confondues, sont répertoriés. Pour l’instant, ce sont les commentaires et les notes affichées sur Google qui apparaissent. MediEval4i est amené à être enrichi d’un comparateur en optique, qui sera cette fois-ci payant. À terme, les services d’hôpitaux devraient aussi être soumis à l’évaluation des patients. Il est quand même curieux que la pertinence des évaluations des restaurants soit essentiellement le domaine d’experts tandis que celui des médecins serait ouvert aux « consommateurs  de santé ».

«On veut évaluer les médecins sur des critères simplistes», juge Jean-Christophe Calmes, secrétaire général adjoint de MG France, syndicat des médecins généralistes. «L’acte médical c’est beaucoup plus. Une consultation longue ou prise à l’heure ne veut pas dire qu’elle soit bonne et précise. Il y a énormément de facteurs qu’on ne peut évaluer», complète le docteur Jean-Marie Faroudja, président de la section éthique et déontologie du Conseil national de l’ordre des médecins, pour qui ces sites risquent «d’altérer la relation de confiance entre le médecin et le patient».

Jeunes médecins : tous fonctionnaires ?

Jeunes médecins : tous fonctionnaires ?

On peut se demander si le Graal pour les jeunes médecins n’est pas de devenir fonctionnaire pour disposer notamment de conditions de travail compatible avec leurs conditions de vie. On objectera que le phénomène n’affecte pas seulement les médecins mais nombre de professionnels notamment les cadres. Pour parler clair c’est le rapport au travail, la valeur travail qui sont en cause.  12% des nouveaux inscrits à l’Ordre des médecins en 2018 exercent en libéral, quand 62% sont salariés. Et cinq ans plus tard, ils ne sont que 35% à avoir franchi le cap de l’installation, révèle une étude publiée jeudi par la commission jeunes médecins du Conseil National de l’Ordre des médecins, Les internes prévoient aussi de se déterminer en fonction des horaires de travail (82%) et de leur conjoint, dont l’influence sera décisive pour 86% de ceux qui vivent en couple. Autant de facteurs qui peuvent s’avérer dissuasifs, selon l’Ordre,  D’autre part, les démarches administratives pour s’installer restent complexes. Et ce, d’autant que l’exercice de groupe ou coordonné avec d’autres professions de santé, qui est actuellement encouragé, est source de démarches supplémentaires. Or, le«guichet unique» promis depuis plus de 10 ans par les pouvoirs publics pour faciliter les démarches administratives tarde à se concrétiser. Par ailleurs, les élus locaux font fausse route quand ils pensent attirer des jeunes médecins en bâtissant des maisons de santé… qui restent vides, faute de répondre à un projet médical et d’avoir été pensées avec les intéressés. En revanche, les collectivités territoriales devraient jouer un rôle de soutien logistique (faciliter la recherche d’un cabinet adapté, ou en aidant à prendre en charge du personnel par exemple) et institutionnel (faciliter les démarches administratives). Elles ont également un rôle à jouer dans la promotion de leur territoire pour y attirer les jeunes médecins. Enfin, la question de l’attractivité de la médecine libérale se pose de façon croissante. Non seulement au regard du montant des honoraires: la consultation, après dix ans d’études, est à 25 euros. Le problème est donc à la fois économique, social mais aussi culturel

 

Changer la formation des médecins (Patrick Pelloux)

Changer la formation des médecins (Patrick Pelloux)

 

Sur France info, Patrick Pelloux plaide pour une révision complète de la formation des futurs médecins. Il dénonce « un coup de communication » de la part du gouvernement.

Franceinfo : Est-ce qu’il faut en finir avec le numerus clausus et le concours d’entrée en première année de médecine ?

Patrick Pelloux : C’est un concours qui est devenu inique, totalement désespérant et un épouvantable gâchis chez les jeunes et leur famille. Vous avez énormément de stress. Vous avez énormément de boîtes privées. On peut se poser la question de la privatisation de ce concours : il y a beaucoup d’étudiants qui passent des années de prépa avant de passer cet examen, ce qui fait qu’il y a une iniquité totale [entre candidats]. Il faut remettre cela à plat. C’est au politique de décider cela et surtout pas de prendre conseil auprès des lobbys des professeurs d’université qui ont plongé la France dans le marasme de ce concours. Il ne faut pas oublier que ce concours a été drastiquement abaissé au début des années 1980. C’est lui qui a conduit à la pénurie médicale que l’on a actuellement. Mais il ne faut pas tomber dans l’effet inverse et dire qu’il n’y a plus de concours. Si on sort 60 000 médecins par an en France, ce sera un véritable problème pour qu’ils aient du travail et pour organiser le système de santé.

Quel est le bon système ?

Il n’y a pas de débat sur le concours de médecine sans un débat sur l’ensemble de la filière de la formation des étudiants en médecine. Je pense que ces études sont beaucoup trop longues, trop spécialisées et entraînent les étudiants en médecine dans un couloir qui fige les choses. Il faut pouvoir évoluer dans son métier. C’est ce qui nous permettrait d’avoir une certaine souplesse sur la formation et sur l’avenir des médecins. Ils doivent pouvoir changer de spécialité.

Est-ce que cela règlerait la question de la pénurie de médecins ?

On n’a jamais eu autant de médecins en France. Le problème est ailleurs : c’est le nombre de jeunes médecins qui partent, qui n’exercent pas la médecine et qui vont travailler dans les agences régionales de santé, dans les arcanes du pouvoir. On a un problème avec ces médecins qui ne font plus du soin. C’est tout cela qu’il faut mettre dans la balance. Il faut que le politique s’empare de ce dossier sans écouter les lobbys hospitalo-universitaires qui vont parler de sur-sélection. Si on veut une vraie réforme du système, de la formation initiale, et donc du concours, il faut mettre tout cela sur la table et écouter l’ensemble des partenaires.

Est-ce qu’on en prend le chemin ?

Non. C’est un coup de communication pour dire qu’on va s’attaquer à ce concours de médecine, pour faire croire qu’on fait quelque chose. Mais une vraie réforme de fond pour [que les étudiants] apprennent mieux, qu’ils soient plus épanouis dans leur métier et qu’on forme moins de médecins névrosés à cause des études difficiles, ne fait pas partie du débat.

Médecins : fin du numerus clausus…. et résultats dans 10 ans !

Médecins : fin du numerus clausus…. et résultats dans 10 ans !

Suite à la probable décision du gouvernement de changer le numerus clausus, Patrick Pelloux plaide sur France Info  pour une révision complète de la formation des futurs médecins. Pour le président de l’association des médecins urgentistes de France,  »il n’y a pas de débat sur le concours de médecine sans un débat sur l’ensemble de la filière de formation.

: Est-ce qu’il faut en finir avec le numerus clausus et le concours d’entrée en première année de médecine ?

Patrick Pelloux : C’est un concours qui est devenu inique, totalement désespérant et un épouvantable gâchis chez les jeunes et leur famille. Vous avez énormément de stress. Vous avez énormément de boîtes privées. On peut se poser la question de la privatisation de ce concours : il y a beaucoup d’étudiants qui passent des années de prépa avant de passer cet examen, ce qui fait qu’il y a une iniquité totale [entre candidats]. Il faut remettre cela à plat. C’est au politique de décider cela et surtout pas de prendre conseil auprès des lobbys des professeurs d’université qui ont plongé la France dans le marasme de ce concours. Il ne faut pas oublier que ce concours a été drastiquement abaissé au début des années 1980. C’est lui qui a conduit à la pénurie médicale que l’on a actuellement. Mais il ne faut pas tomber dans l’effet inverse et dire qu’il n’y a plus de concours. Si on sort 60 000 médecins par an en France, ce sera un véritable problème pour qu’ils aient du travail et pour organiser le système de santé.

 

Quel est le bon système ?

Il n’y a pas de débat sur le concours de médecine sans un débat sur l’ensemble de la filière de la formation des étudiants en médecine. Je pense que ces études sont beaucoup trop longues, trop spécialisées et entraînent les étudiants en médecine dans un couloir qui fige les choses. Il faut pouvoir évoluer dans son métier. C’est ce qui nous permettrait d’avoir une certaine souplesse sur la formation et sur l’avenir des médecins. Ils doivent pouvoir changer de spécialité.

Est-ce que cela règlerait la question de la pénurie de médecins ?

On n’a jamais eu autant de médecins en France. Le problème est ailleurs : c’est le nombre de jeunes médecins qui partent, qui n’exercent pas la médecine et qui vont travailler dans les agences régionales de santé, dans les arcanes du pouvoir. On a un problème avec ces médecins qui ne font plus du soin. C’est tout cela qu’il faut mettre dans la balance. Il faut que le politique s’empare de ce dossier sans écouter les lobbys hospitalo-universitaires qui vont parler de sur-sélection. Si on veut une vraie réforme du système, de la formation initiale, et donc du concours, il faut mettre tout cela sur la table et écouter l’ensemble des partenaires.

Est-ce qu’on en prend le chemin ?

Non. C’est un coup de communication pour dire qu’on va s’attaquer à ce concours de médecine, pour faire croire qu’on fait quelque chose. Mais une vraie réforme de fond pour [que les étudiants] apprennent mieux, qu’ils soient plus épanouis dans leur métier et qu’on forme moins de médecins névrosés à cause des études difficiles, ne fait pas partie du débat.

Médecins : de plus en plus de diplômes étrangers

Médecins : de plus en plus de diplômes étrangers

 

Tandis que la France a fermé le robinet d’accès à la profession de médecin, les titulaires de diplômes étrangers ne cessent de progresser. Plus de 10 % des médecins ont obtenu leur diplôme à l’étranger. Un chiffre qui ne cesse de progresser, le nombre a pratiquement doublé en 10 ans et devrait atteindre les 30 000 ans de 2020. C’est le constat de l’ordre  des médecins qui reconnaît que les diplômés de l’étranger sont devenus indispensables notamment en milieu hospitalier aussi en zone rurale. Pour l’essentiel ces médecins viennent des ex pays de l’Est mais aussi du Maghreb. Il faut noter : la montée en puissance des médecins diplômés en Roumanie qui sont aujourd’hui 4 254. Ce nombre a été multiplié par sept (+ 659 %) depuis 2007, date de l’entrée du pays dans l’Union européenne. Ils devraient être 4 711 en 2020, soit un effectif proche de ceux diplômés en Algérie (4 812), dont le nombre a cru de 56 % en dix ans. Aujourd’hui, la Roumanie connaît une « vraie fuite des diplômes » due à des propositions salariales « catastrophiques » pour les diplômés en médecine, relève-t-on au CNOM.  Les deux tiers de ces praticiens diplômés à l’étranger sont salariés, essentiellement dans la fonction publique, alors que seulement un quart exerce en profession libérale. On les retrouve plus facilement dans les spécialités chirurgicales, l’anesthésie, la psychiatrie, la pédiatrie, les urgences. Les besoins vont encore grandir. En tout, 20 000 docteurs doivent partir à la retraite dans les cinq prochaines années.  L’importance prise par les médecins étrangers a toutefois permis à ces derniers de mieux se faire entendre dans leurs revendications. Avant d’être inscrits à l’Ordre, les praticiens qui ne sont pas originaires d’un pays de l’Union européenne (55 % des médecins étrangers) sont « attaché associé » ou « assistant spécialiste ».Sous ce statut, environ 4 000 salariés gagnent en moyenne 40 % de moins que leurs confrères français.  En février 2012, un mouvement a débouché sur la possibilité pour les diplômés hors UE d’obtenir le même statut que les diplômés français en passant un examen, alors qu’ils étaient, avant cela, soumis à un concours. Notons que les établissements publics ont largement favorisé la venue de médecin étranger qui coûte moins cher et qui peuvent aussi combler l’insuffisance d’attraction de l’hôpital pour les médecins français

Hopital – urgences: 11 médecins démissionnaires à Dreux

Hopital -urgences: 11 médecins  démissionnaires à Dreux

 

.

 

Encore 11 médecins qui démissionnent du service des urgences sur les 26 du centre hospitalier Victor-Jousselin de Dreux. Des démissions qui s’ajoutent à d’autres dans certains centres d’urgence. En cause évidemment, les conditions de travail et les sous-effectifs chroniques. D’une certaine manière les services d’urgence récoltent les incohérences du système de santé. En effet les services d’urgence deviennent les dépotoirs de toutes les misères du monde. Certes, ils recueillent  des malades avec des pathologies assez graves qui méritent l’hospitalisation mais aussi nombre de patients rapatriés faute de maillage suffisant des services de santé sur le territoire et en particulier de médecins de garde.  des insuffisances qui touchent nombre de petites villes et encore davantage les territoires ruraux. Mais les services d’urgence des grandes villes sont aussi débordés. En cause, surtout le manque de médecins généralistes sur le terrain et la tendance générale des différents services de secours à se débarrasser des patients sur les services d’urgence. Dans nombre de petites villes les insuffisances ne concernent pas seulement des médecins généralistes mais aussi les spécialistes. Du coup de petites pathologies qui pourraient être pris à temps se révèlent graves et doivent être traitées dans l’urgence. C’est le cas par exemple d’une ville comme Saumur où les spécialistes se font de plus en plus rares. Ainsi pour une consultation d’un cardiologue, il faut attendre neuf mois ! Bien d’autres spécialités contraignent à des attentes de plusieurs mois. Les économies supposées réalisées sur les médecins généralistes et les spécialistes se traduisent en fait en dépenses et en dégradations de la qualité des soins dans les services d’urgence et plus généralement sur l’hôpital. Le cas des grippes est significatif. Normalement ce n’est pas une pathologie qui doit justifier l’intervention d’un service d’urgence sauf pour les patients déjà fragilisés. Mais comme déjà indiqué, les services de secours, les médecins de garde eux-mêmes complètement débordés, les maisons de retraite etc. font du service des urgences le lieu de réception de toutes les misères pathologiques mais aussi sociales. Drogués, alcooliques, violents, paumés côtoient  des patients aux petits bobos et des malades aux pathologies graves. 11 médecins urgentistes viennent donc de démissionner de l’hôpital de Dreux. «Nous avions fait grève, il y a un an et demi, pour tirer la sonnette d’alarme sur nos conditions de travail et d’accueil des patients. Nous n’avons constaté aucune réaction de la part de la direction», a affirmé à l’AFP le Dr Nicolas. Depuis, la situation s’est encore dégradée. Trois médecins sont partis fin 2016 et n’ont pas été remplacés. Cela devient difficilement supportable.» La directrice souligne la «fatigue réelle des équipes, qui traversent une période très dense avec l’épidémie de grippe actuelle». Mais pour elle, leurs inquiétudes sont surtout dues à une circulaire de décembre 2014 sur le temps de travail: une réunion sur ce thème était déjà prévue pour le 2 février.  «Son application dans notre établissement nécessitera le recrutement de trois postes supplémentaires, au bas mot, explique-t-elle. Or, nous sommes dans un territoire excentré, peu attractif pour les médecins.» Les établissements du Centre-Val de Loire éprouvent des difficultés à recruter des médecins. Quatre-vingt postes d’urgentistes seraient vacants, d’après la directrice, un tiers des postes, d’après le Dr Nicolas. C’est le cas dans plusieurs régions. Le site de Thann, dans le Haut-Rhin, a dû fermer temporairement son service d’urgence en octobre, a priori pour six mois. Ce n’est pas non plus le premier cas de démission massive. Stressés, les médecins sont aussi parfois confrontés à des agressions verbales et physiques. En Avignon, en octobre dernier, la moitié des médecins du service d’urgence de l’hôpital Henri-Duffaut ont claqué la porte. Ils dénonçaient des conditions de travail «catastrophiques».

 

 

Consultations médecins généralistes : de 23 à 25 euros

Consultations Médecins généralistes : de 23 à 25 euros

 

La consultation pour les généralistes va passer à 25 € (il faut compter 50 à 100 € pour les spécialistes). Le syndicat de médecins FMF signera la nouvelle convention tarifaire qui prévoit notamment une revalorisation de la consultation à 25 euros chez les généralistes, a-t-il annoncé dimanche 21 août, ouvrant la voie à la validation du texte négocié durant cinq mois avec l’Assurance maladie.« En effet On va signer le texte. 52,95% des adhérents de la FMF (Fédération des médecins de France) ont voté pour la signature de la nouvelle convention », a déclaré à l’AFP son président, Jean-Paul Hamon, à l’issue d’une assemblée générale de son syndicat. Le 27 juillet, un protocole d’accord avait été signé par deux syndicats sur cinq – MG France (généralistes) et Le Bloc (chirurgiens), mais une troisième signature était indispensable pour permettre la validation du texte qui régit les relations des 115.000 médecins libéraux avec l’Assurance maladie et fixe leurs honoraires pour cinq ans. La consultation passera donc à 25 euros au 1er mai 2017. « On ne saute pas de joie. Cette convention est loin de nous satisfaire, elle n’est pas structurante », a néanmoins affirmé Jean-Paul Hamon, en ajoutant: « Mais en la signant nous pensons être en mesure de peser davantage dans les discussions ». A propos des 960 millions d’euros mis sur la table par l’Assurance maladie en fin de négociations, le représentant de la FMF a estimé: Reste encore, désormais, à connaître la décision du premier syndicat de la profession, la CSMF qui donnera sa réponse à l’issue d’une assemblée générale le 25 août. Quant au SML, il a déjà appelé ses représentants départementaux à voter contre la signature du texte lors de son assemblée générale, programmée le même jour que celle de la CSMF. La date de signature de la nouvelle convention a été avancée au 25 août à 16H00, a indiqué à l’AFP l’Assurance maladie, qui avait auparavant retenu le 26 août au matin. La nouvelle convention, établie au terme de cinq mois de négociations entre syndicats et Assurance maladie, prévoit, outre la revalorisation de deux euros de la consultation chez le généraliste qui passerait ainsi à 25 euros, une hiérarchisation des consultations selon leur complexité avec des actes à 25, 30, 46 et 60 euros ou encore une aide de 50.000 euros pour l’installation dans les déserts médicaux. En comptant la complémentaire santé, l’ensemble des mesures coûteraient en année pleine près de 1,3 milliard d’euros, soit le double de la précédente convention.

(Avec AFP)

Pénurie de médecins généralistes

La pénurie de médecins généralistes s’accentue en France. Depuis 2007, leur nombre a diminué de 8,4%. Le constat du Conseil national de l’ordre des médecins n’est pas pour rassurer. Si le nombre total de médecins ne baisse que lentement, la spécialité de médecine générale traverse une grave crise de vocations, martèle l’Ordre dans l’édition 2016 de son Atlas de la démocratie médicale, présenté ce jeudi. Depuis 2007, le nombre de généralistes a diminué de 8,4 %. Comme le montre la dernière étude du Conseil national de l’ordre des médecins, la Savoie et la Loire-Atlantique sont les seuls départements à être épargnés, depuis 2007, par la baisse du nombre de généraliste, rapporté à la population. Quant aux autres, la désertification ne les frappe pas tous avec la même virulence. Les plus durement atteints sont la Nièvre et… Paris. Les coûts élevés de l’immobilier dans la capitale sont en effet un frein à l’installation. La Mairie de Paris a bien lancé un plan d’aide. Mais il met du temps à se traduire sur le terrain. Au niveau national, la ministre de la SantéMarisol Touraine, a lancé deux plans de lutte contre lesdéserts médicaux, qui ne suffisent pas à inverser la tendance. L’Ordre réclame donc une réforme structurelle. Et alerte: si rien n’est fait, de 2007 à 2025, la France aura perdu un quart de ses généralistes.

 

(Le Figaro)

De la poudre aux yeux pour les médecins libéraux

De la poudre aux yeux pour les médecins libéraux

 

La grande conférence santé organisée par le premier ministre, Manuel Valls, et la ministre de la Santé, Marisol Touraine, ne devrait pas déboucher sur grand-chose, quelques mesures dont certaines utiles, destinées notamment à aplanir l’opposition des médecins libéraux à la politique conduite par Marisol Touraine concernant en particulier l’étatisation de la médecine. Une orientation risque de faire discussion celle concernant la recertification des médecins tous les six ans. Or  les études de médecine sont déjà les plus longues par rapport à toutes les formations de très haut niveau et la rémunération des intéressés n’est pas à la hauteur loin s’en faut de cette formation en ce qui concerne en particulier les généralistes. On peut se demander pourquoi une recertification n’est pas demandée aussi pour les diplômés d’autres secteurs d’activité. Marisol Touraine ignore peut-être que la formation est permanente chez les médecins. Pas sûr que les mesures destinées à attirer les généralistes dans les des déserts médicaux soient très efficaces. Il y aura en premier lieu, la protection sociale des médecins libéraux dits «de secteur 1» pratiquant exclusivement les tarifs de la Sécurité sociale, et de ceux qui ont accepté de modérer leurs dépassements d’honoraires dans le cadre du contrat d’accès aux soins, sera grandement améliorée à partir du 1er janvier 2017. Les congés maternité devraient aussi être rémunérés. Des moyens supplémentaires seront aussi déployés pour la formation de généralistes (80 postes d’encadrement des internes créés sur deux ans). Il s’agit de renforcer l’attractivité de la médecine libérale, et en particulier la filière généraliste, qui peine à recruter assez de jeunes pour remplacer les départs à la retraite.  Autre mesure qui devrait être présentée jeudi par Manuel Valls en clôture de la grande conférence, l’adaptation systématique aux besoins régionaux du nombre de postes ouverts à l’issue de la première année de médecine. Cette régionalisation du «numerus clausus» était demandée par l’ordre des médecins. Il s’agit de s’assurer que les praticiens formés dans une région s’y installent vraiment. D’autre part, des cursus publics pour les professions paramédicales où il n’existe que des formations privées seront mis en place, comme pour les kinés. Enfin, une «recertification» des médecins tous les six ans pour faire le point sur leur formation continue devrait être mise en place.

Davantage de médecins dans les zones isolées ?

Davantage de médecins dans les zones isolées ?

 

Dans le cadre de son nouveau plan de lutte contre les déserts médicaux qui sera présenté lundi, la ministre de la Santé Marisol Touraine veut inciter 1000 jeunes médecins généralistes à s’installer dans les déserts médicaux d’ici à 2017, peut-on lire dans les documents de présentation du plan que Le Figaro s’est procuré. Depuis 2013, 480 jeunes médecins ont déjà signé un contrat avec l’État pour exercer en libéral dans une «zone sous-dotée». La ministre de la Santé se déplacera en effet lundi à la faculté de médecine de Tours, à deux pas de sa circonscription, pour présenter son deuxième «pacte territoire santé». Le premier avait été lancé fin 2012. La date de ces nouvelles annonces n’est pas choisie au hasard, juste après la grève des médecins libéraux, juste avant le salon des maires, très inquiets de la désertification médicale. Et à quelques encablures, évidemment, des élections régionales.  Pour inciter les jeunes à s’installer en libéral, le ministère de la Santé prévoit aussi d’envoyer les étudiants en gynécologie, ophtalmologie, pédiatrie, cardiologie et dermatologie, de 2ème et 3ème cycles, en stage en cabinet de ville et en maison ou centre de santé. Afin de combler le manque de médecins libéraux durant les gardes, les internes pourront assurer cette permanence des soins de ville.  Autre objectif affiché, la ministre vise le seuil de 1000 maisons et centres de santé opérationnels d’ici 2017. En 2012, il existait 174 de ces structures où exercent plusieurs professionnels de la santé. Elles sont 800 aujourd’hui. Pour aider ces maisons et centres de santé à se développer, un partenariat a été signé avec la Caisse des dépôts et consignations pour que cette dernière aide au financement des projets de création et de rénovation de ces structures à partir de 2016. Quant à la promesse présidentielle d’un «accès aux soins urgents en moins de 30 minutes» pour toute la population, la ministre de la Santé veut former, au total, 700 médecins généralistes «correspondants du Samu» d’ici 2017. Quelques 450 exercent déjà. Aussi, la ministre annoncera lundi la hausse de 6,4% du nombre de médecins formés (élargissement du numerus clausus) en fonction des besoins des régions.

Nouvelle grève des médecins contre la bureaucratie de Touraine

Nouvelle grève des médecins contre la bureaucratie de Touraine

 

Nouvelle grève aujourd’hui des médecins pour protester contre la bureaucratie que veut imposer la ministre de la santé Maryse Touraine au secteur libéral. Les médecins refusent en particulier la généralisation du tiers payant qui va engendrer une complexification administrative coûteuse ; mais  d’une certaine manière le gouvernement joue sur du velours car la perspective du tiers payant est soutenue par une large partie de l’opinion. Qui en effet refuserait la gratuité ? Cependant cette  gratuité pourrait entraîner des effets pervers et en particulier contribuer à accentuer encore le déséquilibre de la sécurité sociale qui affiche bon an mal an 10 milliards de déficit et qui en cumule de l’ordre de 200 milliards. On objectera que pour les personnes défavorisées ce tiers payant constitue une mesure de justice sociale mais ce tiers payant est déjà pratiqué par nombre de médecins pour cette catégorie sociale «Il y aura des blocages sérieux dans certaines villes où les médecins sont extrêmement motivés», comme à Toulouse, Lyon ou Grenoble, précise Lamine Gharbi, le président de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP). Les médecins de l’Ain, des environs de Roanne ou encore de Saône-et-Loire devraient être aussi particulièrement mobilisés. Les représentants des médecins se désespèrent d’un projet de loi écrit sans concertation. Ce texte promet, au mieux, des lourdeurs administratives insurmontables. «Nous n’appliquerons pas le tiers payant généralisé car nous ne pouvons pas gérer la complexité du système d’assurance-maladie», prévient d’ailleurs déjà Claude Leicher, le président du premier syndicat de généralistes MG France. En effet, avec le tiers payant généralisé, les médecins se retrouveront à devoir réclamer leur dû non seulement auprès de l’Assurance-maladie, mais aussi, craignent-ils, auprès des quelque 500 complémentaires santé. De son côté, le ministère de la Santé rappelle la promesse présidentielle que le tiers payant généralisé sera simple pour le médecin.

Médecins : grève le 13 novembre contre la bureaucratie

Médecins : grève le 13 novembre contre la bureaucratie

En cause le processus d’étatisation de la médecine libérale et la bureaucratie. Avec le danger d’une dérive des consultations sur faiat du tiers payant et du déficit de la sécu (10 milliards annelles et de 200 milliards de déficit cumulé). L’ensemble des syndicats de médecins libéraux appellent donc à une journée de fermeture des cabinets le 13 novembre, toujours pour protester contre la généralisation du tiers payant prévue par la loi santé. Le premier syndicat des généralistes, MG France, a annoncé jeudi qu’il ralliait le mouvement lancé par les quatre autres confédérations (CSMF, FMF, le Bloc et SML). « Le gouvernement doit nous entendre en donnant des moyens aux soins primaires organisés autour des médecins généralistes et en retirant de son projet de loi l’obligation sur le tiers payant », dit MG France dans un communiqué. « Car cette obligation ne peut résoudre le désaccord profond entre les régimes d’assurance maladie obligatoires et complémentaires sur le processus tiers-payant. » La généralisation du tiers payant permettra au patient de ne plus avancer de frais de santé mais les organisations professionnelles estiment qu’elle alourdira les obligations administratives des médecins. Certains syndicats jugent en outre qu’elle les place en position de dépendance totale vis-à-vis de l’Assurance maladie et disent redouter, comme la CSMF, une étatisation de la santé. Ce syndicat a déjà appelé à la « désobéissance civile » sur le sujet du tiers payant, qui devrait être en place en 2017. La loi santé portée par la ministre Marisol Touraine doit être examiné en seconde lecture à l’Assemblée à partir du 16 novembre.

Nouvelle manif des médecins contre l’étatisation

Nouvelle manif des médecins contre l’étatisation

 

 

Beaucoup de cabinets de médecins libéraux seront fermés jusqu’à mardi. Cela pour protester contre la loi santé de Marisol Touraine. En particulier contre la perspective de généralisation du tiers payant qui risque d’alourdir les formalités administratives surtout lorsque le médecin ne dispose pas de secrétariat. Notons que la plupart des médecins pratiquent  déjà le tiers payant pour les patients en difficulté financière et que le nouveau dispositif va ajouter des procédures bureaucratiques supplémentaires, sans doute aussi contribuer à faire dériver les dépenses de santé. D’une manière générale les médecins protestent contre le processus d’étatisation en cours de la médecine libérale. Attention si vous devez aller chez le médecin ce week-end. La quasi-totalité des organisations de médecins libéraux appellent à fermer les cabinets à compter de ce samedi 3 octobre et jusqu’à mardi. Il s’agit d’un nouveau coup de semonce contre Marisol Touraine et son projet de loi santé, dont les débats au Sénat se sont terminés jeudi. Le principal point de cristallisation de cette colère : la généralisation du tiers payant d’ici à 2017. Ainsi, le syndicat des médecins libéraux (SML), la Fédération des médecins de France (FMF) et le Bloc (chirurgiens) invitent les praticiens à une « cessation d’activité ». Lundi, ce sera au tour de MG France, le premier syndicat de généralistes de demander à tous ses adhérents de faire grève. Celui-ci mise sur une mobilisation en hausse qui fera, espère-t-il, tâche d’huile. Le syndicat assure que certains cabinets veulent fermer « deux ou trois jours consécutifs ». Le Puy-de-Dôme annonce par exemple 70% de cabinets fermés. Ces appels à la grève ont été lancés sur fond de compétition pour les élections professionnelles. Car d’ici au 12 octobre à minuit, 120.000 médecins sont appelés à élire par correspondance ceux qui les représenteront au sein des unions régionales des professionnels de santé (URPS) face aux autorités publiques (ASR) pour les cinq prochaines années. Les résultats sont attendus pour le 16 octobre et détermineront la représentativité des syndicats au sein des trois collèges de la profession (généralistes, spécialistes et chirurgiens-anesthésistes-obstétriciens). C’est pourquoi la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) refuse pour l’heure de participer au mouvement, dénonçant des mascarades désordonnées et électoralistes.

Médecins généralistes : la consultation à 25 euros

Médecins généralistes : la consultation à 25 euros

Augmentation d’office à 25 euros pour les généralistes toujours très remontés, cela pour protester  contre la loi santé de Touraine. Des généralistes légitimement inquiets quant à l’avenir d’une  profession mal considérée et mal rémunérée ( par apport aux spécialistes notamment). Conditions de travail, rémunération, tiers payant,  étatisation sont en cause au point que dans nombre de petites localités les généralistes ne sont pas remplacés après leur départ en retraite. Il sont remplacés par des maisons de santé éloignées et dont les praticiens ignorent tout du profil psychologique et parfois médical du patient.  . Après MG France, la CSMF (premier syndicat de médecins) vient d’appeler ses adhérents généralistes à facturer 25 € les consultations à plusieurs motifs, au lieu de 23 €. L’Assurance maladie tente d’enrayer ce mouvement qu’elle juge très marginal et circonscrit, selon ses derniers chiffres, à « environ 400 médecins, et 0,2 % des consultations ». Elle vient néanmoins d’adresser une mise en garde à ces médecins. Parmi eux… le président de MG France, Claude Leicher. Nicolas Revel, directeur de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), justifie la menace de sanction : « Par le courrier qu’elle vient de leur envoyer, l’Assurance maladie demande aux médecins de respecter leurs obligations conventionnelles », dit-il, rappelant que l’ouverture des négociations sur l’évolution des rémunérations interviendra avant la fin de l’année. Il appelle donc les syndicats à « éviter les surenchères dont le seul effet serait de pénaliser les assurés en leur faisant subir un reste à charge parfaitement injustifié ». Car le dépassement de 2 € n’est évidemment pas remboursé. La Cnam fait valoir, elle, que « de nouveaux éléments de rémunération (majoration personnes âgées, forfait médecin traitant, rémunération sur objectif…) ont eu pour effet d’augmenter la rémunération des médecins de 8,9 % depuis 2011 ». Mais Claude Leicher conteste : « En 2014, les revenus des généralistes ont reculé de 1,5 %, ce sont les chiffres de l’Assurance maladie » !

 

Médecins Généralistes : la consultation passe à 25 euros

 

 

On peut ne pas être accord avec cette augmentation de 2 euros décidée par les syndicats de médecins mais force est de constater que l’écart actuel  entre généralistes et spécialistes n’est pas justifié. Du coup la médecine générale  perd de son attractivité et certaines zones deviennent de véritables désert médicaux. La seule solution se rendre à l’hôpital du chef lieu de département. Les médecins, qui pratiquent en secteur 1, sont en effet appelés par leur syndicat MG France à relever de deux euros le prix de leur acte. Ce dernier sera facturé 25 euros au lieu de 23 euros dans certains cabinets, dès aujourd’hui et pour une durée indéterminée. Une décision prise sans le feu vert de la Sécurité sociale. «C’est une action symbolique. Nos tarifs n’ont pas bougé pour la cinquième année consécutive. Nous demandons simplement à être traités de la même façon que toutes les 45 autres spécialités», explique le docteur Jacques Battistoni, généraliste à Caen, et secrétaire général du syndicat. Les généralistes vivent en effet comme une injustice le fait d’avoir été empêchés par la sécurité sociale d’appliquer à leur tarif de base de 23 euros la cotation MPC, qui correspond à une majoration forfaitaire de deux euros. «Par un avenant, la sécurité sociale a exclu les médecins généralistes de ce dispositif. Du coup, nous sommes les seuls à ne pas pouvoir majorer nos tarifs de deux euros. C’est d’autant plus inacceptable que nous avons les mêmes contraintes que nos confrères, voire plus. La Sécu souhaite faire des économies et instaurer une différenciation entre généralistes et spécialistes. Mais la médecine générale est aussi une spécialité!», s’agace le secrétaire générale du syndicat.

 

Manif des médecins : le refus de l’étatisation

 

Manif des médecins : le refus de l’étatisation

 

Ils seront dans la rue dimanche , les médecins et plus d’une dizaine de professions médicales qui manifesteront ce dimanche contre la loi Santé présentée de  Marisol Touraine. Les médecins sont particulièrement en colère : ils craignent la bureaucratisation et surtout l’  étatisation de la médecine libérale. Surtout les généralistes, une espèce en voie de disparition puisque compte tenu des conditions de travail et de vie, nombre d’étudiants en médecine préfèrent soit devenir spécialistes, soi entrer dans le public ( ou les cliniques privées). En zone rurale mais pas seulement, la situation devient dramatique, c’est la désertification médicale qui progresse. Nombre de médecins travaillent seuls ( sans secrétariat) et devront passer du temps pour se faire rembourser des 40 à 50 caisses primaires et 4 ou 600 caisses complémentaires. Il ya notamment la crainte d’une  pression de l’agence régionale de santé qui a l’ambition de réguler les prestations, comprendre :  contingenter les prestations et leur contenu. C ette loi risque aussi de provoquer une  dérive de demandes de consultations. Socialement juste en apparence cette loi est inutile car il existe déjà des dispositifs pour que les plus défavorisés ne règlent pas eux même le prix de la consultation. Dans les zones de déserts  médicaux on risque de rabattre les patients un peu plus sur les urgences où le coût des consultations sera dix fois supérieur du fait des multiples examens qui peuvent être prescrits dont certains inutiles.   Les médecins et autres professions espèrent une mobilisation «historique pour faire plier la ministre de la Santé. Une quarantaine de syndicats et d’organisations étudiantes se réuniront ce dimanche pour protester contre le projet de loi présenté cette semaine par Marisol Touraine. Tous protestent contre «l’étatisation de la santé» que souhaite à leur yeux introduire le gouvernement, défendent des soins médicaux dispensés en libéral et réclament le retrait du projet de loi qui fâche. Ceci  étant pour certaines catégories derrière cette mobilisation se cachent aussi quelques préoccupations corpos.

Sondage : soutien des Français à la grève des médecins

Sondage : soutien des Français à la grève des médecins

Finalement les Français rejoignent les préoccupations des médecins en grève : risques de dérives des dépenses, bureaucratisation , étatisation de la médecine libérale. La ministre de la santé avait pourtant tenté uen entourloupe en renvoyant l’application de la réforme à 2017, autrement dit en refilant le bé au successeur de Hollande. La manoeuvre ,n’a pas réussi. Socialement on ne peut être contre ce tiers payant mais des dispositions existent déjà pour exonérer les patients en situation de pauvreté de faire l’avance des frais de consultation.  Selon le sondage réalisé par Odoxa pour France Inter, Le Figaro et MNH, les Français soutiennent majoritairement et la généralisation du tiers payant (60%) et la fronde des médecins (55%). «Les Français estiment que le tiers payant est une mesure socialement juste qui permettra aux plus démunis de ne pas avoir à avancer d’argent pour leurs frais de santé», explique Gaël Sliman, le président d’Odoxa. Mais ils valident en même temps les critiques formulées par les médecins au sujet de sa mise en place. Le tiers payant entraînera du «travail supplémentaire» pour les praticiens (65%), sera économiquement coûteux car il conduira les patients «à ne pas être attentifs à leurs dépenses de santé» (58%) et obligeront les médecins à faire des avances de trésorerie avant d’être remboursés par la Sécu ou les mutuelles (52%). Des préoccupations accentuées par la hausse des dépenses de santé (consultations, médicaments…) relevée par le Carnet de santé, passées de 77 euros en moyenne par mois en 2013 à 82 euros en février. Un bond de 6,5% qui «démontre que les Français sont inquiets», selon le sondeur. Le sujet est clivant politiquement. «Les sympathisants de gauche sont très majoritaires à soutenir (79%) la généralisation du tiers payant et à estimer que la manifestation des médecins n’est pas justifiée (61%), alors qu’inversement ceux de droite soutiennent très majoritairement les médecins (68%) et sont une majorité à être contre la généralisation du tiers payant», confirme Gaël Sliman. Marisol Touraine s’entête pourtant dans un dossier qui pourraiat coûter cher ( politiquée à la gauche  et économique à la sécu). Derrière son discours suave et tecno, se dissimule le  caractère psychorigide de l’oligarque qui pense avoir raison sur tout. De ce point de vue la gestion de Marisol Touraine est pathétique.

 

Urgences : les médecins libéraux en gréve

Urgences : les médecins libéraux en gréve

 

L’entourloupe de la ministre Touraine consistant à reporter en  2017 l’application du tiers payants pour les généralistes n’aura pas fonctionné  ( en fait un report sur le quinquennat suivant) ; Les médecins ne veulent surtout pas d’une  forme d’étatisation qui viendrait par exemple contingenter les actes. Les médecins et les autres professions libérales ont donc  décidé de durcir le ton. A compter de demain vendredi, 8h du matin, ils n’assureront plus la permanence des soins. Ils n’assureront plus les urgences. La grève se poursuivra jusqu’à lundi matin, 8h. Pour donner des exemples, les chirurgiens libéraux n’iront plus au bloc, les dentistes, les infirmières ne répondront plus. SOS médecins, SOS Mains seront aux abonnés absents. L’idée de ce mouvement est de reporter toutes les urgences vers les hôpitaux publics. Et le système risque d’être vite bloqué, car les internes et les chefs de cliniques des hôpitaux publics ont eux aussi annoncé qu’ils arrêteraient de gérer les urgences. Les médecins libéraux rejettent la loi santé, qui sera en discussion la semaine prochaine. Ils estiment qu’elle va les entraîner vers une certaine « étatisation » de leur métier – ce qu’ils refusent. La concertation entamée par la Ministre depuis quelques jours est donc un échec… Ils ne veulent pas d’un aménagement de la loi mais son retrait pur et simple.

 

Médecins libéraux : grève des cartes vitales

Médecins libéraux : grève des cartes vitales

Radicalisation du mouvement avec notamment La grève des cartes vitales qui  va commencer même s’il  y a des divergences sur ce point entre syndicats de médecins. L’enjeu va au-delà de la grève des cartes vitale, c’est la crainte d’un contrôle accru de l’Etat sur la médecine libérale et une forme d’Etatisation. Sans parler quand même de la complexité du tiers payant (  environ 50 caisses primaires et 500 complémentaires).A la différence des pharmaciens, 90% de généraliste ne disposent pas de secrétariat.. Pour Jean-Paul Ortiz, Président de la confédération des syndicats médicaux français, le tiers payant généralisé reviendrait à « mettre les médecins sous la coupe financière et le paiement direct des assureurs complémentaires outre l’assurance maladie« .  La grève administrative durera jusqu’à ce que le gouvernement bouge, a-t-il déclaré sur France Info, appelant le gouvernement à examiner la solution proposée par les médecins : le paiement monétique à débit différé santé.   »Le patient paie directement son médecin avec une carte bleue. Le médecin est payé par la banque qui a délivré la carte bleue, mais le patient n’est débité que lorsqu’il est remboursé par la caisse de sécurité sociale et par la mutuelle. Ceci maintient le lien direct entre le médecin et son patient, mais aussi entre le patient et sa mutuelle, car lui il peut en changer. Nous, si nous dépendons directement de l’assureur complémentaire et s’il ne nous paie pas, nous sommes désarmés. »  Ce mouvement n’est pas compris par tous les syndicats, notamment FO et CFDT qui s’étonnent de cette attaque du système de sécurité sociale. Sur France Info, Eric Henry le président du syndicat des médecins libéraux de France leur répond que c’est l’inverse : « Le système de sécurité sociale est un système basé sur la solidarité et le partage« , rappelle-t-il, « actuellement on est en train de débarasser la Sécurité sociale de tout le petit soin pour le vendre aux mutuelles et je suis étonné que ces deux syndicalistes [Jean-Claude Mailly et Laurent Berger NDLR] acceptent qu’on vende le soin français aux mutuelles« . Il ajoute, un peu agacé : « Je suis aussi étonné de leur capacité à accepter que tous leurs secrets médicaux soient vendus à des structures industrieuses qui vont fabriquer de l’argent avec« .

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol