Archive pour le Tag 'mécontentement'

Mécontentement social : manque d’équilibre et maladresse du pouvoir

Mécontentement social : manque d’équilibre et maladresse du pouvoir

 

Retraites,  hôpital, prison, Ehpad, agriculteurs, cheminots, Air France, ruraux autant de catégories ou  de secteurs qui ne sont pas satisfait de la politique du gouvernement. Certes certains mécontentements sont différents et l’amalgame de ces catégories peut sembler assez artificiel. Reste que le climat social se dégrade à grande vitesse. L’hypothèse d’uen convergence de la grogne sociale n’est plus à écarter. Elle pourrait prendre la forme de manifestations dans la rue mais surtout risque de se traduire par une  nouvelle chute assez brutale de la popularité de Macron et par un net affaiblissement de la république en marche dans les bulletins de votes. Pour preuve de l’inquiétude du pouvoir, la réforme des retraites est reportée en 2019 voire même plus tard !  La légitimité de Macron juridiquement ‘est pas en cause ;  ceci étant,  il convient de relativiser car son score du premier tour est faible et c’est surtout grâce  aux votes contre le FN que Macron a été élu ; Emmanuel Macron “est légitime”, a souligné vendredi le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, sur franceinfo. “Mais la légitimité d’un homme politique comme de tout responsable (…) s’inscrit aussi dans la pratique du pouvoir. Et je crois qu’une pratique du pouvoir trop verticale en faisant fi des corps intermédiaires trop souvent, ce n’est pas durable.” Cependant pour l’ancien conseiller social de Nicolas Sarkozy, Raymond Soubie, on est encore loin d’un vrai test social pour Emmanuel Macron. “Qu’il y ait des incidents, il y a des risques. Qu’il y ait une coagulation des mécontentements pour arriver à un déferlement de grande ampleur, aujourd’hui ce n’est pas le plus probable”, a-t-il dit à Reuters. Selon lui, les mouvements de grande ampleur comme en 1995 s’appuient sur le soutien de l’opinion publique, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Selon un sondage Odoxa pour BFM Business, Challenges et Aviva Assurances publié jeudi, 63% des Français jugent la menace de grève reconductible des syndicats de la SNCF “injustifiée». le problème c’est que l’opinion est assez versatile et que les mouvements sociaux sont presque imprévisibles ;  ce fut le cas en 68, en 95. Tout ce qu’on sait c’est que l’histoire ne repasse pas les mêmes plats. Mais le plat pour 2018 pourrait être très salé pour Macron avec surtout uen vraie dégringolade dans l’opinion publique d’autant que lui et  son entourage de tecnos bourgeois ont une  fâcheuse tendance à verser dans la condescendance voire l’arrogance

Bure : un débat à la va-vite pour calmer le mécontentement

Bure : un débat à la va-vite pour calmer le mécontentement

Le jeune  oligarque Sébastien Lecornu (ancien PS anti – Macron  converti au macronisme), secrétaire d’Etat à la Transition écologique, a trouvé la solution pour  gérer le mécontentement et les interrogations. Un debat à la va vite entre septembre et décembre. Comme si une réflexion un peu sérieuse pouvait se dérouler dans un laps de temps aussi court. L’enjeu est en effet considérable, en outre les études sont encore très insuffisantes quant aux conséquences des différents modes de gestion des déchets nucléaires particulièrement dangereux. Des déchets qui pourraient devoir être gérés pendant 100 000 ans voire bien davantage. Un seul exemple, qui peut dire qu’il ne passera aucun événement climatique importance (inondation, secousse sismique, etc.) durant un si long temps, un événement qui pourrait menaces cette gestion.  L’ancien socialiste a trouvé la parade : une petite discussion de trois mois qu’il intitule une vaste concertation, organisée sous l’égide de la Commission nationale du débat public, démarrera entre les mois de septembre et décembre et portera à la fois sur l’opportunité d’enfouir les déchets et sur les modalités, a-t-il précisé. “Nous souhaitons que le public non seulement local soit associé à ce débat mais aussi l’opinion publique nationale”, a déclaré Sébastien Lecornu à la presse à l’issue d’une réunion avec les acteurs, notamment les élus, concernés. “Certes, le Parlement s’est exprimé sur ces sujets en 2006, on a déjà une loi de la République qui tranche le problème, sauf que les générations sont nouvelles (…) et donc il est important de remettre cette question au coeur”, a-t-il justifié. La solution de l’enfouissement est à ce jour “la moins mauvaise”, selon l’expression consacrée employée par le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot. Le projet demeure contesté par des militants écologistes, dont certains ont occupé le site, devenu temporairement une Zone à défendre (ZAD) sur le modèle de Notre-Dame-des-Landes, avant d’en être délogés par la force il y a deux semaines. Le calendrier de réalisation des travaux est encore long puisque la demande de déclaration d’utilité publique doit être déposée en 2019 et sera validée en théorie aux alentours de 2022, la phase-pilote ne devant commencer qu’en 2025 environ.

 

Agriculteurs : mécontentement justifié

agriculteurs : mécontentement justifié

Des manifs d’agriculteurs se sont déroulées pour protester notamment  contre la modification de la carte des zones défavorisées, une carte très technocratique (par commune et non par type de terre)  et qui va  priver de leurs faibles revenus nombre de petites exploitations. Les protestations visent  aussi les conséquences du libre échange  dans le cadre d’uen part du Mercosur (Amérique du sud) et du futur accord CETA (Amérique du nord) qui vont ouvrir les frontière à des produits hors normes européennes et françaises. Le mécontentement est par ailleurs toujours récurrent sur les conditions des prix négociés avec a grande distribution et l’industrie alimentaire.  Le ministre de l‘Agriculture a de nouveau modifié la carte des zones agricoles défavorisées mardi et proposé un dispositif d‘accompagnement pour les communes sortantes, sans parvenir à satisfaire le monde agricole.“Il s‘agit d‘exprimer l‘inquiétude forte des agriculteurs sur le sujet des zones défavorisées et également sur la question des accords commerciaux”, a déclaré la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, sur BFM TV. Certes, ”M. Macron tient ses promesses sur la question des prix payés aux producteurs (…), ça c‘est un point positif“, a-t-elle souligné. ”Mais on ne peut pas en même temps dire ‘montez en gamme, faites des bons produits“ (…) et ouvrir à tout vent les frontières européennes en laissant rentrer des produits qui viennent nous concurrencer avec des qualités très différentes. C‘est cette incohérence que nous voulons pointer”. “Je pense qu’’Emmanuel Macron) va leur dire qu‘il les aime mais ils attendent un peu autre chose quand même”, a abondé Christiane Lambert. Quant au plan d‘action du gouvernement visant à réduire l‘utilisation des pesticides dans l‘agriculture, il reste encore à être détaillé- il sera finalisé fin mars à l‘issue d‘une période de concertation – tout comme le plan d‘investissement de cinq milliards d‘euros sur cinq ans promis pendant la campagne présidentielle.

 

Iran : le mécontentement monte

Iran : le mécontentement monte

La colère en Iran s’alimente de préoccupations économiques et sociales concernant en particulier la hausse des prix et le chômage . ceci étant,  la contestation qui commence à s’exprimer présente  aussi des caractères plus politiques où apparaît la contestation d’un régime totalitaire, inefficace et finalement aussi perverti que d’autres Jeudi et vendredi des manifestations contre la baisse du pouvoir d’achat ont pris, fait rare dans le pays, une tournure politique. Des rassemblements qui interviennent dans un contexte de mécontentement croissant de la population envers la politique économique du gouvernement ou, fait nouveau, l’intervention coûteuse de l’Iran dans les conflits en Syrie ou en Irak.  Vendredi, la police antiémeutes a dispersé des manifestants dans la ville de Kermanshah (ouest), rapporte l’agence de presse semi-officielle Fars, au lendemain d’autres rassemblements hostiles au président Hassan Rohani dans le nord-est du pays. Des manifestations ont également été signalées à Téhéran et dans d’autres grandes villes du pays. À Kermanshah, où plus de 600 personnes ont péri lors d’un séisme le mois dernier, 300 manifestants se sont rassemblés aux cris de « Liberté pour les prisonniers politiques » ou « La liberté ou la mort ». Des bâtiments publics ont été endommagés. À Téhéran, une cinquantaine de personnes se sont réunies sur une place, et la plupart ont accepté de quitter les lieux à la demande de la police, hormis quelques manifestants qui ont été « temporairement arrêtés », a déclaré Mohsen Nasj Hamadani, directeur adjoint de la sécurité pour la province de Téhéran. À Ispahan (centre), un habitant joint par téléphone a déclaré que des manifestants avaient rejoint un rassemblement organisé par des ouvriers d’usine pour réclamer des arriérés de salaires. « Les slogans sont rapidement passés de l’économie à des slogans hostiles au (président Hassan) Rohani et au guide suprême », a déclaré ce témoin. À Qom, fief du clergé chiite, des manifestants ont scandé des slogans hostiles à Khamenei. Jeudi, une manifestation a déjà eu lieu à Mashhad contre la hausse des prix et le gouvernement, au cours de laquelle 52 personnes ont été arrêtées. Les manifestations à caractère politique sont rares en Iran, où les forces de sécurité sont omniprésentes. Les derniers rassemblements antigouvernementaux de grande ampleur, en 2009, visaient à protester contre la réélection du président d’alors, Mahmoud Ahmadinejad. L’ayatollah conservateur Ahmad Alamolhoda, un proche d’Ali Khamenei, a réclamé davantage de fermeté contre les manifestants. « Si les services chargés du maintien de l’ordre laissent les émeutiers livrés à eux-mêmes, les ennemis publieront des vidéos et des photos dans les médias et diront que le système de la République islamique a perdu sa base révolutionnaire à Mashhad », a-t-il dit, selon des propos rapportés par l’agence Irna. Ahmad Alamolhoda a déploré que des manifestants aient selon lui profité d’un rassemblement contre la hausse des prix pour crier leur hostilité à l’engagement de Téhéran dans des causes régionales. De nombreux Iraniens estiment que leur situation économique ne s’améliore pas et dénoncent la corruption et la mauvaise gestion publique. Selon l’institut iranien de la statistique, le taux de chômage s’établit à 12,4 % sur l’année fiscale, en hausse de 1,4 point par rapport à l’année précédente. Environ 3,2 millions d’Iraniens sont sans emploi sur une population de 80 millions d’habitants.

Mécontentement social : Mélenchon a tué la mobilisation

Mécontentement  social : Mélenchon a tué la mobilisation

Un véritable bide pour la énième manifestation avec 80 000 manifestants dans toute la France ce jeudi 16 novembre alors  que la première manifestation du 12 septembre en avait rassemblé plus de 200 000. À Paris,  on a compté jeudi 8.000 participants, Ils avaient été 16.000 le 21 septembre. En cause sans doute,  d’abord le grand flou sur l’objectif de la mobilisation puisqu’il ne s’agit plus de contester seulement les ordonnances relatives au code du travail mais l’ensemble de la politique libérale de Macron. Or les ordonnances ont été adoptées et on voit mal comment maintenant on pourrait revenir en arrière. Par ailleurs,  la contestation globale de la politique libérale de Macron constitue un objectif trop flou et manquant de concrétisation pour la plupart des salariés. Le second élément sans doute essentiel, c’est la tentative d’instrumentalisation du mouvement  social par Mélenchon à des fins politiques. Il faut se rappeler qu’il y a encore quelques semaines l’objectif de Mélenchon était de réunir 1 million de personnes aux Champs-Élysées au motif de combattre ce qu’il appelle le coup d’État social et de contester la légitimité politique de Macron. En clair de renverser le gouvernement et de lui substituer et d’organiser des élections en vue d’une illusoire assemblée constituante (au Venezuela ! Par ailleurs en faillite financière et démocratique). Il est clair que les syndicats CGT comprise n’ont guère apprécié  que Mélenchon veuille prendre la tête du mouvement syndical. Pour  Éviter cette dérive politique, les syndicats se sont engagés dans la classique stratégie d’usure des mobilisations. Cela en multipliant les manifestations qui viennent à bout de l’enthousiasme y compris des plus convaincus. Résultat avec un tel taux de participants, les syndicats contestataires ne sont pas prêts de  se ridiculiser  à nouveau dans des manifestations avant le printemps au moins. Autre facteur explicatif,  les grandes divergences entre d’une part les syndicats purement contestataires type CGT, Sud, voire FO quand ça l’arrange, et les autres syndicats. Curieusement Mélenchon a fait porter l’échec de la mobilisation sur la division syndicale. Or lui-même n’est même pas capable de réunir l’unité des partis politiques de gauche et même d’extrême gauche. Cette tentative de politisation de la part des insoumis et de Mélenchon constitue une sorte d’arme fatale pour tuer toute perspective de mobilisation. Personne ne peut croire sérieusement au processus révolutionnaire qu’envisage Mélenchon.

 

 

Télécoms : mécontentement en hausse et plus mauvais service client

Télécoms : mécontentement en hausse et plus mauvais service client  

 

Mécontentement en nette hausse du fait de conditions générales de vente complètement incompréhensibles et  du fait de l’impossibilité d’obtenir des réponses aux plaintes notamment par téléphone,  ce qui est un comble pour des sociétés spécialisées dans ce domaine. Les plaintes de consommateurs des télécoms ont augmenté de 50% en 2016. Les problèmes de facturation sont les premiers motifs de plaintes recensés par l’Association française des utilisateurs de télécommunications.  On note une hausse de 50% des plaintes  2016, selon l’Association française des utilisateurs de télécommunications (Afutt). Dans le détail, l’Afutt a reçu l’an dernier 2.466 plaintes en ce qui concerne l’internet fixe (+68%), 2.104 plaintes pour le mobile (+37%) et 450 pour la téléphonie fixe, en légère hausse. Que ce soit pour l’internet fixe comme pour le mobile, les clients font remonter en premier lieu des problèmes dans la facturation qui peuvent être liés à « l’ambiguïté des offres et à la complexité de la tarification ». En particulier, les communications à l’étranger « en situation d’itinérance restent anxiogènes et créent des situations dramatiques », note l’association. Enfin, 2016 a vu apparaître « un net accroissement des conflits sur les ventes qualifiées de dissimulées car faites sans le consentement explicite de l’utilisateur », c’est-à-dire des achats ou abonnements qu’il découvre sur sa facture mobile ou internet et n’a pas expressément sollicité. L’ensemble SFR/Numericable/RED représente 55,8% des plaintes, alors qu’il était déjà « leader » l’an dernier avec 39% des récriminations. Dans l’internet, « l’achat de SFR par Numericable semble s’être traduit par un certain désordre dans la qualité des prestations fournies aux abonnés de ces prestataires » qui s’est « amplifié en 2016″, note l’Afutt. Dans le mobile, l’observatoire note aussi « la forte progression, deux années consécutives, du taux de plaintes ayant pour origine les clients de SFR » et la décroissance de celles concernant Orange. Les plaintes concernant Orange baissent à 13,7%, ainsi que celles concernant Free à 11,5%, tandis que les plaintes touchant Bouygues Telecom sont quasiment constantes à 10,9%.   On observe par ailleurs  dans toutes les socités ( télécoms et autres) de plus en plus de robots pour répondre ou plutôt ne pas répondre aux questions des clients sans parler des plates formes situées à l’étranger. Depuis vingt-cinq ans, le cabinet The Human Consulting Group (HCG) juge, à travers un palmarès, l’accueil que réservent aux consommateurs les 200 plus importantes entreprises installées en France. La mouture 2016 place Century 21, Randstad, BMW, Rolex et Unilever dans un quinté de tête. « Mais plusieurs entreprises, en tête il y a dix ans, figurent aujourd’hui en bas du classement », alerte Fabrice Lanoë, le fondateur d’HCG, qui pointe les mesures de réduction de coûts prises dans un contexte de concurrence accrue. « Depuis la crise de 2008, la qualité des services client des entreprises ne cesse de se dégrader ». À noter en bas du classement les grandes entreprises de télécoms le plus souvent injoignable par téléphone !

Classement général de la relation client (2016)

N°1 : Century 21 (17,565 sur 20), +67 rangs par rapport à 2015
N° 2 : Randstad (17,299 sur 20) +1
N° 3 : BMW (16,030 sur 20) +1
N° 4 : Rolex (15,884 sur 20) +36
N° 5 : Unilever (15,841 sur 20) +7
N° 6 : Colgate Palmolive (15,841 sur 20) -3
N° 7 : Fauchon (15,792 sur 20) +54
N° 8 : Vente-privee.com (15,545 sur 20) +18
N° 9 : Relais et châteaux (15,372 sur 20) -1
N° 10 : Total (15,202 sur 20) +17
N° 11 : Galeries Lafayette (15,059 sur 20) +60
N° 12 : Leaseplan (15,051 sur 20) +25
N° 13 : Lactalis (14,887 sur 20) +5
N° 14 : Mercedes (14,866 sur 20) +137
N° 15 : Leroy Merlin (14,857 sur 20) +14
N° 16 : L’Oréal (14,848 sur 20) +7
N° 17 : PMU (14,726 sur 20) +131
N° 18 : Leclerc (14,722 sur 20) +63
N° 19 : Intermarché (14,621 sur 20) +58
N° 20 : Sodexo (14,565 sur 20) +39
N° 21 : Yves Rocher (14,531 sur 20) +12
N° 22 : Futuroscope (14,523 sur 20) +26
N° 23 : Bayer HEALTHCARE (14,417 sur 20) +19
N° 24 : Monoprix (14,376 sur 20) +25
N° 25 : Bouygues Immobilier (14,288 sur 20) -23
N° 26 : Pierre Fabre (14,127 sur 20) +110
N° 27 : Toyota (14,077 sur 20) -13
N° 28 : Fiat (14,047 sur 20) +70
N° 29 : Axa (14,020 sur 20) +50
N° 30 : Nestle (13,828 sur 20) +8
N° 31 : Manpower (13,800 sur 20) +151
N° 32 : Orpi (13,790 sur 20) -4
N° 33 : Beghin Say – Tereos (13,641 sur 20) +111
N° 34 : Esso (13,629 sur 20) -24
N° 35 : Montblanc (13,600 sur 20) +32
N° 36 : Mutex (13,597 sur 20) -19
N° 37 : PSA Peugeot (13,572 sur 20) -18
N° 38 : Accor (13,567 sur 20) +13
N° 39 : Bristol-Myers Squibb (13,551 sur 20) +64
N° 40 : BNP Paribas (13,346 sur 20) +52
N° 41 : Schneider Electric (13,342 sur 20) +150
N° 42 : Parc Astérix (13,304 sur 20) +57
N° 43 : Pierre & Vacances (13,299 sur 20) +42
N° 44 : Castorama (13,146 sur 20) +19
N° 45 : Yves Saint Laurent (13,054 sur 20) +48
N° 46 : Bel (13,043 sur 20) +60
N° 47 : SEB (13,010 sur 20) +15
N° 48 : Foncia (12,906 sur 20) -4
N° 49 : Danone (12,887 sur 20) -18
N° 50 : Carrefour (12,865 sur 20) -39
N° 51 : Crédit Agricole (12,864 sur 20) +67
N° 52 : Clarins (12,832 sur 20) -31
N° 53 : Philips (12,790 sur 20) +85
N° 54 : Ferrero (12,748 sur 20) -19
N° 55 : Lancôme (12,675 sur 20) +69
N° 56 : Coca Cola (12,629 sur 20) +10
N° 57 : Henkel (12,601 sur 20) -25
N° 58 : McDonald’s (12,543 sur 20) -45
N° 59 : UPS (12,470 sur 20) +5
N° 60 : BUT (12,442 sur 20) -17
N° 61 : Société Générale (12,363 sur 20) -14
N° 62 : Michelin (12,356 sur 20) +18
N° 63 : Kaufman & Broad (12,350 sur 20) -10
N° 64 : Maaf Assurances (12,235 sur 20) +67
N° 65 : Pepsico (12,214 sur 20) +110
N° 66 : Louis Vuitton (12,164 sur 20) -32
N° 67 : Fortuneo (12,157 sur 20) +37
N° 68 : Bongrain/ Savencia (12,152 sur 20) +16
N° 69 : Allianz (12,149 sur 20) +32
N° 70 : Booking.com (12,147 sur 20) +3
N° 71 : Eugène Perma (12,128 sur 20) +37
N° 72 : Shell (12,081 sur 20) +47
N° 73 : KFC (12,060 sur 20) +49
N° 74 : Speedy (12,016 sur 20) -68
N° 75 : BHV (12,010 sur 20) -60
N° 76 : Legrand (12,006 sur 20) +39
N° 77 : Boulanger (11,952 sur 20) +37
N° 78 : April (11,895 sur 20) +52
N° 79 : La Poste Mobile (11,875 sur 20) +73
N° 80 : Crédit Mutuel (11,827 sur 20) +8
N° 81 : MMA (11,761 sur 20) -59
N° 82 : LCL (11,704 sur 20) -27
N° 83 : Casino (11,658 sur 20) +13
N° 84 : Printemps (11,650 sur 20) -45
N° 85 : Baccarat (11,610 sur 20) +36
N° 86 : JPG Staples Direct (11,575 sur 20) +82
N° 87 : Auchan (11,568 sur 20) +30
N° 88 : Adecco (11,551 sur 20) +44
N° 89 : Promovacances (11,548 sur 20) +74
N° 90 : Becton Dickinson (11,536 sur 20) -66
N° 91 : JM Bruneau (11,523 sur 20) -37
N° 92 : Bourjois (11,430 sur 20) -85
N° 93 : Louvre Hotels (11,424 sur 20) +12
N° 94 : Go Sport (11,368 sur 20) +85
N° 95 : Johnson & Johnson (11,368 sur 20) -90
N° 96 : Best Western (11,356 sur 20) -27
N° 97 : Renault (11,339 sur 20) +12
N° 98 : GlaxoSmithKline (11,335 sur 20) +71
N° 99 : Bosch France (11,322 sur 20) -23
N° 100 : GDF Suez (11,316 sur 20) -48
N° 101 : Beiersdorf (11,262 sur 20) -23
N° 102 : American Express (11,202 sur 20) -30
N° 103 : Christian Dior SA (11,193 sur 20) -58
N° 104 : Pernod Ricard (11,124 sur 20) -88
N° 105 : Lastminute.com (11,112 sur 20) -35
N° 106 : Corsair (11,003 sur 20) +1
N° 107 : BNP Paribas Cardif (10,975 sur 20) +26
N° 108 : Norauto (10,963 sur 20) -67
N° 109 : CNP Assurances (10,963 sur 20) +7
N° 110 : Harmonie Mutuelle (10,932 sur 20) Pas d’évolution par rapport à 2016
N° 111 : Hennessy (10,894 sur 20) -20
N° 112 : Cartier (10,882 sur 20) -62
N°113 : Conforama (10,825 sur 20) +45
N°114 : Natixis (10,810 sur 20) -31
N°115 : Truffaut (10,724 sur 20) -95
N°116 : Arval (10,66 sur 20) +37
N°117 : Air France (10,658 sur 20) +76
N°118 : Fly (10,645 sur 20) +22
N°119 : Transavia (10,584 sur 20) -8
N°120 : Kellogg’s (10,565 sur 20) +21
N°121 : Eaton (10,480 sur 20) +5
N°122 : FedEx (10,474 sur 20) -10
N°123 : Icade Immobilier (10,429 sur 20) +14
N°124 : Nexity (10,428 sur 20) -66
N°125 : Showroom privé.com (10,426 sur 20) +18
N°126 : Décathlon (10,377 sur 20) -26
N°127 : Novartis (10,274 sur 20) +1
N°128 : HSBC (10,248 sur 20) +37
N°129 : DHL Express (10,212 sur 20) +16
N°130 : Lucien Barrière (10,141 sur 20) -36
N°131 : EDF (10,083 sur 20) +3
N°132 : ING Direct (10,079 sur 20) +14
N°133 : Bricorama (10,033 sur 20) -10
N°134 : Française des Jeux (10,018 sur 20) -59
N°135 : France Quick (10,005 sur 20) -89
N°136 : IBM (10,000 sur 20) -11
N°137 : Hewlett Packard (9,995 sur 20) +27
N°138 : TNT (9,968 sur 20) +19
N°139 : TMC (9,835 sur 20) -65
N°140 : Nouvelles Frontières (9,813 sur 20) -51
N°141 : Bridgestone (9,800 sur 20) -55
N°142 : Groupama (9,789 sur 20) -82
N°143 : Midas (9,767 sur 20) -134
N°144 : Sony (9,764 sur 20) -79
N°145 : Aviva (9,741 sur 20) +4
N°146 : Darty (9,720 sur 20) -56
N°147 : La Poste (9,696 sur 20) +7
N°148 : Procter & Gamble (9,617 sur 20) +38
N°149 : Europ Assistance (9,466 sur 20) -119
N°150 : Kronenbourg (9,465 sur 20) -114
N°151 : Sanofi Aventis (9,403 sur 20) -126
N°152 : Hermès (9,322 sur 20) +9
N°153 : Volkswagen France (9,170 sur 20) +6
N°154 : Heineken (9,140 sur 20) -98
N°155 : Club Méditerranée (9,090 sur 20) -28
N°156 : Dalkia (9,037 sur 20) -1
N°157 : Dell (8,985 sur 20) +39
N°158 : France Télévisions (8,976 sur 20) -71
N°159 : Sofinco (8,955 sur 20) +25
N°160 : Cetelem (8,951 sur 20) +21
N°161 : Disney (8,847 sur 20) -66
N°162 : Voyage-privé.com (8,830 sur 20) +14
N°163 : Haribo (8,827 sur 20) -20
N°164 : Banque Postale (8,779 sur 20) +9
N°165 : TF1 (8,744 sur 20) +33
N°166 : Plastic Omnium (8,720 sur 20) -69
N°167 : Hertz (8,683 sur 20) -32
N°168 : Generali Vie (8,625 sur 20) +6
N°169 : Complétude (8,601 sur 20) -67
N°170 : Canal+ (8,597 sur 20) -4
N°171 : Pfizer (8,563 sur 20) -21
N°172 : SFR (8,548 sur 20) +13
N°173 : Audi (8,197 sur 20)
N°174 : Chronopost (8,126 sur 20) -45
N°175 : Caisse d’Epargne (8,108 sur 20) -118
N°176 : M6 (8,094 sur 20) -63
N°177 : Free (7,861 sur 20) +13
N°178 : SNCF (7,790 sur 20) -18
N°179 : Orange (7,746 sur 20) -97
N°180 : Boursorama Banque (7,456 sur 20) -13
N°181 : Fnac (7,452 sur 20) +8
N°182 : La Lyonnaise des Eaux (7,392 sur 20) +5
N°183 : Heinz (7,236 sur 20) -10
N°184 : Groupon (7,179 sur 20) -1
N°185 : Bouygues Telecom (7,118 sur 20) -23
N°186 : Acadomia (7,113 sur 20) -15
N°187 : W9 (7,073 sur 20) -48
N°188 : Whirlpool (6,669 sur 20) -10
N°189 : GMF Assurances (6,661 sur 20) -69
N°190 : Cours Legendre (6,580 sur 20) +9
N°191 : BASF (6,519 sur 20) -44
N°192 : D8 (6,242 sur 20) -4
N°193 : Goodyear (5,989 sur 20) -51
N°194 : Veolia (5,979 sur 20) -24
N°195 : Vinci Park (5,592 sur 20) -18
N°196 : Apple (5,417 sur 20) -16
N°197 : NC Numéricable (5,342 sur 20) -2
N°198 : Altarea Cogedim (4,883 sur 20)
N°199 : Barclays (4,424 sur 20) -5
N°200 : Microsoft (4,365 sur 20) -8

Rachat d’Opel par PSA : mécontentement en Allemagne

Rachat d’Opel par PSA : mécontentement en Allemagne

Il ya trois ans PSA n’a pu être sauvé que grâce à intervention de l’Etat, aujourd’hui PSA est sur le point de racheter Opel.  Le syndicat allemand IG Metall et le comité d’entreprise d’Opel ont fait part de leur surprise à l’annonce du projet. « Il est vrai qu’il y a eu et qu’il y a des discussions entre GM et PSA dans le but de vendre Opel/Vauxhall; ce serait une atteinte sans précédent aux droits de co-expression européens et allemands », écrivent-ils tous deux dans un communiqué. Les personnels des grands groupes industriels allemands jouissent d’un véritable droit de regard sur les décisions stratégiques de ces derniers. La ministre allemande de l’Economie, Brigitte Zypries, a jugé totalement inacceptable que des discussions se déroulent sans consultation des comités d’entreprise allemands ou des autorités locales. S’exprimant en marge d’une séance du Bundestag, Brigitte Zypries a également dit que le gouvernement allemand n’avait eu aucune information sur les discussions entre PSA et GM. Elle a rappelé que GM avait la responsabilité de s’assurer que l’innovation chez Opel demeure en Allemagne. Les représentants du personnel d’Opel ont toutefois ajouté qu’ils examineraient le principe d’une vente d’Opel à PSA sans a priori, sur la foi de ce qu’ils savent déjà du constructeur automobile français. L’Etat français a fait savoir de son côté qu’il soutenait PSA dans sa volonté de renforcer la taille critique du groupe mais il ajouté qu’il resterait vigilant sur l’impact d’un éventuel rachat d’Opel sur l’emploi et le tissu industriel en France. « Ces initiatives seront étudiées avec le management de PSA dans les prochaines semaines et ne manqueront pas de faire l’objet d’une attention particulière de l’Etat au sein des instances de gouvernance du groupe », a-t-on indiqué au ministère de l’Economie. « D’ici là, l’Etat soutient le management dans sa volonté de renforcer la taille critique du groupe (et) prêtera une attention particulière aux impacts en termes d’emplois et d’empreinte industrielle de ces différentes initiatives », a-t-on ajouté. Le président du directoire de PSA Carlos Tavares, venu de Renault Nissan, connaît bien les avantages d’un tel projet dans un secteur automobile où la taille est devenue cruciale, notamment pour les constructeurs généralistes. Il en connaît aussi les inconvénients, notamment la complexité sociale et industrielle qui accompagne tout rapprochement. PSA compte dix usines d’assemblage en Europe, dont cinq en France. Il a vendu 3,15 millions de véhicules à travers le monde l’an dernier sous ses trois marques Peugeot, Citroën et DS.

Un syndicalisme de proposition pas seulement de mécontentement (Laurent Berger, CFDT)

Un syndicalisme de proposition pas seulement de mécontentement (Laurent Berger, CFDT)

Il a raison berger de la CFDT, le syndicalisme français se satisfait surtout de protestation et est incapable de faire des propositions crédibles d’où son manque dramatique de représentativité. Et un débat social en France assez caricatural. La faute aux syndicats uniquement protestataires mais aussi à un patronat peu représentatif des PME et nettement plus rétrograde qu’en Allemagne par exemple. Invité ce jeudi 1er mai sur BFMTV, Laurent Berger ne le cache pas: « nous [la CFDT] ne faisons pas de ce 1er mai un enjeu de mobilisation ». Le leader syndical a de nouveau pris le contre-pied des autres syndicats en défendant le pacte de responsabilité. « Le problème est de savoir ‘à quoi sert un syndicat’. L’image véhiculée est que nous rallions les mécontentements. Mais nous devons aussi porter des propositions », a fait valoir Laurent Berger. Avant de poursuivre: « la CFDT a défendu le pacte de responsabilité car redonner des marges est une condition nécessaire ». « Les entreprises ne sont pas que des employeurs », a-t-il ajouté, ce sont aussi « des salariés qui ont envie de conserver leur travail et de compétitivité pour leurs entreprises ».  Ainsi, « restaurer les marges des entreprises n’est pas un sujet tabou, à condition que le patronat s’engage sur des objectifs chiffrés dans les branches », a-t-il développé. Laurent Berger a ce sens affirmer que « la patronat doit arrêter de geindre de pleurnicher ». « Ce discours est déprimant; ils ont des conditions pour récréer de l’emploi, il faut qu’ils les saisissent ».  Interrogé ensuite le plan d’économies du gouvernement, Laurent Berger a affirmé: « réduire la dépense publique, oui. Mais avec discernement ». Il a donné un satisfecit au gouvernement qui a décidé d’épargner les pensions de retraites le plus modestes. Mais il réaffirmé son opposition au gel du point d’indice des fonctionnaires car « tous les fonctionnaires indistinctement » sont touchés. Et Laurent Berger d’appeler à la manifestation, le 15 mai prochain, contre cette dernière mesure.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol