Archive pour le Tag 'mauvaises'

Croissance Chine : ralentissement et mauvaises perspectives

Croissance Chine : ralentissement  et mauvaises perspectives

 

 

Tassement de la croissance mais surtout baisse nette des échanges internationaux. La hausse du PIB a été de +6,6%, au dessus de l’objectif de +6,5% que s’était fixé le gouvernement et conforme à la prévision médiane de 13 analystes interrogés par l’AFP. Cette croissance annuelle, bien que proche de celle de 2016 (+6,7%), est la plus faible depuis la très mauvaise année 1990 (+3,9%) à laquelle avaient ensuite succédé des années de croissance à deux chiffres ou quasiment. Pour les échanges,  enregistre bon solde en 2018 mais c’est le résultat d’une forte baisse des imports plus importante que le recul des exports ; La tendance devrait encore être mauvaise jusqu’au moins la moitié de l’année 2019. Des chiffres qui traduisent le tassement de l’économie mondiale qui pourrait flirter avec la récession. Les exportations de Chine ont reculé de 4,4% sur un an au mois de décembre, leur plus forte baisse depuis deux ans, face à une baisse de la demande sur ses grands marchés, alors que les analystes interrogés par Reuters anticipaient une hausse de 3%. Les importations chinoises ont elles aussi nettement ralenti, à 7,6% en rythme annuel, leur plus forte baisse depuis juillet 2016, alors que les analystes s’attendaient à une progression de 5%. »La croissance des exportations a diminué plus que prévu avec le ralentissement de la demande mondiale et l’impact de l’augmentation des droits de douanes américains. La croissance des importations a, elle, aussi fortement baissé en raison d’un ralentissement de la demande intérieure. Nous nous attendons à ce que les deux restent faibles dans les prochains trimestres », écrit Capital Economics dans une note. »Sachant qu’il est peu probable que la politique d’assouplissement monétaire freine la baisse de l’activité économique du pays avant le second semestre, la croissance des importations devrait rester morose. »L’excédent commercial chinois s’est établi à 57,06 milliards de dollars (49,75 milliards d’euros) le mois dernier, contre 44,71 milliards de dollars en novembre et alors que les analystes attendaient un excédent de 51,53 milliards. L’excédent commercial avec les Etats-Unis, à l’origine de la guerre commerciale entre les deux pays, s’est réduit en décembre, à 29,87 milliards de dollars contre 35,54 milliards en novembre, mais il a augmenté de 17,2% sur l’ensemble de l’année 2018, à 323,32 milliards de dollars, son plus haut niveau depuis 2006. .

Croissance Chine : mauvais résultats et mauvaises perspectives

Croissance Chine : mauvais résultats et mauvaises perspectives

 

Un bon solde en 2018 mais c’est le résultat d’une forte baisse des imports plus importante que le recul des exports ; La tendance devrait encore être mauvaise jusqu’au moins la moitié de l’année 2019. Des chiffres qui traduisent le tassement de l’économie mondiale qui pourrait flirter avec la récession. Les exportations de Chine ont reculé de 4,4% sur un an au mois de décembre, leur plus forte baisse depuis deux ans, face à une baisse de la demande sur ses grands marchés, alors que les analystes interrogés par Reuters anticipaient une hausse de 3%. Les importations chinoises ont elles aussi nettement ralenti, à 7,6% en rythme annuel, leur plus forte baisse depuis juillet 2016, alors que les analystes s’attendaient à une progression de 5%. »La croissance des exportations a diminué plus que prévu avec le ralentissement de la demande mondiale et l’impact de l’augmentation des droits de douanes américains. La croissance des importations a elle aussi fortement baissé en raison d’un ralentissement de la demande intérieure. Nous nous attendons à ce que les deux restent faibles dans les prochains trimestres », écrit Capital Economics dans une note. »Sachant qu’il est peu probable que la politique d’assouplissement monétaire freine la baisse de l’activité économique du pays avant le second semestre, la croissance des importations devrait rester morose. »L’excédent commercial chinois s’est établi à 57,06 milliards de dollars (49,75 milliards d’euros) le mois dernier, contre 44,71 milliards de dollars en novembre et alors que les analystes attendaient un excédent de 51,53 milliards. L’excédent commercial avec les Etats-Unis, à l’origine de la guerre commerciale entre les deux pays, s’est réduit en décembre, à 29,87 milliards de dollars contre 35,54 milliards en novembre, mais il a augmenté de 17,2% sur l’ensemble de l’année 2018, à 323,32 milliards de dollars, son plus haut niveau depuis 2006. .

Déchets nucléaires : que de mauvaises solutions

Déchets nucléaires : que de mauvaises solutions

Chaque année, 2 kg de déchets par Français viennent s’ajouter au 1,5 million de mètres cubes déjà recensés en 2015. Pour 91% de leur volume, une solution a été trouvée. Mais les 9% restant, concentrent 99,8% de la radioactivité. . Le flou persiste en revanche pour les 9% de déchets restant, pour lesquels l’Andra (organisme de gestion des déchets) a justement la mission de trouver des solutions. Un premier groupe, représentant 5,8% du volume total, est constitué des déchets de faible activité à vie longue (FAVL) Mais ce qui concentre l’attention de l’agence comme de l’opinion publique, ce sont surtout les déchets de haute activité (HA) et de moyenne activité à vie longue (MA-VL) qui représentent 3,3% du volume de l’ensemble des déchets radioactifs, mais en concentrent 99,8% de la radioactivité. Après avoir été respectivement vitrifiés et compactés, ils sont aujourd’hui entreposés à La Hague, à Marcoule et à Cadarache, dans des conteneurs censés en garantir la stabilité pendant plusieurs dizaines de milliers d’années. Le site de La Hague, qui continue d’en accumuler environ 1.500 par an, doit régulièrement augmenter ses capacités d’entreposage. En 2000, ont  commencé les travaux pour installer un laboratoire d’études sur le stockage souterrain à Bure, en  Haute Marne. L’enfouissage est supposé  de contenir la contamination des lieux en dessous des seuils autorisés pendant le million d’années nécessaires à ce que la radioactivité s’estompe, et compatible avec tous les risques scientifiquement possibles (perte de contrôle institutionnel, météorite, inondation, etc.). Quant aux autres solutions, les points de vue sont très divergents surtout pour le stockage en surface.  . L a vraie solution : espérer qu’un jour on soit capable de trouver uen technologie qui élimine les déchets y compris les plus dangereux.

 

 

Popularité -opinions Macron : 54% mauvaises, 43% bonnes

Popularité -opinions Macron : 54% mauvaises, 43% bonnes

Premier léger rebond global depuis le début de l’année avec 43% qui ont une bonne opinion et 54% une mauvaise.  Selon la dernière enquête exclusive BVA-La Tribune-Orange-RTL (*).L’institut d’enquête d’opinion signale même que l’écart de popularité marque une nette division entre le secteur public et le secteur privé. 53% des employés du privé (+8 points) ont bonne opinion de l’ancien conseiller de François Hollande contre 30% de ceux du secteur public (-2 pts). Seuls 43% des interrogés par l’organisme de sondages indiquent avoir une bonne opinion de l’ancien ministre de l’Économie, soit une hausse de 3 points par rapport au mois de mars. À l’inverse, 54% des sondés signalent avoir une mauvaise opinion du locataire de l’Élysée. Depuis son arrivée au palais de l’Élysée, l’ancien banquier d’affaires a perdu près de 20 points de pourcentage chez les Français interrogés par BVA. À l’opposé, la part des mauvaises opinions est passée de 35% à 54% en un an. Édouard Philippe regagne quelques points chez les individus interrogés pas BVA. 45% des Français déclarent avoir une bonne opinion du chef du gouvernement (+2 points) contre 51% qui en ont une mauvaise (-3 points) et 4% ne se prononcent pas. Emmanuel Macron regagne 4 points de popularité chez les moins de 35 ans (à 46%) alors que la tranche d’âge des 25-34 ans est celle qui avait le moins voté pour lui. Chez les 35-49 ans, il convainc 36% des interrogés. Chez les femmes, le chef d’État gagne 4 points d’opinions favorables (à 44%). À l’inverse, les progressions sont plus contenues chez les 50-64 ans (+1 point à 40%), les 65 ans et plus (+1 point à 49%) alors que les retraités représentent la catégorie de la population qui a plus le voté pour le candidat de la République en marche. La hausse de la CSG chez les retraités a contribué à l’érosion de la cote de popularité de Macron alors que des milliers de seniors ont multiplié les manifestations pour défendre leur pouvoir d’achat au cours du premier trimestre. Chez les sympathisants de droite, Laurent Wauquiez est sur la première marche du podium devant François Baroin et Nicolas Dupont-Aignan. Valérie Pécresse arrive en quatrième position. 57% des sympathisants de la droite veulent que le président de la région Rhône-Alpes-Auvergne ait davantage d’influence dans la vie politique française. Il perd 5 points par rapport au mois de mars dernier. De son côté, la présidente de la région Ile-de-France gagne 3 points chez les proches de la droite. Du côté des sympathisants Les Républicains, c’est François Baroin qui domine largement le classement (70%), suivi de Valérie Pécresse (62%) et Laurent Wauquiez (62%). À gauche, l’ancien président du Nouveau parti anticapitaliste Olivier Besancenot domine largement le classement devant Christiane Taubira et Benoît Hamon.

(*) Méthode : Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français recrutés par téléphone puis interrogés par Internet du 18 au 19 avril 2018. Échantillon de 1011 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

.

Sondage : Fillon recule de 16 points, 61 % de mauvaises opinions

Sondage : Fillon recule de 16 points, 61 % de mauvaises opinions

 

 

Le plongeon de Fillon dans l’opinion est spectaculaire. La tendance à la baisse était déjà enregistrée depuis plusieurs semaines notamment depuis le flou relatif aux mesures de Fillon visant le remboursement maladie de la sécu. Ces approximations  avaient déjà fait douter de la détermination de l’intéressé à engager des réformes ; en outre son projet de ne faire rembourser que les maladies graves par la sécurité sociale avaient été très mal reçu par l’opinion. Évidemment,  l’affaire du salaire fictif de son  épouse a fini d’achever la popularité d’un François Fillon pris en flagrant délit de contradiction en matière de rigueur. Le sondage Odoxa réaliser il y a deux jours témoigne durant ce renversement spectaculaire de l’image de Fillon.  En effet La popularité de François Fillon recule de 16 points par rapport à novembre, selon un sondage Odoxa pour Franceinfo publié vendredi et réalisé après les révélations sur des emplois présumés fictifs de son épouse Penelope.Selon ce sondage, 61% des Français ont une mauvaise opinion de François Fillon et 38% une bonne opinion. Seuls 31% des sondés estiment qu’il est proche des préoccupations de Français, 32% qu’il est honnête et 39% qu’il est convaincant, une majorité d’entre eux (54%) estimant qu’il est courageux.

 

Air France: « «grèves pour soupçon de mauvaises intentions » » (FO)

Air France: « «grèves pour soupçon  de mauvaises intentions » » (FO)

 

Un nouveau concept pour le motif de grève : le soupçon de mauvaises intentions. En réalité les conditions sociales du personnel navigant commercial ne sont pas remises en cause mais au contraire prolonger de 18 mois ;  ce qui pour les syndicats corpo constitue une atteinte aux conditions futures de travail et ce qui a justifié une nouvelle grève. Une grève qui compromet   l’avenir d’une société qui ne parvient pas à sortir durablement la tête de l’eau. Si le soupçon de mauvaises intentions est douteux par contre le soupçon de déstabilisation de l’entreprise (voire un jour de disparition) est, lui, plus certain. Un préavis de grève a été déposé par deux des trois syndicats représentatifs de personnels navigants commerciaux (PNC) d’Air France : SNPNC-FO et UNSA-PNC. Ils appellent à cesser le travail à compter de mercredi et jusqu’au 2 août. Ces deux syndicats, qui représentent les hôtesses et stewards, sont en désaccord sur le nouvel accord d’entreprise. « On nous propose un accord collectif à durée précaire » a réagi sur France Info Christophe Pillet, membre du Syndicat National du Personnel Navigant Commercial. « Nous avons fait une ouverture auprès de l’entreprise, à savoir adopter un accord à durée indéterminée comme c’est le cas pour les personnels sols et pilote. Même cette proposition a été refusée par l’entreprise. Nous soupçonnons donc que dans 18 mois qu’elle ait de mauvaises intentions », a-t-il précisé. Les hôtesses et stewarts protestent contre leur accord collectif, signé en 2013. Il sera caduc le 31 octobre prochain. Les négociations ont débuté au printemps, la direction a décidé de reconduire l’accord actuel pour 18 mois. Selon eux, Air France va mieux qu’en 2013, il n’y a donc pas de raison de signer un accord aussi court.

(Avec France Info)

 

Sondage : mauvaises perspectives d’embauche dans les PME en 2016

 

Près des deux tiers des petites et moyennes entreprises n’envisagent pas d’embaucher en 2016. Principale cause récurrente : le poids des charges sociales et notamment de la fiscalité qui pèse sur le travail. Second facteur explicatif le manque de visibilité concernant les carnets de commandes dont une enquête Markit a démontré qu’ils étaient en baisse en mars. Certes le manque de flexibilité du marché du travail est aussi en cause comme le coût du licenciement mais contrairement à ce qui est affirmé par le patronat ce n’est pas la cause première des réticences pour embaucher. Ce sont surtout les certitudes qui pèsent sur les perspectives économiques qui plombent le redressement de l’emploi. Incertitudes caractérisées par le manque général de confiance tant des entreprises que les consommateurs et ce ne sont pas les réformettes prises -de façon isolée et mal ficelées- par le gouvernement qui sont susceptibles de rétablir cette confiance. Selon une étude réalisée par les instituts Meteojob et Companeo , 64,2% des dirigeants des petites et moyennes entreprises n’ont pas l’intention de recruter en 2016. Un chiffre en légère augmentation par rapport aux résultats du baromètre 2015 (63,1%). La raison principale, c’est le coût du travail car les charges paraissent insurmontables pour près de 7 patrons sur 10. Le plus inquiétant, c’est que les PME reconnaissent qu’elles auraient besoin de plus de main d’oeuvre si tout allait bien. En effet, 36% des patrons se disent ponctuellement en sous-effectif et 25% se déclarent en sous-effectif chronique.

(avec RTL et AFP)

Sondage popularité : Hollande à 72% de mauvaises opinions

 

Sondage popularité : Hollande à 72% de mauvaises opinions

La cote de popularité de François Hollande a progressé d’un petit point à 27% en mai par rapport à avril, (ce qui ne signifie rien car c’est dans la marge d’erreur statistique d’un sondage) tout comme celle de Manuel Valls à 41%, selon un sondage BVA pour Orange et i-Télé publié ce samedi 9 mai. Néanmoins, 72% ont une « mauvaise opinion » du chef de l’État (-2 points) et 58% du Premier ministre (-1 pt). Seules 26% des personnes interrogées jugent par ailleurs que la politique de François Hollande et du gouvernement est « juste » et 16% « efficace ». Le sondage montre aussi une nette progression de Marine Le Pen, qui voit sa cote d’influence gagner 10 points auprès des sympathisants de l’UMP pour s’établir à 35%. Selon ce sondage, 24% des Français souhaiteraient que Nicolas Sarkozy soit élu président en 2017, contre 21% pour Marine Le Pen et 19% pour François Hollande. A l’inverse, 43% souhaiteraient qu’aucun de trois ne soit élu.

Sondage : FN en tête aux européennes mais 68% de mauvaises opinions de Marine Le Pen

Sondage : FN en tête aux européennes mais 68% de mauvaises opinions de Marine Le Pen

 

C’est la contradiction, le FN risque d’être en tête aux européennes mais marine Lepen récolte 68% de mauvaises opinions ; Le signe sans doute que le FN est essentiellement un parti ramasse-tout pour exprimer un mécontentement mais pas un parti de gouvernement. En tête des intentions de vote pour les prochaines élections européennes, Marine Le Pen cultive un paradoxe de taille car elle reste l’une des personnalités politiques les moins appréciées des Français. Voilà le principal enseignement du sondage BVA pour le Parisien consacré à la personnalité de la présidente du Front national. Marine Le Pen reste en effet très majoritairement impopulaire aux yeux des Français : 68 % disent avoir une mauvaise opinion d’elle. Pis, ils sont 78 % à ne pas lui faire confiance pour gouverner le pays ! Son image personnelle est, de plus, très mauvaise. Les sondés sont une large majorité à la trouver «d’extrême droite» (77%) -un terme qu’elle récuse-, «agressive» (71%), «démagogique» (67%) et «raciste» (60%). Une minorité la trouve «visionnaire» (27%), «sympathique» (31%), «ayant la stature d’une femme d’état» (37%), «compétente» (38%). Ils sont, en revanche, une majorité à la juger «courageuse» (63%) et «convaincante» (52%). Autre problème pour Marine Le Pen, sa proposition phare, qu’elle défend depuis la présidentielle 2012, ne trouve pas grâce aux yeux des Français. Selon notre sondage, ils sont 79% à ne pas souhaiter que son plan de sortie de l’euro soit appliqué et 81% à juger cette proposition non crédible. Enfin, la patronne du FN perd ses duels de popularité face à toutes les personnalités politiques qui lui sont opposées, excepté… son père. Ainsi, si 67% la préfèrent à Jean-Marie Le Pen (6%), Alain Juppé la bat nettement (77% contre 17%). François Fillon aussi (71% contre 21%). Même l’impopulaire président François Hollande la devance (55% contre 35%). Tout comme son ennemi juré, le coprésident du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon (45% contre 40%).

Sondage Hollande : 71% de mauvaises opinions

Sondage Hollande : 71% de mauvaises opinions

 

 

En apparence, François Hollande a stoppé sa baisse de popularité : 26 % d’opinions défavorables, avec un regain d’un point de mauvaises opinions (71 %). Mais notre baromètre Ipsos-Le Point révèle que, derrière cette accalmie, François Hollande regagne deux points chez les sympathisants PS (62 % de bonnes opinions), mais dégringole sévèrement chez les sympathisants écologistes et au MoDem.  C’est la conséquence directe de l’éviction de Delphine Batho.  

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol