Archive pour le Tag 'massif'

Manif 17 novembre gilets jaunes : soutien massif

Manif 17 novembre gilets jaunes : soutien massif

 

Le mécontentement exprimé par les gilets jaunes est très massivement soutenu par une opinion publique qui ne supporte plus ni la politique de Macron ni sa posture professorale arrogante et méprisante. Finalement ce qui est en cause, ce n’est pas seulement la hausse des carburants mais aussi toute la politique économique de Macron notamment dans le domaine fiscal. Une politique fiscale qui par ailleurs est en train de tuer le pouvoir d’achat, la croissance et l’emploi. Ce qui est en cause aussi c’est la personnalité et la posture jupitérienne d’un président élu par effraction et qui confond démocratie et monarchie. Les Français ne tolèrent plus l’attitude de donneur de leçons de Macron qui à un Français gagnant 800 € par mois comment s’en sortir. Ou qui conseille à un chômeur de traverser la rue pour trouver du travail ! Les Français ne tolèrent plus cette attitude condescendante et méprisante. Conséquence, 73% des Français approuvent la mobilisation des « gilets jaunes » Pour l’institut Elabe pour BFMTV 70% des Français estiment également que le gouvernement devrait abandonner la hausse des taxes sur les carburants. L’ensemble des catégories de population voit d’un œil favorable cette mobilisation, d’après les chiffres du sondage, largement supérieurs aux mobilisations sociales des cheminots et contre la réforme du droit du travail, qui n’avaient convaincu que 40% et 53% des Français en septembre 2017.

 

 

 

 

Dette Grèce : le FMI veut un allègement massif

Dette Grèce : le FMI veut un allègement massif

 

 

Un tournant significatif du FMI qui demande maintenant un allégement significatif de la dette grecque voire même un effacement total. Une sorte de mea culpa du Fmi qui avait largement contribué jusque là à enfoncer la Grèce. Aussi et surtout l’influence des Etats-Unis très préoccupés par la crise financière en Asie, la panne de l’industrie manufacturière en Chine et qui souhaiterait que l’Europe ne s’enfonce pas dans la croissance molle pendant des années.  Accessoirement le souhait évident  des Etats Unis de ne pas payer pour l’endettement grec. Et de le faire supporter par l’Europe. « La dette de la Grèce ne peut désormais être viable qu’avec des mesures d’allègement de la dette qui vont beaucoup plus loin que ce que l’Europe a envisagé de faire jusque-là » affirme le FMI dans un rapport transmis à l’Union européenne. Un allègement qui serait la condition de nouvelles aides du Fonds monétaire international.  Dans ce rapport, le FMI ne se contente pas de demander à l’Union européenne d’aller « beaucoup plus loin » dans l’allègement de la dette grecque, il propose trois options : la première consisterait à étendre de 10 à 30 ans le « délai de grâce » pendant lequel la Grèce n’aurait pas à rembourser sa dette aux Européens.  La seconde, moins précis, résiderait dans des « transferts annuels » de fonds qui iraient directement alimenter le budget de la Grèce.  La troisième va encore plus loin avec un « effacement de dette » pur et simple déjà refusé par beaucoup de pays européens dont l’Allemagne. « Nous avons été très clairs sur le fait que (…) nous avons besoin d’une solution concrète et ambitieuse au problème de la dette » pour accorder de nouveaux prêts à Athènes, a déclaré à l’agence Reuters un haut cadre du Fonds monétaire international.

 

Banque du Japon : soutien massif à l’économie

Banque du Japon : soutien massif à l’économie

 

Une croissance insignifiante (0.5%  en 2014 du faiat notamment de l’effet négatif de la taxe sur la consommation)) un chômage qui monte en septembre et le japon se décide à régir vivement en soutenant la croissance par un nouvel assouplissement monétaire. Le gouverneur de la Banque du Japon (BoJ), Haruhiko Kuroda, a estimé vendredi, après l’annonce d’une expansion de la politique monétaire de l’institution, que l’archipel se trouvait « à un moment critique dans son combat contre la déflation ». C’est pour cette raison que la BoJ a annoncé, contre toute attente, de nouvelles mesures d’assouplissement monétaire. Elle va désormais augmenter la base monétaire de 80.000 milliards de yens (583 milliards d’euros) par an, contre 60 à 70.000 milliards auparavant.  La BoJ table à présent sur une croissance de 0,5% pour l’année en cours contre 1% annoncé en juillet et 1,4% précédemment. (Crédits : reuters.com) latribune.fr (avec AFP)  |  31/10/2014, 8:30  -  366  mots Si l’on s’en tient à sa prévision initiale de 1,4%, la nouvelle hypothèse de croissance de la BoJ a été presque divisée par trois à 0,5%. Alors que l’inflation ralentit, l’institut monétaire a annoncé de nouvelles mesures d’assouplissement monétaire.  La banque centrale nippone abaisse ses estimations pour l’inflation, qui devrait s’établir à 1,2% sur la période (en excluant l’effet taxe), contre 1,3% escompté auparavant, et à seulement 1,7% l’année suivante (avril 2015 à mars 2015), contre une prévision initiale de 1,9%.  Même si l’institut d’émission ne reporte pas officiellement son objectif de 2%, dit de stabilité des prix, il reconnaît implicitement que celui-ci ne devrait finalement être atteint qu’en 2016. La BoJ pointe « le déclin de la demande » consécutif à l’entrée en vigueur le 1er avril d’une taxe sur la consommation, équivalente de la TVA française, à 8% (contre 5% auparavant), ainsi qu’ »une certaine faiblesse des exportations« .

 

Crimée : vote massif pour la Russie

Crimée : vote massif pour la Russie

La Crimée s’est prononcée  dimanche à une écrasante majorité en faveur d’une séparation de l’Ukraine et d’un rattachement à la Russie à l’issue d’un référendum controversé qui a mis les relations Est-Ouest au plus bas depuis la Guerre froide. Après dépouillement de plus de la moitié des bulletins de vote, 95,5% des votants ont dit « oui » à un retour de la Crimée dans le giron russe, soixante ans après la cession de cette région à l’Ukraine par le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev. Ce chiffre a été fourni par le chef de la commission référendaire, Mikhaïl Malichev, deux heures après la fermeture des bureaux de vote. Le taux de participation a été de 83%, a-t-il ajouté, soit un chiffre élevé compte tenu des nombreux appels au boycott du scrutin. Les pays occidentaux et les autorités ukrainiennes à Kiev ont dénoncé ce scrutin organisé à la hâte par le parlement pro-russe de la région après la prise de contrôle de cette péninsule de la mer Noire par les forces russes. La Maison blanche a qualifié le référendum de « contraire » à la constitution ukrainienne. « La communauté internationale ne reconnaîtra pas les résultats d’un scrutin organisé sous la menace (…) d’une intervention militaire russe qui viole le droit international ». Dans la soirée, des milliers de personnes se sont réunies dans une ambiance festive sur la place Lénine de Simféropol, la capitale régionale, en brandissant des drapeaux russes et aux couleurs de la Crimée.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol