Archive pour le Tag 'Martine'

Agnès Saal :  » en taule » ! (Martine Aubry)

Agnès Saal :  » en taule » ! (Martine Aubry)

 

Bien évidemment Agnès Sall qui a dépensé 40 000 euros de taxis ( alors qu’elle disposait d’une  voiture !) comme présidente de l’INA serait aller en taule et aurait été licenciée dans le privé. Mais là il s’agit du public ;  du coup, pas de sanction mieux une mutation comme directrice au ministère de la culture. Alors Aubry se fache «  en taule ». « L’important est que ceux qui font des bêtises dans leur vie, ne respectent pas les règles, la morale et l’éthique, soient sanctionnés. Mais ne mélangeons pas tout. Je suis entourée d’élus aussi. On ne gagne pas bien sa vie. On travaille 18 heures sur 24, 7 jours sur 7. Elle, c’est une fonctionnaire. Donc elle n’a rien à voir avec nous. On n’accepte plus qu’on nous traite comme ça. Que les pourris aillent en taule, s’ils doivent aller en taule, soient condamnés s’il le faut et qu’on nous laisse travailler comme on le fait avec engagement, force et énergie pour les gens », estime Martine Aubry. Cette dernière ‘( également énarque) sait pourtant que dans l’oligarchie de l’ENA , on se fait la courte échelle et jamais de sanctions ne sont prises ( même quand on coule uen banque comme le Crédit Lyonnais ou Vivendi). De ce point de vue  Agnès Saal est l’archétype du dirigeant du PS ;  issue d’une famille de banquiers et de financiers , elle  étudie à l’Institut d’études politiques de Paris et intègre l’École nationale d’administration (promotion Solidarité, 1983). Elle travaille ensuite au cabinet de plusieurs ministres de la Culture successifs du gouvernement Lionel Jospin : auprès de Catherine Trautmann comme conseillère budgétaire (1997-1998) puis directrice adjointe du cabinet (1998-2000) et à cette même fonction auprès de Catherine Tasca (2000-2001). De février 2001 à août 2007, elle est directrice générale de la Bibliothèque nationale de France . Puis, de 2007 à 2014, elle est directrice générale du Centre Pompidou.. Comme pour tous les énarques ( de gauche ou de droite voire d’extrême droite)  tout lui est dû  , elle tape donc dans la caisse après des promotions politiciennes. Et on la recase dans un poste de directrice au ministère de la culture. Ce n’est pas Fleur Pèllerin , ministre de la culture et elle même énarque qui va cogner  sur sa copine ! Et après le PS s’étonne de sa lente agonie et de la montée du front national !

Emmanuel Macron : non aux propositions de martine Aubry

Emmanuel Macron : non aux propositions de martine Aubry

 

 

Macron a répondu nettement à Aubry lors du grand jury  »RTL-Le figaro ». C’est non à toutes les propositions du maire de Lille. Donc pas question de revoit la politique économique. . Il n’y aura donc pas de virage économique et il faudra se contenter des hypothétiques effets du pacte de responsabilité, du travail du dimanche, et de la réforme de certaines processions réglementées. Autant de dispositions qui ne sont pas vraiment à la hauteur de l’enjeu même si certaines sont utiles voire nécessaires. Je suis en désaccord avec l’analyse» de Martine Aubry et «avec les conclusions qu’elle en tire», a expliqué le ministre, qui a souligné qu’un «ciblage meilleur n’est pas possible» sur le crédit d’impôt compétitivité (CICE) et le pacte de responsabilité, contrairement à ce que réclame l’aile gauche du PS. Insistant sur la nécessité de mener «une politique de stabilité» pour les entreprises, Macron a ajouté: «Il est normal qu’il y ait un débat politique interne au PS», mais «il vient après plusieurs mois de clarification. (…) Le constat, c’est le manque de compétitivité de l’économie française.» Contrairement à Martine Aubry, le ministre n’est pas favorable à la fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG, car «les perdants seront les classes moyennes».Emmanuel Macron est aussi en désaccord avec la maire de Lille qui a déclaré que les créations d’emplois dues à l’ouverture des magasins le dimanche étaient «un mirage».  Faux, a rétorqué le ministre. Précisant que le travail du dimanche «est une réalité régulière ou occasionnelle pour 30 % des Français», il va proposer «plus de flexibilité sur le terrain» avec la possibilité donnée aux maires d’autoriser l’ouverture «douze dimanches par an, un par mois» dans des «zones à forts potentiels économique et touristique», notamment les Grands Boulevards et certaines gares. L’objectif du ministre est de «simplifier le dispositif avec des compensations et des accords majoritaires». Dans des entreprises de plus de onze salariés, ceux qui travailleront le dimanche sur la base du volontariat seront «payés double, avec repos compensateur». Concernant l’assurance-chômage, Macron s’est montré prudent, déclarant qu’il s’agit d’un «acquis social clé» qu’il «faut défendre». Mais il a reconnu que «le chômage de masse ne permet plus de le financer de manière satisfaisante» et que «le débat est politique». Les pouvoirs publics et les partenaires sociaux vont «en débattre en 2015 pour préparer la réforme de 2016», a-t-il déclaré. Interrogé sur les professions réglementées (huissiers, notaires, pharmaciens, etc.), Macron a insisté sur la nécessité de les «moderniser» et de «déverrouiller» les tarifs ou encore les conditions de regroupement ou de transfert, s’agissant des pharmacies. Le ministre a annoncé la création d’une «grande profession de l’exécution du droit» qui concernerait au premier chef les huissiers.

 

Hollande « le degré zéro de la politique (Martine Aubry)

Hollande «  le degré zéro de la politique (Martine Aubry)

On sait qu’Aubry et Hollande ne sont pas les meilleurs amis du monde mais visiblement Martine Aubry considère que la politique de Hollande est une calamité.  « Le problème, c’est toi ». C’est ce qu’aurait dit Martine Aubry à François Hollande lorsqu’il lui a demandé ce qu’elle pensait de la situation du pays en novembre dernier.  La maire de Lille n’en est pas à sa première pique contre l’actuel président.   Les deux ténors du PS, différents autant dans leur style que leur vision de la politique, ne se sont jamais beaucoup aimés. Une rivalité qui se fait sentir dans les petites formules employées par Martine Aubry pour parler de François Hollande. La dernière attaque remonte à juillet 2014. Martine Aubry est sortie de sa longue absence sur le terrain national pour fustiger la réforme territoriale. L’occasion de critiquer l’exécutif de manière plus globale. « Il n’est pas trop tard pour réussir le quinquennat« , glisse-t-elle lors de son intervention. Et de glisser dans le style qui lui est propre : « On n’est pas en train de faire du Monopoly ou jouer à Sims City. On touche aux origines de chacun.«   « Mais comment as-tu pu faire avec un mou pareil pendant tant d’années?« , aurait même demandé Martine Aubry à Ségolène Royal, selon son ancienne conseillère, Françoise Degois, dans un livre paru récemment (Quelle histoire ! Ségolène Royal et François Hollande, Plon). Le procès en mollesse est effet récurrent dans les attaques de Martine Aubry contre François Hollande. « Sur les 35 heures, il a été couille molle« , estime-elle, considérant qu’il ne l’a pas assez soutenu en tant que premier secrétaire du PS lorsqu’elle menait cette réforme, selon Le Nouvel Observateur. « On ne battra pas une droite dure avec une gauche molle« , dira-t-elle encore lors d’un débat télévisé pour les primaires du PS en 2011.  Martine Aubry serait même allé plus loin en privé, qualifiant François Hollande d’ »enfoiré » qui représente le « niveau zéro de la politique« , selon Le Point.  Elle le considérerait également comme incompétent et a régulièrement critiqué l’état dans lequel elle a récupéré le parti lorsqu’elle lui a succédé à la tête du PS.  »Même les toilettes étaient bouchées et j’ai dû les réparer moi-même« , se serait-elle amusé à plusieurs reprises. « Ma grand-mère disait : quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup« . La formule de Martine Aubry contre son adversaire à la primaire socialiste est sans doute celle qui sert le plus les adversaires de François Hollande. Depuis le début de son quinquennat, il est régulièrement attaqué pour son manque de vision et de clarté.  Et Martine Aubry n’a visiblement pas changé d’avis. « Si dans tous les domaines, on avait eu une grande vision et une méthode, nous aurions un peu moins de problèmes« , lâchait-elle encore lors de son intervention en juillet.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol