Archive pour le Tag 'Marseille'

Narcotrafic : un quart des individus arrêtés à Marseille sont étrangers en situation irrégulière

Narcotrafic : un quart des individus arrêtés à Marseille sont étrangers en situation irrégulière 

 

Encore une opération spectaculaire à Marseille visant le trafic de drogue. Une action déjà entreprise dans le passé et qui finit souvent en eau de boudin faute de moyens pour lui donner un caractère permanent.

Pour preuve, on a même arrêté des individus dont 25 % étaient étrangers en situation irrégulière. On peut évidemment se demander ce qu’ils font sur le territoire. Marseille, sorte de Chicago,  devient une place centrale de diffusion de la drogue dans la région et même dans toute la France. 50 morts ont été enregistrés en 2023 du fait de règlements de comptes entre bandes rivales.

Sur les 82 individus interpellés lundi à Marseille, presque un quart d’entre eux ne sont pas Français : 19 sont des étrangers en situation irrégulière dont sept sont sous OQTF. Quatre prévenus ont été placés au CRA de Marseille. Le coup de filet a aussi concerné le contrôle d’établissements suspects. 18 d’entre eux ont fait l’objet d’un contrôle des forces de l’ordre, pour deux infractions relevées et sept fermetures administratives.

Aux côtés des ministres de l’Intérieur Gérald Darmanin, de la Justice Éric Dupond-Moretti ainsi que de la secrétaire d’État à la Ville Sabrina Agresti-Roubache, Emmanuel Macron a déclaré qu’il «ne céderait pas à un discours de défaite», soulignant des moyens «inédits» par l’État français. «Le narcotrafic est un fléau mondial en progression. La drogue est notre ennemie», a-t-il ajouté. L’objectif est de rendre impossible la vie des trafiquants. »

Marseille Chicago : 49e homicide depuis le début de l’année

Marseille Chicago : 49e homicide depuis le début de l’année

Encore un homme mortellement blessé par balle dans le contexte du trafic de drogue à Marseille. C’est la 49e victime de ce type depuis le début de l’année. De quoi s’interroger sur la volonté et l’efficacité des pouvoirs publics. Certes des moyens supplémentaires ont été affectés mais certainement pas à la hauteur de l’enjeu sans parler du laxisme de la justice.

Un homme d’une vingtaine d’années a été mortellement blessé par balles lundi 13 novembre au soir dans une cité des quartiers populaires du nord de Marseille, a appris l’AFP de source policière et auprès des marins-pompiers, confirmant une information de La Provence. Selon les marins-pompiers, qui ont constaté le décès de la victime sur place, les faits se sont produits un peu avant 21h30 dans la cité de la Bricarde.

Il y a deux jours on avait déjà assisté à une fusillade ayant fait demeurer trois blessés.
Ces cinq personnes, trois hommes et deux femmes, ont été visées par des tirs de Kalachnikov samedi soir alors qu’ils se trouvaient à bord d’un véhicule sur le parking d’un McDonald’s. Les deux morts sont un homme de 22 ans, le conducteur, et la passagère de 25 ans qui se trouvait à ses côtés.

Marseille Chicago : presque 100 épisodes de violence meurtrière

Marseille Chicago : presque 100 épisodes de violence meurtrière

Marseille ressemble de plus en plus à Chicago avec presque 100 épisodes de violence meurtrière depuis le début de l’année et presque 50 victimes. Encore évidemment un règlement de comptes avec des tirs de kalachnikov sur fond de trafic de drogue. Le plus grave c’est que les violences depuis quelque temps semblent être le fait de mafias spécialisées dans le règlement de comptes.

Une femme et un homme ont été tués par balles, samedi soir, dans les quartiers nord. Les règlements de comptes sur fond de trafic de drogue ont fait 48 victimes en 2023.

Samedi soir, à Marseille, cinq jeunes âgés de 19 à 29 ans, venus des environs de Toulon, ont été victimes d’un règlement de comptes d’une extrême violence. Vers 22 h 40, sur le parking d’un fast-food des quartiers nord, dans le 16e arrondissement, ils ont été « rafalés » par des tirs de kalachnikov, alors qu’ils étaient tous les cinq à l’intérieur de leur véhicule. Les policiers de la police technique et scientifique, qui ont travaillé durant toute la nuit sur la scène de crime, ont retrouvé sur place une vingtaine de douilles de calibre 7.62.

L
Le conducteur, directement visé par un déluge de tirs, est décédé quasiment sur le coup. Il avait 22 ans. La personne située sur le siège avant, décédée elle aussi, en avait 25. Quant aux trois passagers arrière, le plus âgé – 29 ans – a reçu des balles au thorax, et son pronostic vital est toujours engagé alors que les deux autres, un jeune homme et une jeune femme de 19 ans, ont été plus légèrement blessés.

Premier constat : les trois hommes sont tous « défavorablement connus de la justice » pour des faits de violence en lien avec le trafic de stupéfiants dans la région de Toulon, indiquait dimanche le procureur de Marseille, Nicolas Bessone, lors d’une conférence de presse. Les deux jeunes femmes, dont celle qui a trouvé la mort, sont en revanche inconnues des services.

Au regard du mode opératoire et du profil des victimes, il ne fait guère de doute, selon le nouveau procureur de Marseille, qu’il s’agisse d’un nouveau « narchomicide ».
Le macabre compteur des morts à Marseille dans des fusillades monte désormais à 48, sans compter les 113 blessés. Des chiffres qui donnent le vertige – en 2022, ils étaient 31 sur toute l’année – dans un contexte de guerre de clans entre trafiquants à la violence décomplexée, qui n’hésitent pas à recourir à des équipes ultraréactives pour mener à bien leurs missions mortelles.

Foot : Ces supporters de Marseille qui vont tuer l’OM !

Foot : Ces supporters de Marseille qui vont tuer l’OM !

De toute évidence, certains supporters de Marseille confondent la posture de voyou et la posture de fan du club. Les violences ont été telles dimanche soir contre les cars transportant staff et supporters lyonnais que le match a du être annulé.

Après de tels incidents, il est clair que les autorités sportives voire judiciaires seront contraintes de prendre des mesures exemplaires non seulement contre les supporters voyous mais aussi malheureusement contre le club.

Ainsi plusieurs matchs pourraient être déplacés hors du vélodrome ou joué à huis clos. Et le moindre nouvel incident pourrait être entraîné des sanctions encore plus graves. Au total le club va être privé du soutien de son public, un soutien indispensable car le jeu de l’équipe est encore loin d’être satisfaisant et stabilisé. Le club va perdre aussi de très grosses recettes y compris sans doute de sponsors. Or les finances des clubs français sont particulièrement fragiles.

Le manque-à-gagner financier pourrait bien se traduire à la fin de la saison par la vente de plusieurs joueurs stratégiques. Et la plus grande menace serait alors la descente en seconde division. Surtout si de nouveaux incidents venaient à se traduire par une perte de points pour l’OM.

Le match de clôture de la dixième journée de Ligue 1 entre l’OM et l’OL a donc été annulé en raison de graves incidents avant la rencontre. Fabio Grosso a été blessé dans le caillassage du bus des joueurs et du staff.

Pas d’Olympico entre l’OM et l’OL ce dimanche soir, en clôture de la 10e journée de Ligue 1. Le match a donc été reporté en raison des graves incidents qui ont émaillé les heures avant la rencontre. Le bus transportant les joueurs et le staff lyonnais a été caillassé sur le chemin du Vélodrome. Deux vitres ont été brisées par deux pavés, Fabio Grosso et son adjoint ont été touché. Le coach de l’OL a dû se faire suturer le visage, touché au dessus de l’oeil.

L’arbitre François Letexier a expliqué la décision d’annuler le match dans une courte conférence de presse: « Une réunion de crise a eu lieu, elle a permis de prendre l’avis des parties prenantes à la suite des constatations des blessures des membres du staff lyonnais. L’OL ne souhaitait pas que la rencontre ait lieu. S’agissant de la décision de l’OL et du protocole que la Ligue a établi en la matière, la décision a été prise de ne pas débuter la rencontre. Elle n’aura pas lieu, la décision est désormais actée. La suite des événements ce seront des rapports établis aux autorités compétentes. »

La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castera, a réagi sur RMC: « Oui c’était la bonne décision. C’est totalement consternant. C’est révoltant, ces actes faits de haine, de bêtise, la négation même des valeurs du foot et du sport, c’est hallucinant. Il faut vite retrouver les auteurs, qu’ils soient sévèrement sanctionnés. Face à la gravité des faits, la Ligue prend la bonne décision. J’apporte tout mon soutien à l’OL, son entraîneur, son adjoint. J’ai une pensée pour les supporters qui se faisaient une joie de suivre ce match. Cette décision s’imposait. En termes d’équité sportive, c’était ce qu’il fallait faire. On a aussi besoin de marquer le coup. »

Ces supporters de Marseille qui vont tuer l’OM !

Ces supporters de Marseille qui vont tuer l’OM !

De toute évidence, certains supporters de Marseille confondent la posture de voyou et la posture de fan du club. Les violences ont été telles dimanche soir contre les cars transportant staff et supporters lyonnais que le match a du être annulé.

Après de tels incidents, il est clair que les autorités sportives voire judiciaires seront contraintes de prendre des mesures exemplaires non seulement contre les supporters voyous mais aussi malheureusement contre le club.

Ainsi plusieurs matchs pourraient être déplacés hors du vélodrome ou joué à huis clos. Et le moindre nouvel incident pourrait être entraîné des sanctions encore plus graves. Au total le club va être privé du soutien de son public, un soutien indispensable car le jeu de l’équipe est encore loin d’être satisfaisant et stabilisé. Le club va perdre aussi de très grosses recettes y compris sans doute de sponsors. Or les finances des clubs français sont particulièrement fragiles.

Le manque-à-gagner financier pourrait bien se traduire à la fin de la saison par la vente de plusieurs joueurs stratégiques. Et la plus grande menace serait alors la descente en seconde division. Surtout si de nouveaux incidents venaient à se traduire par une perte de points pour l’OM.

Le match de clôture de la dixième journée de Ligue 1 entre l’OM et l’OL a donc été annulé en raison de graves incidents avant la rencontre. Fabio Grosso a été blessé dans le caillassage du bus des joueurs et du staff.

Pas d’Olympico entre l’OM et l’OL ce dimanche soir, en clôture de la 10e journée de Ligue 1. Le match a donc été reporté en raison des graves incidents qui ont émaillé les heures avant la rencontre. Le bus transportant les joueurs et le staff lyonnais a été caillassé sur le chemin du Vélodrome. Deux vitres ont été brisées par deux pavés, Fabio Grosso et son adjoint ont été touché. Le coach de l’OL a dû se faire suturer le visage, touché au dessus de l’oeil.

L’arbitre François Letexier a expliqué la décision d’annuler le match dans une courte conférence de presse: « Une réunion de crise a eu lieu, elle a permis de prendre l’avis des parties prenantes à la suite des constatations des blessures des membres du staff lyonnais. L’OL ne souhaitait pas que la rencontre ait lieu. S’agissant de la décision de l’OL et du protocole que la Ligue a établi en la matière, la décision a été prise de ne pas débuter la rencontre. Elle n’aura pas lieu, la décision est désormais actée. La suite des événements ce seront des rapports établis aux autorités compétentes. »

La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castera, a réagi sur RMC: « Oui c’était la bonne décision. C’est totalement consternant. C’est révoltant, ces actes faits de haine, de bêtise, la négation même des valeurs du foot et du sport, c’est hallucinant. Il faut vite retrouver les auteurs, qu’ils soient sévèrement sanctionnés. Face à la gravité des faits, la Ligue prend la bonne décision. J’apporte tout mon soutien à l’OL, son entraîneur, son adjoint. J’ai une pensée pour les supporters qui se faisaient une joie de suivre ce match. Cette décision s’imposait. En termes d’équité sportive, c’était ce qu’il fallait faire. On a aussi besoin de marquer le coup. »

Marseille Chicago : encore deux morts soit 42 depuis le début de l’année

Marseille Chicago : encore deux morts soit 42 depuis le début de l’année


Et 2 morts supplémentaires à Marseille dans le cadre évidemment des règlements de compte relatifs aux drogues.Soit au total 42 personnes mortes dont trois complètement étrangères aux stupéfiants.

Au ministère de l’intérieur on affirme que la croissance des tueries découle précisément de la lutte anti drague qui perturbe les réseaux de distribution. Un argument à relativiser car la vérité c’est que les moyens pourtant importants sont encore très insuffisants au regard des enjeux à Marseille d’abord mais aussi ailleurs. Ce n’est pas une seule compagnie de CRS spécialisés qu’il convient de mobiliser mes 25 ou 50 en France.

Ces deux nouveaux meurtres -dont le lien avec les trafics de drogue qui gangrène la deuxième ville de France n’est pour l’heure pas établi- interviennent plus de deux semaines après le dernier homicide officiellement lié par les enquêteurs à la guerre entre gangs pour le contrôle des points de vente de stupéfiants dans la cité phocéenne.

Marseille Chicago Drogue: « La France n’a plus de règles »

Marseille drogue « La France n’a plus de règles »

C’est le cri de la mère de la victime dans son appartement de tir des trafiquants de drogue . La mère de la victime a estimé à juste titre qu’il y a longtemps qu’on ne se sent plus du tout en sécurité dans ces quartiers et qu’en réalité il n’y a plus de règles. C’est-à-dire d’État républicain. Les règles du banditisme et de la mafia se sont substitués aux règles de la république et aux règles sociétales.

Dans le quartier du drame si le trafic de drogue rapporte de l’ordre de 30 000 € par jour d’après les experts et l’argent est devenu le seul repère moral pour nombre d’individus complètement décervelés.

Dans des pays 10 fois plus pauvres que la France on ne connaît pas le même phénomène car la police et la justice ne s’embourbe pas dans les procédures pour prévenir la détérioration sociale et criminelle.

C’est bien sûr la police et surtout la justice qui sont en cause mais d’une façon générale toute la société qui ne sait pas se mobiliser dans toutes ses dimensions et avec tous ces acteurs pour mener une véritable guerre contre la drogue au-delà des mots.

Dimanche 10 septembre dans la soirée, une jeune femme âgée de 24 ans a été tuée alors qu’elle se trouvait paisiblement chez elle, dans son appartement de la petite cité de Saint-Thys. Le projectile, issu d’une rafale de kalachnikov tirée en direction d’un point de deal de la cité, a traversé un contre-plaqué en bois du logement de la victime, situé au troisième étage d’un immeuble, avant de lui perforer le crâne. Transportée en urgence à l’hôpital, Socayna, une étudiante en droit sans histoires, est décédée de ses blessures mardi dans la matinée.

Depuis le début de l’année, 44 personnes ont été tuées au cours d’une fusillade sur fond de trafic de stupéfiants dans la Cité phocéenne depuis janvier 2023. 109 autres personnes ont…

Marseille Chicago : déja 44 morts et une fusillade extérieure qui touche les habitants dans leur appartement

Marseille Chicago : déjà 44 morts et une fusillade extérieure qui touche les habitants dans leur appartement

. On compte depuis le début de l’année déjà 44 morts à Marseille découlant directement de la guerre des gangs à Marseille. En outre maintenant des victimes complètement étrangères au trafic. En effet des règlements de comptes mortels et qui touchent des habitants chez eux; En effet, une nouvelle fusillade s’est produit ce dimanche soir à Marseille dans la cité Saint-Thys dans le 10e arrondissement de Marseille. Une jeune femme a été très gravement blessée à la tête par un tir de kalachnikov. Au moment des faits, la jeune femme se trouvait au 3e étage d’un immeuble de la cité. Elle était dans sa chambre au sein de son appartement qu’elle occupe avec sa mère. La jeune femme a été touchée à la tête par la balle qui a traversé un mur.

Âgée de 24 ans, elle a été prise en charge par les marins-pompiers puis transportée à l’hôpital avec un pronostic vital engagé.

En plus de l’appartement de la jeune femme de 24 ans, deux autres logements ont été touchés par les tirs de kalachnikov sans faire davantage de blessés. Il s’agit des appartements d’une femme de 79 ans qui habite juste au-dessus, au 4e étage de l’immeuble.

Le logement d’une autre femme, âgée elle de 86 ans, a également été « impacté » par les tirs.

Marseille Chicago : une fusillade extérieure qui touche les habitants dans leur appartement

Marseille Chicago : une fusillade extérieure qui touche les habitants dans leur appartement

Encore des règlements de comptes mortels et qui touchent des habitants chez eux; En effet, une nouvelle fusillade s’est produit ce dimanche soir à Marseille dans la cité Saint-Thys dans le 10e arrondissement de Marseille. Une jeune femme a été très gravement blessée à la tête par un tir de kalachnikov. Au moment des faits, la jeune femme se trouvait au 3e étage d’un immeuble de la cité. Elle était dans sa chambre au sein de son appartement qu’elle occupe avec sa mère. La jeune femme a été touchée à la tête par la balle qui a traversé un mur.

Âgée de 24 ans, elle a été prise en charge par les marins-pompiers puis transportée à l’hôpital avec un pronostic vital engagé.

En plus de l’appartement de la jeune femme de 24 ans, deux autres logements ont été touchés par les tirs de kalachnikov sans faire davantage de blessés. Il s’agit des appartements d’une femme de 79 ans qui habite juste au-dessus, au 4e étage de l’immeuble.

Le logement d’une autre femme, âgée elle de 86 ans, a également été « impacté » par les tirs.

Marseille et drogue : déjà 32 morts en huit mois

Marseille et drogue : déjà 32 morts en huit mois


Marseille sans doute l’une des plus belles villes de France demeure malheureusement aussi la ville où on enregistre des crimes à répétition en raison en particulier du trafic de drogue. Chaque jour ou presque des bandes rivales règlent leurs comptes.

Pour les Bouches-du-Rhône, c’est « l’usage de stupéfiant » qui avait déjà le plus augmenté en 2022. Il a connu une hausse de 36,6 % contre 13 % sur l’ensemble du territoire.

Pas moins de 22 598 infractions ont été relevées dans le département pour cette catégorie dont environ 18 600 à Marseille. Cela ne veut pour autant pas dire que la violence liée au trafic a diminué.

Si l’année 2021 avait déjà été entachée de 49 tentatives d’homicide liées aux stupéfiants à Marseille, 2022 en a comptabilisé 65, pour la mort de 33 individus. Un record. Mais ce record sera encore largement dépassé en 2023.

Le résultat aussi d’un manque de légitimité et d’autorité de la part de l’État dont d’ailleurs beaucoup de services ont déserté des quartiers entiers. De ce point de vue, on comprend mal la mollesse du pouvoir politique y compris du gouvernement et du ministre de l’intérieur, lui aussi plus prolixe en paroles qu’en actions.

Marseille Chicago: nouvelle fusillade mortelle

Marseille Chicago: nouvelle fusillade mortelle

Un homme de 26 ans a été tué ce mardi 15 août dans la soirée au cours d’une fusillade boulevard Casanova, dans le 14e arrondissement de Marseille, a appris Le Figaro du parquet de Marseille.
Les faits se sont déroulés à 19h30. La victime, connue des services de police et de justice pour trafic de stupéfiants, se trouvait sur un trottoir du boulevard, lorsqu’elle a été la cible de tirs de kalachnikov. L’homme n’a pas survécu à ses blessures. Il venait de purger une peine de prison de longue durée au centre pénitentiaire des Baumettes pour son implication dans le trafic de stupéfiants. Déjà plus de 30 morts à Marseille sur fond de drogue. De quoi s’interroger sur la dérive de la violence.

Un papier de l’Opinion regrette que Marseille soit engagé dans l’engrenage des violences

Il y a quelque chose de pourri dans la cité phocéenne. Ces dernières heures, deux jeunes ont été assassinés dans le cadre de règlements de compte crapuleux. Le premier, âgé de 21 ans, dans une fusillade dans les quartiers nord de la ville ; le second, âgé de 28 ans, quelques heures plus tard, dans une épicerie du 14e arrondissement.

Quatre jours plus tôt, c’est un homme de 39 ans qui a été retrouvé mort dans une voiture criblée d’une trentaine de balles. Le dimanche précédent, la victime avait 32 ans. Cinq jours avant, c’est un corps calciné qui a été retrouvé près d’une voiture incendiée.

Cette litanie macabre est devenue routine à Marseille, où l’on compte davantage de victimes du trafic de drogues en six mois que sur toute l’année dernière (une trentaine). Effet collatéral de la guerre en Ukraine où les Famas français et les MK16 américains ont remplacé les vieilles Kalachnikov, la cité phocéenne est aujourd’hui inondée de fusils d’assaut russes, qui se monnaient pour moins de 300 euros désormais.

A cette brutale accélération de la violence sont venues se greffer des émeutes face auxquelles certains policiers, notamment à Marseille, ont répliqué d’une manière qui n’a pas déparé dans ce triste tableau. Hedi, Mohamed… Les affaires, qui toujours concernent des tirs de LBD, se multiplient.

La mise en détention provisoire d’un policier a déclenché une vague de protestation il y a quinze jours dans les services, où les arrêts maladie se sont étendus un peu partout en France. Jeudi, les trois policiers du Raid mis en examen pour « violences avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner », suite au décès dans la nuit du 1er au 2 juillet de Mohamed B., ont été placés sous contrôle judiciaire. Dans les deux cas, l’état de droit a été respecté. C’est malheureusement de moins en moins le cas dans la cité phocéenne.

Marseille et la violence

Marseille et la violence

Un papier de l’Opinion regrette que Marseille soit engagé dans l’engrenage des violences

Il y a quelque chose de pourri dans la cité phocéenne. Ces dernières heures, deux jeunes ont été assassinés dans le cadre de règlements de compte crapuleux. Le premier, âgé de 21 ans, dans une fusillade dans les quartiers nord de la ville ; le second, âgé de 28 ans, quelques heures plus tard, dans une épicerie du 14e arrondissement.

Quatre jours plus tôt, c’est un homme de 39 ans qui a été retrouvé mort dans une voiture criblée d’une trentaine de balles. Le dimanche précédent, la victime avait 32 ans. Cinq jours avant, c’est un corps calciné qui a été retrouvé près d’une voiture incendiée.

Cette litanie macabre est devenue routine à Marseille, où l’on compte davantage de victimes du trafic de drogues en six mois que sur toute l’année dernière (une trentaine). Effet collatéral de la guerre en Ukraine où les Famas français et les MK16 américains ont remplacé les vieilles Kalachnikov, la cité phocéenne est aujourd’hui inondée de fusils d’assaut russes, qui se monnaient pour moins de 300 euros désormais.

A cette brutale accélération de la violence sont venues se greffer des émeutes face auxquelles certains policiers, notamment à Marseille, ont répliqué d’une manière qui n’a pas déparé dans ce triste tableau. Hedi, Mohamed… Les affaires, qui toujours concernent des tirs de LBD, se multiplient.

La mise en détention provisoire d’un policier a déclenché une vague de protestation il y a quinze jours dans les services, où les arrêts maladie se sont étendus un peu partout en France. Jeudi, les trois policiers du Raid mis en examen pour « violences avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner », suite au décès dans la nuit du 1er au 2 juillet de Mohamed B., ont été placés sous contrôle judiciaire. Dans les deux cas, l’état de droit a été respecté. C’est malheureusement de moins en moins le cas dans la cité phocéenne.

Marseille Chicago : déjà 32 morts en huit mois

Marseille Chicago : déjà 32 morts en huit mois


Marseille sans doute l’une des plus belles villes de France demeure malheureusement aussi la ville où on enregistre des crimes à répétition en raison en particulier du trafic de drogue. Chaque jour ou presque des bandes rivales règlent leurs comptes.

Pour les Bouches-du-Rhône, c’est « l’usage de stupéfiant » qui Avait déjà le plus augmenté en 2022. Il a connu une hausse de 36,6 % contre 13 % sur l’ensemble du territoire.

Pas moins de 22 598 infractions ont été relevées dans le département pour cette catégorie dont environ 18 600 à Marseille. Cela ne veut pour autant pas dire que la violence liée au trafic a diminué.

Si l’année 2021 avait déjà été entachée de 49 tentatives d’homicide liées aux stupéfiants à Marseille, 2022 en a comptabilisé 65, pour la mort de 33 individus. Un record. Mais ce record sera encore largement dépassé en 2023.

Le résultat aussi d’un manque de légitimité et d’autorité de la part de l’État dont d’ailleurs beaucoup de services ont déserté des quartiers entiers. De ce point de vue, on comprend mal la mollesse du pouvoir politique y compris du gouvernement et du ministre de l’intérieur, lui aussi plus prolixe en paroles qu’en actions.

MARSEILLE: Encore un règlement de compte et 21 morts depuis le début de l’année

MARSEILLE: Encore un règlement de compte et 21 morts depuis le début de l’année


Les règlements de compte dans le cadre de trafic de drogue se suivent et se ressemblent à Marseille. 21 morts depuis le début de l’année et Une nouvelle fusillade qui a éclaté lundi soir dans le 15e arrondissement de Marseille dans la cité Consolat faisant au moins six blessés.

Une nouvelle fusillade a éclaté ce lundi vers 23h20 à Marseille dans la cité Consolat, dans le 15e arrondissement, faisant au moins six blessés, a appris BFM Marseille Provence de source policière.En cause le trafic de drogue et la maîtrise des points de vente. Notons qu’un point de vente rapporte autour de 50 000 € par jour et qu’on n’en compte au moins 150 à Marseille, soit d’un enjeu financier considérable.

Les tirs ont eu lieu à proximité d’une mosquée et d’un magasin d’alimentation. Sur les six personnes blessées, l’une d’elles a un pronostic vital engagé. Il s’agit d’un jeune homme de 21 ans qui a reçu une balle dans la tête et qui n’est pas originaire du quartier. Deux autres victimes ont été blessées aux jambes.

Deux véhicules sont impliqués dans ces faits, une voiture BMW et un Range Rover qui a été retrouvé brûlé à proximité de la cité.

Cette nouvelle fusillade intervient au lendemain de la mort de trois jeunes hommes d’une vingtaine d’années tués après des tirs de kalachnikov dans le 11e arrondissement. D’autres tirs ont eu lieu dans la soirée de dimanche à la cité des Oliviers faisant un blessé léger.

D’après le journal « la Provence », c’est comme un virus sans vaccin. Comme un cancer lourdement métastasé qu’une intense chimiothérapie ébranlerait à peine, un raz-de-marée qu’aucune digue ne parviendrait ne serait-ce qu’à contenir. Les ministres de l’Intérieur se succèdent, promettent tous de mener, coeur vaillant, « la mère de toutes les batailles », de mettre échec et mat ce mal qui ronge notre société et d’embastiller ces trafiquants qui pourrissent la vie des honnêtes gens pris en otage dans des cités, devenues véritables prisons à ciel ouvert.

Mais après des décennies de lutte, dont la dernière au cours de laquelle Marseille a pourtant été au coeur du réacteur de cette guerre et en première ligne de ses innovations, le constat est là, clinique et sans appel. Selon nos informations exclusives, aujourd’hui, dans les Bouches-du-Rhône, on peut acheter de l’herbe, de la résine de cannabis et souvent de la cocaïne à 220 endroits du département, 156 rien qu’à Marseille. Du jamais vu. Ce sont les policiers et les gendarmes eux-mêmes qui ont fait remonter ces chiffres à leur ministre Gérald Darmanin, lequel avait demandé en fin d’année une comptabilité exhaustive. Il avait dans la foulée, juste avant les fêtes, annoncé que sur les presque 4 000 plans stups du pays, 140 étaient implantés dans les Bouches-du-Rhône. Une donnée largement minorée qui a rapidement fait sursauter les fins connaisseurs…

Marseille –Chicago : envoi de CRS pour faire cesser les règlements de compte mortels


Marseille –Chicago : envoi de CRS pour faire cesser les règlements de compte mortels

Marseille sans doute l’une des belles villes de France se caractérise aussi malheureusement par un climat de criminalité qui fait penser à celui de Chicago avec des règlements de compte régulier souvent sur fond de trafic de drogue. Du coup le gouvernement a décidé d’envoyer une brigade de CRS pour tenter de mettre fin à ces tueries entre bandes de trafiquants.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a demandé le déploiement de la CRS 8 dans les cités de la ville «les plus concernées» par les violences liées au trafic de stupéfiants. Dans un communiqué, la préfecture de police des Bouches-du-Rhône a précisé que l’unité sera utilisée pour «mener des opérations de lutte contre les violences liées aux trafics de stupéfiants».
Cette unité agira «en complément des effectifs locaux et des autres compagnies de CRS déjà présentes quotidiennement dans les cités marseillaises pour des opérations de sécurisation». Créée en 2021 sous l’impulsion du ministre de l’Intérieur, elle est composée de 200 policiers, déployables partout dans l’Hexagone «en moins de quinze minutes».

La ville de Marseille est minée par une vague de violences depuis le début de l’année. Contacté par Le Figaro, le parquet de Marseille a indiqué que la ville comptabilisait six homicides et treize affaires d’assassinat ou de tentatives d’assassinat en bande organisée depuis le 1er janvier 2023. À titre de comparaison, 32 personnes ont perdu la vie dans des affaires d’homicides en bande organisée dans les Bouches-du-Rhône sur l’année 2022, toujours selon le parquet.

12345...7



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol