Archive pour le Tag 'Marine Le Pen'

Sondage politique : Bardella devant Marine Le Pen

Sondage politique :  Bardella devant Marine Le Pen

Il n’est pas impossible qu’on assiste à un remplacement des générations les plus anciennes en politique avec notamment la montée de Bardella, d’Attal et de Glucksmann. Dans le baromètre Ipsos pour « La Tribune Dimanche », le président du RN est perçu comme le meilleur « opposant à droite » de la Macronie. À gauche, Glucksmann talonne Mélenchon.

.Dans le dernier baromètre réalisé par l’institut Ipsos pour La Tribune Dimanche, Jordan Bardella est jugé le meilleur opposant de droite au gouvernement. Le président du Rassemblement national, tête de liste de son camp et grand favori des européennes, y surclasse pour la première fois Marine Le Pen.

Parmi les Français interrogés, ils sont 25 % à faire du jeune eurodéputé le premier opposant, devant les 18% qui choisissent la présidente du groupe RN à l’Assemblée – et réelle cheffe, de facto, de son parti. Si l’on additionne ces sondés à ceux qui placent les leaders frontistes. À gauche c’est désormais Glucksmann qui est à peu près à égalité avec Mélenchon comme le meilleur opposant.

Du côté du pouvoir, Attal est en train de passer devant Édouard Philippe

 

 

Le programme économique de Marine Le Pen : couteux et inefficace (Jean Tirole)

Le programme économique de Marine Le Pen : couteux et inefficace (Jean Tirole)

Le prix Nobel d’économie français Jean Tirole tire à boulets rouges contre le programme économique de Marine Le Pen, qui est selon lui « dissimulateur et non financé » et « appauvrira durablement notre pays ».

 

À noter cependant que le programme économique de Macron nest pas non plus fiancé. Et les 50 milliards de dépenses supplémentaires par des économies sont également illusoires NDLR

*Le prix Nobel d’économie français prévient les Français du risque pour l’économie française d’élire Marine Le Pen. Selon lui, le programme économique de la candidate RN est « dissimulateur et non financé » et « appauvrira durablement notre pays », a-t-il affirmé dans une tribune parue samedi dans La Dépêche du Midi.

« Liste à la Prévert »

« Le programme de Marine Le Pen est une liste à la Prévert de dépenses supplémentaires, largement sous-estimées à 68 milliards d’euros par an, financées à l’aide de recettes hélas en partie fictives », affirme le lauréat du prix décerné par la Banque de Suède en 2014.

Selon lui, les 16 milliards d’euros d’économies que Marine Le Pen dit vouloir faire grâce à des mesures sur l’immigration sont « un calcul qui repose sur du vent: toutes les études montrent que les immigrés ne coûtent quasiment rien en termes d’argent public, car les cotisations sociales de ceux qui travaillent compensent les coûts imputés à notre système de protection sociale ».

S’interrogeant aussi sur comment la candidate d’extrême droite réalisera « 8 milliards d’économies sur le fonctionnement de l’Etat », il estime, comme avant lui l’institut Montaigne, que « le coût de son programme de dépenses semble très sous-estimé ».

La retraite à 60 ans mettra en faillite le système

« Redescendre l’âge de la retraite à 60 ans mettra en faillite notre système, avec des conséquences importantes pour les plus défavorisés », affirme Jean Tirole alors que la candidate du Rassemblement National veut réinstaurer cet âge de départ pour ceux qui ont commencé à travailler entre 17 et 20 ans.

Les propositions de Marine Le Pen ne permettront « ni de préparer l’avenir, ni de réduire les inégalités », d’après l’économiste qui prend pour exemple l’exonération d’impôt sur le revenu pour les moins de 30 ans qui s’appliquerait aussi pour un haut diplômé « gagnant cinq fois le Smic ».

Constatant que malgré une dette publique passée de 100% à près de 116% du PIB en raison de la crise sanitaire, la France n’a pas perdu la confiance des marchés, il anticipe que « le manque de prévoyance du programme de Marine Le Pen ne rassurera pas ces derniers, qui verront dans la France une version européenne de l’Argentine ».

Frexit déguisé

Enfin, si Marine Le Pen « ne parle plus de quitter l’Europe et l’euro, son programme revient à s’asseoir sur les règles européennes et créera immédiatement une profonde crise de l’Union, avec des répercussions immédiates sur la crédibilité budgétaire de la France », prévient le prix Nobel pour lequel il s’agirait « d’un Frexit qui ne dit pas son nom ».

————–

Politique- Election Présidentielle : L’hypothèse Marine Le Pen

Election Présidentielle : L’hypothèse Marine Le Pen 

Jacques Attali explique dans les Echos pourquoi l’élection d’Emmanuel Macron n’est pas gagnée d’avance, et ce qui risquerait de se passer si la candidate du Rassemblement national accédait à l’Elysée.

Une hypothèse argumentée mais qui comme souvent chez Attali ( et autres experts type Alain Minc)  mélange arguments scientifiques et arguments de bistrot sans parler des approximations et de cette capacité de dire un jour une chose et le contraire le lendemain NDLR 

Peu de gens veulent reconnaître que la réélection d’Emmanuel Macron est loin d’être acquise, et que celle de Marine Le Pen est parfaitement possible. Pour au moins quatre raisons :

1. Aucun président n’a été réélu sans cohabitation ou après un mandat de cinq ans ou s’il a été élu la première fois où il s’est présenté. Emmanuel Macron remplit ces trois conditions.

2. Au moins deux candidats considérés comme élus d’avance (Valéry Giscard d’Estaing et Lionel Jospin) ont été battus par surprise, c’est-à-dire par l’abstention de son camp.

3. Après le dégagisme soft, dont Emmanuel Macron a bénéficié en 2017, peut venir le dégagisme hard, contre lui ; comme la Convention est venue après la Constituante. L’alliance de tous contre le sortant peut, encore une fois, jouer à plein. Et réussir.iabolisé. Alors qu’il y a cinq ans, Marine Le Pen apparaissait comme une incompétente extrémiste, elle se pose aujourd’hui en experte modérée ; plus acceptable, plus légitime, plus raisonnable qu’un Eric Zemmour, qui lui sert de repoussoir et attire vers elles des voix modérées.

Sans revenir sur les frustrations, les déceptions, les colères qu’Emmanuel Macron et sa politique, ont pu provoquer, il est temps d’affronter la réalité : Marine Le Pen peut être élue dans moins de quatre semaines. Que se passerait-il alors ?

La mise en oeuvre de son programme plongerait le pays dans une crise sans précédent et largement irréversible, dont ses électeurs seraient les premières victimes.

Sur le pouvoir d’achat qu’elle dit défendre : elle annonce des dépenses sociales innombrables et très vagues, une baisse massive de la TVA qui ne profiterait qu’aux riches, une réforme invraisemblable de l’impôt sur le revenu et des retraites, non financée, sinon par un vague emprunt (alors qu’elle dénonce la dette publique) et par d’hypothétiques économies sur les prestations aux migrants. Tout cela provoquera en réalité une inflation dont les bas salaires et les petits épargnants seront les premières victimes.

Sur l’écologie : elle entend supprimer tous les projets d’éolien et démanteler les éoliennes en service, ce qui rendrait encore plus difficile la maîtrise des émissions de gaz a effet de serre visée pour 2040.

Sur les étrangers présents en France : elle entend leur retirer l’accès aux soins et aux allocations familiales et sociales, les empêcher de travailler, leur retirer la nationalité française. Non seulement cela violerait plusieurs principes constitutionnels fondamentaux, mais cela rendrait vite impossible le fonctionnement de notre économie, transformerait en SDF des millions de gens aujourd’hui parfaitement intégrés, et priverait le pays de centaines de milliers de Français, nés en France, dont l’apport est inestimable.

Par ailleurs, ne plus accueillir aucun autre étranger serait se priver de médecins, de chercheurs, de professeurs, d’ingénieurs, d’artistes, dont nous avons tant besoin. Enfin, faire traiter par nos ambassades les demandes d’asile reviendrait, par exemple, à n’admettre des Ukrainiens que s’ils ont déposé une demande d’asile en bonne et due forme à notre ambassade à Kiev…

Sur la justice et la sécurité : là encore, son élection entraînerait des réformes violant tous nos principes constitutionnels. Ainsi, accorder aux policiers une présomption de légitime défense, et contraindre les juges à prendre des sanctions pénales incompressibles serait renier la séparation des pouvoirs.

Sur la culture, qu’elle entend réduire à une vision étroite de la France, il faut en particulier s’inquiéter de son projet de privatiser de l’audiovisuel public, qui laisse augurer d’une mainmise par ses amis hongrois et russe.

Sur l’Europe : diminuer unilatéralement la contribution de la France au budget européen et affirmer la primauté du droit national sur le droit européen, comme elle entend le faire dès le mois de juin, reviendrait à remettre en cause l’appartenance de la France à l’Union européenne. Répétons le ici : élire Madame Le Pen, ce serait sortir de l’UE, sans l’avoir vraiment décidé. Ce serait un Frexit sans débat.

Enfin, ce serait mettre nos armées et la politique étrangère du pays entre les mains d’une personne dont les seuls alliés dans le monde sont Messieurs Orban et Poutine. Autrement dit, si Madame Le Pen est élue dans moins d’un mois, on assistera immédiatement à un renversement des alliances : notre pays s’allierait à la Russie contre l’Ukraine, contre le reste de l’UE et contre l’Otan.

Pensez-y, avant de jouer avec l’idée que, après tout, cinq ans de Macron, ça suffit. Reprochez surtout aux anciens grands partis de ne pas avoir été capables de faire émerger des programmes et des candidats dignes de notre grand pays et du grand débat qu’aurait dû être cette élection présidentielle. Et écartons la tentation du pire.

 Jacques Attali

Election Présidentielle : L’hypothèse Marine Le Pen

Election Présidentielle : L’hypothèse Marine Le Pen 

Jacques Attali explique dans les Echos pourquoi l’élection d’Emmanuel Macron n’est pas gagnée d’avance, et ce qui risquerait de se passer si la candidate du Rassemblement national accédait à l’Elysée.

Une hypothèse argumentée mais qui comme souvent chez Attali ( et autres experts type Alain Minc)  mélange arguments scientifiques et arguments de bistrot sans parler des approximations et de cette capacité de dire un jour une chose et le contraire le lendemain NDLR 

Peu de gens veulent reconnaître que la réélection d’Emmanuel Macron est loin d’être acquise, et que celle de Marine Le Pen est parfaitement possible. Pour au moins quatre raisons :

1. Aucun président n’a été réélu sans cohabitation ou après un mandat de cinq ans ou s’il a été élu la première fois où il s’est présenté. Emmanuel Macron remplit ces trois conditions.

2. Au moins deux candidats considérés comme élus d’avance (Valéry Giscard d’Estaing et Lionel Jospin) ont été battus par surprise, c’est-à-dire par l’abstention de son camp.

3. Après le dégagisme soft, dont Emmanuel Macron a bénéficié en 2017, peut venir le dégagisme hard, contre lui ; comme la Convention est venue après la Constituante. L’alliance de tous contre le sortant peut, encore une fois, jouer à plein. Et réussir.iabolisé. Alors qu’il y a cinq ans, Marine Le Pen apparaissait comme une incompétente extrémiste, elle se pose aujourd’hui en experte modérée ; plus acceptable, plus légitime, plus raisonnable qu’un Eric Zemmour, qui lui sert de repoussoir et attire vers elles des voix modérées.

Sans revenir sur les frustrations, les déceptions, les colères qu’Emmanuel Macron et sa politique, ont pu provoquer, il est temps d’affronter la réalité : Marine Le Pen peut être élue dans moins de quatre semaines. Que se passerait-il alors ?

La mise en oeuvre de son programme plongerait le pays dans une crise sans précédent et largement irréversible, dont ses électeurs seraient les premières victimes.

Sur le pouvoir d’achat qu’elle dit défendre : elle annonce des dépenses sociales innombrables et très vagues, une baisse massive de la TVA qui ne profiterait qu’aux riches, une réforme invraisemblable de l’impôt sur le revenu et des retraites, non financée, sinon par un vague emprunt (alors qu’elle dénonce la dette publique) et par d’hypothétiques économies sur les prestations aux migrants. Tout cela provoquera en réalité une inflation dont les bas salaires et les petits épargnants seront les premières victimes.

Sur l’écologie : elle entend supprimer tous les projets d’éolien et démanteler les éoliennes en service, ce qui rendrait encore plus difficile la maîtrise des émissions de gaz a effet de serre visée pour 2040.

Sur les étrangers présents en France : elle entend leur retirer l’accès aux soins et aux allocations familiales et sociales, les empêcher de travailler, leur retirer la nationalité française. Non seulement cela violerait plusieurs principes constitutionnels fondamentaux, mais cela rendrait vite impossible le fonctionnement de notre économie, transformerait en SDF des millions de gens aujourd’hui parfaitement intégrés, et priverait le pays de centaines de milliers de Français, nés en France, dont l’apport est inestimable.

Par ailleurs, ne plus accueillir aucun autre étranger serait se priver de médecins, de chercheurs, de professeurs, d’ingénieurs, d’artistes, dont nous avons tant besoin. Enfin, faire traiter par nos ambassades les demandes d’asile reviendrait, par exemple, à n’admettre des Ukrainiens que s’ils ont déposé une demande d’asile en bonne et due forme à notre ambassade à Kiev…

Sur la justice et la sécurité : là encore, son élection entraînerait des réformes violant tous nos principes constitutionnels. Ainsi, accorder aux policiers une présomption de légitime défense, et contraindre les juges à prendre des sanctions pénales incompressibles serait renier la séparation des pouvoirs.

Sur la culture, qu’elle entend réduire à une vision étroite de la France, il faut en particulier s’inquiéter de son projet de privatiser de l’audiovisuel public, qui laisse augurer d’une mainmise par ses amis hongrois et russe.

Sur l’Europe : diminuer unilatéralement la contribution de la France au budget européen et affirmer la primauté du droit national sur le droit européen, comme elle entend le faire dès le mois de juin, reviendrait à remettre en cause l’appartenance de la France à l’Union européenne. Répétons le ici : élire Madame Le Pen, ce serait sortir de l’UE, sans l’avoir vraiment décidé. Ce serait un Frexit sans débat.

Enfin, ce serait mettre nos armées et la politique étrangère du pays entre les mains d’une personne dont les seuls alliés dans le monde sont Messieurs Orban et Poutine. Autrement dit, si Madame Le Pen est élue dans moins d’un mois, on assistera immédiatement à un renversement des alliances : notre pays s’allierait à la Russie contre l’Ukraine, contre le reste de l’UE et contre l’Otan.

Pensez-y, avant de jouer avec l’idée que, après tout, cinq ans de Macron, ça suffit. Reprochez surtout aux anciens grands partis de ne pas avoir été capables de faire émerger des programmes et des candidats dignes de notre grand pays et du grand débat qu’aurait dû être cette élection présidentielle. Et écartons la tentation du pire.

 Jacques Attali

Politique-Présidentielle : L’hypothèse Marine Le Pen

Politique-Présidentielle : L’hypothèse Marine Le Pen 

Jacques Attali explique dans les Echos pourquoi l’élection d’Emmanuel Macron n’est pas gagnée d’avance, et ce qui risquerait de se passer si la candidate du Rassemblement national accédait à l’Elysée.

Une hypothèse argumentée mais qui comme souvent chez Attali ( et autres experts type Alain Minc)  mélange arguments scientifiques et arguments de bistrot sans parler des approximations et de cette capacité de dire un jour une chose et le contraire le lendemain NDLR 

Peu de gens veulent reconnaître que la réélection d’Emmanuel Macron est loin d’être acquise, et que celle de Marine Le Pen est parfaitement possible. Pour au moins quatre raisons :

1. Aucun président n’a été réélu sans cohabitation ou après un mandat de cinq ans ou s’il a été élu la première fois où il s’est présenté. Emmanuel Macron remplit ces trois conditions.

2. Au moins deux candidats considérés comme élus d’avance (Valéry Giscard d’Estaing et Lionel Jospin) ont été battus par surprise, c’est-à-dire par l’abstention de son camp.

3. Après le dégagisme soft, dont Emmanuel Macron a bénéficié en 2017, peut venir le dégagisme hard, contre lui ; comme la Convention est venue après la Constituante. L’alliance de tous contre le sortant peut, encore une fois, jouer à plein. Et réussir.iabolisé. Alors qu’il y a cinq ans, Marine Le Pen apparaissait comme une incompétente extrémiste, elle se pose aujourd’hui en experte modérée ; plus acceptable, plus légitime, plus raisonnable qu’un Eric Zemmour, qui lui sert de repoussoir et attire vers elles des voix modérées.

Sans revenir sur les frustrations, les déceptions, les colères qu’Emmanuel Macron et sa politique, ont pu provoquer, il est temps d’affronter la réalité : Marine Le Pen peut être élue dans moins de quatre semaines. Que se passerait-il alors ?

La mise en oeuvre de son programme plongerait le pays dans une crise sans précédent et largement irréversible, dont ses électeurs seraient les premières victimes.

Sur le pouvoir d’achat qu’elle dit défendre : elle annonce des dépenses sociales innombrables et très vagues, une baisse massive de la TVA qui ne profiterait qu’aux riches, une réforme invraisemblable de l’impôt sur le revenu et des retraites, non financée, sinon par un vague emprunt (alors qu’elle dénonce la dette publique) et par d’hypothétiques économies sur les prestations aux migrants. Tout cela provoquera en réalité une inflation dont les bas salaires et les petits épargnants seront les premières victimes.

Sur l’écologie : elle entend supprimer tous les projets d’éolien et démanteler les éoliennes en service, ce qui rendrait encore plus difficile la maîtrise des émissions de gaz a effet de serre visée pour 2040.

Sur les étrangers présents en France : elle entend leur retirer l’accès aux soins et aux allocations familiales et sociales, les empêcher de travailler, leur retirer la nationalité française. Non seulement cela violerait plusieurs principes constitutionnels fondamentaux, mais cela rendrait vite impossible le fonctionnement de notre économie, transformerait en SDF des millions de gens aujourd’hui parfaitement intégrés, et priverait le pays de centaines de milliers de Français, nés en France, dont l’apport est inestimable.

Par ailleurs, ne plus accueillir aucun autre étranger serait se priver de médecins, de chercheurs, de professeurs, d’ingénieurs, d’artistes, dont nous avons tant besoin. Enfin, faire traiter par nos ambassades les demandes d’asile reviendrait, par exemple, à n’admettre des Ukrainiens que s’ils ont déposé une demande d’asile en bonne et due forme à notre ambassade à Kiev…

Sur la justice et la sécurité : là encore, son élection entraînerait des réformes violant tous nos principes constitutionnels. Ainsi, accorder aux policiers une présomption de légitime défense, et contraindre les juges à prendre des sanctions pénales incompressibles serait renier la séparation des pouvoirs.

Sur la culture, qu’elle entend réduire à une vision étroite de la France, il faut en particulier s’inquiéter de son projet de privatiser de l’audiovisuel public, qui laisse augurer d’une mainmise par ses amis hongrois et russe.

Sur l’Europe : diminuer unilatéralement la contribution de la France au budget européen et affirmer la primauté du droit national sur le droit européen, comme elle entend le faire dès le mois de juin, reviendrait à remettre en cause l’appartenance de la France à l’Union européenne. Répétons le ici : élire Madame Le Pen, ce serait sortir de l’UE, sans l’avoir vraiment décidé. Ce serait un Frexit sans débat.

Enfin, ce serait mettre nos armées et la politique étrangère du pays entre les mains d’une personne dont les seuls alliés dans le monde sont Messieurs Orban et Poutine. Autrement dit, si Madame Le Pen est élue dans moins d’un mois, on assistera immédiatement à un renversement des alliances : notre pays s’allierait à la Russie contre l’Ukraine, contre le reste de l’UE et contre l’Otan.

Pensez-y, avant de jouer avec l’idée que, après tout, cinq ans de Macron, ça suffit. Reprochez surtout aux anciens grands partis de ne pas avoir été capables de faire émerger des programmes et des candidats dignes de notre grand pays et du grand débat qu’aurait dû être cette élection présidentielle. Et écartons la tentation du pire.

 Jacques Attali

Élection présidentielle : Marine Le Pen devant Macron, la gauche out !

Élection présidentielle : Marine Le Pen devant Macron, la gauche out !

Selon un sondage Harris Interactive publié ce dimanche, Marine Le Pen, devancerait d’une courte tête le président sortant Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle, si le scrutin avait lieu ce dimanche, selon un sondage Harris Interactive.

À 15 mois de la présidentielle, Emmanuel Macron rallierait 23 à 24% des suffrages au premier tour, en fonction des différents candidats potentiels à droite et à gauche, selon cette enquête commandée par le cabinet CommStrat et le quotidien L’Opinion. Marine Le Pen engrangerait, elle, 26 à 27% des votes, là aussi selon les différentes hypothèses de candidatures à droite et à gauche.

En 2017, Emmanuel Macron avait recueilli 24% des voix au premier tour, contre 21,3% à Marine Le Pen. Il l’avait emporté au second tour avec 66,1% des suffrages contre 33,9% à la présidente du Rassemblement national. À 15 mois de la présidentielle, le couple Macron/Le Pen continue de dominer le rapport de force et relègue les autres candidats putatifs loin derrière.

À droite, une candidature de Xavier Bertrand recueillerait 16% des intentions de votes exprimées, Valérie Pécresse 14%, quelle que soit la personnalité soutenue par le Parti socialiste qui leur serait opposée. À gauche, une candidature d’Anne Hidalgo recueillerait 6 ou 7% des voix, selon qu’elle serait opposée respectivement à Xavier Bertrand ou à Valérie Pécresse. Tandis qu’Arnaud Montebourg est crédité de 5% des suffrages dans toutes les configurations.

Ces scores attribués aux candidats socialistes les placent derrière la candidature de Jean-Luc Mélenchon, qui recueille 10% ou 11% des intentions de vote. Mais aussi derrière celle de l’écologiste Yannick Jadot, l’écart étant plus réduit face à Anne Hidalgo (1 point d’écart, soit 7 à 8%) et plus marqué face à Arnaud Montebourg (4 à 5 points d’écart, soit 9 à 10%).

Le sondage a été réalisé en ligne les 19 et 20 janvier auprès d’un échantillon représentatif de 1.403 personnes, dont 976 inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas. Marge d’erreur de 1,4 à 3,1 points. Les intentions de vote ne constituent pas une prévision de résultat, elles donnent une indication des rapports de force au jour de la réalisation du sondage.

Politique-Sondage Présidentielles 2022 : Macron 24 % et Marine Le Pen 26 %, les autres très loin sauf Bertrand

Politique-Sondage Présidentielles 2022 : Macron 24 % et Marine Le Pen 26 %, les autres très loin sauf Bertrand

 

On risque de refaire le match de 2017 lors des prochaines élections avec les qualifications de Macron et de Marine le Pen. Le seul trouble-fête serait en l’état Xavier Bertrand . La gauche elle serait automatiquement éliminée du premier tour en raison de ses divisions. Selon le sondage de l’IFOP Macron serait crédité de 23 à 26% des suffrages. Il conserve un socle solide chez les personnes âgées et les catégories supérieures. Selon l’identité du candidat de droite testé, Macron attire à lui un quart à un tiers de l’électorat de François Fillon de 2017, signe que « la martingale de son quinquennat, son déport à droite, fonctionne bien », souligne Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’IFOP.

 

Créditée de 24 à 27% des voix, la présidente du Rassemblement national ferait dans tous les cas un meilleur score qu’en 2017 (21,3%). Elle garde une assise solide chez les jeunes, les commerçants et dans les catégories populaires, et 80 à 90% de son électorat de 2017 lui reste fidèle. Au coude-à-coude avec ­Macron, « elle peut émerger en tête au premier tour de la présidentielle », souligne Dabi.

 

Derrière ce duel émerge un troisième homme : Xavier Bertrand. Le président de la Région ­Hauts-de-France, qui s’est récemment multiplié afin que nul n’ignore son ambition présidentielle, est crédité selon les hypothèses de 15,5% à 19% des suffrages. Pour la première fois, il creuse l’écart avec ses rivaux de droite. Alors qu’il faisait en juin jeu égal avec François Baroin dans une étude de l’IFOP, avec 12% des voix, il le devance désormais de deux points, à 16%. S’il n’a pas officiellement renoncé, le maire (LR) de Troyes pâtit peut-être des doutes sur sa volonté de se lancer dans la course.

Bertrand surclasse largement les autres champions potentiels de la droite : Valérie Pécresse (11%), Bruno Retailleau (8%) comme Rachida Dati (8%). S’il n’apparaît pas pour l’heure en mesure de décrocher un ticket pour le second tour, « il est susceptible d’être le chamboule-tout de ce jeu électoral », selon Dabi. Nul doute que l’Élysée va le surveiller de près, alors que Xavier Bertrand a justement rendez-vous jeudi à Calais avec l’ex-président Nicolas Sarkozy, pour une remise de décoration à la maire Natacha Bouchart.

La gauche quant à elle serait éliminée en discussion dès le premier tour. Si le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon réalise les meilleurs scores, avec 10 à 15% des voix selon les cas, il est loin de son résultat de 2017 (19,58%).

L’eurodéputé EELV Yannick Jadot est crédité 6 à 8% des voix – 13% s’il est le candidat unique de la gauche, derrière Mélenchon..

Les socialistes ne détiennent pas non plus la solution. Il n’y a pas pour l’heure de miracle Anne Hidalgo : avec 9% des voix, la maire de Paris ferait mieux que François Hollande (7%) ou Ségolène Royal (5%), mais ne franchirait pas la barre des 10%. Encore loin, très loin d’un ticket d’une qualification pour la finale.

 

* Sondage Ifop-Fiducial pour le JDD et Sud Radio, réalisé du 28 septembre au 1er octobre 

Sondage Présidentielles 2022 : Macron 24 % et Marine Le Pen 26 %, les autres très loin sauf Bertrand

Sondage Présidentielles 2022 : Macron 24 % et Marine Le Pen 26 %, les autres très loin sauf Bertrand

 

On risque de refaire le match de 2017 lors des prochaines élections avec les qualifications de Macron et de Marine le Pen. Le seul trouble-fête serait en l’état Xavier Bertrand . La gauche elle serait automatiquement éliminée du premier tour en raison de ses divisions. Selon le sondage de l’IFOP Macron serait crédité de 23 à 26% des suffrages. Il conserve un socle solide chez les personnes âgées et les catégories supérieures. Selon l’identité du candidat de droite testé, Macron attire à lui un quart à un tiers de l’électorat de François Fillon de 2017, signe que « la martingale de son quinquennat, son déport à droite, fonctionne bien », souligne Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’IFOP.

 

Créditée de 24 à 27% des voix, la présidente du Rassemblement national ferait dans tous les cas un meilleur score qu’en 2017 (21,3%). Elle garde une assise solide chez les jeunes, les commerçants et dans les catégories populaires, et 80 à 90% de son électorat de 2017 lui reste fidèle. Au coude-à-coude avec ­Macron, « elle peut émerger en tête au premier tour de la présidentielle », souligne Dabi.

 

Derrière ce duel émerge un troisième homme : Xavier Bertrand. Le président de la Région ­Hauts-de-France, qui s’est récemment multiplié afin que nul n’ignore son ambition présidentielle, est crédité selon les hypothèses de 15,5% à 19% des suffrages. Pour la première fois, il creuse l’écart avec ses rivaux de droite. Alors qu’il faisait en juin jeu égal avec François Baroin dans une étude de l’IFOP, avec 12% des voix, il le devance désormais de deux points, à 16%. S’il n’a pas officiellement renoncé, le maire (LR) de Troyes pâtit peut-être des doutes sur sa volonté de se lancer dans la course.

Bertrand surclasse largement les autres champions potentiels de la droite : Valérie Pécresse (11%), Bruno Retailleau (8%) comme Rachida Dati (8%). S’il n’apparaît pas pour l’heure en mesure de décrocher un ticket pour le second tour, « il est susceptible d’être le chamboule-tout de ce jeu électoral », selon Dabi. Nul doute que l’Élysée va le surveiller de près, alors que Xavier Bertrand a justement rendez-vous jeudi à Calais avec l’ex-président Nicolas Sarkozy, pour une remise de décoration à la maire Natacha Bouchart.

La gauche quant à elle serait éliminée en discussion dès le premier tour. Si le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon réalise les meilleurs scores, avec 10 à 15% des voix selon les cas, il est loin de son résultat de 2017 (19,58%).

L’eurodéputé EELV Yannick Jadot est crédité 6 à 8% des voix – 13% s’il est le candidat unique de la gauche, derrière Mélenchon..

Les socialistes ne détiennent pas non plus la solution. Il n’y a pas pour l’heure de miracle Anne Hidalgo : avec 9% des voix, la maire de Paris ferait mieux que François Hollande (7%) ou Ségolène Royal (5%), mais ne franchirait pas la barre des 10%. Encore loin, très loin d’un ticket d’une qualification pour la finale.

 

* Sondage Ifop-Fiducial pour le JDD et Sud Radio, réalisé du 28 septembre au 1er octobre 

Hypothèse d’élection de Marine Le Pen: la faute à la gauche ou à Macron ?

Hypothèse d’élection  de Marine Le Pen: la faute à la gauche ou à Macron ?

 

Un Éditorial du journal très à droite,  l’Opinion ressort la marionnette Le Pen pour faire peur aux électeurs. Un stratagème classique qui a déjà servi en de nombreuses circonstances et qui a permis notamment l’élection de Chirac et de Macron. Reste que l’auteur du papier en question en attribue la responsabilité à la gauche qui serai comptable  de la dégradation de l’image de Macron ;

 

Pour l’éditorialiste ,ce serait aussi la convergence des extrêmes. Il n’est pas faux d’ailleurs de constater qu’une partie des électeurs se recouvrent  mais une partie seulement et des divergences demeurent quand même entre des directions de l’extrême gauche et de l’extrême droite. L ‘Opinion ferait bien de s’interroger sur la responsabilité première de Macron dans l’hypothèse possible d’une victoire de Marine Le Pen aux présidentielles l. En effet ,Macron a tué lui-même son propre mandat en confondant notamment la monarchie et la démocratie. témoin, Dés sa nomination,  cette  ridicule cérémonie au Louvre ensuite ses innombrables sermons d’archevêque évangéliste à la fois donneur de leçons et méprisant. Sans parler de sa pratique théocratique qui a étouffé toute les velléités de personnalités fortes. À dessein ,Macon ne s’est entouré que de seconds couteaux, n’a pas voulu de parti mais seulement d’un club de fans et il a mis le Parlement sous le boisseau. C’est tout autant le fond que la forme qui sont en cause chez Macron qui aura réussi à inverser la logique du rejet. Une logique qui a toujours joué en défaveur du front national mais qui cette fois va s’inverser. Non pas que le électeurs  persuadé de la pertinence de la ligne de Marine Le Pen ; le rejet de Macon sera sans doute le ressort le plus fort  de cette campagne compte tenu non seulement de l’opposition que suscite l’intéressé mais aussi du mépris et de la haine qui lui revient comme un boomerang. La gauche n’a pas eu besoin de participer au travail de démolition du positionnement politique et personnel de Macron, l’intéressé s’en est chargé lui-même.

 

Marine Le Pen : retour au Moyen Age avec l’écu et le franc

Marine Le Pen : retour au Moyen Age avec l’écu et le franc

 

Retour vers le passé avec les propositions monétaires de Marine Le Pen  qui propose de restaurer l’écu et le franc. Bref un petit voyage rétrospectif vers le Moyen Âge. L’écu a été utilisé un moment comme unité de compte entre 79 et 2000 en Europe ;  par contre sa véritable origine remonte à 1202 sous Louis IX et il a subsisté pendant des siècles. Le franc lui aussi est très ancien  Les premiers francs furent frappés à Compiègne en 1360 pour payer la rançon du roi Jean II. Les choix sémantiques du front national ne sont sans doute pas un hasard, ils traduisent la nostalgie du passé. Pourtant,  c’est sur le plan économique et surtout monétaire que la proposition du Front National est la plus contestée. En effet seulement de l’ordre  30 % des Français approuvent la suppression de l’euro. Ils ont évidemment raison car en l’état des équilibres de la France,  le retour à une monnaie nationale se traduirait inévitablement par une dévaluation d’au moins 20 % avec une inflation au moins équivalente surtout avec les promesses de nouvelles dépenses. En clair et pour simplifier le pouvoir d’achat s’écroulait d’environ 20 %. La croissance et  l’emploi avec. En fermant les frontières, en surtaxe en les échanges voire en les empêchant on se demande bien à qui on vendrait nos biens actuellement exportés comme la construction aéronautique, aérospatiale, ferroviaire, automobile, ou encore les produits agricoles ou le BTP. Le programme économique du Front National est évidemment complètement surréaliste et même au sein de ce parti. Pas étonnant, perspective rebute même une grande partie de l’électorat de Marine Le Pen. Le Front National revient sans doute sur ses propositions économiques et monétaires parce qu’elles sont particulièrement incomprises et incohérentes. Comme la campagne de François Fillon, la campagne de Marine Le Pen piétine et d’une certaine façon s’enfonce dans ses contradictions. Pas surprenant quand on mélange des mesures économiques étatistes, nationalistes,  corporatistes et xénophobes. Sur le terrain économique en tout cas les grandes  orientations paraissent pour le moins incongrues et hors sol. Certes on ne peut nier l’audience du front national mais  il s’agit surtout d’une adhésion protestataire comme celle dont bénéficient les syndicats gauchistes ou corpos. D’ailleurs le Front National dans sa philosophie et plus proche d’un syndicat que d’un parti politique à ambition gouvernementale. Une sorte de néo poujadisme qui additionne fantasmes, peurs et revendications de type moyenâgeux. La réaffirmation récente de ces propositions monétaires aura du mal à convaincre.  Marine Le Pen a en effet évoqué mercredi l’idée d’introduire une simple monnaie commune européenne, sur le lointain modèle de l’écu, coexistant avec une nouvelle devise franco-française après la disparition de l’euro qu’elle appelle de ses vœux. Son parti, le Front national, fait campagne de longue date pour une sortie de la monnaie unique, nuisible selon lui à l’économie française, alors même que cette perspective rebute notamment l’électorat âgé, celui qui lui fait le plus défaut. Mais l’abandon de l’euro ne reviendrait pas pour autant à rompre les amarres avec les autres pays européens, assure la candidate d’extrême droite, qui invoque l’exemple de l’unité de compte en vigueur de 1979 jusqu’en 1999. « L’écu a toujours existé avec une monnaie nationale (…) Qu’il puisse y avoir une coexistence entre une monnaie nationale et une monnaie commune n’a aucune conséquence sur la vie quotidienne des Français », a-t-elle déclaré en marge de ses voeux de début d’année à la presse. Marine Le Pen a également évoqué à cette occasion le système monétaire européen, un autre dispositif d’avant l’euro, qui servait à limiter les fluctuations entre monnaies. « Un serpent monétaire, je pense que c’est quelque chose qui apparaît raisonnable ».  Mais un serpent qui pourrait bien être le poison qui limite

 

Sondage -Marine Le Pen : 65% contre et 31% pour

Sondage -Marine Le  Pen :  65% contre et 31% pour

Selon un sondage BVA pour Le Parisien, 65 % d’entre eux ont une mauvaise opinion de la présidente du FN, et 67 % n’envisagent en aucun cas de voter pour elle à la prochaine élection présidentielle. Ils sont encore plus nombreux (74 %) à dire qu’ils ne lui feraient pas confiance pour gérer le pays, révèle le quotidien.  Le Parisien note toutefois que les Français sont partagés sur ce dernier point. Si les sympathisants de gauche ne sont que 13% à penser qu’elle ferait mieux que l’UMP si elle était au pouvoir, les sympathisants de l’UMP sont 55% à penser qu’elle serait plus efficace que le Parti socialiste. De quoi aller dans le sens de François Fillon, qui martelait vendredi son opposition à toute forme de « front républicain » et a été fustigé par Jean-Pierre Raffarin pour avoir dédiabolisé le vote FN. L’image de Marine Le Pen, jugée plus attractive que son père, reste largement négative. Hormis l’adjectif « courageuse », que lui accolent 68% des Français, les qualificatifs les plus choisis pour évoquer la leader frontiste sont « extrême-droite » (pour 77% des sondés), « agressive » (71%), « démagogique » (62%) et « raciste » (58%). La présidente du Front national voit toujours l’ombre de son père planer sur elle, puisque 78% des sondés pensent que ses idées sont proches de celles de Jean-Marie Le Pen. Néanmoins, sa cote de popularité, par rapport à février 2011, a grimpé de cinq points. Et, alors qu’il y a deux ans, 23% des Français se disaient prêts à voter pour elle à l’élection présidentielle, ils sont aujourd’hui 31%, rapporte Le Parisien.

 

France Inter c’est « Radio bolcho »( Marine Le Pen)

France Inter c’est « Radio bolcho »(Le pen)

« Radio bolcho » : c’est ainsi que Marine Le Pen surnomme France Inter. La patronne du FN était invitée de la radio mercredi matin et s’est emportée. La raison? Nelson Mandela, dont elle ne pense que du bien : « L’Apartheid était un système profondément condamnable et injuste », a-t-elle expliqué, avant de confier que « Mandela voulait rencontrer Jean-Marie Le Pen, mais Jacques Chirac est intervenu pour faire capoter ce voyage ». Le piège tendu par le journaliste Patrick Cohen a été facilement évité jusqu’à ce que ce dernier lui rappelle que la mairie de Vitrolles (Bouches-du-Rhône), quand elle était dirigée par le Front national Bruno Mégret, avait décidé de débaptiser la place « Nelson Mandela ». « Vous savez que le maire de Vitrolles n’était pas particulièrement un ami de Marine Le Pen, c’est le moins qu’on puisse dire … », s’est-elle d’abord défendue. Puis le ton est monté : « C’est la preuve qu’au FN, il y a des sensibilités différentes, pas comme à France Inter », réplique Le Pen. Quelle sensibilité?, a demandé Patrick Cohen.  »Oh, un vieux relent de bolchévisme. Vous savez qu’à l’extérieur, on vous appelle Radio Bolcho?. Oui, on est toujours les plus mal informés sur soi-même ». Sans trop de cohérence, elle est allée, quelques minutes plus tard, taxer les journalistes de France Inter d’ »atlantistes », ce qui n’est pas compatible avec le bolchévisme. Oubliée la « dédiabolisation » du parti, la fille de Jean-Marie Le Pen reprend les accents de son père le temps de ces quelques secondes. Et revoit un peu l’histoire au sujet du cofondateur du Front national. En 1990, dans l’émission L’Heure de vérité sur Antenne 2, il qualifiait Nelson Mandela de « terroriste » :

 

Christine Lagarde et Marine Le Pen en tête du palmarès des femmes politiques, c’est vraiment la crise en France !

Christine Lagarde et Marine Le Pen en tête du palmarès des femmes politiques, c’est vraiment la crise en France !

 

Un  palmarès qui démontre que la crise n’est pas seulement économique mais aussi culturelle en France avec en tête notamment Lagarde, Le Pen ; Dati, Rama Yade ; Ségolène, Duflot et Filippetti n. On se demande si les français ne confondent pas les cirières de «  Gala » et l’évaluation des compétences ; Il ne manque pourtant pas de femmes – sans doute trop discrètes- qui ont une autre efficacité que celles citées. Pourquoi pas aussi Brigitte Bardot ? De toute évidence les français confondent médiatisation et compétence. Apparence et réalité, futilité et sérieux. La directrice générale du FMI Christine Lagarde et la présidente du Front national Marine Le Pen arrivent en tête du palmarès des femmes politiques IFOP pour le Journal du dimanche, avec respectivement 34% et 31%.  Mmes Lagarde et Le Pen, auxquelles les personnes interrogées voient jouer « un rôle plus important à l’avenir dans la vie politique française », devancent Nathalie Kosciusko-Morizet et Rama Yade, qui totalisent chacune 27%.  Viennent ensuite les premières femmes de gauche, Martine Aubry et Christiane Taubira, 21% chacune, devant Rachida Dati et Ségolène Royal (19%), Valérie Pécresse (17%), Najat Vallaud-Belkacem (16%), Cécile Duflot (12%); Aurélie Filippetti (11%) ou encore Anne Hidalgo (10%).

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

Marine Le Pen ; un référendum sur la sortie de l’UE ou de Hollande ?

Marine Le Pen ; un référendum sur la sortie de l’UE ou de Hollande ?

Marine Lepen demande un  référendum sur la sortie de l’Union Européenne ; En fait un référendum à double tiroir qui vise aussi la sortie de Hollande.  Elle ne l’obtiendra pas évidemment mais sa proposition va gêner Hollande qui s’interroge sur un référendum sans trop de risques pour remonter une popularité qui s’écroule ; Du coup la proposition de Le Pen risque de bloquer Hollande sur l’éventualité d’une consultation nationale. Il est clair que quelque soit le sujet, les français –comme souvent – risquent de ne pas répondre à la question et de manifester leur mécontentement à l’égard de Hollande. « Je demande solennellement au président de la République d’organiser en janvier 2014 (…) un référendum sur la sortie de la France de l’Union européenne », a déclaré Mme Le Pen à l’issue de la réunion du Conseil national de son parti dans un hôtel à Sèvres (Hauts-de-Seine).   »Nous appellerons quant à nous à voter pour cette sortie de l’UE, sauf si le gouvernement français parvient entre-temps à ouvrir de solides négociations et qu’il obtient l’ensemble des quatre réformes de fond minimales », a prévenu la dirigeante d’extrême droite.  Ces quatre réformes sont un « retour organisé aux monnaies nationales », la « dissolution de l’espace Schengen », « l’autorisation du patriotisme économique et la réindustrialisation avec le protectionnisme à nos frontières », et enfin la « primauté à nouveau du droit national sur le droit européen ».  Mais, a jugé Mme Le Pen, « nous ne croyons pas que le gouvernement veuille ou puisse obtenir ces résultats, et nous pensons que la sortie de l’UE sera en réalité la seule issue possible, aussi positive qu’enthousiasmante ».  La présidente du FN avait émis déjà à plusieurs reprises cette proposition de référendum mais sans la dater, expliquant encore vendredi dans un entretien au Figaro qu’elle « défendrait ce plan d’action » à l’occasion des élections européennes de 2014, soit après la date à laquelle elle demande désormais ce référendum.   »Si le gouvernement (le) refuse, nous ferons des élections européennes un grand référendum pour ou contre la sortie de l’UE », a menacé Mme Le Pen.   »Si la classe politique se refuse à organiser ce référendum, c’est parce qu’ils sont convaincus que les Français n’ont plus envie de cette UE », estime la leader frontiste. Elle affirme toutefois « entrevoir un printemps des peuples européens » après notamment « la révolte des urnes en Italie qui a permis de chasser le candidat des banques et de l’UE Mario Monti ». Cela « mènera vers la libération de tout ce qui nous asservit et de la force qui en est l’origine: l’UE », a-t-elle prédit.  D’après elle, la France sera en janvier 2014 à « la croisée des chemins » face à « la disparition des frontières », « l’austérité » et « la disparition de toutes les protections ».  La députée européenne a notamment pointé à plusieurs reprises le danger que représenterait « l’arrivée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l’espace Schengen sans aucune limite », une arrivée qui n’est pour l’instant pas encore acquise, plusieurs pays ayant exprimé leurs réticences.  Interrogée sur son attitude en cas victoire du non au référendum qu’elle propose s’il était accepté, la patronne du FN a expliqué qu’elle ne ferait pas comme le général de Gaulle en 1969: « Non, je ne me retirerais pas, car je ne suis pas dans (sa) situation, j’aimerais d’ailleurs, bien sûr », a-t-elle lancé.

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

Sondage : Copé plus bas que Marine Le Pen

Sondage : Copé plus bas que Marine Le Pen

Dans le baromètre CSA pour Les Echos publié vendredi, le député-maire de Meaux perd sept points de popularité auprès de l’ensemble des Français. Seulement 24% des sondés ont une image positive de lui. La sanction est encore plus lourde quand elle est prononcée par les sympathisants de droite : il perd 21 points ! Mais il est certainement un autre constat qui lui fera plus mal encore : Marine Le Pen est désormais plus populaire que lui auprès des Français. « Un doute très fort demeure sur son élection, Sa victoire proclamée ne lui a pas conféré pour le moment la légitimité qu’il devait espérer », analyse dans le quotidien économique Jérôme Sainte-Marie, le directeur du département Politique-Opinion de CSA.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol