Archive pour le Tag 'marché'

Page 3 sur 5

Marché immobilier : ça baigne ?

Marché immobilier : ça baigne ?

 

Les  média reprennent aujourd’hui un communiqué de l’AFP largement inspiré par le lobby immobilier qui depuis quelques mois ne cesse de matraquer pour faire croire que le secteur est sorti de la mouise. Sans doute un message fortement inspiré par des spécialistes de la com. qui conseille aussi les politiques : dire n’importe quoi pour faire du bruit. Pour le lobby immobilier tout baigne, les ventes explosent, les banques prêtent à gogo et de chanter « c’est la période idéale pour acheter » Il est vrai que les ventes de l’ancien reprennent mais les pourcentages d’évolution sont à fortement relativiser compte tenu des baisses des années passées. Le lobby immobilier convient quand même timidement que les prix s’inscrivent dans une tendance baissière. Avec toutefois des contradictions certains déclarant au contraire que les prix remontent ; là aussi pour faire croire qu’il faut se dépêcher d’acheter. Le lobby n’est pas à une contradiction près « c’est le moment d’acheter mais c’est aussi le moment de vendre ». Pas sûr que ce message un peu racoleur en tout cas très corpo soit vraiment de nature à relancer durablement le marché. Il serait sans doute plus utile de faire preuve de plus de pertinence concernant l’analyse du marché et de proposer des solutions pour permettre la resolvabilisation de nombre  d’acheteurs qui constituent le cœur du marché et qui aujourd’hui ne peuvent plus acheter. Le message du lobby routier immobilier diffusé par l’AFP

 

« Toujours dopé par des taux de crédit extrêmement bas, le marché immobilier ancien vit une « parenthèse enchantée », estiment trois réseaux d’agences au vu de transactions qui continuent à s’étoffer, de prix contenus et de délais de transactions raccourcis. Le réseau Guy Hoquet L’Immobilier (450 agences), filiale du groupe Nexity, a vu ses volumes de ventes bondir de 16,2% en France au troisième trimestre, comparé à la même période de l’an dernier, selon des chiffres publiés mardi. De son côté, le réseau Century 21 (850 agences, lui aussi filiale de Nexity) a annoncé mardi une progression de ses transactions de 9,8% sur la période, tandis que son concurrent Laforêt (700 agences) affiche une hausse de 14%. Les taux (de crédit) n’ont jamais été aussi bas. Les banques offrent même à leurs clients de renégocier leurs crédits pour les aligner aux prix actuels du marché de l’emprunt, tandis que les prix, si on les compare aux années précédentes, sont dans une tendance baissière », observe Fabrice Abraham, directeur général de Guy Hoquet. Selon l’observatoire Crédit Logement/CSA, les taux d’intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers par les banques en France sont tombés à 1,48% en moyenne en août.  »Nous vivons ce qu’on appelle une parenthèse enchantée », résume M. Abraham. « Ceux qui ont un projet d’achat réalisent que c’est la période idéale » pour le concrétiser, tandis que les vendeurs estiment qu’il est « temps de mettre leur bien en vente ». »Chacun cherche à profiter de ce contexte exceptionnel », renchérit Laforêt, jugeant la reprise du marché immobilier ancien « plus seulement annoncée, mais bien actée ». Dans ce contexte porteur, les réseaux d’agences immobilières observent des délais de ventes plus courts à l’échelle nationale: ils passent de 92 à 89 jours en moyenne chez Guy Hoquet, et 90 jours chez Century 21 (-5 jours). Dans la capitale, ces délais ont raccourci, à 65 jours (-2 jours) chez le premier, 67 jours (-5 jours) chez le deuxième. Malgré cette activité soutenue, « les prix restent sages », observe Guy Hoquet, avec une progression de 1,5% à 2.400 euros le m2 en France au 3e trimestre sur un an (+2,7% à Paris à 8.149 euros le m2, mais +0,3% en province). Century 21 parle de « hausse contenue de 2% », à 2.459 euros le m2 en France, tandis que Laforêt enregistre +1,3%, à 2.774 euros le m2 en moyenne.

Crise du lait : la faute uniquement au marché ?

  • Crise du lait : la faute uniquement au marché ?

 

 

Comme souvent lors des crises on attribue au marché la responsabilité première des dysfonctionnements. Ce n’est ce pas faux mais encore faudrait-il approfondir les facteurs explicatifs. D’abord ce fameux marché a longtemps profité à la France qui a largement exportée ses  excédents dans le monde entier notamment en Russie et en Chine, marchés aujourd’hui partiellement totalement fermés. Second facteur explicatif, la suppression des quotas décidés par l’Europe ce qui a emballé l’offre (seulement plus 5 % en France mais 25 % par exemple en Irlande). Autre élément d’explication la trop grande spécialisation de certains producteurs dépendants uniquement du lait. Des producteurs par ailleurs lourdement endettés par l’énorme coût des investissements. Les différences de conditions de production et de coût conduisent  à des prix de vente du lait mondiaux qui varient du simple au triple par exemple autour de 0,10 € en Ukraine par litre alors  qu’il faudrait vendre le litre en France autour de 0,35 € pour permettre aux producteurs de dégager un revenu correct. Dans le même temps le consommateur, lui, est condamné à boire du lait industrialisé dans le goût est proche de l’eau. En conclusion, sans modification du rapport prix qualité et réforme des circuits de distribution, là filière française de les suivra sans doute le sort  de l’acier. Du coup, des producteurs de lait de Bretagne, de Normandie et des Pays de la Loire ont manifesté ce lundi devant le siège de Lactalis, à Laval. Ils reprochent au groupe laitier de ne pas les rémunérer suffisamment. Le porte-parole de la société, Michel Nalet, ne ferme pas la porte à des discussions sur les tarifs, mais il appelle les producteurs à prendre en compte la réalité du marché européen. Actuellement, les exploitants sont payés 256 euros les 1.000 litres de lait. Ils réclament 100 euros de plus. La Fédération nationale des producteurs de lait appelle les exploitants à manifester devant le siège de l’entreprise Lactalis à Laval, en Mayenne,  pour dénoncer des prix qui ne leur permet pas de vivre de leur production. « Ce prix est un prix qui a été décidé uniquement sur cette période estivale », a expliqué Michel Nalet, porte-parole de Lactalis. « Le prix du lait ne s’apprécie pas sur deux mois mais sur une année et rien ne dit que ce prix va rester sur ce niveau-là » a-t-il ajouté. La Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDESA) de la Mayenne promet une action dans la durée si les négociations ne sont pas rouvertes. « Nous n’avons jamais eu l’idée de bloquer toute discussion. Mais on ne peut pas à la fois guerroyer et demander une rencontre. Que les choses se passent raisonnablement. Nous sommes prêts à discuter avec les organisations de producteurs » a prévenu Michel Nalet. Le porte-parole de Lactalis alerte les producteurs sur la réalité du marché. « Aujourd’hui, nous avons aussi à faire face à une crise de surproduction, un environnement économique très concurrentiel » explique Michel Nalet. Le prix d’achat du lait varie d’un industriel à l’autre et Lactalis fait partie de ceux qui achètent au plus bas. Le porte-parole de Lactalis s’en est expliqué. « Notre groupe a proportionnellement beaucoup plus d’excédents à traiter. Ils sont commercialisés sur des bases de prix du lait autour de 220 euros les 1.000 litres, alors que nous sommes sur des prix d’achat aux producteurs à 260. Pratiquement 50% de nos volumes sont soumis à cette concurrence européenne internationale. Notre groupe est très affecté par des prix concurrentiels. »

(avec AFP)

 

Emmanuel Macron « en marche » : vers où ?

Emmanuel Macron « en marche » : vers où ?

 

Les grands médias n’apportent pas beaucoup d’éclairage sur le sens politique à donner au premier meeting tenu par Emmanuel Macron. On se contente en général de décrire l’ambiance, la mise en scène, la participation et la volonté de refondation de l’intéressé. Pour tout dire les grands médias, les experts et le personnel politique sont  dans l’expectative quant à l’objet même de la démarche d’Emmanuel Macron. Certains attendaient qu’il annonce son départ du gouvernement en raison des critiques récurrentes non seulement vis-à-vis de Valls mais aussi vis-à-vis de Hollande. Mais la posture de Macron n’a pas changé il reste avec un pied dedans, un pied dehors. D’autres imaginaient que Emmanuel Macron annoncerait sa candidature pour les élections présidentielles de 2017, ils sont restés sur leur faim, Emmanuel Macron indiquant seulement il était difficile de prévoir ce que sera le pays dans trois mois dans six mois dans un an. L’hypothèse la plus vraisemblable c’est que Macron se prépare pour le cas où François Hollande renoncerait à se représenter. En effet Emmanuel Macron ne semble pas décidé à participer à une primaire contre Hollande, primaire que par ailleurs il n’apprécie guère. Dès lors  la stratégie d’Emmanuel Macron vise à se présenter comme un recours si Hollande renonce. Pour cela,  il doit discréditer politiquement Valls. Un Valls qui a compris le sens de la démarche allant jusqu’à considérer que le cirque de Macron devait s’arrêter. Autant dire que le Premier ministre est clairement demandeur du départ de Macron du gouvernement. La posture de Macron n’est guère du goût par ailleurs des caciques du parti socialiste. Ils lui reprochent  notamment de vouloir dépasser les clivages gauche droite et surtout sans doute de ne pas faire parti de l’oligarchie officielle du parti socialiste. Certains observateurs estiment que la démarche d’Emmanuel macro agace l’Élysée. Pas si sûr dans la mesure où Hollande pense que Macron ne ce présentera pas contre lui et qu’au contraire il pourra récupérer le soutien populaire dont bénéficie le jeune ministre de l’économie. D’une certaine façon Emmanuel Macon joue plusieurs cartes en même temps. Si Hollande renonce, il se positionne en recours. Si Hollande se maintient et l’emporte en 2017, Macron est à peu près assuré de devenir Premier ministre. Enfin Macron se prépare aussi pour 2022. Le véritable adversaire pour Macron c’est  Valls et réciproquement. Du coup ces  considérations éclairent  un peu mieux les propos jugés ambigus de Macron  « Rien ne nous arrêtera », a-t-il déclaré, devant une salle comble, où avaient pris place quelques élus, comme le député Richard Ferrand et le maire de Lyon Gérard Collomb, ainsi que l’écrivain Alexandre Jardin, lequel a également pris la parole. « Ce mouvement, parce que c’est le mouvement de l’espoir et que notre pays en a besoin, nous le porterons ensemble jusqu’en 2017 et jusqu’à la victoire », a également lancé Emmanuel Macron, sans plus de précisions sur l’identité du vainqueur auquel il songe. Lors de son discours, long d’1h20, il a en outre dénoncé les rigidités du « système » politique, d’après lui sources de « frustrations », et s’est déclaré prêt à « prendre des risques » personnels. « Imaginez ou nous serons dans trois mois, dans six mois, dans un an », a encore dit l’actuel ministre de l’Economie, provoquant alors les applaudissements de la foule aux cris de « Macron président ». Le week-end dernier, il a par expliqué à demi-mot qu’il convoitait les premières places. « Je ne concours pas pour le maillot à pois ou le maillot blanc, ni pour le maillot vert. Quand on fait du vélo, c’est le maillot jaune », a-t-il déclaré au Journal du Dimanche en marge d’une étape du Tour de France. Un maillot jaune pour le tour de France de 2022, c’est sûr et peut être même en 2017.

(Avec Reuters)

 

Pour le maintien du Royaume-Uni dans le marché européen (Juppé)

Pour le maintien du Royaume-Uni dans le marché européen (Juppé)

 

Alors que François Hollande milite pour un divorce rapide et définitif, Alain Juppé, lui, semble faire entendre une autre petite musique. Beaucoup moins radical que Hollande, Alain Juppé semble souhaiter un accord pour conserver le Royaume-Uni au sein du marché européen. Une solution qui finalement se rapproche aussi de ce que souhaite l’Allemagne y compris les sociaux-démocrates du SPD qui considèrent  qu’il y a plus à perdre qu’à gagner pour l’Europe d’un divorce total avec le Royaume-Uni. Et pour peser sur les futurs négociations Alain Juppé agite le spectre  d’une remise encore cause des accords du Touquet qui contraignent  la France à contrôler la frontière britannique à Calais « Nous devons trouver des moyens de coopérer, de trouver une solution pour garder le Royaume-Uni au sein du marché européen, d’une manière ou d’une autre – que ce soit dans l’Espace économique européen (qui rassemble les 28 membres de l’UE et trois partenaires, NDLR) ou d’une autre façon », ajoute-t-il. En clair pour Alain Juppé la porte de l’union économique est encore ouvert pour la Grande-Bretagne mais il faut que les Britanniques abandonnent leur posture : « un pied dedans, un pied dehors » ; posture qui bloque toute évolution de l’union européenne.  Tout est « ouvert à la négociation », souligne Alain Juppé dans cette interview accordée au quotidien financier britannique. »Le Royaume-Uni peut faire les choses à sa façon dès lors qu’il n’est plus dans l’UE. Mais il ne faut pas qu’il empêche (les autres pays membres) d’aller de l’avant », relève-t-il toutefois. Le favori des sondages en vue de la primaire à droite dénonce par ailleurs les accords du Touquet, qui ont pour principal objet de situer la frontière – et donc les contrôles – à Calais (Pas-de-Calais). « La logique exige que les contrôles à la frontières se fassent sur le sol britannique », selon Alain Juppé. « Nous devons déplacer la frontière où elle doit être. » (Avec Reuters)

Le Qatar fait encore son marché et rachète Balmain

Le Qatar fait encore son marché et rachète Balmain

 

Le Qatar continue de faire son marché en France notamment dans les activités de luxe. Cette fois c’est même le fond personnel de la famille royale du Qatar qui rachète le couturier. Le fonds qatari Mayhoola s’apprête à racheter la maison de couture Balmain pour plus de 460 millions d’euros et l’opération pourrait être annoncée dès mercredi, ont déclaré à Reuters deux sources proches du dossier. Balmain, qui avait frôlé la faillite en 2004, est devenu l’une des plus belles « success stories » de la mode française sous la houlette de son ancien dirigeant Alain Hivelin et de ses deux derniers directeurs artistiques, Christophe Decarnin de 2006 à 2011 puis Olivier Rousteing, devenu le plus jeune designer de l’industrie à l’âge de 25 ans. Les propriétaires de Balmain, héritières d’Alain Hivelin, se sont entendues avec Mayhoola pour que ce dernier finance l’expansion internationale de la maison et le développement d’accessoires. La marque, qui compte moins de 10 boutiques dans le monde, est essentiellement vendue chez des distributeurs et a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 130 millions d’euros en 2015, en croissance de 25%, une performance dans un environnement de faible croissance pour le secteur du luxe. Emmanuel Diemoz, directeur général, devrait garder son poste pour le moment, tandis que son président Jean-François Dehecq devrait quitter le sien. La transaction devrait valoriser Balmain à environ 14 fois son excédent brut d’exploitation (Ebitda), en ligne avec les multiples de Prada et Jimmy Choo, ont précisé les sources. Mayhoola, un des véhicules d’investissement de la famille royale du Qatar, est propriétaire depuis 2012 de Valentino, qu’il entend mettre en Bourse en 2017. Il détient aussi une participation majoritaire dans le tailleur italien Pal Zileri et la marque anglaise Anya Hindmarch.

 

(Avec Reuters)

Brexit : menace sur la livre et le marché des changes

 Brexit : menace sur la livre et le marché des  changes

 

Le marché des changes pourrait bien être agité de nombreux soubresauts à l’occasion du Brexit. On sait que les marchés détestent par-dessus tout les incertitudes, ors ces incertitudes risquent de durer pendant des mois voire des années notamment du fait de la longueur des négociations entre le Royaume-Uni et l’union européenne en cas Brexit. D’ores et déjà le marché des changes enregistre une certaine agitation. Pas étonnant puisque Londres est considérée comme la principale place financière de l’Europe et permet notamment le libre accès des services dans l’union européenne. Certes la conséquence la plus directe serait une baisse sensible de la livre mais certains considèrent que cela pourrait constituer une dévaluation compétitive qui rendrait service à l’économie britannique. Il faut toutefois noter que la balance des échanges britanniques est notoirement déséquilibrés et qu’une dévaluation serait de nature à renchérir le coût des importations et à peser sur la consommation donc sur la croissance. La dévaluation de la livre est évaluée à 15 % par les 13 heurts du Royaume-Uni mais certains experts considèrent que la baisse pourrait même atteindre 30 %.  Depuis le 25 mai, date de la parution des premiers sondages annonçant une inversion de tendance de l’opinion britannique en faveur de la sortie de l’UE. Depuis cette date, la livre est passée de 1,3175 euro à 1,26 euro, soit un recul de 4,3 %. Face au billet vert, le recul est de 3,7 % à 1,416 dollar. Une baisse qui n’est pas seulement liée aux j’incertitudes du marché des changes mais aussi au tassement de la croissance. Point  Au premier trimestre 2015, le PIB britannique a progressé de 0,4 % contre 0,6 % au trimestre précédent. C’est moins que la zone euro (0,6 %). De plus, la Banque d’Angleterre n’envisage pas de remonter immédiatement ses taux, à la différence de la Fed. Plusieurs conséquences sont à craindre d’abord la tentation de certains investisseurs financiers de limiter leur exposition aux risques de baisse de la livre (qui mécaniquement ferait baisser la valeur des actifs) ensuite la possibilité pour certaines sociétés de se délocaliser par exemple à Amsterdam pour conserver un libre accès au marché de l’union économique notamment dans le domaine des services. Le risque le plus important serait que les incertitudes répandent la peur sur le marché des changes et déclenche même une panique qui s’alimenterait d’elle-même créant  ainsi une nouvelle crise monétaire.

Macron « en marche » pour payer ses impôts »(Luc Carvounas)

Macron « en marche » pour payer ses impôts »(Luc Carvounas)

Ambiance au sein de la gauche avec cette déclaration d’un proche de Valls qui ironise sur le mouvement « en marche » de Macron « en marche pour payer ses impôts ». Cela ne fait que confirmer que la guerre est totale entre Valls et Macron. Pas étonnant Valls a retiré à Macon la gestion de la loi travail à fin d’éviter que le jeune ministre de l’économie n’en profite pour renforcer encore sa posture de moderniste. Du coup Macron ne cesse de distiller des petites phrases critiques à l’égard du gouvernement. En fait ce qui se joue c’est la succession de Hollande. Concernant l’affaire des impôts, il faut bien reconnaître que Macon s’est un peu prit les pieds dans le tapis en minorant l’évaluation patrimoine qui lui permettait d’échapper à l’ISF, une ISF qu’il a par ailleurs bien maladroitement condamné. On objectera que nombre de politiques fortunées procèdent  de la même manière (Le Pen, Hollande, Sarkozy Taubira et bien d’autres). Le sénateur du Val-de-Marne proche de Manuel Valls, se paie donc le ministre de l’Économie.  Luc Carvounas proche du Premier ministre ne s’est ainsi pas fait prier pour se moquer du ministre de l’Économie et de la réévaluation de son patrimoine par l’administration fiscale : « Je veux bien qu’il soit ‘en marche’. Déjà, il va être en marche pour aller payer ses impôts, si j’ai bien compris ». Ces propos tenus sur RCJ et repérés par le Figaro illustrent la petite guerre que se mènent les deux membres du gouvernement. Du côté de Manuel Valls, on se présente comme fidèle au président François Hollande. L’opposé exact de ce qu’est supposé être Emmanuel Macron, dont l’ambition à peine voilée est perçue comme une trahison. Le sénateur-maire d’Alfortville déclare ainsi : « Ça fait quatre ans que je suis en marche avec le président de la République et avec le Premier ministre. Mon ADN, c’est la fidélité à ceux qui vous ont permis d’être là où vous êtes. » Autre pique envoyée par le soutien du Premier ministre : Emmanuel Macron n’a pas l’expérience politique suffisante. C’est une critique souvent formulée par les détracteurs du jeune homme politique qui n’a jamais occupé de fonction élective. Aujourd’hui, Luc Carvounas s’y met lui aussi : « Je ne découvre pas la vie militante et politique depuis seulement dix-huit mois. Moi, ça fait 20 ans que je suis au Parti socialiste, ça fait 20 ans que je fais du porte-à-porte », assure-t-il avant de se lancer dans une comparaison étonnante : « Les milliers de ‘marcheurs’ d’Emmanuel Macron, c’est l’ubérisation de la vie politique ».

(Avec RTL)

« Oh ! Marche à gauche », nouveau mouvement pour Valls !

« Oh !  Marche à gauche », nouveau mouvement pour Valls !

 

Ce pourrait être le nouveau nom du nouveau mouvement que va lancer Manuel Valls pour crédibiliser son éventuelle candidature en 2017. Manuel Vals veut en effet rééquilibrer les positions entre lui-même, Hollande et Macron. Hollande soutenu par le mouvement « et oh la gauche »  tandis que Macron,  lui, a lancé son opération « en marche ». Manuel Valls veut prouver que lui aussi est en marche,  qu’il entend encore incarner le personnage de modernité qu’il était avant l’arrivée de macro au gouvernement. Mais une marche de gauche car Valls a besoin du soutien du parti socialiste ; ce que n’a pas Macron.  Le lancement de la campagne s’appuie sur le sentiment que la candidature de François Hollande est désormais grillée. Reste que Manuel Valls affiche une popularité très basse  par rapport à Macron ;  il devra donc se distinguer dans vis-à-vis de hollande que vis-à-vis de macro. Un exercice pas facile quand en plus le rôle de premier ministre. Valls va fixer les rendez-vous importants alors que quatre à six dates sont à l’heure actuelle évoquées. Si son fief à Évry-sur-Seine devrait logiquement être dans la liste, des passages en région sont aussi attendus.  Et si Emmanuel Macron est aujourd’hui pointé du doigt par de nombreux membres du gouvernement pour son individualisme récurrent, Manuel Valls garde la porte ouverte. Le ministre de l’Économie est le bienvenu. Une manière pour le chef de l’Exécutif de l’avoir sous son contrôle mais aussi de montrer qu’il demeure ouvert sur le plan politique.

 

(Avec RTL)

Emmanuel Macron en marche vers où ?

Emmanuel Macron en marche vers où ?

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que la décision d’Emmanuel Macron de créer un parti politique intitulé en marche suscite à la fois intérêt, interrogation mais aussi rejet chez certains. La première question est de savoir si Macron se prépare pour l’échéance présidentielle de 2017. Cela supposerait toutefois que François Hollande renonce à se présenter, ce qui est encore loin d’être évident. Peut-être s’agit-il davantage de préparer des élections présidentielles suivantes en 2022. On se demande également s’il s’agit d’une sorte de club de réflexion ou d’une organisation dont l’ambition est plus large. Officiellement Emmanuel Macron  qui s’affirme de gauche ne dispose pas du soutien de structures politiques classiques, il n’est pas même adhérent au parti socialiste. Son nouveau parti en marche pourrait constituer la base nécessaire pour exister politiquement au plan national et y de disposer de relais. Plus fondamentalement Emmanuel Macron s’appuie sur le  rejet assez global du système politique pour proposer autre chose.  C’est-à-dire une vision qui dépasse les clivages traditionnels, clivages d’ailleurs souvent artificiels et qui ne conduisent qu’à l’immobilisme. Du côté du parti socialiste on n’apprécie pas forcément cette démarche qui veut rompre avec les approches idéologiques classiques.  A droite, l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, de sensibilité centriste parmi Les Républicains, se félicite d’un mouvement qui « va plutôt dans la bonne direction » et estime que le jeune ministre pourrait travailler avec son champion pour la présidentielle de 2017, Alain Juppé. « Je ne vois aucune incompatibilité entre Emmanuel Macron et Alain Juppé. Là, il y a peut-être pour l’avenir des signaux intéressants », a jugé le sénateur sur France 2, évoquant l’idée d’avoir « des partenariats », un peu comme la grande coalition en vigueur en Allemagne entre chrétiens et sociaux-démocrates. C’est à gauche, dont Emmanuel Macron est la bête noire, que les crispations sont les plus fortes. Pour le cofondateur du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, la ficelle tirée par François Hollande est un peu grosse. « Vous et moi, on ne sait pas très bien qui manoeuvre pour qui dans cette histoire, mais on voit bien qu’ils sont en pleine préparation de la campagne présidentielle de François Hollande », a-t-il déclaré sur France Info. Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, a estimé qu’Emmanuel Macron et, par ricochet, François Hollande, montraient leur vrai visage à travers cette initiative. « Le ni droite ni gauche est le masque de ceux qui finiront à droite », a-t-il dit sur BFM TV. Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, qui tente d’apaiser un parti au bord de l’explosion, est quant à lui réservé face à un ovni politique qu’il a souvent critiqué. « S’il contribue à élargir la majorité, son apport est positif. S’il provoque crispation et réduction, son action l’est moins. Il a le choix des armes. S’il veut changer le centre de gravité de la gauche, il fait fausse route. »

(avec Reuters)

Marché du travail : réforme du 21è ou du 18è siècle ?

Marché du travail : réforme du 21è ou du 18è siècle ?

 

Pour tenter de vendre sa réforme du marché du travail, Manuel Valls n’a pas hésité à se décréter un brevet de modernité « Il y en a qui sont encore au XIXe siècle. Moi et les ministres ici présents, nous sommes résolument dans le XXIe siècle et nous savons qu’économie et progrès social peuvent aller de pair », a-t-il affirmé, estimant que la France devait s’inspirer de « ce qui marche, en Allemagne, en Suisse, en Italie, en Espagne ». A-t-il déclaré. Cette réforme dont certains aspects sont sans doute nécessaires se caractérise toutefois par un déséquilibre notable entre les exigences de la flexibilité et les garanties de la sécurité. Il faut dire qu’en ce moment la mode est à l’ultra libéralisme puisque certains proposent même que la plupart des travailleurs se transforment en auto entrepreneurs, pour parler clair en journalier du XVIIIe siècle mal rémunéré et corvéable à merci en fonction des carnets de commandes.  Des salariés devenant Auto entrepreneurs, le rêve de certains qui veulent supprimer le salariat et ses contraintes économiques et sociales. L’intermédiation numérique justifierait ce changement de statut. Revenons d’abord sur la définition que donne Wikipedia à la définition de journalier :  « Les termes de  brassier » et  manouvrier » (terme qui a perduré avec « manœuvre ») ont un sens proche et désignent également des ouvriers agricoles pauvres ; les deux mots indiquent une personne qui loue sa force physique, ses bras ou ses mains, et qui donc ne possède pas de train de culture (charrue et animaux de trait, bœufs, cheval ou mulet). Les journaliers et manouvriers existaient aussi dans les villes, pratiquant une multitude de petits métiers et louant là leurs bras à la journée. Celui qui s’en sortait le mieux était celui qui réussissait à se faire embaucher régulièrement, même si les salaires étaient minimes. ». En France le nombre d’autos entrepreneur ne cesse de progresser en raison notamment de la situation du chômage. Mais pour quel revenu ? Une enquête de 2011 effectuées par l’INSEE donne des éléments de réponse : «C’est une enquête INSEE qui révèle le revenu moyen d’un auto-entrepreneur en 2011. Alors même que le régime connaît un franc succès dans tous les secteurs d’activité ou il est éligible, les autoentrepreneurs semblent, globalement, avoir du mal à se générer un revenu décent. Explications.5430 euros par an : c’est le revenu moyen d’un auto-entrepreneur en 2011, année où ils étaient 416.000. L’autre solution consiste à libéraliser totalement les licenciements pour ceux qui resteraient salariés. C’est le projet du gouvernement qui permet de s’affranchir de pratiquement toutes les contraintes en matière de licenciement. Encore une fois des modernisations du marché du travail sont nécessaires mais elles doivent cependant équilibrer des objectifs de souplesse avec des garanties sociales. En outre une telle évolution suppose un travail pédagogique auprès des acteurs d’abord pour qu’ils comprennent  l’enjeu de la réforme, qu’ils en mesurent l’importance et trouvent  les compromis nécessaires entre les problématiques économiques et sociales. Or ce qui est surtout contestable dans la réforme du gouvernement c’est son déséquilibre, son manque de pédagogie,  finalement sa brutalité. En libéralisant brutalement les licenciements, Manuel Valls se rapproche davantage des modes de régulation sociale du XVIIIe siècle que du XXIe siècle.

Uber aussi sur le marché du transport de colis

Uber aussi sur le marché du transport de colis

 

 

Après le transport de personnes par taxi, Uber  s’attaque maintenant aux transports de petits colis de marchandises. De quoi bousculer encore un marché très concurrencé. Amazon avait déjà mis un pied sur ce marché en mettant en place son propre service de distribution. Cette fois il s’agit de s’adresser à tous les utilisateurs de transports express. Le groupe commencera par démarcher  la clientèle individuelle mais rapidement va  se rendre compte que l’essentiel du marché est constitué par les entreprises. Certes le phénomène de bourse de fret n’est pas nouveau dans le transport, il existe depuis des dizaines et des dizaines d’années (a même commencé avec le Minitel en France avant évidemment d’être informatisé).  Le danger c’est évidemment la puissance d’Uber, ses moyens technologiques et sa couverture mondiale. Surtout pour se faire une place et s’imposer dans ce monde,  Uber n’hésitera certainement pas à écraser les prix ce qui risque de fragiliser nombreux  transporteurs classiques spécialisés dans l’express mais aussi d’autres entreprises de transport qui à côté du transport complet ou du transport de lots font aussi du transport express. D’un certain point de vue,  on ne peut pas dire il s’agit d’une vraie révolution technologique mais d’une tentative de mettre  en sous-traitance les acteurs actuels. On sait par ailleurs que c’est le dernier kilomètre de livraison qui plombe le coût  du transport express, dès leur on risque de voir apparaître des opérateurs qui comme pour les VTC vont intervenir avec des statuts juridiques très flous voire sans statut du tout quand des  automobilistes ne seront pas sollicités pour effectuer les livraisons terminales. Déjà confrontés à la concurrence d’Amazon, les groupes européens de services postaux et de livraison express de colis, comme Deutsche Post, PostNL ou Royal Mail, risquent de devoir faire face à celle d’Uber et d’autres start-up intéressées par ce marché.  UberRUSH, qui permet de trouver via une application un coursier, et de nouveaux entrants tels que PiggyBaggy ou Nimber, pourraient en effet venir grignoter des parts de marché aux opérateurs historiques, estiment des analystes financiers et des gérants interrogés par Reuters.  Ces derniers commencent à prendre en compte dans leurs calculs de valorisation l’impact à long terme de cette nouvelle concurrence, pour l’instant incarnée par Amazon avec le lancement de son propre service de messagerie express dans certaines régions d’Europe.  Pour eux, cette initiative du géant américain du commerce en ligne pourrait bien n’être qu’une première étape de ce qui attend le marché.

Marché automobile européen : la croissance se tasse

Marché automobile européen : la croissance se tasse  

C’est peut être l’effet Volkswagen mais PSA et Renault baissent aussi. Les ventes de voitures dans les pays de l’Union européenne et ceux de l’Association européenne de libre-échange (Islande, Norvège et Suisse) ont progressé de 2,7% le mois dernier par rapport à l’an dernier, à 1.144.109. En septembre, leur hausse avait été de 9,8%. Octobre marque néanmoins le 26e mois consécutif de croissance du marché.  L’ACEA note que la demande est restée bien orientée en Italie (+8,6%), en Espagne (+5,2%) ainsi qu’en Allemagne (+1,1%) et en France (+1,0%) même si sa croissance a ralenti, tandis que le marché britannique a reculé de 1,1%. Sur les dix premiers mois de l’année, il s’est vendu 11,93 millions de véhicules sur le marché européen, un chiffre en hausse de 8,2%, contre +8,8% sur janvier-septembre, précise l’ACEA. Le détail des chiffres par constructeur montre que le scandale du logiciel de trucage des tests d’émissions polluantes installé par Volkswagen sur plusieurs millions de véhicules dans le monde, révélé mi-septembre par les autorités américaines, a semble-t-il commencé à affecter ses ventes. La marque allemande a écoulé 141.817 voitures le mois dernier, soit 0,4% de moins qu’en octobre 2014. Pour l’ensemble des marques du groupe Volkswagen (VW, Audi, Skoda, Seat et Porsche principalement), les ventes accusent une baisse de 0,8% sur un an, à 288.221. Volkswagen n’est pas le seul à accuser le coup: PSA Peugeot Citroën a vu ses ventes diminuer de 1,5% le mois dernier, le groupe Renault (marques Renault et Dacia) de 0,4%. La baisse est plus marquée encore pour Opel (-2,5%).

Intégration des Migrants : un marché du travail « plus flexible » (patron d’Airbus)

Intégration des Migrants : un marché du travail « plus flexible » (patron d’Airbus)

 

Ce n’est pas uniquement pour des motifs humanitaires que l’Allemagne se dit prête à accueillir  environ un million de migrants, c’est aussi pour des raisons démographiques car la population allemande est vieillissantes, les enfants peu nombreux ( u des plus faible taux de natalité d’Europe) . Du coup les migrants vont constituer une main d’ouvre jeune et dynamique et surtout auusi pas très chère, ce que propose le grand patron d’Air Bus. Et ce que pensent auusi la plupart des autres patrons. De toute manière dérégulation ou pas, le marché du travail va évoluer avec cette concurrence sur le marché du travail et peser sur les conditions sociales. Le patron d’Airbus, l’Allemand Tom Enders, a appelé dimanche l’Allemagne à plus de flexibilité sur son marché du travail, une nécessité selon lui si l’on veut intégrer les migrants. L’Allemagne, qui s’attend à accueillir jusqu’à un million de migrants en 2015, devrait être plus « pragmatique » et leur ouvrir plus largement son marché du travail, écrit Tom Enders dans une contribution au journal allemand Süddeutsche Zeitung à paraître lundi, mais dont des extraits ont été diffusés dès dimanche. « Nous devrions avoir le courage de (le) déréguler », poursuit Tom Enders prenant pour exemple le modèle mis en pratique aux Etats-Unis. Il propose notamment de faire des aménagements dans le salaire minimum, introduit en Allemagne en début d’année.

BCE : soutien au marché des actions

BCE :  soutien au marché des actions

 

 

De fait en maintenant sa politique de taux très bas, la BCE apporte un soutien au marchés des actions, le marché obligataire état de moins en moins rémunérateur. De plus la BCE n’exclut pas d’amplifier sa politique accommandante pour soutenir l’activité nettement en accroissant le volume des liquidités. Les Bourses européennes ont terminé jeudi en forte hausse et l’euro est repassé sous 1,12 dollar à la suite des déclarations jugées rassurantes du président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, sur la volonté de l’institution de Francfort de continuer à soutenir la croissance en zone euro.  La BCE a laissé ses taux et son programme d’achats d’actifs inchangés mais Mario Draghi a promis qu’elle débattrait en décembre de l’opportunité d’agir davantage pour soutenir les prix et l’activité. La décision du Conseil des gouverneurs de maintenir les taux à leurs plus bas niveaux historiques était largement anticipée par les investisseurs.  Ceux-ci ont en revanche été surpris par les propos du président de la BCE annonçant que le Conseil avait débattu jeudi de l’opportunité d’une baisse du taux de la facilité de dépôt de la banque, qui est déjà négatif.

Immobilier : la relance par le dispositif Pinel ne marche pas

Immobilier : la relance par le dispositif Pinel ne marche pas

En dépit des les avantages fiscaux consentis pour l’investissement locatif dans l’immobilier neuf de la loi Pinel, la demande ne reprend pas vraiment. En cause évidemment la crise qui affecte l’ensemble de l’immobilier depuis plusieurs années mais aussi le faite que le rendement financier dans ce neuf locatif demeure inférieur à celui de l’ancien. En cause également le plafond des loyers qui limitent la rentabilité de l’investissement. Unanimement, les professionnels de l’immobilier ont salué le succès rencontré depuis début 2015 par le dispositif Pinel, qui donne un avantage fiscal pour un investissement locatif dans l’immobilier neuf. En mai dernier, les promoteurs immobiliers disaient s’attendre à vendre 45.000 logements « Pinel » en 2015, soit une hausse de près de 50 % par rapport aux logements estampillés « Duflot » en 2014, le dispositif fiscal précédent. De quoi alimenter presque la moitié des ventes des promoteurs aux particuliers cette année. « La reprise du marché est essentiellement portée par les investisseurs individuels (en hausse de 53,4%), séduits par le dispositif Pinel et très actifs notamment dans les plus grandes agglomérations en régions », confirmait récemment Nexity, l’un des plus importants promoteurs français. Les investisseurs particuliers auraient notamment acheté massivement des logements « Pinel » dans les agglomérations de Lyon, Lille, Marseille et Montpellier, où les plafonds de loyers donnant droit à l’avantage fiscal ont été rehaussés en octobre 2014 par le gouvernement. D’autre part, l’investissement dans l’immobilier neuf reste coûteux. La société Cerenicimo, qui se définit comme une plateforme dédiée à l’investissement immobilier, a ainsi comparé les rendements de l’immobilier neuf et de l’immobilier ancien dans une dizaine de grandes villes françaises. Le constat de l’enquête de Cerenecimo est sans appel : le prix élevé du neuf n’est pas compensée par l’avantage fiscal dont il permet de bénéficier, et son rendement, une fois tous les impôts payés, reste inférieur à celui de l’ancien.

Automobiles : un marché de renouvèlement en crise en France

Automobiles : un marché de renouvèlement en crise en France

 

Après plusieurs années noires le marché des automobiles neuves se redresse enfin de manière significative en 2015. Un redressement forcément positif mais qui vient en compensation des tassements des années précédentes. En Europe comme en France, les marchés ne sont plus que de renouvellement mais un renouvellement perturbé par la crise de 2008 2009 et qui peine à se redresser. On est encore très loin des ventes d’avant la crise. En outre il faute intégrer la mutation vers des modèles moins puissants, plus économique et plus j’écologique. Le marché automobile français confirme son redressement amorcé depuis plus de deux ans, mais les ventes de voitures ne parviennent pas à rattraper leurs niveaux d’avant-crise, souligne un rapport d’Euler Hermes, le leader de l’assurance-crédit en France, publié jeudi. «Il faudra plusieurs années pour se rapprocher du niveau moyen des 2,1 millions d’unités vendues et absorber les excès générés par la prime à la casse en 2009-2010. Une mesure qui avait en réalité boosté artificiellement les ventes dans un temps réduit», estime Yann Lacroix, conseiller sectoriel chez Euler Hermes. Le groupe anticipe une croissance du marché français de 4% en 2015 et de 2% en 2016. Quelque 1,9 million de véhicules devrait être immatriculés cette année-là.  Ces prévisions dépassent celles des constructeurs, pour qui la conjoncture globale reste morose et les risques bien présents. Patrick Blain, le président du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), a maintenu cet été «la prévision prudente d’un marché à +2%».  À noter une spécificité française: à 112 g/km, le taux moyen d’émissions de CO2 y est l’un des plus faibles d’Europe. Les Européens rejettent en effet en moyenne 121 g/km de CO2 en roulant. Les consommateurs hexagonaux sont plus friands de modèles économiques, explique le rapport. Ce «point fort pour notre environnement» est toutefois à nuancer. «Des efforts peuvent encore être menés en termes d’innovation pour aller vers des véhicules de moins en moins polluants», souligne Yann Lacroix. Signe que la bataille des véhicules propres est loin d’être gagnée: les véhicules électriques ne pèsent encore que 0,8% du marché global, malgré le «superbonus» de jusqu’à 10.000 euros mis en place en avril. Même si les ventes de voitures sortent progressivement de leur léthargie, le rapport pointe toute de même la grande panne de l’automobile «made in France». La production dans l’Hexagone de véhicules particuliers, qui dépassait encore les 3 millions d’unités en 2005, devrait plafonner à 1,35 million en 2015.

Immobilier : la hausse des impôts locaux va plomber un peu plus le marché

Immobilier : la hausse des impôts locaux va plomber un peu plus le marché

 

Il est clair que le niveau actuel des impôts locaux  (en particulier la taxe foncière) va plomber uen peu plus le marché. Aujourd’hui en moyenne la fiscalité locale est de l’ordre de 2000 euros ( taxe foncière et taxe d’habitation) , une fiscalité qui va augmenter de 5 à 10% compte tenu d’une  part de la situation endettement catastrophique de nombre de grandes villes mais en plus de la diminution de la dotation de l’Etat. Du coup nombre d’accédants à la propriété sont  financièrement dans l’incapacité de se loger dans ces grandes villes faute de solvabilité. le courtier en crédit, meilleurtaux.com,   a comparé 10 grandes villes réparties sur l’ensemble du territoire français, en se penchant sur la fiscalité locale (taxe d’habitation et taxe foncière) pour l’achat d’un bien immobilier type de 70m2, pour une famille avec deux enfants. «Ce ne sont pas des éléments que les gens prennent forcément en compte», explique Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.com. Sur les 10 grandes villes étudiées, Paris fait figure de bonne élève. Les futurs acheteurs doivent débourser en moyenne 588.910 euros pour une surface de 70m2, explique l’étude, soit une mensualité de 3058 euros. La fiscalité locale s’élève à 1 104 euros par an. Les Parisiens doivent donc débourser moins d’une mensualité (0,4%) supplémentaire chaque année pour payer leurs impôts locaux. «Paris est l’une des villes avec la taxe foncière la moins élevée car les entreprises y sont nombreuses, ajoute Maël Bernier. Ces sociétés payent des taxes, donc cela pèse moins sur les particuliers». Un résultat à nuancer toutefois, car c’est aussi à Paris que les prix de ventes sont les plus élevés et donc les mensualités de crédit les plus importantes parmi les dix villes étudiées.

 

Marché des actions : éclatement de la bulle ?

 

Marché des actions : éclatement de la bulle ?

 

On pourrai t bien assister dans les semaines qui viennent à de grosses prises de bénéfices préalable à une chute du marché des actions. Cela d’autant plus que le second trimestre s’annonce assez morose sur le  plan économique mondial aussi bien en Chine, en Europe ( y compris l’Allemagne) ou même aux Etats-Unis. En fait l ’économie mondiale peine à vraiment sortir de la crise  et fait même du yoyo. En Europe on s‘installe dans la croissance molle, le chômage grimpe, la précarité encore davantage. Pourtant la bourse atteint des sommets  sur le marché des actions. On a même atteint des records depuis le début d’année ( près de 20% d’augmentation). . A cet égard la bourse  est complètement déconnectée de l’économie réelle, c’est à dire de la croissance et des résultats des entreprises. La faute en premier aux obligations mal rémunérées- ou pas du tout- et le report des capitaux sur les actions. La faute surtout à la marée de liquidités déversées par les banques centrales normalement faites pour desserrer la contraintes budgétaires mais qui servent surtout aux banques pour continuer leur activités de spéculation ;  sur tout, sur les actions bien sûr, comme sur les matières premières( y compris alimentaires au risque d’affamer un peu plus les populations des pays pauvres qui du coup migrent vers les pays plus riches ) ou sur les taux. Même si elles ont accusé un coup d’arrêt la semaine dernière, les bourses européennes volent de record en record depuis le début de l’année. En France, le CAC 40 a gagné 20,37% depuis le 1er janvier. Le DAX allemand a quant à lui glané 19,20%. A Milan, le FTSE MIB s’est envolé de 21,21%. . Selon un sondage mensuel effectué par BofA Merrill Lynch auprès de 145 gérants de fonds, ils étaient 25% au mois d’avril à penser que les marchés actions mondiaux étaient surévalués. Contre 23% en mars et 8% en février. S’il s’agit du résultat le plus élevé enregistré depuis 2000, on reste néanmoins loin du record observé en 1999 lorsqu’ils étaient 42% à considérer que les actions étaient surévaluées, précise la banque américaine. Cela n’empêche pas 13% des sondés de croire qu’une bulle sur les actions est aujourd’hui le plus grand risque auquel les marchés sont confrontés. Robert Shiller en fait partie. Fin mars, lors d’une conférence de Credit Suisse sur l’investissement en Asie à Hong-Kong, le Prix Nobel d’économie 2013 a sorti un graphique montrant que le prix des actions aux Etats-Unis, corrigé de l’inflation, montait en flèche. Et que les plus hauts de 2007 étaient désormais dépassés..  plusieurs facteurs expliquent la hausse; le principal étant les politiques monétaires «extrêmement accommodantes» qui ont alimenté la machine à investir sur presque toute la planète. A commencer par les Etats-Unis. Pas étonnant dès lors que 68% des experts interrogés par BofA Merrill Lynch estiment que les actions américaines sont aujourd’hui les plus surévaluées au monde. En Europe, le bazooka monétaire a davantage tardé à sortir. Mais c’est chose faite depuis le mois de février. Dorénavant la Banque centrale européenne (BCE) rachète chaque mois, et cela jusqu’en septembre 2016, pour 60 milliards de dettes européennes sur les marchés. Soit 1140 milliards d’euros en tout. Du coup, les rendements des obligations sont en chute libre. Une grande partie ne rapporte même plus rien aux investisseurs – banques, assurances, caisses de pension en tête – qui, par conséquent, cherchent des alternatives. Mais le marché des actions n’est pas le seul à supporter des risques, le marché des obligations souveraines aussi . Et là encore en raison du programme de la BCE. Le sondage réalisé par BofA Merrill Lynch révèle d’ailleurs que 84% des experts interrogés considèrent que le marché obligataire est surévalué. Contre 75% au mois de mars. Un record. La question est quelle bulle risque d’éclater en premier.

Marché des actions : «Record historique» jusqu’à éclatement de la bulle ?

 

 

L’économie mondiale peine à vraiment sortir de la crise  et fait même du yoyo. En Europe ons ‘installe dans la croissance molle, le chômage grimpe, la précarité encore davantage. Pourtant la bourse atteint des sommets  sur le marché des actions. On a même atteint des records depuis le début d’année ( près de 20% d’augmentation). . A cet égard la bourse  est complètement déconnectée de l’économie réelle, c’est à dire de la croissance et des résultats des entreprises. La faute en premier aux obligations mal rémunérées- ou pas du tout- et le report des capitaux sur les actions. La faute surtout à la marée de liquidités déversées par les banques centrales normalement faites pour desserrer la contraintes budgétaires mais qui servent surtout aux banques pour continuer leur activités de spéculation ;  sur tout, sur les actions bien sûr, comme sur les matières premières( y compris alimentaires au risque d’affamer un peu plus les populations des pays pauvres qui du coup migrent vers les pays plus riches ) ou sur les taux. Même si elles ont accusé un coup d’arrêt la semaine dernière, les bourses européennes volent de record en record depuis le début de l’année. En France, le CAC 40 a gagné 20,37% depuis le 1er janvier. Le DAX allemand a quant à lui glané 19,20%. A Milan, le FTSE MIB s’est envolé de 21,21%. . Selon un sondage mensuel effectué par BofA Merrill Lynch auprès de 145 gérants de fonds, ils étaient 25% au mois d’avril à penser que les marchés actions mondiaux étaient surévalués. Contre 23% en mars et 8% en février. S’il s’agit du résultat le plus élevé enregistré depuis 2000, on reste néanmoins loin du record observé en 1999 lorsqu’ils étaient 42% à considérer que les actions étaient surévaluées, précise la banque américaine. Cela n’empêche pas 13% des sondés de croire qu’une bulle sur les actions est aujourd’hui le plus grand risque auquel les marchés sont confrontés. Robert Shiller en fait partie. Fin mars, lors d’une conférence de Credit Suisse sur l’investissement en Asie à Hong­kong, le Prix Nobel d’économie 2013 a sorti un graphique montrant que le prix des actions aux Etats-Unis, corrigé de l’inflation, montait en flèche. Et que les plus hauts de 2007 étaient désormais dépassés..  plusieurs facteurs expliquent la hausse; le principal étant les politiques monétaires «extrêmement accommodantes» qui ont alimenté la machine à investir sur presque toute la planète. A commencer par les Etats-Unis. Pas étonnant dès lors que 68% des experts interrogés par BofA Merrill Lynch estiment que les actions américaines sont aujourd’hui les plus surévaluées au monde. En Europe, le bazooka monétaire a davantage tardé à sortir. Mais c’est chose faite depuis le mois de février. Dorénavant la Banque centrale européenne (BCE) rachète chaque mois, et cela jusqu’en septembre 2016, pour 60 milliards de dettes européennes sur les marchés. Soit 1140 milliards d’euros en tout. Du coup, les rendements des obligations sont en chute libre. Une grande partie ne rapporte même plus rien aux investisseurs – banques, assurances, caisses de pension en tête – qui, par conséquent, cherchent des alternatives. Mais le marché des actions n’est pas le seul à supporter des risques, le marché des obligations souveraines aussi . Et là encore en raison du programme de la BCE. Le sondage réalisé par BofA Merrill Lynch révèle d’ailleurs que 84% des experts interrogés considèrent que le marché obligataire est surévalué. Contre 75% au mois de mars. Un record. La question est quelle bulle risque d’éclater en premier ?

Marche du 11 janvier : « Il y a deux France »

Marche du 11 janvier : « Il y a deux France »

Quatre mois après la marche du 11 janvier, qualifiée « d’imposture » par Emmanuel Todd, une étude beaucoup moins polémique publiée par la Fondation Jean Jaurès (think tank proche du PS) s’intéresse à ceux qui ne sont pas allés défiler après les attentats. Co-auteur, Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion de l’Ifop, partage quelques points communs avec le livre provocateur du démographe. ( interview JDD)

 

Comme Emmanuel Todd, vous montrez que les catégories populaires ont été les grandes absentes des marches des 10 et 11 janvier. Partagez-vous les points de vue du démographe sur cette marche républicaine?
Nous sommes partis du même point de départ, à savoir la géographie de la mobilisation, qui montre de fortes disparités derrière un grand mouvement qui se voulait consensuel et unanime. Il y a eu deux France. Lui consacre une grande partie de son analyse à ceux qui sont allés manifester quand nous, nous avons interrogé des personnes issues des catégories populaires, qui ont commencé à voter FN ou qui sont tentées de le faire, et qui sont restées chez elles. Mais il y a des zones de recouvrement sur un certain nombre de constats. Sauf qu’Emmanuel Todd le dit avec ses mots et une dimension polémique revendiquée sur laquelle je ne me prononce pas.

Lire aussi : Pourquoi Emmanuel Todd dénonce une « imposture »

Qu’avez-vous en commun?
Il parle d’un moment historique pour notre société, qui est arrivée au bout d’un processus de déchristianisation et qui pensait en avoir fini avec le fait religieux. Mais elle est aujourd’hui interpellée par la question de l’islam. Todd dit en substance que ceux qui ont marché ont peur de l’islam mais ne le savent pas encore. Mais ceux qui n’ont pas marché nous le disent sans problème, ils ont même théorisé ce « processus d’islamisation », quitte à ce qu’il y ait un problème de compréhension. Par exemple, l’une de ces personnes ne dit rien de moins que : « Ils veulent nous imposer leur loi. »

«Chez les catégories populaires, il n’y a pas eu d’effet de sidération que l’on a pu retrouver chez les autres couches de la population.»

Concrètement, pourquoi cette France populaire ne s’est pas sentie « Charlie »?
Beaucoup de ces personnes issues des catégories populaires ont été touchées et choquées par les événements, mais pas surprises. Il n’y a pas eu d’effet de sidération que l’on a pu retrouver chez les autres couches de la population qui, elles, sont massivement descendues dans la rue. Pour elles, cela n’a pas traduit un moment de rupture mais au contraire, une confirmation. Les personnes interrogées nous disaient « cela devait arriver », « tout cela nous pendait au nez »… Elles avaient depuis longtemps intériorisé une « menace ». Ce n’est pas seulement l’idée d’une différence entre une France d’en haut et une France d’en bas, mais aussi entre ceux qui verraient le réel et ceux qui ne voudraient pas le voir ou ne l’auraient pas vu à temps.

Ne pouvait-on pas défiler même en étant conscient de cette menace?
Pour ces personnes, défiler à la demande de ceux qui, pendant des années « n’ont pas voulu voir notre réalité » n’était pas concevable. Le mot d’ordre pour elles ne pouvaient pas être « Je suis Charlie », puisqu’elles considèrent que le problème est beaucoup plus profond que la liberté de la presse. La question n’est pas que les journalistes puissent caricaturer ou non un prophète, c’est la capacité collective à résister à un phénomène qu’ils appellent islamisation, qu’eux avaient diagnostiqué et qu’ils ont vu valider de façon éclatante en janvier. Or, quelque part, cette manifestation ne ferait que prendre les choses par le petit bout de la lorgnette.

«La carte de la mobilisation est en creux celle du vote FN.»

L’une de vos enquêtes montrait que 80% de la population percevait une menace terroriste avant les attentats de janvier. Parmi ces personnes, quelle est alors la différence entre celle qui sont allées marcher et les autres?
Tout dépend de la façon dont la menace terroriste est reliée. Certains y verront effectivement la preuve que le monde est dangereux et qu’il faut réaffirmer des principes républicains. Les autres affirment que tout cela n’est que la pointe émergée de l’iceberg et qu’il faut relier à ce que nous avons appelé des « séries » : c’est le terrorisme, mais aussi la crise des banlieues, l’immigration, la géopolitique de l’islamisme, la montée du fondamentalisme… Ce sont ces fils qui, en janvier 2011, se trament pour former une idéologie. Ces différentes questions se sont cristallisées à ce moment. Les attentats ont été un catalyseur pour la formation de cette idéologie populiste.

C’est une idéologie qui se retrouve portée par le FN?
Cette idéologie entre en phase avec le discours du Front national. La carte de la mobilisation des 10 et 11 janvier est en creux celle du vote FN. Mais nous essayons de montrer que cette machine idéologique s’est autonomisée du FN et qu’elle tourne à plein régime, toute seule. Elle est alimentée sans arrêt par des faits d’actualité et on peut penser qu’elle continuera à l’être pendant de nombreuses années. Les personnes rencontrées s’appuient en effet sur leur propre jugement ou disent avoir la connaissance pratique de cette idéologie. Elles disent « Il faut se rendre à l’évidence » ou « force est de constater que » et cite des exemples de leur quotidien. Le FN en profite parce qu’il se met en porte-voix de ces personnes. En ne défilant pas à Paris, Marine Le Pen s’est d’ailleurs mise en résonance de cet électorat. Contrairement à une première lecture qui a pu être faite, ce n’était pas une erreur de sa part, bien au contraire.

Janvier 2015 : le catalyseur. Jérôme Fourquet et Alain Mergier. Fondation Jean Jaurès.

 

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol