Archive pour le Tag 'Marchais ?'

Grand débat- Macron utilise les méthodes de Castro, Chavez, G. Marchais et d’ Anouna

Grand débat- Macron utilise les méthodes de  Castro, Chavez, G.  Marchais et d’ Anouna

  •  
  •  
  •  
  •  

 

Les gilets jaunes ne sont pas complètement naïfs. Ils ont bien compris que Macron détourne  le grand débat à son seul profit électoral. Avec la bienveillance de grands médias et des maires, Macron fatt en quelque sorte son show pendant des heures. Finalement à la manière de Castro, de Chavez, de Georges Marcahis ou même de Cyril Hanouna. Un numéro de cirque interminable et qui dure des heures. La méthode classique en dictature pour étouffer complètement l’auditoire. La dimension démocratique serait remplie par le questionnement des maires. Des maires souvent bien incompétents pour parler de la problématique générale concernant la justice fiscale et sociale, souvent très légitimistes et tellement contents de rencontrer une fois dans leur vie le président de la république. La sanction du débat, ce n’est pas une synthèse où chaque partie a évolué vers une analyse partagée mais la parole divine et jupitérienne de Macron. Bref une vraie caricature de débat sous l’œil complice des caméras des télés d’info continue bien contente par ailleurs de combler l’insignifiance de leur grille. Cela d’autant plus qu’il est bien difficile les week-ends d’organiser des plateaux télé avec des experts un peu compétent et un peu objectifs. Comme d’habitude on va rechercher des pépés en mal existentiel et des experts sortis de nulle part. Un seul exemple de ce théâtre politique : l’argumentation de Macron relative à l’impôt sur la fortune. Certes ce n’est sans doute pas le problème majeur par rapport à la justice sociale et fiscale mais cela constitue quand même un symbole incontournable. Macron manipule les maires en leur expliquant que la suppression de l’impôt sur la fortune de toute manière n’aurait pas amélioré la situation sociale des gilets jaunes, comme si c’était le sujet. Une manière de réduire jusqu’à la caricature une problématique.

Mélenchon : Jaurès, César ou Georges Marchais ?

Mélenchon : Jaurès, César ou Georges Marchais ?

 

Mélenchon ne manque évidemment pas de qualité, ni de culture mais ses outrances disqualifient parfois son propos. À ses qualités de tribun, à ses références culturelles, Mélenchon ajoute un certain talent de comédien. On a cependant parfois des difficultés à saisir la réelle personnalité de l’intéressé qui se comporte selon les cas comme Jean Jaurès, Jules César ou encore Georges Marchais. Il est Jaurès quand il veut théoriser le socialisme et ambitionne de réunir toutes la famille de gauche. Malheureusement il devient souvent Jules César quand il négocie avec ses partenaires d’autres formations n’hésitant pas à les négliger voire à les maltraiter comme le parti communiste, le parti socialiste où les organisations d’extrême-gauche. Mélenchon conçoit l’union non pas comme un combat mais comme un ralliement à ses seuls positions. Le paradoxe chez Mélenchon c’est qu’il peut tout autant développer une analyse intellectuelle de haut niveau et peu après tombé dans le populisme le plus vulgaire voire insultant. Bref aussi faire du Georges Marchais en utilisant la caricature et la grossièreté il y a un côté sanguin chez Mélenchon qu’il a du mal à contrôler. Force est de reconnaître que Mélenchon a peu de concurrents quant à ses compétences oratoires, son seul ennemi : sans doute lui-même.

Mélenchon, le nouveau Georges Marchais utile à Macron

Mélenchon, le nouveau Georges Marchais utile à Macron

 

Dans les milieux proches de Macron, on se félicite d’avoir pour principal opposant Jean-Luc Mélenchon. En fait,  une caricature d’opposition qui valide un peu plus les orientations du gouvernement. La critique et les propositions de Mélenchon sont tellement outrancières, ridicules et théâtrales que d’une certaine manière elle ne peut que faciliter l’adhésion à la politique de  Macron. Mélenchon c’est un peu le nouveau Georges marché du XXIe siècle (avec la culture en plus mais qui ne lui sert pas à grand-chose en politique). Mélenchon s’est complètement ridiculisé en contestant la légitimité politique de Macon, en proposant la révolution sociale et la perspective d’un régime bolivarien à la mode de Cuba  ou du Venezuela. Non seulement il n’a pas réussi à réunir 1 million d’opposants sur les Champs-Élysées mais en plus ses outrances et sa tentative d’instrumentalisation du mécontentement social ont tué mouvement contre les ordonnances du code du travail. Mélenchon attribue la responsabilité de cette défaite sociale à la division syndicale mais lui-même n’est pas même capable de réaliser la moindre union politique avec la gauche et même avec l’extrême gauche. En outre le camarade Mélenchon ne pratique guère l’introspection quand il affirme “La division syndicale nous a nui d‘une manière incroyable dans la bataille”, a dénoncé Jean-Luc Mélenchon. “Honte à ceux qui en sont responsables.” Des propos évidemment irresponsables qui vont lui revenir comme un boomerang lors de sa prochaine tentative de récupérer le mouvement social. Mélenchon vise en effet les syndicats réformistes comme la CFDT, mais aussi FO  et  la CGT. Pas étonnant que Mélenchon enregistre un net recul dans les sondages. Cela d’autant plus qu’il a à gérer des contradictions internes.  Ces derniers mois, plusieurs personnalités de La France insoumise ont suscité une série de polémiques, dont l‘une concerne le logement HLM occupé par l‘ex-porte-parole Raquel Garrido et son conjoint, le député Alexis Corbière. La députée Danièle Obono s‘est pour sa part attirée les foudres d‘une partie du monde politique à la suite de déclarations portant notamment sur la pratique de la non-mixité dans des réunions associatives. Mélenchon lui-même est au centre d’une polémique quant à son patrimoine immobilier. Mélenchon réfute tout enrichissement grâce à la politique, il menace de porter plainte contre les médias mais pour l’instant il n’a pas encore bougé ! En attendant, la cote du député s‘effrite dans l‘opinion. Près des deux tiers des Français (63% contre 36%) ont une mauvaise image de lui et sa popularité a chuté de six points en deux mois, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro publié vendredi.

Mélenchon à l’assemblée: la place de Jaurès ou de Marchais ?

Mélenchon à l’assemblée: la place de Jaurès ou de Marchais ?

 

Visiblement , il souhaitait occuper l’endroit où siégeait  Jaurès. Un endroit introuvable. Par contre on se souvient du siège qu’occupait Georges Marchais dont le populisme était proche de celui de Mélenchon qui en dépit de sa culture met son énergie au service de la caricature et de l’outrance permanente. Donc un siège qui lui conviendrait bien.    Jean-Luc Mélenchon n’a pas fini de faire parler de lui. Le Canard enchaîné révèle ce matin que le député des Bouches-du-Rhône s’était fait remarquer le 28 juin pendant la réunion des présidents de groupe. À peine arrivé à l’hôtel de Lassay, le président du groupe France insoumise a voulu imposer ses choix. «Ce que je souhaite, c’est m’asseoir à la place de Jean Jaurès», aurait-il exigé selon le Canard Enchaîné. «Sourire en coin dans l’assistance», écrit le journal, mais la requête n’amuse pas du tout François de Rugy. Le président de l’Assemblée est au courant que Jean-Luc Mélenchon importune l’administration du Palais Bourbon pour savoir où était assis la figure tutélaire de la gauche. «Les archives ne permettent pas de définir les places précise où Jaurès a siégé», lui répond François de Rugy, avant d’ironiser «on a aussi cherché, sans la trouver, la place de Robespierre», révolutionnaire qui a inspiré Mélenchon et siégé à l’Assemblée. Une anecdote confirmée ce matin par Olivier Faure, le président du groupe Nouvelle Gauche (ex-PS), au micro de France Info. «Il a dit qu’il avait cherché son siège, mais personne ne sait où il était puisque Jean-Jaurès changeait plusieurs fois de places», raconte-t-il. Avant d’ironiser: «Je ne vois pas très bien, à l’endroit où il est placé, où il aurait pu trouver Jean Jaurès. Quand on regarde les tableaux, Jean Jaurès n’était pas à l’extrême gauche de l’hémicycle, il était plus central».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol