Archive pour le Tag 'manque'

Manque d’électricité nucléaire cet hiver ?

Manque d’électricité nucléaire cet hiver ?

 

 

L’interruption de plusieurs réacteurs pourrait entrainer une possible pénurie d’électricité nucléaire cet hiver. – EDF a en effet abaissé vendredi soir son objectif 2017 de production d’électricité d‘origine nucléaire, pour la deuxième fois cette année L’électricien public vise désormais pour cette année une production nucléaire de 383-387 TWh (térawatts/heure), contre un objectif précédent de 385-392 TWh, afin de tenir compte de l‘arrêt provisoire des quatre réacteurs du Tricastin (Drôme et Vaucluse). “La date du redémarrage des réacteurs concernés est estimée aujourd‘hui au 27 novembre 2017”, annonce EDF dans un communiqué. A l‘arrêt depuis fin septembre, les réacteurs du Tricastin, d‘une capacité combinée de 3.600 MW (mégawatts), devaient initialement redémarrer la semaine prochaine. EDF avait abaissé une première fois son objectif de production nucléaire en septembre lorsque l‘Autorité de sûreté nucléaire (ASN) lui avait imposé la mise à l‘arrêt provisoire du Tricastin en demandant le renforcement d‘une portion de digue d‘un canal au nord du site, afin de garantir qu‘elle résiste en cas de séisme d‘une ampleur exceptionnelle. L‘ASN doit donner son feu vert pour permettre le redémarrage des réacteurs. Dans une note séparée, EDF avait également annoncé avoir retardé de deux mois le redémarrage du réacteur 2 (1.300 mégawatts) de la centrale de Paluel (Seine-Maritime), jusqu‘au 15 avril prochain. Les analystes craignent que la France, dont les besoins en électricité dépendent de l’énergie nucléaire pour plus des trois quarts, ne soit confrontée à un risque de pénurie cet hiver en raison de l‘interruption prolongée de plusieurs réacteurs.

Attentats en Espagne: manque de solidarité en France

Attentats en Espagne: manque de solidarité en France

 

 

On peut légitimement se demander si le terrorisme n’est pas en voie de banalisation tellement les réactions paraissent timides. Par exemple le dernier attentat en Espagne qui a pourtant fait des victimes françaises n’a suscité que quelques réactions assez convenues par voie de communiqué. Il s’agit pourtant d’un premier attentat  en ’Espagne. On aurait attendu mieux de la part de la France. Qu’elle prenne par exemple l’  initiative d’un vaste mouvement de protestation organisée dans toute l’Europe. La bataille est en effet culturelle et idéologique. C’est la bataille de la démocratie contre la barbarie. Elle durera 30 ou 40 ans, il s’agit de triompher de la barbarie de quelques jeunes tarés, le plus en souvent anciens délinquants qui veulent donner une légitimité religieuse à leur violence.  .Faut-il rappeler qu’après l’attentat contre Charlie hebdo des millions de Français s’étaient mobilisés avec la présence de 40 responsables politiques de pays étrangers. Depuis les crimes contre Charlie hebdo, d’autres événements tragiques se sont déroulés en France à Nice en particulier et aussi un peu partout dans le monde. Du coup,  l’impression d’accoutumance voire d’impuissance se répand y compris chez les responsables politiques.  Le dernier bilan des victimes françaises des attentats de la fin de la semaine en Espagne, publié samedi par le ministère des Affaires étrangères, fait état de 30 blessés, dont cinq dans un état grave. Seize de ces blessés ont pu quitter les hôpitaux où ils étaient soignés et 14 sont encore hospitalisés dans des établissements de la région de Barcelone, a précisé le Quai d’Orsay dans un communiqué. Les attaques aux véhicules bélier de Barcelone et Cambrils, en Catalogne, revendiquées par l’organisation de l’Etat islamique, ont fait au total 14 morts et 126 blessés. Certes les Français sont en vacances, le gouvernement aussi mais le pire dans cette bataille c’est de trouver des excuses au manque de solidarité. De ce point de vue on peut se réjouir de l’initiative du maire de Nice de réunir les maires des plus grandes villes européennes avec le commissaire européen à la sécurité afin de6 aux moyens de lutte contre ce terrorisme.

Ronaldo, le joueur qui manque au PSG !

Ronaldo, le joueur qui manque au PSG !

 

Dans les matchs décisifs, Ronaldo répond presque toujours présent. En cause,  sa rage de vaincre et sa capacité à tirer l’équipe vers le haut dans les moments stratégiques. Tout ce qui manque au PSG qui ne possède pas de leader charismatique,  qui domine souvent mais en donnant l’impression qu’il ne veut pas gagner. Plus exactement qui joue à mi-temps, en mode alternatif. Bref ce qui manque au PSG : un leader d’équipe, un entraineur, aussi un président. Le Real Madrid, lui,  n’a pas fait de détail dans cette demi-finale aller, en surclassant l’Atlético (3-0), à Santiago Bernabéu. Au terme d’un match ultra-dominé, les Merengues ont vite pris les devants grâce à Ronaldo (8e). Benzema rate le break après un sublime retourné, mais c’est encore le même homme qui a illuminé le match. Cristiano Ronaldo s’est offert un triplé en seconde période, après un gros travail de Benzema (73e), et un super service de Lucas Vazquez (85e). C’est son 10e but cette saison en C1, le 104e de sa carrière, le deuxième triplé de rang en C1, le Portugais est stratosphérique ! L’Atlético n’a pas existé dans cette rencontre, à l’image de Griezmann et Gameiro qui n’ont jamais tiré au but. Le Real met un pied en finale, avant le match retour la semaine prochaine, et peut devenir la première équipe à conserver sa couronne dans l’ère moderne. Ce serait aussi la 15e finale du Real, la troisième en quatre ans. Pour le PSG, il faudra attendre   Après le désastre à Barcelone, maintenant la défaite à Nice se pose évidemment l’avenir du Paris Saint-Germain en tant qu’équipe à prétention européenne.  Il est plus que vraisemblable que le Qatar qui dépense sans compter ou presque pour l’équipe parisienne va se poser des questions sur son engagement. Après ces défaites impardonnables l’image du club se trouve en effet fortement affecté. Pour prétendre au statut d’un des premiers clubs européens,  il conviendra d’opérer de nombreux changements. En effet,  ce qui caractérise l’équipe parisienne c’est son jeu en mode alternatif capable un jour de gagner par 4 ou 5 à 0 et le lendemain de d’obtenir une pénible victoire 1à 0 contre l’un des derniers du classement de la ligue 1.  La première chose à changer concerne sans doute le président car visiblement ce président n’a qu’une connaissance approximative du football, il manque de tout de charisme, d’autorité et d’expérience. Ces relations tant avec les joueurs qu’avec les différents entraîneurs sont chaotiques et versatiles. La vérité, c’est sans doute qu’il ne sait pas trop où aller et comment y aller. Second changement, celui de l’entraîneur. Pour diriger une équipe de stars surpayées il faut évidemment un manager à poigne du type de Mourinho ou Wenger, bref un patron pas un gentil animateur. Enfin, il convient de changer sans doute une grande partie de l’équipe composée de mercenaires peu motivés et peu  attachés aux maillots. Le recrutement doit évidemment viser des joueurs de talent mais tout autant de véritables guerriers, pas des danseurs étoiles fonctionnant en mode alternatif ou capables seulement d’une prestation fulgurante pour 5  prestations ordinaires voire insignifiantes. Quand on paye des joueurs 1 million par mois et plus on peut s’attendre à  autre chose. Enfin il faudra aussi trouver un public, un vrai public, comme dans les clubs anglais, qui ne vient pas seulement lors  des épisodes victorieux mais qui soutient indéfectiblement son équipe en toutes circonstances. Un public de type Lens bref il faudra un sérieux coup de balai en matière de management et de recrutement pour ambitionner jouer l’un des premiers rôles en Europe.

Mélenchon -second tour : un manque de courage et de clarté

Mélenchon -second tour : un manque de courage et de clarté

Mélenchon ne sortira pas grandi de sa probable sortie politique au soir du premier tour des présidentielles. Jusque-là pourtant il avait réussi sa campagne se montrant notamment sans conteste le meilleur tribun même si ces meetings étaient plus proches de prestations de stand-up que de l’exercice classique de campagne. Avec de leur de 20 % des voix son bilan constitué un relatif succès. Succès qui risque d’être gâché par sa position ambiguë et incompréhensible à l’égard de la candidature de Marine Le Pen au second tour. En refusant de se prononcer Mélenchon mais en fait sur le même pied d’égalité Marine Le Pen et Macron, une attitude bien peu républicaine pour celui qui voulait en incarner les valeurs. D’une certaine manière, Mélenchon porte un très mauvais coup à son propre parti auquel il sera forcément reproché notamment lors  des législatives ce manque de courage et de clarté Jean-Luc Mélenchon ne dira donc pas s’il votera pour Emmanuel Macron, Marine Le Pen, blanc ou nul pour le seconde tour de l’élection présidentielle. La France insoumise est pourtant appelée à se prononcer sur son choix et la consigne de vote du collectif. Un choix qui sera rendu public, a garanti Jean-Luc Mélenchon au soir de l’annonce des résultats du premier tour. « Je suis triste pour ses électeurs. Je pense qu’ils valent beaucoup mieux que ce qu’il leur a dit dimanche soir », avait déclaré Emmanuel Macron, précisant que Jean-Luc Mélenchon « n’avait pas hésité il y a 15 ans à appeler à faire rempart au FN ». Du côté de la France insoumise, la consigne de vote n’est pas claire et jamais l’appel à voter pour Emmanuel Macron n’est prononcé. Le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière, a appelé mercredi 26 avril les électeurs de La France insoumise à ne pas apporter « une voix » au Front national, laissant simplement entendre que lui-même voterait pour Emmanuel Macron le 7 mai. « Je profite de votre émission pour dire : ‘Pas une voix pour le Front national’. Ça n’est même pas dans la proposition de consultation que nous faisons, car il est clair que pour nous le Front national est un danger pour le monde du travail, parce qu’il ment au salarié (…) et que chaque fois qu’il y a eu des mobilisations pour les droits sociaux, l’extrême droite, elle était là contre nous », a déclaré Alexis Corbière sur LCI.  »Dans notre mouvement, il y aura plusieurs opinions« , qui seront publiées le 2 mai, a-t-il ajouté, mais il faut « faire la différence entre un choix intime et un choix politique ». Le choix intime de Mélenchon paraît cependant bien ambigu voire sulfureux.

 

Marine Le Pen manque de fonds

Marine Le Pen manque de fonds

 

Le Front National manque de fonds. De fond  bien sûr en matière d’orientation politique ou plus exactement de trop-plein car le programme du FN c’est un peu le catalogue de la Redoute ou l’auberge Espagnole. On n’y trouve tout empilé aussi bien des orientations marxistes que des propositions ultra libérales sur fond de poujadisme anti républicain. L’insuffisance de fonds ne concerne pas simplement le programme mais aussi les moyens financiers. Du coup le Front National pourrait une nouvelle fois faire appel à des fonds russes. En novembre 2014, le FN avait obtenu un prêt de 9 millions d’euros auprès d’une banque russe réputée proche du Kremlin, ce que la présidente du FN avait justifié par le refus des établissements français de lui consentir la moindre avance.  Le Front national n’a toujours pas trouvé les financements nécessaires pour la prochaine présidentielle et les élections législatives, soit environ 27 millions d’euros, a déclaré jeudi le secrétaire général du FN, Nicolas Bay. En attendant le Front National a accepté un prêt de Cotelec micro parti de Jean-Marie Le Pen pourtant exclu du front national. Un micro parti qui dispose encore de nombreuses liquidités. Le principe est le suivant le micro parti emprunte et prête  au Front National avec intérêt qui rembourse ensuite grâce aux fonds publics liés à la représentativité. Des fonds qui sont prêtés aux  candidats qui veulent l’étiquette du Front National avec une surfacturation de pseudo-prestations. A chaque élection ou presque, le FN est soupçonnée d’escroquerie pour des surfacturations qui permettent de détourner des frais de campagne remboursés par l’Etat. En fait il ne s’agit pas directement du FN mais de structures bidon proches de Marine Le Pen (avant de Jean Marie) qui font en quelque sorte de l’optimisation financière des remboursements par l’Etat de l’Etat de frais de campagne. De toute évidence Marine qui sait gérer comme Jean Marie  son patrimoine personnel de millionnaire (des enquêtes sont en cours pour dissimulation de patrimoine) sait aussi optimiser les ressources provenant de l’Etat dans des structures non pas contrôlée par le parti mais par elle- même ou de très proches. . Le Front national est en effet de nouveau dans le viseur de la justice. Le parquet de Paris a ouvert le 9 novembre une enquête préliminaire sur des soupçons d’escroquerie dans le financement de la campagne des régionales de décembre 2015 du FN, a appris vendredi l’AFP de source judiciaire, confirmant une information du Monde. Cette enquête ouverte pour escroquerie, abus de biens sociaux et blanchiment de ces délits, vise l’entreprise Presses de France, dirigée par Axel Loustau, conseiller régional FN d’Ile-de-France. C’est un proche de Frédéric Chatillon, renvoyé en procès dans l’affaire des kits de campagne aux législatives de 2012. Dans l’affaire des kits, les juges d’instruction Renaud van Ruymbeke et Aude Buresi ont aussi ordonné le 5 octobre le renvoi en correctionnelle du FN et de deux dirigeants du parti d’extrême droite, Wallerand de Saint-Just et Jean-François Jalkh. Les juges soupçonnent une escroquerie au préjudice de l’Etat, qui rembourse les frais de campagne, par le biais notamment de surfacturations. Le Front national, qui clame son innocence, a été renvoyé pour complicité d’escroquerie et recel d’abus de biens sociaux. Son trésorier Wallerand de Saint-Just a été renvoyé pour recel d’abus de biens sociaux.   La nouvelle enquête ouverte le 9 novembre s’intéresse cette fois à l’entreprise Presses de France. Créée en juillet 2015, elle était chargée de l’impression des documents électoraux, à la place de la société de communication Riwal dont le dirigeant Frédéric Chatillon, très proche de Marine Le Pen, était alors interdit de toute relation commerciale avec le parti frontiste en raison de son contrôle judiciaire dans l’affaire des kits. Les investigations tournent autour de « la problématique d’éventuelles surévaluations des dépenses d’impression » remboursables par l’Etat, selon une source proche de l’enquête. Le parquet a ouvert une enquête à la suite d’un signalement fin juillet de Tracfin, la cellule antiblanchiment de Bercy, visant des « virements suspects », vers deux sociétés financières impliquant l’entourage d’  Axel Loustau, pour un total avoisinant deux millions d’euros. Sa société avait perçu 4,7 millions d’euros de l’Etat au titre des frais de campagne remboursables mais seul 1,2 million a été débité au profit de sous-traitants imprimeurs, selon la source. Ces nouvelles investigations s’ajoutent à une information judiciaire ouverte fin octobre sur des soupçons d’escroquerie dans le financement des campagnes du FN aux municipales et aux Européennes de 2014 et aux départementales de 2015.

Manque de performance française à l’exportation: pourquoi?

Manque de performance française à l’exportation 

Coût de production et manque d’ouverture internationale seraient les principaux obstacles au dynamisme des exportations françaises. Entre 1999 et 2014, la balance commerciale de la France n’a cessé de se dégrader. D’un excédent de 31,1 milliards d’euros en 1999, nous sommes ainsi passés à un déficit de 39,2 milliards sur les échanges de biens et services, soit une perte de 70 milliards d’euros en l’espace de 15 ans. D’après  La société d’étude Kantar Public (groupe WPP) ce sont avant tout les coûts, que ce soit de production (67% des répondants citent cette raison), de transports (51%) et de douanes (50%), qui freinent les exportations françaises. La lourdeur de la réglementation des règles à l’export (56%) constitue l’autre grand obstacle, si l’on en croît les personnes interrogées. Autre  source d’explications : le « manque d’ouverture vers l’international » pour 55%. . Il s’agit même du principal frein cité par les cadres d’entreprises étrangères (66%). « Cette perception se situe au niveau culturel. Les Français sont perçus comme ne pratiquant pas suffisamment les langues étrangères et dotés d’un état d’esprit trop peu ouvert vers l’extérieur », expliquent les auteurs de l’étude. Difficile de leur donner totalement tort. Dans son classement international de la pratique de l’anglais, l’entreprise Education First classe l’Hexagone à la 29eplace sur 72 pays, soit le plus mauvais rang en Europe de l’Ouest, derrière l’Espagne et l’Italie.

(BFM)

Christian Estrosi : intello et gastronome qui ne manque pas de sel

 Christian Estrosi : intello et gastronome qui ne manque pas de sel

 

Le motocrate qui est à la pensée universelle ce que McDo est à la gastronomie aime les réflexions et les notes salées. Celui qui était qualifié d’abruti par Sarkozy ne se gêne pas pour mener grand train. Estrosi soigne davantage son estomac que ses capacités cognitives. Dans son édition de mercredi, Le Canard enchaîné pointe en tout cas « la copieuse enveloppe » qu’a fait voter cet été le président de la collectivité (LR) Christian Estrosi pour « ses notes de frais de bouche ». Soit 27.000 euros pour l’année 2016 dans des restaurants gastronomiques. Mais la dilapidation  des fonds publics ne constituent pas la caractéristique la plus grave du président d’une des plus grandes régions de France. Le plus grave, c’est qu’il représente bien le degré zéro de la politique avec une spécialité : les saillies du café du commerce. Cet homme-là aurait pu tenir avec succès un bistrot, il en avait les compétences. La malchance sans doute s’est opposée à cette honorable carrière et il a échoué en politique en devenant maire de Nice, président de la région. Il a même été ministre de l’industrie même si personne ne s’en souvient. Bref l’incarnation de la nullité totale en politique. Ce qui ne l’empêche pas de se considérer comme un prince du sarkozysme en tout cas de mener un train princier aux frais du contribuable.

Publiée sur le site Internet du Conseil régional, la « délégation d’attributions au président du conseil régional », passée en revue le 24 juin dernier, prévoit en effet ce budget prévisionnel dans les dix établissements du « référentiel de restaurants pour l’année 2016 à destination des élus et leurs invités à l’occasion de repas d »intérêt régional’ ». Quatre à Marseille, trois autres à Nice (dont le restaurant d’application du lycée hôtelier Paul-Augier), un à Gap, un à Digne-les-Bains et un dernier à Paris. « Ils sont effectivement en compte avec nous. On leur envoie les factures. Ils viennent de temps en temps, mais ils ne mangent pas beaucoup », sourit Christian Buffa, le patron du Miramar, sur le Vieux-Port de Marseille. Dans ce restaurant gastronomique de la cité phocéenne, où la région a prévu jusqu’à 5.000 euros d’additions, la « vraie bouillabaisse » est tout de même affichée à 63 euros, comme le fait remarquer Le Canard enchaîné. Le conseil régional a aussi jeté son dévolu, avec une enveloppe de 3.000 euros, sur La Petite Maison, à l’entrée du Vieux-Nice. Un établissement huppé et sélect où Christian Estrosi, avant maire de Nice, a depuis longtemps ses habitudes.

 

 

Grèves transport pourquoi ? Un manque de concertation

Grèves  transport pourquoi ? Un manque de concertation

Une nouvelle fois les transports risquent d’être l’un des secteurs les plus affectés par les conflits. En toile de fond figure la protestation contre la loi travail cependant nombre de salariés de la branche ne sont pas concernés directement par cette loi. Des facteurs explicatifs spécifiques au monde des transports doivent être pris en compte. De nombreuses transformations économiques, technologiques, environnementales affectent l’organisation des transports et les conditions sociales des salariés. D’une certaine manière, le transport vit une crise dans une crise plus générale. Une des caractéristiques de la crise est de présenter un caractère systémique aux interactions complexes et multiples. L’étude trop fragmentée des phénomènes constitue un des facteurs explicatifs essentiels  de l’incompréhension des transformations structurelles que nous vivons. A cela, s’ajoute bien entendu l’influence des clivages partisans qui s’alimentent cependant d’un manque de vision de l’avenir. C’est pourquoi il semblerait utile d’engager avec tous les acteurs un travail réflexion prospective pour déboucher sur une analyse la plus partagée possible du futur des transports. Un exercice de concertation paraît indispensable  avant les  réformes nécessaires face aux nouveaux enjeux. Un tel exercice n’a pas été effectué depuis longtemps et les réflexions qui sont  menées ici ou là l’ont été de manière trop sectorielle (réforme SNCF par exemple ou encore réformes dans le secteur routier). Nombre d’organisations pour des raisons corporatistes préfèrent  limiter le champ de l’analyse cependant les interactions à caractère intermodal et systémique imposent souvent une vision plus large à la fois des techniques, des modes et souvent du champ spatial. Le Premier ministre a récemment indiqué qu’il envisageait d’actualiser la LOTI (loi d’orientation transport)  pour la remplacer par une autre. Une nécessité sans doute car depuis 1982 l’environnement a connu de nombreux changements. Il faut toutefois observer que l’élaboration de la LOTI  a fait l’objet au préalable d’un profond travail d’analyse et de concertation avec tous les acteurs. La concertation plus générale et plus officielle avec les pouvoirs publics a permis d’aboutir à un texte dont le principe a été beaucoup moins contesté par la suite. Aujourd’hui force est de constater que la quasi-totalité de la profession porte un jugement favorable sur la loi d’orientation de 1982. Mieux, nombre d’organisations,  y compris  patronales de se sont souvent référées aux principes de cette loi pour améliorer la régulation du secteur. Le rythme actuel des mutations  contraint à nous interroger sur la cohérence des articulations entre les systèmes techniques, les formes organisationnelles et la dimension sociale. En contractant de l’espace par le temps le transport à grandement contribué au concept de mondialisation (et même de démocratisation). Mais faute de régulation, le risque est grand d’accélérer les contradictions entre progrès social et progrès technique du futur. Un futur porteur de progrès mais aussi d’inquiétudes quand il n’est pas régulé.  On ne peut aller à l’encontre de la recherche d’un  transport de meilleure qualité et d’un moindre coût. Pour autant le principe managérial de nos systèmes ne saurait se soumettre uniquement aux progrès techniques  d’autant que ces derniers peuvent parfois être détournés par l’intermédiation d’intérêts financiers qui n’apportent aucune plus-value à la chaîne du transport. D’où la nécessité d’un réel effort d’évaluation et de concertation afin de faire  évoluer en même temps les formes organisationnelles et les dimensions sociales y compris au sens large.

Loi travail: « un manque de préparation » (Jack Lang)

Loi travail: « un manque de préparation » (Jack Lang)

  • Jack Lang dans une interview à challenges Jack Lang critique  fiasco de la préparation  de la loi travail. En même temps il critique le casting du nouveau gouvernement.

Êtes-vous favorable au projet de loi sur le travail voulu par le gouvernement ?

Je tiens d’abord à dire que j’ai d’excellents rapports avec François Hollande. Il est venu à sept reprises à l’IMA alors que Nicolas Sarkozy ne s’y était jamais rendu durant son quinquennat. Mais s’agissant de cette loi, je n’arrive pas à comprendre la gestion politique de l’exécutif. On a le sentiment que ce projet, quelle que soit sa valeur, tombe sur la tête des gens sans aucune préparation. Je ne veux pas donner des leçons, mais jamais il ne me serait venu à l’esprit, quand j’étais ministre de l’Éducation nationale, d’annoncer une grande réforme sans avoir préparé les choses. Je ne comprends pas que des personnes aussi intelligentes que François Hollande et Manuel Valls n’aient entrepris aucune pédagogie préalable. Je ne comprends pas non plus le timing. Si le gouvernement croyait à ce texte, il aurait dû le proposer il y a deux ou trois ans, pas à un an de la fin du quinquennat.

Un recul du gouvernement est-il inévitable ?

On verra, pour l’instant la mobilisation n’est pas totale. Mais il faudra trouver une porte de sortie, négocier encore davantage avec les syndicats. Il faudra que le gouvernement fasse preuve d’un peu de doigté, d’intelligence politique.

Vous avez récemment critiqué le dernier remaniement. Quelques semaines plus tôt il y a eu la polémique sur la déchéance de nationalité, maintenant cette loi El Khomri. Quel regard portez-vous sur ce gouvernement ?

Je ressens un petit peu de vague à l’âme. Je les aime bien, je suis profondément un homme de gauche, et pour cette raison, je suis triste de la tournure des événements. Cette histoire de déchéance n’est pas du tout en conformité avec mes sentiments profonds. Je note toutefois que le texte a évolué puisque la discrimination entre nationaux et binationaux a été supprimée. Mais compte-tenu du rapport de force au Parlement, le gouvernement ne pourra pas aller très loin sur cette mesure (la commission des lois du Sénat a réinscrit la semaine dernière dans le texte l’exclusivité de la déchéance de nationalité aux binationaux, Ndlr). La sagesse serait de constater que les deux assemblées ne sont pas sur la même longueur d’onde et de retirer cette mesure. Je vois mal comment François Hollande pourra réunir le Congrès.

Quant au remaniement, je trouve qu’il apparait comme trop tactique. Il n’apporte pas un souffle nouveau. C’est un remaniement purement politique alors que ce gouvernement aurait besoin d’imagination. On ne peut pas dire que le choix de certaines personnes traduise cela.

Quel bilan faites-vous des quatre années qui viennent de s’écouler?

Il n’y a rien à redire sur la politique internationale. François Hollande est très bon là-dessus, je l’ai accompagné plusieurs fois à l’étranger et j’ai pu le constater. Pour l’Europe, peut-être aurait-on voulu plus de gnaque. Il y a aussi eu certaines réformes significatives, comme le mariage pour tous. Mais l’un des gros problèmes de l’exécutif est qu’il ne sait pas mettre en valeur ses succès. Je pense par exemple à la lutte contre la fraude fiscale. Le 3 mars, le gouvernement a annoncé que le fisc avait récupéré 21 milliards d’euros de redressements. C’est très important. Mais ils n’ont pas vraiment communiqué.

Parmi les choses négatives, je pense à l’Éducation. On aurait besoin d’une véritable révolution. Il faut tout revoir. Les deux premières années du quinquennat Hollande ont été ratées avec cette histoire à dormir debout du temps scolaire qui est source d’inégalités entre les communes. Il aurait aussi fallu s’attaquer à cette ségrégation urbaine qui pourrit tout. Je pense également aux avantages fiscaux accordés aux entreprises sans aucune contrepartie.

Sur ce point, vous êtes d’accord avec Martine Aubry dont vous avez critiqué la tribune publiée dans Le Monde

Je n’accepte pas les attaques ad hominem, le manque de respect. Elle pouvait exprimer des réserves, qui rejoignent effectivement les miennes sur certains sujets, mais les termes employés faisaient plus penser à un règlement de compte personnel. Elle a refusé un grand ministère de l’Éducation et de la Culture que lui a proposé François Hollande au début du quinquennat. C’est dommage, elle aurait été excellente. Pourquoi refuser ? Pourquoi ne pas mettre les mains dans le cambouis ?

François Hollande mène-t-il la même politique que Nicolas Sarkozy ?

Il ne faut pas exagérer. Tout n’est pas à jeter dans ce quinquennat.

Doit-il se représenter ?

Une élection présidentielle, c’est un jeu de comparaison. Qui représentera la droite ? Nicolas Sarkozy ? Alain Juppé ? Tout ce que j’entends venant des candidats de droite n’est pas génial, c’est une resucée de choses mille fois entendues et parfois ça frise les frontières de l’extrême-droite. Beaucoup de gens n’ont pas envie de ça. En plus, ils vont sévèrement s’entre-déchirer. Compte-tenu de cela, François Hollande a une légitimité. C’est quelqu’un qui a une vraie part d’humanité. On peut avoir confiance en lui même s’il ne réussit pas tout. Mais 2017 est encore loin. Si l’élection avait lieu aujourd’hui, c’est évident qu’il serait battu. Mais au-delà de Hollande, Sarkozy ou tel autre, je ne me retrouve pas dans la politique française actuelle. A mon époque, on voulait déplacer les montagnes, les hommes politiques aujourd’hui sont trop timides.

Emmanuel Macron, qui affirme de plus en plus ses ambitions personnelles, est-il trop timide ?

Il apporte des idées, un autre style de politique mais ce sera difficile pour lui de se présenter dès 2017. La politique induit de l’expérience, un engagement, des affrontements, des épreuves qu’il n’a pas encore connues.

Crise en France : un manque de vision (Jacques Attali)

Crise en France : un manque de vision (Jacques Attali)

 

Jacques Attali n’a sans doute pas tort  de déplorer l’immobilisme qui se nourrit du manque de vision concernant l’avenir. Jacques Attali est souvent pertinent dans ses analyses et dans certaines de ces propositions. Ceci étant comme tous ceux qui font métier de prospective il s’est aussi souvent trompé. Il a cependant le mérite d’ouvrir le champ des possibles st d’inviter à la réflexion. On peut cependant regretter ce ton professoral et cette manie d’avoir une réponse à tout là où parfois il faudrait autoriser l’interrogation. En conclusion intéressant certes mais un peu agaçant).

Interview de Jacques Attali dans le JDD

Un manque de vision ?
Sans vision du monde, on ne réforme rien… Le grand blocage dans lequel nous sommes est dû à cela : les partis dits de gouvernement n’ont absolument aucune idée de ce que doit être la France dans 20 ans. Faute de vision, c’est toujours la paralysie, parce que nul n’accepte de remettre en cause ses acquis de peur de ne rien gagner en échange. Aujourd’hui tout le monde est pour l’environnement et pour la sécurité. Entre ces deux projets sectoriels, celui des écologistes et du Front National, il y a un vide. Un grand vide… Les deux partis de gouvernement ne réfléchissent plus à l’avenir. Au lieu d’avoir une réflexion à long terme et une stratégie, ils ne sont plus capables que de tactique.

Quels sont les principaux facteurs de paralysie?
Un pays est bloqué quand il pense que c’était mieux hier. Alors chacun se crispe sur ses avantages acquis, sa rente, ses privilèges. Si les politiques disaient voilà ce que sera la France de 2025, voilà ce que chacun y gagnera, alors les Français accepteraient de perdre un peu aujourd’hui de leurs avantages. Or nous sommes un pays aveugle face à l’avenir, avec un Front national qui n’a d’autre projet que celui d’une France imaginaire des années 50… Le pessimisme français qui en découle est à la mesure de la conscience que nous avons de nos privilèges actuels : on se crispe et on met les chariots en cercle…

Traite transatlantique : manque de transparence (Mathias Fekl)

Traite transatlantique :   manque de transparence  (Mathias Fekl)

 

Le secrétaire d’État français au commerce extérieur découvre la lune en déclarant que le traité transatlantique de libre-échange avec les États-Unis manque de transparence. La découverte est sans doute un peu tardive. On sait parfaitement que depuis des mois dans le plus grand secret, on négocie  entre seulement la commission européenne et les États-Unis ;  pour schématiser l’enjeu tournent autour de l’uniformisation des normes, ce qui permettra entre autres d’autoriser le  poulet à l’eau de Javel américain. En outre et surtout on pourra donc alléger l’arsenal législatif actuel des trois quarts enfin si les États-Unis prônent le plus grand libéralisme pour accéder au marché européen par contre,  ils entendent toujours se protéger  dans un certain nombre de secteurs. Le traité en l’état va constituer une remise en cause de la souveraineté des états et de l’Europe dans de nombreux domaines : économiques, sociaux et environnementaux. Les  Etats ne pourront plus contester les litiges qui seront réglés par des tribunaux arbitraux  supra nationaux. La France est donc  prête à stopper net les discussions sur le traité de libre-échange avec les Etats-Unis, en négociations depuis des mois. Dans une interview à Sud-Ouest paru ce lundi, le secrétaire d’Etat au Commerce extérieur estime que les Etats Unis doivent faire davantage d’efforts, faute de quoi la France arrêtera de discuter.  Mathias Fekl affirme ainsi que l’Europe a multiplié les offres, sur tous les sujets, et n’a reçu en contrepartie aucune offre sérieuse des Américains. Ni pour l’accès à leurs marchés publics, ni pour l’accès aux marchés agricoles, déplore-t-il. Face à ce manque de « réciprocité », il menace d’un « arrêt pur et simple » des négociations par la France. Dans le quotidien, le secrétaire d’Etat déplore que les négociations sur le Traité de commerce transatlantique se déroulent « dans un manque total de transparence et dans une grande opacité, ce qui pose un problème démocratique ».   »Les parlementaires doivent avoir accès aux documents, et ce, ailleurs que dans des salles sécurisées de l’ambassade américaine comme c’est le cas jusqu’à présent », exige Matthias Fekl qui regrette que « les parlementaires américains aient accès à un nombre de documents beaucoup plus important que les parlementaires européens ».

Intervention de Hollande : un manque de souffle

Intervention de Hollande : un manque de souffle

 

Une intervention qui ne marquera sans doute pas le quinquennat du président de la république et qui paraissait manquer de souffle et d’ambition. Gêné par les piètres résultats économiques intérieurs, Hollande s’est en effet résolu à faire une très large place aux questions internationales concernant notamment la Syrie, le terrorisme international et les migrants.  Hollande a longuement traité des conditions d’accueil des migrants en indiquant que la France était prête à accueillir son quota. Mot d’ailleurs qu’il récuse mais qui ressemble comme un frère au concept d’accueil obligatoire défini par l’union européenne.   »Face à cette situation, j’ai proposé un mécanisme permanent et obligatoire d’accueil des réfugiés, a expliqué le président de la République. Le mot important, c’est obligatoire, puisque c’est ce qui fait la différence avec ce qui ne s’est pas fait ces derniers mois. ». Il est clair que le plan de l’union européenne constitue une avancée sur le plan humanitaire pour autant les chiffres avancés non ne paressent  pas en adéquation avec les flux migratoires actuels et attendus. Le président de la république a convenu qu’il fallait s’attaquer aux causes fondamentales de ces flux migratoires cependant sa proposition d’intervenir par voie aérienne en Syrie ne paraît pas à la hauteur de l’enjeu. D’ailleurs il a signalé que les interventions auraient pour objet pour l’instant d’effectuer  des reconnaissances. Le chef de l’Etat a annoncé que la France mènerait dès ce mardi, des vols de reconnaissance qui permettront d’envisager des frappes contre Daech. En revanche, François Hollande a exclu l’idée d’une intervention au sol, ce serait « inconséquent et irréaliste », a-t-il-dit. Un débat aura lieu au Parlement sur la question de l’engagement militaire français en Syrie. Il aura lieu « le mardi 15 septembre » a précisé Manuel Valls, dans la soirée. Dans le domaine international Hollande a aussi abordé les conditions de la future conférence sur le climat et évoqué ses propres inquiétudes quant aux résultats à en attendre. Des inquiétudes légitimes car pour l’instant on n’a pas trouvé le premier euro pour financer les 150 milliards prévus afin d’aider les pays en voie de développement à assurer leur transition énergétique, même pas le financement pour les réunions de Cop 21. Évidemment le président de la république a fait une large place aux baisses d’impôts qu’il avait déjà annoncée. Des baisses d’impôt qui ne concerne que l’impôt sur le revenu et qui seront finalement assez symboliques puisque ces réductions seront de l’ordre de 2 milliards sur un rendement actuel de l’impôt sur le revenu de 75 milliards. Enfin Hollande à traité la question de l’évolution de la législation du travail. Mais là aussi avec un certain flou dans la mesure où il n’a pas dit clairement s’il y aurait ou non une inversion des hiérarchies juridiques. En clair si l’accord d’entreprise prendrait le pas sur le code du travail ou si  on donnerait la possibilité aux entreprises d’adapter le code du travail. Pour conclure une intervention assez terne, sans annonce très nouvelle et sans doute hypothéquée  par les mièvre résultats économique du pays. D’où l’accent mis sur les questions internationales.

Consommation: il manque 500 euros par mois aux Français

Consommation:  il manque 500 euros par mois aux Français

Il faudrait que les Français disposent d’environ 500 € supplémentaires par mois pour se sentir à l’aise. C’est ce qui a été évalué par le du baromètre CSA pour Cofidis. En moyenne, ils estiment avoir besoin de 467 euros en plus mensuellement pour se sentir en situation plus confortable. Ce chiffre État mettre en perspective avec le revenu net par salarié qui se situe autour de 2100 € dans le privé. En majorité, les Français déclarent que cet argent servirait aux loisirs, à l’habillement et à l’alimentation. Interrogés par RTL, nombreux sont ceux qui confirment qu’un petit plus dans le porte-monnaie serait le bienvenue pour éviter les fins de mois difficiles.    »500 euros de plus ce serait idéal », déclare l’un, alors qu’une maman chiffre son besoin à 700 euros car « entre le lait et les couches ça part vite« . Une autre avoue que  »ce serait au moins pour partir en vacances avec les enfants, d’ailleurs cette année on n’est pas partis ».  Certaines catégories sont plus touchées et affichent donc un besoin quasi systématique. « Depuis que je suis à la retraite c’est de plus en plus difficile« , indique un retraité. « Il faut faire attention à tout. Obligé de trouver les endroits les moins chers pour s’alimenter », conclut-il. Et lorsque c’est compliqué financièrement, il reste le découvert bancaire.  43% des Français déclarent être à découvert au moins une fois dans l’année, et 16% tous les mois. Une solution parfois inévitable.  »Heureusement qu’on a ça, ça nous permet parfois de finir les courses du mois« , explique une femme qui y a parfois recours. À noter que la plupart des personnes préfèrent se serrer la ceinture plutôt que de recourir au crédit ou à un coup de pouce de la famille.

Sécurité routière : manque de volonté politique

Sécurité routière : manque de volonté politique

Un rapport de l’inspection générale de l’administration met en évidence le manque de volonté politique en matière de sécurité routière. Ce n’est évidemment pas un scoop car cela fait des dizaines des dizaines d’années que la France est en retard dans ce domaine. Il lui a fallu même du temps admettre que l’alcool et la vitesse, souvent combinés d’ailleurs constituaient  l’un des facteurs explicatifs principaux de l’insécurité. Sur ces deux aspects les contrôles sont évidemment beaucoup trop aléatoires. Faute de vraie pilotage par l’État les forces de police se contentent de faire du chiffre notamment avec des infractions accessoires voire dérisoires. En outre nous souffrons aussi d’un manque de professionnalisme de la part des forces de police ;  de toute évidence nous devrions pouvoir disposer d’une force uniquement affectée à la sécurité routière et qui y affecterait tout son temps. Il faudrait aussi que l’État apprenne à travailler avec l’ensemble des acteurs ce qui est loin d’être le cas. Le conseil national de la sécurité routière étant  par exemple relativement méprisé par les Pouvoirs publics. Alors que la mortalité routière est repartie à la hausse (+ 3,7 % en 2014), un rapport de l’Inspection générale de l’administration (IGA), révélé par le JDD, estime donc que la France est dans le rouge en matière de sécurité routière.   Ce rapport d’audit de la politique de sécurité routière, commandé début 2014 par Manuel Valls et resté dans les tiroirs depuis un an, pointe « un manque de volonté politique » et dresse le constat suivant : il n’y a pas de pilote dans l’avion et pas de vision de long terme, peut-on y lire en substance. « Au regard des résultats de nos voisins, des progrès sont encore possibles », euphémisme le document, non encore rendu public. « Le pilotage au plan central de la politique de sécurité routière n’est pas suffisamment perçu. Le dispositif est dispersé entre de très nombreux acteurs y compris au sein de l’État. Lorsque le pilotage ne se situe pas au plus haut niveau de l’État, la responsabilité est diluée. […] Rien ne remplace toutefois l’impulsion politique au plus haut niveau de l’État », résume le document dont le JDD a obtenu copie.

 

MH 370 : un manque de transparence

MH 370 : un manque de transparence

 

La France va mobiliser des moyens pour contribuer au travail de recherche concernant le vol MH 370. Reste que ces moyens paraissent assez dérisoires compte tenu de la zone à explorer qui s’étend sur plusieurs milliers de kilomètres. Ce qui surprend dans cette affaire c’est surtout le manque de transparence de la part des différentes autorités, du constructeur et de la compagnie malaisienne. D’une certaine manière,  c’est un peu l’usage en cas de catastrophe aérienne. Chacun essaye de limiter sa responsabilité. Les enjeux sont en effet technologiques, financiers et politique,. En général dans presque tous les cas le constructeur va tenter de masquer son éventuelle responsabilité à fin de ne pas porter atteinte à son image et donc aux débouchés commerciaux. C’est le cas pour Boeing comme pour Airbus. Le plus souvent on essaiera de mettre en cause la responsabilité des pilotes. L’affaire se complique concernant le vol aime H3 170. Ce vol en effet semble avoir été détourné. Les pays concernés ne souhaitent pas forcément qu’on découvre la nationalité des terroristes qui auraient détourné l’avion. La compagnie aérienne voudrait bien sûr éviter aussi d’être mise en cause. Sans parler des questions d’indemnisation financière. Dans le cas présent, l’enquête menée par la France semble présenter un peu plus d’indépendance que dans d’autres circonstances puisque le constructeur européen n’est pas concerné par davantage que les autorités françaises. On ne pourra toutefois éviter la prise en compte de considérations diplomatiques pour ménager nos relations avec la Chine, l’Australie ou la Malaisie. Ce qu’on a pu d’ailleurs constater la de l’intervention publique du procureur français chargé de l’affaire. Au-delà de ce cas lié ce pose la question plus générale du suivi des vols aériens et de la transmission des données en temps réel. De ce point de vue la responsabilité des autorités aériennes internationales est largement en cause puisqu’on aurait du depuis longtemps mettre en place un dispositif de suivi permanent des vols  et de transmission des données de ces vols. Ce qui technologiquement ne pose aucun problème. La France va donc déployer de nouveaux moyens afin de poursuivre les recherches dans les alentours de l’île de La Réunion où a été découvert un morceau d’aile d’avion qui appartient probablement au Boeing 777 de Malaysia Airlines disparu en mars 2014, annonce jeudi le gouvernement. La justice française a dit mercredi avoir de « très fortes présomptions » que le fragment d’aile retrouvé la semaine dernière dans l’est de l’île appartienne à l’avion qui assurait le vol MH370, sans toutefois être aussi affirmative que les autorités malaisiennes. Ces dernières ont dit jeudi que de nouveaux débris avaient été retrouvés, ce que la France n’a pas confirmer. Alors que les recherches doivent être étendues dans la zone, le secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies, et la ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, annoncent jeudi que de nouveaux appareils et hommes vont y être affectés. « Pour répondre aux besoins de l’enquête, il a été décidé de déployer des moyens aériens et maritimes supplémentaires afin de détecter la présence éventuelle de nouveaux débris au large de La Réunion », disent-ils dans un communiqué Un appareil militaire survolera la zone à partir de vendredi et la brigade de gendarmerie du transport aérien mènera des « patrouilles à pied, missions d’hélicoptères de recherches et de brigade nautique », ajoutent-ils. Des analyses complémentaires étaient encore menées jeudi près de Toulouse sur le flaperon découvert la semaine dernière. Un morceau de bagage devait en outre être confié à l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie pour expertise.  L’appareil de Malaysia Airlines, qui effectuait la liaison entre Kuala Lumpur et Pékin, a disparu pour une raison inexpliquée le 8 mars 2014, avec 239 personnes à son bord.

 

Foot- Comparé à l’OM le PSG manque de tout, surtout d’entraineur

Comparé à l’OM le PSG manque de tout, surtout d’entraineur

 

Ce n’est pas la crise au PSG mais ça pourrait venir tellement l’équipe est insipide depuis un an (sauf une fois devant Barcelone). Quelle différence avec l’OM qui montre envie, forme physique, adresse et surtout managée de main de maître par Biella ; A Paris au contraire c’est une addition de vedettes au talent incontestable mais sans condition physique et sans envie, une équipe  dirigée par Blanc  sans grade conviction. La différence est vraiment de taille, les matchs de l’OM plein de dynamisme, de rigueur, d’opportunisme sont agréables à regarder tandis qu’on s’ennuie en général au moins une mi-temps devant une prestation du PSG. La ritournelle de Blanc depuis le début de la saison  « ça ira mieux quand les joueurs auront retrouvé la forme ! ». Pas vraimenet une analyse pointue des défaillances individuelle comme collectives. La vérité c’est qu’il manque un grand entraineur au PSG. Blanc a vécu sur sa réputation mais n’impressionne plus des  stars qu’ils osent à peine critiquer. L’inverse de Biella qui cherche la perfection et qui à la moindre défaillance met un joueur sur le banc. De toute évidence Blanc na’ pas la taille psychologique pour diriger une telle équipe de superstars. Il manque d’autorité et de psychologie. Il n‘a sans doute pas le bagage culturel pour impose sa maîtrise sur les joueurs. A ce niveau de compétition, il n’ya strictement rien à apprendre sur la plan technique aux joueurs tout se passe dans la tête, c’est essentiellement un travail psychologique afin de tirer le meilleur parti physique et tactique de l’équipe. Il ne faut pas parler d’entraineur mais de manageur. Blanc set come de nombreux anciens grands joueurs trop  limité intellectuellement. Les meilleurs anciens joueurs font rarement de bons entraineurs quand ils n’ont pas le bagage intellectuel et psychologique. Ou Blanc se réveille rapidement ou il faudra envisager par son remplacement pat un manager de dimension internationale. Paris na pas le droit de s’autoriser des  prestations auusi médiocres. Comme les médias (y compris sportifs) sont légitimistes, il faudra encore plusieurs mois pour qu’ils parviennent à cette évidence : il faut un entraineur à la hauteur des joueurs.

Catastrophe de Brétigny : un manque d’effectifs ?

Catastrophe de Brétigny : un manque d’effectifs ?

Ce matin toute la presse reprend bêtement ( comme souvent)  les conclusions d’un rapport sur les cause de la catastrophe de Brétigny. Il s’agirait d’un manque d’effectifs. En fait il s’agit  d’un rapport commandé par le CHSCT, don un rapport sous influence syndicale. Certes les effectifs ont diminué mais des investissements de productivité ont été réalisés. En outre les salaires ont augmenté au rythme de la réduction des effectifs. On peut donc espérer davantage de qualification et de productivité. Le problème général de la SNCF ne trouve sa raison dans le manque d’effectifs mais plutôt dans le trop plein d’effectifs qui rend la société non compétitivité ,  qui tue les parts de marché (du fret comme du transport de voyageurs y compris les TGV) et freine la rénovation du réseau. En clair le train est trop cher. Pour le cas particulier de Brétigny, il s’agit aussi  d’un manque de vigilance car les tournées de contrôle ont bien été effectuées mais la faille n’a pas été décelée. . Il serait temps que la SNCF redresse la barre car le professionnalisme fout le camp, le trafic aussi, ne parlons pas des résultats financiers catastrophiques. Le rapport  demandé par les élus du Comité d’hygiène et de sécurité (CHSCT) de l’établissement ferroviaire du Sud-ouest francilien évoque donc la baisse des effectifs de surveillance pour justifier une de causes de l’accident.

 

Barrage de Sivens : un manque de décence d’après la presse

Barrage de Sivens : un manque de décence d’après la presse

 

 

Il y a pour le moins un manque de décence de la part du gouvernement qui a tardé à régir après le drame de Siens qui a occasionné la mort d’un manifestant. Ce que pense la presse. Trois jours après la mort du jeune écologiste Rémi Fraisse, la presse fustige en effet à la fois le trop long silence de l’exécutif et l’ »instrumentalisation » du drame par les Verts. Pour Cécile Cornudet dans Les Echos, le drame de Sivens témoigne d’ »une gauche bien malade » : « Un gouvernement perdant ses réflexes, des écologistes prêts à tout pour justifier a posteriori leur départ du gouvernement, la mort de Rémi Fraisse vient de jouer les révélateurs d’une gauche bien malade. Tout est sujet à polémiques, y compris la mort tragique d’un jeune homme de vingt et un ans ». Dans Le Républicain lorrainPhilippe Waucampt fait chorus. Au-delà de « l’embarras [...] si manifeste de l’Elysée et Matignon, l’éditorialiste dénonce l’attitude « des écolos d’EE-LV, dont on se demande s’ils ont un jour appartenu à la même majorité que les socialistes ». Même dénonciation de Dominique Quinio dans La Croix, qui juge qu’ »il est des manières de récupérer de tels événements qui frisent l’indécence ». De son côté La Voix du Nord s’en prend à l’attente de l’exécutif, sous la plume d’Hervé Favre :  »Aujourd’hui, à l’heure de l’information en continu sur les ondes et sur le Net, le silence officiel n’en est que plus assourdissant. »  Dans le Courrier Picard, Daniel Muraz va même jusqu’à remarquer que « tandis que le Président et son Premier ministre se déplacent aux obsèques du PDG de Total, ils ne semblent pas faire montre de la même compassion à l’égard du jeune Rémi Fraisse et de sa famille. » Une hypothèse est même avancée par Bruno Dive dans les colonnes de Sud-Ouest, qui trouve qu’en « ne s’exprimant qu’hier matin, après les vives protestations des Verts, ils (président et gouvernement) ont donné l’impression de réagir plus aux propos de Cécile Duflot qu’au décès de Rémi Fraisse ».

 

578 euros par mois : ce qui manque pour les fins de mois

578 euros par mois : ce qui manque pour les fins de mois

 

 

En fait les Français estiment majoritairement que c’est la hausse des prix qui rogne leur pouvoir d’achat. Pourtant l’INSEE ne constate pratiquement pas d’inflation. Pas étonnant l’indice officiel ne tient pas compte de la profonde modification de la structure des dépenses (on consomme moins certains produits et services, on se reporte aussi sur d’autres). Du coup les Français estiment manquer en moyenne de 578 euros par mois pour vivre correctement et voient dans la hausse des prix et des charges le facteur qui les affecte le plus au quotidien, selon une étude publiée jeudi. La quatrième édition du baromètre annuel OpinionWay pour Sofinco, la filiale de crédit à la consommation du Crédit agricole, fait apparaître qu’ils rognent surtout sur leur budget loisirs mais aussi sur leur épargne pour s’adapter. Le manque à gagner pour vivre correctement est en hausse constante (+38 euros par rapport à 2013 et 53 euros par rapport à 2012), les fins de mois étant particulièrement difficiles pour les chômeurs (1.021 euros), les ouvriers (721 euros), les personnes aux revenus inférieurs à 1.000 euros (635 euros) et les habitants de la région parisienne (632 euros). Alors que l’inflation est au plus bas depuis cinq ans, la hausse des prix est invoquée par 58% (-8 points) des Français comme première explication à leur difficulté à boucler les fins de mois, à égalité avec le coût des charges (58%, -6 points).  La baisse des salaires (34%) vient loin derrière, même si elle progresse de six points d’un an sur l’autre. Ils sont encore une très large majorité (92%, -4 points) à estimer que les prix ne baissent pas depuis deux ans.  Côté dépenses, 50% des personnes interrogées, soit six points de plus qu’en 2012, ont le sentiment que celles liées au logement sont stables. Elles sont également 44% (+5 points) à penser que leurs dépenses liées aux nouvelles technologies n’ont pas bougé et 35% (+4 points) pour ce qui est du budget alimentaire. En revanche, les Français sont 58% à avoir revu en baisse leurs dépenses liées aux loisirs, soit deux points de moins qu’en 2013, et 62% (-1 point par rapport à 2012) disent avoir réduit leurs épargne.

 

Sondage – Pouvoir d’achat : il manque 500 euros aux français

Sondage - Pouvoir d’achat : il manque 500 euros aux français

 

 

En moyenne c’est  de l’ordre de 500 euros qui manquent aux français pour éviter les fins de mois difficiles. Il ne peut s’agir que d’une moyenne qui comprend donc des disparités mais qui témoigne bien des conséquences concrètes de la crise. Autre exemple près de 20% sont à découvert en fin de mois  Entre le paiement du loyer, les impôts qui augmentent, les dépenses de chauffage et d’électricité, le téléphone, les transports, ce n’est pas facile de boucler les fins de mois. En témoignent les derniers chiffres du baromètre de l’institut CSA pour Cofidis sur le pouvoir d’achat et les habitudes de consommation des Français, Quand on demande aux Français combien il leur manque chaque mois pour se sentir à l’aise, ils répondent 464 euros, toutes catégories sociales confondues. Ils sont obligés de rogner sur tout : les vêtements, le coiffeur, le restaurant. Une personne sur cinq (21%) sacrifie l’alimentation pour boucler son budget. De plus en plus de Français (18%) sont à découvert tous les mois. Autre chiffre inédit : près d’un sur deux (47%) a été à découvert au moins une fois dans l’année. Avant, pour tenir son budget, on puisait dans notre épargne. Mais comme il n’en reste guère, on change nos habitudes de consommation. On réalise des achats groupés (quatre Français sur dix déclarent le faire de temps en temps ou régulièrement). Le covoiturage connaît aussi un grand succès (trois Français sur dix l’ont déjà testé). On fabrique soi-même des produits ménagers, des cosmétiques, des vêtements ou de la décoration. Deux Français sur 10 se sont mis au « do it yourself ». Enfin, on loue des objets, ou on en loue aux autres. Un Français sur dix l’a déjà fait. Deux Français sur trois achètent maintenant des produits d’occasion, pour payer moins cher. Ils vendent eux-mêmes des articles sur internet ou dans des vides-greniers.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol