Archive pour le Tag 'Manif'

Prague :Grosse manif de Russes contre Poutine

Prague :Grosse manif de Russes contre Poutine

« Nous sommes contre Poutine », a déclaré Alexander Sibrimov, un étudiant de 19 ans venu manifester à Prague avec son père. « Nous ne sommes pas d’accord avec sa politique. C’est une façon de montrer au monde que les choses qui se passent en Ukraine ne sont pas bonnes. »

Moscou dit avoir déclenché une « opération militaire spéciale » visant à démilitariser et « dénazifier » son voisin et nie avoir pris pour cible des civils. L’Ukraine et ses alliés occidentaux dénoncent une invasion non provoquée.

La République tchèque abrite 45.000 Russes, ce qui représente la quatrième communauté étrangère de l’ancien pays communiste.

Près de 200.000 Ukrainiens vivaient en République tchèque – ce qui en fait la plus grande communauté étrangère – avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février.

Le gouvernement tchèque estime que 300.000 Ukrainiens se sont réfugiés sur son sol.

 »

Manif des retraités pour le pouvoir d’achat

Manif des retraités pour le pouvoir d’achat
La conjoncture géostratégique écrase évidemment les problématiques intérieures y compris la principale question du pouvoir d’achat en France. Pour résumer concernant les retraités, les organisations ne peuvent se satisfaire d’une augmentation de 1 % environ au 1er janvier alors que la perspective d’inflation sera supérieure à 5 % en 2022. Mais une problématique qui concerne aussi les salariés.Une  large union de syndicats de retraités a appellé à une mobilisation nationale pour le pouvoir d’achat et les droits des retraités ce jeudi 24 mars. Des rassemblements ont lieu ou sont attendus dans une vingtaine de villes françaises, dont Paris, Marseille, Lyon et Bordeaux. Le groupement intersyndical appelant à la mobilisation comprend neuf membres : la CGT, l’Union confédérale des retraités FO, la CFTC, la CFE-CGC, FSU, Solidaires, Retraités de la fonction publique, LSR et Ensemble & Solidaires.

L’intersyndicale réclame l’indexation des retraites sur les salaires.

Les représentants des syndicats alertent sur l’inflation des prix qui provoque une hausse du coût de la vie pour les retraités et réclament l’augmentation de leur pouvoir d’achat.

«Nous ne voulons pas de prime, mais une véritable augmentation des pensions de retraite», a déclaré plus tôt cette semaine Marc Bastide, secrétaire général de l’UCR-CGT. La revalorisation des retraites au 1er janvier 2022 n’a pas satisfait les représentants syndicaux. «Les pensions ont augmenté en début d’année de 1,1%, alors que l’inflation est à 4%», constate Marylène Cahouet, responsable de la section retraités de la FSU.

Retraites: Manif jeudi

Retraites: Manif jeudi

Il est clair qu’avec l’envolée de l’inflation dont on prévoit une hausse d’au moins 5 % en 2022, les retraités seront aussi victimes de la dérive des prix. Revaloriser les pensions, renforcer et «humaniser» les services publics, notamment dans les zones rurales: une intersyndicale de personnes retraitées, dont la CGT, FO ou le SNES-FSU, a appelé lundi à une journée de mobilisation nationale jeudi.

 

Les retraités vont battre le pavé dans une vingtaine de grandes villes dont Paris, Marseille ou Lyon. Le cortège parisien partira à 14H00 de la place de la Bastille pour se diriger vers la République. L’inflation et l’heure du bilan du quinquennat d’Emmanuel Macron ont motivé l’intersyndicale à descendre dans la rue, trois mois après la dernière journée d’action nationale des retraités.

«Nous ne voulons pas de prime, mais une véritable augmentation des pensions de retraite», a déclaré lors d’une conférence de presse Marc Bastide, secrétaire général de l’UCR-CGT. Face à la hausse du coût de la vie, l’intersyndicale a réclamé la «réindexation des pensions sur l’évolution des salaires» et un «rattrapage» du gel des pensions.

UKRAINE: les Russes tirent sur une manif

 

UKRAINE: les Russes tirent sur une manif

Après des tirs sur des bâtiments publics notamment des hôpitaux, les Russes tirent  sur des manifestants pour les disperser.Une manifestation d’habitants de Kherson, ville du sud de l’Ukraine occupée par les forces russes, a été dispersée lundi par des tirs d’armes automatiques et de gaz lacrymogène, qui ont fait au moins un blessé, selon des vidéos de deux médias locaux.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba a dénoncé sur Twitter « les criminels de guerre russes (qui) ont ouvert le feu sur des gens sans armes qui manifestaient pacifiquement contre les envahisseurs ».e de la Crimée annexée par Moscou en 2014, est la première grande ville (plus de 200.000 habitants) dont se sont emparées les forces russes après leur invasion de l’Ukraine le 24 février. Elle a été depuis le théâtre de manifestations régulières de ses habitants contre l’occupant.

Un vaste rassemblement dimanche 13 mars avait fait l’objet de ce qui semblait être des tirs de sommation.

Manif anti pass : Seulement 32.100 MANIFESTANTS

Manif anti pass  : Seulement 32.100 MANIFESTANTS

 

 

La nouvelle manif anti pass qualifiée de « convoi de la liberté » n’a réuni qu’environ 32.100 personnes en France samedi, dont près de 7600 à Paris, selon des données communiquées par le ministère de l’Intérieur. C’est sans doute moins le nombre qu’on retiendra de cette manifestation que sa grande confusion. Une confusion sur les motifs qui reprennent des revendications très disparates voire contradictoires. Une confusion des politiques qui les soutiennent et vont de l’extrême droite à l’extrême gauche. Une confusion enfin des modes d’action qui rappellent  la fin des gilets jaunes avec des participants très pacifistes mais aussi des provocateurs et des anarchistes.

Deux problèmes semblent cependant émerger de cette confusion d’une part une sensibilité de plus en plus grande vis-à-vis non pas du pass vaccinal mais du pouvoir d’achat et plus profondément une crise démocratique très profonde avec une perte de crédibilité du politique, des technocrates, des médias et même des vrais experts.

Manif des syndicats gauchistes : une mobilisation insignifiante

Manif des syndicats gauchistes : une mobilisation insignifiante

 

La participation à la grève et aux manifestations du jeudi 27 janvier a été tellement insignifiante que très peu de médias en rendent compte.

« Plus de 150 000 » personnes se seraient mobilisées lors de 170 manifestations et rassemblements, selon la CGT. En faite nettement moins que la moitié.

À Paris , la participation était très faible, quelques milliers de personnes. A Marseille,  2 500, selon la préfecture de police .

A Lyon, environ 1 500 personnes, selon la police, ont aussi défilé dans un froid glacial à la mi-journée, avec des messages comme : « c’est notre travail qui crée les richesses », tandis qu’ils étaient 1 500, selon la police, à Rennes, 2 500, selon les syndicats.

A Lille, plusieurs centaines de personnes se sont également réunies, sous la bruine, tandis qu’à Calais, les manifestants étaient 150 à 200.

A Strasbourg, plusieurs centaines de personnes (600 selon la préfecture, 700 selon les organisateurs) manifestaient aussi dans l’après-midi, et environ 500 à Besançon, derrière une banderole « Notre pouvoir d’achat part en fumée. Ras le bol ! ». Les manifestants étaient quelque 600 à Dijon, tandis qu’en Corse la mobilisation était faible, avec environ 150 personnes à Bastia, selon les autorités.

Les syndicats déplorent qu’il n’y ait eu aucun « coup de pouce » au smic au cours du quinquennat, au-delà des augmentations automatiques, ni de relèvement du point d’indice pour les fonctionnaires. Ils demandent une augmentation du smic et du point d’indice et, plus généralement, de tous les salaires, allocations et pensions de retraite, dans un contexte de forte inflation (+ 2,8 % sur un an en décembre) et de dividendes record.

Le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, est lui aussi favorable à la revalorisation des salaires. « Heureusement qu’il y a eu la puissance publique pour financer l’économie pendant cette période. Le patronat, il faut qu’il comprenne que, maintenant, il faut rendre un peu », a-t-il affirmé jeudi sur Europe 1. Mais le premier syndicat français ne joindra pas ses forces à l’intersyndicale jeudi, car « le fourre-tout ne marche pas ». En outre, la CFDT n’apprécie guère le radicalisme des syndicats gauchistes.

Manif Education nationale : très forte baisse de la mobilisation

Manif  Education nationale : très forte baisse de la mobilisation

Comme nous l’indiquions dans un article précédent, trop de grève tue la grève. Ainsi les syndicats très marqués à gauche se sont enivrés du parfum du succès de la première manifestation pour aussitôt décréter une nouvelle grève hier jeudi. En vérité un véritable fiasco. En effet les personnels tout autant que les parents n’ont pas suivi ce mouvement un peu irresponsable car trop précipité.
L’histoire se répète trop souvent dans les syndicats marqués par le gauchisme. On privilégie la lutte pour la lutte et non la lutte pour la satisfaction des revendications ; bref le mal structurel des syndicats Français trop marqués à gauche qui participent au discrédit du syndicalisme

Ils étaient 750 personnes à participer à la manifestation dans la capitale, selon la préfecture de police de Paris. Une semaine avant, ils étaient près de 78 000 personnes à manifester en France, dont 8 200 à Paris, selon le ministère de l’Intérieur. Le ministère n’a comptabilisé que 1,15% d’enseignants grévistes dans le premier degré (maternelle et élémentaire) et 2,18% dans le second degré (collège et lycée), contre plus de 38% dans le premier degré et près de 24% dans le secondaire la semaine précédente.

Manif enseignants : «pas empêchée»

Manif enseignants : «pas empêchée»

 

Le gouvernement a sans doute prit conscience de l’erreur stratégique de la préfecture de Paris qui voulait interdire ce jeudi la manifestation des enseignants à la demande de certains syndicats.

 

Il est clair que ce refus aurait sans doute constitué une incitation à renforcer encore la mobilisation

 

La manifestation des enseignants prévue jeudi 20 janvier à Paris pour protester contre la gestion de la crise sanitaire dans l’éducation «ne sera pas empêchée» par le préfet de police de Paris, malgré le dépôt hors délai de la déclaration par les syndicats, a appris l’AFP mercredi 19 janvier de sources policières.

 

Les syndicats d’enseignants ont demandé mercredi, dans un courrier commun adressé au Premier ministre Jean Castex d’intervenir auprès du préfet de police. Ils ont fait valoir que «dans l’usage, la préfecture accepte très fréquemment les dépôts hors délai». Le fait de ne pas délivrer un récépissé ne signifie pas interdiction d’une manifestation par la préfecture de police, a expliqué à l’AFP une source policière. Les interdictions concernent les manifestations présentant des dangers, a-t-on ajouté de même source.

Conclusion il y a donc des manifestations avec ou sans  récépissés !

Manif École interdite à Paris

Manif École interdite à Paris 

 

Encore une décision qui ne risque pas de ramener le calme dans l’environnement de l’école puisque la manif prévue par certains syndicats à Paris a été interdite par la préfecture.

Cela au motif que la demande de manifestation aurait été émise hors délai.Cette décision d’annulation n’est sans doute pas très opportune dans la mesure où on pouvait s’attendre à une moindre participation que jeudi dernier du faîte notamment de l’absence de syndicats réformistes et aussi de la lassitude des parents.Mais il est vraisemblable que la manifestation se tiendra quand même et il est possible du coup que des affrontements et des débordements soient constatés pour exprimer le mécontentement. Bref, une attitude pas très responsable de la part du gouvernement qui semble chercher la provocation même si on peut légitimement considérer qu’il s’agissait d’une manif de trop.

La vérité sans doute c’est que la situation socio-politique se tend dans le pays et que le gouvernement veut étouffer tout risque de bouillonnement social dans cette période pré électorale.

De ce point de vue , ce pourrait bien s’agir d’une nouvelle erreur stratégique qui va provoquer une plus grande mobilisation. «La préfecture de police de Paris refuse d’autoriser la manifestation organisée par l’intersyndicale d’Ile-de-France. Non content de rester sourd à la colère et aux revendications des personnels de l’Éducation nationale, le gouvernement, à travers son représentant, leur dénie le droit de l’exprimer en manifestant dans Paris», regrette la CGT dans un communiqué. Le syndicat juge cette décision du préfet de police «inacceptable» et dit «exiger que le droit constitutionnel de manifester soit respecté». «Après une manifestation réussie, le 13 janvier, la préfecture de police interdit l’expression des revendications des personnels à la suite des annonces faites par le premier ministre (…) La FSU proteste vivement et exige que l’interdiction de manifestation soit levée», a demandé ce syndicat dans un autre communiqué.

Face à cette interdiction de manifester, le syndicat FO dit «mainten(ir) (son) souhait de se rassembler devant le ministère de l’Education, ce même jour, jeudi». «Le motif de ce refus étant le non respect des délais trop courts entre notre demande et la date de la manifestation, nous vous faisons remarquer que les délais étaient encore plus courts entre la décision de mettre en place le dernier protocole sanitaire dans les établissements et sa mise en application», écrit le syndicat dans un communiqué. Un recours gracieux a été envoyé par les syndicats.

MANIF ANTI-PASS SANITAIRE: encore en baisse

MANIF ANTI-PASS SANITAIRE: encore en baisse

Les chiffres baissent de manière hebdomadaire. Plus de 40.000 manifestants (40.610) contre le pass sanitaire ont été recensés samedi par le ministère de l’Intérieur, qui a comptabilisé 171 actions pour le quatorzième samedi consécutif de mobilisation.

Samedi dernier, ils était environ 45.000 manifestants dans tout le pays, selon les autorités, et plus de 67.000 selon le collectif militant Le Nombre Jaune, qui publie avec retard son propre décompte.

L’affluence dans ces cortèges et rassemblements est en baisse régulière depuis plusieurs semaines. Le 25 septembre, 60.000 personnes avaient protesté contre le pass sanitaire imposé par le gouvernement pour contrer l’épidémie de Covid-19, selon le bilan des autorités.

Manif climat à Bruxelles

Manif climat  à Bruxelles

 

Entre 50.000 et 70.000 personnes ont participé à la manifestation pour le #climat à Bruxelles. Avec un message aux gouvernements: il est urgent de passer des paroles aux actes.

Selon une estimation de la police, au moins 25 000 personnes ont participé à cette marche de trois kilomètres reliant la gare de Bruxelles-Nord au parc du Cinquantenaire. Les organisateurs ont revendiqué quelque 70 000 participants.  »Il est temps d’avoir un changement systémique avec une action radicale. Il s’agit de la survie de l’humanité », a déclaré à la chaîne de télévision VRT la militante pour le climat Anuna De Wever.

Près de 80 groupes militants, réunis sous la bannière « Coalition climat », avaient appelé à la manifestation, à laquelle participaient également des personnalités politiques belges. 

 

La manifestation avait une importance particulière après les inondations meurtrières qui ont frappé la Belgique en juillet.  »Les politiciens meurent de vieillesse, Rosa est morte du changement climatique », pouvait-on lire sur une banderole, en référence à une adolescente de 15 ans emportée par une rivière en juillet.

Manif contre l’artificialisation des sols agricoles en Ile-de-France

Manif contre l’artificialisation des sols agricoles en Ile-de-France

 

Une manif pour dénoncer  »l’urbanisation massive«  de l’Ile-de-France  où environ 1 500 hectares de terres agricoles sont transformées chaque année en espaces urbains , estime la chambre d’agriculture de la région. Les manifestants ont dénoncé la pression immobilière et les projets d’aménagement comme le Grand Paris Express, qui grignotent des parcelles fertiles autour de la capitale. Ces terres sont notamment, à leurs yeux, indispensables à la biodiversité et à la lutte contre le changement climatique.

« L’idée, c’est de faire prendre conscience aux gens qu’il y a des terres à préserver pour l’écologie de l’Ile-de-France, a expliqué Claire Bertrand, agricultrice bio en Seine-et-Marne. Ces terres servent à nourrir la population de Paris. » « On a envie de préserver ce qu’on a, de ne pas avoir de béton » pour « le stockage du carbone, la diversité des espèces cultivées, le refuge des animaux… » a-t-elle poursuivi.

Au côté des nombreux collectifs organisateurs, quelques élus étaient présents, dont la députée LFI Mathilde Panot ou l’élue régionale écologiste Ghislaine Senée. Cette dernière a déploré les  »vœux pieux » de la majorité menée par Valérie Pécresse, qui souhaite instaurer la règle du  »zéro artificialisation nette » et a appelé à davantage utiliser les logements vacants et les friches pour répondre à la pression immobilière.

 

 

Manif du 5 décembre des syndicats gauchistes : une participation ridicule

Manif du 5 décembre des syndicats gauchistes : une participation ridicule

 

 

 

Une nouvelle fois les syndicats gauchistes comprenant La CGT, la FSU, Solidaires et Force ouvrière, d’une part, et l’Unef, l’UNL, la Fidl et le MNL, d’autre part,

n’ont réussi à mobiliser qu’environ 80 000 personnes d’après le ministère de l’intérieur, le double d’après leurs propres chiffres. De toute façon, une participation insignifiante qui a rarement fait l’objet d’un compte rendu dans les médias. Ou comment dévaloriser encore un peu plus un syndicalisme rongé par l’individualisme tout autant que par des organisations complètement irresponsables.

 

Des organisations qui se complaisent dans les mouvements ultra minoritaires et qui discréditent chaque jour un peu plus le rôle qu’elle devrait pourtant. À noter que les syndicats majoritaires en France aujourd’hui à savoir la CFDT, la CFTC, l’UNSA et la CGC ont refusé de s’associer à cette journée fourre-tout  qui mélange les salaires, l’emploi, les retraites, le service public et les revendications catégorielles. Bref comme déjà depuis des années pour ces organisations, un syndicalisme de contestation dont le but n’est pas d’obtenir des résultats concrets pour les salariés. Si cette manifestation avait pour objet de montrer publiquement la grande faiblesse mouvement social actuelle alors elle a atteint son but.

 

Manif du 5 décembre des syndicats gauchistes : une participation ridicule

 

Manif du 5 décembre des syndicats gauchistes : une participation ridicule

 

 

 

Une nouvelle fois les syndicats gauchistes comprenant La CGT, la FSU, Solidaires et Force ouvrière, d’une part, et l’Unef, l’UNL, la Fidl et le MNL, d’autre part,

n’ont réussi à mobiliser qu’environ 80 000 personnes d’après le ministère de l’intérieur, le double d’après leurs propres chiffres. De toute façon, une participation insignifiante qui a rarement fait l’objet d’un compte rendu dans les médias. Ou comment dévaloriser encore un peu plus un syndicalisme rongé par l’individualisme tout autant que par des organisations complètement irresponsables.

 Des organisations qui se complaisent dans les mouvements ultra minoritaires et qui discréditent chaque jour un peu plus le rôle qu’elle devrait pourtant. À noter que les syndicats majoritaires en France aujourd’hui à savoir la CFDT, la CFTC, l’UNSA et la CGC ont refusé de s’associer à cette journée fourre-tout  qui mélange les salaires, l’emploi, les retraites, le service public et les revendications catégorielles. Bref comme déjà depuis des années pour ces organisations, un syndicalisme de contestation dont le but n’est pas d’obtenir des résultats concrets pour les salariés. Si cette manifestation avait pour objet de montrer publiquement la grande faiblesse mouvement social actuelle alors elle a atteint son but.

Manif anti-passe: 48.000 participants est encore en baisse

Manif  anti-passe: 48.000 participants est encore en baisse

 

C’est tout juste si maintenant cette manifestation rythmique contre le pass fait l’objet d’un article dans la presse. La participation devient en effet insignifiante. Seulement environ 48.000 manifestants le pass sanitaire ont été recensés samedi par le ministère de l’Intérieur, qui a comptabilisé 173 actions pour le 12ème samedi consécutif de mobilisation.

L’affluence dans ces cortèges et rassemblements est en baisse régulière depuis plusieurs semaines. Le 25 septembre, 60.000 personnes avaient protesté contre le pass sanitaire imposé par le gouvernement pour contrer l’épidémie de Covid-19.

Une manif des retraités pour une hausse des pensions

Une manif des retraités pour une hausse des pensions

 

Une centaine de manifestations en France vendredi pour demander la hausse des pensions. Un appel de neuf organisations syndicales (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires) et associatives (FGR-FP, LSR, Ensemble et solidaires) de retraités.

Le niveau des pensions figure comme à l’accoutumée en tête des revendications. «Les retraites de base ont augmenté de 0,4% le 1er janvier dernier, et les complémentaires du privé de 1%, ce n’est rien en comparaison de l’inflation», a souligné Marc Bastide (CGT). L’inflation a accéléré en août, à +1,9% sur un an, selon l’Insee. Pour enrayer la perte de pouvoir d’achat, «l’indexation sur les salaires est nécessaire», a estimé Benoît Jayez (FO).

Manif aussi des chasseurs

Manif aussi des chasseurs

 

Pour défendre les chasses traditionnelles, les  rassemblements ont réuni au total 42.000 personnes, dont 16.000 à Mont-de-Marsan (Landes), 12.000 à Amiens (Somme) et entre 4000 et 5000 à Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence), Caen (Calvados) et Redon (Ille-de-Vilaine).

«On a en face de nous des démagogues. On ne demandera jamais à un vegan de manger de la viande, qu’on nous foute la paix ! Qu’on nous laisse vivre», a lancé à la foule le patron des chasseurs Willy Schraen, appelant à la création d’un grand ministère de la Ruralité, «pour s’y sentir enfin chez nous».

Anti-passe sanitaire : 10e manif samedi

Anti-passe sanitaire : 10e manif samedi

 

Les autorités s’attendent à une mobilisation de l’ordre 120 000  personnes comme la semaine dernière où il étaient 121.000 selon le ministère de l’Intérieur, dont 19.000 à Paris. Le 4 septembre, ils étaient 142.000 en France. Une mobilisation qui ne cesse de baisser depuis août.

CGT-Santé : manif le 14 septembre contre l’obligation vaccinale

CGT-Santé : manif le 14 septembre contre l’obligation vaccinale

obligation vaccinale sera mise en application à partir du 15 septembre pour le personnel de santé. La CGT santé a décidé d’organiser une manifestation pour protester contre cette disposition. La manifestation se déroulera le 14 septembre.

Manif anti Passe sanitaire : près de 160.000 personnes

Manif anti Passe sanitaire :  près de 160.000 personnes

Une  mobilisation de nouveau en baisse, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur qui a recensé 160 000 manifestants samedi

Le week-end dernier, plus de 175.000 manifestants avaient été recensés par le ministère de l’Intérieur, dont 14.700 à Paris. Le collectif militant Le Nombre jaune, qui publie un décompte ville par ville, a recensé de son côté au moins 319.290 manifestants en France. Cette «première estimation», qui sera affinée dimanche, marque également une baisse par rapport au week-end dernier, avec 357.100 personnes comptabilisées.

12345...10



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol