Archive pour le Tag 'maladresse'

Baisse aides sociales: critiques pour maladresse et injustice

Baisse aides sociales: critiques pour maladresse et injustice

 

 

Il fallait s’y attendre Bruno Lemaire a suscité de nombreuses critiques après sa sortie concernant la réduction des aides sociales relatives à l’emploi. Cela tombe d’autant plus mal que le chômage remonte au premier trimestre et qu’il ne va guère s’améliorer au second en raison des jours fériés et des grèves. Du coup, les ministres sont mobilisés pour réparer la boulette du ministre des finances qui décidément n’a pas inventé l’eau chaude.  La déclaration de Lemaire est mal venue car la perspective d’une  réduction du chômage n’est pas assurée pour l’avenir en raison du tassement de la croissance que reconnait même la BCE. Une prise de position de Lemaire injuste car les chômeurs exclus de la reprise n’ont pas à payer en plus d’humiliation qu’ils subissent déjà. – Le gouvernement a donc tenté mercredi d’apaiser les inquiétudes croissantes sur la perspective d’une baisse des prestations sociales, dans le sillage d’un rapport de la direction du Budget et de déclarations de Bruno Le Maire sur les aides à l’emploi.

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux a expliqué : “rentrer sur la question des prestations sociales par un angle strictement budgétaire n’est pas la bonne manière de procéder” et il faut mener “une réinterrogation complète de notre modèle social (que le gouvernement a) déjà engagée”. Plus tôt dans la journée, le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin avait précisé : “, on ne touchera pas les prestations sociales des gens”, en revendiquant une “sensibilité différente” de celle du ministre de l’Economie et des Finances. “Je pense qu’il faut faire des réformes importantes dans le domaine social, il y a évidemment des économies à faire (…) mais il ne faut pas toucher aux prestations sociales Gérald Darmanin a donc mis l’accent sur la baisse des aides publiques aux entreprises envisagée par le gouvernement, évoquant un montant qui pourrait atteindre environ cinq milliards d’euros. Cette réduction du soutien public aux entreprises se justifie “surtout” du fait de la reprise économique a-t-il souligné.

Mécontentement social : manque d’équilibre et maladresse du pouvoir

Mécontentement social : manque d’équilibre et maladresse du pouvoir

 

Retraites,  hôpital, prison, Ehpad, agriculteurs, cheminots, Air France, ruraux autant de catégories ou  de secteurs qui ne sont pas satisfait de la politique du gouvernement. Certes certains mécontentements sont différents et l’amalgame de ces catégories peut sembler assez artificiel. Reste que le climat social se dégrade à grande vitesse. L’hypothèse d’uen convergence de la grogne sociale n’est plus à écarter. Elle pourrait prendre la forme de manifestations dans la rue mais surtout risque de se traduire par une  nouvelle chute assez brutale de la popularité de Macron et par un net affaiblissement de la république en marche dans les bulletins de votes. Pour preuve de l’inquiétude du pouvoir, la réforme des retraites est reportée en 2019 voire même plus tard !  La légitimité de Macron juridiquement ‘est pas en cause ;  ceci étant,  il convient de relativiser car son score du premier tour est faible et c’est surtout grâce  aux votes contre le FN que Macron a été élu ; Emmanuel Macron “est légitime”, a souligné vendredi le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, sur franceinfo. “Mais la légitimité d’un homme politique comme de tout responsable (…) s’inscrit aussi dans la pratique du pouvoir. Et je crois qu’une pratique du pouvoir trop verticale en faisant fi des corps intermédiaires trop souvent, ce n’est pas durable.” Cependant pour l’ancien conseiller social de Nicolas Sarkozy, Raymond Soubie, on est encore loin d’un vrai test social pour Emmanuel Macron. “Qu’il y ait des incidents, il y a des risques. Qu’il y ait une coagulation des mécontentements pour arriver à un déferlement de grande ampleur, aujourd’hui ce n’est pas le plus probable”, a-t-il dit à Reuters. Selon lui, les mouvements de grande ampleur comme en 1995 s’appuient sur le soutien de l’opinion publique, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Selon un sondage Odoxa pour BFM Business, Challenges et Aviva Assurances publié jeudi, 63% des Français jugent la menace de grève reconductible des syndicats de la SNCF “injustifiée». le problème c’est que l’opinion est assez versatile et que les mouvements sociaux sont presque imprévisibles ;  ce fut le cas en 68, en 95. Tout ce qu’on sait c’est que l’histoire ne repasse pas les mêmes plats. Mais le plat pour 2018 pourrait être très salé pour Macron avec surtout uen vraie dégringolade dans l’opinion publique d’autant que lui et  son entourage de tecnos bourgeois ont une  fâcheuse tendance à verser dans la condescendance voire l’arrogance

Nina Ricci : fraude fiscale ? non, maladresse des avocats d’affaires

Nina Ricci : fraude fiscale ? non,  maladresse des avocats d’affaires

C’est vraiment de la mesquinerie pure et simple, l’héritière de Nina Ricci est convoquée dravant le tribunal  pour une fraude ridicule de 19 millions  d’euros. Sûrement eu erreur de reports de chiffres car une fraude aussi minime  n’est pas à la hauteur de la tricherie potentielle. On espère évidemment la magnanimité de la justice car les faits reprochés ne peuvent être dus qu’à l’incompétence des avocats d’affaires qui n’ont pas su suffisamment solliciter l’ingénierie fiscale et comptable qui permet normalement d’échapper à l’impôt. Les vrais coupable incompétence ce sont eux :  les comptables, les avocats d’affaires, les banques. Surtout pour une somme aussi modeste que représentent  20 millions pour ‘l’héritière de Nina Ricci ? C’est comme pour Liliane Bettencourt l’équivalent de 20 euros pour un smicard. C’est donc une sorte d’inquisition fiscale de la part du bolchévique gouvernement de Hollande et Macron. Il l’avait bien dit en son temps Hollande «  l’ennemi c’est la finance ». Il tient parole notre Chavez français. Encore une peu et il va présenter et se proclamer de gauche en 2017.   Le procès qui s’ouvre aujourd’hui aura une valeur d’exemple: Arlette Ricci, héritière de la maison de couture Nina Ricci, doit être jugée à partir de ce lundi devant le tribunal correctionnel de Paris pour fraude fiscale, sous l’accusation d’avoir dissimulé des fonds sur des comptes en Suisse. La petite-fille de Nina Ricci est accusée d’avoir caché au fisc 18,7 millions d’euros. Son nom figurait sur les désormais célèbres fichiers d’évadés fiscaux présumés de la banque HSBC en Suisse, volés par l’ancien informaticien Hervé Falciani. Parmi les quatre autres prévenus figure sa fille, Marguerite Vignat. Deux sociétés sont également poursuivies dans ce dossier. Arlette Ricci risque jusqu’à dix ans d’emprisonnement pour blanchiment de fraude fiscale. Ce procès débute une semaine après la révélation du scandale «SwissLeaks», qui tire son nom d’une enquête de plusieurs journaux dans plusieurs pays, selon laquelle la filiale suisse de la banque HSBC a aidé certains de ses clients, notamment de riches industriels et des personnalités politiques, à cacher des milliards de dollars pour leur éviter de payer des impôts. Cette enquête a été réalisée sur la base des fichiers dérobés par l’ex-informaticien de HSBC Hervé Falciani. Le journal Le Monde a eu accès en janvier 2014 à des centaines de milliers de données à déchiffrer, contenant des informations sur plus de 106.000 clients originaires d’environ 200 pays de la filiale suisse d’HSBC. Selon le quotidien, entre le 9 novembre 2006 et le 31 mars 2007, quelque 180,6 milliards d’euros ont transité sur des comptes de HSBC à Genève, dissimulés, entre autres, derrière des structures offshore au Panama et dans les îles Vierges britanniques. Une broutille en vérité comparée aux 25 000 milliards placés dans les paradis fiscaux .




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol