Archive pour le Tag 'maîtrise'

Environnement et croissance : pour un développement économique maîtrisé

Environnement et croissance : pour un développement économique maîtrisé

Gaël Perdriau, maire LR de Saint-Etienne, président de Saint-Etienne Métropole et vice-président Les Républicains, estime dans cette tribune que le développement durable est « un levier économique » qui « permet de cultiver l’excellence ». La preuve sans doute que la problématique environnementale traverse maintenant tous les partis mais que le souci d’équilibre entre l’économie et l’écologie doit être prise en compte (tribune dans le JDD)

 

« La crise sanitaire a mis en évidence la stratégique fragilité environnementale de notre société et donc, partant, le besoin vital de repenser, en profondeur, nos modèles économique, social, culturel, sociétal voire politique. Nous ne pouvons pas ignorer ce qui a eu lieu. En même temps, nous devons nous méfier de la tentation d’un «Grand soir environnemental» qui permettrait de prendre un «nouveau départ» en rejetant, en bloc, l’héritage du passé. Un refus de la modernité qui serait préjudiciable et nous conduirait à une régression sociale explosive politiquement. Nous devons construire la société du jour d’après dans une rupture maîtrisée et progressive avec celle du «jour d’avant ».

Exercice extrêmement délicat et qui concerne chaque citoyen. D’ailleurs, à ce sujet, n’oublions pas, que la Convention Citoyenne sur le Climat a rendu une copie comportant 149 propositions touchant à toutes les sphères de la vie (déplacements, production, agriculture, éducation, logement etc.) et que 146 d’entre elles ont été retenues par le président de la République.

Depuis quelques jours on peut douter de la sincérité de l’exécutif à conduire cette transition écologique dont la France a si besoin

Tout va pour le mieux, puisque la prise de conscience se double d’une réflexion, tant promise, qui débouche sur des actions concrètes. Même le ministre de l’économie déclare, le 26 juillet dernier, que la relance sera nécessairement verte. Tout va bien! N’est-ce pas? Non, car depuis quelques jours on peut douter de la sincérité de l’exécutif à conduire cette transition écologique dont la France a si besoin et pour laquelle elle dispose d’atouts pouvant le rendre exemplaire. En effet, le tout nouveau ministre de l’Agriculture, secondé par sa collègue à la Transition écologique, Madame Pompili, vient d’autoriser à nouveau, le recours aux néonicotinoïdes, les trop célèbres insecticides « tueurs d’abeilles ».

Une décision qui soulève une tempête de protestations jusque y compris dans les rangs de LREM. Le plus surprenant étant que le ministre, ayant interdit, en 2016, ces pesticides, était… Madame Pompili! Comment voulez-vous que l’on prête un quelconque crédit, après un tel reniement, aux actions de ce ministre? Comment voulez-vous éviter les interrogations légitimes des citoyens qui ne comprennent plus rien à des politiques publiques conduites uniquement pour satisfaire les plans de carrière des uns et des autres?

Tout ceci, se déroulant sur fond de restitution des travaux de la convention citoyenne sur le climat qui affiche, comme ambition le fait de permettre à chacun d’accéder à une alimentation saine, durable et de qualité respectueuse du climat, des écosystèmes et de la biodiversité. Pour remplir cet objectif, il est proposé que les pesticides et autres insecticides soient interdits d’ici 2040.

Des travaux accueillis avec enthousiasme par le président de la République qui veut afficher son souci environnemental. Depuis 2017, Emmanuel Macron, hélas, a pris la très mauvaise habitude d’affirmer tout et de faire son contraire. Que sont devenus les grands plans de lutte contre la pauvreté ou la dépendance? Cette décision rejoint donc la longue liste des reniements et autres projets tombés aux oubliettes qui caractérisent la présidence d’Emmanuel Macron.

Certes, il reste 20 ans pour éventuellement adopter un texte législatif interdisant ces produits dans l’agriculture, mais il faut bien avouer que commencer par les autoriser au lieu d’en limiter l’utilisation n’augure rien de bon pour les citoyens. En revanche, pour les bilans comptables de certaines entreprises…

Désormais, en France, tout se passe comme si l’environnement était pris en otage entre le cynisme d’un exécutif à la recherche d’un second souffle et des écologistes dont les premiers pas, dans les communes conquises le 28 juin dernier, laissent à craindre qu’ils soient guidés par une idéologie et non le pragmatisme dont l’environnement a besoin.

Nous devons mettre en œuvre une écologie qui ne soit pas strictement punitive. Certes, la sanction s’avère utile car, pour parler familièrement, la « peur du gendarme », dans certaines circonstances, s’avère utile et indispensable. Pour autant, nous devons construire à long terme en gérant la rareté, voire la pénurie des ressources. C’est en cela que l’économie et le développement durable ne sont pas antinomiques. Dans un monde où les ressources deviennent de plus en plus rares comment oublier que le but premier de la science économique est de gérer la rareté? Ce qui n’exclut, nullement, de faire des profits à condition qu’ils soient maîtrisés.

Oui, le développement durable est aussi un formidable levier de prospérité économique en ce qu’il permet de « cultiver » l’excellence et de s’interroger sur la capacité à produire plus ou autant avec une diminution des ressources. C’est cette démarche que j’ai adopté, en 2014, à Saint-Etienne Métropole afin de renforcer la transition écologique en matière de déplacements, de solarisation, de méthanisation, de rénovation urbaine ou encore de qualité énergétique des logements. Nous avons investi plus de 250 millions d’euros en six ans et nous n’allons pas relâcher notre effort d’ici 2026.

Cette vision positive a permis de mobiliser, localement, tous les acteurs économiques, sociaux, de l’enseignement supérieur et associatifs pour donner un contenu concret à cette excellence environnementale. Cet effort peut, doit, être généralisé à la France entière.

. Certes, c’est exigeant, donc difficile, mais comment demander des comportements vertueux si les délais octroyés sont excessivement longs? L’exemple des pesticides est, à ce sujet, extrêmement clair. En agissant de la sorte, l’exécutif ne fait que légitimer les positions extrêmes de cette écologie punitive qui empêche, par exemple, la ville de Rennes d’accueillir le grand départ du Tour de France, en 2021, pour des motifs dont la pertinence environnementale prête à discussion.

Construire une autre société suppose que l’on replace au centre des politiques publiques, l’homme. Cela suppose aussi, ce préalable indispensable de sortie d’une logique purement financière pour retrouver celle fondée sur l’économie et le social à la condition expresse de retrouver, aussi, le chemin du long terme. Entre les adeptes de la croissance et leurs opposants, arque boutés, sur la décroissance, nous devons proposer le projet d’une croissance économique maîtrisée, au service du progrès social, et compatible avec l’évolution des ressources de la planète. »

Budget 2019 : toujours la maîtrise des dépenses

Budget 2019 : toujours la maîtrise des dépenses

 

C’est l’objectif du Premier ministre qui a envoyé lundi une lettre de cadrage à tous ses ministres, qui posent les bases de la discussion budgétaire des mois à venir. Une intention louable évidemment si l’on veut stopper l’hémorragie de l’endettement et la poursuite des déficits budgétaires. Mais une intention qui risque de se confronter à la réalité économique et sociale. En effet il est fort probable que 2018 se caractérise par un très fort taux de croissance, taux de croissance pourrait même être proche de 3 %. Ce qui donnera quelques marges de manœuvre au budget. Cette croissance devrait aussi se traduire par une montée de l’inflation qui viendra amputer le pouvoir d’achat s’il n’y a pas rattrapage. Le décalage entre des résultats d’entreprises très satisfaisants du fait de l’embellie économique et des mesures pour restaurer les marges risquent de s’accroître avec le pouvoir d’achat des salariés. Certes mécaniquement on pourra s’attendre à une amélioration un peu sensible de l’emploi et donc une réduction du chômage. Mais la revendication concernant le pouvoir d’achat risque de devenir très brûlante. Face à l’amélioration économique,  Macron devra rééquilibrer son image s’il ne veut pas apparaître seulement comme le président des riches. Le gouvernement devra donc lâcher quelques réajustements sociaux dont certains viendront bousculer la lettre de cadrage du  budget. L’orthodoxie financière dont veut faire preuve le Premier ministre risque d’être bousculée par la très forte attente des Français après plus de 2 ans de mandat de la majorité actuelle. Pour l’instant, l’orientation du Premier ministre ne varie pas,  les plafonds de crédits pour 2019 qui avaient été annoncés en septembre dernier dans le cadre de la trajectoire pluriannuelle restent valables. « Ce sont des plafonds, les crédits pourront donc être inférieurs au final », insiste une source gouvernementale.…

La Mafia maîtrise la fraude à la TVA sur le CO2

La Mafia maîtrise la fraude à la  TVA sur le CO2

 

Grâce au système complètement tordu et inefficace de régulation marchande du CO2 la mafia engrange des fortunes sur le dos de la TVA. Dernier exemple en date, 385 millions d‘euros détournés au détriment de l‘Etat français entre avril 2008 et mars 2009 par la mafieuse Christiane Melgrani, 59 ans, marseillaise d‘origine corse, déjà condamnée à plusieurs reprises, notamment pour trafic de stupéfiants. Elle est accusée d‘avoir été une des actrices principales de cette fraude réalisée par le biais de sociétés à la tête desquelles elle avait placé des proches.  Pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre, les Etats ont fixé aux usines les plus polluantes un plafond annuel de rejets de CO2. Si les entreprises dépassent leurs quotas, elles doivent acheter des « droits à polluer ». Si, à l’inverse, elles ne les épuisent pas, libre à elles de les revendre. Les fraudeurs ont vite détecté la faille: il suffit d’acheter, hors taxe, des quotas de CO2 dans un pays, puis de les revendre aussitôt dans un autre, taxe comprise cette fois… Sans reverser la TVA à l’Etat. Si fournisseur et client sont de mèche, l’opération peut être répétée. Un tel « carrousel de TVA », selon l’expression consacrée, rapporte 19,6% à chaque tour de manège. Tout cela grâce à de fausses entreprises, de faux noms de fausses activités et de fausses déclarations de TVA. Chaque année des milliards serait ainsi détournée par la mafia et autre entreprises indélicate. Non seulement la régulation marchande du CO2 et inefficace.  Le procès de la plus grosse fraude à la TVA sur le carbone à ce jour en France, 385 millions d‘euros détournés au détriment de l‘Etat français entre avril 2008 et mars 2009, a commencé lundi avec en vedette une femme, fait rare dans ce type de dossier. Surnommée la “marraine du Panier”, un quartier populaire de Marseille, Christiane Melgrani, 59 ans, marseillaise d‘origine corse, a déjà été condamnée à plusieurs reprises, notamment pour trafic de stupéfiants. Elle est accusée d‘avoir été une des actrices principales de cette fraude réalisée par le biais de sociétés à la tête desquelles elle avait placé des proches. Sont jugés avec elle 35 autres prévenus, dont sa compagne Angelina Porcaro, notamment accusée d‘avoir activement participé au recrutement des gérants de paille utilisés pour l‘escroquerie et le blanchiment du produit de la fraude. Selon l‘accusation, les liens supposés d‘Angelina Porcaro avec la mafia napolitaine et ceux de Christiane Melgrani avec le “milieu” corse ont été mis à contribution pour tenter de faire pression sur les autres protagonistes de ce dossier. Parmi les prévenus se trouvent également une figure du “milieu” marseillais de 75 ans, 12 fois condamné, Jean-René Benedetti, des “retraités”, un avocat, un expert comptable, une sculptrice et des promoteurs immobiliers. Un homme d‘affaires sulfureux d‘origine israélienne, résidant à Monaco avant son arrestation, Gérard Chetrit, seul autre prévenu détenu à ce stade, est soupçonné d‘avoir été avec Christiane Melgrani un des principaux auteurs de la fraude, notamment en apportant les fonds initiaux. Le produit de la fraude était soit réinvesti en nouveaux achats de quotas ou en produits immobiliers, soit blanchi par l‘intermédiaire d‘un réseau de sociétés. Une douzaine de réseaux similaires ont été mis au jour en France, souvent imbriqués, avec des liens entre certains de leurs membres et, parmi d‘autres points communs, le recours à Israël comme base arrière ou refuge. Au total, la Cour des comptes a évalué à 1,6 milliard d‘euros la perte subie par l‘Etat français du fait de leur activité entre l‘automne 2008 et juin 2009. Pour l‘ensemble de l‘UE, la perte serait de cinq à six milliards d‘euros.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol