Archive pour le Tag 'Mahjoubi)'

Gouvernement : départ de Griveaux et Mahjoubi : ça sent déjà le roussi ?

Gouvernement : départ de Griveaux et Mahjoubi : ça sent déjà le roussi ?

 

Si on comprend le départ de Nathalie Loiseau du gouvernement qui prend la tête de la liste république en marche par contre on peut s’étonner que Griveaux et Mahjoubi  quittent aussi leurs fonctions. Les deux sont candidats à la mairie de Paris en 2020-un seul évidemment pourra être élu. Pour les intéressés, c’est donc prendre un grand risque de ne pas être élu et ne de ne plus occuper aucune fonction ministérielle. À moins que certains doutent déjà de la possibilité de réélection de Macron en 2022 et recherchent déjà des terrains d’atterrissage pour se mettre à l’abri d’une défaite aux présidentielles. Cette défaite n’est plus exclue comme hypothèse dans le parti en marche. Ismaël Emelien, ex conseiller spécial de Macron, est très proche du président de la république a même évoqué l’éventuel impossibilité pour Macron de se représenter si le quinquennat est un échec. P rien que de d’évoquer l’hypothèse témoigne déjà de certaines interrogations. En effet après une vingtaine de mois d’exercice du pouvoir force de constater que les résultats obtenus par le président de la république ne sont pas particulièrement enthousiasmants. La croissance est toujours anémique et très insuffisante pour résoudre la question d’un chômage qui n’évolue qu’à la marge, le déficit et la dette ne font que s’amplifier, la balance commerciale qui témoigne de la compétitivité est toujours très lourdement dans le rouge (entre 50 et 60 milliards de déficits par an). Par ailleurs les réformes structurelles annoncées à grand renfort de tambours sont loin de donner les effets escomptés. Ne parlons pas de l’accroissement des inégalités et du climat social délétère. Les enquêtes d’opinion montrent que 70 % de la population condamnent globalement la politique économique et sociale du chef de l’État. Le seul véritable atout de Macon c’est l’avoir en face de lui Marine Le Pen qui suscite un rejet permettant à son adversaire d’être élu. Mais ici 2022, l’environnement politique pourrait avoir changé et un duel Le Pen Macron n’est pas forcément incontournable. Il y a aussi cette malédiction qui pèse maintenant sur des présidents de la république lors de leur réélection lorsque leur mandat n’est pas jugé suffisamment positif. Ainsi après Sarkozy, c’est Hollande qui a fait les frais de cette malédiction. Or en l’état des sondages Macron n’est pas certain d’être en état de se présenter. D’où peut-être déjà l’envie de ce recaser pour certains.

«Le Conseil national du numérique doit être proche du gouvernement» !!! (Mounir Mahjoubi)

 «Le Conseil national du numérique doit être proche du gouvernement» !!!  (Mounir Mahjoubi)

 

 

Une curieuse déclaration du secrétaire d’État au numérique qui témoigne assez bien du rapport qu’entretient en marche avec la démocratie. Pour parler clair dans les différentes instances pas une tête ne doit dépasser ni au gouvernement (ce qui se comprend un peu) mais aussi à l’assemblée, dans le parti ou dans les organes consultatifs comme le conseil national du numérique j. Juridiquement le secrétaire d’État a commis une  erreur en laissant la présidence choisir certaines personnalités de son entourage. Or normalement ces personnalités sont désignées par décrets. Des nominations qui doivent tenir compte des différents acteurs concernés par l’objet  du conseil national. La présidente, elle a commis une autre erreur en recrutant une militante antiraciste dont la qualification dans un tel conseil était très discutable.  La crise a donc éclaté. Marie Ekeland a annoncé mardi qu’elle démissionnait de son poste de présidente du Conseil National du Numérique (CNNum), qu’elle occupait depuis à peine deux mois. En cause, une polémique virulente autour de la nomination de la militante féministe et antiraciste Rokhaya Diallo. Le gouvernement avait demandé à Marie Ekeland de revoir sa copie et de remplacer l’écrivaine. Elle a finalement choisi de claquer la porte. «Les réactions qui ont suivi cette nomination me font mesurer à quel point mon pari était osé et innovant», explique l’entrepreneuse dans un communiqué. «À quel point, dans notre pays, nous ne voulons pas entendre des voix dissonantes. À quel point nous ne savons plus débattre sereinement de nos divergences de vue. À quel point nous avons du mal à nous mettre à la place des autres. À quel point réseaux sociaux et immédiateté du jeu politique alimentent la violence de la parole et la stigmatisation. Cela me peine de voir notre pays aussi loin des valeurs démocratiques qui sont les miennes.» 20 membres du CNNum, sur les trente au total, ont par ailleurs annoncé leur démission. Le secrétaire d’État au numérique, Mounir Mahjoubi a indiqué. «Qu’Il ne s’agissait  pas d’une association, d’un parti politique ou d’un lobby. Le CNNum doit être proche du gouvernement …. ». La phrase de trop évidemment, car si effectivement un conseil national n’a rien à voir avec un parti politique ou une association,  il ne saurait être aux ordres du gouvernement sinon autant se passer de conseil national. De toute évidence ce gouvernement aura des progrès à faire en matière de rapports à la démocratie même si sur le fond il a raison d’écarter la politisation des organes consultatifs.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol