Archive pour le Tag 'magique'

La fin de «l’argent magique» ? Non la poursuite

La  fin de «l’argent magique» ? Non la poursuite

 

Certains experts patentés de l’économie changent désormais de discours et pronostiquent  la fin de l’argent magique. Il retrouve ainsi leurs chaussures idéologiques précédentes qui consistaient à alerter systématiquement contre toutes les dérives budgétaires. Surtout les dérives européennes car les mêmes experts ont rarement condamné les errements dans ce domaine des États-Unis. Des errements autrement plus importants.

On objectera que les États-Unis peuvent se permettre cette fantaisie car le dollar est une monnaie de transaction internationale. Certes, mais cela n’empêche pas la valeur du dollar d’évoluer justement en général plutôt à la baisse, ce qui est assez cohérent avec une recherche de compétitivité monétaire.

Les slogans relatifs à la fin de l’argent magique restent des slogans. Il n’y a pas d’affaire de magie dans ce domaine. Les banques centrales notamment européennes rachètent les actifs des Etats afin de les désendetter, parallèlement elles déversent  des liquidités via  les banques pour soutenir l’économie. En gros ,la masse monétaire dépasse et de loin la valeur des actifs sur lesquels elle est supposée reposer notamment la croissance.

Du coup mécaniquement, cela génère un phénomène inflationniste qui va corriger le déséquilibre entre la masse monétaire et la richesse réelle qu’elle est supposée représenter.  La régularisation est d’ailleurs en cours d’abord aux États-Unis qui connaissent une forte inflation depuis le début de l’année. Une augmentation des prix qui a fait en premier les matières premières et l’énergie et qui découle aussi des désordres logistiques liés à la crise sanitaire.

 

Inévitablement l’inflation va aussi contaminer l’Europe qui a besoin des mêmes matières premières que les États-Unis ou la Chine. Déjà par exemple les industries alimentaires réclament une hausse significative des prix du fait de l’envolée des cours des matières premières. alimentaires.

Globalement l’argent dit magique ne va pas augmenter au contraire il va même progresser au rythme de l’inflation.La facture sera payée comme d’habitude par le consommateur et l’épargnant voir le contribuable.

 

L’argent magique jusqu’à quand ?

  • L’argent magique jusqu’à quand ?
  • «L’analyse économique standard suggère que la dette publique est comparable au fluor : utile à doses maîtrisées, mais toxique à haute dose».
  • Frédéric Gonand  professeur d’économie à l’Université Paris Dauphine-PSL, revient dans l’Opinion sur les limites de l’endettement public
    • Un discours un peu lénifiant nous assure que le niveau de dette publique en France en 2021, proche de 120% du PIB, ne poserait pas de problèmes économiques. Ce niveau a doublé dans notre pays depuis 2007 alors qu’en Allemagne il n’a que peu progressé sur la même période, malgré les mêmes crises. Difficile de savoir si ce discours est une posture de conseillers du prince qui ne souhaitent pas être contrariant, ou le résultat d’une lecture d’articles académiques récents par d’excellents spécialistes. L’idée globale, selon Olivier Blanchard et sur le cas américain, demeure que si le taux de croissance futur est suffisant, si les taux sans risque restent bas et si la productivité marginale du capital est suffisamment basse, alors une dette publique élevée ne présenterait pas de grand dommage économique. Là où les écrits d’Olivier Blanchard sont prudents, en Europe ses hypothèses sont oubliées mais la conclusion est claironnée.
    • L’analyse économique standard suggère que la dette publique est comparable au fluor : utile à doses maîtrisées, mais toxique à haute dose. Des déficits et dettes publiques sont acceptables, voire souhaitables comme dispositifs contracycliques, notamment en cas de récession profonde avec des taux d’intérêt déjà nuls comme en 2020, ou pour financer des investissements publics. Mais les déficits et dettes publics deviennent coûteux, voire dangereux s’ils évincent l’investissement privé et déclenchent des hausses d’impôts futurs ou de prime de risque, s’ils sont monétisés, s’ils favorisent des fuites de capitaux, s’ils pèsent sur les générations futures…
    • Ces enseignements assez stables et confirmés par les faits sont souvent mis de côté en Europe avec l’argument un peu magique du niveau très bas des taux d’intérêt : la dette, comme aux Etats-Unis, « ne coûterait rien ». C’est oublier que si la croissance est faible comme en Europe, alors le remboursement de la dette n’en sera que plus complexe. C’est oublier que l’euro, contrairement au dollar, n’est pas la monnaie internationale. C’est oublier qu’une dette publique élevée bride la capacité à baisser les impôts sur les entreprises européennes et donc à redresser leur compétitivité. C’est oublier aussi que la Chine émerge au XXIe siècle comme ce qu’était le Royaume-Uni au XIXe siècle : un créancier du monde – grâce notamment au taux d’épargne des ménages chinois supérieur à 40%.
    • D’ores et déjà la Chine est un créancier des pays émergents plus important que la Banque mondiale, le FMI ou le Club de Paris. Voilà un paradoxe de nos débats en sortie de crise : le thème de la souveraineté économique a été évoqué, les problèmes associés au niveau actuel de dettes publiques (surtout en France) sont éludés ; et le lien possible et futur entre les deux n’est presque jamais mentionné. La négligence actuelle pour le niveau de la dette publique française refléterait-elle une étrange défaite, pour reprendre Marc Bloch, dans la lutte pour préserver notre souveraineté économique future ?
    • *Frédéric Gonand est professeur d’économie à l’Université Paris Dauphine-PSL.

BCE : l’argent magique aussi pour l’environnement ?

BCE : l’argent magique aussi pour l’environnement ?

 Un papier du Monde suggère que la BCE pourrait aussi utiliser l’argent magique pour traiter la problématique environnementale

 

 

Analyse. 

 

Le temps d’une pandémie, l’arbre à argent magique est apparu. Depuis le déferlement du Covid-19 en Europe, la Banque centrale européenne (BCE) a débloqué une enveloppe de 2 500 milliards d’euros, à dépenser sur deux ans jusqu’en mars 2022. Cet argent, créé ex nihilo, a permis aux Etats de s’endetter à taux d’intérêt nul, voire négatif, payant ainsi indirectement le chômage partiel et les plans de soutien sectoriels. Ces mesures, inimaginables il y a un an, sont devenues possibles face à l’urgence.

Et si le même tour de passe-passe monétaire pouvait s’appliquer au changement climatique ? Après tout, l’urgence est tout aussi réelle. Dans une récente note pour l’Institut Veblen, l’économiste Jézabel Couppey-Soubeyran appelle de ses vœux une telle « monétisation des dépenses publiques nécessaires à la transition écologique », en permettant à la BCE de les financer « sans contrepartie ».

Elle reconnaît immédiatement qu’une telle option est interdite en l’état actuel des traités européens, qui bannissent le « financement monétaire ». De toute façon, à l’heure actuelle, peu d’économistes soutiennent une telle approche radicale. Mais, en attendant ce mouvement « vert vif », Mme Couppey-Soubeyran propose une série de mesures « vert clair », qui mettraient la BCE à contribution dans la lutte contre le changement climatique.

Or, sur ces points, les lignes sont en train de bouger au sein de l’institution de Francfort. Christine Lagarde, sa présidente, pousse pour faire du changement climatique un vrai critère d’action de son institution. « Face à ce qui est le risque majeur du XXIe siècle, tout le monde doit se mobiliser », déclarait-elle au Monde en octobre.

Mme Lagarde mène actuellement une grande revue stratégique de la BCE, dont les conclusions seront rendues à l’automne. Au sein des instances dirigeantes, des discussions sur la question climatique sont prévues au premier trimestre.

« Légitimité démocratique »

Que peut faire la BCE ? Depuis la crise de la zone euro, l’institution est devenue la clé de voûte de l’économie. Pour faire baisser les taux d’intérêt, elle achète par milliers de milliards d’euros des dettes sur les marchés financiers. Dans leur immense majorité, il s’agit de dettes publiques des Etats européens.

Reste cependant à savoir si la machine à billets  pourra tenir longtemps avant une déstabilisation par l’inflation voire un séisme du système financier (NDLR)

L’illusion de “l’argent magique” ! (Gilles Savary)

L’illusion de “l’argent magique”  ! (Gilles Savary)

 

 

Chronique de Gilles Savary qui déconstruit l’illusion de l’argent magique pour régler la crise (L’opinion).

 

 

« Le déconfinement physique, annoncé pour le 11 mai, constitue un défi particulièrement complexe et délicat pour un gouvernement, mais qui ne distingue pas particulièrement la France des autres pays.

En revanche, le rendez-vous du « déconfinement financier public », à échéance encore inconnue, s’annonce infiniment plus périlleux dans notre pays que dans la plupart des autres.

D’abord parce que les Français ont toujours entretenu un rapport plus mystique que rationnel avec l’argent public, soit qu’il leur paraisse d’essence divine inépuisable, soit qu’ils adhèrent à l’illusion qu’il suffirait de spolier les riches pour qu’il le devienne, toute considération plus sérieuse de justice sociale mise à part.

Il y a peu de pays comparables qui manifestent une aussi large aversion à l’économie, une aussi faible conscience que nos finances publiques en procèdent et une conception aussi dépréciée du travail.

Si l’on veut chercher, ces temps-ci, ce qui nous distingue fondamentalement de l’Allemagne, il ne faut pas aller beaucoup plus loin.

Il faut espérer que la crise sanitaire et les admirables leçons d’abnégation que nous ont délivrées des corporations modestes, au premier rang desquelles les personnels de santé et de services de nos établissements sanitaires, mais qui ne recouvrent pas hélas tous les services publics, seront enfin tirées au plan salarial.

Emmanuel Macron a été bien avisé de prendre rapidement la mesure de l’épreuve à laquelle nous étions confrontés en mobilisant des moyens financiers et administratifs considérables pour faire face à l’urgence sanitaire « quoi qu’il en coûte » et en plaçant immédiatement les entreprises et leurs salariés sous cocon d’aides publiques massives. S’il n’en est qu’un seul, c’est dans ce dernier registre que la France a montré l’exemple au monde, y compris aux démocraties les plus viscéralement libérales.

Mais c’est lui aussi qui mettait en garde au début de son quinquennat contre les illusions de « l’argent magique ».

« Cet anesthésiant public ne sera pas éternel et n’évitera pas que des entreprises et des emplois soient rapidement confrontés à des pertes irrémédiables de clientèles et de chiffres d’affaires menaçant leur pérennité »

Or, ne nous en plaignons pas, mais convenons que les 110 milliards mis sur la table du jour au lendemain pour limiter la casse économique et sociale ont toutes les apparences d’un « argent magique ».

Pourtant, cet anesthésiant public ne sera pas éternel et n’évitera pas que des entreprises et des emplois soient rapidement confrontés à des pertes irrémédiables de clientèles et de chiffres d’affaires menaçant leur pérennité. Comment leur expliquer qu’une économie ne peut durablement vivre de subventions, précisément parce qu’elle en est la source ?

Mais voilà que des champions de la finance la plus libérale, habitués à jouer avec de l’argent virtuel, nous font miroiter la corne d’abondance de dettes perpétuelles et de marchés de rentes obligataires alimentés par la création monétaire des banques centrales.

Mélenchon, Pigasse, Minc, Soros : même combat !

Comme si l’économie réelle et la santé de nos entreprises n’avaient plus rien à voir avec notre niveau de vie collectif…

Comme si l’on pouvait renoncer aux affres du travail grâce à un revenu monétaire enfin libéré de toute contrainte productive ? Nos revenus ne dépendraient plus que de la planche à billets ! A ce compte-là, le retour à un minimum de rationalité budgétaire n’est pas pour demain.

Il n’est simplement pas sûr que l’Union européenne et que le niveau de vie et de protection sociale de la France y survivent longtemps. »

Gilles Savary est ancien député PS de Gironde.

 

« L’illusion de la pensée magique de l’innovation « 

« L’illusion de  la pensée magique de l’innovation  »

un contre discours sur les illusions de l’innovation. Dans une tribune au « Monde », les chercheurs Samir Bedreddine et Arnaud Saint-Martin décryptent le discours mis en œuvre pour faire adhérer entreprises et opinion au mythe du changement permanent.(extraits)

Tribune.

 

Les discours se banalisent depuis des décennies sur l’innovation qui générerait des points de croissance et sauverait le monde des crises environnementales qui le menacent. Ils s’impriment de manuels de gestion en livres blancs de politique publique, jusque dans les tribunes de la presse généraliste.

Ces lexiques-amulettes sont la matière première d’un commerce de guides de bonnes pratiques, livrés par des coachs et des consultants à des fins de team building et de reconversion des salariés à l’esprit de « l’entreprise 3.0 ». L’innovation et son blabla s’imposent ainsi sans alternative dans les strates managériales des grandes entreprises publiques et privées, mais aussi dans les secteurs de la technologie de pointe, la recherche publique et l’université.

Les modèles d’innovation entrent en concurrence sur un marché des idées et de concepts encombré. Parmi les approches qui ont aujourd’hui la cote, celle de l’innovation « disruptive ». L’économiste américain Clayton Christensen (1952-2020), son concepteur, a converti cet ensemble d’idées en doctrine d’école de commerce, que d’innombrables entrepreneurs en herbe cherchent à appliquer.

« Tout un commerce des idées innovantes se structure depuis des années. La marge de créativité est réduite au minimum sur ces scènes de l’entre-soi du techno-prêche et du “start-upisme”»

Son mot d’ordre s’observe dans des cas bien connus de l’histoire industrielle (la photographie argentique, le disque compact, etc.) : l’introduction d’un procédé ou d’une technologie de rupture dans des secteurs ronronnants précipite la chute d’entreprises jusqu’alors dominantes ; incapables de prendre le pli d’un marché subverti, ces dernières sont condamnées à disparaître.

En plus du modèle, la « disruption » fait désormais partie de ces gimmicks qui circulent sans qu’on sache toujours de quoi il en retourne, et pas seulement dans les milieux de la high-tech. Ce qui est sans doute l’une des clés de son succès.

 

Les prestations des maîtres à dépenser et à investir dans l’innovation suscitent la curiosité, la passion et, parfois, la sidération. Les fans se pressent dans les conférences de type TED (Technology, Entertainment and Design) pour les voir et les écouter « en vrai ». Et c’est ainsi que le culte de l’innovation se transmet et se retweete. Cette culture enrôle d’autres convaincus, qui entretiennent l’enthousiasme des fidèles et adeptes. Tout un commerce des idées innovantes se structure ainsi depuis des années. Il a ses formats et ses allants de soi, ses lieux et ses sociabilités. La marge de créativité est réduite au minimum sur ces scènes de l’entre-soi du techno-prêche et du « start-upisme » (Le Startupisme. Le fantasme technologique et économique de la startup nation, Antoine Gouritin, FYP, 2019). Partages et retours d’expérience, pitchs de créateurs de start-up, conférences autour d’un essai « kité » pour l’innovation et invités de prestige animent un marché segmenté. » 

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol