Archive pour le Tag 'L’union'

Page 7 sur 9

Sondage Turquie dans l’Union européenne : 56 % des Turcs pour mais 52 % n’y croient pas

Sondage Turquie dans l’Union européenne : 56 % des Turcs pour mais 52 %  n’y croient pas

Selon  une enquête d’opinion publique menée conjointement dans ce pays par le German Marshall Fund of United States, un think tank américain, et l’Union des chambres de commerce et des bourses de Turquie (TOBB). C’est ainsi que si 56 % des personnes interrogées (la proportion est de 66 % ches les jeunes) se montrent favorables à une adhésion et que 60,1 % (69 % pour les jeunes) voteraient « oui » dans le cadre de l’organisation d’un éventuel référendum, 40 % (34 % de jeunes) pensent que cela ne se fera jamais, 19 % estimant en tout cas que cela ne se produira pas au mieux avant cinq ans. Aux yeux de 52,1 % des sondés, l’Union européenne n’a en fait pas vraiment l’intention d’accueillir la Turquie dans ses rangs.

Non à l’union de la gauche (Delphine Batho)

Non à l’union de la gauche (Delphine Batho)

Finalement Delphine Batho,  présidente de la très peu représentative organisation écolo génération écologie est sur la position de Mélenchon et refuse l’union de la gauche

 

INTERVIEW dans le JDD-

Qu’avez-vous pensé de la réunion de Yannick Jadot, d’Anne Hidalgo et d’autres responsables de gauche samedi dernier ?
Que j’ai bien fait de ne pas y aller! Ce rendez-vous ne fait pas rêver. Il n’est pas porteur d’une nouvelle espérance. Certains participants parlent de « contrat de gouvernement », mais il faudrait déjà écrire le programme de gouvernement des écologistes.

Les participants doivent se retrouver en mai. Y serez-vous ?
Pas davantage. Je suis contre ce processus de dissolution de l’écologie. Est-ce que la gauche incarne aujourd’hui un projet d’avenir susceptible d’enthousiasmer la jeunesse? Est-ce que la gauche peut donner des leçons de justice sociale? Est-ce que la gauche a une dynamique électorale telle qu’elle peut imposer son imprimatur? La réponse va de soi, c’est non. Nous ne sommes plus au temps d’une gauche dominante avec des écologistes vus comme de sympathiques agitateurs. Aujourd’hui, le champ de l’espérance est laissé en jachère. Il est libre. L’écologie doit l’occuper en construisant une écologie de gouvernement, ouverte à toutes et tous. Nous devons revendiquer et assumer le pouvoir.

Selon vous, pour la gauche, ce tango avec l’écologie est une façon de sauver les meubles?
Évidemment, et nous ne sommes pas là pour rassembler les lambeaux de l’ancienne gauche et limiter ses pertes. La gauche reste prisonnière du modèle consumériste et productiviste autour duquel il y a depuis longtemps un consensus implicite avec la droite. Dans un contexte de destruction du vivant et d’accélération du changement climatique, ce modèle est caduc. La réponse à la montée de l’extrême droite, ce n’est pas de sauver les meubles avec un vote par défaut, mais de faire émerger une force porteuse d’idées nouvelles qui redonne le goût de voter pour.

Comprenez-vous la main tendue de Yannick Jadot à Jean-Luc Mélenchon?
Pas davantage que celle tendue au PCF et au PS. Je suis contre le confusionnisme. Nous ne sommes pas dans le temps des alliances de second tour. La présidentielle ne se confond pas avec les échéances locales. L’écologie doit être libre. Elle peut être la surprise de 2022 à condition de s’en donner les moyens, de prendre à bras-le-corps tous les sujets avec sérieux, notamment les enjeux régaliens.

À vos yeux, Mélenchon n’est pas écologiste?
La France insoumise ne se définit pas elle-même comme un parti écologiste. À l’Assemblée, par exemple, leur groupe n’a pas fait de la loi climat une bataille centrale. Jean-Luc Mélenchon est dans la continuité du système présidentialiste avec le culte du chef, un mouvement organisé autour de sa personne, en osmose avec la Ve République et les schémas patriarcaux qui sont d’un autre temps.

Vous ne souhaitez donc pas une candidature commune des gauches et des écologistes?
Non. Il est hors de question que les écologistes zappent à nouveau l’élection présidentielle. Nous sommes au XXIe siècle, il reste dix ans pour agir pour le climat. Je ne vois pas au nom de quoi on pourrait se résoudre à ce que l’écologie soit absente. Ne soyons pas défaitistes. Surtout au moment où les écologistes sont susceptibles de l’emporter en Allemagne.

La primaire des écologistes est-elle indispensable?
Oui, bien sûr.

Ses modalités vous conviennent-elles?
Elle ne doit pas être une primaire classique. Elle doit servir à fabriquer l’équipe de France de l’écologie. Il faut donc passer du mode de scrutin majoritaire au vote préférentiel qui permet d’ordonner un collectif plutôt que d’éliminer. Nous avons besoin de tous les talents. Et d’incarner un changement démocratique, loin du présidentialisme et de la guerre des ego ainsi que des guerres de mots qui laissent des traces.

Serez-vous candidate?
La seule chose qui m’obsède, c’est la réussite de l’écologie. Aujourd’hui, je n’ai pas pris de décision. Une candidature n’est ni un tabou ni un fantasme.

Le 4 mai, l’Assemblée votera la loi climat. Comporte-t-elle des avancées?
Les avancées sont anecdotiques ou très relatives. Il y a une rupture entre le gouvernement et la communauté scientifique, qui est abasourdie par le refus d’agir. Cette loi ne respecte pas les propositions de la convention citoyenne pour le climat, qui a décerné un bonnet d’âne au gouvernement. Elle ne permet pas à la France de tenir ses engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre. C’est un échec car le choix cardinal du gouvernement a été la sauvegarde du modèle consumériste, qui n’est plus compatible avec la sauvegarde de la planète, comme on le voit avec le refus d’encadrer la publicité. Je ne la voterai pas.

Gauche : l’union mais chacun de son côté

Gauche : l’union mais chacun de son côté

 

La réunion de samedi n’a évidemment pas débouché sur une perspective très claire de stratégie et encore moins de désignation d’un candidat unique pour l’élection de 2022. Une ambiance cependant détendue mais où on aura noté la possibilité peut-être d’une union de ce qui restent des socialistes avec les écolos. Parallèlement, les insoumis affichent leur volonté de continuer leur chemin politique de manière indépendante.

Les propos du député insoumis Eric Coquerel sont significatifs « S’ils veulent créer un espace commun du centre gauche, ça les regarde », dit-il à propos de ses camarades du jour. L’air de rien, il met les points sur les « i » : « À nous seuls, nous représentons l’équivalent de tous les autres. » Il a tout de même un motif de satisfaction. Comme il le souhaitait, les participants se sont mis d’accord sur plusieurs points : « un socle commun de résistance face aux agressions des macronistes, de la droite et de l’extrême droite », dixit Faure ; enfin des débats publics autour des programmes ; et un « cessez-le-feu » entre eux. Ils ont un mois, d’ici à leur prochain rendez-vous, pour s’assurer qu’il est respecté.

 

De toute façon même unie la gauche a peu de chances de ce qualifier pour le second tour tellement elle est discréditée auprès de l’opinion publique qui considère à 80 % dans un récent sondage qu’elle est très malade.

Veolia : en attendant les décisions de l’union européenne !

Veolia : en attendant les décisions de l’union européenne !

 

Frérot, le patron de Veolia, se réjouit d’avoir absorbé Suez et annonce la création ainsi d’un pôle international beaucoup plus performant. Après ce petit mécano capitaliste franco-français se pose cependant la question de la réaction des autorités européennes qui ne vont pas manquer de soulever la question de situation de quasi-monopole et d’exiger sans doute que le groupe se sépare de certaines activités pourraient être reprises pour certaines par des fonds y compris spéculatifs en tout cas qui recherche surtout la rentabilité à court terme.

On voit mal par exemple ce qui peut être  est gagné la France si les deux sociétés devaient se séparer d’activités très juteuses de l’eau d’autant plus qu’il s’agit d’un actif stratégique du point de vue de l’intérêt général. Dans l’attente de cette décision le patron de Veolia se réjouit peut-être de manière un peu précipitée.

Le patron de Veolia dans le JDD se réjouit du regroupement, le projet industriel ambitieux qui va donner à la France, il en est persuadé, un champion mondial de la transition écologique, opérationnel dans moins de trois ans.

Vous avez enfin trouvé un accord avec Suez dimanche dernier. Votre week-end, cette semaine, doit vous paraître bien calme?
Comme il n’était évidemment pas question que les négociations se fassent au détriment de la gestion de Veolia, nous y avons consacré nos week-ends et nos soirées, en plus du travail de la semaine. D’ailleurs, pendant ces sept mois, Veolia a continué à tourner à plein régime, a enregistré une belle croissance sur le premier trimestre et a effacé les effets de la crise. Mais nous ne sommes que mi-avril et l’opération ne sera pas définitivement bouclée avant octobre. Nous avons encore du travail pour nos week-ends. C’est tant mieux car, quand on est passionné, on mesure combien l’objectif dépasse chacune de nos petites personnes.

Quelles sont les prochaines étapes de l’OPA?
Nous attendons le feu vert des autorités de la concurrence, essentiellement en Europe. Elles doivent nous faire un premier retour vers la fin du mois de juin. Il est très probable que nous puissions alors accepter leurs demandes puisque le nouveau Suez règle tous les problèmes de concurrence en France, qui était le principal point d’attention. Cela me permettrait ensuite de lever la condition suspensive sur l’OPA, qui devrait donc être terminée au début de l’automne.

Pour les fameux cent premiers jours du rapprochement, qu’avez-vous imaginé?
La rapidité de l’intégration va être très importante. Ensemble, les managements de Suez et de Veolia vont mandater un cabinet extérieur pour mener une évaluation indépendante afin d’identifier le futur responsable des opérations dans chaque pays. Elle désignera le meilleur à chaque poste. Ces nominations devront être proportionnelles à la taille des entités de Suez et de Veolia dans chaque pays. Cette mixité des équipes va donc être menée avec objectivité, intégrité et rapidité. (Le problème c’est que cet audit pourrait bien révéler de nombreux doubles emplois avec à la clé des plans de licenciement NDLR).

 

Et au sein du comité exécutif du nouveau Veolia?
Nous allons commencer par là. Sur les treize à quatorze membres qu’il compte, il serait naturel que quatre, cinq, voire six managers de Suez l’intègrent.

Bertrand Camus, le directeur général de Suez, en fera-t-il partie?
Il fera ce qu’il souhaite. Je lui ai très régulièrement et même publiquement proposé de rejoindre notre magnifique projet. Je pense qu’il n’en a pas envie et qu’il fera donc autre chose.

Pensez-vous avoir levé tous les doutes sur l’hostilité qu’on vous prêtait?
Je n’ai jamais été hostile, mais toujours déterminé. Comme je l’ai fait cette semaine, notamment en interne chez Veolia, je vais continuer à présenter l’accord trouvé avec Suez, à en expliquer les grandes lignes et la logique industrielle. Je vais également poursuivre mes réunions avec les élus français, Région par Région. Pendant ce temps, bien sûr, nous aurons déjà commencé à travailler à sa mise en œuvre.

Combien de temps faudra-t-il pour que l’intégration soit aboutie?
De deux à trois ans, je pense. Elle sera totalement opérationnelle lorsque nos clients, collectivités et industriels, nous diront percevoir un « avant » et un « après » notre opération, grâce aux solutions qu’on leur proposera et qu’ils adopteront. Là, ça sera gagné.

Gagné pour qui?
Ce que l’on construit est un groupe d’après pour le monde d’après. Grâce à nos 37 milliards d’euros de chiffre d’affaires, nous allons changer la donne en matière environnementale. Nous doterons la France d’un outil industriel de référence dans l’écologie pour qu’elle ne rate pas le coche, comme cela a pu être le cas dans le numérique par exemple. C’est avec cet outil que la France va pouvoir rayonner et proposer d’abord aux Français, puis dans le monde entier, les solutions que l’on utilisera dans vingt ans pour réaliser la transformation écologique, et dont la moitié n’existe même pas aujourd’hui.

 

Estimez-vous avoir payé le juste prix?
Le juste prix, ça n’existe pas. J’ai offert un très bon prix, pas excessif. Entre les 18 euros que j’avais proposés en septembre et les 20,50 d’aujourd’hui, la différence sera financée par les cessions supplémentaires que j’ai accepté de faire en ne gardant pas certaines activités de Suez qui à l’origine m’intéressaient. C’est pour cela que notre équation économique n’a pas été fondamentalement perturbée. Ce qu’ont confirmé les agences de notation, et la Bourse, qui a salué le projet d’accord.

Si c’était une question de prix depuis le début, le chaos médiatique, les épisodes devant les tribunaux auraient-ils pu être évités?
On peut toujours faire l’économie de difficultés, mais les salariés de Suez demandaient que j’apporte des garanties à l’emploi et c’est ce que j’ai fait. Ils souhaitaient conserver des activités à l’international, et j’ai accepté cette revendication. Aujourd’hui les syndicats souhaitent connaître l’accord. Nous n’avons rien à cacher et je suis très favorable à ce qu’il leur soit communiqué. Qu’ils aient eu besoin de ces sept mois pour digérer ce changement me paraît légitime. Les inquiétudes vont progressivement disparaître : je vous rappelle que le nouveau Suez va rester le numéro 4 ou 5 mondial. Ce ne sera pas une petite entreprise. Elle sera six fois plus grosse que ses autres plus gros concurrents français, Paprec, Saur, Séché.

Pendant sept mois, vous avez incarné le personnage du méchant, avez-vous trouvé cela injuste?
Oui, c’était agaçant de voir qualifier d’inamical un projet à ce point structurant et bénéfique pour l’ensemble des parties. Je n’ai jamais été hostile à Suez. Je n’ai jamais voulu détruire un concurrent, sinon je n’aurais jamais accepté cet accord. Mais j’étais convaincu que le sens industriel de ce rapprochement finirait par s’imposer, que la raison l’emporterait. C’est pourquoi j’étais prêt à passer par toutes les difficultés. J’étais déterminé à construire quelque chose qui nous dépasse, pour les nouvelles générations.

Avec le recul, auriez-vous pu faire différemment?
J’ai cherché pendant sept mois à convaincre le maximum de gens. Ce qui m’a servi de boussole était justement et uniquement le sens industriel évident de ce rapprochement. C’est une opportunité historique créée par la décision d’Engie de vendre sa participation dans Suez. J’ai toujours pensé que cela apparaîtrait et finirait par surmonter les réticences. C’est la recherche d’impact, plus que la finance, qui a justifié ce projet.

Quand pourrez-vous dire que le Veolia que vous imaginiez est enfin bâti?
Jamais l’urgence écologique n’a été aussi forte. Jamais les populations dans le monde n’ont attendu, espéré des solutions concrètes pour l’environnement. Jamais les pouvoirs publics n’ont bâti de politiques aussi ambitieuses, notamment avec les plans de relance. Avec l’opération que nous venons de faire, Veolia va être en capacité d’imaginer et de généraliser les solutions dont nous aurons besoin pour améliorer la qualité de l’air, le recyclage du plastique ou des batteries électriques, la capture du carbone, nourrir des milliards de personnes, avec moins d’eau, moins d’énergie et moins de sol. La moitié de ces solutions n’existe pas aujourd’hui. Au fur et à mesure que Veolia les inventera, on pourra dire, Frérot avait raison.( La modestie de l’intéressé ! NDLR)

Il peut donc y avoir des rencontres entre socialistes et écologistes qui se terminent par des sourires. Peu après 13 heures, samedi, à la sortie d’une longue réunion dans un hôtel parisien, la maire de Paris, Anne Hidalgo, l’eurodéputé écologiste Yannick Jadot, le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, et son homologue vert, Julien Bayou, se prêtent à une photo de famille, faisant quelques pas de concert comme s’ils cheminaient vers ce « contrat de gouvernement » dont ils viennent de parler.

Derrière eux, d’autres dirigeants suivent. Tous se massent près de l’eau scintillante du bassin de la Villette, et il faut s’y reprendre à plusieurs fois pour immortaliser ce moment devenu si rare. Hidalgo se félicite de cette « réunion importante ». « Face au risque de l’extrême droite, nous avons besoin de construire une offre politique pour la rentrée prochaine », dit-elle avant d’en appeler à une « coalition commune » et à un « candidat commun » pour 2022. Jadot ne demande pas mieux, même s’il aurait préféré un « contrat de gouvernement » dès les régionales, comme il l’avait susurré un peu plus tôt dans le huis clos de la réunion.

Brexit banques: au moins 1.000 milliards d’actifs britanniques déménagent vers l’Union économique

Brexit banques: au moins 1.000 milliards d’actifs britanniques déménagent vers l’Union économique

 

au moins 1000 milliards d’actifs britanniques des banques, soit 10 % du total, vont être transférés vers l’union économique d’après New Financial.

Au total, 440 sociétés financières ont délocalisé une partie de leurs activités, déplacé des emplois ou établi des nouvelles entités dans l’UE.

Il s’agit d’un chiffre bien plus élevé que l’estimation de mars 2019 quand New Financial avait identifié 269 entreprises concernées par le Brexit.

 

L’étude de New Financial  montre que Dublin est le principal gagnant, puisque 135 sociétés ont choisi la capitale irlandaise, devant Paris (102), Luxembourg (93), Francfort (62) et Amsterdam (48).

Mais sur le plus long terme, New Financial estime que Francfort sortira gagnant pour la taille des actifs déplacés, et Paris pour les emplois.

Certains groupes financiers ont pu en outre délocaliser des activités dans plusieurs villes.

Dublin attire beaucoup de gérants d’actifs, les banques vont plus vers Francfort, et Amsterdam séduit les plateformes boursières et les courtiers.

New Financial estime par ailleurs que le Brexit a entraîné à ce jour la création de 7.400 emplois dans l’UE, soit en raison de délocalisations du Royaume-Uni ou grâce à des embauches pour renforcer les équipes.

Le pays le principal bénéficiaire de ces transferts est néerlandais.

 

Le chef des Gardiens de la révolution iraniens sanctionné par l’union économique

Le chef des Gardiens de la révolution iraniens sanctionné par l’union économique

L’union économique a décidé de sanctionner Hossein Salami, chef des Gardiens de la révolution, la force de sécurité la plus puissante et la plus lourdement armée de la République islamique.

« Hossein Salami a participé aux réunions qui ont abouti aux ordres de recourir à la force létale pour réprimer les manifestations de novembre 2019. Par conséquent, Hossein Salami porte la responsabilité de graves violations des droits de l’homme en Iran », est-il écrit dans le Journal officiel de l’UE.

Parmi les autres personnes visées par les sanctions de l’UE, qui entrent en vigueur lundi, figurent des membres de l’organisation Basij, qui est placée sous le commandement des Gardiens de la révolution, et son chef, Gholamreza Soleimani.

Des diplomates ont déclaré que ces sanctions étaient sans rapport avec les efforts visant à relancer l’accord nucléaire.Officiellement non, mais officieusement !

 

 

Turquie : mise en observation de l’union européenne

Turquie : mise en observation de l’union européenne

Le sommet européen qui débute aujourd’hui devrait aboutir à une mise en observation de la Turquie qui ne cesse de manifester les gestes d’hostilité vis-à-vis de l’Europe et en particulier de la France. D’une certaine façon, c’est le bon moment de rappeler à la raison Erdogan dont la situation économique et catastrophique et qui mène son pays dans le mur non seulement du point de vue économique mais aussi démocratique.

Avec les États-Unis, message commun de fermeté sera adressé au président turc. «Ce n’est un secret pour personne que nous avons des différends avec la Turquie», a affirmé le secrétaire d’État Antony Blinken lors de ses entretiens mardi et mercredi à l’Otan. Mais les Américains comme les Européens refusent de couper les ponts avec Ankara. «La Turquie est un allié de longue date et apprécié, que nous avons un grand intérêt à garder ancré à l’Otan», a rappelé Antony Blinken.

Le chef du gouvernement italien Mario Draghi a résumé la position européenne en insistant sur «l’importance d’éviter les initiatives qui divisent et la nécessité de respecter les droits de l’Homme». La décision du président turc de quitter la convention d’Istanbul contre les violences sexistes, au lendemain d’un entretien avec Charles Michel et la présidente de la Commission Ursula von der Leyen, a été vécue comme un camouflet. En l’espace de quelques jours, Erdogan a également lancé une procédure d’interdiction du parti d’opposition prokurde HDP et limogé le gouverneur de sa Banque centrale.

 

Depuis le début de l’année Erdogan a quand même mis une certaine sourdine à ses attaques vis-à-vis de l’Europe. «Nous observons une absence de signaux négatifs depuis le début de l’année, mais personne n’est naïf, car plusieurs facteurs expliquent ce comportement: le changement de président aux États-Unis, la fragilité de l’économie turque et les conséquences des possibles sanctions européennes», a expliqué un diplomate européen à l’AFP. «Le bilan est en demi-teinte. On ne peut pas dire que la Turquie facilite à l’Union européenne l’engagement dans le fameux agenda positif dont on a parlé. Nous sommes en position d’attente», a commenté un autre diplomate de haut rang.

L’union économique européenne de plus en plus dépendante de la Chine

L’union économique européenne de plus en plus dépendante de la Chine

 

 

 

Comprend mieux l’enthousiasme de l’Union européenne poussée par l’Allemagne à propos de l’accord de principe sur les investissements réciproques entre l’Union économique et la Chine. En effet ,les chiffres récents montrent que pour la première fois l’union économique dépend largement pour ses échanges de la Chine. Malheureusement le déficit commercial de l’union économique ne cesse de s’accroître avec 180 milliards  . Sur l’ensemble de l’année dernière, le commerce de l’UE avec la Chine a totalisé 586 milliards de dollars (en additionnant exportations et importations), contre 555 milliards pour les Etats-Unis, selon des chiffres publiés lundi par l’institut européen des statistiques.

Si l’UE était déjà le premier partenaire commercial de la Chine depuis 2004 – elle avait alors doublé le Japon – c’est la première fois que l’inverse est aussi vrai, c’est-à-dire que la Chine détrône les Etats-Unis vis-à-vis de l’Europe.

Selon Eurostat, ce résultat est dû à une hausse des importations européennes en provenance de Chine (+5,6% en 2020 rapport à 2019) ainsi que des exportations européennes vers la Chine (+2,2%).

Dans le même temps, le commerce avec les États-Unis a enregistré une baisse significative tant pour les importations (-13,2%) que les exportations (-8,2%).

 

Après avoir souffert de l’épidémie de Covid-19 durant le premier trimestre, l’économie chinoise est repartie vigoureusement et la consommation a même dépassé en fin d’année son niveau d’il y a un an, tirant les ventes européennes, notamment dans l’automobile et les produits de luxe.

Les exportations de la Chine vers l’Europe ont bénéficié d’une demande forte pour les équipements médicaux et les produits électroniques.

L’UE a vu son déficit commercial s’aggraver avec la Chine. Il est passé de -164,7 milliards d’euros, en 2019, à -181 milliards l’an dernier. Dans le même temps, l’excédent avec les Etats-Unis est resté stable à environ 151 milliards d’euros.

Le Royaume-Uni, qui ne fait plus partie de l’Union européenne, est désormais son troisième partenaire commercial, derrière la Chine et les Etats-Unis. Cependant, les exportations européennes vers ce pays ont chuté de 13,2% l’an dernier, et les importations de 13,9%.

Au total, l’Union européenne a enregistré en 2020 un excédent commercial en nette hausse vis à vis du reste du monde, à 217,3 milliards d’euros, contre 191,5 milliards en 2019.

Le chiffre est encore plus élevé pour les 19 pays de la zone euro : excédent de 234,5 milliards d’euros l’an dernier, contre 221 milliards l’année précédente.

Russie : Poutine adresse un camouflet à l’union économique

Russie : Poutine adresse un camouflet à l’union économique

C’est clairement un camouflet que Poutine adresse à l’union économique mais aussi monde occidental qui proteste contre l’emprisonnement de Navalny  et les atteintes aux  principes démocratiques par  la Russie. C’est au moment précis où le représentant diplomatique de l’union économique se trouvait à Moscou que la décision russe été prise d’expulser des diplomates allemands polonais et suédois. Le message est clair, la Russie et Poutine évidemment n’accepte aucune intervention étrangère dans le fief du tsar Poutine. Un tsar dont la réputation a été mise à mal depuis que Nathalie a révélé qu’il était non seulement dictateur mais aussi un voyou ayant détourné une partie de la richesse russe pour  construire un palais personnel d’un coup de leurs 100 milliards.

 

 

Josep Borrell, en visite à Moscou jusqu’à samedi, a fermement condamné ces expulsions et rejeté les allégations de la Russie. Le représentant de l’union économique était venu faire part des protestations européennes vis-à-vis de l’emprisonnement de naval ni et la réponse est venue rapidement sous la forme d’une claque adressée à l’Europe « Notre relation vit un moment difficile », avait déclaré quelques heures plus tôt Josep Borrell en référence à l’empoisonnement d’Alexeï Navalny et à sa condamnation, mardi, à trois ans et demi de prison. Cette décision a indigné les pays occidentaux. Ceux-ci ont appelé à libérer l’opposant de 44 ans et à mettre fin à la répression brutale des manifestations.

« J’ai fait part au ministre Lavrov de notre profonde préoccupation et réitéré notre appel à sa libération et à l’ouverture d’une enquête impartiale sur son empoisonnement », a déclaré l’émissaire européen, lors d’une conférence de presse commune avec Sergueï Lavrov.

Dette : la France en tête avec plus de 300 milliards dans l’union européenne en 2020

Dette : la France en tête avec plus de 300 milliards dans l’union européenne en 2020

 

 

Il est évident que la faiblesse des taux favorise les emprunts d’État. Reste qu’il faudra bien les rembourser d’une manière ou d’une autre. Apparemment la France a fait une bonne affaire en empruntant plus de 300 milliards en 2020 un taux moyens de 0,30 %.

 

Fin 2019 l’endettement français représentait 100 % du PIB environ, au cours de l’année 2021 on devrait rapidement atteindre les 120 %. Face à cette embolie, certains experts inconséquents ont proposé que cette dette soit permanente et illimitée (quand d’autres encore plus irresponsables proposent de ne plus la rembourser !).  Une manière ainsi d’assurer une rente permanente au système bancaire, en tout cas pendant 50 ans voire un  siècle. Pour l’instant ,la question du remboursement de la dette est plutôt mise entre parenthèses mais la problématique reviendra forcément au premier retour de la croissance avec la hausse de l’inflation et des taux d’intérêt.

 

En zone euro, les émissions nettes de dette ont atteint 1 116 milliards d’euros en six mois entre mars et août dernier, «soit le montant des émissions nettes réalisées en un an et demi après la crise financière, entre septembre 2008 et février 2010», note l’économiste Olivier Sirello, dans un billet du blog de la Banque de France.

Dans cet environnement sous haute tension, la France s’est une nouvelle fois distinguée par son goût pour la dette. «Si l’on rapporte au PIB les émissions nettes au cours de cette période, la France occupe la première place dans la zone euro (13,0 %), suivie par les Pays-Bas (12,9%)», avance ainsi l’expert.

Nouvelles taxes américaines sur l’union européenne

Nouvelles taxes américaines sur l’union européenne

 

Il y a maintenant plus de 15 ans que les États-Unis et l’Europe s’affrontent à propos des subventions qui seraient accordées à Boeing et à Airbus. L’organisation mondiale du commerce a été saisie à plusieurs reprises et a autorisé dernièrement l’union européenne a augmenté ses droits de douane en compensation des avantages reçus par Bouygues.

Mais dans une dernière réaction l’administration Trump va imposer des droits de douane supplémentaires sur des produits européens, trois semaines avant la transition présidentielle, estimant que l’Union européenne a prélevé trop de taxes sur des produits américains dans le cadre du litige entre Boeing et Airbus.

Cette nouvelle offensive vise des produits français et allemands, des pièces détachées aéronautiques, vins non pétillants et cognacs, qui se verront appliquer des droits de douane plus élevés pour traverser l’Atlantique, selon un communiqué publié mercredi 30 décembre au soir par le représentant américain au Commerce (USTR), qui ne précise toutefois ni leur montant ni quand ils s’appliqueront.

Par ailleurs, déplore Washington, «l’UE a fait un autre choix qui a injustement augmenté le montant» des droits de douane prélevés, en excluant de son calcul le Royaume-Uni, et estime que «l’UE doit prendre des mesures pour compenser cette injustice».

 

La réaction américaine s’explique aussi par le projet de taxe (taxe en vigueur notamment en France) décidée par certains pays de l’union européenne sur les grands du numérique américains.

Oxfam: les émissions de CO2 des plus riches augmentent dans l’union européenne

Oxfam: les émissions de CO2 des plus riches augmentent dans l’union européenne

 

 

Selon une étude menée par Oxfam avec l’Institut de l’Environnement de Stockholm (SIE), les émissions de gaz à effet de serre des Européens à revenu faible et moyen ont baissé entre 1990 et 2015, tandis que celles des 10% les plus riches ont augmenté. «Alors que les émissions de l’UE liées à la consommation ont diminué d’environ 12%, et que les inégalités de revenus se sont accrues en Europe», les émissions annuelles des 50% les plus pauvres ont baissé de 24%, et celles des 40% de «revenus moyens» de 13%, indique l’ONG. Parallèlement, les émissions des 10% les plus riches ont augmenté de 3%, et celles des 1% les plus riches de 5%. Les 10% des Européens les plus riches ont été responsables de 27% des émissions, soit la même quantité que la moitié la plus pauvre de toute la population de l’UE, selon l’étude.

De nouvelles relations entre l’union économique et les États-Unis ?

De nouvelles relations entre l’union économique et les États-Unis ?

 

 Depuis lundi,  les 27 représentants des pays qui composent l’Union économique ont engagé une réflexion stratégique sur les champs qui permettraient d’améliorer de façon significative les relations avec les États-Unis. Pour faciliter les futures discussions, on a choisi un champ restreint de thèmes sur lesquels les accords pourraient aboutir. Restera pour plus tard la complexe question des échanges commerciaux et des droits de douane où subsistent de nombreux conflits (aéronautique, produits agricoles, vins, Gafa etc.).

Cinq grands domaines d’action seront ainsi à l’étude : la santé, notamment la lutte contre la pandémie de COVID-19, la relance économique, la lutte contre le changement climatique, la promotion de la paix et de la sécurité, ainsi que la défense de valeurs communes, dont l’attachement aux règles multilatérales.

Il s’agit, selon les responsables, des domaines qui offrent le plus de possibilités de coopération avec le président élu Joe Biden, après quatre années difficiles avec Trump.

Les dirigeants européens devraient discuter de la future relation transatlantique lors du prochain sommet européen organisé les 10 et 11 décembre.

Charles Michel, le président du Conseil européen, a invité Joe Biden à un sommet en présentiel organisé au cours du premier semestre 2021, et à un sommet virtuel, probablement peu après sa prise de fonction.

Amazon en position dominante d’après l’union européenne

  • Amazon en position dominante d’après l’union européenne
  • Amazon exploite- à son profit les données émanant des vendeurs utilisant sa place de marché d’après la Commission européenne à l’issue de deux années d’enquête, dont une approfondie. Mardi, la commissaire à la Concurrence Margrethe Vestager a annoncé lors d’une conférence de presse que «selon des conclusions préliminaires, Amazon a abusé de sa position dominante comme place de marché en France et en Allemagne», ses deux principaux marchés en Europe.
  • Amazon doit désormais apporter des réponses officielles aux accusations. Ces dernières pourront déboucher sur une sanction financière – jusqu’à 10% du chiffre d’affaires annuel -, ou un accord pour qu’Amazon change ses pratiques, ou bien encore un abandon des charges si le géant de l’e-commerce démontre qu’il n’a rien fait de répréhensible.

Suppression de l’union douanière avec la Turquie

Suppression de l’union douanière avec la Turquie

 

Macron veut punir la Turquie pour ses propos injurieux et irresponsables envers la France mais aussi pour sa politique incendiaire dans nombre de conflits avec la Grèce, avec Chypre, en Libye, en Syrie ou encore dans le Haut-Karabakh .

 

Il est certain que des mesures économiques répressives seraient plus efficaces que les déclarations certes tonitruantes mais sans lendemain concret. En effet ,la situation économique grecque est particulièrement grave avec un écroulement de sa croissance en même temps qu’un effondrement de sa monnaie qui a perdu plus de 30 % depuis le 1er janvier. Erdogan a dû nommer encore un nouveau gouverneur de la banque banquent centrale turque considérant la politique monétaire de son pays trop peu accommodante. Son gendre, ancien ministre des finances, a dû démissionner pour des raisons de « santé ».

 

Selon Europe 1, Emmanuel Macron va proposer que le Conseil européen supprime l’union douanière avec la Turquie. « Il y a des moyens de pression, il y a un agenda de sanctions possibles », avait prévenu Jean-Yves Le Drian, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, sur Europe 1, jeudi 5 novembre.

Cet accord, créé fin décembre 1995, permet des échanges économiques non-taxés entre les deux parties. L’ensemble des secteurs économiques ne sont pas couverts, c’est notamment le cas de l’agriculture. L’union douanière a été une réussite : la Turquie est devenue un important partenaire commercial européen (17 milliards de solde positif pour l’UE en 2015) et a fortement bénéficié des retombées économiques de l’accord, accélérant sa modernisation.

Pour l’heure, la piste de cette suppression est à l’étude au sein du gouvernement français. Pour que cette mesure soit prise, il faudra que la France obtienne l’accord de l’ensemble des chefs de gouvernements de l’Union européenne.

Le problème, c’est que l’Allemagne n’est pas certaine de suivre la France sur ce terrain non seulement pour ne pas handicaper ses exportations mais aussi pour éviter des troubles internes compte tenu de la très forte présence de Turcs dans le pays.

 

L’Allemagne, qui dispose d’une importante communauté turque sur son sol, suivra-t-elle ? De quoi en tous cas remettre la question sur la table alors qu’un Conseil européen est prévu les 15 et 16 octobre.

1...56789



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol