Archive pour le Tag 'lundi'

Immigration : du bricolage vite fait ce lundi

Immigration : du bricolage vite fait ce lundi

Il est probable qu’on va enregistrer ce lundi un accord entre le gouvernement et les républicains sur un texte très bricolé qui aura encore perdu une grande partie de son objectif en renforçant les contradictions. L’opinion publique pousse pour un accord mais reste à savoir si elle sera aussi enthousiaste vis-à-vis d’un contenu très édulcoré.

La Situation est délicate pour Macron après la claque politique reçue suite au rejet de la proposition de loi du gouvernement par l’Assemblée nationale. D’une certaine manière, il s’agit de mettre en contradiction les républicains du Sénat avec les républicains de l’Assemblée nationale. Le chef de l’État et le gouvernement ont donc choisi de prendre le texte adopté par le Sénat comme base de départ puisqu’il avait évidemment le soutien des sénateurs républicains. Dans le cadre d’une commission mixte paritaire qui réunit sénateurs et députés, on va donc partir du texte en position délicate si les députés décident de voter contre le texte de leurs collègues du Sénat.

La manœuvre est délicate mais peut réussir. En effet l’opposition des républicains à l’Assemblée nationale s’explique surtout pour des motifs politiciens. Sur le fond, il n’y a guère de divergences avec le gouvernement. Mais les républicains veulent trouver une occasion d’importance comme celle du débat sur l’immigration pour bien montrer leurs différences avec la majorité de Macron et préserver ainsi leurs chances pour les prochaines élections à commencer par les européennes. Tout cela relève d’un calcul politique subtil que l’opinion n’est pas forcément en mesure d’apprécier.

Pour emporter l’adhésion maintenant de tous les républicains, le gouvernement sera bien contraint de durcir encore son texte d’autant que cela est souhaité par l’opinion.

Le président de la république voudrait que l’affaire soit bouclée pour la fin de l’année mais les délais paraissent assez difficiles à tenir est la question risquent d’enjamber les fêtes de fin d’année.

Macron à la télé lundi : un bla-bla de plus en plus inaudible

Macron à la télé lundi : un bla-bla de plus en plus inaudible

Sans doute alerté par la grogne des Français en général et en particulier à propos de la chute du pouvoir d’achat, l’Élysée a décidé brusquement d’une intervention à la télévision dimanche soir. Notons que deux sondages successifs montrent une nouvelle dégringolade du président de la république dans l’opinion. Il n’est pas certain que cette allocution soit très utile à la notoriété du président, les dernières interventions ont en effet été néfaste à sa popularité. .

Comme d’habitude , il va justifier son action et sa volonté réformatrice. La vérité, c’est que le pouvoir est actuellement prisonnier d’un attentisme dans beaucoup de domaines- peut-être école exceptée avec Attal même s’il se posent toujours de graves questions d’effectifs d’enseignants- . Ce président ne dispose plus d’aucune majorité ni dans le peuple où il n’est soutenu que par moins de 30 %, ni à l’assemblée nationale, ni même parfois dans son camp où on prépare déjà la succession (voir à cet égard les oppositions sur la loi immigration ou encore sur le budget).

Bref vraisemblablement encore une intervention inutile car le bla-bla macronien plein de contradictions et de vanité ne passe plus. Surtout Surtout sur la sécurité ou les violences se sont installées à la place de l’État de droit. Sur le fond c’est la politique qui est en cause mais aussi la personnalité même d’un monarque qui non seulement n’est pas aimé mais est littéralement haï par une partie de la population. De ce point de vue, le président aura bien du mal à terminer son quinquennat.

Macron encore à la télé lundi : ras-le-bol !

Macron encore à la télé lundi : ras-le-bol !

Il ne se passe guère une semaine sans que ce président s’invite à la télévision pour parler de tout et surtout de rien. Sa dernière prestation a encore été catastrophique. À tel point que des instituts de sondages qui ont mesuré son impact n’ont pas diffusé les mauvais résultats. Du coup, Macron persiste et s’invite cette fois sur la trois lundis aux 19–20 heures.

Le pire c’est qu’il va parler de sécurité notamment alors qu’il a lamentablement échouée dans ce domaine avec des records de délinquance, l’installation d’une véritable économie de drogue et une révolte des quartiers dont il devait tirer les leçons mais qu’il a oublié de traiter.

Une semaine après son entretien aux 20 heures de TF1 et de France 2, le 24 septembre dernier, Emmanuel Macron revient à nouveau sous les projecteurs télévisés. Le président de la République sera cette fois l’invité du 19/20 de France 3, lundi à partir de 19h15 pour une «interview thématisée consacrée à la sécurité», a fait savoir l’Élysée.

L’intervention sera diffusée sur l’ensemble des éditions régionales, comme l’affirme la chaîne. Le président de la République s’exprimera depuis le Lot-et-Garonne, où il est attendu aux côtés du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin pour dévoiler la localisation des 200 futures brigades de gendarmerie, partout en France.

Le problème c’est que des brigades de gendarmerie existante pour la plupart ont des effectifs tellement réduits qu’elles ne sont ouvertes que quelques jours par semaine pour faire des permanences. L’annonce de la création de 200 futures brigades de gendarmerie est une fumisterie. D’ici 2027, la France n’aura jamais les moyens de disposer des bâtiments et des effectifs nécessaires sans parler des logements des intéressés. Au mieux en cinq ans si l’on construit déjà une cinquantaine de gendarmeries supplémentaires cela relèvera du miracle.

Cours du pétrole : vers les 100 $ et à 94,25 dollars lundi 18 septembre

Cours du pétrole : vers les 100 $ et à 94,25 dollars lundi 18 septembre

La demande de pétrole ne faiblit sont pas tandis que l’offre est volontairement réduite; le prix du pétrole continu de monter et se dirige vers les 100 $ ( 94,25 dollars le baril Le 18 septembre).

De quoi évidemment alimenter l’inflation partout dans le monde et à terme de peser sur la reprise économique.

«Le seuil symbolique des 100 dollars est de nouveau envisagé» pour le Brent, a commenté Sophie Lund-Yates, d’Hargreaves Lansdown, sous l’effet des récentes prévisions de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui table sur un déficit de l’offre par rapport à la demande à 3,3 millions de barils par jour.

«Nous restons sceptiques» quant à ce scénario, «car les inquiétudes sur la demande et la conjoncture économique vont empêcher les prix d’aller trop haut», ont fait valoir, dans une note, les analystes de Commerzbank.

Conséquence le prix du litre de carburant va atteindre et dépasser les deux euros.

Rassemblements républicains devant les mairies ce lundi

Rassemblements républicains devant les mairies ce lundi


David Lisnard, Président de l’association des maires de France, a demandé à la population à se rassembler lundi à midi devant toutes les mairies. Selon lui, « 150 mairies ou bâtiments municipaux ont été attaqués
« On ne baisse pas les bras. (…) Nous ferons sonner les sirènes, nous porterons un appel commun et nous continuerons notre travail au quotidien pour que l’ordre revienne », a-t-il dit au micro de TF1, plaidant pour un « sursaut civique ».

« Les maires de France appellent à une mobilisation civique de la société pour le respect de la République et de la France. Chacun doit y prendre sa part dans la responsabilité et le calme pour que le dialogue puisse reprendre », peut-on également lire dans le communiqué de l’AMF.

Mardi, le président de la République recevra à l’Élysée « les plus de 220 maires des communes victimes d’exactions », a appris BFMTV.

Lors d’une réunion avec plusieurs membres du gouvernement, Emmanuel Macron a demandé à ses ministres « de continuer à être aux côtés des policiers, gendarmes, magistrats, greffiers, pompiers, élus mobilisés jour et nuit depuis cinq jours ».

Dans tout le pays, d’importantes violences ont eu lieu depuis mardi soir dans des dizaines de communes.

Macron encore à la télé sur TF1 lundi soir

Macron encore à la télé sur TF1 lundi soir

Il n’y a pratiquement pas de jour ou Macon ne s’exprime pas à travers les médias en particulier à la télé. C’est le cas quand il voyage en province, c’est le cas quand il demeure à l’Élysée pour prendre la place de la première ministre, c’est encore le cas dans les moments plus officiels quand les médias complaisants lui tendent le micro de manière plus officielle.

On va encore vraisemblablement assister lundi soir à un interminable plaidoyer pour une politique pourtant pleine de contradictions dans nombre de domaines stratégiques. Macron va continuer de bonimenter, de dire tout et le contraire grâce à son idéologie du » en même temps ». D’un côté par exemple, il promet une grande rigueur financière mais de l’autre il ne cesse d’annoncer des milliards pour tout le monde en particulier pour une industrie moribonde ou pour la réduction des impôts des » classes moyennes ».

Pour l’instant, le chef de l’État n’a pas décidé de remplacer Élisabeth Borne mais se substitue à elle en s’exprimant sur tout et tout le temps. Quitte même à se mettre en contradiction avec la première ministre voire avec lui-même. Exemple cette mission de nouvelle majorité avec les « Républicains » qui a complètement échoué et dont il dit maintenant qu’elle n’est pas souhaitable !

Macron continue en faite de faire du Macron. Un peu comme ses prédécesseurs mais en pire. Comme Chirac, Sarkozy ou Hollande, Macron est un bonimenteur sans réel idéologie claire, coupé du réel et qui masque son vide politique par une communication qui dégouline de partout.

Le chef de l'État s'exprimera en direct au 20H du journal de TF1 ce lundi 15 mai, a annoncé la chaîne de télévision. Le chef de l'État multiplie les annonces économiques ces derniers jours, notamment dans le domaine de la réindustrialisation. Il s'est aussi prononcé dimanche pour la poursuite de la baisse de la fiscalité sur les classes moyennes.
Le président de la République s'est déjà exprimé ce dimanche dans une longue interview à L'Opinion , dans laquelle il a défendu sa réforme des retraites en regrettant «le déni de réalité» de ses opposants.

Les obligations (et failles) du Pass vaccinal à partir de lundi 24 janvier

Les obligations (et failles) du Pass vaccinal à partir de lundi 24 janvier

 

Des mesures qui étaient déjà complexes avec le pass sanitaire et qui le sont encore davantage avec le pass vaccinal.Un  qui par ailleurs avec omicron ne garanti aucunement l’absence de virus d’une personne et qui n’empêchera nullement la transmission.  Ce dernier est obligatoire. Il est obtenu  lorsque l’on a un schéma complet de vaccination (deux doses ou une seule, en fonction du vaccin, plus une dose de rappel après votre dernière injection), lorsque l’on possède un certificat de rétablissement du Covid-19 datant d’au moins onze jours et de moins de six mois ou une contre-indication à la vaccination.  D’ailleurs, à partir du 15 février, il faudra effectuer une dose de rappel quatre mois – et non plus sept – après sa deuxième dose pour que le passe reste valable.

Un  justificatif de statut vaccinal pour le Covid-19 sera demandé aux personnes de plus de 16 ans, en lieu et place de l’actuel pass sanitaire, pour accéder aux activités de loisirs, aux restaurants et débits de boissons (à l’exception de la restauration collective), aux foires, séminaires et salons professionnels et aux transports publics interrégionaux (avions, trains, cars).

Dans le cas des transports, une exception est prévue : pas besoin d’un pass pour motif impérieux d’ordre familial ou de santé – un proche mourant par exemple – sous réserve de présenter un test négatif, sauf en cas d’urgence. De la même manière, un simple pass sanitaire (soit un test au Covid-19 négatif, une attestation de vaccination complète ou un certificat de rétablissement) restera valable pour les plus de 12 ans afin d’accéder aux établissements de santé et aux services médico-sociaux, sauf urgence, que ce soit pour les malades ou leurs accompagnants.

Les adolescents de 16 et 17 ans n’ont pas besoin de la dose de rappel pour obtenir le pass vaccinal, sous réserve d’un schéma complet de primo-vaccination. Ils restent en effet considérés comme complètement vaccinés avec deux doses. Les personnes âgées de 18 ans et plus devront quant à elles avoir eu leur dose de rappel dans un délai de quatre mois hors cas particuliers (infections, contre-indications à la vaccination…).

Si dans le projet de loi initial, le gouvernement souhaitait instaurer le pass vaccinal dès l’âge de 12 ans, les députés ont relevé l’âge du pass à 16 ans. Seules les personnes de plus de 16 ans, âge à partir duquel l’autorisation parentale n’est pas nécessaire, seront donc concernées par le pass vaccinal.

Les mineurs de 12 à 15 ans resteront soumis à l’obligation de présenter l’actuel pass sanitaire (soit un test au Covid-19 négatif, une attestation de vaccination complète ou un certificat de rétablissement) pour l’accès aux activités de loisirs, restaurants et bars, foires ou transports publics interrégionaux. Quant aux enfants de moins de 12 ans, ils continueront à n’être concernés par aucun pass.

 

Les obligations du Pass vaccinal à partir de lundi 24 janvier

Les obligations (et failles) du Pass vaccinal à partir de lundi 24 janvier

 

Des mesures qui étaient déjà complexes avec le pass sanitaire et qui le sont encore davantage avec le pass vaccinal.Un  qui par ailleurs avec omicron ne garanti aucunement l’absence de virus d’une personne et qui n’empêchera nullement la transmission.  Ce dernier est obligatoire. Il est obtenu  lorsque l’on a un schéma complet de vaccination (deux doses ou une seule, en fonction du vaccin, plus une dose de rappel après votre dernière injection), lorsque l’on possède un certificat de rétablissement du Covid-19 datant d’au moins onze jours et de moins de six mois ou une contre-indication à la vaccination.  D’ailleurs, à partir du 15 février, il faudra effectuer une dose de rappel quatre mois – et non plus sept – après sa deuxième dose pour que le passe reste valable.

Un  justificatif de statut vaccinal pour le Covid-19 sera demandé aux personnes de plus de 16 ans, en lieu et place de l’actuel pass sanitaire, pour accéder aux activités de loisirs, aux restaurants et débits de boissons (à l’exception de la restauration collective), aux foires, séminaires et salons professionnels et aux transports publics interrégionaux (avions, trains, cars).

Dans le cas des transports, une exception est prévue : pas besoin d’un pass pour motif impérieux d’ordre familial ou de santé – un proche mourant par exemple – sous réserve de présenter un test négatif, sauf en cas d’urgence. De la même manière, un simple pass sanitaire (soit un test au Covid-19 négatif, une attestation de vaccination complète ou un certificat de rétablissement) restera valable pour les plus de 12 ans afin d’accéder aux établissements de santé et aux services médico-sociaux, sauf urgence, que ce soit pour les malades ou leurs accompagnants.

Les adolescents de 16 et 17 ans n’ont pas besoin de la dose de rappel pour obtenir le pass vaccinal, sous réserve d’un schéma complet de primo-vaccination. Ils restent en effet considérés comme complètement vaccinés avec deux doses. Les personnes âgées de 18 ans et plus devront quant à elles avoir eu leur dose de rappel dans un délai de quatre mois hors cas particuliers (infections, contre-indications à la vaccination…).

Si dans le projet de loi initial, le gouvernement souhaitait instaurer le pass vaccinal dès l’âge de 12 ans, les députés ont relevé l’âge du pass à 16 ans. Seules les personnes de plus de 16 ans, âge à partir duquel l’autorisation parentale n’est pas nécessaire, seront donc concernées par le pass vaccinal.

Les mineurs de 12 à 15 ans resteront soumis à l’obligation de présenter l’actuel pass sanitaire (soit un test au Covid-19 négatif, une attestation de vaccination complète ou un certificat de rétablissement) pour l’accès aux activités de loisirs, restaurants et bars, foires ou transports publics interrégionaux. Quant aux enfants de moins de 12 ans, ils continueront à n’être concernés par aucun pass.

 

« Omicron commence à marquer le pas » (castex) …… avec plus de 500 000 contaminations lundi !

  »Omicron commence à marquer le pas » (Castex) …… avec plus de 500 000 contaminations lundi !

Si l’on voulait résumer les propos de Castex hier à propos des nouvelles orientations de politique sanitaire en pourrait dire : » tout va bien madame la marquise ». Le seul problème c’est que cet optimisme de façade ne repose guère sur des réalités médicales. En effet on a dépassé largement les 500 000 contaminations lundi ; un nouveau record.  Pour s’affranchir de cette comptabilité gênante, certains au gouvernement et même certains experts proposent de ne plus enregistrer le nombre de contaminations. Une solution bien sûr mais qui ne fera pas d’un coup diminuer  le nombre de malades hospitalisés et le nombre de malades en soins critiques ( il faut environ un mois pour mesurer l’effet d’une baisse des contaminations sur l’hôpital). Comme l’indique le conseil scientifique ce n’est sûrement pas avant la mi-mars pourra commencer à enregistrer un déclin siccatif de la pandémie.

 

Avec ce nouveau bond des contaminations, la France dépasse désormais le cap des 300.000 cas quotidiens en moyenne sur les sept derniers jours.

C’est une nouvelle confirmation de la circulation « massive » du virus évoquée par le Conseil scientifique dans son dernier avis: 525.527 personnes ont été testées positives au Covid-19 sur la seule journée de ce lundi selon les données de la plateforme Sidep, le fichier centralisant les résultats de dépistage. Le précédent record, le 3 janvier, était de 431.179 tests positifs.

 Un niveau sans doute largement sous-estimé, puisque le Conseil scientifique émet l’hypothèse que seules 33 à 50% « des infections sont détectées comme étant des cas positifs »Ce niveau d’infections est exceptionnel sur une si courte période dans l’histoire de l’épidémie », insiste l’instance, chargée de conseiller le gouvernement dans la gestion de la pandémie. De tels chiffres devraient nourrir une certaine prudence dans la mesure où il ne s’agit sans doute pas de l’effet du seul variant omicron BA1) mais du variant de que la France n’est pas capable d’identifier faute de moyens de séquençage suffisant !

Covid FRANCE LUNDI 27 DÉCEMBRE 2021 : +256 MORTS ET +30.383 NOUVEAUX CAS

 Covid FRANCE LUNDI 27 DÉCEMBRE 2021 : +256 MORTS ET +30.383 NOUVEAUX CAS

 Lundi 27 décembre 2021, 122.898 morts au total et +30.383 nouveaux cas confirmés en 24h.

En France, le dernier bilan fourni par les autorités sanitaires concernant la pandémie de Covid-19, fait état d’au moins 9.146.451 cas confirmés soit +30.383 en 24h.

. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 27.033 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 95.865 (+256 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,09 le taux d’incidence à 759,34 et la tension hospitalière à 65,9 %. Le taux de positivité est à 7,1 %.

La France compte actuellement 16.921 (+556) personnes hospitalisées et 3.333 (+34) malades en réanimation.

Bilan des régions :

  • Ile-de-France : 3.411 (+115) hospitalisées, 639 (+12) en réanimation et +45 décès en 24h
  • Grand Est : 1.437 (+26) hospitalisés, 298 (-4) en réanimation et +21 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.270 (+19) hospitalisés, 280 (-5) en réanimation et +25 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 2.214 (+82) hospitalisés, 457 (-3) en réanimation et +32 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.424 (+101) hospitalisé, 460 (+7) en réanimation et +42 décès en 24h
  • Bretagne: 457 (+16) hospitalisés, 63 (-1) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Normandie : 732 (+16) hospitalisés, 91 (-2) en réanimation et +9 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.080 (+8) hospitalisés, 248 (0) en réanimation et +20 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 484 (+13) hospitalisés, 93 (-1) en réanimation et +13 décès en 24h
  • Occitanie: 1.570 (+61) hospitalisés, , 339 (+2) en réanimation et +21 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 478 (+4) hospitalisés, 105 (+4) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 833 (+36) hospitalisés, 146 (+17) en réanimation et +16 décès en 24h

Ce lundi 27 décembre 2021, le virus Covid-19 touche 279.612.592 cas confirmés et a fait au total 5.423.014 morts dans le monde.

 

Covid-Un Conseil de défense lundi: pour pas grand-chose

Covid-Un Conseil de défense lundi: pour pas grand-chose

 

Un conseil de défense a été réuni lundi mais sans doute pour pas grand-chose. En effet le gouvernement hésite à prendre de nouvelles mesures restrictives qui seraient de nature a gâté l’humeur des Français. Du coup, il se limite à renforcer un peu les mesures existantes tout en refusant d’aborder clairement la question de l’obligation vaccinale y compris celle des enfants.Ce conseil pourrait se réduire à un nouvel appel à la vaccination, un appel qui a par ailleurs été déjà entendu même s’il reste des récalcitrants; en effet, 52.091.996 personnes ont reçu au moins une injection (77,3% de la population totale) et 51.008.382 personnes sont entièrement vaccinées (75,7% de la population totale). Depuis le 4 décembre, 10.264.369 personnes ont reçu une dose de rappel.

À juste titre les médias parlent beaucoup du nouveau variant omicron mais le développement de la pandémie actuellement sur un rythme quotidien de 42 000 cas sur les sept derniers jours est à imputer au variant Delta. Ce n’est qu’ultérieurement que le variant omicron pourra peser sur l’ampleur de la vague de contaminations.

Il paraît fort probable que les pouvoirs publics seront contraints compte tenu de la hausse exponentielle des statistiques Covid de se réunir un nouveau avant la fin de l’année pour cette fois prendre des mesures restrictives limitant notamment les rassemblements. Toute la question est de savoir si cette décision sera prise avant ou après Noël. Au-delà, les pouvoirs publics auront aussi à se prononcer sur l’obligation vaccinale comme cela va être pratiqué dans des pays voisins comme l’Autriche ou l’Allemagne.

Covid-Un Conseil de défense lundi: pour rien ?

Covid-Un Conseil de défense lundi: pour rien ?

 

Un conseil de défense sera réuni lundi mais sans doute pour pas grand-chose. En effet le gouvernement hésite à prendre de nouvelles mesures restrictives qui seraient de nature a gâté l’humeur des Français. Ce conseil pourrait se réduire à un nouvel appel à la vaccination, un appel qui a par ailleurs été déjà entendu même s’il reste des récalcitrants; en effet, 52.091.996 personnes ont reçu au moins une injection (77,3% de la population totale) et 51.008.382 personnes sont entièrement vaccinées (75,7% de la population totale). Depuis le 4 décembre, 10.264.369 personnes ont reçu une dose de rappel.

À juste titre les médias parlent beaucoup du nouveau variant omicron mais le développement de la pandémie actuellement sur un rythme quotidien de 42 000 cas sur les sept derniers jours est à imputer au variant Delta. Ce n’est qu’ultérieurement que le variant omicron pourra peser sur l’ampleur de la vague de contaminations.

Il paraît fort probable que les pouvoirs publics seront contraints compte tenu de la hausse exponentielle des statistiques Covid de se réunir un nouveau avant la fin de l’année pour cette fois prendre des mesures restrictives limitant notamment les rassemblements. Toute la question est de savoir si cette décision sera prise avant ou après Noël. Au-delà, les pouvoirs publics auront aussi à se prononcer sur l’obligation vaccinale comme cela va être pratiqué dans des pays voisins comme l’Autriche ou l’Allemagne.

Covid France 22-11-21: doublement des cas par rapport à lundi dernier

Covid  France 22-11-21: doublement des cas par rapport à lundi dernier

 

 

 

La progression de la pandémie s’accélère encore. Avec notamment 5266 cas supplémentaires, un chiffre peu élevé comme chaque lundi, lendemain de week-end et de tests plus rares. Mais un chiffre tout de même supérieur de 2025 cas à celui de lundi dernier. La moyenne 7 jours passe à 18 479 cas enregistrés quotidiennement contre 18 189 hier et le taux d’incidence à 180,33 cas pour 100 000 habitants en France actuellement (171,53 hier).

L’évolution des chiffres dans les hôpitaux est moins importante, mais la progression est tout de même bien visible. On dénombre actuellement 8338 patients hospitalisés pour Covid-19 (en hausse de 300 par rapport à hier) tandis que 1406 personnes sont en réanimation soit 67 de plus que la veille. Sur les dernières 24 heures, 865 malades ont été admis à l’hôpital soit 707 de plus que dimanche et 234 de plus comparé à lundi dernier. 188 admissions en réanimation ont été enregistrées, soit 161 de plus qu’hier et 44 de plus que lundi dernier. Enfin, le nombre de décès enregistrés en 24 heures à l’hôpital est de 94 morts (hors Ehpad), soit 79 de plus qu’hier et 24 de plus que lundi dernier.

Covid France : Toujours en hausse lundi

Covid France : Toujours en hausse lundi

 

En France, le dernier bilan fourni par les autorités sanitaires concernant la pandémie de Covid-19, fait état d’au moins 6.624.777 cas confirmés soit +5.166 en 24h.

On recense ce lundi 23 août 2021 : 86.991 morts au total,+108 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 0 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 86.991 (+108 en 24h). .

Le taux de reproductivité R est de 1,04 le taux d’incidence à 220,58 et la tension hospitalière à 43,8 %. Le taux de positivité est à 2,1 %.

La France compte actuellement 11.007 (+356) personnes hospitalisées et 2.215 (+87) malades en réanimation.

Covid France : hausse , 111 morts en 24 heures lundi

Covid France  : hausse , 111 morts en 24 heures lundi

111 personnes sont mortes du virus ces dernières 24 heures, selon le bilan de Santé Publique France de ce mardi. Les services de soins critiques comptent 1953 malades. 245 nouveaux patients y ont été admis en 24 heures. 10.219 personnes sont toujours hospitalisées, dont 1075 arrivées depuis lundi. D’une manière générale, 28.114 nouveaux cas de Covid ont été détectés mardi en France, pour un taux de positivité des tests s’élevant à 3,4%, selon Santé Publique France.

Côté vaccination, le ministère de la Santé fait état mardi de «46.714.974 personnes (ayant) reçu au moins une injection (soit 69,3% de la population totale) et 39.789.184 personnes (ayant) désormais un schéma vaccinal complet (soit 58,9% de la population totale)».

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol