Archive pour le Tag 'LR'

Présidentielle 2022 : Pécresse va reprendre sa carte chez LR… comme Bertrand !!!

Présidentielle 2022 : Pécresse  va reprendre sa carte chez LR… comme Bertrand !!!

 

Retour au bercail des autonomes Valerie Pécresse et Xavier Bertrand qui annonce qu’ils vont reprendre leur carte chez les républicains. De quoi sourire évidemment s’il n’y avait pas lieu aussi de pleurer. Tout ce cirque pour pas grand-chose. L’un comme l’autre avait pourtant crié sur les toits des écrans télévisés qu’il ne reviendrait jamais dans la maison-mère.

 

Le problème aujourd’hui c’est qu’il y a le feu dans le vieux parti « héritier » du gaullisme. Si les prochaines élections devaient écarter une nouvelle fois du pouvoir le candidat des républicains, celui-ci pourrait être condamné à la disparition sur le mode du parti socialiste avec une plus ou moins longue agonie

 

 Valérie Pécresse qui ne parvient pas réellement refaire son retard sur Xavier Bertrand ne manque pas de culot à défaut de compétences en déclarant : «Aujourd’hui, je demande à tous les membres de Libres ! (son mouvement, ndlr), qui partagent comme moi les valeurs de la droite, d’adhérer à LR pour construire ensemble le parti de la reconquête et de l’alternance. Et cette ligne, je me l’applique à moi-même. Notre objectif, c’est, ensemble, de battre Emmanuel Macron », lance-t-elle.

Valérie Pécresse avait quitté Les Républicains le 5 juin 2019, après le mauvais score lors des élections européennes (8,5% des suffrages). À l’époque, elle justifie ce choix par une volonté de «refonder la droite, menacée d’extinction». Elle juge LR «cadenassé, verrouillé et vidé de ses adhérents». «Soyons très clairs: moi je quitte LR mais je reste de droite et je reste dans l’opposition à Emmanuel Macron», expliquait-elle à l’époque.

Le feuilleton des régionales en PACA : la fédération LR des Alpes-Maritimes ne soutient pas Muselier

Le feuilleton des régionales en PACA : la fédération LR des Alpes-Maritimes ne soutient pas Muselier

 

 

 

 

Un imbroglio supplémentaire dans le feuilleton des régionales en PACA avec le retrait du soutien de la fédération LR des Alpes-Maritimes à Muselier. Une situation très confuse puisque la liste Muselier à l’appui des organes centraux des républicains qui critiquent quand même l’initiative. De son côté,  la république en marche a annoncé qu’elle ne présentait plus de liste en son nom. Tandis que des responsables locaux comme la fédération LR des Alpes-Maritimes, dirigée par le député Éric Ciotti, considèrent que la liste Muselier est une liste de Macron. Sans parler du maire de Nice et de Toulon qui ont démissionné à la suite de cette affaire du parti républicain. «Nous avons, malgré les engagements qui avaient été pris devant la commission nationale d’investiture, constaté que Renaud Muselier avait passé un accord politique avec le pouvoir macronien», estiment les Républicains des Alpes-Maritimes dans une motion adoptée par 84% des membres du comité départemental du parti, selon un communiqué.

« LR » se ratatine (Jean Petaux, politologue )

LR se ratatine (Jean Petaux, politologue )

Le  politologue Jean Petaux estime que les sympathisants et militants LR s’enferment dans une « sorte de réduit d’irréductibles ».

 

Interview sur France Info

 

 

Pourquoi Les Républicains manquent-ils autant de visibilité pour un parti qui a été au pouvoir pendant des décennies ?

Jean Petaux : Je crois qu’on pourrait également faire ce constat pour l’autre grand parti de gouvernement depuis des décennies, le Parti socialiste. Je me permets de faire ce rapprochement parce que je crois que la crise que connaît LR aujourd’hui est celle, finalement, d’un réservoir à idées qui est vide. D’une certaine façon, ce sondage Ipsos Sopra Steria est révélateur d’une crise qui est peut-être encore plus profonde, puisque c’est le décalage de la perception de la situation entre ceux qui sont à l’extérieur de LR et ceux qui sont dedans. Car ceux qui sont à l’extérieur et précisément, par exemple les sympathisants La République en Marche et les sympathisants RN ne voient aucun inconvénient à s’allier avec LR. Ils considèrent que, d’une certaine façon, la proximité est forte. Les sympathisants et les militants LR, eux, au contraire, sont en train de s’enfermer dans une sorte de réduit d’irréductibles qui veulent rester tout seuls et qui considèrent qu’ils ne peuvent pas passer d’alliance avec d’autres.

Est-ce la conséquence du « en même temps » d’Emmanuel Macron, qui est entre d’un côté LR et de l’autre le Rassemblement national ?

On dit habituellement que les électeurs préfèrent l’original à la copie. Là, c’est comme si les électeurs se mettaient à préférer les photocopies, celles de LREM et celles du RN par rapport à l’original. C’est-à-dire en quelque sorte qu’ils préféraient ses clones de programmes ou de propositions qui pouvaient être initialement faites par Les Républicains. Par ailleurs, Edouard Philippe a souvent employé l’expression de la poutre qui continue à travailler après la formidable secousse que lui a administré Emmanuel Macron en 2017. On a l’impression cette fois-ci que non seulement la poutre bouge encore, mais qu’elle est surtout fractionnée. Elle est en train de se scinder entre finalement deux partis à l’intérieur-même de LR. Et encore le sondage ne nous donne-t-il qu’une photographie à partir de thématiques. Mais la fracture idéologique des Républicains passe aussi à l’intérieur du parti en fonction des leaders. Si les choses se poursuivent ainsi, LR peut pour la prochaine présidentielle rejoindre le sort qui était celui du Parti socialiste, c’est-à-dire avoir un score à moins de deux chiffres.

Alors justement, qu’existe-t-il comme alternative à gauche ? Qui peut être fédérateur à gauche pour faire face à Emmanuel Macron ?

Actuellement, personne. Puisque les sondages, qui évidemment ne sont que des photographies à un an de la prochaine présidentielle, nous indiquent que toutes les forces sont autour de 8%, 9%, 10%, 12% grand maximum. Et celui ou celle qui va se dégager devra au moins creuser l’écart avec 3 ou 4 points d’avance par rapport aux autres candidats des gauches. On assiste véritablement, par rapport à 2017, à une situation qui pourrait bien plus ressembler à 1969, c’est-à-dire une gauche qui, le Parti communiste n’étant plus là, est complètement diffractée avec des candidats qui auront du mal à dépasser les 15%.

Cela signifie-t-il que ceux qui disent qu’il y aura un duel Macron-Le Pen d’office au deuxième tour ont raison ?

Je me méfie beaucoup de ce genre de prédictions et de prévisions à un an. La vie politique française est faite de rebondissements, de surprises. Elle est faite aussi parfois d’effondrements, totalement inattendus. Donc je ne me risque pas du tout à ces pronostics. Ce qui est certain, c’est qu’aussi bien LR que le Parti socialiste, dans leur dimension de partis de gouvernement, sont complètement en panne d’idées, de propositions, et n’arrivent pas à renouveler un logiciel programmatique qui pourrait en particulier ramener à eux des électeurs qui sont en ce moment en déshérence, soit du côté du RN, soit même du côté de La République en Marche.

Sondage : les Français METTENT DANS LE MÊME SAC LR et LREM

Sondage : les Français METTENT DANS LE MÊME SAC LR et LREM

Selon un sondage Ipsos/Sopra Steria pour France InfoLe Parisien/Aujourd’hui en France  pour 64% des personnes interrogées, Les Républicains est un parti dont la plupart des dirigeants « ont des idées proches soit de La République en Marche, soit du Rassemblement national et pourraient rallier ces partis ».

52% des sondés se disent « favorables » à une alliance entre les listes LaREM et LR au second tour dans les régions où le RN est en position de l’emporter, et ce afin d’empêcher une victoire de ce parti. La proportion d’opinions « favorables » monte à 86% chez les sympathisants LaREM et à 58% chez les sympathisants LR.

Dans le cas où le but est d’empêcher une victoire de la gauche, ils sont 31% à être pour une alliance entre LR et RN, 69% se déclarant défavorables à cette solution. La proportion de « favorables » monte à 48% chez les sympathisants LR, à 57% chez les sympathisants RN.

Globalement, une personne interrogée sur deux (51%) trouvent que LR est un parti proche de LaREM.

Politique – Macron : la stratégie du coucou ; après le PS , LR !

Politique

Macron : la stratégie du coucou ; après le PS , LR !

 

Même au sein de la majorité on constate que Macron ne peut s’appuyer sur la république en marche qui demeure une organisation virtuelle sans vraie présence sur le terrain. D’où l’idée du chef de l’État qui n’a jamais disposé d’une véritable organisation de rentrer par la petite porte d’un parti, d’y faire son nid et de vider ses occupants.

 

Ce fut d’ailleurs d’abord le cas avec le parti socialiste complètement pompé et que Macon a largement contribué à faire éclater et à décliner. Désormais la cible est le parti républicain avec la même stratégie. Il s’agit de faire son nid, créer des divisions, faire éclater l’organisation en la pillant. Depuis 2017, Emmanuel Macron a constaté l’émergence de deux droites au sein de LR, celle qui a appelé à voter pour lui au soir du premier tour de la présidentielle et celle qui se montre plus ambiguë à l’égard du « front républicain ».

 

En tendant la main à LR dans certaines régions, le chef de l’Etat cherche donc à exposer ces divisions. « Il veut détacher les gens de droite modérés de leur parti, leur faire miroiter qu’ils peuvent être élus uniquement avec En marche », confirme Rémi Lefebvre, professeur de sciences politiques à Lille 2.  »Son objectif, c’est de siphonner encore un peu plus la droite modérée et empêcher l’émergence d’une candidature de droite. »

 

Les responsables de LR ne sont pas naïfs. « On additionne les manigances de Macron aux turpitudes des grands élus locaux qui estiment qu’ils auraient dû être ministres plus longtemps, et on a ce cocktail. (…) Il devient assez clair que Macron a ciblé la droite et cherche à faire monter le RN pour installer un duel Macron/Le Pen en 2022″, fustige le député LR Pierre-Henri Dumont. « Macron veut nous dissoudre, il ne veut plus rien entre Marine Le Pen et lui », ajoute un dirigeant LR, joint par France 2.

 

Macron : la stratégie du coucou ; après le PS , LR !

Macron : la stratégie du coucou ; après le PS , LR !

 

Même au sein de la majorité on constate que Macron ne peut s’appuyer sur la république en marche qui demeure une organisation virtuelle sans vraie présence sur le terrain. D’où l’idée du chef de l’État qui n’a jamais disposé d’une véritable organisation de rentrer par la petite porte d’un parti, d’y faire son nid et de vider ses occupants.

 

Ce fut d’ailleurs d’abord le cas avec le parti socialiste complètement pompé et que Macon a largement contribué à faire éclater et à décliner. Désormais la cible est le parti républicain avec la même stratégie. Il s’agit de faire son nid, créer des divisions, faire éclater l’organisation en la pillant. Depuis 2017, Emmanuel Macron a constaté l’émergence de deux droites au sein de LR, celle qui a appelé à voter pour lui au soir du premier tour de la présidentielle et celle qui se montre plus ambiguë à l’égard du « front républicain ».

 

En tendant la main à LR dans certaines régions, le chef de l’Etat cherche donc à exposer ces divisions. « Il veut détacher les gens de droite modérés de leur parti, leur faire miroiter qu’ils peuvent être élus uniquement avec En marche », confirme Rémi Lefebvre, professeur de sciences politiques à Lille 2.  »Son objectif, c’est de siphonner encore un peu plus la droite modérée et empêcher l’émergence d’une candidature de droite. »

 

Les responsables de LR ne sont pas naïfs. « On additionne les manigances de Macron aux turpitudes des grands élus locaux qui estiment qu’ils auraient dû être ministres plus longtemps, et on a ce cocktail. (…) Il devient assez clair que Macron a ciblé la droite et cherche à faire monter le RN pour installer un duel Macron/Le Pen en 2022″, fustige le député LR Pierre-Henri Dumont. « Macron veut nous dissoudre, il ne veut plus rien entre Marine Le Pen et lui », ajoute un dirigeant LR, joint par France 2.

 

Régionales en Paca: union LR-LREM ….. mais sans LREM

  • Régionales en Paca: union LR-LREM ….. mais sans LREM

 

Une opération raccommodage interne au parti républicain permet à Renaud Muselier de conserver l’étiquette des républicains. La solution trouvée est particulièrement ambiguë puisque vraisemblablement il y aura une union entre les républicains et la républiques en marche mais sans membres officiels de LREM. Renaud Muselier affirme toutefois que la liste sera très ouverte, sous-entendu à des personnalités proches de LREM. Il est vraisemblable que LREM ne présentera pas de liste pour ne pas subir une cruelle défaite électorale. Reste que cette solution manque de clarté et risque de déboussoler certains électeurs de droite. En apparence, le parti des républicains sauve la face et son unité. Tout au moins jusqu’au prochain débauchage ou alliance de même nature car les résultats aux régionales et aux départementales risque d’être très sévères pour un parti comme la république en marche qui n’est pas implantée sur le terrain. Sans parler de sanctions à l’égard de Macron.

 

LR Régionales PACA: en attendant d’être ministres !

LR Régionales PACA: en attendant d’être ministres !

 

L’alliance entre les républicains et en marche en Paca s’explique par des considérations électorales locales mais aussi par le fait que plusieurs personnalités espèrent un jour être ministres de Macron. C’est le cas de Christian Estrosi, du maire de Toulon ou même de Renaud Muselier.

Il y a déjà longtemps que ces personnalités manifestent une certaine indulgence vis-à-vis de Marcon voire même un certain soutien. Renaud Muselier trouve des avantages à cet accord avec la république en marche qui souffre sur place d’un net déficit de notoriété et dont la liste avait peu de chances d’être élue.

L’actuel président de la région PACA espère donc mieux faire face au RN particulièrement bien implanté dans cette région. Les considérations personnelles ne sont pas négligeables car les personnes principales impliquées dans le rassemblement des républicains avec la république en marche ne sont pas des perdreaux de l’année et souhaiterait bien un jour être enfin ministres de Macron.

 » LR »: un parti attrape-tout ?

 » LR »: un parti attrape-tout ?

 « On ne peut pas être attrape-tout », estimait ainsi mercredi Eric Woerth dans l’Opinion. Christian Jacob précise la ligne de son parti dans l’Opinion.

La ligne économique des Républicains suscite un malaise interne. La sensibilité libérale est notamment particulièrement troublée. Que lui répondez-vous ?

Il n’y a pas de malaise quand nos propositions économiques sont soumises au vote des militants et adoptées unanimement. La ligne reste pour moi celle qui correspond depuis toujours à nos fondamentaux : l’attachement à la liberté d’entreprise à l’intérieur d’un cadre réglementé. Je n’ai jamais été un libéral absolu, pas plus qu’un étatiste. Le fil conducteur de notre projet, c’est le travail. Nous le déclinons de différentes manières : le report de l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans, l’obligation pour chaque bénéficiaire du RSA de consacrer en contrepartie dix heures de son temps à la collectivité, tout faire pour favoriser l’accès des jeunes à l’emploi ou encore fixer la durée du temps de travail par référendum au sein de l’entreprise…

Comprenez-vous néanmoins que certains puissent être troublés en entendant des responsables LR déclarer que le revenu universel, défendu par Benoît Hamon, « mérite d’être regardé », ou proposer la création de 300 000 emplois jeunes, comme au temps de Lionel Jospin ?

La pire des choses dans une période de crise est de raisonner avec des œillères et de penser avoir systématiquement la vérité révélée en tout. C’est pour cela que nous avons perdu deux présidentielles et deux législatives consécutives. Que l’on débatte est sain. Je me méfie toujours des gens qui savent tout sur tout et sont incapables d’écouter les autres. Il faut accepter la réflexion. Sur le revenu universel, personne chez nous ne reprend ce terme, nous sommes opposés à l’idée de faire reposer une allocation sans conditions et nous sommes attachés à une contrepartie liée au travail. Quant aux emplois jeunes, ce que nous proposons est très différent : c’est pour une période limitée dans le temps qui s’accompagne d’une période de formation obligatoire et d’une validation des acquis d’expérience.

L’Institut Montaigne a publié une note qui estime que votre programme économique dégraderait les finances publiques. L’augmentation de 5 % de tous les salaires nets grâce à la réduction par deux de la CSG pesant sur le travail entraînerait une perte pour la Sécurité sociale qui ne serait pas compensée…

J’invite l’Institut Montaigne à regarder toutes nos propositions, dans leur ensemble. Quand je vois qu’il propose la distribution de chèque consommation pour tous les bénéficiaires d’APL à hauteur de douze milliards d’euros, je me dis que moi aussi je pourrais interroger leur sérieux… Aujourd’hui, augmenter le salaire net, c’est redonner du pouvoir d’achat aux salariés sans handicaper la compétitivité des entreprises. Dans notre programme, nous avons budgétisé un ensemble de mesures d’économies pour compenser cette baisse de la CSG : la retraite à 65 ans, l’augmentation du temps de travail dans la fonction publique afin qu’il approche celui du privé, une allocation sociale unique, regroupant l’ensemble des prestations, plafonnée à 75 % du smic, le conditionnement à cinq ans de cotisation des aides sociales pour les étrangers…

Rien ne concerne le périmètre de l’Etat ?

Nous défendons des réformes dans deux directions. Il faut recentrer l’Etat et ses services déconcentrés sur le régalien. Il faut un vrai projet de décentralisation, incluant une réforme des collectivités locales. Le millefeuille actuel perd en efficacité, lisibilité, rationalité économique. Je ne suis pas de ceux qui disent que tout serait de la faute de l’Etat et que les collectivités locales feraient tout bien. C’est un discours trop facile. Il faut revenir à l’esprit du conseiller territorial qu’avait mis en place Nicolas Sarkozy. Les grandes régions qui sont nées depuis ne sont pas un frein.

La question de la dette qui a explosé avec la crise sanitaire commence à diviser au sein de vos rangs. Que faudra-t-il faire selon vous ?

D’abord un constat : l’explosion de la dette n’est pas que le fruit de la crise. C’est aussi le résultat de la gestion calamiteuse des finances publiques par le trio Macron-Philippe-Le Maire. Dès septembre 2019, la dette avait atteint 100 % du PIB. La France avait le pire déficit de la zone euro pour la première fois de son histoire. Les dépenses publiques atteignaient 55 % du PIB, le taux de prélèvements obligatoires était record, aucune réforme de structure n’était conduite. Nous avons donc dû affronter la crise actuelle alors que nous étions déjà dans une situation dramatique. Il faudra, selon moi, isoler la dette Covid. Bien sûr, il faudra la rembourser ; il serait irresponsable de tenir le discours contraire. Mais il faut l’étaler dans le temps afin qu’elle soit supportable pour la génération à venir et parallèlement, engager une gestion rigoureuse des finances publiques. Cela passera par des réformes de structures sur la dette courante.

Guillaume Peltier, le vice-président de LR, votre numéro 2, a proposé que la dette Covid soit « à échéance de 100 ans ». Etes-vous d’accord ?

Je pense que le bon étalement serait une génération.

Guillaume Peltier, comme Aurélien Pradié, le secrétaire général de LR, votre numéro 3, sont souvent à l’origine de propositions chocs, provoquant des remous internes. Cela ne vous met-il pas en porte-à-faux ?

Non. Ce serait un comble pour le président d’un parti de considérer qu’il y a un problème dès que certains d’entre nous portent des idées, travaillent et réfléchissent. Nous sommes un parti de gouvernement. Nous nous préparons à gouverner. Cela nécessite des débats internes, même si chacun doit faire attention de ne pas se caricaturer. Je note d’ailleurs que nous sommes les seuls à mener un tel travail. Le débat tourne autour de nos propositions. On ne peut pas dire que nous sommes concurrencés par celles de La République en marche ou du Rassemblement national.

La tradition veut que le programme du candidat à la présidentielle écrase celui du parti. Y a-t-il une raison que cela change ?

Non. Le programme d’un parti permet de définir une ligne générale sur tous les aspects. Une campagne présidentielle se fait à partir de deux ou trois grandes idées fortes portées par le candidat.

Xavier Bertrand est-il en train de s’imposer comme le candidat naturel de votre famille à la présidentielle ?

On n’en est pas là. J’ai souhaité que l’on reparle de tout cela après les régionales prévues en juin. Cela sera donc à l’été ou à la rentrée. Nous verrons alors où en sont les uns et les autres.

LR en faveur d’un référendum pour l’expulsions des étrangers délinquants

LR en faveur d’un référendum pour l’expulsions des étrangers délinquants

L’annonce du président de la République visant à organiser un référendum sur la préservation de l’environnement a poussé le parti LR à accélérer son projet de référendum d’initiative populaire. Olivier Marleix, député d’Eure-et-Loir, y travaillait en coulisses depuis deux mois. «Puisque M. Macron ne juge pas utile de proposer un référendum aux Français sur ce sujet, nous proposons de le faire dans le cadre d’un RIP, procédure inscrite dans la Constitution depuis Nicolas Sarkozy», explique le parlementaire.

«Suite aux nombreux attentats terroristes, l’expulsion des étrangers dangereux est une urgence. Si ces étrangers prêchant la haine, identifiés comme tels par le renseignement, étaient expulsés, cela ferait baisser la pression et servirait d’exemple. C’est une condition sine qua non si l’on veut recréer une communauté nationale apaisée», conclut-il.

 

Législatives partielles : la revanche de LR et du PS

Législatives partielles : la revanche de LR et du PS

Trois victoires pour Les Républicains et trois pour la gauche. LREM éliminé partout.

Défaite des macronistes dans les Yvelines ,  le candidat LR, Philippe Benassaya,  a récolté 67,7% des suffrages, devant la candidate Génération.s, Sandrine Grandgambe (32,2%). La droite conserve aussi son siège dans le Haut-Rhin avec la victoire du LR, Yves Hemedinger, face au candidat écologiste, Frédéric Hilbert (62,78% contre 37,22%). Dans le Maine-et-Loire, la candidate LR, Anne-Laure Blin, a également emporté son mano a mano face à la candidate EELV, Daphnée Raveneau (61,1 contre 38,9%).

À gauche, le candidat PS, Gérard Leseul, l’a nettement emporté en Seine-Maritime avec 70% des voix face au candidat RN, Jean-Cyril Montier. Il succède ainsi à un autre socialiste, Christophe Bouillon, élu maire de Barentin en mars dernier.

Dans le Val-de-Marne, les socialistes ont remporté leur duel face aux écologistes. La candidate PS, Isabelle Santiago, a récolté 58% des voix, contre 42% pour la candidate EELV, Sandra Régol. Ce second tour a été marqué par de fortes rivalités entre les deux partis de gauche. À la Réunion, Karine Lebon, candidate de la gauche unie (Pour La Réunion, PS, LFI), l’a emporté sans surprise (71,96%) face à la candidate Divers droite, Audrey Fontaine (28,04%).

Présidentielle 2022 – à droite, un candidat LR pour Noël ?

Présidentielle 2022 – à droite, un candidat  LR pour Noël ?

 

 

Le sondage Elabe diffusé le 1er juillet sur BFMTV, qui crédite François Baroin de 11 à 12% des voix à la présidentielle, loin derrière Emmanuel Macron et Marine Le Pen,  n’est pas très rassurant quant aux chances de succès d’un candidat du parti des républicains aux présidentielles. Du coup l’appareil veut accélérer le rythme. Beaucoup craignent en effet que faute de dynamique et de clarification le candidat naturel du parti républicain s’appelle Édouard Philippe.

L’hypothèse a été mise sur la table par Jean-François Copé. « J’ai dit ce que tout le monde ressent, explique-t-il. Nos électeurs, ce qui les intéresse, c’est d’avoir un nouveau leader et si nous ne sommes pas capables de créer une dynamique d’incarnation politique, ils se tourneront naturellement vers Édouard Philippe. Si Baroin y va, il occupera sans doute l’espace, mais s’il n’y va pas… » Si Jacob l’exclut, cette hypothèse séduit certains. Un responsable LR le rappelle : « 70 % des électeurs de Fillon voulaient que Philippe reste à Matignon. On ne peut pas raisonner uniquement en termes de trahison. »

 

Tambouille municipale à Bordeaux : le candidat LREM Cazenave rallie la liste du maire sortant LR Florian

Tambouille municipale à Bordeaux : le candidat LREM Cazenave rallie la liste du maire sortant LR Florian

Paradoxe de Macron. On a reproché au maire de Lyon de se rapprocher des républicains pour  évincer les candidats du président. Mais à l’inverse à Bordeaux, c’est  le candidat de la république en marche qui ,lui, a décidé de s’unir au maire sortant les républicains. La vérité sans doute, c’est que la république en marche ne pèse pas grand-chose sur le terrain et ne peut exister qu’en fonction d’alliance plus ou moins contradictoire. Cela préfigure à l’évidence la confirmation de la défaite catastrophique de la république en marche aux élections municipales mais aussi l’échec qui se prépare aussi pour les élections départementales  et régionales qui vont suivre. La  LREM  n’a aucune existence sur le terrain et d’ailleurs n’est pas autorisée à participer au débat politique qui relève simplement de quelques leaders nationaux courtisans de Macron.

Municipales à Paris: le choix très douteux de Rachida Dati (LR)

Municipales à Paris: le choix très douteux de Rachida Dati (LR)

 

Il faut vraiment que les républicains (LR) soient dans une situation délicate pour se rabattre sur le choix de Rachida Dati comme leader de la liste municipale  à Paris. Le problème des républicains c’est qu’aucun leader ne veut peut-être prendre la responsabilité d’une défaite annoncée. On se souvient en effet que le parti de Macron a ramassé la mise à l’occasion des européennes prenant de fait  la place de la droite. Certes la république en marche est divisée avec d’un côté la candidature estampillée Macron de Benjamin Griveaux  et de l’autre la candidature atypique de Cédric Villani qui ne cesse de progresser dans les sondages. Bien entendu les voix destinées à la république en marche vont s’éparpiller mais il y aura un second tour est un accord  et probable entre les deux tendances évoquées.  Le problème de Rachida Dati est récurrent. Elle consacre peu de temps  à la politique et elle survole les dossiers. Sa présence est plus significative dans la jet-set, dans les milieux financiers et les soirées mondaines. Elle est certes représentative de certains habitants du septième arrondissement mais pas forcément de l’ensemble des électeurs de Paris qui souhaitent  un maire d’une autre consistance politique. En outre, l’intéressé traîne certaines gamelles relatives à son parcours politique et à sa vie personnelle. La dernière concerne une rémunération de services qu’elle aurait rendu à Renault. On peut légitimement s’interroger sur la nature de ces services dits juridiques. Pour le nouveau patron des républicains , Christian Jacob, l’adoubement de la maire du 7e arrondissement, dont il est proche, pourrait intervenir dès la commission d’investiture du 6 novembre. «C’est une formalité», souligne le conseiller de Paris François-David Cravenne, qui soutient Rachida Dati. Et ce malgré la pression de l’autre postulante à l’investiture, Marie-Claire Carrère-Gée – présidente du groupe LR au Conseil de Paris -, qui réclame un processus «public et transparent».

Mais la faible notoriété de l’élue du 14e arrondissement et le retrait du maire du 6e, Jean-Pierre Lecoq, ont plié le match. «Une certaine unité se crée autour de Rachida » déclare-t-on avec une certaine résignation. .

Avenir LR : comme le PS, vers l’extinction

 

Avenir LR : comme le PS, vers l’extinction

 

Les experts s’interrogent sur les conditions qui permettraient aux républicains de se redresser : La ligne politique  comme la personnalité des dirigeants. Dans un récent sondage sondage plus de la moitié des Français estimaient que les républicains étaient condamnés à disparaître. En cause surtout, le fait que l’espace politique qu’occupaient  les républicains a disparu et qu’il est désormais totalement occupé par Macron. Un Macron clairement positionné au centre droit qui s’appuie sur les mêmes couches sociologiques, sur les mêmes valeurs à telle enseigne que dans l’entourage de Sarkozy on considère que Macron est l’un des meilleurs présidents que la France ait connus !  Macron a d’abord tué la gauche en donnant l’illusion aux électeurs socialistes qu’il incarnait la continuité du PS. Rapidement cependant Macron a délibérément choisi d’appliquer des orientations très libérales et très inégalitaires. De sorte qu’aujourd’hui le vrai parti de droite est incarné par Macron. On voit mal ce que la majorité des électeurs des républicains pourrait contester de la ligne stratégique de Macron. En fait, la seule opposition provient de ce qui reste de la base militante des républicains repliés  sur des valeurs identitaires finalement proches de celles de Marine Le Pen encore davantage de sa nièce Marion Maréchal. Un sondage exclusif Ifop pour le JDD confirme la déroute des Républicains : pour une partie des Français, le parti doit désormais se rapprocher de La République en marche ou du Rassemblement national pour exercer le pouvoir.   »Un doute s’est instillé dans l’esprit du peuple de droite sur la pérennité de ce parti, qui perd son caractère de parti d’alternance, capable de conquérir et d’exercer le pouvoir », diagnostique Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Pour 57% des sympathisants LR seulement, l’avenir du parti ne passe par aucun rapprochement, quand 24% d’entre eux imagine une alliance avec le Rassemblement national (RN) et 19%, avec La République en marche (LREM)… Le problème c’est que les sympathisants LR ne sont plus en face avec l’ensemble de l’opinion. Et pour mieux enfoncer le parti des républicains, Sarkozy ne cesse de s’afficher avec Macon. Il voudrait définitivement tuer son ancien parti il ne s’y prendrait pas autrement.

 

Municipales à Marseille : encore une élue LR qui va à la soupe macronienne

Municipales à Marseille : encore une élue LR qui va à la soupe macronienne

 

 

Les ralliements individuels de responsables LR aux candidatures LREM se multiplient. Il s’agit de sauver les meubles …et sa place personnelle. . La présidente LR de la métropole marseillaise s’est ainsi prononcé pour un pro Macron à la tête de la ville de Marseille. (En espérant le retour d’ascenseur à l’agglo).  Agresti, proche du chef de l’Etat, qui avait récemment accompagné Brigitte Macron lors d’une visite de cette dernière dans les quartiers Nord de Marseille, est considéré comme l’une des options possibles dans la deuxième ville de France pour la majorité présidentielle. Lors de cette réunion publique des «amis de Martine Vassal», Agresti a réclamé «de nouvelles méthodes de gouvernance» et insisté sur la nécessaire «inclusion éducative, sociale et culturelle». A la fin de son discours, applaudissements et huées se sont mêlés. «Jean-Philippe Agresti-, tu incarnes ce renouvellement, cette énergie, ce talent nécessaire au rassemblement pour Marseille», a enchaîné Mme Vassal qui va ainsi à la soupe come beaucoup d’autres. Explications : Aux européennes à Marseille, le RN est arrivé largement en tête (26%), devant LREM (21%) et EELV (14%) tandis que Les Républicains s’effondraient (8%). Depuis, M. Gaudin et Mme Vassal ont plaidé à plusieurs reprises pour un rapprochement avec En Marche aux municipales.

 

Des LR avec Marion Maréchal ou le début de la vente par appartement des Républicains

Des LR avec Marion Maréchal ou le début de la vente par appartement des Républicains

 

C’est précisément au moment où le parti des républicains connaît l’une de ses plus graves crises que certains choisissent d’organiser un repas avec Marion Maréchal. De quoi préfigurer la vente par appartements des républicains. Certains ont déjà choisi depuis longtemps Macron, quelques-uns ont rejoint Marine Le Pen. Beaucoup s’interrogent moins peut-être sur les idéologies que sur leurs chances d’être réélus aux municipales en particulier. Christian Jacob, le probable nouveau président des républicains, pourrait bien être le dernier président de cette formation en pleine déliquescence. Pas sûr que ce dernier dispose de l’autorité, du charisme et du dynamisme nécessaire pour redresser la barre. Certes la crise que vivent les républicains ne signifie pas autant la disparition de la droite, cette droite existe ;  elle est  même majoritaire dans le pays et la première formation qui la représente est celle de la république en marche que pas grand-chose ne distingue des républicains sur le plan idéologique, sociologique et programmatique. Le seul qui pourrait actuellement sans doute renverser la tendance de la disparition progressive des républicains est sans doute Nicolas Sarkozy mais qui est englué dans ses casseroles judiciaires. Lui seul pourrait encore sauver les meubles et donner un contenu opérationnel à la mise en demeure bien timide de Jean Léonetti qui président par intérim des républicains

“Je leur demande de clarifier leur position”, les met en garde, dans ce même journal, Jean Leonetti, qui assure depuis le 2 juin la succession de Laurent Wauquiez à la tête de la formation de droite, le temps qu’un nouveau président soit élu.“Cette clarification passe par leur appartenance aux Républicains qui implique une totale étanchéité à toute alliance avec l’extrême droite”, ajoute l’ancien ministre. Le projet du RN “est l’opposé du nôtre sur les plans européen, social et économique”, insiste-t-il.

Pour autant, “je ne veux pas exclure à la suite d’un repas”, précise Jean Leonetti, qui parle d’un simple “rappel à l’ordre face à une situation qui pourrait être le début d’une dérive”.

Christian Jacob : le dernier président de LR ?

Christian Jacob : le dernier président de LR ?

 

Victime expiatoire ou sauveur, quel sera le destin de Christian Jacob ; Sera-t-il  le messie ou le maitre de cérémonie pour enterrer définitivement ce qui reste de LR ? La  difficulté,  c’est que le nouveau parti de droite existe, c’est LREM ! En tout cas il n’y a pas de quoi sauter au plafond avec cette déclaration. Interview le Figaro–L’intéressé n’est pas un extrémiste mais pas non plus d’un grand charisme  Le président du groupe Les Républicains à l’Assemblée veut sauver le mouvement LR en posant les bases d’un projet «collectif». Son objectif: restaurer «l’ADN» de la droite.

Christian Jacob est député de Seine-et-Marne depuis 1995.

 

Êtes-vous candidat à la présidence des Républicains?

Oui, je suis candidat pour bâtir un projet d’alternance. Depuis sept ans, nous avons perdu deux présidentielles, dont une où nous n’avons pas été présents au deuxième tour. Nous avons également perdu deux législatives et subi un échec des plus cinglants aux élections européennes. Aujourd’hui, nous constatons également un éclatement de notre famille politique. Laurent Wauquiez est parti avec beaucoup de dignité et un véritable sens de l’intérêt général. Je mesure son courage. Il y a une part d’injustice dans tout cela mais la politique n’est parfois pas juste.

Le refus de Bruno Retailleau a-t-il joué dans votre décision?

Ensemble, nous avions acté le fait qu’il serait suicidaire d’être candidat l’un contre l’autre. Ni lui ni moi ne voulions d’affrontement. On s’est d’ailleurs beaucoup parlé. Il n’y a jamais eu de tensions ou de conflits entre nous. On s’entend …

La présidente du groupe LR à la mairie de Paris à la soupe !

La présidente du groupe LR à la mairie de Paris à la soupe !

Nouvelle désertion au sein des républicains avec le départ de la président LR à la mairie de Paris. Non seulement une démission mais un ralliement à Macron. Sans doute comme d’autres pour sauver sa place en espérant un positionnement favorable sur la future liste en Marche lors des municipales de Paris. Une attitude  assez lamentable mais qui est conforme aux convictions sulfureuses des produits d’institut politiques qui ont transformé la politique en métier. De ce point de vue, en marche est complètement noyauté par ce type de profil. Pour justifier sa position l’intéressé trouve des accents gaullistes au discours de Macron, notamment sa capacité à rassembler. Une capacité relative quand on sait que Macron n’a réuni aux européennes que moins de 25 % des électeurs et que 70 % de l’opinion condamnent sa politique. En tout cas ce nouveau débauchage confirme que le nouveau parti républicain de droite n’est pas à construire, il existe déjà avec en marche ;

Sondage Européennes: la liste LR à 14%

Sondage Européennes: la liste LR à 14%

 

Selon l’enquête Harris Interactive Epoka pour RTL, Le Figaro et TF1 LCI, LREM et RN toujours au coude à coude autour de 22% pour LREM et 20% pou le RN.  François-Xavier Bellamy (LR) gagne deux 2 points (14%) en cas de présence d’une liste «gilets jaunes» le 26 mai et un point (14%) si elle n’y était pas. La progression régulière de la liste LR rassure dans son camp. La marge de progression peut encore laisser de réels espoirs au parti de Laurent Wauquiez. En effet, Bellamy ne recueille que 54% des électeurs ayant voté François Fillon au premier tour de la présidentielle 2017. À l’opposé, Nathalie Loiseau fait un meilleur score avec 65% des électeurs du 1er tour d’Emmanuel Macron qui se portent sur sa liste. Les listes estampillées à gauche reprennent un peu de couleurs. Le Parti communiste (Ian Brossat) et Génération.s (Benoît Hamon) enregistrent un petit gain de 0,5 point, quelle que soit la configuration. PS/Place Publique avec à sa tête Raphaël Glucksman gagne un point, à 6,5% avec ou sans «gilets jaunes». Dépasser la barrière des 5%, c’est pour la liste, un résultat important car qui il signifierait qu’elle aurait des élus au Parlement européen. La France Insoumise (Manon Aubry) gagne 0,5 point et un même point selon la présence ou non de «gilets jaunes», avec 9 ou 9,5%.

 

L’intérêt pour la campagne électorale reste relativement stable avec 59% des Français qui disent s’y intéresser contre 57% dans l’enquête précédent du 8 avril.

L’immigration demeure le thème qui compte le plus dans la détermination du choix de vote pour ces européennes avec un score de 42%, suivi de près par le pouvoir d’achat (41%), les impôts et la fiscalité (39%) et l’environnement (37%). La lutte contre le terrorisme ne recueille que 31% des voix et la santé 22%. Et une nouvelle preuve que le lien n’est pas toujours fait entre impôt et dépenses publiques, le thème de la lutte contre les déficits et la dette publique ne recueille que 15 % et arrive en avant-dernière position.

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol