Archive pour le Tag 'L’OPEP:'

Pétrole : un assouplissement de l’OPEP contraint par le Coronavirus ?

Pétrole : un assouplissement de l’OPEP contraint par le Coronavirus ?

 

L’OPEP plus avait sans doute pronostiqué  de façon un peu excessive la reprise économique mondiale en durcissant les conditions de production pétrolière. L’OPEP plus avait en effet décidé de réduire la production de l’ordre de 10 millions de barils par jour depuis mai. Le problème c’est que l’avenir s’assombrit avec l’expansion du Corona virus dans nombre de régions. Du coup la demande va forcément être affectée.

Conséquence, au-delà du mois de juillet, la limitation de l’offre sera progressivement ramenée à 7,7 millions de bpj d’ici décembre. Abdoulaziz ben Salman a déclaré que les réductions seraient dans les faits plus importantes en raison des compensations faites par les pays ayant dépassé leurs quotas de production au cours des mois précédents.

Les documents internes à l’organisation et consultés par Reuters montrent que les baisses de production seront limitées à environ 8,54 millions de bpj en août et en septembre.

Le cours du Brent est remonté à près de 43 dollars le baril après avoir chuté à un plus bas de 21 ans en avril, à moins de 16 dollars le baril.

Le redressement des prix du brut a permis à certains producteurs américains de redémarrer leur activité. La Russie et l’Opep, très dépendantes des revenus pétroliers, se garderont toutefois de faire monter les cours trop hauts afin d’éviter de doper la croissance de la production pétrolière des Etats-Unis.

L’Opep a dit mardi attendre un rebond de la demande mondiale de 7 millions de barils par jour en 2021, après une chute de 9 millions cette année.

Elle a également annoncé qu’elle approvisionnerait le marché de 6 millions de bpj supplémentaires de brut l’année prochaine tandis que la production américaine et russe resterait globalement stable.

l’OPEP+, : encadrement du pétrole toujours en question

l’OPEP+, : encadrement du pétrole toujours en question

 

 

Pour tenter d’ajuster le bon volume de production à une demande en net fléchissement, les membres de l’organisation OPEP plus n’en finissent pas de se réunir pour trouver le bon volume de production à une demande en nette fléchissement. Les prix du pétrole ont enregistré des mouvements de yo-yo en particulier à la baisse et les prix sont encore inférieurs de 40 % à ce qu’ils étaient au début de l’année. Le signe que la demande est encore inférieure à l’offre.

Pourtant les producteurs ont réduit leur production de 9,7 millions de barils par jour (bpj) depuis début mai, une baisse sans précédent qui équivaut à 10% de l’offre mondiale totale et vise à favoriser le rebond des prix du brut.

Le groupe a convenu au début du mois de prolonger cet accord jusqu’à la fin juillet; sa production devrait ensuite n’être plus réduite que de 7,7 millions de bpj jusqu’en décembre. Le problème principal est d’obtenir le respect de ses quotas de production par la majorité des producteurs certains ont un besoin urgent des ressources du pétrole qui parfois représente la quasi-totalité de leurs ressources financières.

Aucune recommandation n’a été faite à l’issue de la réunion, même si le comité a prié certains pays, l’Irak et le Kazakhstan notamment, de se conformer davantage au quotas qui leur ont été attribués.

La date de la prochaine réunion du Comité ministériel conjoint de surveillance (JMMC) a par ailleurs été fixée au 15 juillet. Le JMMC y débattra alors des coupes dans les pompages pour le mois d’août. De toute façon en l’état des incertitudes économiques, voire même des menaces potentielles pour une résurgence d’un nouveau Corona virus il est difficile de faire des projections. On peut effectivement se fonder sur une baisse de croissance mondiale comprise entre 7 et 10 pour cent. Rien n’est sûr dans ce domaine et surtout on pourrait constater de nombreuses dispersions autour de cette moyenne care les pays n’ont pas été affectés de la même manière ni sur le plan sanitaire ni sur le plan économique.

Sur le marché pétrolier, le cours du baril de Brent évoluait jeudi légèrement autour de 41,36 dollars. Il a repris plus de 150% par rapport à son plus bas de la mi-avril (15,98 dollars) mais reste inférieur de près de 40% à son niveau du début de l’année.

Le Qatar quitte l’OPEP

Le Qatar quitte l’OPEP

.

À partir de 2019 le Qatar va quitter L’OPEP  en raison de ses  relations détestables avec l’Arabie samedi qui domine l’organisation des producteurs de pétrole. La seconde raison tient au fait que le Qatar est surtout un exportateur de gaz et souhaite développer l’industrie gazière et pas seulement se satisfaire d’exportation de produits bruts  Le Qatar annonce son retrait de l’OPEP. Cette décision résulte d’une réflexion sur les moyens de renforcer le profil international du Qatar et de préparer sa stratégie de long terme, largement axée sur l’industrie gazière, a-t-il expliqué. Le Qatar, premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié, est l’un des plus petits producteurs de l’OPEP et son influence y est limitée. »Le Qatar a décidé de se retirer de l’OPEP avec effet en janvier 2019 et cette décision a été communiquée à l’OPEP ce matin », a déclaré le ministre lors d’une conférence de presse, évoquant une décision « difficile » après 57 ans de présence au sein de l’organisation. En effet, le Qatar est membre de l’OPEP depuis 1961. Les bases de l’organisation ont été établies en septembre 1960, notamment sous l’impulsion de l’Arabie saoudite qui domine le cartel de 15 membres aujourd’hui. L’Arabie saoudite a rompu ses relations diplomatiques avec le Qatar en juin 2017 en l’accusant d’abriter des individus et des organisations qui lui sont hostiles.

L’OPEP: accord et baril vers les 70 $

L’OPEP: accord et baril vers les 70 $

 

L’accord de réduction de la production de pétrole a été officiellement prolongé de neuf mois, par l’OPEP. Un accord qui semble servir les intérêts des producteurs grâce au soutien des cours. Un soutien des cours également encouragé par un meilleur environnement économique international. Ceci étant si le prix de pétrole devait remonter de manière significative cela pourrait se retourner contre les producteurs de pétrole. En effet les États-Unis pourraient alors être amenés à réinvestir dans le pétrole de schiste qui redeviendrait alors rentable. Compte tenu de cet accord qui tend à limiter la et de l’évolution de la demande mondiale le pétrole les prix du pétrole pourrait être orientés à la hausse pour atteindre jusqu’à 70 $ le baril. Le ministre saoudien de l‘Energie, Khalid al Falih, a donc annoncé à la presse que l‘Opep et ses partenaires s’étaient entendus pour réduire pendant neuf mois supplémentaires leur production de 1,8 million de barils par jour (bpj). Cet accord, en vigueur depuis le 1er janvier, était censé expirer en mars. L‘OPEP a également décidé de plafonner la production cumulée du Nigeria et de la Libye aux niveaux de 2017, sous 2,8 millions de bpj. Ces deux pays bénéficiaient jusque là d‘une dérogation en raison des troubles sur leur territoire qui débouchaient sur des productions inférieures à la normale. Khalid al Falih a jugé qu‘il serait prématuré d’évoquer un abandon de cet effort pendant au moins deux trimestres en raison de l‘arrivée de la période hivernale, marquée généralement par une baisse de la demande. Il a précisé que l‘OPEP ferait un point de la situation lors de sa prochaine réunion en juin. “Lorsque nous sortirons de l‘accord, nous le ferons très progressivement (…) pour être sûrs de ne pas perturber le marché”, a-t-il dit. Le Brent de la mer du Nord a fini en hausse jeudi pour se traiter au-dessus de 63,50 dollars le baril. Il avait fini l‘année 2016 sous 57 dollars avant de tomber en juin à un




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol