Archive pour le Tag 'longues'

L’enjeu des batteries à longues durées

L’enjeu des batteries à longues durées 

Scott Patterson dans le Wall Street Journall explique l’enjeu des batteries longues durée (extrait)

En juillet, le département de l’Energie s’est fixé l’objectif de réduire de 90 % le coût du stockage d’énergie à longue durée du réseau dans la décennie. « Nous allons apporter des centaines de gigawatts d’énergie propre dans le réseau au cours des prochaines années », a déclaré la secrétaire à l’Energie Jennifer Granholm dans un communiqué.

L’énergie renouvelable représente un cinquième de la production d’électricité aux Etats-Unis, contre 60 % provenant du gaz naturel et du charbon, le reste étant essentiellement issu du nucléaire, selon EIA. Mercredi, le département de l’Energie a publié un rapport indiquant que la seule énergie solaire pourrait produire jusqu’à 40 % de l’électricité américaine d’ici à 2035.

Procéder à la transition vers les énergies renouvelables est un élément important du casse-tête de la décarbonisation, selon les experts. Non seulement ce changement retire du réseau des centrales de carburant fossile, mais il signifie que les véhicules électriques pourront se charger depuis des sources qui n’ajoutent pas de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

L’intérêt des investisseurs pour le stockage d’énergie a explosé au cours de l’année dernière. Les sociétés de capital-risque ont investi 4,9 milliards de dollars dans des entreprises de batteries rechargeables depuis le début de l’année, contre 1,6 milliard de dollars en 2020, selon PitchBook.

En août dernier, Form Energy a finalisé une levée de fonds qui lui a rapporté 240 millions de dollars, incluant des investissements du fonds Rise Fund de TGP. Les directives du gouvernement fédéral et des Etats sur l’énergie propre ont contribué à rassurer les investisseurs sur la pérennité de cette tendance, explique Mateo Jaramillo, directeur général de Form Energy. Au cours des dernières années, les investisseurs ont été échaudés par des entreprises de batterie qui ne se sont pas révélées à la hauteur de leurs promesses du fait de problèmes techniques ou du manque d’enthousiasme des consommateurs pour les véhicules électriques.

La tendance devrait encourager davantage d’innovation dans les batteries, selon Mateo Jaramillo. Les gros investisseurs placent des fonds dans des start-up de batteries plus établies qui augmentent leur production. Cela donne confiance aux investisseurs au stade précoce dans le financement à venir d’entreprises qui se résument bien souvent à une idée née dans un laboratoire.

Le matériau à la base du fonctionnement des batteries Form Energy est un élément peu coûteux et abondant : le fer. Ces batteries peuvent remplir des entrepôts et fournir de l’électricité pendant près d’une semaine. Cela leur confère une utilisation différente de celle de batteries à durée de charge plus courte, comme Ambri, dont la charge peut durer jusqu’à 24 heures, selon Donald Sadoway.

Les entreprises qui gèrent la tâche complexe d’orienter l’énergie depuis et vers les plateformes de stockage attirent également l’intérêt des gros investisseurs. En août, FlexGen Power Systems, qui fournit des logiciels pour gérer le stockage d’énergie, a annoncé qu’Apollo Global Management avait investi 150 millions de dollars dans l’entreprise.

Kelcy Pegler, CEO de FlexGen, a noté que l’augmentation des pannes d’électricité, comme celles observées au Texas et à la Nouvelle-Orléans cette année après les tempêtes, renforce l’urgence à développer le stockage d’énergie.

« Ces événements nous ouvrent les yeux. Nous avons épuisé tous les prétextes raisonnables pour ne pas créer un réseau plus intelligent », conclut-il.

 

Covid-19 : les longues étapes du confinement, jusqu’à la saint-glinglin et au-delà !

Covid-19 : les longues étapes du confinement, jusqu’à la saint-glinglin et au-delà !

Comme on pouvait l’imaginer les réunions récentes du gouvernement sous la présidence d’Emmanuel Macron concernant la réouverture des activités contraintes et ou interdites n’ont pas abouti à grand-chose. Tout ce qu’on s’est c’est que la réouverture sera très progressive en fonction des circonstances. Elle comportera vraisemblablement de longues étapes jusqu’à la saint-glinglin et même au-delà. En clair,  il ne faut pas s’attendre à une reprise de la vie normale sans doute avant octobre.

« La troisième vague n’est pas derrière nous », avait prévenu Gabriel Attal mercredi à l’issue du conseil des ministres. « Le pic des hospitalisations n’a pas encore été atteint, cela signifie que nous avons encore devant nous des jours très difficiles », a déclaré le porte-parole du gouvernement. Cependant le

chef de l’Etat maintient son objectif de réouvertures progressives à partir de mi-mai. Celles-ci pourraient intervenir par étapes, toutes les trois semaines. La situation sera réévaluée avant de passer au palier suivant. Ces étapes pourraient également varier selon les régions.

Terrasses et musées mi-mai? Selon ces participants, Emmanuel Macron compte rouvrir des commerces, des terrasses et des musées à partir de la mi-mai. Le calendrier de retour en classe maintenu. La réponse du gouvernement est plus assurée concernant le retour des écoliers sur les bancs de l’école.

 

Interrogé par Franceinfo sur la limite des 10 kilomètres (décidée pour le moment jusqu’au 3 mai) et les autres restrictions, Gabriel Attal a indiqué que cet horizon était maintenu mais que, « à ce stade, il n’y a pas de calendrier prévu ». Jeudi soir, Bruno Le Maire s’est aussi gardé d’avancer un agenda précis. « Rien ne serait pire que de dire à la mi-mai ‘On commence à tout rouvrir’ et quinze jours ou trois semaines plus tard, parce que le virus revient, on serait obligé de tout refermer », a mis en garde le ministre de l’Economie sur France 2 jeudi soir.

 

Bref on ne sait pas grand-chose sur les conditions de la réouverture à part la perspective évasive concernant les terrasses et les musées.

 

Formation : d’autres voies que les études longues

Formation : d’autres voies que les études longues

Les études supérieures ne sont pas considérées comme la seule voie à suivre pour « réussir sa vie », analyse Benoît Coquard, chercheur en sociologie. Il démontre qu’il existe dans ces territoires d’autres logiques de valorisation sociale.

Les jeunes des territoires ruraux en déclin, tel est l’objet d’études de Benoit Coquard, sociologue à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et auteur de l’ouvrage Ceux qui restent (La Découverte, 2019). Au cours de longues enquêtes dans le Nord et l’Est de la France, il analysé les aspirations d’une certaine jeunesse, pour qui reconnaissance sociale et valorisation de soi passent par d’autres voies que les études supérieures. Et pour qui faire des études, c’est avant tout quitter sa ville ou son village, opter pour un choix à l’issue incertaine, souvent non approuvé par l’entourage, et par ailleurs en inadéquation avec les besoins du marché de l’emploi local. Comme le montre Benoît Coquard, « ceux qui restent » valorisent avant tout la solidarité territoriale et amicale face aux difficultés. Et cette vision semble se renforcer avec la crise actuelle.

Qu’est-ce qui vous a conduit à vous intéresser aux orientations scolaires des jeunes, et notamment aux différences entre femmes et hommes, dans les campagnes en déclin ?

Les campagnes en déclin, ce sont ces territoires où les jeunes qui partent faire des études ne sont pas revenus. Au départ, je m’étais intéressé au département dont je suis originaire, la Haute-Marne, qui a vu sa population baisser de 20 % depuis les années 1970. Fortement marqués par la désindustrialisation, les milieux ruraux du nord et de l’est de la France sont principalement composés d’enfants d’ouvriers et d’employés. L’emploi local repose beaucoup sur des métiers manuels peu qualifiés, plutôt considérés comme « masculins », et le chômage est encore plus élevé chez les jeunes femmes. Les choix scolaires et de carrière se révèlent donc intrinsèquement liés à la question du genre.

Autrefois très pourvoyeuse d’emplois féminins, l’industrie textile a été presque entièrement démantelée. Dans un contexte de massification de l’accès à l’enseignement supérieur, et alors que les filles obtiennent de meilleurs résultats scolaires que leurs homologues masculins, celles-ci vont miser sur des études plus longues pour accéder à un emploi stable. Première génération à aller à la fac, ces jeunes femmes font souvent des « parcours à l’aveugle ». Une fois diplômées, elles ne trouvent pas de métiers correspondant à leur qualification dans leur commune d’origine. Lors de mon enquête, certaines m’ont dit : « Je ne vais pas faire caissière avec un bac + 5. » Donc elles ne reviennent pas, et c’est ce qui fait que la population décline dans ces zones rurales.

 

 

Brexit: des négociations longues et difficilse pour la Grande-Bretagne

-

Les négociations seront forcément longues,-plusieurs années_ et difficiles pour la Grande Bretagne car on ne peut avoir le beurre (l’accès au marché) et l’argent du beurre (l’absence de solidarité financière). Pour autant, il y a aura à terme un accord mais cela passera par des conflits. Réunis samedi à Bruxelles, les chefs d’Etat et de gouvernement des Vingt-Sept ont adopté de stricts principes pour encadrer la négociation sur le Brexit dans les deux ans qui viennent. Affichant leur fermeté, ils ont fait comprendre aux Britanniques qu’ils ne doivent pas se faire  »d’illusions » sur l’obtention rapide d’un accès au marché unique. Interrogée dimanche sur l’ antenne de la BBC , Theresa May n’a pas caché que la négociation sur les termes du divorce entre Londres et l’UE serait difficile. « Ce que cela montre  », a-t-elle dit à propos du texte adopté à Bruxelles, « et ce que montrent aussi d’ autres commentaires émanant de dirigeants européens, c’est qu’il y aura des moments où ces négociations seront dures ». La chef du gouvernement britannique a réitéré toutefois qu’elle n’hésiterait pas à interrompre le processus si les propositions de Bruxelles ne convenaient pas.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol