Archive pour le Tag 'longue'

Santé -affections de longue durée (ALD): Une fausse vision ?

Santé -affections de longue durée (ALD): Une fausse vision ?

En 2021, en France, 12 millions de patients souffraient d’une maladie chronique reconnue dans le cadre du dispositif d’affection de longue durée (ALD). La prévalence de ces maladies est passée de 14,6 % en 2008 à 17,8 % en 2021, notamment à cause du vieillissement de la population. Alors que le gouvernement veut réduire les dépenses sociales, notamment en coupant dans les remboursements d’affections de longue durée, l’économiste, Frédéric Bizard, spécialiste des questions de protection sociale et de santé estime que l’exécutif ne prend pas le problème de façon pertinente. Pour ce professeur de macroéconomie, affilié à l’ESCP, il faut penser anticipation avant tout. Les patients qui bénéficient de ce système sont pris en charge à 100% par l’Assurance maladie. Selon le ministère de la Santé, ces ALD représentent les deux tiers des remboursements de l’Assurance maladie.( dans La Tribune)

 Le gouvernement assure réfléchir à la pertinence du dispositif des ALD. Est-ce la bonne solution ?

FRÉDÉRIC BIZARD- J’entends Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, assurer que notre modèle social coûte cher, car notre capital humain s’abîme. On estime qu’il y a treize millions de patients en ALD aujourd’hui, un chiffre en forte croissance puisqu’en 1980, il y en avait 3 millions et en 2021, 12 millions.

Bruno Le Maire pose la question de ce que l’on continuerait à rembourser et ce que l’Assurance maladie arrêterait de prendre en charge. Sous-entendu, il y a ceux qui auront les moyens de se payer les soins et les autres. Notre état providence devra rembourser le moins possible les gens qui ont des moyens, et réduire au strict minimum le panier de soin remboursé. Et donc de remettre en cause notre modèle social français, qui je le rappelle repose sur des principes : les riches contribuent pour les pauvres, les biens portants pour les malades. Chacun participe en fonction de ses moyens pour recevoir en fonction de ses besoins. Ce régime social, universel et solidaire, les Français y sont attachés. Il faut donc être vigilant. Et selon moi, Bruno Le Maire ne pose pas le problème dans les bons termes. C’est une vision erronée.

C’est-à-dire ?

L’insoutenabilité financière de notre modèle social tient au fait qu’on agit toujours sur le curatif, la réparation. Et non sur la prévention, la préparation, en amont du risque social. De fait, le gouvernement envisage de couper dans des dépenses, et ce sera mal vécu. Cette approche est très risquée socialement. Je caricature un peu mais ce n’est pas en remboursant les fauteuils roulants uniquement aux personnes les plus vulnérables, et pas aux autres, que l’on fera des économies. En plus, il faudrait définir qui sont les personnes considérées comme moins ou plus vulnérables ? Sans compter qu’en procédant ainsi, on va accentuer la dégradation du capital humain de la population.

Il faut donc plutôt réfléchir en amont, pour limiter les causes de toutes ces pathologies. Faire de la prévention, pour que les gens restent en bonne santé, en emploi plus longtemps, bâtir un grand plan avec les mutuelles pour proposer des programmes de sport, de meilleure alimentation, de prévention des risques psychosociaux etc…

Certes, mais le gouvernement est pressé de trouver des milliards d’euros d’économie…

Agir sur la prévention est un gain considérable d’économie. Par ailleurs, je suis favorable à une participation plus large et plus régulière quand on va chez le médecin, le kiné, à la pharmacie… Si on demandait aux Français une participation -sauf aux plus démunis- pour les actes médicaux du quotidien, cela permettrait de faire rentrer de l’argent dans les caisses. Le gouvernement a commencé à le faire avec les franchises de médicaments. En contrepartie, on leur garantirait le maintien de cette prise en charge, en ALD, si on a un gros pépin de santé. Les Français sont très attachés à être couverts face au risque d’affections lourdes. C’est l’une des richesses de notre modèle d’ailleurs, de savoir que l’on est tous protégés en cas de gros coup dur. C’est un bouclier solidaire, qui fait en plus que psychologiquement, vous êtes rassurés.

Mais, cela demanderait un changement d’architecture du système…

Exactement. Car aujourd’hui avec notre système de remboursement multiple, d’une part par la Sécurité sociale, d’autre part par les mutuelles, quelle déperdition d’énergie et de moyens ! On estime que ces coûts d’administration et de gestion représentent 6% de nos dépenses de santé contre 3% pour la moyenne européenne. Il y a des gains possibles, surtout avec l’intelligence artificielle.

D’autres pistes ? 

Il me semble urgent de s’appuyer sur le réseau de mutuelles et d’assurances. On a la chance en France qu’il soit très important, puisque les primes payées par les Français représentent 44 milliards d’euros (en 2024). On peut réfléchir à une meilleure affectation. On peut aussi revoir les contrats collectifs des assurances, qui bénéficient d’avantages fiscaux et sociaux, qui sont en réalité de moindres rentrées fiscales…estimées à 10 milliards d’euros. Plutôt que transformer l’existant, changeons réellement de stratégie.

Popularité: Pour Macron, la reconquête pourrait être longue, très longue

Popularité: Pour Macron, la reconquête pourrait être longue, très longue

Analyste politique et spécialiste des sondages, Gérard Le Gall, ancien conseiller auprès du Premier ministre Lionel Jospin, fut le seul à prévoir le risque d’une élimination de ce dernier au premier tour de la présidentielle, le 21 avril 2002. Vingt et un ans plus tard, un an après la réélection d’Emmanuel Macron à l’Élysée il revient dans le JDD sur la situation politique.

Fort de vos analyses, et notamment de celles des derniers sondages parus en vue de 2027 et avantageux pour l’extrême droite, considérez-vous que Marine Le Pen peut gagner ?
Même avec l’expérience acquise après trois tentatives, chacune marquant une sensible progression (2012, 2017 et 2022) et une nationalisation électorale, je ne pense pas qu’elle puisse l’emporter en 2027. Toutefois, après 2022, elle est entrée de plain-pied, pour la première fois, dans le champ du possible. Mais il y a loin entre le champ du possible et la certitude de victoire. Mon hypothèse stratégique, qui va guider la lecture du quinquennat, est à ce jour qu’elle atteindra le second tour, mais sans l’emporter. Une remarque néanmoins : si Jean-Luc Mélenchon, excellent candidat mais insuffisamment rassembleur, est au second tour, alors les pesanteurs peuvent jouer pour la candidate du RN.


Qu’est-ce qui est rédhibitoire au RN ?

Il me semble que, malgré des progrès d’image et des tests d’aptitude, la société française ne me paraît pas prête à ce qui s’apparenterait à une forme d’aventure. Principalement en raison des risques accrus, pour la France, en matière de crédibilité économique, des positions du RN sur l’Europe et les grandes questions internationales, et des risques accru, au regard d’un maintien de l’ordre public déjà bien fragile.

. Aujourd’hui, plus de vingt ans plus tard, le pronostic d’une Le Pen au second tour, voire élue, relève presque de l’évidence…
Oui, à l’écoute des médias, il apparaît que l’affaire est déjà jouée ! Je respecte les données sondagières. Je les ai toujours lues avec distanciation, et parfois à l’aune de certains questionnements, avec esprit critique. Les récentes enquêtes que vous évoquez ont été réalisées dans un contexte très particulier, marqué par un net fléchissement du Président, des zizanies multiples au sein de la Nupes, un désarroi de LR et, en contrepoint, une unité sans faille du RN derrière sa cheffe. Quant aux sondages actuels de second tour, pardonnez-moi, mais je n’y accorde pas le moindre crédit.

Emmanuel Macron semble tout de même au fond du trou en popularité…

Depuis 1958, tous les Présidents ont connu des situations difficiles, et parfois une forte altération de leur image. À ce stade, Emmanuel Macron ne connaît pas les niveaux les plus bas de son premier quinquennat, ni de ses deux prédécesseurs, Nicolas Sarkozy et François Hollande. La moyenne de tous les baromètres publiés est de l’ordre de cinq points supérieurs à ses plus bas niveaux, fin 2018, au plus fort de la crise des Gilets jaunes. La relecture des sondages postérieurs aux grands mouvements sociaux – la grève des mineurs de 1963 sous de Gaulle, le mouvement social de 1995 sous Chirac et Juppé, celui de 2010 sous Sarkozy ou encore les Gilets jaunes – montre à chaque fois de forts reflux, puis des phénomènes de rémanence.

Peut-il rebondir ?
Le règlement de la question des retraites n’induira pas un retour de l’opinion à la situation antérieure. Il n’y a pas de fatalité. Mais la reconquête peut être longue. Au Président de trouver le bon rythme, les bons comportements et les bonnes décisions pour amorcer un processus vertueux.

Le macronisme peut-il survivre à Emmanuel Macron ? L’année 2027 sera-t-elle la fin d’une parenthèse ?
Je me méfie des mots en « isme ». Le gaullisme s’arrête le 27 avril 1969, avec le référendum ; le pompidolisme le 2 avril 1974, avec la mort du Président ; le giscardisme, le 10 mai 1981, et ainsi de suite… Si la majorité présidentielle est capable en vue de 2027 de s’unir derrière un candidat, seule condition pour être au second tour, et si ce dernier l’emporte, alors ce serait interprété comme un succès pour Emmanuel Macron, et une forme de survivance.

Le PS peut-il renaître de ses cendres ?
La situation actuelle et son effacement de l’histoire, au regard d’un passé pas si lointain, invite à s’interroger afin de savoir s’il est, comme jadis les radicaux puis le PCF, sur la pente d’un déclin historique, ou au contraire d’une longue phase conjoncturelle atone. Pour l’heure, son dernier congrès a illustré sa division en deux blocs antagonistes, selon que l’on incline vers la Nupes ou vers son émancipation. De récentes initiatives autour de Bernard Cazeneuve pourraient encore exacerber les tensions. Outre l’absence de leadership et d’identité politique affirmée, l’obstacle majeur pour le PS réside dans le fait qu’il a perdu le leadership de la gauche. Et que désormais, le centre de gravité idéologique de celle-ci apparaît depuis 2017 à la gauche de la gauche, chez LFI, le PCF et EELV.

En quoi la Nupes ressemble-t-elle à la gauche plurielle de 1997 ?
La gauche plurielle fut, contrairement à la Nupes, une construction patiente, entre le PCF, le PS et les Verts, pour l’élaboration d’un programme de gouvernement. À l’époque, cette stratégie a permis de l’emporter à l’issue d’une campagne derrière un leader incontesté, Lionel Jospin. La Nupes, partant d’un niveau bas, a gagné beaucoup de sièges, mais est restée très loin de la victoire. En 1997, on ne retrouvait pas de tentation de radicalité, ni de communication fracassante, mais un souci de respect des équilibres entre partenaires politiques. Cependant, malgré une bonne gouvernance et un bon bilan, la gauche plurielle a explosé à travers des candidatures très plurielles, in fine suicidaires, sans respect durant la campagne du travail réalisé en commun pendant cinq ans.

Le 21 avril est-il à vos yeux un accident de l’histoire, ou annonçait-il une évolution politique majeure ?

Oui, ce fut un accident de l’histoire. Il n’a pas été anticipé, et donc pas susceptible d’être régulé. L’événement a montré la puissance de la capacité du rebond du FN, trois ans après un lourd échec aux européennes de 1999. Seul Nicolas Sarkozy parviendra en 2007 à le faire fortement reculer. Quelques années plus tard, le FN, puis le RN, ont repris l’irrésistible marche ascendante. Vingt ans plus tard, un autre accident historique s’est produit à propos des législatives. Pour ma part, j’avais prévenu un ancien conseiller à l’Élysée, fin février 2022, pour lui dire que ces législatives seraient très difficiles. Le petit miracle de productivité électorale de 2017, l’effet de souffle, l’abstentionnisme différentiel pour les concurrents, ne se reproduirait pas cette fois. Il ne pouvait pas avoir une majorité absolue. C’était tout simplement impossible.

Politique: Un pouvoir engagé dans une longue agonie

Politique: Un pouvoir engagé dans une longue agonie !

Le pouvoir devient ultra minoritaire dans le pays et se trouve de plus en plus acculé et presque à l’agonie si l’on en juge par la condamnation globale de la politique économique et sociale par 75 % de la population dont 73 % souhaitent aussi, d’après un sondage Elabe pour BFMTV publié ce mercredi, que le gouvernement retire sa réforme des retraites pour mettre fin aux blocages et grèves. Le moins que l’on puisse dire c’est que le pouvoir est de plus en plus acculé dans une impasse et que les contradictions s’ajoutent aux contradictions nourrissantes ainsi la chienlit dans le pays.

Notons sur le plan économique le coût assez exorbitant des manifestations qui privent le pays de production et les commerçants d’activité. En clair, l’espérance de croissance de 0,6 % en 2023 pourrait être annulée. La perte de recettes pourrait être largement supérieurs aux économies attendues de la réforme des retraites .La conséquence directe des mouvements sociaux jusque-là pourraient être une division par deux désespérances de croissance. Soit une perte de 0,3 % en 2023 ou encore une pertes d’environ 100 milliards ! Pour preuve du tassement de la croissante la baisse de la consommation le mois dernier qui alimente au moins la moitié la croissance globale.

Preuve de ces contradictions, le président de la république qui d’abord s’oppose à toute réception de l’intersyndicale puis revient sur sa position après sa lamentable intervention à la télé mais n’envisage pas de rencontres avant le 14 avril, histoire de gagner du temps ou plutôt d’en perdre.

Preuve de ces contradictions, la première ministre qui lâche ses derniers feux en réunissant sans mandat et sans ordre du jour l’intersyndicale pour parler de tout et de rien histoire de montrer qu’elle existe encore. Preuve de ces contradictions qui touchent au pathétique, le ministre du travail complètement lessivé qui fait son coming out en plein conflit pour avouer qu’il est homosexuel comme si cela présentait le moindre intérêt politique social ou sociétal. Et Darmanin (Ersatz de Sarkozy) avec sa voix fluette d’adolescent en pleine mutation et qui cherche désespérément les poils de sa barbe qui veut jouer au dur en contribuant à la violence contre des casseurs irresponsables qui ne recherchent que cela.

Globalement un pouvoir, complètement hors sol qui ne se rend pas compte qu’il s’agit d’une colère globale dont l’étincelle a été la réforme des retraites mais qui se situe plus globalement dans une problématique sociale et démocratique. Une majorité de la population ne supporte plus l’environnement et la verticalité d’un pouvoir technocratique ignorant et finalement méprisant. On est passé d’une position à la réforme de la retraite à une position au système politique et vis-à-vis de Marcon en particulier. Bref maintenant une vraie crise politique et qui risque de durer des mois voire des années.

La bataille contre l’inflation sera longue et difficile

La bataille  contre l’inflation sera longue et difficile

 

Un papier de Clémentine Gallès dans la Tribune souligne que la bataille contre l’inflation sera difficile et longue car cette inflation s’est installée et pas seulement à cause des prix de l’énergie; Le risque est de tomber en récession.

 

 

 

L’inflation mettra, au mieux, du temps à refluer. Si l’été confirme que l’inflation semble avoir dépassé son pic aux Etats-Unis, les tensions sur les prix ne devraient refluer que progressivement. En effet, si les tensions sur l’énergie et sur les chaînes de production s’affaiblissent, les risques d’effets de second tour sont élevés avec des salaires en rapide progression par rapport à l’évolution de la productivité. En Europe, les nouvelles fortes dégradations sur les prix de l’énergie continuent d’alimenter les hausses de l’inflation et l’incertitude sur sa capacité à baisser à court terme. Ces constats ont encouragé les banquiers centraux à réaffirmer, lors de leur rencontre au Symposium de Jackson Hole, la priorité de leur lutte contre l’inflation, et ce « quoi qu’il en coûte » en termes d’impact sur l’activité économique.

 

Ce nouveau durcissement à attendre des politiques monétaires est un risque supplémentaire de récession au sein des économies développées. Si des facteurs de soutien sont toujours présents – marchés de travail dynamiques et épargne abondante – les nuages s’amoncellent déjà sur l’activité économique mondiale. Aux Etats-Unis, au-delà de la politique monétaire, l’inflation élevée et la politique budgétaire restrictive pèsent sur la demande. En Zone euro, le pouvoir d’achat des ménages apparaît particulièrement dégradé, du fait de la très faible progression des salaires. Les nouvelles tensions sur le prix du gaz et de l’électricité font peser un vrai risque de réduction d’activité de certaines industries et donc de récession marquée. Autre facteur négatif pour l’activité mondiale, la Chine voit aussi ses perspectives s’assombrir, avec le maintien de sa politique zéro-COVID et les difficultés du marché immobilier. Le nouveau tour de vis annoncé par les banquiers centraux, qui s’est très vite concrétisé par des hausses des taux d’intérêt sur les marchés financiers sera un facteur additionnel pour basculer en récession. Mais les banquiers centraux sont clairement prêts aujourd’hui à payer ce prix pour enfin voir baisser l’inflation.

Clémentine Gallès

Une longue bataille contre l’inflation

Une longue bataille contre l’inflation

 

Un papier de Clémentine GallèsDans la tribune souligne que la bataille contre l’inflation sera difficile et longue car cette inflation s’est installée et pas seulement à cause des prix de l’énergie; Le risque est de tomber en récession.

 

 

 

L’inflation mettra, au mieux, du temps à refluer. Si l’été confirme que l’inflation semble avoir dépassé son pic aux Etats-Unis, les tensions sur les prix ne devraient refluer que progressivement. En effet, si les tensions sur l’énergie et sur les chaînes de production s’affaiblissent, les risques d’effets de second tour sont élevés avec des salaires en rapide progression par rapport à l’évolution de la productivité. En Europe, les nouvelles fortes dégradations sur les prix de l’énergie continuent d’alimenter les hausses de l’inflation et l’incertitude sur sa capacité à baisser à court terme. Ces constats ont encouragé les banquiers centraux à réaffirmer, lors de leur rencontre au Symposium de Jackson Hole, la priorité de leur lutte contre l’inflation, et ce « quoi qu’il en coûte » en termes d’impact sur l’activité économique.

 

Ce nouveau durcissement à attendre des politiques monétaires est un risque supplémentaire de récession au sein des économies développées. Si des facteurs de soutien sont toujours présents – marchés de travail dynamiques et épargne abondante – les nuages s’amoncellent déjà sur l’activité économique mondiale. Aux Etats-Unis, au-delà de la politique monétaire, l’inflation élevée et la politique budgétaire restrictive pèsent sur la demande. En Zone euro, le pouvoir d’achat des ménages apparaît particulièrement dégradé, du fait de la très faible progression des salaires. Les nouvelles tensions sur le prix du gaz et de l’électricité font peser un vrai risque de réduction d’activité de certaines industries et donc de récession marquée. Autre facteur négatif pour l’activité mondiale, la Chine voit aussi ses perspectives s’assombrir, avec le maintien de sa politique zéro-COVID et les difficultés du marché immobilier. Le nouveau tour de vis annoncé par les banquiers centraux, qui s’est très vite concrétisé par des hausses des taux d’intérêt sur les marchés financiers sera un facteur additionnel pour basculer en récession. Mais les banquiers centraux sont clairement prêts aujourd’hui à payer ce prix pour enfin voir baisser l’inflation.

Clémentine Gallès

Etats-Unis :Une longue guerre contre l’inflation structurelle (Fed)

Etats-Unis :Une longue guerre contre l’inflation structurelle (Fed) 

 

Le patron de la banque centrale américaine a été beaucoup plus clair que beaucoup d’autres de ses collègues de banques centrales en déclarant que la guerre contre l’inflation serait longue car de nature structurelle. Le contraire de ce qu’affirme depuis des mois certains experts proches du gouvernement français et le gouvernement lui-même à travers la voix du ministre des finances. Ce dernier est la BCE ont longtemps affirmé que l’inflation n’était que conjoncturelle et qu’elle avait atteint son pic NDLR . 

Un papier de la Tribune rend compte  de la récente prise de position du président de la Fed sur l’inflation.

L’économie américaine aura besoin d’une politique monétaire restrictive « pendant un certain temps » avant que l’inflation ne soit maîtrisée, ce qui signifie une croissance plus lente, un marché de l’emploi plus faible et « une certaine douleur » pour les ménages et les entreprises, a déclaré vendredi le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell.

Dans une déclaration résolue et d’une rare franchise, prononcée à la conférence des banquiers centraux de Jackson Hole (Wyoming), le patron de la Banque centrale américaine a averti que la Fed userait « vigoureusement de ses outils » en relevant les taux. Le ralentissement de l’inflation en juillet, mesuré notamment par l’indicateur PCE publié vendredi, n’est pas suffisant pour baisser la garde, a-t-il également commenté.

 

Selon l’indice PCE publié vendredi par le Département du Commerce, l’inflation aux Etats-Unis s’est légèrement repliée en juillet de 0,1%, contre une hausse de 1% en juin. Sur un an, les prix ont aussi ralenti leur hausse à 6,3% contre 6,8% en juin, selon cet indicateur privilégié par la Banque centrale américaine, la Fed. Sans compter les coûts volatils de l’énergie et de l’alimentation, l’inflation sur le mois a progressé de 0,1% contre 0,6% en juin; sur un an, elle s’établit à 4,6% contre 4,8% le mois d’avant.

Ces chiffres sont un peu meilleurs que les prévisions des analystes qui misaient sur un indice PCE en légère hausse de 0,1% sur le mois et de 0,3% pour l’inflation sous-jacente. Un autre indicateur d’inflation, l’indice des prix à la consommation CPI, publié le 10 août et généralement supérieur au PCE, s’était inscrit à 8,5% en juillet, contre 9,1% en juin, montrant également un tassement de la hausse des prix.

Jerome Powell n’a toutefois donné aucune indication sur ce qui pourrait être décidé lors de la réunion de septembre. Mais les contrats à terme sur les taux d’intérêt suggèrent une probabilité de 56,5% d’une nouvelle hausse de taux de 75 points de base, contre 46,5% avant la prise de parole du président de la Fed. Bien que les difficultés s’accentuent, il ne faut pas s’attendre à ce que la Fed réduise rapidement ses taux tant que le problème de l’inflation ne sera pas réglé, a souligné le patron de la Fed. La décision de remonter les taux « dépendra de la totalité des données reçues et de l’évolution des perspectives », a-t-il indiqué.

Des investisseurs estiment que la Fed pourrait infléchir son discours si le chômage augmente trop rapidement, certains prévoyant même des baisses de taux d’intérêt l’année prochaine, une perspective à laquelle les responsables de la banque centrale américaine se sont pourtant fortement opposés ces dernières semaines. Certains membres de la Fed ont indiqué que même une récession ne les dissuaderait pas d’agir tant que l’indice des prix à la consommation ne se rapproche pas de manière convaincante de l’objectif de 2% fixé par l’institution.

Après ce discours, en Bourse, tous les secteurs européens ont fini dans le rouge vendredi. Les marchés boursiers européens ont accusé le coup : Francfort (-2,26%), Milan (-2,49%), Paris (-1,68%) et Londres (-0,70%) ont décroché après la très attendue prise de parole de Jerome Powell. La pression des forts prix du gaz et de l’électricité a aussi pesé sur les indices.

Wall Street était également dans le rouge : le dollar reculait après un repli de l’inflation américaine et un discours du président de la Réserve fédérale (Fed) à la réunion des banquiers centraux de Jackson Hole.

En Europe aussi, l’inquiétude est de mise. Les gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) se sont montrés de plus en plus préoccupés de voir l’inflation s’installer à un niveau élevé. Dans le compte-rendu de la réunion de juillet, publié jeudi, ils ont jugé que la courbe de la hausse des prix représente un risque suffisamment important pour justifier une remontée de taux plus importante qu’annoncé initialement.

La Banque centrale européenne avait déjà relevé en juillet dernier ses taux directeurs de 50 points de base pour tenter de lutter contre l’inflation. Mais cette dernière, continuant de grimper et atteignant en juillet 8,9% sur un an, pousse les gouverneurs de l’institution à plaider en faveur d’un nouveau resserrement du même ordre en septembre.

Ukraine: Le début d’une longue guerre froide

Ukraine: Le début d’une longue guerre froide

Au-delà des violences qui résulteront forcément de l’invasion russe en Ukraine, l’Europe s’installe dans un environnement de longue guerre froide avec la Russie. Poutine a déclenché le scénario du pire, celui d’une tentative de «dressage» de l’Ukraine, estime, Bruno TERTRAIS,  le directeur adjoint de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) dans le Figaro.

 La Russie a bombardé et envahi le territoire ukrainien ce jeudi. Quels sont, selon vous, les objectifs militaires, mais aussi géopolitique de Vladimir Poutine?

Bruno TERTRAIS.- L’objectif final est évidemment politique, même si Poutine a annoncé qu’il s’en tiendrait à des cibles «militaires». Ce qui est frappant, c’est qu’il reprend systématiquement, à mots couverts, un langage employé – à bon ou mauvais escient – par les pays occidentaux dans les deux dernières décennies. Il évoque – contre toute évidence – un «génocide» dans le Donbass: c’est une référence au Kosovo (1999). Il suggère que le «régime» de Kiev doit être renversé et prétend même qu’il pourrait fabriquer des armes nucléaires: c’est une référence à l’Irak (2003).

Où s’arrêtera-t-il?

C’est pour l’instant le scénario du pire, celui d’une tentative de «dressage» de l’Ukraine, un État qu’il veut a minima affaiblir et a maxima faire revenir par la force «à la maison».

« Les Mondes de l’esclavage » : la longue histoire

« Les Mondes de l’esclavage » : la longue histoire

 

Un volume d’histoire comparée, sous la direction de Paulin Ismard, montre l’étendue des pratiques d’asservissement d’humains par d’autres, du néolithique à nos jours et pratiquement partout. Une somme monumentale – non sans point aveugle ( Le monde, extrait)

 

« Les Mondes de l’esclavage. Une histoire comparée », sous la direction de Paulin Ismard, avec Benedetta Rossi et Cécile Vidal, épilogue de Léonora Miano, Seuil, « L’univers historique », 1 168 p., 29,90 €, numérique 21 €.

La très longue histoire de l’esclavage est aujourd’hui l’un des sujets les plus étudiés d’un bout à l’autre de la planète. Parce que l’ouvrage Les Mondes de l’esclavage représente, avec ses plus de cinquante spécialistes, la première somme collective en français consacrée à ce thème, il symbolise cette montée en puissance dont témoigne aussi, pour l’univers anglophone, le monumental Cambridge World History of Slavery (2011-2017, non traduit).

Enjeu de savoir, de mémoire comme d’engagement, la question de l’esclavage, longtemps rejetée dans les marges géographiques ou temporelles de la discipline historique, s’impose peu à peu comme la clé de périodes et d’espaces bien plus étendus qu’on ne le croyait. Il est présent de la révolution néolithique – l’invention de l’agriculture sédentaire, environ 12 000 ans avant notre ère – à la deuxième moitié du XIXe siècle – dans le sud des Etats-Unis – et survit, sous d’autres formes, dans les usines délocalisées de la mondialisation contemporaine que font tourner des travailleurs aux visas confisqués, souvent privés de tout droit social comme d’alternative.

Les demandes de réparation, le mouvement Black Lives Matter aux Etats-Unis, avec ses déboulonnages de statues de confédérés, ou encore, en France, la loi Taubira (2001) reconnaissant la « traite négrière » comme crime contre l’humanité ont enclenché une dynamique dont se réclame l’ouvrage, alors qu’un « esclavage moderne » se poursuit sous la forme du « travail non libre ». Même s’il s’inscrit délibérément dans cette brûlante actualité, Les Mondes de l’esclavage, dirigé par l’historien de la Grèce antique Paulin Ismard (professeur à l’université d’Aix-Marseille), s’efforce aussi de poser des questions de méthode trop souvent négligées par la passion militante. Ainsi l’un des grands apports du livre consiste-t-il dans la redéfinition des esclavages, qui permet d’en découvrir de tout nouveaux continents.

Cette vaste entreprise s’appuie en effet sur le comparatisme, afin de mieux repousser les frontières de l’esclavage, trop souvent enfermé dans les deux archétypes qui dominent le champ : l’Antiquité gréco-romaine et la traite puis l’exploitation des Noirs, sur fond de racisme moderne, par les planteurs du continent américain. Invisibles parmi les invisibles puisque beaucoup n’ont pas même reçu de sépulture, les esclaves se retrouvent, grâce à ce livre, dans des régions que l’on avait crues épargnées, comme l’Inde, la Russie de Pierre le Grand, la Corée du XVIIIe siècle, etc. De même l’ouvrage repère-t-il des esclaves héréditaires chez les Amérindiens nomades yuqui de Bolivie, étudiés par l’ethnographe français David Jabin, dans cette Amazonie pourtant considérée naguère par quelques ethnologues comme l’utopie rétrospective par excellence, préservée des hiérarchies sociales les plus cruelles.

Un plan pour les chômeurs longue durée (Élisabeth Borne)

Un plan pour les chômeurs longue durée (Élisabeth Borne)

La ministre du Travail, Élisabeth Borne à déclaré que le gouvernement va lancer «un plan inédit sur les chômeurs de longue durée» en finançant les entreprises qui formeront pendant plusieurs mois ces demandeurs d’emploi. Selon les dernières données officielles, la France (hors Mayotte) comptait au deuxième trimestre 3,026 millions de demandeurs d’emploi de longue durée, inscrits depuis plus d’un an (catégorie A,B,C), avec plus d’1,5 millions inscrits depuis plus de deux ans.

Les demandeurs d’emploi de longue durée représentent désormais 50,3% des inscrits, le seuil des 50% ayant été franchi en janvier.

«Nous allons financer les entreprises qui formeront pendant plusieurs mois les demandeurs d’emploi de longue durée», poursuit la ministre.

Coronavirus: l’ épidémie sera « très longue » (OMS)

Coronavirus: l’ épidémie sera « très longue » (OMS)

 

Samedi, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a indiqué que l’épidémie allait être « très longue », qualifiant le risque encouru de « très élevé ». Son comité d’urgence, réuni à Genève pour réévaluer la pandémie, a souligné « l’importance d’une réponse nationale, régionale et globale » et réclamé à l’OMS « des consignes pragmatiques » pour faire face à l’urgence. Autres demandes : une accélération des recherches sur l’origine animale du Sars‑CoV-2 et sur d’éventuels moyens de propagation par voie animale, et un éclaircissement des modes de transmission du virus et de ses mutations potentielles. « C’est une crise sanitaire comme on n’en voit qu’une par siècle, avait déclaré vendredi le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom ­Ghebreyesus, et ses effets seront ressentis pour les décennies à venir. »

 

L’activité partielle de longue durée … pour longtemps ?

L’activité partielle de longue durée … pour longtemps ?

Entrée en vigueur aujourd’hui du dispositif relatif à l’activité partielle de longue durée. Une mesure visant à limiter au maximum les licenciements. Le temps de travail pourra être réduit jusqu’à 40 % avec une compensation par l’État après un accord collectif au plan de l’établissement, de l’entreprise, du groupe ou de la branche, ce qui permettra en fait une couverture assez large.

Un accord dans la durée ne pourra pas dépasser deux ans au moins théoriquement. La question est en effet de savoir si pour les entreprises considérées l’environnement aura suffisamment évolué pour un retour au temps de travail normal. Il s’agit de savoir si à l’été 2022, la croissance en général et le marché de l’entreprise auront retrouvé leur niveau de 2019.

L’année en cours devrait se terminer avec une baisse de croissance de l’ordre de 10 %. On espère une hausse de croissance autour de 7 % en 2021, ce dont personne n’est évidemment certain. Reste à savoir si 2022 sera suffisamment dynamique pour dégager une croissance au moins égal à celle de 2019. Il faudra en effet compter sur les gains de productivité qui seront apparues pendant les périodes de faible activité  et de réorganisation de la production

. On peut donc d’ores et déjà s’interroger et se demander si le dispositif d’activité partielle de longue durée ne va pas durer longtemps en tout cas plus longtemps que 2022. Si l’activité n’est pas au rendez-vous pourrait alors faire naître une sorte de nouveau statut d’activité partielle.

Sur la base « d’un diagnostic sur la situation économique », cet accord, d’une durée de 6 à 24 mois, doit « définir les activités et les salariés concernés, la réduction maximale de l’horaire de travail et les engagements en matière d’emploi et de formation professionnelle ».

Sur les heures chômées, le salarié touchera 84% de son salaire net (ou 70% de son brut), calculé à partir d’une rémunération maximale de 4,5 Smic. Comme celles-ci sont au maximum de 40% de son temps de travail, cela lui garantit 93% de son salaire net.

La crise sera longue ( FMI)

La crise sera longue ( FMI)

Gita Gopinath, Américano-indienne née dans le Kerala il y a 48 ans, professeur à Harvard, est la chef économiste du Fonds monétaire international (FMI) depuis 2019. Interview le Figaro

- En avril, vous estimiez à 3% la contraction du PIB mondial en 2020. Allez-vous réviser vos prévisions?

Gita GOPINATH. - D’après les dernières données recueillies, nous allons, le 24 juin, probablement revoir nos prévisions en baisse. Si l’on regarde les chiffres du premier trimestre, dans de nombreux pays, la contraction de la consommation a été très forte, davantage que prévu. Les ménages ont vraiment réduit leurs dépenses. Un autre facteur entre en compte: tant qu’il n’y a pas de solution médicale, de vaccin ou de traitement efficace, la crainte d’une éventuelle deuxième vague persistera et il n’y aura pas de garantie d’un retour à la normale.

En France, allez-vous aussi réviser vos prévisions à la baisse?

Nous avions prévu en avril -7,5% en 2020 pour la zone euro et -7,2% pour la France.

Taxe Gafa: Les Etats- Unis veulent une suspension….longue ?

Taxe Gafa: Les Etats- Unis veulent une suspension….longue ?

 

 A priori la demande des États-Unis n’est pas incohérente concernant la suspension provisoire des taxes gafa à envisagées par plusieurs pays dont la France tant que l’OCDE n’aura pas proposé une  orientation commune. Le problème, c’est que cette  suspension provisoires pourrait être longue voire même définitive. En effet ,les calendriers des États-Unis et de l’OCDE ne coïncident guère. Les États-Unis militent en effet que cette taxe n’intervienne pas avant des années tandis que l’OCDE a mis en place un calendrier. Au-delà de la taxe gafa mise en place par plusieurs pays européens se pose la problématique d’une future guerre commerciale entre les États-Unis et l’Europe. Il se pourrait bien en effet que comme annoncé les États-Unis appliquent relativement rapidement des taxes sur des produits européens. Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a prié mercredi les différents partenaires commerciaux des Etats-Unis de renoncer à leurs projets de taxation des services numériques de manière à permettre à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) d’avancer sur un accord international.

Dans un courrier daté de mardi et adressé à l’OCDE, Steven Mnuchin fait part des préoccupations des Etats-Unis devant les projets de taxation portés par certains pays, notamment par celui par la France et qui a provoqué des menaces de représailles américaines.

Angel Gurria, le directeur de l’OCDE, lui a répondu en disant craindre que les propositions américaines de réforme des régimes de taxation internationale mettent en péril le calendrier sur lequel un accord a déjà été conclu et l’a invité à venir à Paris pour y discuter du sujet avec le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire.

Paris assure que sa taxe sur les Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon, entre autres), entrée en vigueur cette année, n’est en rien dirigée contre les seules multinationales américaines et promet de la remiser une fois qu’une solution plus large aura été trouvée dans le cadre de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).

Washington a menacé de surtaxer 2,4 milliards de dollars de produits français tels que le champagne, le fromage et les sacs à main. Un projet toujours à l’étude en attendant une décision définitive.

Le courrier de Steven Mnuchin, que Reuters a pu consulter, évoque aussi les projets de taxation conduits par l’Autriche, l’Italie et la Turquie, mais pas ceux du Canada et de la Grande-Bretagne.

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a pourtant déclaré mercredi qu’il comptait bien instaurer une nouvelle taxe sur les géants du numérique malgré les menaces américaines.

 

Santé : un hôpital public de Longué (Maine-et-Loire) privatisé ?

Santé : un hôpital public de Longué  (Maine-et-Loire) privatisé ?

 

Finalement, devant le marasme financier de l’hôpital de longuet dans le Maine-et-Loire, la solution pourrait être la privatisation de l’établissement. La crise ne date pas d’hier elle est le résultat d’une gestion assez lamentable des autorités sanitaires tout autant que des collectivités publiques locales. La preuve sans doute que la décentralisation dans ce domaine est loin d’être le remède à tous nos maux. Quand on parle d’hôpital, en fait il s’agit surtout d’un établissement de convalescence et de personnes âgées. La Cour des Comptes avait pointé depuis longtemps les incohérences de gestion.

« Situé dans le Saumurois, le centre hospitalier (CH) de Longué-Jumelles accueille essentiellement des personnes âgées de plus de 80 ans. Établissement autonome lié par une direction commune au centre hospitalier de Saumur et à l’Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) de Montreuil-Bellay, il emploie environ 150 agents pour 150 lits : 30 en soins de suite et de réadaptation (SSR), 35 lits en unités de soins de longue durée (USLD) et 85 en EHPAD. Dès 2011, la situation de l’hôpital était très délicate avec une gestion financière dégradée et un bâti vétuste accueillant des personnes âgées sur la base d’une information médicale insatisfaisante (I). Dans ce contexte, l’agence régionale de santé (ARS) a porté une stratégie de sauvetage de l’établissement comportant une reconstruction complète entre 2013 et 2016, pour plus de 26 M€, qui a nécessité le versement d’aides importantes (II). Cependant, cette politique n’a fait qu’amplifier irréversiblement les déséquilibres antérieurs. Son échec a également montré l’impuissance des autorités de tarification pour stopper la dérive de gestion du centre hospitalier. En raison de l’impossible rétablissement financier de l’hôpital à ce jour, la Cour propose de revenir sur son autonomie juridique (III). « 

Il est clair que l’hôpital de Longué n’avait pas de vocation générale, ce sera encore moins le cas avec une gestion privée mais qui sera sans doute financièrement plus efficace. Les patients qui n’auront plus accès à Longué seront alors dirigés sur l’hôpital de Saumur lui-même en perte de vitesse quant au nombre de spécialistes et de spécialistes. D’ores et déjà pour nombre de cas  les malades sont dirigés  directement sur l’hôpital d’Angers. Un phénomène un peu général en France et qui dans le nord du Maine-et-Loire va encore participer à une plus grande désertification du territoire. 

Un  groupe privé s’engagerait  à reprendre les équipes, quel que soit leur statut. Il propose d’investir 18,5 millions d’euros pour reprendre l’activité. Le maire de la commune (tendance Dupont Aignan) est favorable à une privatisation de l’hôpital. Ce serait une première pour un hôpital public, mais plusieurs Ehpad ont déjà été privatisés ou sont en passe de l’être, avec souvent une hausse des tarifs à la clé.

Italie: encore une longue période d’incertitude politique

Italie: encore une longue  période d’incertitude politique

 

Une nouvelle période de grande d’incertitude politique s’ouvre  en Italie. En effet après l’éclatement de l’alliance entre le parti de Salvini et le mouvement cinq étoiles, toute nouvelle solution comporte des risques d’instabilité. Salvini, lui, veut gouverner seul. Il demande donc des élections immédiatement. Ce que ne souhaitent pas les autres responsables des partis politiques notamment le mouvement cinq étoiles. On envisage éventuellement de nouvelles alliances entre le parti cinq étoiles, le parti démocrate de Renzi et de toute la gauche. Une alliance possible mais qui pourrait, elle aussi, ne pas durer longtemps. Il y a cette perspective de nouvelles élections mais contrairement à ce qu’imagine Salvini, la ligue n’est pas certaine d’emporter la majorité. Dès lors, si de telles élections avaient lieu dans ces conditions il faudrait alors envisager aussi de nouvelles alliances mais avec qui. On objectera que ce n’est pas la première fois que les gouvernements italiens connaissent des les agitations, c’est même devenu une habitude. Pourtant cette instabilité politique se situe cette fois dans un contexte économique particulièrement désastreux en termes d’activité mais aussi d’endettement. L’  Italie pourrait bien s’engager des mois et des mois dans un climat politique agité qui ne favorise pas la reprise économique et l’assainissement de ses finances. – En attendant, le Sénat italien a décidé mardi de reporter à la semaine prochaine le débat sur la motion de censure déposée contre le gouvernement de Giuseppe Conte par la Ligue, frustrant les attentes de son chef Matteo Salvini qui veut au plus vite des élections anticipées. Le Sénat a décidé que le président du Conseil viendrait s’exprimer devant la chambre haute du parlement le mardi 20 août sur la crise politique que traverse l’Italie. Le Sénat a notamment refusé la demande du parti d’extrême droite d’organiser ce débat dès mercredi et a souhaité donner du temps à Giuseppe Conte.

Le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini a ouvert une crise politique jeudi en affirmant que la coalition formée par son parti et par le Mouvement 5 Etoiles (M5S) ne fonctionnait plus. La Ligue a déposé vendredi une motion de défiance contre le gouvernement de Giuseppe Conte qui n’appartient à aucune des deux formations au pouvoir afin de parvenir à des élections anticipées.

Salvini fait le pari que son actuelle cote popularité lui permettra, s’il revient très vite devant les électeurs, de remporter le scrutin et de pouvoir gouverner seul.

Le dirigeant d’extrême droite veut aller vite car il redoute que le M5S et le Parti démocrate (PD, centre gauche) trouvent un moyen d’éviter un scrutin anticipé en formant une autre majorité.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol