Archive pour le Tag 'Loïc'

La démocratie numérique en route (Loïc Blondiaux)

La démocratie numérique en route (Loïc Blondiaux)

 

Pour, Loïc Blondiaux, professeur de sciences politiques, la démocratie numérique est en route même si elle manque encore beaucoup de visibilité. La multiplication des sites et autres plateformes permet en effet d’accéder rapidement à l’information et surtout de confronter la diversité des analyses. Ce pourrait être un des moyens pour changer une pratique politique usée jusqu’à la corde.  Loïc Blondiaux, professeur de sciences politiques, est chercheur au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP) et enseigne à l’université Paris-I. (interview le Parisien)

Assistons-nous à un essor des initiatives citoyennes ?
Loïc Blondiaux. Ce qui me frappe, c’est la multiplication des plates-formes, notamment numériques, qui visent à renouveler la démocratie. Il y a une effervescence au niveau local. Une fraction de la population, même si elle est peu visible, veut changer la manière de faire de la politique. Il y a deux ou trois ans, ce frémissement citoyen n’existait pas.

Comment l’expliquez-vous ?
Par le niveau d’exaspération et de défiance des citoyens. Ils ont le sentiment que ceux qui sont au pouvoir ne sont plus capables de renouveler le fonctionnement de la démocratie. Le match qui se profile entre Sarkozy, Hollande, Juppé ou Marine Le Pen montre qu’en haut, ça bouge très lentement. Il y a aussi, chez nos élites politiques, un sentiment de supériorité de plus en plus mal perçu. Cette déception se traduit soit par une protestation radicale qui peut se convertir en vote FN, soit par des tentatives plus pragmatiques de changer la politique.

Les citoyens ne feraient pas moins bien que les élus, en somme…
C’est ce qu’on pourrait appeler la « do it yourself democracy » (NDLR : faites vous-même la démocratie). On n’est plus dans l’attente de solutions venues d’en haut, on expérimente soi-même.

Ça peut changer la donne ?
Cela a été le cas en Espagne, en Grèce ou en Italie. En période de crise, ces mouvements peuvent bousculer les formations traditionnelles. En France, il y a une multiplication d’initiatives très disparates, mais qui n’apparaissent pas comme une alternative possible. Le système politique français est extrêmement verrouillé par les partis dominants.

Mais les politiques s’y mettent !
Certes, des collectivités locales ont intégré cette dimension. Et le gouvernement met en place des consultations autour de projets de loi. Mais ça n’est pas à la hauteur de l’enjeu. Bien souvent, ces consultations ne portent pas sur l’essentiel ou n’influencent pas fortement la décision

 

(avec Le Parisien)




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol