Archive pour le Tag 'logements'

Construction Logements: 284 entreprises en défaillance au premier trimestre

 

Construction Logements: 284 entreprises en défaillance au premier trimestre

Le secteur de la construction de logements connaît un véritable marasme. En cause bien sûr, malgré une très très légère baisse, des taux d’intérêt record, des prix complètement excessifs qui tuent la solvabilité des acquéreurs potentiels. Résultat le secteur connaît un attentisme généralisé et les entreprises sont contraintes d’ajuster leurs moyens de production et notamment des les effectifs. Beaucoup connaissent des défaillances.

Les agences sont également victimes de cette crise. On l’observe dans l’ancien avec des fermetures d’agences immobilières toujours plus nombreuses, et dans le neuf avec les annonces de plans sociaux qui se multiplient depuis le début de l’année (Vinci, Bouygues Immobilier, Nexity…). Les constructeurs de maisons n’échappent pas à tout ce marasme. AST Groupe (179 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2023), qui revendique une place de deuxième sur le segment en France, a annoncé vendredi 19 avril avoir ouvert une procédure de sauvegarde accélérée auprès du tribunal de commerce de Lyon.

 

Immobilier: une goutte d’eau avec la construction de 10 000 logements intermédiaires

Immobilier: une goutte d’eau avec la construction de 10 000 logements intermédiaires

Alors que le logement connaît une crise catastrophique, le gouvernement réagit très mollement en annonçant la construction de 10 000 logements à loyer intermédiaire. En réalité ce n’est qu’une goutte d’eau quand on sait que la France n’a même pas construit 300 000 logements en 2023 et que les besoins sont autour de 500 000 par an .
Près d’un milliard d’euros vont être mobilisés «dans les mois qui viennent» pour réaliser 10.000 logements intermédiaires, destinés aux classes moyennes, ont annoncé les ministres de l’Economie et du Logement jeudi. Sur cette somme, 400 millions d’euros seront «fournis par 14 assureurs» et «250 millions d’euros fournis par la Caisse des dépôts et consignations» (CDC), tandis que l’État «mobilisera des fonds propres», a précisé le ministre de l’Economie Bruno Le Maire à l’issue d’une réunion avec la fédération des assureurs et la CDC.

Crise du logement : une goutte d’eau avec la construction de 10 000 logements intermédiaires

Crise du  logement : une goutte d’eau avec la construction de 10 000 logements intermédiaires

Alors que le logement connaît une crise catastrophique, le gouvernement réagit très mollement en annonçant la construction de 10 000 logements à loyer intermédiaire. En réalité ce n’est qu’une goutte d’eau quand on sait que la France n’a même pas construit 300 000 logements en 2023 et que les besoins sont autour de 500 000 par an .
Près d’un milliard d’euros vont être mobilisés «dans les mois qui viennent» pour réaliser 10.000 logements intermédiaires, destinés aux classes moyennes, ont annoncé les ministres de l’Economie et du Logement jeudi. Sur cette somme, 400 millions d’euros seront «fournis par 14 assureurs» et «250 millions d’euros fournis par la Caisse des dépôts et consignations» (CDC), tandis que l’État «mobilisera des fonds propres», a précisé le ministre de l’Economie Bruno Le Maire à l’issue d’une réunion avec la fédération des assureurs et la CDC.

 

Logement : une goutte d’eau avec la construction de 10 000 logements intermédiaires

Logement : une goutte d’eau avec la construction de 10 000 logements intermédiaires

Alors que le logement connaît une crise catastrophique, le gouvernement réagit très mollement en annonçant la construction de 10 000 logements à loyer intermédiaire. En réalité ce n’est qu’une goutte d’eau quand on sait que la France n’a même pas construit 300 000 logements en 2023 et que les besoins sont autour de 500 000 par an .
Près d’un milliard d’euros vont être mobilisés «dans les mois qui viennent» pour réaliser 10.000 logements intermédiaires, destinés aux classes moyennes, ont annoncé les ministres de l’Economie et du Logement jeudi. Sur cette somme, 400 millions d’euros seront «fournis par 14 assureurs» et «250 millions d’euros fournis par la Caisse des dépôts et consignations» (CDC), tandis que l’État «mobilisera des fonds propres», a précisé le ministre de l’Economie Bruno Le Maire à l’issue d’une réunion avec la fédération des assureurs et la CDC.

 

Risque Inondations: 25 % des logements concernés

Risque Inondations: 25 % des logements concernés

On découvre subitement une grande partie des habitations presque le quart court le risque d’inondation récurrente. En cause, notamment le réchauffement climatique mais aussi le développement irraisonné des concentrations urbaines où goudron et béton empêchent l’eau de pénétrer.

D’après le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, 17,1 millions d’habitants permanents sont exposés «aux différentes conséquences des inondations par débordement de cours d’eau, dont 16,8 millions en métropole» reprend le Figaro. C’est donc un Français sur 4 qui vit en zone inondable. Notamment à proximité des cours d’eau, c’est-à-dire dans leur lit majeur, dans les fonds de vallée.: «Pour la crue centennale par exemple [crue dont la probabilité d’apparition et de 1 sur 100 chaque année, NDLR] qui est un ordre de grandeur, certaines zones prendront plus d’un mètre d’eau, quand d’autres risquent seulement de recevoir 20 centimètres. Ce ne sont pas du tout les mêmes réalités physiques». Trois critères qui déterminent l’ampleur des crues : hauteur, rapidité et durée. Ainsi, «toutes les zones inondables ne sont pas concernées par les mêmes risques et à la même fréquence».

Inondations: 25 % des logements en zone à risques

Inondations: 25 % des logements en zone à risques

On découvre subitement une grande partie des habitations presque le quart court le risque d’inondation récurrente. En cause, notamment le réchauffement climatique mais aussi le développement irraisonné des concentrations urbaines où goudron et béton empêchent l’eau de pénétrer.

D’après le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, 17,1 millions d’habitants permanents sont exposés «aux différentes conséquences des inondations par débordement de cours d’eau, dont 16,8 millions en métropole» reprend le Figaro. C’est donc un Français sur 4 qui vit en zone inondable. Notamment à proximité des cours d’eau, c’est-à-dire dans leur lit majeur, dans les fonds de vallée.: «Pour la crue centennale par exemple [crue dont la probabilité d’apparition et de 1 sur 100 chaque année, NDLR] qui est un ordre de grandeur, certaines zones prendront plus d’un mètre d’eau, quand d’autres risquent seulement de recevoir 20 centimètres. Ce ne sont pas du tout les mêmes réalités physiques». Trois critères qui déterminent l’ampleur des crues : hauteur, rapidité et durée. Ainsi, «toutes les zones inondables ne sont pas concernées par les mêmes risques et à la même fréquence».

25 % des logements en zone inondables

25 % des logements en zone inondables

On découvre subitement une grande partie des habitations presque le quart court le risque d’inondation récurrente. En cause, notamment le réchauffement climatique mais aussi le développement irraisonné des concentrations urbaines où goudron et béton empêchent l’eau de pénétrer.

D’après le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, 17,1 millions d’habitants permanents sont exposés «aux différentes conséquences des inondations par débordement de cours d’eau, dont 16,8 millions en métropole» reprend le Figaro. C’est donc un Français sur 4 qui vit en zone inondable. Notamment à proximité des cours d’eau, c’est-à-dire dans leur lit majeur, dans les fonds de vallée.: «Pour la crue centennale par exemple [crue dont la probabilité d’apparition et de 1 sur 100 chaque année, NDLR] qui est un ordre de grandeur, certaines zones prendront plus d’un mètre d’eau, quand d’autres risquent seulement de recevoir 20 centimètres. Ce ne sont pas du tout les mêmes réalités physiques». Trois critères qui déterminent l’ampleur des crues : hauteur, rapidité et durée. Ainsi, «toutes les zones inondables ne sont pas concernées par les mêmes risques et à la même fréquence».

Logements :Chute de 25 % des demandes de permis de construire

Logements :Chute de 25 % des demandes de permis de construire

Une chute de près de 20 % des mises en chantier et plus inquiétant encore une chute de 25 % des demandes de permis sur un an. La crise du logement continue et s’amplifie

294.700 logements ont été mis en chantier entre décembre 2022 et novembre 2023, soitchute de 19,6% par rapport à l’année précédente. Sur douze mois (entre décembre 2022 et novembre 2023), 372.500 permis de construire ont été accordés. Lors des douze mois précédents, il y en avait 127.300 de plus. La chute dépasse donc 25%. Tous les types de logement sont affectés par cette crise. Les maisons individuelles, qu’elles soient situées en lotissement (- 25,1%) ou en diffus (- 31,7%), aussi bien que les logements collectifs (- 24,8%).

Canada: Interdiction d’acheter des logements pour les étrangers !

Canada: Interdiction d’acheter des logements pour les étrangers


Une curieuse décision du Canada qui vise à interdire d’acheter des logements pour les étrangers. Évidemment, on comprend que le gouvernement du pays tente de résoudre la crise de l’offre. Pourtant, il s’agit d’une évidente attaque des principes économiques internationaux. Certes avec la crise ici ou là des contrôles renforcés sont mis en place pour contrôler la bonne efficacité des investissements étrangers. Pour autant les interdictions sont très rares saufs quand elles mettent en cause la défense d’un pays.

Cette mesure faisait parti du programme électoral d’un Trudeau qui semble un peu démuni face à la difficile problématique du manque de logements. Une décision qui risque en outre d’être contredite par les instances de régulation de l’économie mondiale.

Les étrangers n’ont plus le droit d’acheter de logements au Canada à compter de ce dimanche et pour les deux prochaines années, une interdiction destinée à lutter contre la pénurie de maisons et appartements dans le pays.

Des exceptions sont prévues pour les réfugiés ou les résidents permanents, et la loi ne s’applique qu’aux résidences en ville et pas aux structures touristiques, comme les chalets d’été.

Certains experts doutent que la mesure soit efficace, car les étrangers représentent moins de 5% des propriétaires de logements au Canada, selon l’agence nationale des statistiques. Ils estiment qu’il vaudrait mieux accélérer la construction de logements neufs.En tout cas une mesure assez contradictoire un chef d’État qui se déclare libéral mais pratique aussi le protectionnisme nationaliste qui rappelle un peu parfois Macron et ses contradictions.

Perspective du marché des logements

Perspective du marché des logements 

 La remontée des taux d’intérêt et la baisse du pouvoir d’achat des ménages du fait de l’inflation pourrait rapidement infléchir la tendance haussière estime Clémentine Gallès, Cheffe Economiste et Stratégiste de Société Générale Private Banking. ( dans la Tribune)

 

Depuis la crise Covid, les prix de l’immobilier du logement ont significativement augmenté dans la plupart des économies développées. Les prix ont ainsi progressé d’environ 30% aux Etats-Unis, 20% en Allemagne et de plus de 10% en France depuis la fin d’année 2019. Ces progressions ont renforcé une tendance haussière des prix enclenchée depuis déjà plusieurs années (graphique 1). La récente montée des prix des logements s’explique par différents facteurs. Tout d’abord, les politiques monétaires extrêmement accommodantes mises en place pendant la crise covid ont accentué la baisse des taux d’intérêt. Ensuite, l’épargne accumulée par les ménages pendant la pandémie a augmenté leur capacité d’achat. Enfin, les confinements et la banalisation du télétravail ont encouragé des départs vers des villes de seconde taille, créant un nouvel attrait pour ces marchés.

Différents facteurs pèsent aujourd’hui sur le pouvoir d’achat immobilier des ménages. Tout d’abord, les prix du logement sont aujourd’hui élevés et donc plus difficilement accessibles pour les ménages. Ensuite, l’inflation pèse globalement sur les revenus en termes réels et contraignent la capacité d’achat. Et enfin, le durcissement des politiques monétaires commence à avoir un effet sur les taux du crédit immobilier (graphique 2). Cette combinaison de facteurs indique que l’activité sur les marchés immobiliers devrait nettement se réduire et pourrait impliquer des contractions des prix des logements. En Europe, la contraction pourrait rester limitée par le fait que les ménages continuent de privilégier l’immobilier comme placement de leur épargne, dans un contexte de baisse marquée des marchés financiers depuis le début de l’année. Aux Etats-Unis, l’ajustement des prix des logements pourrait être plus prononcé compte tenu de la plus forte hausse des taux immobiliers.

A plus long terme, des facteurs de soutien des marchés du logement restent présents et impliquent que l’ajustement des prix devrait rester de courte durée. En effet différents pays, notamment la France et les Etats-Unis continuent d’afficher un déficit de l’offre immobilière face à une demande qui resterait soutenue par une démographie dynamique. Par ailleurs les évolutions des normes environnementales, particulièrement nécessaires pour les logements en matière d’efficacité énergétique, seront un facteur de soutien aux investissements immobiliers et donc aux prix des différents marchés – notamment par le biais du soutien des pouvoirs publics pour la transition énergétique.

 

Repenser la qualité des logements

Repenser la qualité des logements

il faudrait plutôt repenser la question de la qualité des logements, plaide le sociologue et urbaniste Yankel Fijalkow dans une tribune au « Monde ».(Extrait)

 

Tribune. La crise sanitaire et environnementale actuelle exacerbe la critique de l’urbanisation, et la promotion des territoires périphériques se porte au chevet des métropoles dites malades. Les campagnes et les petites villes seraient le nouveau remède à la suractivité urbaine : plus de nature, de lenteur et une meilleure santé.

Ce récit de la chute et de la rédemption n’est pas inédit. Comme l’a montré le philosophe Georges Canguilhem (1904-1995) pour la médecine, les récits sur le normal et le pathologique ligotent la pensée des urbanistes depuis au moins deux siècles.

Dès le XIXe siècle, les hygiénistes s’étaient attachés à promouvoir la santé publique en considérant les populations « en masse », à établir des statistiques et à cartographier des espaces insalubres destinés à être reconstruits selon les canons de l’architecture moderne.

Au début du XXe siècle, alors que les taux d’urbanisation culminaient en Europe occidentale, l’idéologie ruraliste taquinait les urbanistes, qui répliquaient avec des programmes incluant des parcs et des « espaces verts ».

Le contexte actuel atteste de la permanence des principes hygiénistes. Mais les failles de leur application montrent les moyens pour les dépasser.

Lors du premier confinement, les familles des métropoles et des banlieues, cloîtrées dans leurs petits appartements et privées d’espaces libres, ont mesuré la réduction de la notion de santé à la dimension physiologique. Leurs souffrances ont nourri la critique des logements collectifs, de la densité, de la dimension des appartements. De même, la crainte de la contagion et l’application du principe de solidarité, chère à Léon Bourgeois (1851-1925) [théoricien du solidarisme], ont subi quelques sérieuses entorses, malgré le repérage des « clusters » et les mesures de couvre-feu.

Face à l’hypothèse d’une obligation vaccinale, le gouvernement, sous la pression des petites revendications catégorielles ou individuelles, a multiplié les exceptions, rendant incompréhensible une stratégie générale. Etre ou non vacciné, disposer ou non d’un passe sanitaire, participer à la vie collective en virtuel ou en présentiel, résider ou non à l’écart des densités urbaines élevées et des sources de contamination : telles sont les variables qui agissent sur les comportements résidentiels contemporains. Quelle que soit la volonté des gouvernants pour soutenir l’activité économique, nos sociétés obéissent de plus en plus à une gestion sanitaire à la carte.

Immobilier Paris : des logements à moitié prix pour 99 ans

Immobilier  Paris : des logements à moitié prix pour 99 ans

Pour sortir de la crise du logement à Paris dans les prix sont devenus complètement inaccessibles, la Ville de Paris envisage de vendre pour 99 ans des logements à moitié prix. La particularité c’est que le prix d’achat sera limité à 335 000 € mais le sol demeurera la propriété de la ville .  La mairie a créé en 2019 la Foncière de la Ville de Paris (FDVP), dont la mission est de produire de l’habitat à « prix maîtrisés » et de « lutter contre la logique spéculative des marchés de l’immobilier ».

La FDVP dissocie le foncier et le bâti (le sol et les murs) : le premier reste la propriété de la Ville – à perpétuité -, le second est vendu aux ménages pour une durée de quatre-vingt-dix-neuf ans. « Le temps d’une vie », souligne Ian Brossat. Les acquéreurs signent un bail réel solidaire (BRS), au titre duquel ils versent une redevance mensuelle de 2,5 euros par mètre carré. Pour un T3 de 67 mètres carrés, par exemple, ils déboursent 168 euros par mois – pour la location du foncier -, en plus des 335.000 euros payés à l’achat.

Pendant presque un siècle, si leur longévité le leur permet, ils jouiront de leur bien à leur guise, pourront faire des travaux ou connaître les joies des réunions de copropriétaires. Mais ils ne pourront le revendre qu’à la foncière au prix initial – révisé en fonction de l’inflation – pour éviter toute spéculation immobilière. De même, ils s’engagent à faire de leur nouvelle demeure leur résidence principale.

Les critères d’éligibilité sont simples : habiter ou travailler à Paris (les locataires de logements sociaux parisiens auront un bonus) ; demander un appartement « en adéquation avec sa configuration familiale » (un F3 pour trois personnes) ; avoir des revenus mensuels inférieurs à 4.500 euros net pour un couple avec un enfant, 5.000 euros pour un couple avec deux enfants. Ce plafond est fixé par la loi. Ian Brossat a demandé au gouvernement de le relever à Paris (6.000 et 7.500 euros) ; la ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, lui aurait promis un décret en ce sens d’ici à la fin 2021.

Logements sociaux : les quotas de 25% prolongés au-delà de 2025

Logements sociaux : les quotas de 25%  prolongés au-delà de 2025

« L’obligation d’avoir 25 % de logements sociaux ne s’arrêtera pas en 2025, elle deviendra permanente. Certaines communes se disaient qu’il suffirait d’attendre quelques années pour diminuer l’ambition… Désormais, elles ne pourront plus jouer la montre, elles devront poursuivre leurs efforts jusqu’à atteindre l’objectif », a déclaré Emmanuelle Wargon.

 

La ministre du logement a ajouté que cette mesure serait « inscrite dans le projet de loi 4D (sur la décentralisation NDLR) qui sera présenté en mai en conseil des ministres ».

Depuis 2000, la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (SRU) impose aux communes de plus de 3500 habitants (1500 en Île-de-France) de disposer d’ici à 2025 de 20 % de logements sociaux, un taux relevé à 25 % en 2014, sauf pour des communes qui justifient d’une situation locale particulière.

e logements sociaux ».

 

Le gouvernement envisage la construction de 250.000 logements en deux ans, après une année 2020 avec un nombre de projets de logements sociaux « très inférieur aux besoins, avec moins de 90.000 logements agréés », du fait de la crise du Covid-19.

 

Rénovation obligatoire des logements : des doutes

Rénovation obligatoire des logements : des doutes

Pour l’instant le chef de l’État n’a pas retenu la proposition de la convention citoyenne sur le climat qui voulait rendre la rénovation des logements obligatoire.  Emmanuel Macron a indiqué que « les travaux n’étaient pas terminés », mais a souligné que rendre la rénovation obligatoire signifiait faire porter la contrainte sur tous les ménages, alors qu’une rénovation coûte entre 50 et 60.000 euros. Une somme qui n’est pas négligeable et dont ne dispose pas tous les propriétaires.

S’il « retient » cette « proposition », le chef de l’Etat souhaite d’abord mettre en place un système de tiers financeurs, notamment privés, et bâtir un « accord de place » dans les trois mois à venir.

Transformation énergétique des logements : accessible à tous sans condition de revenus

Transformation  énergétique des logements : accessible à tous sans condition de revenus

Après avoir transformé fin 2019 le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) en prime (« Ma Prime Rénov »), tout en excluant les plus riches du dispositif, l’aide sera désormais accessible à l’ensemble des propriétaires occupants ET bailleurs. Ce qui est inédit.

Dans le cadre de la relance de 100 milliards, 2 milliards d’euros seront en effet mobilisés pour soutenir la rénovation globale, la rénovation énergétique des logements pour les propriétaires bailleurs, la rénovation énergétique des logements pour les copropriétés et renforcer le volet « logement » déjà financé par l’Agence nationale de l’Habitat (Anah), le plan « Initiatives Copropriétés » et le programme « Action cœur de ville ». Ce dernier sera prochainement complété d’un plan « petite ville de demain ».

 

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol