Archive pour le Tag 'logement'

Page 3 sur 3

Immobilier-logement : recul du neuf

Immobilier-logement : recul du neuf

 

Elle est loin la promesse de Hollande de construire 500 000 logements par an. Aujourd’hui le secteur recule et ce ne sont pas les décsion de Valls qui vont inverser la tendance car la question centrale est celle de la solvabilité des candidats acquéreurs et le coût exorbitant des coutes de construction en France. Le secteur de la construction continue donc son déclin, alors que le gouvernement s’apprête à annoncer des mesures pour le relancer. Les mises en chantier de logements neufs en France ont reculé de mars à mai de 19,7% sur un an, pour s’établir à 69.577, selon les statistiques du ministère du Logement publiées mardi 24 juin. Sur les trois mois allant de mars à mai, les mises en chantier de logements ordinaires sont ressorties en baisse de 21,4%, à 64.428 unités, contre un recul de 20,5% à fin avril. En revanche le segment des logements en résidence (seniors, étudiants…), plus restreint, a progressé de 9,7% à 5.149 unités (contre un bond de 35,6% un mois plus tôt). Sur les douze mois écoulés entre juin 2013 et mai 2014, le nombre des logements neufs mis en chantier affiche un recul plus modéré, de 8,5%, à 312.066 unités. Celui-ci s’accentue toutefois: il n’était encore que de 6,5% un mois plus tôt. Le ministère du Logement, qui a fait de la relance de la construction sa priorité cette année, doit annoncer des mesures mercredi en Conseil des ministres, en faveur de la simplification des normes qui alourdissent les coûts de construction, de la mobilisation du foncier public et de l’accession à la propriété, notamment. Le nombre des permis de construire accordés pour des logements neufs, qui renseigne sur les futures mises en chantier, a de son côté diminué de 16,1% sur cette période, à 94.155, selon la même source. C’est là un léger mieux, car à fin avril les permis de construire des trois mois écoulés étaient en repli de 22,8%, et à fin mars ils avaient chuté de 25%.  Les permis de construire accordés aux logements ordinaires ont reculé davantage (-18,8%), à 85.981 unités, contrastant toujours avec le rebond de 28,2% affiché par les logements en résidence, à 8.174 unités. Sur douze mois, la baisse est légèrement moindre qu’un mois plus tôt pour les permis de construire, avec un repli cumulé de 20,7% à fin mai (contre -21,5% à fin avril), à 389.444 unités. En 2013, 331.867 logements neufs avaient été mis en chantier en France, un chiffre en repli de 4,2% sur un an, bien en deçà de l’objectif gouvernemental – encore jamais atteint dans l’Hexagone – d’un demi-million de logements construits par an.

 

Immobilier -Logement: plan de sauvetage de Valls, surtout des gadgets

Immobilier -Logement: plan de sauvetage de Valls, surtout des gadgets

 

 

Le logement connait une crise sans précédant aussi bien le logement neuf qu’ancien. Du coup Valls lance un plan de sauvetage ; En fait surtout des gadgets car la vraie question est celle de la solvabilité des candidats à l’accession de logements  et du coût d’acquisition trop important, avec en plus les inquiétudes crées par la loi Duflot. En face du risque de nouvelle bulle immobilière ce plan apparaît dérisoire.  La faute à la loi Duflot? Manuel Valls ne va pas jusqu’à dire cela. Mais pour relancer la construction de logements neufs, totalement sinistrée depuis des mois, le Premier ministre annonce ce mercredi 25 juin une série de mesures destinées à donner un coup de fouet au secteur. Il les développe dans une interview au Parisien/Aujourd’hui en France.    »Il s’est créé un climat de crainte autour de la loi Alur », lance-t-il. Il ne s’agit pas d’un « détricotage mais d’une application réaliste, pragmatique et vigilante » de la loi Duflot précise-t-il en introduction. « Le marché est déprimé. Il n’y a eu que 330.000 mises en chantier en 2013 alors qu’il en aurait fallu 500.000″, constate Manuel Valls.  Première annonce, le gouvernement envisage de « favoriser l’accession à la propriété en élargissant l’accès au prêt à taux zéro ». « Ces prêts seront disponibles auprès des banques en octobre 2014″, précise-t-il. Le remboursement commencera au bout de 7 ans et non plus 5 ans.  Par ailleurs, le prêt à taux zéro (PTZ), « normalement réservé à l’acquisition d’un logement neuf, sera élargi à l’achat d’un logement ancien dans certains centre-bourgs en zone rurale, sous réserve d’y réaliser des travaux », ajoute Manuel Valls.   Il s’engage également à réduire les normes de construction: « la multiplication des normes décourage et freine la construction ». « Cinquante mesures de simplification vont donc être mises en œuvre dès l’automne ».  En revanche, le gouvernement ne veut pas revenir sur l’un des points essentiels et très contesté de la loi Duflot: l’encadrement des loyers. « C’est une mesure sociale importante (…) mais il faut le faire de façon transparente et prévisible ». Mais sans donner davantage de détails.  Le gouvernement va aussi mettre en place un nouveau dispositif afin d’encourager fiscalement « les propriétaires qui font l’effort de loger plus longtemps des locataires avec un loyer plafonné ». Plus généralement, le gouvernement va  » développer l’investissement locatif dans les villes où les loyers sont chers ». Mais là aussi, il ne donne pas davantage de détails.
 Enfin, la garantie universelle des loyers (GUL), autre mesure forte de la loi Alur, n’est pas officiellement abandonnée. « Le principe est généreux mais il a un coût trop important ». Et d’ajouter: « nous travaillons donc à l’ajuster pour qu’elle bénéficie à ceux qui en ont le plus besoin: les jeunes ».

 

Ile de France : le logement cause de grande pauvreté

Ile de France : le logement cause de grande pauvreté

 

Quelque 350.000 ménages, soit 7% de ceux disposant d’un logement en Ile-de-France, n’ont pas les revenus nécessaires pour faire face aux dépenses vitales de nourriture et d’habillement tout en assurant celles liées à l’habitation, selon cette étude réalisée par l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France (www.iau-idf.fr). Quelque 140.000 de ces ménages, installés au sein du parc locatif privé, doivent trouver de quoi payer un loyer mensuel moyen de 541 euros pour un revenu moyen de 826 euros, selon l’étude. Le revenu moyen régional, par ménage, est lui de 3.406 euros.  Le « reste à vivre » de ces ménages, malgré des aides au logement de 134 euros perçues par 54% d’entre eux, les place loin en deçà du seuil de pauvreté de 589 euros, établi par Eurostat, la commission européenne des statistiques.  Près de 126.000 ménages habitant cette fois le parc social sont dans une situation similaire avec un « reste à vivre » de 414 euros par mois, soit un seuil considéré comme insuffisant pour s’habiller et se nourrir.  Quelque 76.000 autres ménages, bien que propriétaires de leur logement, sont également touchés de plein fouet par cette pauvreté. Car même si 58% d’entre eux ont fini de rembourser leurs emprunts, les charges et travaux d’entretiens sont trop importants par rapport à leurs revenus.  La loi d’accès au logement et urbanisme rénové (Alur), adoptée définitivement en février par le Parlement, prévoit des mesures d’encadrement des loyers, que la ministre du logement Cécile Duflot espère mettre en place en Ile-de-France à partir de l’automne  Le gouvernement s’est fixé comme objectif la construction de 500.000 logements neufs par an sur le plan national, dont 150.000 logements sociaux. En 2013, seulement 332.000 logements ont été construits en France.  La Fondation Abbé Pierre, dans son dernier rapport annuel en janvier, affirmait que les situations de mal-logement s’étaient encore aggravées en 2013, estimant à plus de 10 millions le nombre de personnes touchées par la crise du logement en France.  Le rapport mettait notamment en cause « une hausse non régulée du coût du logement », avec des loyers qui ont augmenté de 55% en 13 ans, associé à une situation sociale et économique qui continue à se dégrader, notamment au niveau de l’emploi.

 

Immobilier logement neuf : 2014 une année noire

Immobilier logements neuf : 2014 une année noire

 

Chute des constructions mais surtout chute des permis qui annoncent une année noire en 2014. On est loin des promesses de Hollande de construire 500 000 logements par an, en fait en 2014 on sera nettement en dessous de 300 000 ;  Selon les statistiques du ministère du Logement publiées ce mardi 25 février, les mises en chantier de logements neufs en France ont reculé de 9,2% sur un an, pendant les trois mois allant de novembre à janvier, pour s’établir à 85.062 unités. De novembre à janvier, les mises en chantier de logements ordinaires sont ressorties en baisse de 8,5% à 79.763 unités, tandis que le segment des logements en résidence (seniors, étudiants…) a dégringolé de 19,1% à 5.299 unités. Sur les douze mois écoulés entre février 2013 et janvier 2014, le nombre de logements neufs mis en chantier n’affiche toutefois qu’un léger recul de 2,4% à 331.303 unités.  Du côté des permis de construire accordés pour des logements neufs, qui mesurent les futures mises en chantier, la chute est bien plus brutale, avec un repli de 18% de novembre à janvier, à 93.716 unités. Le décrochage est encore plus fort pour les permis de construire accordés aux logements ordinaires, qui régressent de 19,6% à 86.629 unités, tandis que les logements en résidence ont, eux, progressé de 6,8% à 7.087 unités. Sur douze mois, la tendance est toujours à la baisse, avec un repli cumulé de 15,2% à 420.452 unités entre février 2013 et janvier 2014, comparé à la même période un an plus tôt. En 2013, 331.867 logements neufs avaient été mis en chantier en France, un chiffre en repli de 4,2% sur un an, bien en deçà de l’objectif gouvernemental — encore jamais atteint dans l’Hexagone — d’un demi-million de logements.  Presque toutes les régions sont touchées par la déprime de la construction de logements. Sur les douze derniers mois, les mises en chantier ont ainsi plongé dans 16 régions métropolitaines sur 22, avec des plongeons de 21,8% en Alsace, 25% en Corse, ou encore 20,5% en Midi-Pyrénées. Parmi les rares zones où la construction reste bien orientée, l’Aquitaine se détache nettement (+39%), tout comme l’Outremer, en hausse de 21,4%. L’Île-de-France, en déficit notoire de logements, parvient quant à elle tout juste à se stabiliser (-0,1%). Ces mauvais chiffres n’ont rien d’une surprise. En effet, le marché de l’immobilier neuf est plombé par une conjonction de facteurs nettement défavorables, à commencer par la montée du chômage et l’atonie de l’économie française, couplées à des prix élevés, et des freins en matière de financement, malgré des taux d’emprunt qui restent à des niveaux très bas. Les professionnels ne se montrent ainsi guère optimistes pour le reste de l’année. Mi-février, le président de la Fédération des promoteurs immobiliers, François Payelle, avait même dit s’attendre à une « année noire » en 2014, avec un volume de ventes pour ses adhérents « vraisemblablement proche de 65.000 logements neufs », contre 74.690 l’an dernier.  Pour relancer le secteur et rendre l’immobilier neuf plus accessible, le gouvernement a notamment lancé un chantier visant à simplifier les normes encadrant la construction de logement, dont les professionnels dénoncent régulièrement l’accumulation et les coûts croissants.

 

Crise du logement : 10 millions de personnes touchées (fondation Abbé Pierre)

Crise du logement : 10 millions de personnes touchées (fondation Abbé Pierre)

 

La  fondation, qui a repris le flambeau du fondateur des communautés d’Emmaüs, évoque « un élargissement et une accentuation de la crise du logement », qui apparaît comme « sans précédent ». Elle estime à 3,5 millions le nombre de personnes confrontées au mal-logement, et à plus de 10 millions les personnes touchées par la crise du logement, selon Patrick Doutreligne, délégué général de la Fondation. On compte notamment 141.500 sans-abri. Le dispositif d’hébergement « ne permet pas de répondre à toutes les situations de précarité », note la fondation. Les solutions de fortune (caravanes, baraques de chantier, locaux agricoles, etc.) « gagnent des territoires de plus en plus éloignés des villes », sans compter « la réapparition de situations que l’on croyait disparues, telles que les bidonvilles » à la périphérie des villes, dans des terrains vagues ou sous des échangeurs autoroutiers. L’accès à un logement devient complexe pour les plus modestes « mais aussi pour de nombreux ménages insérés socialement et économiquement », note le rapport, car le marché fonctionne « comme une véritable centrifugeuse, qui sélectionne les candidats les plus solvables et refoule les autres » vers « un parc HLM qui n’est pas calibré pour répondre à l’ensemble des besoins ». Aujourd’hui 1,735 million de personnes attendent un logement social. Le rapport met également en cause « une hausse non régulée du coût du logement », avec des loyers qui ont augmenté de 55% en 13 ans, et une situation socio-économique qui continue de se dégrader.  »La question de l’emploi est en filigrane derrière la question du logement », souligne Christophe Robert, délégué général adjoint, déplorant « l’augmentation du nombre de personnes menacées d’expulsions en lien avec la perte de leur emploi ».

 

Chômage, déficit, logement, croissance : les échecs de Hollande

Chômage, déficit, logement, croissance :  les échecs de Hollande

 

 

 

 

Le plus gros échec de Hollande c’est évidemment la croissance qu’il devait imposer à l’Europe entière mais qui fait un flop en France (0.1% en 2013 et de l’ordre de 1% en 2014) Pour l’emploi,  en septembre 2012 sur le plateau de TF1, le chef de l’Etat s’était. engagé à «inverser la courbe du chômage d’ici un an», avant de repousser l’échéance à la fin de l’année 2013. Las, le mois dernier, la France comptait 177.800 de chômeurs de plus qu’un an auparavant et 10.200 de plus qu’en novembre. Leur nombre mensuel n’aura finalement diminué qu’une fois au cours de l’année dernière (en octobre), si l’on excepte le mois d’août, dont les chiffres ont été faussés par un bug de SFR, prestataire de Pôle emploi. La progression du chômage a cependant été ralentie par le gros vivier d’emplois aidés déployé par le gouvernement. Ainsi au dernier trimestre, le nombre de chômeurs supplémentaire a été de 2500 en moyenne contre 33.000 au premier.  Pour es constructions de logements neufs. Lors de la campagne présidentielle, le chef de l’Etat s’était engagé à construire 2,5 millions de logements durant son quinquennat, soit 500.000 logements par an. Mais en 2013, selon les donnés publiées mardi par le ministère du Logement, seuls 332.000 logements ont été mis en chantier. C’est 4% de moins que l’année dernière, qui n’était pourtant pas un bon millésime. «On construit moins, c’est vrai, on est dans une période de crise, mais on a bien résisté», s’est défendue Cécile Duflot sur i-Télé. Là encore, la faible croissance économique a compromis les objectifs initiaux du gouvernement en frappant de plein fouet le secteur du bâtiment. Et ce malgré les mesures de relance adoptées, comme la baisse de la TVA sur la construction de HLM, le nouveau prêt à taux zéro ou encore la réduction des délais de procédure. En matière de fiscalité,  septembre 2012, Jérôme Cahuzac, alors ministre du Budget, promet qu’il n’y aurait «pas d’effort fiscal supplémentaire» après 2013 et qu’à partir de 2015, le gouvernement «commencerait à diminuer les prélèvements obligatoires». Au moment de la présentation du projet de Budget pour 2014, le ton change radicalement: confronté à des rentrées fiscales plus basses que prévues, Jean-Marc Ayrault a «assumé d’avoir été obligé d’augmenter les impôts». La pause fiscale tant attendue par les ménages attendra désormais 2015. En guise de stabilisation, ils écoperont cette année d’une hausse de la TVA de 19,6% à 20%, d’un abaissement du plafond du quotient familial ou encore de la fin de l’exonération fiscale sur la complémentaire santé.  Enfin dans le domaine du déficit,  Hollande avait promis de le limiter 3% du PIB en 2013. C’était l’un des 60 engagements du candidat Hollande, qui avait aussi promis le retour à l’équilibre budgétaire en 2017. «Le contexte économique qui s’est dégradé ne permettra pas de tenir l’objectif en 2013, a rapidement acté le gouvernement. Demander davantage d’efforts aux Français ne serait pas raisonnable». C’est désormais en 2015 qu’il espère atteindre les fameux 3% de déficit. Pierre Moscovici a assuré la semaine dernière à l’Assemblée nationale que cet engagement, scruté par la Commission européenne, serait tenu. Mais le gouvernement multiplie les annonces coûteuses en faveur des entreprises alors qu’il s’est engagé à ne plus augmenter les impôts des ménages. Les économies réalisées devront être conséquentes pour ne pas faire déraper à nouveau le déficit… D’autant plus qu’avant même l’annonce du pacte de responsabilité, la Commission prévoyait un déficit à 3,7% du PIB à cet horizon.

Immobilier : chute vertigineuse du logement neuf

Immobilier : chute vertigineuse du logement neuf

 

Selon les statistiques communiquées par le ministère du Logement mardi, les mises en chantier de logements neufs sont en légère hausse entre mai et juillet (+ 5 % par rapport à 2012, soit presque 85.000 logements). Mais les autres indicateurs n’incitent pas à l’optimisme: les permis de construire - dont l’obtention est obligatoire avant de débuter un chantier - continuent à reculer sur la même période (- 21,7 %, soit 103.000). Et les mises en vente de logements neufs ont aussi chuté entre mai et juillet (- 22 %). «Compte tenu de ces éléments, on peut s’attendre à la construction de 325.000 à 330.000 logements neufs cette année», estime Michel Mouillart, un expert du secteur. On est loin des 466.000 unités sorties de terre en 2007 et même des 421.000 bâties il y a deux ans. Une situation préoccupante, car elle participe à la hausse du chômage. «Nous tablons sur 40.000 suppressions d’emplois dans notre secteur cette année», répète-t-on à la Fédération française du bâtiment. Si la construction a piqué du nez, la crise économique et la montée du chômage en sont responsables ; mais les gouvernements successifs (Fillon puis Ayrault) qui ont réduit la portée du PTZ + (prêt à taux zéro) pour faire des économies ont aussi accentué le phénomène. Car cet outil donnait un sacré coup de pouce aux ménages aux revenus limités pour accéder à la propriété. «À peu près 50.000 PTZ + devraient être accordés cette année contre 100.000 en 2010», affirme Michel Mouillart. Ce recul est d’autant plus dommageable que l’action de la ministre du Logement tarde à porter ses fruits. Pour remplacer le dispositif Scellier réservé aux particuliers investisseurs, Cécile Duflot a mis en place en janvier 2013 un autre mécanisme de défiscalisation qui porte son nom. À son lancement, elle espérait qu’il générerait 40.000 logements neufs cette année. «En fait, il n’y aura pas plus de 25.000 logements réservés avec le dispositif Duflot en 2013», estime Guy Nafilyan, président du promoteur immobilier, Kaufman & Broad. Par ailleurs, le gouvernement a lancé une série de réformes pour accélérer la construction de logements. Ainsi, la loi sur la cession du foncier public adoptée fin 2012 incitera les administrations et les entreprises publiques à céder à prix préférentiel des terrains pour y construire des logements. Par ailleurs, les acteurs institutionnels (banques, compagnies d’assurances, mutuelles…) bénéficieront d’une TVA à taux réduit (10 %) s’ils financent la construction de logements intermédiaires.

Logement- Duflot : qui va payer les loyers impayés ?

Logement- Duflot : qui va payer les loyers impayés ?

 

Le droit au logement c’est bien, à condition que le parc soit suffisant, ce qui est loin  d’être le cas et les objectifs de construction prévus par le gouvernement ne seront pas tenus. Reste l’épineuse question du financement des loyers impayés car la garantie obligatoire va mécaniquement faire augmenter les loyers donc aussi les impayés. La Commission des affaires économiques de l’Assemblée a commencé mardi soir l’examen de ce projet de loi de 84 articles, présenté le 26 juin en Conseil des ministres par Mme Duflot, et qui sera examiné en première lecture par l’Assemblée à compter du 10 septembre, premier jour de la session parlementaire extraordinaire de rentrée. La commission doit examiner 1.118 amendements.  Ce texte renforce l’encadrement des loyers et prévoit d’instaurer, à partir de 2016, une garantie obligatoire publique contre les loyers impayés, financée par les cotisations des bailleurs et des locataires, ce qui a suscité de vives réactions des propriétaires et professionnels de l’immobilier.  Il vise à « faire en sorte que nos concitoyens puissent avoir accès à un logement (…) compatible avec leurs revenus », a plaidé mardi la ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, soulignant qu’un « ménage sur cinq dans le parc privé utilise plus de 40% de ses ressources pour se loger ».   »Je sais qu’il y a sur ces bancs de très nombreux combattants du droit au logement, je sais qu’il est venu, le temps de la régulation, celui qui mettra fin à l’exagération de la spéculation et je sais (…) que visiblement, ça dérange », a lancé la ministre dans l’hémicycle lors des questions au gouvernement.   »Alors je dirai à certains des collègues, sur les bancs de la droite de l’Assemblée, +Attaquez-vous à notre projet de loi, attaquez-vous à ceux qui défendent le droit au logement!+, mais je dirai aussi que c’est au nom de toutes celles et de tous ceux qui ne sont pas dans cette salle et qui ont du mal à se loger, que vos attaques insidieuses ne porteront pas », a-t-elle poursuivi.   »Je suis heureuse de ce projet de loi, qui remettra le logement au centre du pacte républicain et social (…) et je dirai à ceux qui essaieront d’y faire échec, que je ne suis pas en tungstène, mais je serai solide, et comme diraient les Malouins: +Qui qu’en grogne!+ », a-t-elle conclu. En commission, l’UMP, pour qui l’encadrement des loyers est « une erreur majeure » qui va accentuer la pénurie de logement, s’est déclarée contre le projet, selon une source parlementaire. L’UDI est réservée, tandis que les écologistes et le Front de gauche l’ont globalement approuvé, de même que les socialistes.  Le gouvernement a déposé notamment un amendement prévoyant que les modalités d’exercice de la garantie obligatoire — remboursement des impayés et conditions exigées pour le bénéfice de celle-ci — « seront précisées par décret, dans le but d’éviter la déresponsabilisation des locataires et des bailleurs, et maîtriser le coût du dispositif ».  Mardi en début de soirée, la commission n’avait pas encore examiné cet amendement, mais avait en revanche voté un autre, déposé par les rapporteurs, les socialistes Daniel Goldberg et Audrey Linkenheld, qui impose une référence à un loyer médian de référence dans les contrats de bail afin d’améliorer l’information des locataires.

 

 

Projet de loi logement

Projet de loi logement

 

 

Après le flop des premières mesures Duflot, nouvelle loi pour soutenir le logement neuf. Un texte sans doute pas inutile pour accélérer les procédures mais insuffisant pour s’attaquer à la question des coûts, le problème central.  Annick Lepetit (PS), la rapporteure du projet, justifie le recours à ces ordonnances en arguant de « l’urgence de légiférer due à la gravité de la situation ».  Sur les douze derniers mois (avril 2012 à mars 2013), le nombre de mises en chantier de logements (335.800) a plongé de 18% par rapport aux douze mois précédents. Non seulement cette évolution a des répercussions négatives sur l’emploi dans le bâtiment (-13.800 postes en 2012 sans parler de l’intérim), mais elle aggrave la crise déjà alarmante du logement, a expliqué à l’AFP cette députée de Paris.  Le texte, qui sera défendu par la ministre du Logement Cécile Duflot, préconise huit mesures d’urgence qui visent essentiellement à lever quelques-uns des multiples freins à la construction de logements. Ainsi, le texte permet de déroger aux règles concernant les surélévations d’immeuble ou l’obligation de créer des places de parking. Il autorise aussi la transformation de bureaux en logements.  Sur ce dernier point, Cécile Duflot a récemment affirmé qu’il existait en Ile-de-France près de 3,5 millions de mètres carrés de bureaux inutilisés et probablement 5 millions de mètres carrés sur tout le territoire français.  Le projet de loi, très technique, a été adopté à l’unanimité en fin de semaine dernière en commission à l’Assemblée.   »Pour atteindre l’objectif de 500.000 logements par an, il faut faire sauter des verrous qui ne se justifient plus et fluidifier le fonctionnement d’un secteur en souffrance », souligne Annick Lepetit.   »Je n’ai pas de problème avec ce texte, il ne va certes pas révolutionner le logement mais va faciliter la construction dans les zones tendues et en réduire les coûts », a déclaré à l’AFP le député UMP Benoist Apparu, ancien ministre du Logement.  Il reconnaît d’ailleurs qu’il a lui-même porté plusieurs des mesures inscrites dans le projet mais qui n’ont jamais pu aboutir après le changement de majorité au Sénat.  Parmi les mesures « les plus intéressantes », Benoist Apparu relève celle visant à réduire le nombre et le délai de traitement des recours contentieux. « On a une explosion des recours, dit-il, dont certains sont limite mafieux ».   Annick Lepetit, qui a multiplié les auditions, chiffre à quelque 30.000 la totalité des recours, abusifs ou pas, qui bloquent considérablement les délais de construction.  La rapporteure socialiste a fait adopter en commission un amendement accordant au bénéficiaire d’un permis de construire contesté le droit de demander au juge de condamner l’auteur d’un recours abusif à des dommages et intérêts.  Le projet de loi, examiné mardi par les députés, est une étape intermédiaire entre la loi votée en janvier relative à la mobilisation du foncier public et au renforcement de la construction de logement social, et un nouveau projet de loi, annoncé pour l’été, sur l’urbanisme et le logement qui s’intéressera notamment aux rapports locatifs dans le secteur privé.  Ce nouveau texte, « Duflot 2″, qui contiendra aussi d’autres mesures de relance de la construction, devrait être présenté fin juin en Conseil des ministres pour un examen en commission à l’Assemblée fin juillet et une discussion en séance à la rentrée de septembre.  Le président de la République avait annoncé le 21 mars dernier à Alfortville 20 mesures constituant le Plan d’investissement pour le logement. Huit d’entre elles figurent dans le projet qui sera examiné mardi.  La discussion devrait être achevée dans la nuit de mardi à mercredi, l’opposition devant présenter peu d’amendements.

 

Une femme âgée de 72 ans, menacée d’être expulsée de son logement, s’est pendue

Une femme âgée de 72 ans, menacée d’être expulsée de son logement, s’est pendue

Son corps a été découvert par des représentants de la force publique, venus se présenter à son domicile. Résidant dans un appartement de Vénissieux (Rhône), dans le quartier du Moulin, la femme âgée de 72 ans a été retrouvée pendue jeudi 25 avril. Le recours à la force publique venait d’être autorisé -le 18 mars dernier- afin de l’expulser de son logement. L’expulsion avait été ordonnée par décision judiciaire le 6 octobre 2011, indique la préfecture du Rhône.  »Plusieurs offres de logement de substitution lui avait été faites et elles ont toutes été refusées, alors même qu’elles étaient situées dans le même immeuble », a précisé la préfecture dans un communiqué.  La victime n’avait pas non plus « répondu aux convocations du commissariat pour faire le point de sa situation, ni donné suite à aucune demande de contact de la part des services sociaux », assure le communiqué. Révoltée, le maire PCF de Vénissieux, Michèle Picard,, s’est dite « atterrée, révoltée, tourmentée par tous ces drames qui se succèdent ».  »La première expulsion réalisée depuis la suspension de mes arrêtés, le 16 avril 2013, se termine par un suicide. Voilà l’atroce réalité de la détresse humaine et du désespoir… », a-t-elle déploré. « On nous demande de faire respecter l’ordre public et quand on veut appliquer un principe de précaution pour protéger ces familles, on nous l’interdit (…) C’est injuste et inadmissible ! », ajoute-t-elle.La municipalité de Vénissieux avait bien été informée de la situation de cette femme: « Nos services avaient contacté cette personne par courrier, dès le 25 février, pour étudier les possibilités d’intervention auprès de son bailleur privé. Un rendez-vous avait été fixé, auquel elle ne s’est pas présentée. »

Logement: »les mesures de Hollande , pas un plan de relance » (Guy Nafilyan)

Logement: »les mesures de Hollande , pas un plan de relance » (Guy Nafilyan)

 

Guy Nafilyan, président directeur général de Kaufman & Broad, invité sur BFM Business ce jeudi 21 mars (BFM Business) « C’est un plan sur le logement plein de bonnes intentions mais ce n’est pas une plan de relance. Ces mesures ne vont pas répondre à la crise aujourd’hui ». Guy Nafilyan, président directeur général de Kaufman & Broad, explique sur BFM Business ce jeudi 21 mars, que la France est dans une « situation extrêmement difficile ». Et les 20 mesures présentées par François Hollande vont mettre du temps à produire leurs effets. Pour lui, le problème actuel est le coût du foncier. « Il n’y a pas assez de terrains administrativement constructibles et il y a trop de normes« . Selon Guy Nafilyan, il y aurait déjà deux dispositions à prendre immédiatement: « libérer les PLU – ce qui ferait baisser le prix du foncier – et arrêter d’empiler les normes les unes par-dessus les autres – ce qui ferait diminuer les couts de constructions ».

 

Logement : pour une baisse de la TVA à 5% ( Borloo)

Logement : pour une baisse de la TVA à 5% ( Borloo)

Jean-Louis Borloo, président de l’Union des démocrates et indépendants (UDI), estime qu’ »il faut baisser la TVA sur le bâtiment à 5%, voire même à 2,5% pendant deux ans », pour relancer la construction de logements en France, dans une interview à paraître dans Dimanche Ouest-France.   »Fin 2013, on sera à la moitié de la production d’il y a quatre ans », déclare-t-il. « En un an et demi, on a augmenté la TVA de 100%, moitié Fillon, moitié Ayrault », souligne le député du Nord, ancien ministre, pour qui « on est en train de massacrer ce secteur » de la construction de logements.   »On en fait 900 par mois aujourd’hui ! », s’exclame-t-il : « Il faut évidemment baisser la TVA sur le bâtiment à 5%, voire même à 2,5% pendant deux ans, considérant que c’est un produit de première nécessité ». Sinon, conclut l’ancien ministre de l’Ecologie, « nous allons entrer dans la pire crise de notre histoire ».  Pour M. Borloo, il faut également « relancer les services à la personne ». Un secteur dans lequel on peut, selon lui, « faire un nouveau programme de 500.000 emplois ».

Logements neufs : les mises en chantier s’écroulent, en cause l’attentisme et le crédit crunch

Logements neufs : les mises en chantier s’écroulent, en cause l’attentisme et le crédit crunch

 

Situation de quasi credit Crunch dans le logement. Certes il y a l’attentisme des demandeurs qui escomptent encore une baisse des prix( inévitable)  mais il y a aussi surtout le resserrement du crédit par les banques qui ont nettement relevé les seuils de solvabilité des demandeurs. Nombre de transactions faisant l’objet de promesses de vente dans le neuf comme dans l’ancien sont ensuite annulées par suite de l’impossibilité d’obtenir un financement auprès des banques. Des banques conscientes de la baisse des prix et qui ne retrouveraient donc pas le montant de leur prêt en cas de défaillance de l’acheteur potentiel. Du coup la demande se tarit encore, les prix se tassent et les règles prudentielles des banques vont se durcir encore  ; un vrai cercle vicieux pour le logement. Les mises en chantier de nouveaux logements se sont effondrés de 12,9% en France pour la période allant de janvier à mars 2012, comparée à la même période en 2011, après une brutale décélération le mois précédent, a annoncé mardi le ministère du Logement. Le nombre des permis de construire pour ces mêmes logements neufs est lui aussi dans le rouge, en baisse de 0,6% sur la même période. Le mois dernier, les mises en chantier de logement avaient progressé de 2,7% et les permis de construire de 8,5% sur un an pour la période entre décembre 2011 et février 2012.

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol