Archive pour le Tag 'L’Occident'

International : la perte d’influence de l’Occident

International : la perte d’influence de l’Occident

Philippe Droz-Vincent, professeur de relations internationales : « La perte d’influence de l’Occident est une réalité prégnante .  Les modalités de l’ordonnancement global du monde sont remises en question », analyse le spécialiste du Moyen-Orient dans un entretien au « Monde ». Avant de sommer l’Europe de se ressaisir, car le désenchantement est global et ronge les sphères politique, économique, sociale et culturelle.


Professeur de relations internationales à Sciences-Po Grenoble, Philippe Droz-Vincent a travaillé sur l’autoritarisme au Moyen-Orient et ses recompositions. Il a notamment publié Military Politics of the Contemporary Arab World (Cambridge University Press, 2020) et Fighting for a Monopoly on Governance. How the Asad State « Won » the Syrian War and to What Extent (The Middle East Journal, volume 75, numéro 1, printemps 2021).

La complexité de notre monde est beaucoup plus forte que durant la guerre froide et sa mythique « stabilité » – donc sa lisibilité – bipolaire. Plus forte aussi que dans les années 1990, dont l’histoire était censée être «  finie  », même si d’aucuns diagnostiquaient la montée structurante d’un « clash de civilisations ». On assiste désormais à la déstructuration même de l’ordre international. Et la mondialisation économique, qui semblait dominante et irrésistible, se fragmente.

Ce qui est nouveau, c’est la crise profonde et la remise en question des modalités d’ordonnancement international, qui prend la forme d’institutions ou de pratiques internationales développées selon un « ordre international libéral » après 1945 et triomphantes après la fin de la guerre froide. Si cet ordre persiste, des clés de régulation qui existaient avec la relance du Conseil de sécurité, des opérations de maintien de la paix, le multilatéralisme, l’OMC, l’avancée de normes (la « grande » guerre devenue obsolescente, la justice pénale internationale), chacune avec ses limites, se sont grippées néanmoins dans les années 2010. Et la guerre en Ukraine signe un coup d’arrêt encore plus violent avec un acte délibéré de violation – par agression – de la Charte.

Face à l’Islamisme : un « désarmement » intellectuel et judiciaire de l’Occident

face à l’Islamisme : un « désarmement » intellectuel et judiciaire de l’Occident

L’Occident serait « désarmé ». Le terme est revenu en boucle, ce dimanche, dans la bouche de l’historien Georges Bensoussan et de l’avocat Thibault de Montbrial rapporte le journal Les Echos . Presque un mois après l’attaque du Hamas et alors que l’armée israélienne poursuit sa progression dans la bande de Gaza malgré des appels au cessez-le-feu, les invités du Grand Rendez-vous Europe 1 – CNews – « Les Echos » se sont inquiétés d’un aveuglement des démocraties face à la montée de l’islamisme. « La guerre de civilisation nous est imposée : l’ennemi a décidé que nous étions son ennemi […]. Nous sommes intellectuellement désarmés », a expliqué le premier. « C’est un piège tant qu’on refuse de se donner les moyens de s’en extraire. Les démocraties ont le devoir de se défendre », a renchéri le second, prônant un « sursaut ».

Selon Thibault de Montbrial, président du centre de réflexion sur la sécurité intérieure et ancien candidat malheureux aux dernières législatives sous l’étiquette des Républicains, il faut donc « être capable de dire : ça suffit ! » à une idéologie qui veut « nous détruire pour ce que nous sommes ». Et être aussi à même de « nous battre » en instaurant « une extrême sévérité politique, policière et judiciaire ». Elle doit prendre, à ses yeux, la forme d’une « immigration archicontrôlée » après « cinquante ans de politique inconséquente », et d’un élargissement de la déchéance de nationalité.

Les menaces cybernétiques russes sur l’Occident

Les menaces cybernétiques russes sur l’Occident

 Bien avant le début de l’invasion physique de l’Ukraine par la Russie, les experts en cybersécurité s’interrogeaient déjà : à quand le « gros coup » ? Par Sam Curry, Chief Security Officer de Cybereason.( la Tribune)

 

 

La Russie est en effet (tristement) célèbre pour ses capacités cybernétiques offensives, notamment suite aux attaques perpétrées telles que NotPetya et SolarWinds. Il semblait alors inévitable que toute offensive majeure menée par la Russie s’accompagne d’un recours à des attaques hybrides dévastatrices, notamment des cyber opérations contre les infrastructures critiques de l’Ukraine. Lorsque les nations occidentales, y compris les États-Unis et les membres de l’UE (parmi tant d’autres), ont apporté leur soutien à l’Ukraine, il semblait très probable qu’elles deviendraient elles aussi la cible d’une telle offensive.

Pourtant, selon toute vraisemblance, ces attaques n’ont pas eu lieu, du moins pas aux niveaux prévus. Les lumières ne se sont pas éteintes dans tout l’Occident après que la Russie a lancé des attaques contre les infrastructures critiques de ceux qui ont eu la témérité de s’allier à l’Ukraine. Il convient également de noter que l’Ukraine a bel et bien subi des attaques sur ses infrastructures critiques dans le cadre de la première salve d’attaques, notamment un assaut dévastateur sur son système de satellites Viasat.

Celui-ci n’était pas sans rappeler l’attaque NotPetya du GRU contre l’Ukraine en 2014, qui s’est propagée de manière incontrôlée au-delà de ses cibles prévues, causant des dommages collatéraux dans d’autres nations. Cette fois-ci, l’attaque n’a cependant eu que peu ou pas d’impact. Mais si diverses théories ont été avancées pour expliquer pourquoi l’Occident reste largement indemne, il convient de noter que « pas encore » ne signifie pas « jamais ».

Les pays alliés de l’Ukraine doivent continuer à se méfier d’une attaque potentielle pour de nombreuses raisons, notamment parce que le gouvernement des États-Unis, qui avait déjà été à juste titre averti de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, partage des rumeurs d’attaques potentielles. La CISA a lancé un appel urgent au secteur privé pour qu’il soit en état d’alerte et qu’il partage toute activité inhabituelle, précisément parce que ces attaques peuvent commencer n’importe où et à tout moment, et qu’il est difficile de les repérer avant qu’il ne soit trop tard.

Le problème pourrait simplement survenir plus tard que prévu, peut-être parce que les renseignements sur l’attaque en Russie n’ont été transmis qu’à un groupe très restreint.

Il est possible que la Russie ait placé ces attaques plus haut dans la progression de l’escalade et qu’elle craigne de s’exposer à une contre-attaque alors qu’elle se bat déjà sur de nombreux fronts. Il convient également de noter que la Russie ne dispose que d’un nombre limité de zero-day et d’exploits inconnus dans son arsenal, et qu’une fois ceux-ci déclenchés, les indicateurs de compromission (IOC) seront disponibles et les tactiques, techniques et procédures (TTP) deviendront rapidement obsolètes. D’où l’importance pour elle de choisir soigneusement les cibles et le moment.

La guerre elle-même est loin d’être terminée, et son issue est encore inconnue. Il est donc possible que la Russie se tourne finalement vers la cyberguerre pour renflouer ses propres coffres à mesure que le conflit et les sanctions qui l’accompagnent s’éternisent, à l’instar des activités cybercriminelles de la Corée du Nord. Même si la Russie n’opte pas pour la cybercriminalité pour faire du profit, des pirates patriotiques comme le gang des ransomwares Conti (récemment dissout et qui réapparaîtra sans doute bientôt sous un nouveau nom) se sont publiquement alignés sur les intérêts russes et tireront parti du conflit pour leurs propres bénéfices.

Même ceux qui se désintéressent complètement de la politique pourraient prendre note des secteurs mis à mal par le conflit, tels que l’énergie et l’agriculture, pour en tirer profit, sachant, grâce à leur propre suivi de l’actualité, que ces secteurs font face à une crise mondiale et seront plus prompts à payer des rançons, des vies étant en jeu.

La mauvaise nouvelle pour les industries occidentales qui s’inquiètent des attaques liées à la Russie est que le conflit a montré peu de signes d’arrêt ou même de ralentissement des activités cybercriminelles liées à la Russie, et qu’il pourrait même conduire à une accélération de ce type d’attaques. La bonne nouvelle est que la Russie elle-même ne semble pas être à l’abri de ces préoccupations.

En attendant d’en savoir plus sur l’évolution du conflit, les personnes et les organisations concernées doivent faire preuve de vigilance en renforçant leurs défenses, en appliquant des correctifs aux systèmes vulnérables le plus rapidement possible et vérifier les mises à jour. C’est aujourd’hui le minimum vital.

Protéger l’Ukraine c’est protéger l’Occident

Protéger l’Ukraine c’est protéger l’Occident

 

Dans une tribune au « Monde », le chef de l’administration présidentielle ukrainienne Andriy Yermak  demande aux Occidentaux des engagements de sécurité juridiquement contraignants, après le fiasco du mémorandum de Budapest de 1994 garantissant l’intégrité des frontières de l’Ukraine et violé par la Russie.

 

En novembre 1994, Boris Eltsine écrivait à son homologue américain Bill Clinton. L’ancien président de la Fédération de Russie exhortait les Etats-Unis et l’Occident à soutenir « un traité historique russo-ukrainien d’amitié, de coopération et de partenariat ». Un mois après la missive d’Eltsine à Clinton, les dirigeants se sont réunis à Budapest. En échange de l’abandon par l’Ukraine du troisième plus grand arsenal nucléaire du monde, les Etats-Unis, la Russie et le Royaume-Uni se sont engagés à « respecter l’indépendance, la souveraineté ainsi que les frontières existantes de l’Ukraine » et de « s’abstenir de recourir à la menace ou l’usage de la force » contre le pays.

Tragiquement pour l’Ukraine, le mémorandum de Budapest n’a pas résisté à l’épreuve du temps.

Tout d’abord, Kyiv a été manipulé par d’habiles juristes qui ont insisté pour que les engagements de sécurité pris à l’égard de l’Ukraine passent de « garanties » à « assurances ». Cette formulation nous hante encore. Ensuite, l’Occident a eu une confiance démesurée en la capacité d’Eltsine à mener la Russie sur la voie de la démocratie libérale. Les Occidentaux ont en effet oublié la présence des puissants anciens chefs des services secrets soviétiques, enragés par l’effondrement de leur ancien empire. Ces derniers, bien que cachés dans l’ombre, demeuraient très proches du président russe.

 

La Russie a enfreint le mémorandum de Budapest une première fois en 2003 lorsqu’elle a menacé de s’emparer par la force de l’île ukrainienne de Touzla, dans la mer d’Azov. Ensuite, est apparu le chantage constant sur l’approvisionnement en gaz. Et, en 2014, les troupes russes ont annexé la Crimée et ont pénétré dans l’est de l’Ukraine. Cette agression sanglante s’est ensuite transformée en une invasion militaire à grande échelle au début de cette année.

 

La Russie a conscience d’une notion que beaucoup d’Occidentaux ont oubliée : un pays qui souhaite préserver sa souveraineté ne peut y parvenir que si on le sait prêt à faire usage de la force.

Nombreux sont ceux qui pensent que le système occidental fondé sur des règles internationales – aujourd’hui menacé par la Russie – est né à la fin de la première guerre mondiale avec la politique d’« autodétermination ». A cette époque, le président américain Woodrow Wilson annonçait que « les aspirations nationales [devaient] être respectées » et que « les peuples ne [pouvaient] désormais plus être dominés et gouvernés que par leur propre consentement », ajoutant que « l’autodétermination n’est pas une simple expression ; c’est un principe d’action impératif ».

Mensonge de Poutine et bienveillance de l’Occident

 Mensonge de Poutine et bienveillance de l’Occident

Par Łukasz Kamiński, historien

« L’incapacité à évaluer correctement le communisme et à apprécier la signification du passé a fait que les signaux d’alarme indiquant que Poutine se préparait à la guerre ont été ignorés »

 

Tribune

Le matin du 24 février 2022, l’Institut ukrainien de la Mémoire nationale a envoyé une lettre à ses partenaires pour les informer de l’agression russe et de la décision de prendre les armes. Il contenait également le constat suivant : « Nous tenons à souligner une fois de plus que la guerre d’aujourd’hui entre la Fédération de Russie et l’Ukraine a été rendue possible en grande partie parce que les crimes du régime totalitaire communiste soviétique n’ont pas été condamnés de manière adéquate par la communauté mondiale. Cela se voit clairement dans les paroles et les actions du président de la Fédération de Russie ». De nombreux arguments viennent étayer cette façon d’envisager les causes de la guerre.

Malheureusement, le processus de décommunisation initié par Boris Eltsine après le putsch d’août 1991 s’est rapidement effondré. Le parti communiste, bien qu’il ait perdu des actifs, a rapidement ressuscité. Contrairement aux espoirs de Vladimir Bukovsky, les documents qu’il a extraits des archives secrètes, et qui confirment les crimes soviétiques, ne sont pas devenus le canevas d’un « second Nuremberg ».

Cela aurait pourtant permis de fonder la société russe sur des valeurs véritablement démocratiques. Condamner le mensonge, la dictature et les crimes reviendrait à promouvoir la vérité, la démocratie et la justice, et permettrait de construire une société civile. Même l’administration actuelle l’a reconnu. Il y a dix ans, le Conseil pour le Développement de la Société Civile et des Droits de l’Homme (oui, il en existe un !) sous la direction du président de l’époque, Dmitri Medvedev, a élaboré un document dans lequel il était reconnu que le décompte du passé était une condition de la modernisation de la Russie. Dans une Russie décommunisée, le KGB aurait dû être dissous, et pas seulement renommé. Les chances qu’un colonel d’une formation discréditée devienne chef d’État auraient été faibles.

Indépendamment des tentatives plus ou moins réussies de responsabilisation dans les différents pays, aucun nouveau Nuremberg n’a été organisé, ni sur le plan juridique ni même sur le plan symbolique. Les instruments existants du droit international n’ont pas été utilisés, en particulier le principe de la compétence universelle – tout Etat peut juger les crimes contre l’humanité ou le crime de génocide.

Lorsque le Livre noir du communisme a été publié pour la première fois il y a un quart de siècle, de nombreux intellectuels ont rejeté ses conclusions. Il a fallu une décennie au Parlement européen pour que les résolutions anniversaires condamnant les systèmes totalitaires incluent le mot « communisme » à côté du mot « stalinisme ». Dans la Maison de l’histoire européenne de Bruxelles, seule la première figure encore dans la section consacrée au totalitarisme. Je crois que si le nazisme et le communisme avaient été mis sur un pied d’égalité, l’Occident se serait davantage méfié d’un ancien du KGB à la tête de la Russie. Mais surtout, elle ne saurait ignorer que la source, pour comprendre sa mentalité et la nature du régime qu’il a créé, se trouve dans les racines soviétiques issues des services de sécurité. Entre-temps, l’ouverture des archives en Europe centrale et orientale (y compris les archives ukrainiennes, particulièrement précieuses) n’est devenue qu’une occasion pour les recherches des historiens et de sensations médiatiques. Ce processus n’a pas été considéré comme une occasion d’acquérir des connaissances permettant de comprendre le régime de Poutine et de contrer ses tendances agressives

Faux récit. L’incapacité à évaluer correctement le communisme et à apprécier l’importance du passé a fait que les signaux d’alarme ont été ignorés : la persécution des historiens indépendants en Russie, la réhabilitation de facto de Staline et enfin les nombreuses années de campagne de désinformation historique. Cette dernière était dirigée principalement contre l’Ukraine, mais aussi contre la Pologne et les États baltes, et plus récemment aussi contre la République tchèque et les pays occidentaux. Le fait que Poutine se soit personnellement impliqué dans la promotion du faux récit historique au cours des trois dernières années, en publiant des articles et en faisant des apparitions publiques, a été ignoré.

Cette question ne concerne pas uniquement la Russie de Poutine. La condamnation du communisme mettrait également à l’ordre du jour les relations avec la République populaire de Chine, où les crimes de Mao et de ses successeurs ont pris des proportions sans précédent. Plus de la moitié des victimes du communisme sont chinoises. Et il ne s’agit pas seulement du passé – la destruction de l’identité tibétaine et le génocide des Ouïgours se poursuivent, tout comme la persécution des groupes religieux et d’un petit nombre de dissidents. Après avoir ouvert les yeux sur la Russie, un processus similaire se produira-t-il à l’égard de la Chine ? Sommes-nous prêts non seulement à augmenter les prix du gaz et du pétrole, mais aussi à renoncer aux productions chinoises bon marché ? Un smartphone moins cher est-il plus important pour nous que la liberté, la vérité et la justice ?

Je partage la conviction de mes amis ukrainiens que le fait de ne pas avoir eu à répondre du communisme est l’une des sources de la guerre actuelle. Ils ont terminé leur lettre par les mots suivants : « Ce travail devra être fait après la victoire du monde civilisé sur l’agresseur ! ». C’est un paradoxe, mais j’ai du mal à partager l’optimisme qui émane de ces mots écrits dans Kiev sous les bombardements.

Łukasz Kamiński, historien, ancien président de l’Institut polonais de Mémoire nationale. Fondateur de l’Institut Paweł Włodkowic, un centre de recherche spécialisé dans l’héritage des systèmes totalitaires et des dictatures

 

Le lent affaiblissement des relations internationales et de l’Occident

Le lent affaiblissement des relations internationales et de l’Occident

 

De l’avenir du régime russe à l’attitude de la Chine, en passant par la pérennité des avancées européennes en matière énergétique ou de défense, les incertitudes sur l’issue de ce « conflit d’un autre âge » sont nombreuses, estime dans une tribune au « Monde » Laurent Cohen-Tanugi, avocat. Selon lui, elles portent en creux le dessein futur d’un nouveau système mondial

 

Tribune.

 

Parmi les réactions de tous ordres qu’elle peut susciter, l’invasion de l’Ukraine par la Russie de Vladimir Poutine sidère par son anachronisme. Cette agression brutale et totalement injustifiée contre un Etat souverain et pacifique en plein cœur de l’Europe, en violation flagrante du droit international et du droit des conflits armés, par des moyens conventionnels sur fond de menace nucléaire, nous renvoie en effet, avec ses millions de réfugiés, aux heures sombres de l’expansionnisme militaire hitlérien ou soviétique.

Produit d’un hypernationalisme nostalgique, elle réalise le fantasme longtemps redouté par les Occidentaux, et plus encore par les anciennes « démocraties populaires » depuis la fin de la guerre froide, d’un retour de la menace russe sur le continent européen. Tout ceci dans un monde profondément métamorphosé par les évolutions positives de la seconde moitié du XXe siècle : la construction européenne, les avancées du droit international, de la démocratie et de l’Etat de droit, la fin du monde bipolaire, la mondialisation, la révolution numérique.

A événement anachronique, réactions fortes, souvent inattendues et parfois sans précédent. Citons ici la vigueur de la résistance ukrainienne et la révélation de Zelensky en chef de guerre et maître de la communication stratégique ; l’unité politique occidentale (européenne, transatlantique et bipartisane aux Etats-Unis) retrouvée ; le plus vaste et rigoureux programme de sanctions économiques et financières jamais mis en œuvre contre un Etat ; l’assistance militaire et logistique américaine et européenne hors OTAN ; la multiplication des recours devant la justice internationale, ou encore, à l’ère des réseaux sociaux et de la responsabilité sociale des entreprises, le retrait volontaire de la plupart des grandes entreprises occidentales opérant en Russie, sous la pression de l’opinion publique internationale.

Mais au-delà de ces heureuses réactions, cette guerre d’un autre temps aura paradoxalement des retombées géopolitiques de long terme, qui marqueront le siècle. On a parfois évoqué à cet égard un « changement de paradigme » et la fin de l’après-guerre froide, avec vingt ans de retard cependant, car la parenthèse de l’après-guerre froide a en vérité brutalement pris fin le 11 septembre 2001.

Depuis le coup porté à la puissance américaine ce jour-là, les vingt dernières années ont été marquées par le retour de la politique de puissance dans les relations internationales, la géopolitisation de la mondialisation, la (re)montée en puissance des grands pays émergents (Chine, Inde, Russie, Turquie…) et l’affaiblissement corrélatif de l’Occident, suivi de la contestation de plus en plus directe des principes et valeurs de la démocratie libérale par ces régimes autoritaires.

 

Guerre en Ukraine: le jeu trouble de la Chine contre l’occident

Guerre en Ukraine: le jeu trouble de la Chine

 Depuis le début de la guerre en Ukraine, la Chine refuse de condamner les agissements de la Russie. Alice Ekman, spécialiste de l’Asie, décrypte le positionnement de Pékin et revient sur les liens étroits que les deux pays ont tissés ces dernières années ( L’Opinion)

 

Depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, la Chine marche sur des œufs : elle tâche de ne pas apparaître complètement liée à la Russie tout en ne la lâchant pas. « Cependant, la Russie reste son partenaire stratégique important et elle a réaffirmé la solidité de cette relation au niveau officiel ces dernières semaines », ajoute Alice Ekman, analyste responsable de l’Asie à l’Institut des études de sécurité de l’Union européenne.

A la veille des Jeux Olympiques d’hiver de Pékin en février, les deux pays avaient proclamé un partenariat stratégique « sans limites ». Les deux pays ont noué en quelques années des liens étroits.

Alice Ekman, analyste responsable de l’Asie à l’Institut des études de sécurité de l’Union européenne : « La Chine comme la Russie n’aiment pas trop le mot d’alliance et, de fait, elles n’ont pas signé de traité d’alliance de sécurité comme certains pays l’ont fait. C’est-à-dire que si la Chine ou la Russie sont attaquées, elles ne se sont pas engagées mutuellement à se défendre militairement. Ceci dit, leur rapprochement est significatif et continu, notamment depuis l’annexion de la Crimée en 2014. Beaucoup d’analystes estimaient qu’il s’agissait d’un mariage de raison, c’est-à-dire que la Russie se serait tournée vers la Chine par pragmatisme et tout simplement pour contourner les sanctions occidentales et trouver des débouchés économiques et pouvoir continuer à exporter ses hydrocarbures. »

Mais le rapprochement entre la Chine et la Russie va bien au-delà des relations économico-énergétiques.

Alice Ekman : « Concrètement, la Chine et la Russie ont conduit un certain nombre d’exercices militaires conjoints, au cours des huit dernières années. Elles développent des équipements militaires conjointement, par exemple un système d’alerte anti-missile. Et puis, aussi, elles renforcent leur coordination et leur coopération au sein des organisations multilatérales telles que l’ONU mais aussi l’organisation de coopération de Shanghai avec cette volonté, à terme, de marginaliser l’Occident ou en tout cas de construire une nouvelle forme de gouvernance qui ne serait plus dominée par ce qu’elles considèrent être les occidentaux, donc les Etats-Unis et les Européens.

Et on note, bien sûr, une convergence conceptuelle et idéologique entre Pékin et Moscou, entre Vladimir Poutine et Xi Jinping qui se sont rencontrés plus de 35 fois depuis 2013. Une convergence de vue sur, finalement, le nouvel ordre mondial et le fait que l’Occident serait selon eux responsable des principaux troubles mondiaux. Et on voit depuis le début de la crise en Ukraine que la Chine n’a cessé de réaffirmer de différentes façons son partenariat avec la Russie.

Malgré cette coopération sans limite, la Chine reste en retrait depuis le début de l’invasion russe en Ukraine.

Alice Ekman : « La Chine refuse de condamner la Russie depuis le début de la guerre en Ukraine. La Chine, aussi, refuse officiellement de parler d’invasion ou de guerre, ou en tout cas elle a utilisé très rarement le mot de guerre. Elle réaffirme que, selon elle, les intérêts de sécurité de la Russie sont légitimes et elle appelle, ce qui est intéressant à analyser, les Etats-Unis et l’Otan, à être à la table des négociations, c’est-à-dire, à terme, à accorder des concessions à la Russie. Au niveau officiel, la Chine se positionne clairement du côté de la Russie même si elle n’est pas satisfaite de la situation de guerre en Ukraine. Elle a du évacuer plus de 6 000 ressortissants chinois, elle avait des liens économiques non négligeables avec l’Ukraine.

Cependant, la Russie reste son partenaire stratégique important et elle a réaffirmé la solidité de cette relation au niveau officiel ces dernières semaines. Aujourd’hui, les Etats-Unis et l’Union européenne attendent que la Chine condamne officiellement les agissements de la Russie. Ce n’est clairement pas l’agenda chinois, la diplomatie chinoise ne souhaite pas répondre à ces pressions. »

Car le positionnement de Pékin à l’égard de la Russie répond à des objectifs de long terme.

Alice Ekman : « La Chine mise, à terme, sur un nouveau rapport de force avec l’Occident où, finalement, elle formerait avec la Russie un pôle anti-occidental dans les organisations internationales telles que l’ONU, mais pas uniquement, dans d’autres organisations internationales. Et à terme, elle essaierait, en tout cas c’est l’objectif, de fédérer plusieurs pays autour de ses positions pour, finalement, continuer à promouvoir ses normes, ses standards et ses intérêts économiques et technologiques, notamment dans une dimension alternative. »

La Chine pourrait notamment tenter de promouvoir Cips, son alternative à Swift, le système de virements bancaires international.

Alice Ekman : « Cips reste aujourd’hui une norme alternative qui ne fait pas référence, en tout cas pas rapport à Swift et le nombre de membres de ce système. Mais clairement, à terme, la Chine espère promouvoir des normes alternatives et, dans le contexte actuel, plusieurs pays qui font déjà face à des sanctions, on pense bien sûr à la Russie mais aussi à l’Iran, à la Corée du Nord, à la Syrie, pourraient être intéressés par les alternatives chinoises et commercer de plus en plus par ce biais et renforcer leur coopération, pas uniquement économique, mais aussi technologique puisque les deux sont de plus en plus liées. Donc les gains potentiels pour la Chine seraient des gains de long terme très hypothétiques. »

Le pari que fait la Chine pourrait cependant s’avérer coûteux ; aussi bien d’un point de vue économique qu’en termes d’image.

Alice Ekman : « Les coûts sont potentiellement très importants parce que la Chine reste très dépendante des marchés américains et européens. La Chine reste une puissance exportatrice. L’Union européenne et les Etats-Unis sont, de loin, les premiers partenaires commerciaux de la Chine, devant la Russie. Et dans ce contexte-là, si les entreprises chinoises faisaient face, à court terme, – et c’est fort probable – à des sanctions secondaires, forcément, la Chine ferait face à des conséquences économiques significatives. Tout simplement parce que de nombreuses entreprises chinoises sont présentes à la fois sur les marchés américains, européens et russes, et les coûts d’un prolongement des relations commerciales avec la Russie seraient très importants.

Donc elle a des coûts potentiellement en termes économiques. Elle peut faire face aussi à des coûts en termes d’image qui ne sont pas négligeables puisque la Chine, refusant de condamner les agissements de la Russie, se positionne, finalement, par rapport à l’Union européenne de manière totalement divergente. »

Mais pour cette spécialiste, les conséquences économiques ne suffiraient pas à infléchir la position de la Chine.

Alice Ekman : « De mon point de vue, il est peu probable que la position de la Chine évolue significativement à moyen, long terme. Pour être concrète, il est peu probable que la Chine condamne les agissements de la Russie, que la Chine appelle à adopter des sanctions contre la Russie. Ce scénario me paraît improbable compte tenu du renforcement des relations bilatérales depuis 2014 et puis des positions officielles russes et chinoises actuellement.

Par contre, la Chine pourrait accuser le coup, économiquement, avec les sanctions touchant la Russie et les sanctions secondaires touchant les entreprises chinoises. Mais encore une fois, le calcul n’est pas qu’économique dans le positionnement de la Chine, il est aussi géostratégique, conceptuel et idéologique. La Chine et la Russie partagent une certaine vision du monde, un très fort ressentiment anti-occidental et anti-Otan qui se manifeste encore dans les déclarations officielles récentes. Dans ce contexte-là, le politique et l’idéologie continueront, de mon point de vue, à guider un renforce

Poutine, produit de la faiblesse de l’occident

Poutine, produit de la faiblesse de l’occident

Ecrivain et cinéaste,  Jonathan Littell,  estime que  si le président russe croit qu’il est assez fort pour défier l’Occident, c’est parce que « tout ce que nous avons fait ou, plus précisément, pas fait depuis vingt-deux ans lui a appris que nous sommes faibles ».

 

Tribune.  

Il y a vingt-deux ans, une guerre vicieuse, déjà, a amené Vladimir Poutine au pouvoir. Depuis lors, la guerre est restée l’un de ses principaux outils. Il l’a continuellement utilisée, sans hésiter, au cours de son long règne. Poutine existe grâce à la guerre, et a prospéré par la guerre. Espérons maintenant que c’est encore une guerre qui causera sa chute.

En août 1999, Vladimir Poutine, alors inconnu du grand public, fut nommé premier ministre quand son prédécesseur refusa de soutenir une réinvasion totale de la Tchétchénie. Poutine, lui, était prêt, et en retour de leur soutien inconditionnel il lâcha la bride aux militaires, leur permettant de laver leur humiliante défaite de 1996 dans le sang et dans le feu. La nuit du 31 décembre 1999, un Boris Eltsine vieilli et brisé démissionna, transmettant la présidence comme un cadeau au nouveau venu. En mars 2000, après avoir fameusement juré de « buter les terroristes jusque dans les chiottes », Poutine fut triomphalement élu président. A l’exception de quatre ans comme premier ministre (2008-2012), il règne sur la Russie depuis lors.

Je suis revenu travailler en Tchétchénie, comme humanitaire, dès le début de la seconde guerre. En février 2000, j’ai dîné dans la région avec Sergueï Kovalev, le grand défenseur russe des droits de l’homme, et je lui ai posé la question qui était alors sur toutes les lèvres : qui donc était ce nouveau président inconnu ? Qui était Poutine ? Je peux encore citer de mémoire la réponse de Kovalev : « Vous voulez savoir qui est Vladimir Poutine, jeune homme ? Vladimir Poutine est un lieutenant-colonel du KGB [les services de renseignement soviétiques]. Et vous savez ce que c’est, un lieutenant-colonel du KGB ? Rien du tout. »

Ce que Kovalev voulait dire, c’est qu’un homme qui n’avait jamais dépassé ce rang, qui n’avait jamais même été promu colonel, était un simple agent de peu d’envergure, incapable de penser stratégiquement, incapable de planifier plus d’un coup en avance. Et s’il est vrai que Poutine, en vingt-deux ans de pouvoir, a immensément grandi en stature et en expérience, je pense que feu Kovalev avait fondamentalement raison.

Poutine, toutefois, se révéla vite un brillant tacticien, surtout lorsqu’il s’agissait d’exploiter les faiblesses et les divisions de l’Occident. Il mit des années à écraser les Tchétchènes et à installer un satrape à sa botte, mais il réussit. En 2008, quatre mois après que l’OTAN a promis un chemin vers l’accession à l’Ukraine et la Géorgie, il réunit ses armées pour des « manœuvres » à la frontière géorgienne et envahit le pays en cinq jours, reconnaissant l’indépendance de deux « républiques » sécessionnistes. Les démocraties occidentales protestèrent, et ne firent presque rien.

Poutine et Xi Jinping : l’union de deux dictateurs mafieux contre l’Occident

Poutine et Xi Jinping : l’union de deux dictateurs mafieux contre l’Occident

Il est clair que Poutine et Xi Jinping    s’entendent comme larrons en foire pour dénoncer l’attitude d’hostilité de l’Occident. En réalité, il s’agit surtout pour les deux dictateurs d’utiliser les discours nationalistes pour conforter leur régime antidémocratique. Accessoirement aussi pour leur permettre- à eux et à l’entourage -de se servir largement dans les caisses de l’État.

Comment pourrait-on expliquer autrement que des oligarques russes ou chinois soient devenus milliardaires en quelques années et même les plus riches de la planète ? On meurt encore de faim et beaucoup du covid en Russie par exemple mais les oligarques rachètent usines et clubs de football en Occident. Même chose pour les proches du parti communiste chinois qui eux investissent surtout et sur tout en Occident en rachetant des sociétés, des ports, des infrastructures et même des terres cultivables.( En particulier en Afrique et grâce aussi à la corruption).

Le pire sans doute le plus ridicule c’est que les deux pays revendiquent être des modèles de démocratie n’hésitant pas à déclarer

que «la démocratie ne se construit pas selon un modèle unique» et fustigeant «les tentatives de certains pays d’imposer leurs normes démocratiques à d’autres pays…». L’«hégémon» américain est, à nouveau, particulièrement pointé du doigt. Des propos, fort peu inédits, formulés alors que nombre de chefs d’État ont boudé vendredi les cérémonies à Pékin, en particulier à cause des violations des droits de l’homme à l’encontre des Ouïgours du Xinjiang.

Dans les deux cas les principes antidémocratiques ce ressemblent. Toute opposition est évidemment interdite et toute contestation du régime conduit à la prison ou au cimetière. Des dizaines de milliers de Russes en ont été victimes et sans doute des millions en Chine.

Répression des : Ouïghours: L’Occident sanctionne la Chine

Répression des : Ouïghours:  L’Occident sanctionne la Chine

 

Les gouvernements occidentaux tiennent  Pékin pour responsable des détentions massives de Ouïghours musulmans dans le nord-ouest de la Chine, où les États-Unis affirment que la Chine est en train de commettre un génocide.

Des militants et des experts des droits de l’ONU affirment qu’au moins 1 million de musulmans ont été détenus dans des camps du Xinjiang. Les militants et certains politiciens occidentaux accusent la Chine de recourir à la torture, au travail forcé et aux stérilisations. La Chine affirme que ses camps offrent une formation professionnelle et sont nécessaires pour lutter contre l’extrémisme.

«Au milieu d’une condamnation internationale croissante, (la Chine) continue de commettre un génocide et des crimes contre l’humanité au Xinjiang», a déclaré le secrétaire d’État américain Antony Blinken dans un communiqué avant les réunions avec les ministres de l’UE et de l’OTAN à Bruxelles cette semaine.

Le ministère canadien des Affaires étrangères a déclaré: «De plus en plus de preuves indiquent que les autorités chinoises commettent des violations systémiques des droits de la personne par l’État.

L’Union européenne a été la première à imposer des sanctions lundi à quatre responsables chinois, dont un directeur de la sécurité de haut niveau, et une entité, une décision reflétée plus tard par la Grande-Bretagne et le Canada.

Les personnes également visées par les États-Unis étaient Chen Mingguo, directeur du Bureau de la sécurité publique du Xinjiang et un autre haut fonctionnaire de la région, Wang Junzheng.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol