Archive pour le Tag 'l’obésité'

L’ exercice physiques pour lutter contre l’obésité

L’ exercice physiques pour lutter contre l’obésité

Le surpoids et l’obésité touchent aujourd’hui en France près d’une personne sur deux et ils continuent à progresser, quels que soient l’âge et le milieu social. Le surpoids est défini par un indice de masse corporelle (IMC) supérieur ou égal à 25 et l’obésité par un IMC supérieur ou égal à 30 (à noter que l’IMC est calculé en faisant le rapport du poids sur la taille au carré). L’excès de poids induit un fardeau sur la santé puisqu’il est responsable de nombreuses complications comme l’hypertension artérielle, le diabète, la dyslipidémie… Ces pathologies associées à l’obésité diminuent l’espérance de vie en bonne santé et exposent à une mortalité prématurée.

par Cédric Moro
Directeur de Recherche, Inserm dans The conversation

L’activité physique, en prévention des complications de l’obésité
Il est maintenant largement admis que l’activité physique protège contre ces pathologies. Depuis 2016, les médecins peuvent également prescrire l’activité physique sur ordonnance comme thérapie de prévention et traitement d’un certain nombre de maladies chroniques non transmissibles, dont l’obésité et le diabète.

Une expertise collective de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), restituée en 2019 au ministère des sports, recommande que l’activité physique soit prescrite en première intention, avant tout traitement médicamenteux, dans le traitement de l’obésité et de ses complications.

Les bénéfices de la pratique d’une activité physique l’emportent sans conteste sur les risques encourus, quel que soit l’âge et l’état de santé des personnes. D’après les données de la cohorte « Aerobics Center Longitudinal Study » (suivi longitudinal de 6,4 ans), quand la condition physique s’améliore, la mortalité diminue.

De manière chiffrée, cette étude explique qu’une augmentation de condition physique de 1 équivalent métabolique (ou 1 MET pour « metabolic equivalent of task »), qui correspond à une dépense d’énergie au repos assis, est associée à une diminution de 15 % de la mortalité, toutes causes confondues, et à une diminution de 19 % de la mortalité cardiovasculaire.

La prescription d’exercices physiques améliore également le statut métabolique des personnes en situation de surpoids et d’obésité en diminuant la pression artérielle, le « mauvais » cholestérol et la glycémie. Chez les personnes en situation d’obésité et de diabète, l’activité physique (150 minutes par semaine) entraîne une baisse de la mortalité entre 30 % et 40 %, toutes causes confondues, et une baisse de la mortalité cardiovasculaire entre 25 % et 40 %.

L’activité physique prescrite seule ne semble pas suffisante pour induire une perte de poids significative, en raison d’une compensation par la prise alimentaire. Cependant, en association avec une restriction calorique, l’activité physique potentialise la perte de poids et facilite le maintien à long terme de la perte de poids.

Une étude préconise que les programmes d’activité physique devraient mettre l’accent sur la diminution du tour de taille, qui reflète la masse grasse viscérale, plutôt que le poids.

Les programmes d’activité physique destinés aux personnes en situation d’obésité doivent mettre l’accent sur la diminution du tour de taille, qui reflète la masse grasse viscérale, plutôt que sur le poids.
Et des données des méta-analyses (analyses systématiques combinant les résultats de dizaines d’études randomisées contrôlées) indiquent par ailleurs que des exercices de type aérobie ou d’endurance modérés à intenses (type randonnée, marche nordique, course à pied, vélo, aquagym…) continus, ou par intervalle de haute intensité, diminuent le tour de taille et la quantité de graisse viscérale.

Les programmes combinant des exercices de type aérobie et de résistance ou renforcement musculaire (type squat, développé couché, rameur, l’appareil de musculation appelé presse…) pratiqués en alternance, c’est-à-dire sur des jours différents, apportent des bénéfices maximaux chez les personnes en situation d’obésité et de diabète, en augmentant la force musculaire et en améliorant l’équilibre glycémique (c’est-à-dire en diminuant l’hémoglobine glyquée).

(L’hémoglobine glyquée, ou HbA1c, est le reflet d’une glycémie moyenne sur 2 ou 3 mois et un marqueur du risque de complication du diabète à long terme, ndlr).

Dans le cas de l’obésité et du diabète, les programmes devraient viser des volumes de 2,5h d’activité physique modérée à intense par semaine pour obtenir les meilleurs bénéfices sur la santé. Des études récentes indiquent également que la période de la journée pendant laquelle l’exercice physique est pratiqué influencerait les bénéfices en santé. Un exercice pratiqué le matin favoriserait la perte de poids tandis qu’un exercice pratiqué l’après-midi serait favorable pour l’équilibre glycémique.

L’activité physique induit des adaptations facilitant la mobilisation des graisses (processus appelé lipolyse) par les tissus adipeux et leur utilisation (processus appelé oxydation lipidique) par les muscles locomoteurs. Notre équipe a montré que l’entraînement en endurance améliore la sensibilité du tissu adipeux aux principales hormones lipolytiques (ce sont les hormones de dégradation des lipides, comme les catécholamines et le peptide atrial natriurétique) et restaure en partie les défauts de lipolyse, c’est-à-dire les difficultés à mobiliser les graisses chez des sujets en surpoids ou obèses.

L’exercice physique est connu de longue date pour stimuler l’utilisation des graisses (lipides) par les muscles. Ce phénomène s’observe chez des individus entraînés en endurance par rapport à des personnes non entraînées, ainsi que chez des individus en situation d’obésité soumis à un programme d’entraînement en endurance de deux mois, à raison de trois séances par semaine.

En résumé, l’activité physique peut être utilisée comme un traitement efficace de l’obésité et de ses complications. Une pratique régulière de 30 minutes à 1 heure d’activité physique par jour confère de très nombreux bénéfices en santé et prolonge l’espérance de vie en bonne santé.

Après les États-Unis, l’obésité menace les jeunes en France .

Après les États-Unis, l’obésité menace les jeunes en France

D’après une étude menée par l’Inserm avec la Ligue contre l’obésité interrogeant 10.000 adultes français en 2020, 47,3 % sont en surpoids ou obèses, soit près d’une personne sur deux dans l’Hexagone.

• Si cette proportion semble se stabiliser avec le temps, il y a plus inquiétant. D’après les auteurs, on compte 17 % de personnes atteintes d’obésité en France, contre 15 % en 2012. Une proportion multipliée par deux depuis 1997, lors des premières études menées sur le territoire français.

À peu près le même phénomène qu’aux États-Unis où ils sont 93 millions, soit près de 40% de la population. Parmi les origines de ce mal : une alimentation déséquilibrée et le manque d’activité physique.

L’obésité touche près de 14 millions d’adolescents… Pour lutter contre ce phénomène, la ville de Phœnix en Arizona a décidé de créer un internat d’un nouveau genre. Des jeunes filles de 13 à 18 ans y passent 4 mois pour réapprendre à vivre sainement.

En France, La proportion de personnes obèses a été multipliée par 4 chez les 18-24 ans depuis 1997, et par 3 chez les 25-34 ans. Le médecin pointe notamment du doigt la transformation de nos modes de vie, de plus en plus sédentaires , qui favorisent la prise de poids. « Il y a un contexte obésogène favorisé par les aliments industriels », pointe Karine Clément, professeure de nutrition et directrice de l’unité Inserm « Nutrition et obésités : approches systémiques ». Elle explique notamment le besoin de réaliser un effort global pour rétablir une alimentation naturelle et traditionnelle, ajoutant que si la crise sanitaire a poussé les Français à cuisiner davantage, elle a aussi entraîné une réduction de l’activité physique.

Le sujet de l’obésité est revenu sur le devant de la scène avec la crise sanitaire. Peu après le début de l’épidémie de Covid, de nombreuses études ont montré que l’obésité et les comorbidités qui y sont liées (diabète, problèmes cardiovasculaires) multipliaient les chances de formes graves de la maladie. Pour autant, d’après les auteurs de cette nouvelle étude, l’obésité n’est pas encore suffisamment considérée comme une maladie à part entière.

Comme aux États-Unis, l’obésité menace les jeunes en France

Comme aux États-Unis, l’obésité menace les jeunes en France

D’après une étude menée par l’Inserm avec la Ligue contre l’obésité interrogeant 10.000 adultes français en 2020, 47,3 % sont en surpoids ou obèses, soit près d’une personne sur deux dans l’Hexagone.

• Si cette proportion semble se stabiliser avec le temps, il y a plus inquiétant. D’après les auteurs, on compte 17 % de personnes atteintes d’obésité en France, contre 15 % en 2012. Une proportion multipliée par deux depuis 1997, lors des premières études menées sur le territoire français.

À peu près le même phénomène qu’aux États-Unis où ils sont 93 millions, soit près de 40% de la population. Parmi les origines de ce mal : une alimentation déséquilibrée et le manque d’activité physique.

L’obésité touche près de 14 millions d’adolescents… Pour lutter contre ce phénomène, la ville de Phœnix en Arizona a décidé de créer un internat d’un nouveau genre. Des jeunes filles de 13 à 18 ans y passent 4 mois pour réapprendre à vivre sainement.

En France, La proportion de personnes obèses a été multipliée par 4 chez les 18-24 ans depuis 1997, et par 3 chez les 25-34 ans. Le médecin pointe notamment du doigt la transformation de nos modes de vie, de plus en plus sédentaires , qui favorisent la prise de poids. « Il y a un contexte obésogène favorisé par les aliments industriels », pointe Karine Clément, professeure de nutrition et directrice de l’unité Inserm « Nutrition et obésités : approches systémiques ». Elle explique notamment le besoin de réaliser un effort global pour rétablir une alimentation naturelle et traditionnelle, ajoutant que si la crise sanitaire a poussé les Français à cuisiner davantage, elle a aussi entraîné une réduction de l’activité physique.

Le sujet de l’obésité est revenu sur le devant de la scène avec la crise sanitaire. Peu après le début de l’épidémie de Covid, de nombreuses études ont montré que l’obésité et les comorbidités qui y sont liées (diabète, problèmes cardiovasculaires) multipliaient les chances de formes graves de la maladie. Pour autant, d’après les auteurs de cette nouvelle étude, l’obésité n’est pas encore suffisamment considérée comme une maladie à part entière.

Forte hausse prévisible des maladies liées à l’alcoolémie et à l’obésité

Forte hausse prévisible des maladies liées à l’alcoolémie et à l’obésité

Selon une étude britannique si la consommation d’alcool et l’évolution du poids des Français restent en l’état, le pays enregistrera d’ici 2030 73.000 nouveaux cas de cirrhoses, 55.000 nouveaux cas de cancers du foie et 61.000 nouveaux cas d’autres maladies chroniques du foie, selon cette étude rendue publique à l’occasion du Congrès européen sur l’obésité (10-13 mai), organisé en ligne à cause de la pandémie de Covid-19. Ses auteurs prédisent aussi 425.000 nouveaux cas de maladies coronariennes et 550.000 AVC.

L’étude a été réalisée par HealthLumen, société britannique spécialisée dans les modélisations sur les questions de santé, et l’Association européenne pour l’étude du foie (EASL). Ces modélisations sont des outils informatiques qui permettent d’établir des prévisions pour les années à venir, sur la base de données de santé existantes.

L’étude en question est basée sur l’évolution du poids des Français d’une part et leur consommation d’alcool de l’autre. Pour le premier paramètre, en se basant sur les tendances actuelles, le modèle prévoit une hausse de l’obésité sur la période (de 17,8% à 27,3% de la population chez les hommes, et de 19,3% à 31,3% chez les femmes). Pour le second, les chercheurs ont pris comme base une consommation de 52,5 unités d’alcool par semaine chez les hommes en moyenne et 35 chez les femmes.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol