Archive pour le Tag 'livrets'

Livrets A : chute du nombre

Livrets A : chute du nombre

 

 

Le nombre de livrets A a  connu une baisse spectaculaire en 2016. En cause,  un grand nombre de clôtures de comptes inactifs découlant de l’application de la loi Eckert pour les comptes inactifs. Une baisse qui n’est pas compensée par des ouvertures du fait du peu d’intérêt que représente la rémunération. Le nombre de Livrets A détenus par des particuliers a chuté de 5,3 millions l’an passé en France. A fin 2016, il y avait 55,8 millions de ces livrets détenus par des personnes physiques, selon le rapport annuel de l’Observatoire de l’épargne réglementée, publié mercredi par la Banque de France.  La baisse vient des réseaux « historiques », à savoir la Poste et les Caisses d’épargne, qui avaient le monopole jusqu’au 1er janvier 2009 (et le Crédit mutuel pour le livret « bleu »), « sous l’effet de l’apurement des livrets inactifs » (solde net négatif de 5,6 millions de comptes) fait valoir le rapport annuel de l’observatoire. Même tendance en termes de collecte, laquelle est en légère baisse chez les réseaux historiques, mais positive chez les « nouveaux réseaux » (+4,4 milliards d’euros). La part de marché de la Poste et des Caisses d’épargne dans les encours diminue progressivement, à 64,6% fin 2016 contre 67,8% il y a trois ans, au profit des autres banques. L’encours total des Livrets A détenus par les particuliers est en léger repli, à 244,1 milliards d’euros (- 400 millions), sur un total de 259,4 milliards (y compris les personnes morales, telles que les associations, les syndicats de copropriétaires et les organismes de HLM), en légère augmentation (+3,6 milliards). Le niveau moyen de l’encours d’un Livret A détenu par un particulier a augmenté à 4.375 euros contre 4.003 euros en 2015. Moins de 10% des livrets ont un solde proche du plafond légal de 22.950 euros mais ils pèsent 45% des encours, tandis que les petits comptes (moins de 150 euros) représentent 41% des livrets (et 0,3% des encours). Le Livret A ne représente que 5,2% de l’ensemble du patrimoine financier des ménages résidents, estimé à 4.764 milliards d’euros, dominé par l’assurance-vie et les placements en actions.

Une future imposition des livrets A

Une future imposition des livrets  A

 

Il est clair que les détenteurs de livret à n’appartiennent pas à la catégorie des grands capitalistes et des grands spéculateurs ; ces derniers placent leur patrimoine financier sur des produits autrement plus rémunérateurs. Par ailleurs, notons que le rendement des livrets A devient insignifiant. Pour autant,  il semblerait que le gouvernement envisage de fiscaliser le livret A. Il ne faudra pas s’étonner si les détenteurs de livret A préfèrent  alors laisser dormir leur épargne sur les comptes courants. Depuis de nombreux mois les lobbys financiers (la Banque de France, laquelle de dépôt, les banques privées) tentent de faire réduire encore la rémunération du livret A en abaissant le taux de 0,75 %. Encore une fois un taux insignifiant si l’on tient compte de l’évolution réelle des prix de la consommation des ménages. La France compte plus de 62 millions de liverts et en 2016, la collecte a atteint 1,75 milliard d’euros, selon la Caisse des dépôts. Les intérêts acquis restent exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux, même si son taux a été régulièrement abaissé par les gouvernements successifs. En 1983, ce taux était en effet à un plus haut historique de 7,5% avant de baisser à 2% en 2005. Nicolas Sarkozy l’avait relevé à 4% le 1er février 2008 – respectant de fait une promesse de campagne -, mais la crise économique l’a forcé à l’abaisser un an plus tard. Le 1er août 2015, François Hollande a finalement fixé ce taux à… 0,75%. Le livret a pourrait être soumis à la fiscalité notamment à la CSG (Contribution sociale généralisée) et à la CRDS (Contribution pour le remboursement de la dette sociale). Le Conseil des prélèvements obligatoires rendra prochainement un rapport sur ce sujet qui servira de base aux réflexions.

Les livrets d’épargne pas assez taxés ?

Les livrets d’épargne pas assez taxés ? 

 

Sous prétexte de dépassement du plafond autorisé concernant les livrets d’épargne le fisc envisage de taxer ces derniers. Alors  que la rémunération est déjà dérisoire, ce qui explique la baisse régulière de la collecte ;  certes, on constate certains dépassements mais on ne peut pas considérer le livret d’épargne comme un outil de spéculation ou d’optimisation fiscale. Le fisc reproche cependant aux établissements bancaires d’être trop laxistes dans la gestion des livrets réglementés. Il les accuse notamment d’accepter que leurs clients déposent de l’épargne sur un compte qui a déjà atteint le plafond fixé par la loi. D’après le dernier rapport de l’Observatoire de l’épargne réglementée, 3,5% des livrets A ouverts à fin 2014 disposaient d’encours supérieurs au plafond de 22.950 euros. Pour les LDD, 13,8% des comptes dépassaient le seuil des 12.000 euros réglementaires tandis que pour le LEP, 37,9% des comptes disposaient d’un encours supérieurs au plafond de 7700 euros.Sur les 61,6 millions de livrets A ouverts en 2014, ils représentaient 20% des encours totaux, soit environ 50 milliards d’euros. Pour le LDD, les dépassements de plafonds pèsent 41,4% des encours (environ 42 milliards) tandis que pour les LEP, ils représentent 68,5% de l’encours total (31,8 milliards). Les intérêts versés sur ces sommes étant défiscalisés, l’administration fiscale s’estime lésée. Elle mène donc une lutte acharnée contre ces pratiques, multipliant les sanctions à l’encontre des établissements. Le barème des amendes a par ailleurs été durci: désormais, le fisc applique une amende égale au montant des intérêts versés sur les comptes en anomalie avec un minimum de 75 euros par compte. Les banques, qui dénoncent un acharnement, ont déjà obtenu une victoire: «Le Conseil d’Etat a rendu un arrêt le 9 mars dernier qui conclut que les procès-verbaux établis par l’administration fiscale ne sont pas valides. C’est pourquoi il y aura sans doute de plus en plus de décisions dans ce sens dans les mois qui viennent», souligne Blandine Leporcq. Les établissements ont par ailleurs sollicité l’intervention du ministre des Finances Sapin dans ce conflit. Pour le moment, pas de réponse de sa part. «Nous sommes en discussions avec l’administration pour résoudre la question», assure-t-on du côté de la Fédération bancaire française. En attendant, les clients ne sont pas concernés. «Aucun risque pour leur épargne», assure cette dernière.

(Avec le Figaro)

Il faut vider les livrets A

Il faut vider les livrets A

 

 

Inutile de conserver d’un livret A qui ne rapporte strictement rien, surtout depuis la décision du gouvernement de ramener la rémunération de 1 %( déjà ridicule)  à 0.75%. D’ailleurs c’est encore la baisse en juin. Avant même l’annonce lundi d’une nouvelle baisse du taux de rémunération des Livrets A, les épargnants ont montré dès le mois de juin de nouveaux signes de désamour à l’égard de ce produit d’épargne. Les retraits ont été supérieurs aux dépôts à hauteur de 120 M€, selon des données publiées mardi par la Caisse des dépôts.  Les experts appellent cela la «décollecte».   Et les petits épargnants n’en finissent plus de ponctionner leurs Livrets A. Sur les six premiers mois de l’année, ces comptes affichent une décollecte nette de 2,45 Mds€. L’évolution à la baisse de leur taux d’intérêt, fixé par la Banque de France et le ministère des Finances, n’encouragera pas à revenir y déposer ses économies. Actuellement rémunéré à 1%, le Livret A verra son taux baisser à 0,75% au 1er août, un plus bas historique expliqué par la faiblesse actuelle de l’inflation. En réalité une inflation calculée par l’INSEE partir d’un indicateur obsolète qui ne tient pas compte de la nature et du volume de la consommation (phénomène de la déformation de la structure de consommation des ménages sous l’effet de la crise). L’inflation est en réalité proche de 1.5% du faat surtout des augmentations enregistrées dans les services. Dès lors il faut vider les livrets A pour contraindre le gouvernement à offrir une rémunération décente.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol