Archive pour le Tag 'l’Italie'

l’Euro 2020 : « L’Italie et l’Angleterre, Deux exemples de « non-starification »

 l’Euro 2020 : « L’Italie et l’Angleterre, Deux exemples de  « non-starification »

 

D’une certaine manière Arsène wenger  le célèbre entraîneur de Monaco mais surtout d’Arsenal met en cause le phénomène de starification ( Ces vedettes qui ont la grosse tête) qui sans doute a coûté cher à l’équipe de France. Il observe en effet que deux équipes ont évité ce piège et se retrouvent en finale à savoir l’Angleterre et l’Italie. (Interview dans le JDD). En creux, on peur voir  une certaine critique de l’équipe de France qui sur le papier comportait  sans doute les plus grandes stars du football européen mais qui sur le terrain sauf contre l’Allemagne a été plutôt pitoyable.

Une finale Angleterre-Italie à Wembley : est-ce la meilleure issue possible pour cet Euro?
Oui, ce sont les deux équipes qui ont eu les performances les plus constantes. Elles ont été très fortes défensivement, et c’est ce qui permet de survivre. Au-delà de ça, le tournoi a révélé l’extraordinaire force du football européen. Des quatre demi-finalistes de la Coupe du monde 2018, il ne restait que l’Angleterre dans le dernier carré de cet Euro. Un tel turnover dans un intervalle aussi court, c’est très rare. Ça prouve que l’Europe est sur le toit du monde. Le fossé se creuse avec les autres. En tant que responsable du développement du football à la Fifa, je trouve ça inquiétant.

Une grande partie de l’Italie reconfinée pour trois semaines

Une grande partie de l’Italie reconfinée pour trois semaines 

  • Des mesures très restrictives ont été prises sur une grande partie de l’Italie en raison de la montée catastrophique des contaminations en particulier du variant britannique. Depuis lundi matin, la moitié des régions transalpines sont reconfinées pour trois semaines .

Le confinement est particulièrement restrictif : il est désormais interdit de sortir de son domicile sans une attestation de déplacement. Exactement comme il y a un an, lors du premier confinement. Touts les établissements scolaires sont fermées, de la maternelle à l’université, laissant 7 millions d’élèves italiens à la maison.

Un tour de vis drastique voulu par le gouvernement italien pour endiguer une accélération de la contamination depuis le 1er février et alléger la pression sur les hôpitaux au bord de la saturation. L’Italie a été largement touchée par une troisième vague du coronavirus dû au variant britannique, désormais majoritaire. Le ministre de la Santé table sur une amélioration de la situation dans la seconde moitié du printemps.

 

Mario Draghi, le docteur de Goldman Sachs au chevet de l’Italie

 

Mario Draghi, le docteur de Goldman Sachs au chevet de l’Italie

 

 

Le sauveur Super Mario est appelé à la rescousse de l’Italie pour sauver son pays. Et la plupart des observateurs de souligner les talents exceptionnels de l’intéressé notamment lorsqu’il était à la tête de la banque centrale européenne lui attribuant même le sauvetage de l’euro. On a oublié ses piètres résultats comme gouverneur de la banque d’Italie. De la même manière qu’on a oublié que l’ancien responsable de Goldman Sachs pour l’Europe avait maquillé les chiffres de la Grèce pour favoriser son entrée dans l’union économique. Une entrée qui ensuite avait coûté très cher non seulement à l’union économique mais aussi à la Grèce. Avec le temps ,on trouve des vertus au vieux cacique. Pas étonnant , personne ne maîtrise plus rien en Italie. Ni sur le plan de la crise sanitaire ni sur le plan de la très grave dépression économique plus importante encore qu’ailleurs. En outre la classe politique est complètement divisé. En plus elle redoute de nouvelles élections qui pourraient favoriser le retour des troupes de Salvini et de l’extrême droite. On rappelle le bon docteur de Goldman Sachs pour  sauver l’Italie en même temps que pour éviter que l’immense enveloppe financière dont doit bénéficier l’Italie ne soit détournée notamment par des partis politiques ou la mafia.  Du coup , super Mario se voit attribuer des vertus qui doivent le surprendre lui-même. Mais comme d’habitude en Italie, pour combien de temps ?

Endettement : l’Italie veut effacer la dette Covid !

Endettement : l’Italie veut effacer la dette Covid !

 

L’Italie a trouvé la solution financière pour boucher le trou de l’endettement. Il suffit tout simplement de supprimer la dette  Corona virus. Même la France dans la gestion n’est pas exemplaire n’appuie pas évidemment cette proposition fantaisiste de l’Italie. La dette structurelle était déjà très importante mais avec la crise sanitaire elle va encore gonfler pour atteindre environ 160 % du PIB italien soit 2700 milliards.

 

Il est clair que cette dette ne pourra être apurée en quelques années mais de la à faire défaut il y a un pas pourrait affecter la crédibilité de la monnaie européenne. S’il Italie et d’autres devaient s’engager dans cette voie, il est clair que cela provoquerait une chute conséquente et brutale de la monnaie européenne avec ses conséquences en termes d’inflation et de taux d’intérêt. Bref une position irresponsable qui ne risque pas d’être appuyée par d’autres pays même si effectivement il faudra le moment venu convenir des dispositions pour amortir sur une très longue période les énormes liquidités accordées par la banque centrale ( et les banques bien sûres). Le système financier italien est déjà très fragile et cette position politique pourrait signifier l’écroulement complet du système financier italien

Covid-19 : l’Italie, la France et l’Espagne les plus touchées

Covid-19 : l’Italie, la France et l’Espagne les plus touchées  

 

Les  experts de l’OFCE tentent de comprendre pourquoi tous les pays n’ont pas subi cette parenthèse inédite avec le même degré d’intensité. Dans leur dernière étude , ils relèvent une nette hétérogénéité des situations géographiques et sectorielles à partir des données du mois d’avril, le mois où la population mondiale en confinement a atteint son pic.

 

Au total, la chute du PIB mondial est totalement hors normes, estimée à 19 % au cours de ce mois d’interruption brutale d’activité. Le commerce mondial a reculé de 25 %. Mais le choc de la demande enregistré par les pays concernés varie de l’un à l’autre car il est fonction non seulement de la rigueur du confinement mais aussi de la spécialisation sectorielle et du degré d’ouverture des économies.

En Europe, l’Espagne (-39 %), l’Italie (-36 %) et la France (-36 %) apparaissent clairement comme les principales victimes du coronavirus. La corrélation avec la dureté du confinement est sans équivoque mais s’y ajoute le contrecoup de l’arrêt instantané du tourisme, secteur nourricier dans ces pays. L’Allemagne (-24 %) et les Etats-Unis (- 22 %) semblent moins impactés. « L’Allemagne connaît les pertes domestiques les plus modérées, note l’OFCE, mais le pays souffre de sa forte exposition à la demande étrangère » qui se traduit par l’ effondrement de la demande qui lui est adressée. Les Etats-Unis eux, limitent l’impact du choc par leur relative fermeture commerciale.

Coronavirus: toute l’Italie en isolement

Coronavirus:  toute l’Italie en isolement

En 24 heures, près de 2000 infectés supplémentaires , 100 décès supplémentaires, soit le début de la crise ,près de 500. Au total ,près de 10 000 infectés. L’Italie est le pays du monde le plus touché après la Chine. Dans le confinement, les  rassemblements publics sont tous  interdits. Les Italiens sont condamnés à demeurer à domicile et à ne pas travailler. Sauf exception et urgence. Une situation qui va évidemment comporter de graves conséquences sur le plan économique notamment industriel et touristique. La croissance devrait nettement plonger dans le rouge comme le déficit budgétaire qui devra  dépasser les mythiques 3 % du PIB de  l’Europe .

Les réseaux de transports publics resteront en revanche opérationnels.

Avec 97 décès supplémentaires en 24 heures, l’Italie dénombrait lundi soir 463 morts liées au coronavirus pour un total de 9.172 cas confirmés, contre 7.375 la veille.

La maladie aura un impact sur le déficit budgétaire de l’Italie, qui dépassera sans doute “un peu” l’objectif de 2,5% du PIB obtenu pour cette année auprès de la Commission européenne, a dit Giuseppe Conte.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol