Archive pour le Tag 'l’intoxication'

Achat d’avis en ligne : Stopper l’intoxication et les manipulations

Achat d’avis en ligne : Stopper l’intoxication et les manipulations

Les décisions des consommateurs sont aujourd’hui largement influencées par les notes et commentaires sur les produits et les services consultés en ligne. Mais cette tendance s’est accompagnée par la prolifération de faux avis. Un fléau qui ne doit pas conduire à la suppression des avis. Par Clément Poupeau, directeur Ventes et Marketing chez Guest

 

 

Les avis clients se multiplient à travers le web. Sous forme d’étoiles, de notes, de commentaires et même de vidéos, ils influencent fortement les décisions des consommateurs. Et pour cause, ces derniers ne prennent plus une décision sans avoir le réflexe de la recherche en ligne. Rien qu’en France, plus de 75 % affirment notamment qu’ils consultent activement les avis clients pour obtenir des informations sur une entreprise qui les intéresse (1).

Malheureusement, certains professionnels décident d’avoir recours à des pratiques trompeuses pour attirer le consommateur. Pire, des entreprises vont même jusqu’à ternir l’image de leurs concurrents pour se démarquer. Comment ? En achetant de faux avis. Rien que sur l’année 2020, Amazon en a supprimé plus de 200 millions sur sa marketplace (2). Alors, bonne ou mauvaise idée ? Après tout, les avis clients en ligne représentent le premier critère de choix d’une entreprise pour la majorité des Français, selon un rapport IFOP dédié à leurs décisions d’achat (1). Est-il nécessaire de les tromper pour mieux les convaincre ?

L’achat de faux avis en ligne est considéré comme une pratique commerciale trompeuse aux yeux de la loi française. Après tout, l’idée est bien de mettre en valeur une entreprise ou d’écorner l’image d’un concurrent par le biais d’une communication trompeuse. Alors même que la publication d’avis en ligne, contrairement à la pratique publicitaire, se veut authentique et libre. Acheter un faux avis participe donc à la présentation inexacte d’une société. C’est une pratique qui induit les consommateurs en erreur.

Si une entreprise est prise en flagrant délit d’achat et de publication de faux avis, elle encourt une amende de 300.000 euros et une peine allant jusqu’à 2 ans d’emprisonnement pour son dirigeant ou sa dirigeante.

Créé en 2016 et appliqué en 2018, c’est l’article L. 111-7-2 du Code de la Consommation qui pose un cadre légal autour de la publication d’avis en ligne. En effet, il oblige tous les gestionnaires d’avis à communiquer les procédures de contrôle de la fiabilité des retours publiés ainsi que les raisons pouvant motiver le refus d’une publication aux consommateurs. En d’autres termes, toute entreprise se doit d’informer son audience quant aux mesures prises contre la publicité mensongère.

De plus, la norme AFNOR NF Service Avis en ligne vient compléter ce cadre légal français. De la collecte à la restitution en passant par la modération, cette norme régit le traitement des retours clients affichés sur les pages des marques depuis 2014. Elle a donc été appliquée avant l’article du Code de la Consommation. Depuis 2018, une norme internationale, intitulée NF ISO 20488, est également en vigueur. Elle vise expressément à fiabiliser les avis en ligne.

La guerre à l’usage de faux est engagée par la loi française. Un avis doit être une représentation sincère de l’expérience client vécue, sans quoi il fera l’objet de sanctions légales. Et ce ne sont pas les seules sanctions auxquelles s’exposent les entreprises malintentionnées.

Plutôt passifs face aux premières vagues massives de faux avis, les géants du web entendent désormais faire front pour démontrer qu’ils n’ont qu’un objectif : proposer des résultats pertinents à leurs utilisateurs ainsi qu’une expérience utile.

Amazon affiche de nombreux avis mais les internautes se méfient. De nombreux professionnels achètent de faux avis et, pire, incitent également leurs vrais clients à ne publier que des avis positifs contre rémunération. Pour redorer son image et afficher des avis plus fiables, Amazon se lance désormais sur le terrain judiciaire. En février 2022, la plateforme a annoncé porter plainte contre les entreprises AppSally et Rebatest. Le géant américain leur reproche d’encourager la publication de faux avis en jouant un rôle d’intermédiaire entre les vendeurs de sa marketplace et des utilisateurs complices. Et Amazon va plus loin pour inspirer plus confiance aux consommateurs. L’entreprise dépense désormais 700 millions de dollars par an dans le monde en ressources humaines et technologiques pour prévenir et détecter toute tentative de fraudes ou de manipulations commerciales.

Google n’est pas en reste. Dans son règlement relatif aux contenus ajoutés par les utilisateurs dans Maps, Google communique très clairement sur la publication de faux avis. Le groupe insiste sur le fait que cette pratique est interdite et précise qu’un commentaire ne « doit pas servir à manipuler les notes d’un lieu ». Plus concrètement, toute contribution ne respectant pas les règles établies pour Google Maps et Google Business, et étant « susceptible d’induire en erreur les autres utilisateurs » est supprimée sans notification préalable à l’établissement concerné. De même, Google se réserve le droit de supprimer tout profil identifié par ses algorithmes comme diffuseur massif d’avis suspects. La sanction est lourde lorsque l’on sait que les Google Business Profiles représentent le moyen le plus efficace de faire apparaître une enseigne parmi les premiers résultats sur le moteur de recherche le plus plébiscité au monde et l’application Maps.

Autre figure de l’avis en ligne, plus spécifique au secteur touristique, Tripadvisor s’engage également contre les témoignages trompeurs. La plateforme a même publié un rapport (3) où elle dévoile ses actions chiffrées face aux faux avis :
● Suppression de 2 millions d’avis suspects sur les 26 millions publiés en 2020 ;
● 20.299 membres ont été bannis et 34.605 établissements pénalisés pour avoir été à l’encontre de ses règles contre l’achat de faux avis ;
● Extension de sa charte d’utilisation pour détailler le cadre de publication de contenus et préciser clairement les pratiques qui vont à l’encontre des principes mis en place pour offrir la meilleure expérience à ses utilisateurs.

Les professionnels ayant recours à l’achat de faux avis positifs se trompent de combat. Qu’ils ternissent l’image de leurs concurrents ou qu’ils s’adjugent une image positive fictive, ils oublient le caractère éphémère de leur démarche trompeuse. Leur mauvais service comme l’expérience supérieure de leurs concurrents finiront par rejaillir. Plutôt que de payer des faux avis à tout bout de champ et de risquer de lourdes sanctions, ces professionnels peuvent puiser l’inspiration chez leurs clients insatisfaits.

Les retours d’expérience de clients mécontents représentent une source d’inspiration intarissable. Mieux, ils permettent de s’améliorer à travers le temps. Car si une entreprise s’intéresse au ressenti de ses clients insatisfaits, elle peut identifier les causes de leur mécontentement. Elle peut déceler des tendances d’insatisfaction et aller jusqu’à prioriser la mise en place d’actions correctives. En d’autres termes, tout professionnel écoutant ses clients peut améliorer l’expérience proposée et sa réputation en agissant selon les tendances identifiées.

Bien sûr, à force d’efforts, les avis négatifs vont se tarir. Reste qu’il est essentiel de continuer de les chercher et de les consulter pour éviter toute vague de mécontentement. Le moindre consommateur déçu peut générer un effet boule de neige et transformer son insatisfaction en bad buzz pour une marque. Aussi, tout l’enjeu réside dans la capacité des entreprises à savoir écouter, agir puis piloter leur satisfaction client à long terme.

Comme les avis négatifs, les vrais avis positifs jouent un rôle décisif dans les décisions d’achat des Français. Aujourd’hui, les enseignes doivent afficher une note d’avis clients supérieure à 4/5 pour inspirer confiance à leurs prospects. Une note moyenne authentique bien sûr, qui doit être composée d’avis aussi positifs que négatifs mais, surtout, être associée à des avis datés de moins de trois mois pour être considérée comme fiable (1). C’est de cette manière que les entreprises peuvent développer une réputation positive et convaincante.

La collecte et la diffusion d’avis clients authentiques en ligne permettent donc de rassurer des prospects qualifiés, à proximité ou en quête d’une activité dans une zone géographique ciblée. L’autre avantage de ces deux actions est d’influencer la visibilité locale des enseignes à travers les services Google. En effet, une étude a prouvé que les avis clients représentent le deuxième facteur de référencement des établissements sur le Google Local Pack (4). Pour rappel, le Local Pack est l’encadré présentant trois fiches établissement tout en haut des résultats de recherches locales.

.

 
.
Ainsi, travailler sa réputation en ligne permet à tout professionnel d’attirer plus facilement des consommateurs susceptibles d’acheter ses produits et services en établissement. C’est une formidable opportunité de prouver son sens de la relation client tout en inspirant confiance et en convainquant plus facilement. Toute entreprise peut demander spontanément des avis à ses clients via différents moyens de communication et à différents moments de l’expérience d’achat. En utilisant des solutions de visibilité locale, les professionnels peuvent même centraliser leurs actions et rentabiliser leur stratégie. D’autant plus qu’en gagnant du temps pour analyser les retours obtenus, il est possible de fidéliser sa clientèle.

En conclusion, l’achat d’avis en ligne constitue une infraction à la loi. C’est une pratique trompeuse qui peut servir une entreprise à court terme mais la desservir à long terme. Reste que les avis clients des enseignes doivent être envisagés comme un sujet prioritaire pour les entreprises. Mais ils doivent incarner une réelle pratique centrée autour du client, et non pas une campagne publicitaire.

(1) Rapport IFOP, L’influence des avis clients sur les décisions d’achat des Français, 2021
(2) Amazon, Amazon Sues ‘Fake Review Brokers’ Who Attempt to Profit From Generating Misleading and Fraudulent Reviews, 2022
(3) Tripadvisor, Review Transparency Report, 2021
(4) Whitespark, The 2021 Local Search Ranking Factors, 2021

L’intoxication russe

L’intoxication  russe

 

Inscrite depuis 2020 dans la Constitution russe, la glorification du rôle de l’URSS pendant la seconde guerre mondiale est utilisée par Vladimir Poutine pour justifier l’invasion de l’Ukraine. Une propagande datée directement héritée de l’époque soviétique.( papier « du Monde ».

L’un des mystères qui entourent l’invasion de l’Ukraine tient à l’absurdité apparente de la propagande russe. « Dénazification », lutte contre un gouvernement « pronazi »… L’agression, quels que soient ses buts réels, est invariablement mise en scène comme la guerre de libération d’un peuple ukrainien uni aux Russes « par des liens du sang » – selon les mots du président russe Vladimir Poutine prononcés le 21 février –, un peuple qui aurait « fait face à la montée de l’extrême droite nationaliste (…) rapidement développée en une russophobie agressive et en néonazisme ».

Le fait que de telles affirmations n’entretiennent aucun rapport avec la réalité, alors que le poids de l’extrême droite ukrainienne est aujourd’hui marginal, relève à ce point de l’évidence qu’on peut être tenté de les passer par pertes et profits. Quelle guerre n’entraîne pas son flot de mensonges ? Sauf qu’à tirer le fil de ce discours sur la longue durée, une autre évidence apparaît bientôt, dont on n’a peut-être pas mesuré toutes les implications : l’impossibilité dans laquelle se trouve désormais la Russie de se présenter au monde autrement que comme une puissance antinazie, tant le régime poutinien a fait de la victoire de 1945 contre le IIIe Reich le fondement de sa légitimité, voire de l’identité russe.

Une victoire par laquelle, disait Poutine en la commémorant le 9 mai 2021, « le peuple soviétique a (…) libéré les pays d’Europe de la peste brune ». Neuf ans plus tôt, le 9 mai 2012, il proclamait, dans les mêmes circonstances : « Notre pays (…) a offert la liberté aux peuples du monde entier. » C’est ce libérateur, cet héritier antinazi de l’URSS qui, le 24 février, est entré en Ukraine, poursuivant sa mission historique. Dans son intervention matinale à la télévision, ce jour-là, M. Poutine déclarait encore : « L’issue de la seconde guerre mondiale est sacrée. »

Dans un pays qui, en juillet 2020, a amendé sa Constitution en y introduisant la célébration de « la mémoire des défenseurs de la patrie » et l’interdiction de « minimiser la signification de [leur] héroïsme », il n’est pas étonnant qu’un rappel historique de cette nature apparaisse au cours de l’annonce d’une invasion, même si celle-ci n’a, en réalité, aucun rapport avec lui. Mais cela implique qu’il faut examiner la construction mémorielle qui se fait alors jour. Non pour y dégager ce qui formerait une cause unique des événements, mais parce qu’aucune explication ne vaudrait sans les replacer sur cet arrière-fond, alors que le régime poutinien ne cesse de le faire en célébrant la Grande Guerre patriotique, comme l’on disait en URSS et comme l’on dit toujours dans la Russie contemporaine.

Ukraine : L’intoxication de Poutine

Ukraine : L’intoxication de Poutine

 

Le chercheur ukrainien Anton Shekhovtsov dénonce, dans une tribune au « Monde », la propagande du pouvoir russe sur les prétendus génocides pratiqués par les Ukrainiens dans le Donbass, et note que la population russe reste très défiante face à ces accusations.

 

Tribune.

 

Le 24 février, la Fédération de Russie a officiellement envahi l’Ukraine. L’invasion a fait suite à plusieurs déclarations agressives et paranoïaques de la part du président Vladimir Poutine, ainsi que d’autres représentants des autorités russes ayant décidé de reconnaître deux « républiques populaires » dans des zones du Donbass occupées par la Russie. Aucun mouvement de liesse n’a toutefois été observé dans les rues de Russie après ces annonces.

Le Kremlin et ses représentants n’ont cessé de parler des prétendues souffrances endurées par les Russes du Donbass, prétendument menacés par les autorités ukrainiennes. Mais, en Russie, la propagande du Kremlin ne semble avoir ému personne.

 

En 2014, la situation était différente. La grande majorité des Russes soutenaient et se réjouissaient de l’annexion illégale de la Crimée. La péninsule ukrainienne était inscrite dans la mythologie de la Russie impériale et l’idée d’intégrer la Crimée à la Russie était au cœur de la production culturelle de la Russie post-soviétique. Le Donbass, en revanche, n’a jamais fait partie de la mythologie traditionnelle de la Russie impériale. C’est pourquoi, en 2014, le Kremlin a servi aux Russes le mensonge selon lequel l’Ukraine livrait une véritable guerre contre ses populations russes. La propagande avait très bien fonctionné et aidé à convaincre au moins la moitié de la société russe que le pays avait besoin de soutenir les « républiques » pour protéger les Russes vivant sur le territoire ukrainien.

Mais même en 2014, seule une minorité de Russes a approuvé l’idée d’un soutien militaire aux « républiques ». Huit ans après le début de l’invasion de l’Ukraine, seule une toute petite fraction de la population croit encore que l’Ukraine persécute les populations d’origine russe. C’est le séparatisme armé bénéficiant du soutien militaire, économique et politique de Moscou qui pose un problème à Kiev, et non l’origine ethnique des séparatistes.

La majeure partie des militaires ukrainiens qui sont morts en défendant leur pays de l’agression russe étaient originaires du centre et de l’est de l’Ukraine, là même où les Russes forment une partie conséquente de la population. Si vous entendiez des soldats et des officiers ukrainiens discuter entre eux lorsqu’ils sont de repos, vous constateriez que la plupart d’entre eux parlent en russe. De plus, aux dernières élections, une très grande partie des Ukrainiens a élu un acteur russophone d’origine juive, Volodymyr Zelensky, le président actuel – ce qui dément le fait que la société ukrainienne aurait un problème avec les populations russes ou, d’ailleurs, avec les juifs.

Chine : après l’intoxication sanitaire, l’intox politique

Chine : après l’intoxication sanitaire, l’intox politique

 

C’est avec de très gros sabots que la Chine tente de persuader le monde entier de la pertinence de son modèle politique. D’abord première observation, c’est  oublier que le virus vient de Chine et que le premier cas du Coronavirus est intervenu en novembre , que son existence a été contestée et des médecins condamnés pour en avoir informé le public. L’un des découvreurs de l’épidémie en est même mort. Seconde observation, la Chine a outrageusement bricolé ses statistiques et pas simplement à la marge. Le nombre d’infectés comme celui du nombre de décès a sans doute été 10 fois supérieur à celui annoncé. Quant aux vertus du système politique, elles ont de quoi faire sourire. Certes la Chine a connu au cours de ces quelques dizaines d’années un fort développement économique mais les libertés individuelles et collectives ont plusieurs siècles de retard. Le pays est dirigé  par une clique d’environ 10 millions de membres du parti communiste dont les dirigeants grâce à la corruption généralisée s’enrichissent de façon éhontée. Sans parler maintenant du mandat à vie  pour le président chinois ! Dans les informations de l’ambassade de Chine en France on peut lire que nombre de Français haïssent  le système politique local et rêve d’un modèle à la chinoise ». Visiblement au sein même de l’ambassade de Chine on a sans doute pas pris la mesure de la nature culturelle de la civilisation en ce début de XXIe siècle. On croirait les paroles des régimes communistes des années 1950. Heureusement ces propos ridicules se discréditent eux-mêmes par leur excès. La mise en scène du gouvernement chinois pour l’apport sanitaire fait aux pays actuellement infectés par le Coronavirus est à la fois grossière et insupportable. La Chine essaye de séduire avec des moyens de propagande complètement obsolète qui la ridiculisent. Il faut espérer que les pays démocratiques seront au contraire se libérer de ces liens avec la Chine qui hypothèquent la souveraineté économique. Il faut espérer non pas la fin de la mondialisation qui est sans doute une illusion mais au moins la mise en œuvre  de stratégies pour relocaliser des productions stratégiques et pas seulement dans le domaine de la santé. La responsabilité des gouvernements et les multinationales est immense, ils se  trop se sont prostitués pour obtenir des marchés et pour délocaliser à bon prix des productions qui par ailleurs participent aux énormes gâchis environnementaux. On connaît la stratégie de la Chine notamment à l’égard de l’Afrique, une stratégie néo coloniale qui consiste à fournir équipements et matériels à des pays pauvres et à transformer cet apport en dette qui désormais lie ces pays à la Chine comme la corde lie un pendu. La Chine évidemment se préoccupe peu des considérations démocratiques dans les pays d’Afrique qui s’affranchissent  des règles élémentaires. Ce qui est certain c’est que la Chine a menti à propos de la crise sanitaire,ce que confirme Thierry Kellner, politologue spécialiste de la Chine à l’ULB, l’Université Libre de Bruxelles dans  une interview à la RTBF.  Selon lui, depuis le début de l’épidémie qui s’est transformée en pandémie, la propagande chinoise tourne à plein régime. Il affirme également que la Chine a commis de graves erreurs et qu’elle tente aujourd’hui de les masquer en offrant l’image d’un régime autoritaire qui a bien géré le confinement.

Il y a de nombreux questionnements autour du nombre de morts du Covid-19 en Chine actuellement. Vous posez des questions aussi ?

« Les chiffres en Chine ont tout à coup arrêté de progresser. On a l’impression que ce sont plus des chiffres politiques que des chiffres réels, d’autant plus que les spécialistes se demandent si toutes les personnes décédées pendant cette période ont été comptabilisées comme mortes du coronavirus ou pas. Les autorités chinoises ont aussi pu les mettre dans d’autres catégories : problèmes cardiaques et pneumonies. Ensuite, les personnes mortes chez elles ont-elles été comptées dans les statistiques ou pas ? Une série de questions étaient dans l’air et sont revenues sur le devant de la scène puisque la revue chinoise Caixin a réalisé une enquête. C’est un des derniers médias crédibles en Chine qui a fait des calculs qui tendraient à montrer que le nombre de victimes est beaucoup plus élevé. »

Un peu plus de 2000 cas à Wuhan, l’épicentre de la pandémie, ça ne vous semble pas crédible ?

« Wuhan, c’est 11 millions de personnes, c’est énorme. Pendant plusieurs semaines, les autorités ont laissé le virus se développer. On n’en parlait pas vraiment. Les personnes qui ont essayé de dénoncer la situation ont été convoquées par la police parce qu’elles répandaient soi-disant des rumeurs. La Chine n’a pas pris assez de précaution. Dans nos pays, on voit à quelle vitesse le virus se propage, donc je pense que la Chine a trompé la communauté internationale sur la rapidité de transmission et sur la sévérité des symptômes. »

La Chine ne communiquerait pas les vrais chiffres ? C’est possible dans une telle crise ?

« À partir du moment où le Parti décide qu’il a gagné la bataille, il fait tout pour montrer que la bataille est gagnée. Le régime chinois n’est pas vraiment connu pour sa transparence, et ce dans de nombreux secteurs, d’autant plus quand ce sont des secteurs sensibles, où des problèmes peuvent porter atteinte d’une part à l’image de la Chine à l’extérieur et d’autre part à la capacité et la légitimité du Parti en interne. La Chine a intérêt à montrer qu’elle a des résultats excellents et donc à présenter le meilleur visage possible. Dans ces conditions, évidemment, on peut penser que tout ce qui n’est pas en accord avec la version officielle est caché ».

Cette pratique de masquer des chiffres, ça ne vous étonne pas ?

« Non ça ne m’étonne pas du tout. Par exemple, dans un autre domaine, la Chine prétend depuis des mois qu’il n’y a aucun problème au Xinjiang, que les camps de détention n’existent pas. Elle a même prétendu cela devant les instances des Nations Unies sans honte, alors que les preuves s’accumulent, des photos satellites et toute une série d’éléments qui font qu’aucun spécialiste de la question ne doute de l’existence de ces camps. Or Pékin prétend que ces camps n’existent pas. De la même manière, la Chine a lancé une grande campagne de propagande pour essayer de brouiller les informations sur l’origine du virus. C’est une campagne lancée en interne qui vise à dire que le virus aurait été importé de l’extérieur et que le coupable serait les Etats-Unis. Ce qui est très étonnant de notre point de vue, c’est que cette théorie qui relève de la théorie du complot non seulement circule en interne, mais est aussi relayée par les plus hautes autorités chinoises à l’extérieur par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, par ses ambassadeurs, etc. Cela montre que du point de vue de la propagande, la Chine n’hésite pas à modifier la réalité et propager ce que nous appellerions des fake news si ça peut servir ses intérêts. »

On parle aussi des nombreuses coupures de lignes téléphoniques, est-ce que ça a un rapport avec un nombre de décès du coronavirus qui serait plus élevé qu’annoncé ?

« Sur ce point, il est difficile de savoir si cela relève du décès de l’utilisateur ou si c’est la démonstration d’un ralentissement économique. Il faut savoir qu’en Chine, beaucoup de personnes travaillent dans des provinces qui ne sont pas les provinces où ils habitaient à l’origine. Donc il est probable qu’ils avaient deux téléphones portables. Un nombre élevé d’abonnements ont été suspendus, probablement parce que les personnes étaient confinées chez elles et ont perdu l’utilité du deuxième téléphone portable. Cela peut aussi simplement montrer qu’il y a eu un important ralentissement économique. »

Officiellement, des usines avaient été rouvertes, mais en fait on mettait l’électricité pour faire croire qu’elles fonctionnaient, alors qu’il n’y avait pas de production en interne.

« Ce qui m’a fait douter aussi sur la véracité des chiffres chinois, c’est que des milliers de personnes ont quitté Wuhan avant le confinement et sont parties un peu partout en Chine. Il serait étonnant que ce déplacement de population très important n’ait pas été un vecteur de contamination dans le reste de la Chine. Or, les chiffres ne montrent pas une croissance exponentielle du virus. Est-ce que c’est parce qu’il y a eu un confinement rapide qui a permis de limiter le virus, ou est-ce que c’est parce qu’on a trafiqué les statistiques ? Ça reste une question ouverte, mais le fait de falsifier les statistiques en Chine, c’est quelque chose qu’on connaît. Une autre enquête de la Caixin montrait qu’officiellement des usines avaient été rouvertes, mais en fait on mettait l’électricité pour faire croire qu’elles fonctionnaient, alors qu’il n’y avait pas de production en interne. L’objectif était de correspondre au discours officiel d’un retour à la normale rapide.

Les liens entre la Chine et l’OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé, sont aussi problématiques. Car les chiffres de l’OMS dépendent des chiffres donnés par le pouvoir chinois. Donc ces chiffres de l’OMS qui ont l’air officiels résultent des statistiques chinoises.

Il est important de ne pas laisser le discours chinois sur la pseudo-efficacité d’un modèle autoritaire se développer.

De plus, la Chine vente son modèle autoritaire comme un modèle qui fonctionne, avec l’exemple de ce confinement qui a bien fonctionné. Tout le monde oublie qu’il y a des exemples de démocraties où ça a très bien fonctionné : La Corée du Sud et Taiwan, qui est probablement le modèle le plus efficace mis au point dans un environnement chinois. Et là c’est une démocratie. Donc il est important de ne pas laisser le discours chinois sur la pseudo-efficacité d’un modèle autoritaire se développer. Les médias prennent cela sans regard critique ou avec un regard qui n’est pas assez critique. Il faut être plus attentif parce que ça fait partie d’une campagne de propagande que la Chine a lancée. »

Certains médecins pensent que l’épidémie a commencé avant le mois de décembre…

« Oui, selon le South China Morning Post de Hong Kong, on a connaissance d’au moins un cas officiel le 17 novembre 2019 d’une personne qui s’est présentée dans un hôpital. Or en Chine des mesures seront prises plus tard. Bien sûr, on ne pouvait pas prévoir l’étendue du problème. Mais à partir du moment où on a eu des indices convergents, l’erreur de base de la Chine, ça a été de cacher cette information. En faisant de la rétention d’information, la Chine a perdu un temps précieux.

En faisant de la rétention d’information, la Chine a perdu un temps précieux.

Une étude réalisée par une université australienne montre que si on avait diffusé l’information plus tôt et de manière plus ouverte, on aurait pu circonscrire le virus de manière beaucoup plus rapide pour limiter le nombre de décès et surtout sa propagation à l’extérieur de la Chine. Parce que c’est ça qui est problématique aujourd’hui : le coronavirus est partout dans le monde entier. Parce qu’il y a cette erreur de base des 4 ou 5 premières semaines de l’épidémie. C’est ce que la Chine veut faire oublier, en mettant le projecteur sur la pseudo-réussite de ses méthodes de confinement et sur l’efficacité des mesures. »




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol