Archive pour le Tag 'l’insécurité ?'

Bruno Retailleau dénonce l’insécurité et la violence

Bruno Retailleau dénonce  l’insécurité et la violence

Bruno Retailleau, sénateur LR,  dénonce la sécurité générale et les violences dans le pays dans le Figaro. Une situation provoquée d’une part par une situation sociale très dégradée ainsi que par la précipitation concernant l’évolution constitutionnelle qui doit modifier le corps électoral.

 Emmanuel Macron a convoqué un Conseil de défense et de sécurité nationale, sur fond de crises sécuritaire et pénitentiaire sévères. Il a également annoncé l’état d’urgence en Nouvelle-Calédonie. Qu’en pensez-vous ?

BRUNO RETAILLEAU. – L’instauration de l’état d’urgence, je l’avais demandée. Celui-ci doit permettre de donner plus de pouvoirs aux autorités pour rétablir l’ordre. Mais cela doit aussi être un signal : la République est partout chez elle. La Nouvelle-Calédonie, c’est la France. Et par trois fois, les Néo-Calédoniens ont exprimé leur volonté de rester français. Ne cédons pas au chantage à la violence.

Je suis évidemment pour la reprise du dialogue et je ne méconnais pas que les troubles en Nouvelle-Calédonie proviennent aussi d’une crise économique et sociale très profonde. Oui au dialogue, donc, mais pas sans conditions. La première des conditions, c’est le retour au calme et au respect de l’État de droit. La France s’enfonce dans l’insécurité et la violence.

 

 

Hausse de l’insécurité pour une grande partie des Français

Hausse de l’insécurité pour une grande partie des Français

La sécurité de toute nature petite délinquance, grand banditisme et terrorisme progresse toujours d’après les Français. Ces derniers estiment que le pouvoir est loin d’en faire assez face à cet enjeu. Pas étonnant puisque le chef de l’État lui-même par exemple leur de la révolte des banlieues n’a même pas cru bon faire l’analyse de la question qu’il avait promise. En clair il a fait l’impasse totale sur une problématique sociétale qui implique évidemment l’État mais aussi les familles, l’école et le service militaire.

Il n’y a que le jeune ministre Attal qui semble prendre des orientations pour redresser la situation de la sécurité dans l’école. Par exemple 80 % des Français soutiennent la mise à l’écart des perturbateurs de la cérémonie de mariage aux professeur tué par des fanatiques.

D’après une enquête Fiducial/Odoxa pour Le Figaro 87% estiment que l’insécurité a augmenté dans les quartiers ces dernières années. «Tous, quelle que soit leur proximité partisane ou encore leur âge et leur lieu d’habitation, partagent majoritairement cette opinion», insistent les analystes alors que cette dernière fait la quasi-unanimité chez les 50 ans et plus (92%).

Incidents au Stade de France: Un exemple de la sécurité et du chaos

Incidents au Stade de France: Un exemple de l’insécurité et du chaos 

 

 

Les graves incidents qui se sont passés au stade de France lors de la finale de la coupe d’Europe de football témoignent des carences complètes qu’on peut constater dans le pays en matière de prise en charge de la sécurité. Cette fois il s’agit d’un incident dans le cas d’une manifestation sportive internationale. Le problème c’est que le championnat français de football–par ailleurs d’un niveau assez lamentable par rapport aux pays voisins–a enregistré depuis le début de la saison des incidents du même ordre. La faute est à imputer évidemment au pouvoir politique autant qu’aux autorités qui gèrent le football en France.

Plus généralement l’absence de capacité des forces de l’ordre à gérer le chaos dans l’espace public est manifeste lors des protestations et autres incidents violents. Des incidents par ailleurs  systématiquement minimisés dans les médias afin de dissimuler  l’ampleur du phénomène et les responsabilités.

Concernant plus précisément le stade de France plusieurs phénomènes se sont cumulés. Il y a d’abord les conditions techniques de délivrance des billets qui facilitent la fraude. Ensuite l’encadrement général très insuffisant aussi bien des stadiers que les forces de police. Enfin ces 200 à 300 voyous de banlieue qui ont profité de la situation pour piller les spectateurs et ajouter au chaos général.

Il faudra sans doute autre chose que les promesses à D. pour rassurer sur sa capacité à gérer la sécurité montante dans le pays. Les coups de menton type Sarkozy ne sont plus suffisants pour masquer la dérive du désordre en France

Les témoignages accablent les dysfonctionnements dans l’organisation française.

. La France est depuis pointée du doigt pour les dysfonctionnements dans l’organisation de l’événement, notamment par les Britanniques.

Sans éclipser le 14e sacre européen du Real Madrid, la presse européenne a aussi eu des mots très durs sur les incidents lors de la rencontre, qui ont retardé le coup d’envoi du match de plus de 30 minutes et provoqué des tensions à l’extérieur.

Plus que sur la défaite de Liverpool (1-0), les médias britanniques ont insisté ce weekend sur les graves défaillances constatées. Le tabloïd The Sun est le plus virulent avec un titre en français: « Stade de Farce ».

Il publie également le témoignage de Marvin Matip, le frère du défenseur des Reds Joel Matip, qui a raconté avoir dû se réfugier dans un restaurant avec sa femme enceinte pour échapper aux lacrymogènes dispersés dans leur direction. Le Telegraph publie de son côté le récit accablant de Jason Burt, le chef de la rubrique football du journal.

« J’étais devant la porte Y quand j’ai été pris dans les gaz lacrymogènes utilisés sans discernement par la police anti-émeute française au Stade de France. Je parlais à des supporters qui attendaient tranquillement, certains depuis trois heures, quand ils ont atteint mon visage, me piquant les yeux, mes lèvres et ma langue. J’ai vu qu’on en dispersait. Je n’arrivais pas à y croire (…) c’était absolument honteux », a-t-il raconté dans un billet.

Soulignant les « goulots d’étranglement » vers lesquels étaient dirigés les supporters des Reds pourtant arrivés deux heures et demi avant le coup d’envoi et les contrôles « insupportablement lents », Burt estime que « c’est une honte que l’UEFA ait accusé les supporters d’être arrivés tardivement. C’est tout simplement faux. Ils ont essayé de lancer leur version. Maintenant, ils doivent s’excuser ».

Du côté espagnol, l’accent est surtout mis sur le 14e titre continental du Real Madrid et les performances de l’infranchissable gardien belge Thibaut Courtois. Mais les incidents de la soirée tiennent également une large place dans les journaux ibériques.

Alfredo Relano, président d’honneur du quotidien sportif As et voix respectée du football espagnol, se montre très sévère dans un éditorial, dénonçant Liverpool et « ses hordes de barbares sans ticket d’entrée » qui « ont créé un scandale sans nom aux portes du stade, qui aurait bien pu provoquer une catastrophe, même si tout est heureusement rentré dans l’ordre avec le retard du coup d’envoi. » « Ces faits ne peuvent par rester impunis », a-t-il ajouté.

« 

La polémique de l’insécurité : sémantique ou politique ?

La polémique de l’insécurité : sémantique ou politique ?

 

 

Curieusement le ministre de la justice considère que globalement il n’y a pas de montée de l’insécurité dans les chiffres. Il faut d’abord convenir qu’il est très difficile de procéder à des évaluations comparatives des dernières années. D’abord parce que le concept d’insécurité a évolué en fonction des critères retenus dans les lois successives. Enfin peut-être et surtout parce que nombre de délits signalés ne sont pas retenus comme tels ou même complètement ignorés par les services de police et de gendarmerie. Le ministre peut donc se fonder sur des chiffres très approximatifs et sous-estimés.

 

Reste que la France par exemple proportionnellement à son nombre d’habitants est assez nettement en tête de pays européens comparables en matière d’homicide. Ce doit être aussi le cas en matière de ces incivilités quotidiennes qui ne sont pas prises en compte. Il paraît aussi curieux que le ministre de la justice considère qu’il ne faut pas confondre insécurité et sentiment d’insécurité en indiquant que le sentiment d’insécurité relève du fantasme. L’intéressé vit sans doute assez loin du terrain pour prononcer un tel jugement. Il veut sans doute à dessein ignoré la dégradation générale de l’autorité de l’État en charge de cette sécurité et plus généralement de l’autorité.

De toute manière un ministre de la justice n’a pas à s’exprimer comme un avocat en faveur des responsables de l’insécurité.

Il a développé: « Je trouve que ça fait un mal de chien à notre société. Elle a besoin qu’on lui dise la vérité, qu’on lui donne les vrais chiffres, elle a besoin d’apaisement. J’entends continuer ce discours. » Il a également illustré son propos:

« Quelques chiffres: la délinquance des mineurs dont on parle très souvent par exemple. Quand on a les chiffres de la délinquance des mineurs, elle n’a pas augmenté depuis 10 ans. Demandez aux Français ce qu’ils pensent de ça. La plupart sont convaincus qu’il y a une augmentation massive de la délinquance des mineurs. C’est pas vrai ». « Il faut être sérieux, il ne faut pas raconter d’histoires aux Français. La rémission des crimes, ça n’existe pas. Il y en aura toujours, on le sait », a-t-il encore insisté.

Se tournant à nouveau vers la presse plus tard, il a fait valoir:

« Le taux de réponse pénale dans notre pays, c’est 90%. Le taux d’exécution des peines prononcées, c’est 92%. Quand j’entends que les peines prononcées ne sont jamais exécutées, quand j’entends que la justice ne donne pas de réponse pénale, que la délinquance des mineurs augmente, je me dis qu’il faut remettre les choses à leur place et dire la vérité. »  Comme les chiffres sont  complètement faux on peut évidemment justifier n’importe quoi.

La polémique de l’insécurité

La polémique de l’insécurité

 

 

Curieusement le ministre de la justice considère que globalement il n’y a pas de montée de l’insécurité dans les chiffres. Il faut d’abord convenir qu’il est très difficile de procéder à des évaluations comparatives des dernières années. D’abord parce que le concept d’insécurité a évolué en fonction des critères retenus dans les lois successives. Enfin peut-être et surtout parce que nombre de délits signalés ne sont pas retenus comme tels ou même complètement ignorés par les services de police et de gendarmerie. Le ministre peut donc se fonder sur des chiffres très approximatifs et sous-estimés. Reste que la France par exemple proportionnellement à son nombre d’habitants est assez nettement en tête de pays européens comparables en matière d’homicide. Ce doit être aussi le cas en matière de ces incivilités quotidiennes qui ne sont pas prises en compte. Il paraît aussi curieux que le ministre de la justice considère qu’il ne faut pas confondre insécurité et sentiment d’insécurité en indiquant que le sentiment d’insécurité relève du fantasme.

L’intéressé vit sans doute assez loin du terrain pour prononcer un tel jugement. Il veut sans doute à dessein ignoré la dégradation générale de l’autorité de l’État en charge de cette sécurité et plus généralement de l’autorité.

 

De toute manière un ministre de la justice n’a pas exprimé comme un avocat en faveur des responsables de l’insécurité.

Il a développé: « Je trouve que ça fait un mal de chien à notre société. Elle a besoin qu’on lui dise la vérité, qu’on lui donne les vrais chiffres, elle a besoin d’apaisement. J’entends continuer ce discours. » Il a également illustré son propos:

« Quelques chiffres: la délinquance des mineurs dont on parle très souvent par exemple. Quand on a les chiffres de la délinquance des mineurs, elle n’a pas augmenté depuis 10 ans. Demandez aux Français ce qu’ils pensent de ça. La plupart sont convaincus qu’il y a une augmentation massive de la délinquance des mineurs. C’est pas vrai ». « Il faut être sérieux, il ne faut pas raconter d’histoires aux Français. La rémission des crimes, ça n’existe pas. Il y en aura toujours, on le sait », a-t-il encore insisté.

Se tournant à nouveau vers la presse plus tard, il a fait valoir:

« Le taux de réponse pénale dans notre pays, c’est 90%. Le taux d’exécution des peines prononcées, c’est 92%. Quand j’entends que les peines prononcées ne sont jamais exécutées, quand j’entends que la justice ne donne pas de réponse pénale, que la délinquance des mineurs augmente, je me dis qu’il faut remettre les choses à leur place et dire la vérité. »  Comme les chiffres sont  complètement faux on peut évidemment justifier n’importe quoi.

Montée de l’incivilité ou de l’insécurité ?

Montée de l’incivilité ou de l’insécurité ?

Sur le strict plan des chiffres et sur très longue période, on ne constate pas une montée de l’insécurité. Par contre, le sentiment d’insécurité est, lui, en progression. On sait que certains responsables politiques ont volontairement confondu l’incivilité avec des crimes et délits graves y compris des assassinats sans doute pour en minimiser la portée. Le sentiment d’insécurité est alimenté par la médiatisation beaucoup plus grande des agressions, des violences et des meurtres.

Le haut niveau incivilité, lui, n’est pas contestable et derrière se dissimule la négation du savoir-vivre et de la politesse. Il suffit de voir que nombre de personnes négligent voire méprisent les formes simples de la vie en société comme dire bonjour ou merci. Chez les commerçants, dans les lieux publics, chez  les médecins,  rares sont ceux qui disent bonjour, au revoir ou merci. On comprend que cela ne soit guère possible dans les lieux réunissant des dizaines voire des centaines d’individus. Malheureusement cela se produit même lorsque sont réunis seulement quelques personnes. Tout commence là avec des gestes simples comme le bonjour signifiant la reconnaissance et l’acceptation d’autrui dans le cercle social. L’indifférence, pire le refus de cette reconnaissance peuvent déboucher sur la haine voire la violence au premier incident pour un nombre croissant d’asociaux. La responsabilité est sans doute largement partagée. Elle appartient à l’école qui n’enseigne plus la manière d’être et de se conduire collectivement . Elle appartient aux parents parfois dépourvus de toute autorité et/ou qui considèrent l’enfant roi. Elle appartient aux pouvoirs publics qui par leur laxisme favorisent la dégradation des liens font société en ne punissant pas les incivilités. La France n’est pas seulement malade de son insécurité, elle est malade de la disparition de l’art de vivre dans une part croissante de la population.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol