Archive pour le Tag 'L’individualisme'

wokisme: Comme le maoïsme, la nouvelle mode

wokisme: Comme le maoïsme, la nouvelle mode

L’extrême gauche et même certains dans la gauche modérée ont trouvé un nouveau repère idéologique sans doute pour cacher la pauvreté de l’analyse et des propositions émergeant notamment de la France. Hier ( dans les années 70),c’est le maoïsme qui constituait le must en matière de référence idéologique et culturelle. Là aussi l’égalitarisme devait commander l’ensemble des champs de la société y compris sur le plan vestimentaire avec un pyjama noir obligatoire pour chacun.

Après l’adhésion au communisme, au stalinisme, l’élite a besoin de se raccrocher à des principes égalitaires pour faire oublier son origine. Le wokisme vise donc à l’égalité la plus ridicule y compris en matière d’orthographe. Le retour au champ et à la vie rurale n’est pas encore obligatoire comme sous Mao mais l’adhésion au progrès est fortement condamnée. Une posture réactionnaire qui ne touche pas simplement l’économie mais aussi la vie sociale et sociétale.

Évidemment la mode du wokisme disparaîtra le moment venu comme a disparu la mode stalinienne puis maoïste quand on a découvert des millions de morts victimes précisément de l’utopie égalitaire criminelle.

Un peu comme sous Mao, il faut effacer tous les symboles qui rappellent les traditions et les valeurs de la société. On s’en prend même aux arbres de Noël, fête largement laïcisée.

La mode du wokisme nous vient des universités américaines qui ont l’art de générer le pire comme le meilleur et en plus de l’exporter.

il y a quelque chose de surréaliste de voir que certaines grandes écoles notamment les instituts politiques français se laissent pénétrer par la nouvelle religion du wokisme surtout quand on sait que la plupart n’auront aucune honte à s’embourgeoiser plus tard sur le dos des inégalités qu’ils dénoncent aujourd’hui. Comme disait Coco Chanel : la mode c’est ce qui est fait pour être démodé. Mais en attendant que d’idiotie dans une période qui réclamerait au contraire un effort global de connaissances et de réflexion sur des enjeux multiples qui interfèrent entre eux de manière systémique. Bref le catéchisme du wokisme n’est pas vraiment adapté pour aborder la compréhension de la complexité du monde actuel. C’est même clairement un système de référence réactionnaire.

L’individualisme en recul ?

L’individualisme en recul ?

En se basant sur les résultats d’une enquête sur les valeurs des Européens, la « European Values Study », le professeur émérite de science politique décrit, dans une tribune au « Monde », comment la recherche de l’autonomie des citoyens fait reculer la tendance du repli sur soi. Un point de vue qui surprendra !

Beaucoup d’Européens ont des représentations et des images sur les valeurs qui caractérisent leur pays et les pays étrangers. Ces représentations peuvent être justes ou fausses, mais elles ne reposent en général que sur des impressions. L’objectivation par les données de l’enquête European Values Studies – menée dans 35 pays européens entre 2017 et 2020, portant sur le sens que les individus donnent à la famille, au travail, aux loisirs, aux relations à autrui, à la religion et à la politique – apporte de nombreuses surprises. Certaines conclusions remettent en cause des lieux communs très répandus. Il faut ainsi distinguer les valeurs d’individualisation et d’individualisme, alors que beaucoup d’observateurs les mélangent allégrement.

L’individualisation correspond à la volonté d’autonomie dans tous les domaines de sa vie (et au rejet de la culture traditionnelle du devoir), alors que l’individualisme correspond à une attitude de repli sur ses intérêts personnels, sans s’intéresser aux autres et à la société. Pour les mesurer, l’enquête sur les valeurs permet de construire deux variables. L’indice d’individualisation s’appuie sur quinze questions portant sur le libéralisme des mœurs, la possibilité de donner du sens à son travail, l’éducation à des valeurs de responsabilité, de tolérance et de respect d’autrui, la liberté d’expression et la volonté de participer aux décisions publiques. L’échelle d’individualisme comporte dix-sept indicateurs sur le degré d’altruisme, de politisation et de participation politique et associative. L’individualisme et l’individualisation sont inversement proportionnels : plus on est individualisé, moins on est individualiste. La volonté d’autonomie ne conduit pas au repli sur soi, mais au contraire à l’ouverture sur autrui et le monde.

L’évolution dans le temps est importante. L’individualisme était plutôt stable parmi les Européens de 1999 à 2008, mais il a nettement régressé dans la dernière décennie : les personnes fortement individualistes sont passées de 52 % à 44 %. Les populations européennes sont aujourd’hui plus ouvertes, moins repliées sur elles-mêmes, même si, bien sûr, on peut soutenir qu’elles le sont encore trop ! Le recul de l’individualisme n’est presque jamais reconnu par les observateurs, dans un contexte de grand pessimisme et d’inclination pour le déclinisme. Parallèlement, l’individualisation et la culture de l’autonomie se sont fortement répandues tout au long de la période, avec une accélération au cours de la dernière décennie .




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol