Archive pour le Tag 'l’immigration'

Baisse de l’immigration

Baisse de l’immigration

La crise sanitaire a provoqué une chute de 41% des demandes d’asile en 2020, par rapport à l’année précédente. 81.669 premières demandes et 11.757 renouvellements ont été enregistrés en Guichets Uniques de demande d’Asile (GUDA), soit 38,2 % en deçà de 2019. Bien entendu ces chiffres ne tiennent pas compte de l’immigration illégale qui pourrait représenter autour de 100 000 personnes par an.

 

Les nationalités les plus représentées dans les demandes d’asile sont les Afghans, les Bangdladais, les Pakistanais, les Guinéens et les Turcs, évoque l’exécutif. Les Géorgiens et les Albanais ne figurent donc plus dans le top 10. Le nombre de personnes s’étant vu octroyer en France une protection s’élève à 24.118 en 2020, contre 36.275 en 2019 (- 33,5 %).

Les expulsions sont aussi en chute brutale. Le total des éloignements d’étrangers en situation irrégulière s’est rétracté de -47,8%, en raison des «plus grandes difficultés à organiser des déplacements (…) avec le resserrement des frontières des pays destinataires, la fermeture de nombreux consulats, l’effondrement du trafic aérien, et la difficulté à obtenir des tests PCR.» Les éloignements forcés ont ainsi diminué de 51,8%.

 

Au total, 15.950 étrangers en situation irrégulière ont quitté le territoire national en 2020 (éloignements, départs volontaires aidés et départs spontanés), soit un niveau inférieur de moitié à celui de 2019 (31.400 à l’époque).

Quant à l’acquisition de la nationalité française, elle s’est également faite plus rare, enregistrant une baisse de -20%. «Du fait de la suspension de la réception du public pendant le premier confinement et de la réouverture progressive des guichets», commente le ministère de l’Intérieur. Cette évolution recouvre une diminution des acquisitions par décret qui passent de 49.671 en 2019 à 41.927 (-15,6 %) ainsi que de celle du nombre d’acquisitions par déclarations (mariage par exemple), qui déclinent de 27,9 % (18.223 contre 25.262 en 2019).

Selon des données de 2019, non renouvelées, 5 millions d’étrangers vivent en France.

Pour un référendum sur la laïcité, la protection des Français et l’immigration» (Xavier Bertrand)

Pour un référendum sur la laïcité, la protection des Français et l’immigration» (Xavier Bertrand)

 

Xavier Bertrand, candidat à la présidentielle, propose un référendum visant à définir une stratégie globale. (Déclaration dans le Figaro )

Xavier Bertrand, mercredi à Paris. «À force de vouloir ménager tout le monde, le ” en même temps ” est une impasse», assure le président des Hauts-de-France. 

 

 

La majorité présidentielle souhaite «réécrire» l’article 24 du projet sur la sécurité globale, aujourd’hui en discussion au Sénat. Comment sort-on de cet imbroglio?

 

Xavier BERTRAND. -Le sommet de l’État, aux abois, essaye de sortir d’une crise politique et institutionnelle dans laquelle il s’est mis tout seul. Vu la situation du pays, on aurait pu s’en passer! On ne peut pas faire de l’Assemblée nationale et du Sénat des chambres d’enregistrement! L’esprit de l’article 24 est nécessaire et répond à un impératif: protéger les forces de l’ordre. Mais pourquoi une telle précipitation et impréparation du gouvernement et une telle fragilité juridique? Cet amateurisme révèle aussi les fractures idéologiques dans la majorité présidentielle.

N’y a-t-il pas eu d’erreur commise par le ministre de l’Intérieur?

Depuis 2017, rien ne se décide sans que cela ne passe par Emmanuel Macron. Son mode de fonctionnement crée des crises: vouloir tout centraliser, ne pas faire confiance, ne pas trancher.

«Une majorité de Français pour une régulation rigoureuse de l’immigration » ( Jérôme Fourquet, IFOP)

 «Une majorité de Français pour une régulation rigoureuse de l’immigration » ( Jérôme Fourquet, IFOP)

 

Il est clair que les récents attentats ont sans doute constitué la goutte qui a fait déborder le vase de la tolérance de nombre de Français vis-à-vis de l’immigration incontrôlée. Pas seulement de l’immigration à venir mais aussi de celle présente sur le territoire

«Quand on parle d’immigration aux Français, beaucoup d’entre eux raisonnent non pas seulement sur les “flux” mais sur le “stock”», décrit Jérôme Fourquet , Patron de l’institut IFOP.

D’après une enquête de l’IFOP, seuls 32% des Français considèrent que les pouvoirs publics luttent efficacement contre l’immigration clandestine. Une large majorité d’entre eux sont favorables à des mesures vigoureuses pour limiter les flux ; 78% pensent qu’il faut une immigration choisie et non pas subie ; 55% sont favorables à la suppression du regroupement familial. Enfin une majorité souhaite un changement de statut juridique pour obtenir la nationalité française ainsi la plupart souhaiterait qu’on se situe le droit du sang au droit du sol. 58% souhaitent l’instauration du droit du sang.

Macron sort de son chapeau l’immigration

Macron sort de son chapeau l’immigration

 

Macron qui avait enterré sans ménagement le rapport banlieue sur l’immigration de Borloo sort soudain de son chapeau la question de l’immigration. L’objectif est surtout de concurrencer la droite et l’extrême droite sur ce terrain électoral. Certes, on ne peut ignorer la problématique de l’immigration et des communautarismes qui mettent  en cause la cohésion de la société. Cela suppose cependant une approche globale dans la mesure où ces populations immigrées ou d’origine étrangère sont en quelque sorte  concentrées dans des banlieues complètement abandonnées aux religieux  ultra et au trafic de drogue. C’est bien une prise en compte global de la problématique qui pourra progressivement gérer cette question comme le proposait le rapport Borloo. Tant que ces quartiers et banlieues seront livrées à la pauvreté, à l’insécurité et aux déviances religieuses tout autre action se révélera à la fois trop partielle et illusoire. .Le chef de l’État s’est montré particulièrement putassier sur cette question en additionnant les contradictions. D’une part Il met  en garde contre un repli “bourgeois” face au communautarisme : Et en même temps, il envisage de réduire l’aide médicale aux émigrés et d’une manière générale critique sa propre politique vis-à-vis des réfugiés. Cette question abordée de manière contradictoire, partielle a évidemment une dimension électorale. Que  là en effet Macron s’était montré plutôt laxiste vis-à-vis de cette problématique

Une inflexion “droitière” dans le discours présidentiel qui replace le sujet éruptif de l’immigration au coeur du débat politique dans la perspective des municipales (2020) et de la présidentielle (2022), face à une extrême droite en embuscade.

Un débat sans vote sur l’immigration se tiendra les 30 septembre et 2 octobre au Parlement. Les modalités de l’aide médicale d’Etat (AME), qui permet depuis 2000 un accès aux soins aux étrangers en situation irrégulière, seront discutées. Le gouvernement étudie la possibilité d’une refonte du dispositif.

L’aile “sociale” de LaRem s’inquiète d’un durcissement de la politique migratoire, à l’instar d’ONG et associations de défense des migrants, qui évoquent le précédent Sarkozy.

“Il (Emmanuel Macron) se dit, sans doute pour les sondages, pour son électorat, qu’il y a peut-être d’autres clins d’oeil à faire à la droite ou à la droite de la droite”, a commenté sur France Inter le sénateur Les Républicains Bruno Retailleau.

Le groupe LR au Sénat milite pour transformer l’AME en une aide médicale “restreinte à un panier de maladies infectieuses, contagieuses” et l’instauration de quotas migratoires.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol