Archive pour le Tag 'limites ?'

Autotest virus : seulement disponible en nombre limités fin avril en France

Autotest virus : seulement disponible en nombre limités fin avril en France

 

Alors que les autotest sont déjà largement diffusées dans de nombreux pays étrangers, en France ils seront encore contingentés et ne seront pas disponibles avant fin avril. Le même retard, la même pénurie, le même scandale que pour les masques les vaccins. À noter par exemple que ces autotest sont vendus et disponibles dans des supermarchés en Allemagne et en Grande-Bretagne alors qu’en France ils ne pourront être achetée qu’en pharmacie. I

 

Le plus ridicule c’est que ces tests ne sont pas encore autorisés au niveau européen ! , ils doivent bénéficier d’une procédure dérogatoire pour être commercialisés en France. Dans ce but, un examen rapide a été engagé par l’ANSM, l’Agence du médicament, pour valider les documentations techniques apportées par les fabricants. Entre 5 et 10 tests sont évalués, dont quelques-uns ont été élaborés par des fabricants français, précise-t-on du côté du ministère de la Santé.

 

Plusieurs arrêtés devront être publiés au Journal officiel dans les prochains jours pour autoriser les autotests, la vente en pharmacie et notamment les procédures dérogatoires de commercialisation de ces dispositifs médicaux, sans l’aval européen.

Technologies-Intelligence artificielle : limites et mythes

Technologies-Intelligence artificielle : limites et mythes

 

 

Luc Julia fut un des créateurs de Siri, l’assistant virtuel de l’iPhone. Il dirige depuis 2012 le centre de recherche de Samsung, en Californie, mais il passe une partie de son temps à Paris. Considéré comme une des stars mondiales de l’intelligence artificielle, il a pourtant clamé, dans un livre paru en janvier 2019, que celle-ci… n’existe pas ! (Interview dans l’opinion)

Vous êtes le créateur de Siri, un des outils les plus aboutis d’intelligence artificielle appliqué à la reconnaissance vocale. Et pourtant, vous soutenez cette thèse surprenante : l’intelligence artificielle n’existe pas !

Non, cela n’existe pas ; et d’ailleurs, j’appelle cela de l’innovation avancée ou de l’intelligence augmentée, ce qui signifie que l’on peut garder le même sigle sans utiliser l’expression intelligence artificielle. Ce à quoi on a assisté depuis les années 1970, après un premier « hiver de l’intelligence artificielle » qui a découlé de l’échec des premières tentatives de reconnaissance du sens des textes écrits avec une machine et de l’assèchement des financements qui a suivi. Ce que nous observons aujourd’hui, ce sont surtout des systèmes experts, qui suivent de la logique, des règles. Ce sont des super arbres décisionnels qui reposent sur des capacités de stockage de plus en plus importantes. En 1997, lorsque l’ordinateur Deep Blue d’IBM bat le champion d’échec Gary Kasparov, il n’y parvient que parce qu’il est doté d’une mémoire énorme qui stocke les 10 49 coups possibles aux échecs. C’est beaucoup, mais c’est un nombre fini.

L’intelligence artificielle a pourtant démontré des capacités d’apprentissage…

Elle n’a démontré que sa capacité à apprendre très lentement. J’aime citer cet exemple. La naissance d’Internet, en 1994, a offert au monde la plus importante base de données jamais compilée et la notion de « big data ». On a pu prouver la capacité d’un système informatique à apprendre. La première expérience menée, entre 1997 et 2000, a été d’apprendre à un ordinateur à reconnaître un chat, en observant des centaines de milliers de photos étiquetées « chat » postées par des humains ; c’était la première base qualifiée et bien labellisée que l’on possédait, parce que les propriétaires de chats aiment poster des photos de leurs animaux. Et c’est ainsi qu’entre 2000 et 2005, des machines ont pu reconnaître des chats… à 98 %. Un enfant humain a, lui, besoin de voir un chat deux fois en moyenne pour intégrer le concept. Cela relativise totalement la notion de machine learning.

La machine a besoin, pour gager, de s’appuyer sur l’équivalent de la puissance de calcul de 2000 ordinateurs domestiques. Un petit data center qui dépense 440 kWh ! Une énergie folle pour jouer au go quand, dans le même temps, l’esprit humain dépense 20 Wh, l’équivalent d’une ampoule de faible puissance

L’intelligence artificielle a appris à faire des choses vraiment plus difficiles, comme jouer au très complexe jeu de go, dont on peine à évaluer le nombre de combinaisons possibles. N’est-ce pas remarquable ?

Le jeu de go est un jeu originaire de Chine dont le but est de contrôler le plan de jeu en y construisant des « territoires » avec des pierres noires et blanches, tout en faisant des prisonniers. Ce jeu pourrait comporter entre 10 172 et 10 592 configurations. On ne sait pas exactement. On sait désormais avoir une machine avec une puissance de calcul suffisante pour prendre en compte cette incroyable masse de combinaisons. Le programme Alphago développé par Google DeepMind a battu un humain en 2016. Elle n’est pas plus créative que l’homme. Elle est simplement plus surprenante. Et elle a besoin, pour gagner, de s’appuyer sur l’équivalent de la puissance de calcul de 2000 ordinateurs domestiques. Un petit data center qui dépense 440 kWh ! Une énergie folle pour jouer au go quand, dans le même temps, l’esprit humain dépense 20 Wh, l’équivalent d’une ampoule de faible puissance. Et l’esprit humain ne fait pas que jouer au go, il sait faire des quantités d’autres choses. Il faut se calmer, avec l’intelligence artificielle. Pour l’instant, cela se résume à une débauche de data et d’énergie pour faire des choses très limitées.

Pourquoi l’intelligence artificielle – ou l’innovation avancée comme vous l’appelez – fait-elle si peur ?

Parce que l’on raconte n’importe quoi sur ce sujet. Pour certains, l’IA – et j’utilise ces lettres à dessein – c’est Hollywood, c’est de la science-fiction, c’est « Terminator », le robot qui remplace l’homme et prend seul des décisions mauvaises, qui est incontrôlable. Or, nous sommes actuellement en contrôle total de l’IA. Ou alors, on fait rêver. C’est un autre genre de film, c’est « Her », le film de Spike Jonze, l’IA séduisante, qui devient notre moitié. Or, cela n’existera jamais avec les mathématiques et les statistiques qui servent actuellement de base à l’IA. Il faudrait utiliser d’autres sciences pour simuler un cerveau. Peut-être de l’informatique quantique… Mais cela reste une totale hypothèse, puisque nous ne savons pas comment fonctionne un cerveau, ou ce qu’est l’intelligence. On veut donc imiter un modèle que l’on ne connaît pas. L’intelligence émotionnelle, par exemple, personne ne sait ce que c’est.

Il y a pourtant des inquiétudes légitimes avec l’IA. En 2016, par exemple, le chatbot de Microsoft Tay, qui était supposé aider les clients à choisir leur matériel, est devenu raciste et sexiste en à peine 16 heures d’usage…

Tay était une expérience marketing qui a dû très vite être débranchée. Cet échec a souligné deux choses. D’abord, le fait que les algorithmes doivent comprendre le public et s’y adapter pour répondre à ses questions. Cela n’a pas été le cas avec Tay, qui a raconté autre chose que ce qu’il devait. Ensuite, pour pouvoir prendre en compte des conversations et répondre, un chatbot doit s’appuyer sur des conversations préexistantes annotées. Il y a des quantités considérables dans une base appelée Switchboard, qui recense des conversations enregistrées de call center. Il est probable que la base utilisée par Tay n’était pas de bonne qualité et à conduit Tay à dériver. C’est toujours l’homme qui décide ! Il n’y a pas d’erreurs de la machine les erreurs sont toujours celles de l’homme.

La technologie informatique est sans doute une des inventions les plus puissantes de l’humanité. Plus puissante, sans doute, que la maîtrise de l’atome. Mais elle n’est finalement pas si différente des autres inventions

Quelle attitude les autorités politiques doivent-elles adopter face à l’intelligence artificielle ?

Il faut évidemment une régulation, mais qui ait avant tout une valeur éducative. Pour l’instant les tentatives sont arrivées en retard. Le Règlement européen sur la protection des données personnelles, le RGPD, est très louable, mais il arrive quinze ans après les premiers problèmes. La régulation, c’est avant tout la régulation de chacun. La technologie informatique est sans doute une des inventions les plus puissantes de l’humanité. Plus puissante, sans doute, que la maîtrise de l’atome. Mais elle n’est finalement pas si différente des autres inventions. On a mis du temps à réguler l’usage du couteau ou de la poudre. Tous les outils peuvent être utilisés à bon ou à mauvais escient. Lorsque l’Humain invente quelque chose, c’est généralement pour le bien. Mais il est possible que cela dérape ici où là.

Est-il cependant à craindre que l’intelligence artificielle et ses applications finissent par grignoter nos libertés individuelles ?

L’IA aura les effets que les individus et les groupes décideront qu’elle aura. C’est une question éthique, philosophique autant que politique. Elle peut servir à éviter les accidents de voiture, à diagnostiquer les cancers. Le temps libéré par la technologie peut être utilisé pour nous éduquer, pour créer des liens. Les abus de la technologie peuvent aussi aboutir à des scénarios comme celui d’« Idiocracy », film sorti en 2005. Mike Judge y dépeint une société qui a tout lâché et la technologie aboutit à réduire une partie de l’humanité en esclavage. Notre rapport à la technologie doit être une négociation permanente : qu’est-ce qu’elle m’apporte ou pas ? Il faut choisir ses batailles.

Vous êtes une figure incontournable de la Tech aux Etats-Unis. Et vous n’êtes pas le seul français à briller dans la Silicon Valley. Comment se fait-il, selon vous, que la France et l’Europe comptent aussi peu de licornes ?

Je suis un franco-franchouillard de base ! Je crois en la France de Pascal, de Descartes, en l’héritage des Lumières. Notre pays produit des ingénieurs doués en maths et en technologie… Mais cela ne se traduit pas en termes économiques par la création d’entreprises. Cela n’a rien à voir avec les compétences, mais avec le marché. Il a beau exister un marché commun en Europe, du point de vue technologique, ce marché n’existe pas. Trop de langues cohabitent, trop de régulations, trop de barrières administratives différentes ; l’Europe a, de ce point de vue là, tout fait pour se pénaliser elle-même. Résultat : pour une société technologique française, le marché se limite à 60 millions d’habitants quand il est de 330 millions de personnes aux Etats-Unis avec un langage unique et d’un milliard de personnes en Chine. La démographie et la géographie font finalement tout. Il va être très compliqué d’inverser la tendance, même si, depuis deux ou trois ans, la French tech a redonné une fibre entrepreneuriale à la France. Les pépites que nous exportons sont en fait nos cerveaux, puisque tous les chefs de l’intelligence artificielle dans la Silicon Valley sont des Français.

Intelligence artificielle : limites et mythes

 

Intelligence artificielle : limites et mythes

 

 

Luc Julia fut un des créateurs de Siri, l’assistant virtuel de l’iPhone. Il dirige depuis 2012 le centre de recherche de Samsung, en Californie, mais il passe une partie de son temps à Paris. Considéré comme une des stars mondiales de l’intelligence artificielle, il a pourtant clamé, dans un livre paru en janvier 2019, que celle-ci… n’existe pas ! (Interview dans l’opinion)

Vous êtes le créateur de Siri, un des outils les plus aboutis d’intelligence artificielle appliqué à la reconnaissance vocale. Et pourtant, vous soutenez cette thèse surprenante : l’intelligence artificielle n’existe pas !

Non, cela n’existe pas ; et d’ailleurs, j’appelle cela de l’innovation avancée ou de l’intelligence augmentée, ce qui signifie que l’on peut garder le même sigle sans utiliser l’expression intelligence artificielle. Ce à quoi on a assisté depuis les années 1970, après un premier « hiver de l’intelligence artificielle » qui a découlé de l’échec des premières tentatives de reconnaissance du sens des textes écrits avec une machine et de l’assèchement des financements qui a suivi. Ce que nous observons aujourd’hui, ce sont surtout des systèmes experts, qui suivent de la logique, des règles. Ce sont des super arbres décisionnels qui reposent sur des capacités de stockage de plus en plus importantes. En 1997, lorsque l’ordinateur Deep Blue d’IBM bat le champion d’échec Gary Kasparov, il n’y parvient que parce qu’il est doté d’une mémoire énorme qui stocke les 10 49 coups possibles aux échecs. C’est beaucoup, mais c’est un nombre fini.

L’intelligence artificielle a pourtant démontré des capacités d’apprentissage…

Elle n’a démontré que sa capacité à apprendre très lentement. J’aime citer cet exemple. La naissance d’Internet, en 1994, a offert au monde la plus importante base de données jamais compilée et la notion de « big data ». On a pu prouver la capacité d’un système informatique à apprendre. La première expérience menée, entre 1997 et 2000, a été d’apprendre à un ordinateur à reconnaître un chat, en observant des centaines de milliers de photos étiquetées « chat » postées par des humains ; c’était la première base qualifiée et bien labellisée que l’on possédait, parce que les propriétaires de chats aiment poster des photos de leurs animaux. Et c’est ainsi qu’entre 2000 et 2005, des machines ont pu reconnaître des chats… à 98 %. Un enfant humain a, lui, besoin de voir un chat deux fois en moyenne pour intégrer le concept. Cela relativise totalement la notion de machine learning.

La machine a besoin, pour gager, de s’appuyer sur l’équivalent de la puissance de calcul de 2000 ordinateurs domestiques. Un petit data center qui dépense 440 kWh ! Une énergie folle pour jouer au go quand, dans le même temps, l’esprit humain dépense 20 Wh, l’équivalent d’une ampoule de faible puissance

L’intelligence artificielle a appris à faire des choses vraiment plus difficiles, comme jouer au très complexe jeu de go, dont on peine à évaluer le nombre de combinaisons possibles. N’est-ce pas remarquable ?

Le jeu de go est un jeu originaire de Chine dont le but est de contrôler le plan de jeu en y construisant des « territoires » avec des pierres noires et blanches, tout en faisant des prisonniers. Ce jeu pourrait comporter entre 10 172 et 10 592 configurations. On ne sait pas exactement. On sait désormais avoir une machine avec une puissance de calcul suffisante pour prendre en compte cette incroyable masse de combinaisons. Le programme Alphago développé par Google DeepMind a battu un humain en 2016. Elle n’est pas plus créative que l’homme. Elle est simplement plus surprenante. Et elle a besoin, pour gagner, de s’appuyer sur l’équivalent de la puissance de calcul de 2000 ordinateurs domestiques. Un petit data center qui dépense 440 kWh ! Une énergie folle pour jouer au go quand, dans le même temps, l’esprit humain dépense 20 Wh, l’équivalent d’une ampoule de faible puissance. Et l’esprit humain ne fait pas que jouer au go, il sait faire des quantités d’autres choses. Il faut se calmer, avec l’intelligence artificielle. Pour l’instant, cela se résume à une débauche de data et d’énergie pour faire des choses très limitées.

Pourquoi l’intelligence artificielle – ou l’innovation avancée comme vous l’appelez – fait-elle si peur ?

Parce que l’on raconte n’importe quoi sur ce sujet. Pour certains, l’IA – et j’utilise ces lettres à dessein – c’est Hollywood, c’est de la science-fiction, c’est « Terminator », le robot qui remplace l’homme et prend seul des décisions mauvaises, qui est incontrôlable. Or, nous sommes actuellement en contrôle total de l’IA. Ou alors, on fait rêver. C’est un autre genre de film, c’est « Her », le film de Spike Jonze, l’IA séduisante, qui devient notre moitié. Or, cela n’existera jamais avec les mathématiques et les statistiques qui servent actuellement de base à l’IA. Il faudrait utiliser d’autres sciences pour simuler un cerveau. Peut-être de l’informatique quantique… Mais cela reste une totale hypothèse, puisque nous ne savons pas comment fonctionne un cerveau, ou ce qu’est l’intelligence. On veut donc imiter un modèle que l’on ne connaît pas. L’intelligence émotionnelle, par exemple, personne ne sait ce que c’est.

Il y a pourtant des inquiétudes légitimes avec l’IA. En 2016, par exemple, le chatbot de Microsoft Tay, qui était supposé aider les clients à choisir leur matériel, est devenu raciste et sexiste en à peine 16 heures d’usage…

Tay était une expérience marketing qui a dû très vite être débranchée. Cet échec a souligné deux choses. D’abord, le fait que les algorithmes doivent comprendre le public et s’y adapter pour répondre à ses questions. Cela n’a pas été le cas avec Tay, qui a raconté autre chose que ce qu’il devait. Ensuite, pour pouvoir prendre en compte des conversations et répondre, un chatbot doit s’appuyer sur des conversations préexistantes annotées. Il y a des quantités considérables dans une base appelée Switchboard, qui recense des conversations enregistrées de call center. Il est probable que la base utilisée par Tay n’était pas de bonne qualité et à conduit Tay à dériver. C’est toujours l’homme qui décide ! Il n’y a pas d’erreurs de la machine les erreurs sont toujours celles de l’homme.

La technologie informatique est sans doute une des inventions les plus puissantes de l’humanité. Plus puissante, sans doute, que la maîtrise de l’atome. Mais elle n’est finalement pas si différente des autres inventions

Quelle attitude les autorités politiques doivent-elles adopter face à l’intelligence artificielle ?

Il faut évidemment une régulation, mais qui ait avant tout une valeur éducative. Pour l’instant les tentatives sont arrivées en retard. Le Règlement européen sur la protection des données personnelles, le RGPD, est très louable, mais il arrive quinze ans après les premiers problèmes. La régulation, c’est avant tout la régulation de chacun. La technologie informatique est sans doute une des inventions les plus puissantes de l’humanité. Plus puissante, sans doute, que la maîtrise de l’atome. Mais elle n’est finalement pas si différente des autres inventions. On a mis du temps à réguler l’usage du couteau ou de la poudre. Tous les outils peuvent être utilisés à bon ou à mauvais escient. Lorsque l’Humain invente quelque chose, c’est généralement pour le bien. Mais il est possible que cela dérape ici où là.

Est-il cependant à craindre que l’intelligence artificielle et ses applications finissent par grignoter nos libertés individuelles ?

L’IA aura les effets que les individus et les groupes décideront qu’elle aura. C’est une question éthique, philosophique autant que politique. Elle peut servir à éviter les accidents de voiture, à diagnostiquer les cancers. Le temps libéré par la technologie peut être utilisé pour nous éduquer, pour créer des liens. Les abus de la technologie peuvent aussi aboutir à des scénarios comme celui d’« Idiocracy », film sorti en 2005. Mike Judge y dépeint une société qui a tout lâché et la technologie aboutit à réduire une partie de l’humanité en esclavage. Notre rapport à la technologie doit être une négociation permanente : qu’est-ce qu’elle m’apporte ou pas ? Il faut choisir ses batailles.

Vous êtes une figure incontournable de la Tech aux Etats-Unis. Et vous n’êtes pas le seul français à briller dans la Silicon Valley. Comment se fait-il, selon vous, que la France et l’Europe comptent aussi peu de licornes ?

Je suis un franco-franchouillard de base ! Je crois en la France de Pascal, de Descartes, en l’héritage des Lumières. Notre pays produit des ingénieurs doués en maths et en technologie… Mais cela ne se traduit pas en termes économiques par la création d’entreprises. Cela n’a rien à voir avec les compétences, mais avec le marché. Il a beau exister un marché commun en Europe, du point de vue technologique, ce marché n’existe pas. Trop de langues cohabitent, trop de régulations, trop de barrières administratives différentes ; l’Europe a, de ce point de vue là, tout fait pour se pénaliser elle-même. Résultat : pour une société technologique française, le marché se limite à 60 millions d’habitants quand il est de 330 millions de personnes aux Etats-Unis avec un langage unique et d’un milliard de personnes en Chine. La démographie et la géographie font finalement tout. Il va être très compliqué d’inverser la tendance, même si, depuis deux ou trois ans, la French tech a redonné une fibre entrepreneuriale à la France. Les pépites que nous exportons sont en fait nos cerveaux, puisque tous les chefs de l’intelligence artificielle dans la Silicon Valley sont des Français.

Les limites de la désobéissance civile

Les limites de la désobéissance civile

 

La « désobéissance civile » est une expression forgée par un siècle de combats au nom de la justice pour tous et de la conquête de nouveaux droits. L’employer à tout propos procède d’une dangereuse équivoque politique, s’inquiète, dans une tribune au « Monde », l’ex-député écologiste Noël Mamère.

Tribune

 

. La colère et la détresse des cafetiers et restaurateurs, condamnés à l’inactivité par les mesures sanitaires du gouvernement liées au Covid-19, peuvent-elles être qualifiées de « désobéissance civile », comme nous le répètent certains médias ? Ne prennent-ils pas le risque de la confusion, de l’amalgame et, partant, de la manipulation politique en appliquant à une jacquerie – dont on peut comprendre les motifs – une expression forgée par un siècle de combats au nom de la justice pour tous et de la conquête de nouveaux droits ?

Quel lien peut-on établir entre les grandes figures de la « désobéissance civile non violente », telles que Henry David Thoreau (1817-1862), Gandhi (1869-1948), Martin Luther King (1929-1968), pour ne citer que les plus célèbres, et les manifestations des restaurateurs d’aujourd’hui ? Se battent-ils pour la conquête de nouveaux droits ou pour la seule survie de leur activité ?

En procédant à de tels raccourcis, qui ignorent le poids de l’histoire et détournent le sens des mots, les médias et les réseaux sociaux méprisent sans le savoir des générations de militants politiques pour lesquels « désobéir » signifie « faire son devoir » quand il s’agit de répondre à ce que leur dicte leur conscience. Quel qu’en soit le prix. Gandhi et Luther King l’ont payé de leur vie.

La « désobéissance civile » s’inscrit en effet dans une longue histoire. Elle commence au XIXe siècle, avec l’Américain Henry David Thoreau, auteur d’un court texte intitulé « la désobéissance civile », écrit après une nuit passée en prison pour avoir refusé de payer ses impôts à l’Etat du Massachusetts, au motif qu’ils finançaient l’esclavage et la guerre américaine au Mexique. « Je conseille de rompre avec l’Etat tant qu’il hésitera à faire son devoir », écrivait-il.

Le « devoir », au cœur de toute sa philosophie qui va inspirer des générations de désobéissants. Si Thoreau avait eu 20 ans en août 1914, quand les grandes puissances ont déclenché la première boucherie du XXe siècle, il aurait sans doute fait partie des insoumis ou des mutins, en obéissant au « devoir » de sa conscience, contre le « devoir » d’un Etat qui a envoyé toute une génération au cimetière.

S’il avait eu 20 ans au moment de la guerre d’Algérie, il serait devenu objecteur de conscience et aurait sans doute appartenu au réseau Jeanson, comme, en son temps, il fut un militant actif de l’« Underground Railroad », ce réseau d’aide aux esclaves fugitifs qui cherchaient à rejoindre le Canada voisin.

style=’box-sizing: inherit;font-size:1.6rem’ v:shapes= »_x0000_i1025″>

Les limites du numérique éducatif

Les limites du numérique éducatif 

Le professeur de lettres et écrivain Aymeric Patricot explique, dans une tribune au « Monde », que « le numérique reste un outil, dont l’éclat ne doit pas faire oublier la valeur de ce qu’il véhicule ».

Tribune. La crise sanitaire et le confinement n’ont fait qu’accélérer la voie que prend l’éducation nationale sur le chemin du numérique. Cours à distance, documents sur fichiers, corrections sur écran, autant de pratiques acceptées dans l’urgence mais que l’institution nous incite à adopter, par petites touches, depuis des années, dans une perspective affichée de modernisation.

 

Je n’ai rien contre cette évolution. Non seulement je comprends l’utilité des écrans tactiles et des applications pédagogiques, mais j’ai du goût pour ces progrès. Je ne vois pas trop, après tout, quel genre de fatalité les rendrait néfastes – la télévision n’avait-elle pas, en son temps, suscité des controverses ? Dans ma vie privée, je consomme de la musique numérisée, des films sur Netflix et des jeux vidéo ; en tant qu’enseignant, j’envoie des vidéos par mail, j’organise des ciné-clubs et j’emporte mon enceinte portative pour des extraits musicaux. En somme, je ne suis pas réfractaire à l’idée que la circulation accélérée des contenus permise par le numérique relance à une échelle inédite la révolution déjà opérée par Gutenberg.

Mes infinis découpages-collages

Malgré tout, je reste curieusement réfractaire à bien des usages. Je ne me résous pas à faire lire mes élèves sur tablette ni même à projeter des documents sur le tableau. Je ne me résous pas à truffer de documents l’espace numérique de travail. A la rigueur, créer ma page où les élèves se rendraient s’ils le souhaitent pour quelques lectures complémentaires. Mais j’ai déjà du mal à avoir recours à des manuels. Non seulement les textes proposés ne correspondent pas à ceux que j’ai lus, mais je me sentirais paresseux, et même corseté par une structure proposée par d’autres.

Pire, je n’ai jamais passé autant de temps à peaufiner mes documents photocopiés. Une part conséquente de mes préparations consiste à découper des extraits de livres que je possède – je ne veux pas me contenter d’extraits sélectionnés par d’autres – et à les organiser sur des pages A4. Pour la plupart des professeurs, le fantasme n’est-il pas toujours de tirer la substantifique moelle de livres qu’ils ont le plaisir de lire, de commenter, de tenir entre leurs mains, voire de griffonner, de surligner, d’agrémenter de commentaires ?

J’ai même continué mes infinis découpages-collages à l’occasion du confinement. On aurait pu croire qu’à l’heure des visioconférences et des fichiers joints la pratique du polycopié tomberait en désuétude… Mais, après quelques cours filmés, quelques enregistrements de mes cours, j’en suis revenu à mes découpages, que je prenais en photo pour les joindre à mes mails. L’idéal aurait été d’envoyer par courrier le résultat de mon travail… Et ce n’est pas d’un scanner ou d’une caméra que j’aurais dû encombrer mon bureau, mais d’une antique photocopieuse et de ramettes A4 !

Les limites de la démocratie du hasard

Les limites de la démocratie du hasard

 

Gilles Savary ,ancien député PS de la Gironde et délégué général de Territoires de progrès estime qu’il est un peu malencontreux que le cinquième anniversaire de l’Accord de Paris sur le climat ait été entaché en France par la dissonance d’une polémique publique entre certains participants à la Convention citoyenne pour le climat et le président de la République. (Chronique dans l’Opinion)

L’objet de la controverse concerne l’énigmatique promesse présidentielle de soumettre « sans filtre » les conclusions de la Convention au pouvoir législatif, entretenant par là même l’espoir implicite que la discipline majoritaire à l’Assemblée nationale suffirait à les transposer telles quelles dans la loi. La messe n’est pas dite, mais il n’est pas anormal que certains citoyens de la Convention s’offusquent de constater que l’administration et les principaux secteurs économiques impactés à un titre ou à un autre par ses conclusions s’en soient saisis et tentent de les infléchir.

Il n’est pas de gouvernement et de représentation nationale, en France ou dans toute autre démocratie, qui ne puissent se dispenser du concours de l’administration pour vérifier que des idées généreuses n’enfoncent pas des portes ouvertes, ne produisent pas d’effets pervers ou de préjudices disproportionnés, et ne contrarient pas des principes techniques ou juridiques essentiels.

Il n’est pas plus illégitime que des représentants d’intérêts économiques et sociaux, caricaturés en lobbyistes vénaux par les garants de vertu, se signalent aux décideurs ultimes, gouvernement et élus du peuple, pour les alerter sur les conséquences de leurs décisions, car ce sont ces derniers in fine, et non pas les 150 conventionnels qui en assumeront sans partage la responsabilité. On peut par exemple souhaiter que notre pays renonce à soutenir ses pôles d’excellence aéronautique et automobile, mais il n’est pas méprisable que leurs patronats comme leurs salariés expriment leurs craintes qu’il en résulte plus de chômeurs français et plus d’avions chinois ou d’automobiles américaines, sans grand impact pour le climat.

C’est précisément le redoutable apanage de la responsabilité politique que d’être soumise à des équations et à des dilemmes déchirants. Gouverner, c’est précisément « filtrer » une multitude d’aspirations, d’intérêts, de revendications, de situations, de passions et de pressions contradictoires et parfois conflictuelles, pour tenter d’en trouver le chemin du compromis et de l’action acceptables. Et nul panel citoyen, catégoriel, auto constitué ou tiré au sort ne dispose de la légitimité d’en imposer aux représentants élus de toutes les composantes sociales et territoriales de la nation.

On peut regretter que cette règle du jeu hasardeuse n’ait pas été clairement posée ou intégrée dès le début des travaux de la Convention citoyenne, mais elle est consubstantielle à toute démocratie politique.

Cette expérience, qui ne met nullement en cause la sincérité et l’honnêteté des citoyens qui y ont participé, interroge moins notre politique climatique et environnementale, que la crise de légitimité qui affecte et menace notre démocratie représentative. A l’évidence, une réforme de nos institutions s’impose, ne serait-ce que pour dissiper la confusion des boussoles et des pouvoirs qui s’installe dans les esprits, surexpose le Président et alimente la combustion lente d’une sévère crise de régime.

Il est temps d’imprimer dans nos institutions l’esprit et la lettre des enseignements de Montesquieu en y intégrant, à leur place mais pas au-delà de leur place, les aspirations participatives de notre époque.

Les limites de la démocratie-loterie……. sans philtre

Les limites de la démocratie-loterie……. sans philtre

 

Gilles Savary ,ancien député PS de la Gironde et délégué général de Territoires de progrès estime qu’il est un peu malencontreux que le cinquième anniversaire de l’Accord de Paris sur le climat ait été entaché en France par la dissonance d’une polémique publique entre certains participants à la Convention citoyenne pour le climat et le président de la République. (Chronique dans l’Opinion)

L’objet de la controverse concerne l’énigmatique promesse présidentielle de soumettre « sans filtre » les conclusions de la Convention au pouvoir législatif, entretenant par là même l’espoir implicite que la discipline majoritaire à l’Assemblée nationale suffirait à les transposer telles quelles dans la loi. La messe n’est pas dite, mais il n’est pas anormal que certains citoyens de la Convention s’offusquent de constater que l’administration et les principaux secteurs économiques impactés à un titre ou à un autre par ses conclusions s’en soient saisis et tentent de les infléchir.

Il n’est pas de gouvernement et de représentation nationale, en France ou dans toute autre démocratie, qui ne puissent se dispenser du concours de l’administration pour vérifier que des idées généreuses n’enfoncent pas des portes ouvertes, ne produisent pas d’effets pervers ou de préjudices disproportionnés, et ne contrarient pas des principes techniques ou juridiques essentiels.

Il n’est pas plus illégitime que des représentants d’intérêts économiques et sociaux, caricaturés en lobbyistes vénaux par les garants de vertu, se signalent aux décideurs ultimes, gouvernement et élus du peuple, pour les alerter sur les conséquences de leurs décisions, car ce sont ces derniers in fine, et non pas les 150 conventionnels qui en assumeront sans partage la responsabilité. On peut par exemple souhaiter que notre pays renonce à soutenir ses pôles d’excellence aéronautique et automobile, mais il n’est pas méprisable que leurs patronats comme leurs salariés expriment leurs craintes qu’il en résulte plus de chômeurs français et plus d’avions chinois ou d’automobiles américaines, sans grand impact pour le climat.

C’est précisément le redoutable apanage de la responsabilité politique que d’être soumise à des équations et à des dilemmes déchirants. Gouverner, c’est précisément « filtrer » une multitude d’aspirations, d’intérêts, de revendications, de situations, de passions et de pressions contradictoires et parfois conflictuelles, pour tenter d’en trouver le chemin du compromis et de l’action acceptables. Et nul panel citoyen, catégoriel, auto constitué ou tiré au sort ne dispose de la légitimité d’en imposer aux représentants élus de toutes les composantes sociales et territoriales de la nation.

On peut regretter que cette règle du jeu hasardeuse n’ait pas été clairement posée ou intégrée dès le début des travaux de la Convention citoyenne, mais elle est consubstantielle à toute démocratie politique.

Cette expérience, qui ne met nullement en cause la sincérité et l’honnêteté des citoyens qui y ont participé, interroge moins notre politique climatique et environnementale, que la crise de légitimité qui affecte et menace notre démocratie représentative. A l’évidence, une réforme de nos institutions s’impose, ne serait-ce que pour dissiper la confusion des boussoles et des pouvoirs qui s’installe dans les esprits, surexpose le Président et alimente la combustion lente d’une sévère crise de régime.

Il est temps d’imprimer dans nos institutions l’esprit et la lettre des enseignements de Montesquieu en y intégrant, à leur place mais pas au-delà de leur place, les aspirations participatives de notre époque.

Convention citoyenne ou les limites de la démocratie Macronienne du hasard

Convention citoyenne ou les limites de la démocratie Macronienne du hasard

 

Gilles Savary ,ancien député PS de la Gironde et délégué général de Territoires de progrès estime qu’il est un peu malencontreux que le cinquième anniversaire de l’Accord de Paris sur le climat ait été entaché en France par la dissonance d’une polémique publique entre certains participants à la Convention citoyenne pour le climat et le président de la République. (Chronique dans l’Opinion)

L’objet de la controverse concerne l’énigmatique promesse présidentielle de soumettre « sans filtre » les conclusions de la Convention au pouvoir législatif, entretenant par là même l’espoir implicite que la discipline majoritaire à l’Assemblée nationale suffirait à les transposer telles quelles dans la loi. La messe n’est pas dite, mais il n’est pas anormal que certains citoyens de la Convention s’offusquent de constater que l’administration et les principaux secteurs économiques impactés à un titre ou à un autre par ses conclusions s’en soient saisis et tentent de les infléchir.

Il n’est pas de gouvernement et de représentation nationale, en France ou dans toute autre démocratie, qui ne puissent se dispenser du concours de l’administration pour vérifier que des idées généreuses n’enfoncent pas des portes ouvertes, ne produisent pas d’effets pervers ou de préjudices disproportionnés, et ne contrarient pas des principes techniques ou juridiques essentiels.

Il n’est pas plus illégitime que des représentants d’intérêts économiques et sociaux, caricaturés en lobbyistes vénaux par les garants de vertu, se signalent aux décideurs ultimes, gouvernement et élus du peuple, pour les alerter sur les conséquences de leurs décisions, car ce sont ces derniers in fine, et non pas les 150 conventionnels qui en assumeront sans partage la responsabilité. On peut par exemple souhaiter que notre pays renonce à soutenir ses pôles d’excellence aéronautique et automobile, mais il n’est pas méprisable que leurs patronats comme leurs salariés expriment leurs craintes qu’il en résulte plus de chômeurs français et plus d’avions chinois ou d’automobiles américaines, sans grand impact pour le climat.

C’est précisément le redoutable apanage de la responsabilité politique que d’être soumise à des équations et à des dilemmes déchirants. Gouverner, c’est précisément « filtrer » une multitude d’aspirations, d’intérêts, de revendications, de situations, de passions et de pressions contradictoires et parfois conflictuelles, pour tenter d’en trouver le chemin du compromis et de l’action acceptables. Et nul panel citoyen, catégoriel, auto constitué ou tiré au sort ne dispose de la légitimité d’en imposer aux représentants élus de toutes les composantes sociales et territoriales de la nation.

On peut regretter que cette règle du jeu hasardeuse n’ait pas été clairement posée ou intégrée dès le début des travaux de la Convention citoyenne, mais elle est consubstantielle à toute démocratie politique.

Cette expérience, qui ne met nullement en cause la sincérité et l’honnêteté des citoyens qui y ont participé, interroge moins notre politique climatique et environnementale, que la crise de légitimité qui affecte et menace notre démocratie représentative. A l’évidence, une réforme de nos institutions s’impose, ne serait-ce que pour dissiper la confusion des boussoles et des pouvoirs qui s’installe dans les esprits, surexpose le Président et alimente la combustion lente d’une sévère crise de régime.

Il est temps d’imprimer dans nos institutions l’esprit et la lettre des enseignements de Montesquieu en y intégrant, à leur place mais pas au-delà de leur place, les aspirations participatives de notre époque.

Les limites de la démocratie-loterie……. sans philtre

Les limites de la démocratie-loterie……. sans philtre

 

Gilles Savary ,ancien député PS de la Gironde et délégué général de Territoires de progrès estime qu’il est un peu malencontreux que le cinquième anniversaire de l’Accord de Paris sur le climat ait été entaché en France par la dissonance d’une polémique publique entre certains participants à la Convention citoyenne pour le climat et le président de la République. (Chronique dans l’Opinion)

L’objet de la controverse concerne l’énigmatique promesse présidentielle de soumettre « sans filtre » les conclusions de la Convention au pouvoir législatif, entretenant par là même l’espoir implicite que la discipline majoritaire à l’Assemblée nationale suffirait à les transposer telles quelles dans la loi. La messe n’est pas dite, mais il n’est pas anormal que certains citoyens de la Convention s’offusquent de constater que l’administration et les principaux secteurs économiques impactés à un titre ou à un autre par ses conclusions s’en soient saisis et tentent de les infléchir.

Il n’est pas de gouvernement et de représentation nationale, en France ou dans toute autre démocratie, qui ne puissent se dispenser du concours de l’administration pour vérifier que des idées généreuses n’enfoncent pas des portes ouvertes, ne produisent pas d’effets pervers ou de préjudices disproportionnés, et ne contrarient pas des principes techniques ou juridiques essentiels.

Il n’est pas plus illégitime que des représentants d’intérêts économiques et sociaux, caricaturés en lobbyistes vénaux par les garants de vertu, se signalent aux décideurs ultimes, gouvernement et élus du peuple, pour les alerter sur les conséquences de leurs décisions, car ce sont ces derniers in fine, et non pas les 150 conventionnels qui en assumeront sans partage la responsabilité. On peut par exemple souhaiter que notre pays renonce à soutenir ses pôles d’excellence aéronautique et automobile, mais il n’est pas méprisable que leurs patronats comme leurs salariés expriment leurs craintes qu’il en résulte plus de chômeurs français et plus d’avions chinois ou d’automobiles américaines, sans grand impact pour le climat.

C’est précisément le redoutable apanage de la responsabilité politique que d’être soumise à des équations et à des dilemmes déchirants. Gouverner, c’est précisément « filtrer » une multitude d’aspirations, d’intérêts, de revendications, de situations, de passions et de pressions contradictoires et parfois conflictuelles, pour tenter d’en trouver le chemin du compromis et de l’action acceptables. Et nul panel citoyen, catégoriel, auto constitué ou tiré au sort ne dispose de la légitimité d’en imposer aux représentants élus de toutes les composantes sociales et territoriales de la nation.

On peut regretter que cette règle du jeu hasardeuse n’ait pas été clairement posée ou intégrée dès le début des travaux de la Convention citoyenne, mais elle est consubstantielle à toute démocratie politique.

Cette expérience, qui ne met nullement en cause la sincérité et l’honnêteté des citoyens qui y ont participé, interroge moins notre politique climatique et environnementale, que la crise de légitimité qui affecte et menace notre démocratie représentative. A l’évidence, une réforme de nos institutions s’impose, ne serait-ce que pour dissiper la confusion des boussoles et des pouvoirs qui s’installe dans les esprits, surexpose le Président et alimente la combustion lente d’une sévère crise de régime.

Il est temps d’imprimer dans nos institutions l’esprit et la lettre des enseignements de Montesquieu en y intégrant, à leur place mais pas au-delà de leur place, les aspirations participatives de notre époque.

Gilles Savary est ancien député PS de la Gironde et délégué général de Territoires de progrès.

Hydrogène : les limites ?

Hydrogène : les limites ?

La peur du déclassement industriel induit en France un réflexe qui tient parfois du complexe d’infériorité, estime, dans une tribune au « Monde », le géoéconomiste Nicolas Mazzucchi.

Tribune. L’annonce, de la part d’Airbus, de la mise en production d’un avion à hydrogène à l’horizon 2035 pourrait, de prime abord, s’apparenter à une victoire dans la volonté du gouvernement français d’entraîner nombre de grandes entreprises dans son plan hydrogène. Toutefois, en y regardant de plus près, il semble plutôt qu’il s’agit là d’une fuite en avant technologique.

L’hydrogène est à la mode. Depuis deux ans, se multiplient les stratégies nationales pour le développement des différentes étapes de la chaîne de valeur industrielle de ce gaz (production, stockage, transport, utilisation), certaines plus pragmatiques et claires que d’autres. Cette « vogue » de l’hydrogène succède à celle des batteries du milieu des années 2010, elle-même postérieure à celle de l’éolien des années 2000, etc.

Une technologie « de rupture » en chasse une autre à un rythme toujours plus rapide. Toutefois, rien ne semble réellement fait – en France – pour analyser le rapport entre le besoin et les finalités réelles. Avec un socle électrique décarboné, l’hydrogène a-t-il réellement un sens dans nombre d’usages, lui dont l’empreinte environnementale est tout sauf nulle ? Avec une électricité reposant peu sur des sources intermittentes, y a-t-il une urgence sur les batteries de grande capacité ? Au contraire, peu de discours et d’investissements retentissants portent sur les questions de résilience du réseau, de cybersécurité des systèmes de pilotage ou de mise à niveau des parcs électronucléaire et hydraulique, lesquels représentent pourtant près de 90 % de la production électrique nationale.

La question n’est au fond pas l’hydrogène ou les batteries, ni même le stockage d’énergie dans son ensemble. Il s’agit en réalité de penser – et surtout de décider – l’orientation globale de nos sociétés, au travers du volet industriel. L’absence criante de prise en compte de l’ensemble de la chaîne de valeur, depuis le processus minier jusqu’au démantèlement et au recyclage, induit des erreurs d’appréciation qui se révèlent catastrophiques par la suite.

Alors que l’Union européenne tire la sonnette d’alarme depuis des années sur les enjeux liés à l’approvisionnement du continent en métaux stratégiques, en particulier pour les batteries (lithium, cobalt, etc.), cette donnée, pourtant fondamentale, ne semble que bien peu entrer en ligne de compte dans l’improbable alliance européenne des batteries. L’hydrogène risque bien, lui aussi, de se retrouver confronté aux mêmes enjeux dans la production (électrodes pour l’électrolyse de l’eau) ou le transport (alliages spéciaux pour les pipelines spécialisés). Le recyclage des métaux, enjeu stratégique majeur, demeure au mieux limité, au pire oublié.

 

 

 

Mythes et limites du télétravail

 

Mythes et limites du télétravail

Pour certains experts la gestion de la mobilité réduite pourrait passer par la quasi généralisation du télétravail. Or il faut bien mesurer les limites de cette possibilité. En effet en septembre à peu près 15 % des salariés utilisaient le télétravail. Un moyen qui pourrait concerner au mieux 30 % de la population concernée. En clair, 70 % des autres travailleurs ne peuvent effectuer leurs tâches uniquement par téléphone,  sur ordinateur et par Internet.

 

Certes, la France a vu son industrie grosse consommatrice de main-d’œuvre s’écrouler en une vingtaine d’années, certes le cœur de la croissance du pays repose sur le développement des services et du tourisme pour autant nombre de métiers exige une présence physique humaine près des lieux de production. Imaginez que la grande majorité des salariés pourrait recourir au télétravail relève du mythe. Un mythe cultivé dans les salons et les salles de rédaction des médias qui ont une vision très restrictive et très mondaine de la réalité sociale et économique. Il faut sans doute encourager compte tenu de la période le travail effectué depuis le domicile mais on ne remplacera pas l’intérêt de la présente humaine voire son caractère incontournable.

 

 

 

 

Coronavirus Allemagne : événements privés limités à 15 personnes

Coronavirus Allemagne : événements privés limités à 15 personnes

L’Allemagne va introduire de nouvelles mesures plus restrictives pour tenter de lutter contre une résurgence de la pandémie de Covid-19, a annoncé mercredi soir la chancelière Angela Merkel à l’issue d’une réunion avec les responsables des 16 Etats régionaux. Le nombre de participants à des événements privés sera par exemple limité à 15 dans les régions enregistrant plus de 35 nouvelles contaminations pour 100.000 habitants sur sept jours. «Je suis convaincue que ce que nous allons faire maintenant va déterminer la manière dont nous traverserons cette pandémie», a commenté la chancelière.

Les limites du mouvement philanthropique

Les limites du mouvement philanthropique

 

 

 

Des responsables de la plate-forme citoyenne Make.org Foundation et de l’association EVPA exposent, dans une tribune au « Monde », les nouvelles frontières de la philanthropie européenne, à l’ère de l’épidémie de Covid-19

Tribune. En pleine crise sociale, économique et écologique, les démocraties peinent à trouver des majorités pour mettre en œuvre une action publique efficace. Nos sociétés ont ainsi plus que jamais besoin d’actions civiles pour compléter ou pallier l’action publique, et la philanthropie doit en être le moteur. Face à cette responsabilité urgente et croissante, la philanthropie doit bien sûr démultiplier les moyens mobilisés. Pourtant, les deux véritables défis qui s’imposent à elle sont d’une autre nature.

Le premier défi porte sur la légitimité, ou « syndrome du messie ». En Europe, mais également aux Etats-Unis, dans plusieurs médias, sur les réseaux sociaux et dans le débat public, la légitimité de l’action de certaines grandes fondations est remise en cause, quelle que soit l’intégrité de leur démarche. Leurs avantages fiscaux sont pointés du doigt. Le soupçon de conflits d’intérêts pèse parfois sur leurs actions. La « privatisation de l’intérêt général » est érigée en menace. Sans refonder sa légitimité dans la société, la philanthropie ambitieuse finira par se confronter à des oppositions sociales et politiques.

Le second défi est celui de l’impact, ou « syndrome de la danseuse ». Aujourd’hui, l’exigence de résultat qui s’impose à l’action philanthropique est bien supérieure à celle de l’action publique. Elle se doit non seulement de procéder de façon professionnelle dans le choix des actions mais aussi dans la mesure précise des réalisations.

Pourtant, bien au-delà, elle se doit d’être déterminante, transformative, systémique et à l’échelle des problèmes auxquels elle s’attaque. Si les philanthropes ne concentrent pas leurs efforts sur les actions qui changent effectivement la donne, ces dernières risquent d’être perçues comme superficielles, inefficaces, inutiles et, en conséquence, comme un gaspillage indirect d’argent public, ou pire, comme la conséquence d’inégalités inacceptables.

Les philanthropes américains ont bâti leur action sur une promesse d’efficacité déterminante, mais sont aujourd’hui confrontés à une remise en question de leur légitimité. Les philanthropes européens ont été culturellement plus modestes dans leur rôle, pour rester légitimes dans la société, mais sont aujourd’hui questionnés sur l’efficacité et l’utilité réelles de leurs actions.

Sans légitimité, le rôle de la philanthropie finira par être contraint par la société. Sans impact décisif, la légitimité des philanthropes et des mesures fiscales qui leur sont accordées sera remise en cause. Ce mouvement a d’ailleurs déjà commencé en France.

 

 

Les limites d’un commissariat au plan

 Les limites d’un commissariat au plan  

L’économiste Cédric Durand et le sociologue Razmig Keucheyan doutent, dans une tribune au « Monde », que la réapparition d’un Commissariat au Plan puisse aller au-delà du symbole, étant donné les orientations du pouvoir actuel.

Tribune.

 

La décision d’Emmanuel Macron de créer un Commissariat général au Plan et d’en confier la direction à François Bayrou est un spectaculaire revirement idéologique. Ce décret présidentiel acte l’échec des tentatives d’instaurer une régulation économique autonome dominée par la finance. Il révèle aussi la fascination mêlée de crainte des élites occidentales par rapport à l’efficacité économique du néodirigisme chinois.

Le retour du plan, c’est l’aveu que les marchés ne peuvent pas tout. Au terme de quatre décennies d’hégémonie financière, la promesse d’une coordination économique harmonieuse et efficiente a disparu. Nos sociétés, instruites par l’onde de choc du krach de 2008, connaissent le versant menaçant de la finance. Avec le Covid-19, elles ont appris que la confrontation des intérêts économiques sur les marchés n’est d’aucun secours lorsqu’il faut affronter l’urgence.

A l’inverse, des Bourses globalisées sont un surcroît de fragilité qui a contraint les autorités à ouvrir grand les vannes de la création monétaire, pour empêcher qu’un remake de la panique financière de l’automne 2008 se joue sur fond de pandémie.

A ces objections pratiques s’ajoute une raison plus fondamentale. Les marchés financiers prétendaient tenir lieu de quartier général de l’organisation économique, mais leur fonction cognitive n’a cessé de se dégrader. Les prix auxquels se réalisent les transactions devraient révéler les informations nécessaires à des décisions d’investissement optimales.

Or, depuis plusieurs années, l’intervention des banques centrales et des aides d’Etat aux grandes firmes déconnectent les prix des actifs de contraintes et des opportunités entrepreneuriales réelles. Soutenues à bout de bras, les valeurs financières ont perdu tout lien organique avec une véritable intelligence des capacités à générer ses richesses.

Le Commissariat au Plan ne pourrait prendre un tour plus substantiel que si le renversement de logique qu’il suggère affectait la réalité de l’agencement institutionnel conquis par le néolibéralisme

La finance étant incapable de projeter notre devenir économique collectif, cette fonction incombe au politique. C’est la signification du geste inattendu d’Emmanuel Macron. Il pourrait s’interpréter comme un tournant de la rigueur de 1983 à l’envers.

Mais il y a loin du mot à la chose. Pour l’heure, le Commissariat au Plan n’est qu’un « gimmick ». Et il ne pourrait prendre un tour plus substantiel que si le renversement de logique qu’il suggère affectait la réalité de l’agencement institutionnel conquis par le néolibéralisme.

 

Avantages et limites de la thérapie par la dette publique?

Avantages et  limites de la thérapie par la dette publique?

D’après ’Emmanuel Combe.  Emmanuel Combe est professeur à Skema Business School et vice-président de l’Autorité de la concurrence évoque les limites de la thérapie par la dette publique.( Dans l’Opinion)

 

« Ce qui était au départ une crise sanitaire s’est rapidement transformé en une crise économique d’une violence inégalée : en Europe, la Commission table désormais sur une chute du PIB de 7,7 % en 2020. Du jamais vu depuis la Grande Dépression. Face à l’urgence de la situation, l’Etat a rapidement pris les commandes de l’économie : il a laissé filer les déficits, en gelant les rentrées fiscales et en ouvrant les vannes de la dépense publique. Il a eu raison : à grand choc, grands remèdes.

Dans le cas de la France, le déficit public devrait plonger à 9,9 % du PIB en 2020 et la dette atteindre 116 % ; même la vertueuse Allemagne va connaître une tendance similaire, avec un déficit de 7 %, contre un excédent budgétaire de 1,4 % en 2019. Faut-il s’en inquiéter ? sur le principe, non ; en pratique, oui, surtout pour un pays comme la France.

D’un point de vue théorique, une forte hausse de la dette n’est pas une mauvaise nouvelle en soi : face à un choc négatif sur l’offre et la demande, il est logique que la dépense publique vienne se substituer momentanément à des investissements et une consommation privés en berne. C’est le sens même d’une politique contracyclique. »

Les marchés financiers ont d’ailleurs intégré ce rôle salutaire de la dette publique puisqu’ils continuent à accorder leur confiance aux pays les plus solides de la zone Euro : preuve en est, l’Allemagne vient de lever sans difficulté plus de 7,5 milliards d’euros à échéance de 15 ans et… à taux négatif. La France a émis de son côté de la dette à… 40 ans, au taux de 0,86 %.

Il n’existe pas non plus de chiffre absolu en matière de dette publique : dire qu’il ne faut pas dépasser les 100 % du PIB n’a pas de sens. Qui plus est, une dette peut n’être jamais remboursée, si elle est refinancée régulièrement, surtout à des taux bas : seul la charge de la dette doit alors être payée.

Pour autant, on peut s’inquiéter de la hausse de la dette publique.

« Dans un pays comme la France où les déficits publics sont la norme depuis 1975, les citoyens risquent d’être confortés dans l’idée selon laquelle tout peut se régler durablement par de la dépense publique »

Drogue dure. Tout d’abord, dire qu’il n’y a pas de chiffre absolu pour la dette ne signifie pas que l’on peut s’endetter à l’infini : il y a forcément un seuil au-delà duquel les marchés financiers auront des doutes sur sa soutenabilité et exigeront une prime de risque. Les taux d’intérêt exploseront alors et le pays se verra rappeler brutalement à la réalité.

De plus, si la dette publique est monétisée par la BCE, la contrainte de financement est certes levée mais au prix d’une inflation : si ce n’est pas sur le marché des biens et services, ce sera ailleurs, et notamment sur le marché de l’immobilier, avec une bulle.

Ensuite, un pays qui s’endette doit avoir conscience qu’il fait peser un risque financier sur les générations futures : si les taux remontent, le refinancement de la dette coûtera plus cher demain et amputera d’autant les marges de manœuvre de l’Etat. La dépense publique supplémentaire affectée au paiement des intérêts se fera en effet au détriment d’autres dépenses utiles, telle que l’éducation ou la santé.

Mais surtout, dans un pays comme la France où les déficits publics sont la norme depuis 1975, les citoyens risquent d’être confortés dans l’idée selon laquelle tout peut se régler durablement par de la dépense publique. La dette est certes un très bon médicament pour stopper une crise ; ce ne doit pas devenir une drogue dure. »

 

Emmanuel Combe est professeur à Skema Business School et vice-président de l’Autorité de la concurrence.

 

Les limites de la thérapie par la dette publique?

Les limites de la thérapie par la dette publique?

’Emmanuel Combe, Emmanuel Combe est professeur à Skema Business School et vice-président de l’Autorité de la concurrence évoque les limites de la thérapie par la dette publique.( Dans l’Opinion)

« Ce qui était au départ une crise sanitaire s’est rapidement transformé en une crise économique d’une violence inégalée : en Europe, la Commission table désormais sur une chute du PIB de 7,7 % en 2020. Du jamais vu depuis la Grande Dépression. Face à l’urgence de la situation, l’Etat a rapidement pris les commandes de l’économie : il a laissé filer les déficits, en gelant les rentrées fiscales et en ouvrant les vannes de la dépense publique. Il a eu raison : à grand choc, grands remèdes.

Dans le cas de la France, le déficit public devrait plonger à 9,9 % du PIB en 2020 et la dette atteindre 116 % ; même la vertueuse Allemagne va connaître une tendance similaire, avec un déficit de 7 %, contre un excédent budgétaire de 1,4 % en 2019. Faut-il s’en inquiéter ? sur le principe, non ; en pratique, oui, surtout pour un pays comme la France.

D’un point de vue théorique, une forte hausse de la dette n’est pas une mauvaise nouvelle en soi : face à un choc négatif sur l’offre et la demande, il est logique que la dépense publique vienne se substituer momentanément à des investissements et une consommation privés en berne. C’est le sens même d’une politique contracyclique. »

Les marchés financiers ont d’ailleurs intégré ce rôle salutaire de la dette publique puisqu’ils continuent à accorder leur confiance aux pays les plus solides de la zone Euro : preuve en est, l’Allemagne vient de lever sans difficulté plus de 7,5 milliards d’euros à échéance de 15 ans et… à taux négatif. La France a émis de son côté de la dette à… 40 ans, au taux de 0,86 %.

Il n’existe pas non plus de chiffre absolu en matière de dette publique : dire qu’il ne faut pas dépasser les 100 % du PIB n’a pas de sens. Qui plus est, une dette peut n’être jamais remboursée, si elle est refinancée régulièrement, surtout à des taux bas : seul la charge de la dette doit alors être payée.

Pour autant, on peut s’inquiéter de la hausse de la dette publique.

« Dans un pays comme la France où les déficits publics sont la norme depuis 1975, les citoyens risquent d’être confortés dans l’idée selon laquelle tout peut se régler durablement par de la dépense publique »

Drogue dure. Tout d’abord, dire qu’il n’y a pas de chiffre absolu pour la dette ne signifie pas que l’on peut s’endetter à l’infini : il y a forcément un seuil au-delà duquel les marchés financiers auront des doutes sur sa soutenabilité et exigeront une prime de risque. Les taux d’intérêt exploseront alors et le pays se verra rappeler brutalement à la réalité.

De plus, si la dette publique est monétisée par la BCE, la contrainte de financement est certes levée mais au prix d’une inflation : si ce n’est pas sur le marché des biens et services, ce sera ailleurs, et notamment sur le marché de l’immobilier, avec une bulle.

Ensuite, un pays qui s’endette doit avoir conscience qu’il fait peser un risque financier sur les générations futures : si les taux remontent, le refinancement de la dette coûtera plus cher demain et amputera d’autant les marges de manœuvre de l’Etat. La dépense publique supplémentaire affectée au paiement des intérêts se fera en effet au détriment d’autres dépenses utiles, telle que l’éducation ou la santé.

Mais surtout, dans un pays comme la France où les déficits publics sont la norme depuis 1975, les citoyens risquent d’être confortés dans l’idée selon laquelle tout peut se régler durablement par de la dépense publique. La dette est certes un très bon médicament pour stopper une crise ; ce ne doit pas devenir une drogue dure. »

Emmanuel Combe est professeur à Skema Business School et vice-président de l’Autorité de la concurrence.

 

Les limites de l’endettement

Les limites de l’endettement

Le chef économiste de Natixis  remet les pendules à l’heure sur les concepts économiques et sur les limites de l’endettement dans le Monde. Un point de vue  en opposition avec celui de  certains qui proposent un endettement illimité et perpétuel.

« Ce que tous les pays ont fait, c’est finalement de compenser tant que possible la perte de revenus des entreprises et des ménages par le déficit public. Quand on prend l’ensemble de l’OCDE [Organisation de coopération et de développement économiques], l’augmentation du déficit public est du même ordre que la perte du revenu national, le PIB. Cet effort conduit à un déficit public gigantesque.

Il sera sans doute à 10 % du PIB en France, voire plus. Aux Etats-Unis, on est déjà à 19 %. Cela compense deux mois de confinement. On voit bien que, même si ce déficit est financé en réalité par de la création monétaire, il y a quand même une limite, et donc on arrive avec deux mois de confinement au chiffre de déficit le plus élevé qu’on puisse imaginer – si on avait quatre mois de confinement, on devrait faire 20 % de déficit public en France et 40 % aux Etats-Unis et là, ça ne marche plus. »

Tout simplement parce que la monnaie n’est qu’une convention pour représenter une richesse nationale. Lorsque le décalage entre le volume d’émission monétaire et la richesse nationale devient énorme le système explose et se traduit par une perte de valeur de la représentation monétaire entraînant une hausse des taux d’intérêt et de l’inflation et réciproquement.

 

La crise et les limites des marchés

La crise et  les limites des marchés 

Une analyse des facteurs explicatifs de la crise par l’économiste Cédric Durand et le sociologue Razmig Keucheyan dans une tribune au « Monde », qui estiment notamment que le sous-investissement dans l’hôpital, les fragilités de la mondialisation, le soutien apporté aux banques plutôt qu’aux salaires et la guerre des prix sur le pétrole se combinent dans le déclenchement de la crise actuelle.

Tribune. L’enchaînement d’événements dans lequel le monde est entré dans le sillage de la pandémie due au coronavirus procède de l’emboîtement de quatre logiques de crise – sanitaire, économique, énergétique et financière. Elles mettent en lumière les limites des marchés. Après une décennie perdue au lendemain de la crise financière, les turbulences actuelles ouvrent une fenêtre d’opportunité. Pour rendre nos sociétés plus résilientes et rouvrir un chemin de développement commun, le politique doit assumer des orientations économiques prioritaires et y soumettre le secteur financier.

Systèmes de santé poussés au point de rupture

La première crise est sanitaire. La principale raison pour laquelle l’épidémie contamine la sphère économique tient au fait que les systèmes de santé sont poussés au point de rupture. Le problème sanitaire le plus inquiétant n’est pas tant la gravité intrinsèque de la maladie que l’incapacité des systèmes de santé à absorber un afflux massif de malades et à leur prodiguer les soins nécessaires. Evidemment, cette vulnérabilité est d’autant plus forte que les mesures d’austérité ont été importantes : le sous-investissement dans les hôpitaux se paie aujourd’hui cash sous forme de mesures de confinement dont l’objet n’est pas d’entraver la diffusion du virus, mais simplement de la ralentir de manière à limiter les pertes en vies humaines. La résilience d’une société tient d’abord à la robustesse de ses services collectifs, c’est une réalité que des marchés par nature court-termistes ne peuvent pas internaliser.

 

La seconde crise est économique. Du côté de l’offre, les décisions prises pour ralentir la diffusion du virus impactent la production et le commerce. Les exportations chinoises ont plongé de 17 % aux cours des mois de janvier et de février, et des ruptures d’approvisionnement apparaissent, notamment pour des composants électroniques ou des principes actifs de médicaments. Les analystes s’attendent à ce que les difficultés s’intensifient dans les semaines qui viennent, notamment en Europe, avec l’effet en cascade des mesures déjà adoptées en Italie et maintenant en France. Ici, c’est le prix caché de chaînes de valeur fragmentées et hyperoptimisées qui apparaît au grand jour et ouvre la voie à un réencastrement des activités industrielles dans les territoires qu’elles servent. 

La politique budgétaire doit réagir très vite

A ces difficultés du côté de l’offre s’ajoutent des complications du côté de la demande : non seulement une série de secteurs comme le tourisme sont de fait à l’arrêt, mais les salariés qui subissent des pertes de revenu pour cause de chômage technique ou qui voient leurs emplois menacés freinent leurs dépenses. En outre, face à un environnement aussi incertain, les entreprises reportent leurs dépenses d’investissement tandis que les plus faibles d’entre elles risquent d’être englouties par des difficultés de trésorerie. La dégradation est telle que l’entrée en récession dans la plupart des économies riches apparaît extrêmement probable. Dans un tel contexte, la politique budgétaire doit réagir très vite pour protéger les salariés et éviter un délitement du tissu productif.

 

 

Les limites des puits de carbone par les plantes

Les limites des puits de carbone par les plantes

Un article de National Geographic met en évidence les limites des puits de carbone par les plantes.

 

« Chaque arbuste, vigne et arbre qui vous entoure joue un rôle essentiel dans l’élimination de l’excès de carbone dans l’atmosphère. Une nouvelle étude suggère que les plantes participent également à l’absorption de l’excédent de carbone émis, pour l’instant.

Cependant, à un certain point les plantes auront atteint leurs limites et le coup de pouce qu’elles apportent face au changement climatique commencera à s’estomper. Les scientifiques s’attachent aujourd’hui à déterminer précisément quand viendra ce moment.

Depuis les prémices de la révolution industrielle au début du 20e siècle, le volume de carbone émis dans l’atmosphère par l’activité humaine a augmenté très rapidement. À l’aide de modèles informatiques, les auteurs de l’étude sont arrivés à la conclusion que la photosynthèse avait augmenté de 30 %.

« C’est un peu comme un rayon de soleil dans un ciel orageux, » illustre Lucas Cernusak, l’un des auteurs de l’étude et écophysiologue à l’université James Cook en Australie.

L’étude a été publiée dans la revue Trends in Plant Science.

 

Cernusak et ses collègues ont utilisé les données d’une étude publiée dans Nature en 2017 qui mesurait les niveaux d’oxysulfure de carbone présents dans des carottes de glace et dans l’air. En plus du dioxyde de carbone, les plantes absorbent de l’oxysulfure de carbone au cours de leur cycle naturel du carbone, ce qui est fréquemment utilisé pour mesurer la photosynthèse à échelle mondiale.

« Les plantes terrestres éliminent environ 29 % de nos émissions qui contribueraient dans le cas contraire à augmenter la concentration atmosphérique de CO2. Ce que notre modèle a montré, c’est que le rôle de la photosynthèse terrestre dans le puits de carbone des terres est plus important que l’ont estimé d’autres modèles, » explique Cernusak.

 

LANCER LE DIAPORAMA

Le puits de carbone fait référence au volume de carbone absorbé par les plantes par rapport à la quantité qu’elles pourraient naturellement émettre par la déforestation ou la respiration.

Certains scientifiques ont des doutes quant à l’utilisation de l’oxysulfure de carbone comme méthode pour mesurer la photosynthèse.

Kerri Sendall est biologiste à l’université de Georgia Southern, elle étudie la croissance des plantes en fonction des différents scénarios de changement climatique.

Puisque le niveau d’absorption d’oxysulfure de carbone d’une plante peut varier en fonction de la lumière qu’elle reçoit, Sendall indique que les prévisions de l’étude « pourraient être surestimées, » mais elle précise que la plupart des méthodes de mesure de la photosynthèse mondiale ont chacune leur part d’incertitude.

 

Sans tenir compte du rythme auquel la photosynthèse a augmenté, les scientifiques s’accordent à dire que l’excédent de carbone agit comme un engrais pour les plantes en favorisant leur croissance.

« Il existe des preuves d’un feuillage des arbres plus abondant et d’une présence de bois plus importante, » explique Cernusak. « Le bois est en fait la partie qui absorbe le plus de carbone dans la masse totale de la plante. »

Les scientifiques du laboratoire national d’Oak Ridge ont remarqué que lorsqu’une plante est exposée à des niveaux en CO2 croissants, la taille des pores de ses feuilles augmente.

Dans le cadre de l’une de ses recherches expérimentales, Sendall a exposé des plantes à une concentration en CO2 égale au double de leur exposition habituelle.

Dans ces conditions, avec une augmentation drastique de leur exposition au CO2, « la composition des tissus de leurs feuilles était légèrement différente, » dit-elle. « Ce qui les rendait plus difficiles à manger pour les herbivores et moins accueillantes pour la croissance des larves. »

 

Les niveaux atmosphériques de CO2 augmentent et on suppose que les plantes finiront par ne plus pouvoir tenir le rythme.

« La réponse du puits de carbone à une augmentation du CO2 atmosphérique reste à ce jour la plus grande inconnue à l’échelle mondiale dans les modélisations du cycle carbone, ce qui contribue grandement à l’incertitude qui règne dans les prévisions du changement climatique, » peut-on lire sur le site Web du laboratoire national d’Oak Ride.

Le défrichement des terres pour l’élevage ou l’agriculture et les émissions des carburants fossiles sont les facteurs les plus influents sur le cycle du carbone. Si ces deux éléments ne sont pas considérablement freinés, les scientifiques affirment que l’on atteindra inévitablement un point de bascule.

« Une plus grande partie du CO2 que nous émettons restera dans l’air, les concentrations en CO2 augmenteront donc rapidement et le changement climatique s’accélérera, » explique Danielle Way, écophysiologue à l’université de Western Ontario, au Canada.

 

QUE POUVONS-NOUS FAIRE ?

 

Les scientifiques de l’université d’Illinois et du ministère de l’Agriculture des États-Unis ont mené des expériences visant à modifier génétiquement les plantes pour qu’elles puissent stocker plus de carbone. Une enzyme appelée rubsico est responsable de la captation du CO2 par photosynthèse et les scientifiques souhaitent accroître son efficacité.

Récemment, des essais de semences modifiées ont montré que le renforcement du rubisco augmentait l’efficacité de la plante d’environ 40 %. L’utilisation à grande échelle commerciale de cette enzyme végétale modifiée pourrait toutefois prendre plus de dix ans à mettre en place. Pour l’instant, les tests n’ont été réalisés qu’avec les cultures les plus communes comme le tabac et on ne connaît pas précisément les effets du rubisco sur les arbres qui occupent un rôle prépondérant dans la captation du carbone.

En septembre 2018, des groupes environnementaux se sont réunis à San Francisco pour élaborer un programme de sauvegarde des forêts, un élément naturel qui, selon eux, est la « solution climatique oubliée. »

« Je pense que les décideurs politiques devraient réagir à nos résultats en prenant conscience que la biosphère terrestre agit pour le moment comme un puits de carbone efficace, » conclut Cernusak. « Il faut prendre des mesures immédiates pour protéger les forêts afin qu’elles puissent continuer à agir de cette façon et, parallèlement, fournir les efforts nécessaires à la décarbonisation de notre production d’énergie. »

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Intelligence artificielle : limites, potentiels et dangers

Intelligence artificielle :  limites, potentiels et dangers

 

James Buchanan – Directeur Stratégie, Razorfish Londres, évoque les limites de l’IA.( Dans un article de la Tribune)

 

 

 

« L’intelligence artificielle a tous les attributs d’une grande révolution annoncée. Son potentiel est un peu plus « réel » chaque jour, de l’ordinateur qui bat les meilleurs joueurs de Go à la voiture autonome.  Lors de cette manifestation à laquelle j’ai participé aux côtés de 3 autres experts, j’ai eu l’occasion d’aborder l’impact des services propulsés par l’IA à l’échelle de l’individu. Au cours des cinq dernières années, les objets et services intelligents se sont essayés à tous les aspects de notre vie. Depuis la rencontre amoureuse jusqu’à la livraison, en passant par la finance et le sport, des start-ups anticipent désormais le moindre de nos problèmes et nous proposent des services toujours plus personnalisés à l’aide de l’IA. Sous couvert d’être pratiques, ces services changent notre façon de voir le monde, notre manière de penser et notre propre identité. Quelle valeur accordons-nous à notre libre-arbitre ? Sommes-nous prêts à sacrifier notre autonomie ? Avec l’émergence des machines qui apprennent, notre monde devient de plus en plus inquiétant et étrange, et il est légitime de s’interroger sur son évolution.  C’est maintenant qu’il faut en parler, alors que ces outils sont encore à notre service. Personne ne veut devenir le simple prolongement de chair et d’os d’un algorithme. L’innovation a toujours modifié notre façon de penser : ce que nous créons nous influence en retour. Le cas de l’intelligence artificielle est unique. Elle se matérialise par des outils qui ont leur intelligence propre et ne se laissent pas totalement contrôler. A la poursuite de leur logique interne, ils s’améliorent au contact de millions d’utilisateurs, leur influence croissant avec leur intelligence. Ces services semblent utiles car ils résolvent nos problèmes, révèlent ce qu’il y a de meilleur en nous et minimisent nos insuffisances. Ils nous confèrent quasiment des superpouvoirs. C’est pourtant d’un œil critique que nous devrions considérer cette situation. Dans ce futur algorithmique, qu’est ce qui compte le plus ? Avoir l’opportunité de partager mon point de vue est plutôt un accomplissement pour qui, comme moi, a grandi dans une petite ville. Mais que penser d’un futur où l’IA ne me permettra plus jamais de rencontrer ceux qui ne sont pas d’accord avec moi ? Que penser d’un service financier qui, faisant passer en premier ce qu’il sait être mes intérêts à long-terme, me rendra volontairement difficile la prise de décisions d’impulsion? In fine, peut-on sincèrement croire que « le marché » prendra soin de nous ? L’option de facilité consiste à se concentrer sur les résultats : clients enrichis, volume d’engagement, indice de satisfaction… Des données simples car elles correspondent déjà aux objectifs des entreprises. Elles offrent aussi de la lisibilité sur les variables grâce auxquelles les algorithmes s’améliorent, le reflet d’une culture scientifique dans laquelle ont grandi de nombreux tech-entrepreneurs. Mais laisser de côté toute préoccupation de sécurité devrait pourtant nous inquiéter un peu plus. Même des scientifiques de renom comme Stephen Hawkins admettent que l’intelligence artificielle pourrait bientôt nous échapper… Un autre mot pour « résultat » est « fin », et l’on sait qu’elle ne justifie pas les moyens. Enrichir un client n’est pas un argument valable si, en chemin, vous détériorez un autre aspect de sa vie, ou celle de quelqu’un d’autre, de façon imprévisible. Il y a ensuite le risque de devenir dépendant. Que se passerait-il si tous ces services devenaient soudainement inaccessibles ? Serions-nous livrés à nous-mêmes ? C’est bien une question d’éthique que pose en creux l’IA… Il existe heureusement une alternative. Et si au lieu de se focaliser sur les résultats nous aidions plutôt les gens à devenir un peu plus eux-mêmes ? En encourageant la réflexion et la connaissance de soi, nous donnerions la priorité à l’enseignement plutôt qu’à l’automation. Nous donnerions aux gens les outils pour développer leurs compétences naturelles plutôt que de chercher à les remplacer. Nous passerions probablement plus de temps à réfléchir au rôle que ces services jouent au sein de la société plutôt qu’à ce qu’ils apportent à l’individu isolé. En somme, en faisant moins nous pouvons encourager les autres à en faire plus et à agir de façon éthique et responsable. Mais cela n’arrivera pas par hasard, nous devons passer par un chemin choisi délibérément. Tant dans les instances dirigeantes, où le sujet doit être mis à l’ordre du jour des agendas politiques, qu’auprès des citoyens, nous devons nous assurer que les consciences s’éveillent à ces questions. Asseyons-nous autour d’une table et engageons dès aujourd’hui la discussion sur ce que l’IA peut proposer, non seulement aux personnes que nous sommes, mais aussi à celles que nous voulons devenir. »

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol