Archive pour le Tag 'limites ?'

Justice : les limites des chaînes d’info et autres pétitions

 Justice: Ne pas lui substituer les chaînes d’info, les réseaux sociaux et les pétitions

simple mise en accusation emporte malheureusement avec elle le droit de s’exprimer, de travailler ou de se défendre, regrettent les avocats Mathias Chichportich et Pierre-Olivier Sur dans une tribune au « Monde ».

 

La justice et la presse poursuivent la même aspiration : la manifestation de la vérité. Leurs deux légitimités s’entrechoquent autour de deux temporalités : le temps judiciaire, ponctué par les différentes étapes d’une procédure contradictoire et l’annonce d’un jugement qui prend parfois des années, et le temps médiatique, cristallisé en une fraction de seconde par l’image d’un célèbre acteur dont le comportement est manifestement outrageant ou l’annonce d’une garde à vue sur un bandeau « Urgent » diffusé sur une chaîne d’information en continu.

Le « vu à la télé », c’est un jugement moral sans appel qui se propage par cercles concentriques et par la viralité des réseaux sociaux. Au sein de ce prétoire virtuel, il n’y a pas de juge indépendant pour dire le droit, ni d’avocat pour assurer les droits de la défense. La foule numérique fixe ses propres normes dans un tribunal où l’opinion majoritaire impose la vérité de l’instant.La peine doit alors être immédiate : les appels à la déprogrammation des films et au retrait de la légion de l’honneur pour consacrer « la chute de l’ogre » du cinéma français. A Sciences Po, un mur d’affiches aux couleurs du soleil couchant réclame une démission. Des procédures de retrait pour les uns, des promesses d’avenir pour les autres et une sanction immédiate pour tous, y compris pour la plupart des plaignantes qui ne recherchent pas la lumière et dont la finalité de la démarche est dévoyée.

Ces affaires sont très différentes tant du point de vue des comportements incriminés que du stade de la procédure judiciaire auquel elles se situent, mais à l’heure où chacun est sommé de choisir son camp par pétition interposée, il nous paraît essentiel d’affirmer qu’il est absurde d’opposer la lutte légitime contre les violences faites aux femmes et les principes essentiels de la justice pénale.

Les limites de la restauration de la nature

Les limites de la restauration de la nature

En juillet 2023, au comble de la torpeur estivale, une question brûlante échauffait l’hémicycle du Parlement européen. L’Europe en fait-elle assez pour protéger l’environnement ? Au-delà de la protection de la nature, ne faudrait-il pas s’engager un cran plus loin, proactivement, à la « restaurer » ? Cette idée était au centre d’une proposition de règlement adoptée à une très courte majorité, le 11 juillet 2023, après un parcours législatif particulièrement houleux au sein de la Commission agriculture. L’essentiel des débats a porté sur le périmètre de ce règlement (dont les terres agricoles ont finalement été exclues) ainsi que sur le niveau de contrainte qu’elle exerce sur les États membres.

par Nassima Abdelghafour
chercheuse post-doc en sciences sociales, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)

François Thoreau
Sciences Techniques et Société, Humanités environnementales, Université de Liège dans The Conversation

Pour les résumer succinctement, les débats mettaient en scène l’habituelle opposition entre la protection de l’environnement, plutôt soutenue à gauche et par les verts, et la protection de l’économie et des activités agricoles, plutôt soutenue à droite et, en particulier, par le Parti populaire européen.

Si personne n’était d’accord sur la réponse à apporter, le constat de départ fait consensus. Il est celui d’une perte considérable de biodiversité et d’une incapacité à endiguer la déplétion des écosystèmes terrestres et marins. Ce constat, établi par un rapport de l’Agence européenne de l’environnement, désigne les facteurs responsables de cette situation : l’emprise toujours croissante du bâti, des modèles agricoles très intensifs mais encore et surtout une incapacité du cadre réglementaire actuel à produire des effets concrets. Ce diagnostic a conduit la Commission à faire de la restauration de la nature un enjeu politique majeur de son Pacte vert, en renforçant le caractère contraignant des mesures.

Mais ni la notion de restauration elle-même, ni le type de démarche que cette notion implique n’ont été discutés.

Pourtant, cette idée ne va pas de soi, et la question mérite d’être posée : peut-on seulement « restaurer » la nature ? Le terme de restauration suggère un retour, sinon à un état initial, du moins à un état antérieur. Dès lors, comment déterminer quel état antérieur fait référence ? Faut-il revenir à la situation qui existait il y a 10, 20, 50 ou 100 ans ? Et comment caractériser l’état auquel il faudrait revenir ? Parmi les innombrables espèces végétales et animales peuplant les sites concernés, lesquelles seront prises en compte dans une démarche de restauration de l’écosystème ? Comment établir la liste des entités qui ont souffert (sols, animaux, humains, rivières, végétation, etc.) ? Comment faire le tri entre ce qui compte et ce qui sera négligé ? En pratique, les réponses à de telles questions dépendent toujours de circonstances situées.

Prenons le cas de l’exploitation de l’or alluvionnaire en forêt tropicale, en Guyane française. Ce type d’exploitation consiste à creuser le lit argileux d’un cours d’eau pour en extraire de l’or, ce qui implique nécessairement de détruire une zone de forêt et de détourner un cours d’eau. La fine couche de sol fertile est rapidement dispersée par les pluies, laissant à nu un sol stérile et en proie à une érosion rapide. Depuis les années 2000, les exploitants ont l’obligation légale de réhabiliter et de revégétaliser les sites miniers. Il est notamment attendu des opérateurs miniers qu’ils effectuent des travaux de terrassement afin de reboucher les trous qu’ils ont creusés et de recréer les méandres de la rivière, et qu’ils replantent des arbres sur au moins 30 % de la surface déboisée. Mais, en pratique, un flou persiste sur les critères permettant de juger si les travaux de réhabilitation et de revégétalisation sont satisfaisants, afin de libérer (ou non) l’exploitant minier de ses obligations.

Agents de l’ONF (office national des forêts), experts travaillant dans des bureaux d’étude, chercheurs et fonctionnaires de l’administration impliqués dans les processus de reforestation se penchent sur le problème et y apportent des réponses différentes. Certains acteurs insistent sur le rétablissement d’un couvert végétal sur le sol déboisé, d’autres sur le retour d’une activité microbienne dans le sol, d’autres encore sur la présence d’arbres « charismatiques », endémiques de la Guyane. Quant à la rivière, certains acteurs insistent sur un reprofilage du cours d’eau fidèle aux tracés d’origine, quand d’autres préfèrent des méthodes qui portent moins sur la reconstruction d’un paysage que sur le retour de la vie aquatique.

Dans un contexte de ressources techniques et financières limitées – les entreprises impliquées dans l’exploitation de l’or alluvionnaire, souvent décrites comme « artisanales », opèrent avec relativement peu de moyens – il est difficile de mettre en pratique ces diverses exigences. Pour prendre la mesure de ces limites techniques et financières, on peut citer par exemple le cas de très petites entreprises travaillant avec une ou deux pelles mécaniques et qui jugent trop chers les services des bureaux d’étude spécialisés dans les travaux de réhabilitation et de revégétalisation. Dans ces cas-là, les travaux de réhabilitation sont conduits en interne, par les mêmes ouvriers qui ont creusé le flat alluvionnaire. Une autre difficulté souvent évoquée est liée à l’approvisionnement en graines ou en plants en grande quantité, au vu du petit nombre de pépinières spécialisées dans la revégétalisation des sites endommagés par l’activité minière.

Finalement, l’ambition d’un retour à un état antérieur aux perturbations liées à l’activité humaine peut se révéler discutable si elle se fonde sur une vision de la nature dans laquelle les humains n’ont pas de place et sont pensés comme extérieurs. C’est en particulier un problème pour des groupes humains autochtones dont les modes de vie et de subsistance sont étroitement liés au milieu. Des politiques fondées sur une telle vision de la nature peuvent par exemple conduire à exclure certaines activités humaines (chasse, pêche, cueillette), en favoriser d’autres (tourisme vert) et ainsi définir de bons et mauvais usages d’un milieu naturel. Par ailleurs, les paysages pensés comme naturels sont souvent le résultat d’interventions humaines et portent donc la trace d’événements et d’organisations sociales et politiques passés, impliquant souvent de multiples oppressions. Ainsi, la forêt tropicale guyanaise est un espace qui ne peut être envisagé comme « vierge » et vide d’humains que parce que l’arrivée des colons européens a provoqué, par la violence et la propagation de maladies, une chute tristement spectaculaire de la population autochtone qui la peuplait.

On le voit, au travers de situations concrètes faites de contraintes financières, d’incertitudes scientifiques et de difficultés techniques, l’ambition de restaurer la nature se traduit par un geste partiel et partial, qui suppose une réinvention et une réinterprétation a minima d’un milieu naturel plutôt qu’un retour à l’identique. Les acteurs impliqués dans le contrôle des travaux de réhabilitation des zones endommagées par l’exploitation minière ont d’ailleurs cessé d’employer le terme de restauration, estimant qu’un retour à l’identique des sites est impossible, et que la destruction causée par les mines d’or est en partie irrémédiable.

En plus d’idéaliser le passé, la notion de « restauration » dépolitise le futur. En effet, l’idée qu’une restauration de la nature est possible peut se révéler délétère si elle est employée pour justifier de nouveaux projets impliquant des dommages environnementaux. Nous proposons de mettre en avant la notion de remédiation écologique.

D’abord, remédier signifie apporter un remède : ce terme insiste sur le dommage causé et rappelle ainsi l’existence d’une situation problématique nécessitant de l’attention et du soin. Plutôt qu’un retour en arrière ou à l’identique, la « remédiation » évoque un processus de transformation à l’issue incertaine, qui laisse visibles non seulement les traces des destructions écologiques passées, mais aussi les traces des gestes de réparation accomplis sur un milieu. En effet, certaines opérations de remédiation peuvent échouer tout à fait, ou ne réussir que partiellement. Dans le cas de la forêt guyanaise par exemple, les arbres replantés sur les sites miniers ne survivent pas toujours sur un sol stérile, ou bien forment un couvert végétal qui améliore la situation en limitant l’érosion sans pour autant évoluer vers un retour de la forêt tropicale.

Plutôt que de revenir à un passé figé, la notion de remédiation invite à fabriquer de nouvelles médiations écologiques, et donc à poser explicitement la question inévitable de ce qui est considéré comme important et précieux dans une situation donnée. En d’autres termes, elle rend visibles et débattable les choix qui doivent être faits. En effet, les différentes options techniques favorisent différents types d’êtres (arbres, animaux, micro-organismes, etc.) en organisant des conditions propices à leur implantation à partir de la situation de dégât écologique. Il s’agit donc de réinterpréter les relations entre les êtres peuplant un milieu qui a changé, souvent avec des moyens limités.

Au-delà de la question sémantique, le choix d’un terme pour décrire des opérations de réparation de la nature implique différents rapports à la nature, aux torts qui ont été causés aux milieux et aux façons d’y répondre. Ainsi, « restaurer » naturalise un état auquel il faudrait revenir alors que « remédier » implique de fabriquer de nouvelles médiations tout en faisant exister, de façon pratique, le fait même que ces relations aient été endommagées en premier lieu – et donc la nécessité de les réparer. En ce sens, le terme de remédiation nous semble mieux indiqué pour tendre vers une réinvention des relations entre humains et non-humains, réunis dans une seule communauté de destin. Finalement, la notion de remédiation écologique offre une ligne de fuite entre une position cynique, postulant que les écosystèmes sont irrémédiablement détruits, et une position prométhéenne utilisant les possibilités de restauration comme argument pour justifier qu’on continue à produire et à exploiter comme avant.

Futur de la terre: Des limites planétaires déjà dépassées

Futur de la terre: Des limites planétaires déjà dépassées


Si elle pouvait parler, la Terre nous dirait que notre existence et celle de nos enfants dépendent de sa bonne santé, car nous faisons partie d’elle. Elle nous expliquerait que si nous ne sentons pas encore toutes les implications de ses dysfonctionnements, c’est parce que son temps est plus long que le nôtre et que les effets réels tardent encore à se manifester pleinement. Enfin, elle insisterait sur le fait qu’il est grand temps de la régénérer. Pour cela, c’est toute l’allocation de notre capital que nous devons repenser !

par Alain Desvigne est PDG d’Amarenco. dans les » Echos ».

Création continue, croissance limitée, principe de décentralisation, recyclage, sous-optimalité… Appliquons les principes du vivant

Six limites planétaires sur neuf ont été franchies : le climat, la biodiversité, le cycle biochimique de l’azote et du phosphore, les sols, les eaux douces et la pollution liée aux activités humaines. Concrètement, cela signifie que nous épuisons littéralement notre Terre et donc, notre maison, celle qui nous permet de nous alimenter et de respirer.

Aujourd’hui, nous devons agir sans attendre, en nous appuyant sur les neuf principes fondamentaux du vivant pour restaurer ces limites : la création continue, la croissance limitée, le principe de décentralisation, la diversité, l’équilibre dynamique, l’interdépendance, le recyclage des déchets, la singularité et, enfin la sous-optimalité.

Se contenter de remplacer les énergies fossiles par des solutions durables ne traite pas le fond du problème. Autour des centrales solaires, il faut mener des programmes de régénération des sols, afin de leur permettre de mieux capter l’eau, le carbone et, donc, de redonner le potentiel de vie
Ces grands principes doivent être adressés de façon systémique et nous inspirer. Nos entreprises doivent s’engager collectivement sur le chemin de la régénération, à savoir une organisation qui opère comme un système vivant dans le respect des limites planétaires.

Cette volonté est aujourd’hui freinée par une approche en silo, principale maladie de notre ère industrielle. Prenons l’exemple de la finance : d’un côté, nous avons les infrastructures, qui rassemblent les énergies renouvelables et fossiles et, de l’autre, les solutions fondées sur la nature. Ces typologies d’actifs sont adressées de façon indépendante par des investisseurs différents, avec des horizons d’investissement pourtant similaires, c’est-à-dire long, voire très long terme. Continuer à les séparer, c’est continuer à siloter le vivant et, donc, aller droit dans le mur.

Se contenter de remplacer les énergies fossiles par des solutions durables ne traite pas le fond du problème. Autour des centrales solaires, il faut mener des programmes de régénération des sols, afin de leur permettre de mieux capter l’eau, le carbone et, donc, de redonner le potentiel de vie. C’est ainsi que nous pourrons revenir à un équilibre planétaire.

L’enjeu numéro 1 est de réintégrer, à la fois dans nos entreprises et au sein des territoires, une approche holistique, intégrative. Pour débloquer les fonds nécessaires aux financements de cette révolution, la volonté politique sera la clé. Tout se joue dans l’allocation du capital. La finance est le nerf de la guerre pour transformer nos façons de produire. Là encore, il faut désiloter, afin que les ministères des finances, de l’écologie et de l’énergie communiquent entre eux. Actuellement, les réponses apportées ne sont pas coordonnées, avec des conséquences dramatiques pour notre planète.

Au problème de l’approche fragmentée s’ajoute notre vision court-termiste des enjeux, avec une réflexion qui se fait uniquement à travers le prisme de la meilleure rentabilité. Tant que les gouvernements ne feront pas de choix très clairs en taxant davantage les énergies fossiles, dont le TRI (Taux de Rendement Interne) est bien supérieur à celui des énergies renouvelables, la finance continuera d’allouer des fonds insuffisants aux solutions permettant d’assurer la vie humaine sur notre planète. Il est temps d’en finir avec un système qui privilégie une recherche de profit déraisonnable. La Terre nous montre la voie à suivre depuis 3,5 milliards d’années. Qu’attendons-nous pour l’écouter ?

Alain Desvigne est PDG d’Amarenco.

Environnement et Avenir de la terre: Des limites planétaires déjà dépassées

Environnement et Avenir de la terre: Des limites planétaires déjà dépassées


Si elle pouvait parler, la Terre nous dirait que notre existence et celle de nos enfants dépendent de sa bonne santé, car nous faisons partie d’elle. Elle nous expliquerait que si nous ne sentons pas encore toutes les implications de ses dysfonctionnements, c’est parce que son temps est plus long que le nôtre et que les effets réels tardent encore à se manifester pleinement. Enfin, elle insisterait sur le fait qu’il est grand temps de la régénérer. Pour cela, c’est toute l’allocation de notre capital que nous devons repenser !

par Alain Desvigne est PDG d’Amarenco. dans les » Echos ».

Création continue, croissance limitée, principe de décentralisation, recyclage, sous-optimalité… Appliquons les principes du vivant

Six limites planétaires sur neuf ont été franchies : le climat, la biodiversité, le cycle biochimique de l’azote et du phosphore, les sols, les eaux douces et la pollution liée aux activités humaines. Concrètement, cela signifie que nous épuisons littéralement notre Terre et donc, notre maison, celle qui nous permet de nous alimenter et de respirer.

Aujourd’hui, nous devons agir sans attendre, en nous appuyant sur les neuf principes fondamentaux du vivant pour restaurer ces limites : la création continue, la croissance limitée, le principe de décentralisation, la diversité, l’équilibre dynamique, l’interdépendance, le recyclage des déchets, la singularité et, enfin la sous-optimalité.

Se contenter de remplacer les énergies fossiles par des solutions durables ne traite pas le fond du problème. Autour des centrales solaires, il faut mener des programmes de régénération des sols, afin de leur permettre de mieux capter l’eau, le carbone et, donc, de redonner le potentiel de vie
Ces grands principes doivent être adressés de façon systémique et nous inspirer. Nos entreprises doivent s’engager collectivement sur le chemin de la régénération, à savoir une organisation qui opère comme un système vivant dans le respect des limites planétaires.

Cette volonté est aujourd’hui freinée par une approche en silo, principale maladie de notre ère industrielle. Prenons l’exemple de la finance : d’un côté, nous avons les infrastructures, qui rassemblent les énergies renouvelables et fossiles et, de l’autre, les solutions fondées sur la nature. Ces typologies d’actifs sont adressées de façon indépendante par des investisseurs différents, avec des horizons d’investissement pourtant similaires, c’est-à-dire long, voire très long terme. Continuer à les séparer, c’est continuer à siloter le vivant et, donc, aller droit dans le mur.

Se contenter de remplacer les énergies fossiles par des solutions durables ne traite pas le fond du problème. Autour des centrales solaires, il faut mener des programmes de régénération des sols, afin de leur permettre de mieux capter l’eau, le carbone et, donc, de redonner le potentiel de vie. C’est ainsi que nous pourrons revenir à un équilibre planétaire.

L’enjeu numéro 1 est de réintégrer, à la fois dans nos entreprises et au sein des territoires, une approche holistique, intégrative. Pour débloquer les fonds nécessaires aux financements de cette révolution, la volonté politique sera la clé. Tout se joue dans l’allocation du capital. La finance est le nerf de la guerre pour transformer nos façons de produire. Là encore, il faut désiloter, afin que les ministères des finances, de l’écologie et de l’énergie communiquent entre eux. Actuellement, les réponses apportées ne sont pas coordonnées, avec des conséquences dramatiques pour notre planète.

Au problème de l’approche fragmentée s’ajoute notre vision court-termiste des enjeux, avec une réflexion qui se fait uniquement à travers le prisme de la meilleure rentabilité. Tant que les gouvernements ne feront pas de choix très clairs en taxant davantage les énergies fossiles, dont le TRI (Taux de Rendement Interne) est bien supérieur à celui des énergies renouvelables, la finance continuera d’allouer des fonds insuffisants aux solutions permettant d’assurer la vie humaine sur notre planète. Il est temps d’en finir avec un système qui privilégie une recherche de profit déraisonnable. La Terre nous montre la voie à suivre depuis 3,5 milliards d’années. Qu’attendons-nous pour l’écouter ?

Alain Desvigne est PDG d’Amarenco.

Avenir de la terre: Des limites planétaires déjà dépassées

Avenir de la terre: Des limites planétaires déjà dépassées


Si elle pouvait parler, la Terre nous dirait que notre existence et celle de nos enfants dépendent de sa bonne santé, car nous faisons partie d’elle. Elle nous expliquerait que si nous ne sentons pas encore toutes les implications de ses dysfonctionnements, c’est parce que son temps est plus long que le nôtre et que les effets réels tardent encore à se manifester pleinement. Enfin, elle insisterait sur le fait qu’il est grand temps de la régénérer. Pour cela, c’est toute l’allocation de notre capital que nous devons repenser !

par Alain Desvigne est PDG d’Amarenco. dans les » Echos ».

Création continue, croissance limitée, principe de décentralisation, recyclage, sous-optimalité… Appliquons les principes du vivant

Six limites planétaires sur neuf ont été franchies : le climat, la biodiversité, le cycle biochimique de l’azote et du phosphore, les sols, les eaux douces et la pollution liée aux activités humaines. Concrètement, cela signifie que nous épuisons littéralement notre Terre et donc, notre maison, celle qui nous permet de nous alimenter et de respirer.

Aujourd’hui, nous devons agir sans attendre, en nous appuyant sur les neuf principes fondamentaux du vivant pour restaurer ces limites : la création continue, la croissance limitée, le principe de décentralisation, la diversité, l’équilibre dynamique, l’interdépendance, le recyclage des déchets, la singularité et, enfin la sous-optimalité.

Se contenter de remplacer les énergies fossiles par des solutions durables ne traite pas le fond du problème. Autour des centrales solaires, il faut mener des programmes de régénération des sols, afin de leur permettre de mieux capter l’eau, le carbone et, donc, de redonner le potentiel de vie
Ces grands principes doivent être adressés de façon systémique et nous inspirer. Nos entreprises doivent s’engager collectivement sur le chemin de la régénération, à savoir une organisation qui opère comme un système vivant dans le respect des limites planétaires.

Cette volonté est aujourd’hui freinée par une approche en silo, principale maladie de notre ère industrielle. Prenons l’exemple de la finance : d’un côté, nous avons les infrastructures, qui rassemblent les énergies renouvelables et fossiles et, de l’autre, les solutions fondées sur la nature. Ces typologies d’actifs sont adressées de façon indépendante par des investisseurs différents, avec des horizons d’investissement pourtant similaires, c’est-à-dire long, voire très long terme. Continuer à les séparer, c’est continuer à siloter le vivant et, donc, aller droit dans le mur.

Se contenter de remplacer les énergies fossiles par des solutions durables ne traite pas le fond du problème. Autour des centrales solaires, il faut mener des programmes de régénération des sols, afin de leur permettre de mieux capter l’eau, le carbone et, donc, de redonner le potentiel de vie. C’est ainsi que nous pourrons revenir à un équilibre planétaire.

L’enjeu numéro 1 est de réintégrer, à la fois dans nos entreprises et au sein des territoires, une approche holistique, intégrative. Pour débloquer les fonds nécessaires aux financements de cette révolution, la volonté politique sera la clé. Tout se joue dans l’allocation du capital. La finance est le nerf de la guerre pour transformer nos façons de produire. Là encore, il faut désiloter, afin que les ministères des finances, de l’écologie et de l’énergie communiquent entre eux. Actuellement, les réponses apportées ne sont pas coordonnées, avec des conséquences dramatiques pour notre planète.

Au problème de l’approche fragmentée s’ajoute notre vision court-termiste des enjeux, avec une réflexion qui se fait uniquement à travers le prisme de la meilleure rentabilité. Tant que les gouvernements ne feront pas de choix très clairs en taxant davantage les énergies fossiles, dont le TRI (Taux de Rendement Interne) est bien supérieur à celui des énergies renouvelables, la finance continuera d’allouer des fonds insuffisants aux solutions permettant d’assurer la vie humaine sur notre planète. Il est temps d’en finir avec un système qui privilégie une recherche de profit déraisonnable. La Terre nous montre la voie à suivre depuis 3,5 milliards d’années. Qu’attendons-nous pour l’écouter ?

Alain Desvigne est PDG d’Amarenco.

Politique- Chine: Les limites de la gestion économique étatique

Politique- Chine: Les limites de la gestion économique étatique

Les économistes Alexander Brown, François Chimits et Gregor Sebastian décrivent le système pyramidal mis en place par le gouvernement central de Pékin .

La faiblesse actuelle de la croissance chinoise et la crise financière notamment dans l’immobilier découlent directement de la tutelle du parti communiste sur l’économie. La bureaucratie, la rigidité centraliste et aussi la corruption illustrent la perversité du régime et son inefficacité économique. Du coup pour rééquilibrer cette politique très centraliste, les communistes veulent désormais miser sur les PME. Un pari hypothétique qui devra passer par les filtres locaux du parti communiste NDLR

Le retour du dirigisme économique en Chine, sous la férule de Xi Jinping, ne fait plus guère débat. Il serait en revanche trompeur d’y voir le retour à un modèle soviétique. L’ambition de Pékin de construire une nouvelle articulation entre pouvoirs publics et forces de marché espère bien bénéficier des vertus de ces dernières. Les politiques à l’endroit des PME innovantes en offrent une illustration riche d’enseignements.

Depuis environ cinq ans, ces PME sont devenues une composante essentielle des discours et des politiques de Pékin dans la poursuite de son nouvel objectif d’indépendance en matière de technologies stratégiques. A cette fin, les autorités chinoises ont bâti un imposant système pyramidal de labélisation.

Il échoit aux autorités locales de sélectionner un large éventail de petites et moyennes entreprises « innovantes » selon un cahier des charges établi par Pékin, dans lequel la capacité à se substituer aux technologies étrangères figure en bonne place, au côté de considérations commerciales. Les gouvernements provinciaux effectuent ensuite leur propre sélection, notamment à partir de cette première liste, pour identifier les « PME spécialisées », puis les autorités nationales font de même pour identifier les « petits géants ». Une fois matures, ces derniers peuvent décrocher le statut de « champion industriel ».

Ces listes sont soumises à des revues régulières. Le nombre important de non-renouvellement plaide pour le sérieux de ces exercices. En outre, l’intérêt de chaque échelon à voir ses poulains sélectionnés au niveau supérieur offre une certaine garantie sur la qualité des sélections. Le système semble donc en mesure d’écarter les obstacles de la rigidité et des collusions, deux des faiblesses habituelles des politiques industrielles.

Une fois sélectionnées, les PME bénéficient d’une myriade d’avantages allant croissant avec le niveau du label. Les subventions traditionnelles (c’est-à-dire le transfert direct de ressources financières des pouvoirs publics) sont bien évidemment au rendez-vous. Principalement fournies par les autorités locales, donc plus difficiles à comptabiliser de manière exhaustive, elles semblent in fine relativement modestes.

Chine : les limites de la mainmise centralisée du parti communiste sur l’économie

Chine : les limites de la mainmise centralisée du parti communiste sur l’économie

Les économistes Alexander Brown, François Chimits et Gregor Sebastian décrivent le système pyramidal mis en place par le gouvernement central de Pékin .

La faiblesse actuelle de la croissance chinoise et la crise financière notamment dans l’immobilier découlent directement de la tutelle du parti communiste sur l’économie. La bureaucratie, la rigidité centraliste et aussi la corruption illustrent la perversité du régime et son inefficacité économique. Du coup pour rééquilibrer cette politique très centraliste, les communistes veulent désormais miser sur les PME. Un pari hypothétique qui devra passer par les filtres locaux du parti communiste NDLR

Le retour du dirigisme économique en Chine, sous la férule de Xi Jinping, ne fait plus guère débat. Il serait en revanche trompeur d’y voir le retour à un modèle soviétique. L’ambition de Pékin de construire une nouvelle articulation entre pouvoirs publics et forces de marché espère bien bénéficier des vertus de ces dernières. Les politiques à l’endroit des PME innovantes en offrent une illustration riche d’enseignements.

Depuis environ cinq ans, ces PME sont devenues une composante essentielle des discours et des politiques de Pékin dans la poursuite de son nouvel objectif d’indépendance en matière de technologies stratégiques. A cette fin, les autorités chinoises ont bâti un imposant système pyramidal de labélisation.

Il échoit aux autorités locales de sélectionner un large éventail de petites et moyennes entreprises « innovantes » selon un cahier des charges établi par Pékin, dans lequel la capacité à se substituer aux technologies étrangères figure en bonne place, au côté de considérations commerciales. Les gouvernements provinciaux effectuent ensuite leur propre sélection, notamment à partir de cette première liste, pour identifier les « PME spécialisées », puis les autorités nationales font de même pour identifier les « petits géants ». Une fois matures, ces derniers peuvent décrocher le statut de « champion industriel ».

Ces listes sont soumises à des revues régulières. Le nombre important de non-renouvellement plaide pour le sérieux de ces exercices. En outre, l’intérêt de chaque échelon à voir ses poulains sélectionnés au niveau supérieur offre une certaine garantie sur la qualité des sélections. Le système semble donc en mesure d’écarter les obstacles de la rigidité et des collusions, deux des faiblesses habituelles des politiques industrielles.

Une fois sélectionnées, les PME bénéficient d’une myriade d’avantages allant croissant avec le niveau du label. Les subventions traditionnelles (c’est-à-dire le transfert direct de ressources financières des pouvoirs publics) sont bien évidemment au rendez-vous. Principalement fournies par les autorités locales, donc plus difficiles à comptabiliser de manière exhaustive, elles semblent in fine relativement modestes.

Chine: Les limites de la gestion économique étatique

Chine: Les limites de la gestion économique étatique

Les économistes Alexander Brown, François Chimits et Gregor Sebastian décrivent le système pyramidal mis en place par le gouvernement central de Pékin .

La faiblesse actuelle de la croissance chinoise et la crise financière notamment dans l’immobilier découlent directement de la tutelle du parti communiste sur l’économie. La bureaucratie, la rigidité centraliste et aussi la corruption illustrent la perversité du régime et son inefficacité économique. Du coup pour rééquilibrer cette politique très centraliste, les communistes veulent désormais miser sur les PME. Un pari hypothétique qui devra passer par les filtres locaux du parti communiste NDLR

Le retour du dirigisme économique en Chine, sous la férule de Xi Jinping, ne fait plus guère débat. Il serait en revanche trompeur d’y voir le retour à un modèle soviétique. L’ambition de Pékin de construire une nouvelle articulation entre pouvoirs publics et forces de marché espère bien bénéficier des vertus de ces dernières. Les politiques à l’endroit des PME innovantes en offrent une illustration riche d’enseignements.

Depuis environ cinq ans, ces PME sont devenues une composante essentielle des discours et des politiques de Pékin dans la poursuite de son nouvel objectif d’indépendance en matière de technologies stratégiques. A cette fin, les autorités chinoises ont bâti un imposant système pyramidal de labélisation.

Il échoit aux autorités locales de sélectionner un large éventail de petites et moyennes entreprises « innovantes » selon un cahier des charges établi par Pékin, dans lequel la capacité à se substituer aux technologies étrangères figure en bonne place, au côté de considérations commerciales. Les gouvernements provinciaux effectuent ensuite leur propre sélection, notamment à partir de cette première liste, pour identifier les « PME spécialisées », puis les autorités nationales font de même pour identifier les « petits géants ». Une fois matures, ces derniers peuvent décrocher le statut de « champion industriel ».

Ces listes sont soumises à des revues régulières. Le nombre important de non-renouvellement plaide pour le sérieux de ces exercices. En outre, l’intérêt de chaque échelon à voir ses poulains sélectionnés au niveau supérieur offre une certaine garantie sur la qualité des sélections. Le système semble donc en mesure d’écarter les obstacles de la rigidité et des collusions, deux des faiblesses habituelles des politiques industrielles.

Une fois sélectionnées, les PME bénéficient d’une myriade d’avantages allant croissant avec le niveau du label. Les subventions traditionnelles (c’est-à-dire le transfert direct de ressources financières des pouvoirs publics) sont bien évidemment au rendez-vous. Principalement fournies par les autorités locales, donc plus difficiles à comptabiliser de manière exhaustive, elles semblent in fine relativement modestes.

Intelligence artificielle, les limites

Intelligence artificielle, les limites

Comme l’évoque la métamorphose criminelle de l’ordinateur HAL dans 2001 : l’odyssée de l’espace, de Stanley Kubrick (1968), la perspective nourrit autant d’angoisse que d’enthousiasme. Le philosophe Daniel Andler, l’un des meilleurs spécialistes des sciences cognitives, publie opportunément, en cette heure de gloire des technosciences, Intelligence artificielle, intelligence humaine : la double énigme, somme dense, efficace, car pleine de savoir et d’humour, qui saura dégriser les anxieux comme les inconditionnels.( dans Le Monde)

S’il ne conteste pas l’importance du saut qualitatif ainsi franchi, marqué par l’émergence d’un « réveil éthique » dans une discipline qui ne s’intéressait jusque-là qu’aux prouesses intellectuelles, Daniel Andler prend à rebours l’opinion courante et toute une tendance philosophique fascinée par le brouillage croissant entre le cyborg et l’humain, en démontrant que l’écart entre la technologie et l’homme, loin de s’être comblé, s’est accru. Par une reconstitution précieuse de l’histoire de l’IA, qui occupe la première partie de ­l’essai, il montre à quel point la réalité des progrès et des échecs de l’IA contredit la « rhétorique de la victoire inéluctable ». Ce triomphalisme propre à la culture de la « numérisphère » (population de programmeurs et d’entrepreneurs qui s’épanouit à côté des chercheurs) n’est d’ailleurs pas sans rappeler les prophéties sur la victoire du prolétariat ou les discours confondant le capitalisme libéral avec une loi de nature, sans ­alternative possible ni ­pensable.

« Intelligence artificielle, intelligence humaine : la double énigme », de Daniel Andler, Gallimard, « NRF essais », 434 p., 25 €, numérique 18 €.

Guerre Ukraine: Les limites de la diplomatie

Guerre Ukraine: Les limites de la diplomatie

par Maxime Lefebvre, Affiliate professor, ESCP Business School dans the Conversation

Quand un conflit ne se termine pas par la capitulation de l’adversaire, comme ce fut le cas de l’Allemagne et du Japon en 1945, il se termine par des négociations. C’est d’ailleurs l’issue la plus fréquente : entre autres exemples, ce sont des négociations qui ont abouti à la fin de la guerre de Corée en 1953, à la fin de la guerre Iran-Irak en 1988 et aussi, plus près de nous, à la fin de la guerre russo-géorgienne de 2008. Voilà plus d’un an que la guerre en Ukraine a commencé. Il y a eu, dès le début du conflit, après l’échec de l’invasion russe, l’amorce de pourparlers entre les Ukrainiens et les Russes, mais ils n’ont eu qu’une portée limitée et n’ont débouché que sur quelques échanges de prisonniers.

Il y a eu aussi, assez vite, des négociations sous l’égide de l’ONU et de la Turquie pour conclure un accord sur l’exportation de céréales et d’engrais russes, régulièrement renouvelé depuis.

Il y a eu, enfin, des tentatives d’intercession françaises, israéliennes, turques et, tout récemment, le « plan de paix » assez vague mis sur la table par Pékin en février 2023, puis l’activisme du président brésilien Lula qui a envoyé un émissaire à Poutine et a suggéré une médiation tripartite Brésil-Chine-Émirats arabes unis.

Malgré tous ces efforts, le conflit se poursuit. Aujourd’hui, la question est moins de savoir ce que la diplomatie pourrait faire que de comprendre pourquoi le moment diplomatique n’est pas encore venu. Deux raisons l’expliquent fondamentalement. D’abord, le refus ukrainien d’entériner toute perte de territoire. Ensuite, l’impasse dans laquelle s’est enfermé le président russe Vladimir Poutine. Ce n’est que si ces deux obstacles sont surmontés que la question de la méthode pourra être posée.

Pour faire la paix, il faut d’abord que les parties considèrent qu’elles n’ont plus rien à gagner à la poursuite du conflit.

En cas de cessez-le-feu, même sans reconnaissance de la souveraineté russe sur les zones « annexées », l’Ukraine, qui n’a pas renoncé à l’objectif de restaurer la totalité de son intégrité territoriale, se verrait provisoirement, et peut-être définitivement, amputée d’une partie de son territoire.

À ce stade du conflit, le coût politique d’un cessez-le-feu serait beaucoup plus élevé pour Kiev que pour Moscou. C’est pourquoi l’Ukraine s’accroche à la perspective d’une contre-offensive et réagit fermement à l’idée d’un abandon de la Crimée, évoquée par le président brésilien Lula. Néanmoins, si cette contre-offensive ne venait pas, ou si elle échouait, le constat qu’il n’y a pas de solution militaire pourrait s’imposer dans les esprits, par une forme d’épuisement.

Mais comment fonder une paix durable sur un cessez-le-feu, si celui-ci n’est pas accompagné d’un accord sur les frontières et de garanties de sécurité ?

Au minimum, il faudrait prévoir le démarrage de discussions sur ces sujets, peut-être en mettant entre parenthèses le statut définitif des territoires ukrainiens actuellement contrôlés par la Russie (et en envisageant d’y organiser, à terme, des référendums d’autodétermination). Mais l’expérience des accords de Minsk, qui contenaient des dispositions allant en ce sens mais n’ont jamais mis en œuvre, n’incite pas à l’optimisme. C’était déjà ardu avant la guerre en Ukraine, ce le sera plus encore après.

L’hypothèse d’une victoire ukrainienne, qui serait obtenue grâce aux armes occidentales, doit aussi être envisagée, mais elle pose deux difficultés. La première est que l’Ukraine n’est pas une île, et que la Russie, même si elle reculait, n’accepterait sans doute pas sa défaite et continuerait de menacer, à l’abri de ses frontières, le territoire ukrainien. La seconde est que la Russie est une puissance nucléaire et qu’à un moment donné (perte du Donbass ? De la Crimée ? Franchissement de ses frontières ?) elle pourrait considérer que ses intérêts vitaux sont menacés et que l’utilisation de l’arme nucléaire est justifiée dans une optique défensive. On touche là une donnée stratégique de base de ce conflit : il n’est pas possible de défaire la Russie comme les Occidentaux ont bombardé la Serbie de Milosevic et l’ont obligée à abandonner le Kosovo en 1999.

Par ailleurs, et c’est là un deuxième obstacle fondamental, Poutine apparaît comme un obstacle à la paix. Il a enfourché le nationalisme russe à la fois pour conforter son pouvoir interne et pour renforcer sa puissance externe. Quelle que soit la motivation profonde de ses actions, sa violation ouverte et non provoquée de la souveraineté de l’Ukraine (le crime d’agression) lui a fait franchir une ligne rouge, d’autant que des crimes de guerre se sont ajoutés à cette faute première.

Les mots employés par les dirigeants américains (« boucher », « tueur », « brute »), la condamnation de l’action russe par une grande majorité des membres des Nations unies, l’inculpation de Poutine lui-même par la Cour pénale internationale, font que, dans ce conflit, c’est aussi le changement de régime en Russie qui est en jeu. Et c’est pourquoi les Occidentaux en font une question de valeurs et n’envisagent pas une fin du conflit dont Poutine sortirait gagnant.

En soutenant militairement l’Ukraine et en sanctionnant durement la Russie, la stratégie occidentale vise – sans le dire et sans faire directement la guerre – à provoquer des changements politiques en Russie, comme ils ont eu lieu en Serbie après 1999. Mais puisqu’il n’est pas possible de défaire complètement la Russie, cette perspective est très incertaine.

En outre, il ne faut pas exclure un scénario de radicalisation croissante à Moscou qui aboutirait à l’accession au pouvoir d’un successeur encore moins susceptible de négocier que Poutine. Et les exemples de la Biélorussie, de la Corée du Nord, de Cuba, de l’Irak avant 2003, de l’Iran, montrent qu’un régime autoritaire sous sanctions peut se maintenir longtemps en exploitant la fibre nationaliste.

Dès lors, serait-il envisageable de faire la paix avec Poutine et de le considérer à nouveau comme un interlocuteur fréquentable ? En politique, rien n’est impossible. Début mars, en marge d’une réunion du G20 à New Delhi, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a rencontré son homologue russe Sergueï Lavrov, pourtant placé sur la liste des sanctions occidentales. Trois semaines plus tard, il a même évoqué devant le Congrès américain la perspective lointaine de discussions sur les frontières de l’Ukraine. Voilà qui montre que les États-Unis n’excluent rien.

Compte tenu des critiques dans les rangs républicains sur l’engagement américain en Ukraine, il est possible qu’une administration républicaine qui viendrait à succéder à l’actuelle équipe de Joe Biden serait plus encline à s’engager sur la voie d’une issue diplomatique, mais ce n’est pas certain.

Si l’heure de négociations arrivait, reste à savoir comment les organiser. La Russie de Poutine a déjà accepté des médiations : en 2008, la France, qui exerçait alors la présidence tournante de l’UE, avait joué ce rôle dans le conflit russo-géorgien ; et en 2014, c’est encore la France qui, avec l’Allemagne, avait cherché à régler le conflit russo-ukrainien dans le cadre du « Format de Normandie »

La polarisation du conflit actuel et le durcissement des positions entre la Russie et le camp occidental rendent difficilement envisageable un tel scénario aujourd’hui. Poutine a d’ailleurs déjà récusé la France en tant que médiatrice. Emmanuel Macron entend cependant rester dans le jeu diplomatique, comme l’a montré son récent déplacement à Pékin.

La Chine, nous l’avons évoqué, a proposé un plan de paix mais son positionnement n’est pas neutre : elle est liée à la Russie par une « amitié sans limites ». Elle a toutefois joué un rôle modérateur lors du sommet du G20 à Bali (les 15+16 novembre dernier), condamnant toute utilisation éventuelle de l’arme nucléaire. En conséquence de sa montée en puissance, elle apparaît désormais comme un acteur de premier plan des relations internationales et une des clés de la stabilité mondiale, et il n’est pas impossible que la solution du conflit en Ukraine passe par un dialogue direct entre Washington et Pékin.

D’autres pays pourraient prétendre au rôle de médiateur. Le Brésil et la Turquie s’y emploient déjà, nous l’avons dit. L’Inde, pour sa part, est dans une position plus neutre que la Chine, et pourrait chercher à s’impliquer davantage dans le dossier ukrainien, lors du sommet du G20 qui sera organisé à New Delhi en septembre prochain.

Restent les Nations unies, mais celles-ci sont dans un triste état : le Conseil de sécurité est paralysé par le droit de veto des grandes puissances, et les principes de la Charte ont été foulés au pied par la Russie dans son agression contre l’Ukraine. Le secrétaire général de l’ONU s’est rendu, dans les premières semaines du conflit, à Moscou puis à Kiev, mais sans obtenir grand-chose, sinon de positionner l’organisation dans l’accord sur les céréales.

En 1953, pour mettre fin à la guerre de Corée, l’armistice avait été conclu par les États-Unis (parlant au nom de l’ONU, puisqu’ils dirigeaient l’intervention armée au nom des Nations unies), la Corée du Nord et la Chine, avec l’Union soviétique en coulisses. Les négociations avaient démarré en 1951 mais n’avaient abouti qu’après la mort de Staline. Et la Corée du Sud, ne voulant pas renoncer à la réunification du pays, avait refusé de signer l’accord. Bref, la diplomatie n’avait pas tout réglé mais, au moins, les armes se sont tues…

On ne sait pas encore qui signera un jour l’accord qui mettra fin à la guerre en Ukraine. Et pourtant, si ce jour semble aujourd’hui éloigné, il n’est pas trop tôt pour l’envisager et pour le préparer.

Les limites du Conseil constitutionnel 

Les limites du Conseil constitutionnel  ( Picketty)

par Thomas Piketty, Directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, Ecole d’économie de Paris dans « Le Monde »

Les cours constitutionnelles, ces institutions précieuses et fragiles, sont parfois instrumentalisées, rappelle l’économiste dans Le Monde..
Alors que les sages du Conseil constitutionnel s’apprêtent à rendre leur décision sur les retraites, il n’est pas inutile de poser une question simple. De façon générale, peut-on faire confiance aux juges constitutionnels ? Entendons-nous bien : les cours constitutionnelles jouent un rôle absolument indispensable dans tous les pays.

Malheureusement, comme tous les pouvoirs, ces institutions précieuses et fragiles sont parfois instrumentalisées et abîmées par les personnes auxquelles ces fonctions éminentes ont été confiées, et qui tentent souvent d’imposer leurs propres préférences politiques sous le couvert du droit.

Les exemples sont légion dans l’histoire. Aux Etats-Unis, la Cour suprême décide en 1896, dans le sinistre arrêt Plessy vs Ferguson, qu’il est parfaitement légal pour les Etats du Sud de pratiquer la ségrégation raciale autant qu’ils le souhaitent. L’arrêt constitue le fondement légal de l’ordre ségrégationniste jusqu’aux années 1960. Dans les années 1930, la Cour censure à plusieurs reprises les législations sociales adoptées par le Congrès dans le cadre du New Deal, au motif que certaines constitueraient une atteinte inacceptable à la liberté d’entreprendre (que les juges choisissent d’interpréter à leur guise).

Réélu en 1936 avec 61 % des voix, Roosevelt annonce son intention de nommer de nouveaux juges (la Constitution ne fixe pas leur nombre) afin de débloquer la situation. La Cour décide finalement de céder et de valider une loi décisive sur le salaire minimal qu’elle avait précédemment censurée. Plus près de nous, les arrêts Citizens United vs Federal Election Commission, en 2010, et McCutcheon vs Federal Election Commission, en 2014, ont décidé qu’il était illégal – car contraire aux principes de la liberté d’expression – d’imposer des plafonds aux financements politiques privés.

En Europe aussi, les abus de pouvoir ne manquent pas. Un cas particulièrement extrême est apporté par l’affaire Kirchhof en Allemagne. Juriste fiscal très remonté contre l’impôt, Paul Kirchhof fut pendant la campagne de 2005 présenté comme le futur ministre des finances d’Angela Merkel, avec à la clé une proposition-choc : une « flat tax » limitant le taux d’imposition des plus hauts revenus.

Dans la sphère politique, chacun est bien sûr libre de ses opinions, qui en l’occurrence n’ont guère séduit les Allemands : tout indique que cette proposition a contribué à réduire le score de la CDU, si bien que Mme Merkel fut contrainte de former une coalition avec le SPD et de se séparer de son conseiller.

Gestion de l’eau : les limites de la démocratie locale

Gestion de l’eau : les limites de la démocratie locale

par
Lucie Baudoin
Post-doctorante en sciences de gestion, Montpellier Business School
dans the Conversation

Face aux défis environnementaux, les décisions prises de manière unilatérale et centralisée ont montré leurs limites. Il est désormais admis que les parties prenantes – acteurs économiques, associations, collectivités locales – doivent être incluses dans une démarche participative et concertée. En France, la Commission nationale du débat public (CNDP), créée en 1995, est notamment en charge de s’assurer de la participation du public à l’élaboration de grands projets d’aménagement du territoire (les projets de parcs éoliens en mer, par exemple).

On attend des processus participatifs qu’ils aident à résoudre les problèmes environnementaux principalement via deux mécanismes : d’une part, par le partage d’expériences de chaque acteur, qui apporte des informations utiles pour formuler de meilleures décisions à terme. Ensuite, en permettant aux décisions prises d’être plus adaptées aux réalités du terrain, donc plus suivies et plus légitimes aux yeux des populations locales. Les fortes contestations contre le barrage de Sivens, ou l’aéroport de Notre-Dame des Landes ont porté d’ailleurs entre autres sur la qualité des rapports réalisés pour l’élaboration des projets, et sur la légitimité des décisions prises.

Néanmoins, intégrer la participation citoyenne à ces décisions n’est pas chose facile. En s’attaquant à des sujets complexes qui portent en eux une dimension sociale, comme le changement climatique, la préservation des écosystèmes ou la gestion des ressources en eau, la gouvernance environnementale est toujours confrontée à une diversité de perceptions.

En outre, ces enjeux affectent et sont affectés par une grande diversité d’acteurs. C’est le cas des bassines dans l’Ouest de la France, où des agriculteurs voient ces aménagements de stockage de l’eau comme une manière de s’adapter au changement climatique, et les associations de défense de l’environnement comme une menace supplémentaire pour un cycle de l’eau déjà malmené. Dans ces cas, les désaccords sont souvent profonds et perdurent des années en « conflits insolubles ».

Il serait dangereux et erroné de croire que la mise en place de processus de participation serait une recette magique pour réussir la transition écologique. Plus de vingt ans après la Convention d’Aarhus (2001) visant l’émergence d’une « démocratie environnementale », la littérature académique n’a pas prouvé empiriquement que les processus de participation ou de concertation garantissent toujours l’amélioration ou la préservation de conditions environnementales, telle que la qualité des eaux ou la pollution de l’air.

Tout d’abord, il s’agit d’un sujet très complexe à étudier dans le cadre d’une démarche scientifique systématique, et en l’état, il n’y a pas un consensus académique établi et éprouvé sur l’efficacité environnementale de la participation. À la question, « est-ce qu’inclure tout le monde résoudra les problèmes environnementaux ? », la réponse est « on ne sait pas trop, cela dépendra sans doute du problème et de la forme que prendra la participation ».

Un long chemin est encore nécessaire pour comprendre les conditions dans lesquelles la participation de l’ensemble des acteurs est efficace pour atteindre les objectifs environnementaux.

En effet, certains contre-arguments peuvent être avancés à l’effet positif de la participation sur les indicateurs environnementaux : dans le cas de crises environnementales exigeant une réponse rapide, les processus de participation peuvent être trop longs, et donc retarder la mise en place des mesures nécessaires. Ils peuvent également renforcer les rapports de force existants.

Dans son ouvrage fondateur de 1990 sur la gouvernance des communs, le prix Nobel d’économie Elinor Ostrom pointe déjà du doigt quelques facteurs pouvant compliquer une gestion collective réussie de ressources communes.

Entre autres, celle-ci est plus facile sur des territoires moins grands, aux frontières clairement définies, incluant des acteurs qui dépendent tous des mêmes ressources sur le long terme, et pouvant communiquer entre eux dans un climat de confiance. Or ces conditions sont loin d’être réunies pour tous les enjeux environnementaux de notre siècle, qu’il s’agisse du changement climatique ou de la gestion de grands bassins hydrographiques.

Surtout, participer à la prise de décisions environnementales requiert des acteurs concernés des ressources comme le temps, l’énergie, des connaissances de base sur des sujets qui peuvent se révéler très techniques et surtout, une certaine motivation à participer. Or ces ressources sont inégalement réparties au sein de la population, ce qui peut mener à une surreprésentation de certains acteurs – économiques notamment – dans les délibérations.

C’est en ce sens que les processus de participation peuvent reproduire ou amplifier des déséquilibres de pouvoir préexistants. Ces déséquilibres de représentation dans les assemblées pourraient même à terme se ressentir dans les conditions des milieux naturels.

Prenons le cas de l’eau. Dans ce domaine, il y a des décennies que des démarches participatives sont appliquées. Dans les pays de l’Union européenne, La Directive-cadre sur l’eau (DCE) adoptée en 2000 incite les États membres à favoriser la participation de tous dans l’élaboration des plans de gestion des ressources en eau dans les bassins hydrographiques.

Cette participation peut prendre deux formes : une consultation générale du public sur les orientations prises ; une participation active d’acteurs clefs dans le processus de prise de décisions. Dans les deux cas, on attend du processus qu’il aide à obtenir de meilleurs résultats en matière d’état des milieux aquatiques.

La France avait même largement devancé l’Europe dans cette démarche en mettant en place des comités de bassin, aussi appelés « parlements de l’eau », dès la fin des années 1960. Ces comités de bassin réunissent des représentants des collectivités locales, de l’État, des industriels, des agriculteurs, des associations de protection de la nature, de consommateurs… dans un exercice intense et ambitieux de concertation pour élaborer ensemble une politique de l’eau adaptée aux territoires.

Vingt ans après cette directive, en France comme ailleurs en Europe, les résultats ne sont pas au rendez-vous. Seuls 40 % des eaux de surface des pays de l’UE sont considérés en bon état écologique selon un rapport de 2018 de l’Agence européenne pour l’environnement ; alors que l’objectif initial était d’atteindre 100 % de masses d’eau en bon état en 2015 – un objectif reporté depuis à 2027.

Certes, l’injonction de participation fixée dans la DCE n’a pas été mise en place de la même manière dans chaque pays membre. Cependant, une étude couvrant l’Angleterre, la France, l’Allemagne, l’Italie, la Pologne et l’Espagne montre que les responsables administratifs engagés dans la mise en place des processus participatifs ont eux-mêmes jugé peu efficace la participation active d’acteurs-clefs et totalement inefficaces les consultations du public sur l’amélioration de l’état des milieux aquatiques. Ils pointent notamment la surreprésentation des acteurs agricoles conventionnels et un manque d’intérêt du grand public parmi les principaux obstacles rencontrés.

Dans le cas de la France, les comités de bassin peinent eux aussi à faire face aux enjeux de pollution diffuse des eaux, notamment liée aux activités agricoles. Alors qu’on attend d’un processus participatif qu’il évite les conflits entre usagers, les longues délibérations menées pour l’élaboration du schéma directeur 2016-2021 en Seine-Normandie n’ont pas empêché son annulation après une action en justice engagée par une fédération de syndicats agricoles.

Les consultations du public organisées par les agences de l’eau sont par ailleurs, hélas, largement ignorées, avec de faibles taux de réponse.

Combien de citoyens français savent à quelles instances de bassin ils sont rattachés et connaissent l’existence des comités de bassin censés les représenter et de ces démarches de consultation ?

Comme nous alertait Elinor Ostrom, il n’y a pas de panacée en matière de gouvernance collective.

Il est naturel que toutes les démarches participatives n’aboutissent pas forcément. Si nous attendons des miracles de la mise en place de processus de participation sur les enjeux environnementaux locaux comme globaux, il est fort probable que nous soyons déçus et même découragés quant à la faisabilité de la transition écologique.

S’il y a une leçon à retenir du cas de la gouvernance de l’eau, c’est qu’il n’y a pas de vraie participation sans sensibilisation et mobilisation de la population au sens large. Sans quoi certains groupes plus motivés ou dotés de plus de ressources risquent de préempter le processus, et réduire à néant les promesses de la participation.

ChatGPT : Perspectives et limites

ChatGPT : Perspectives et limites

Par Benoît Bergeret, directeur exécutif ESSEC Metalab for Data, Technology and Society et co-fondateur du Hub France IA.

En seulement cinq semaines, ChatGPT a été adopté par plus d’un million d’utilisateurs. Mais tous comprennent-ils les limites de l’outil, qui nous étonne par sa capacité à produire des textes cohérents, grammaticalement corrects et apparemment pertinents ? Quel impact anticiper pour son usage en entreprise ? Le système dont tout le monde parle peut-il devenir une « machine pensante » ? Est-il fondé de le voir comme un pas de plus vers l’IA généralisée, celle qui finira par nous diriger ?

Le langage n’est pas la pensée. Mais l’illusion est impressionnante. Selon Nick Cave, chanteur de The Bad Seeds, « les paroles écrites par ChatGPT sont une grotesque moquerie de ce qu’est être humain ». Il rejoint ainsi le philosophe américain John Searle : un système syntaxique peut donner l’impression qu’il comprend la langue alors qu’il ne comprend ni les prompts, ni les réponses produites. Et la recherche en neurosciences cognitives montre que la maîtrise du langage nécessite des capacités comme le raisonnement, les connaissances sur le monde et la cognition sociale. ChatGPT, système syntaxique par nature, a des compétences linguistiques formelles indéniables, mais rien de plus.

Neurosciences. Searle rejoint aussi les neurosciences : l’esprit humain n’est pas un système computationnel, il résulte de processus biologiques. Or, le numérique ne peut que simuler ceux-ci, pas les dupliquer. C’est un obstacle infranchissable au développement de la conscience, donc d’une IA capable d’égaler l’humain. Contrairement aux apparences, ChatGPT est une avancée intéressante, mais pas un « pas décisif » vers l’IA généralisée.

Bien sûr, la combinaison de cet outil syntaxique avec des moteurs de recherche sémantiques, produira des résultats impressionnants pour des usages « étroits » (« Narrow AI »). Mais nous resterons loin de l’IA généralisée.

L’outil va disrupter les stratégies de déploiement centralisées de l’IA : il va être difficile de demander à renoncer à son utilisation. L’expérience de Sciences Po, qui en a interdit récemment l’usage par ses étudiants, va être suivie avec beaucoup d’intérêt.

Pour les entreprises, il va falloir s’adapter vite, compléter les stratégies top-down d’adoption de l’IA à l’accueil et à l’intégration raisonnée de ces nouveaux outils. A minima, dans les semaines qui viennent, il va leur falloir mettre en place une gouvernance. Par exemple : définir le périmètre acceptable d’usage et interdire toute autre utilisation, mettre en place un contrat engageant la responsabilité du fournisseur, pour diminuer le risque lié à une interruption inattendue de l’accès au système.

Confiance. Il faut aussi établir la confiance par l’éducation en expliquant les limites de l’outil, en rappelant qu’il ne peut pas garantir la véracité des informations générées et que le producteur de contenu a la responsabilité d’une nécessaire vérification manuelle de toutes les informations. Les entreprises devront assurer une stratégie de résilience (« j’utilise ChatGPT, que ferai-je si je n’y ai plus accès ? »), garantir le respect des normes éthiques et des lois lors de l’utilisation, et enfin mettre en place un système de détection de ChatGPT dans les contenus produits.
Souhaitable pour l’entreprise s’il est utilisé de manière appropriée, l’outil va ajouter de la valeur au travail des employés. Selon moi, ChatGPT (avec ses imperfections) se révélera in fine un catalyseur de l’adoption de l’IA en entreprise.

Son arrivée soulève les questions liées à l’introduction rapide auprès du public de technologies numériques peu matures et mal comprises. La question de l’adoption consciente et informée de cet outil se pose : comment éviter les dégâts collatéraux similaires à ceux causés par les réseaux sociaux ?
Mais n’ayons pas peur de chatGPT : ce n’est au fond qu’un outil, le successeur fonctionnel du traitement de texte et du correcteur orthographique ! Un outil merveilleux, plein de promesses, mais qu’il ne faut pas adopter à l’aveugle. Et les entreprises ont une grande responsabilité dans le bon usage qui en sera fait.

Benoît Bergeret, directeur exécutif, ESSEC Metalab for data, technology and society et Co-fondateur du Hub France IA

Société-Les limites du tout numérique

Société-Les limites du tout numérique

Comme à chaque étape d’évolution technologique, le numérique a apporté des progrès indiscutables mais ses excès ont aussi favorisé la déshumanisation des relations sociales.

La vapeur, l’électricité, l’automobile ont constitué des étapes importantes de l’évolution technique mais ont également favorisé des effets pervers. Par exemple, le rail qui a remodelé l’aménagement du territoire et créé de véritables déserts économiques et sociaux en supprimant les lignes secondaires alors qu’au contraire il pouvait être un outil de développement harmonieux et équilibré.

L’ Électricité quant à elle ne doit pas faire oublier ses conditions de production tout autant que les gâchis de consommation. Il aura fallu attendre la guerre d’Ukraine pour qu’on commence à limiter l’inutile illumination permanente des villes qui par parenthèse trouble l’orientation des oiseaux migrateurs. Le numérique aura été la grande découverte et la grande application à partir de la fin du XXe siècle. Entreprises, citoyens, politiques perdent beaucoup en crédit s’ils ne glissent pas le mot numérique à chaque phrase.

Il s’agit évidemment d’un moyen extraordinaire pour transmettre en temps réel des masses d’informations qui demandaient précédemment des jours voire des semaines et même davantage. L’intérêt de la technique -autant que la mode- acontraint une grande partie de l’économie et de la société à se soumettre à la nouvelle religion. Évidemment avec la ferveur des nouveaux convertis.

Même les relations les plus intimes sont donc confiées également aux outils télé informatiques. Les progrès aidants, on pourra même se passer d’un humain pour converser. Et les perspectives d’évolution sont sans limites puisque des robots pourraient se substituer totalement à l’homme lors des échanges. D’autres envisagent d’implanter une puce dans le crane des humains véritablement en situation d’addiction technologique. Le Smartphone fait désormais parti du corps humain même la nuit. De ce point de vue, ses pannes seront un jour pris en charge par la sécurité sociale.

Les situations les plus kafkaïennes sont créées par ce recours surréaliste à la technique du digital. Ainsi toutes les relations administratives et commerciales ou presque passent par des plates-formes Internet ou des robots qui font semblant de répondre aux questions qui se posent.

Les marchands du temple ont bien entendu aussi envahi le numérique avec leur pub, leur fichier, leur site de vente. L’administration elle-même s’est engouffrée dans cette mode. Au lieu de répondre à une question, le robot propose la touche 1 ou la touche 2, 3 ou 4 avant même qu’on ait pu saisir le choix proposé.( Ou on propose de prononcer des mots que l’ordinateur ne comprend pas évidemment). Heureusement , il y a la touche 5 ( Où le mot de départ) qui permet de revenir au premier message qui tourne ainsi en boucle.

Le pire sans doute c’est que la numérisation a affecté encore davantage les rapports humains que les rapports commerciaux et administratifs. Mais en réalité, l’utilisateur du Smartphone, de la tablette ou de l’ordinateur converse surtout avec lui-même. Et les « progrès » aidant on pourra même se passer d’intermédiaires techniques et sombrer dans une sorte de schizophrénie permanente quand l’intéressé finira par se parler à lui-même. Il ne s’agit sans doute pas de déréglementer surtout ce qui relève du privé mais de développer une sorte d’éthique et de formation à l’usage de techniques qui mettent l’homme en situation de dépendance au même titre que l’alcool ou la drogue certes avec des conséquences moins mortelles.

L’excès de numérique ne met pas forcément en cause la vie humaine mais il peut condamner à vivre idiot.

Collectivités locales : Les limites méthodologiques du budget vert

Collectivités locales : Les limites méthodologiques du budget vert

. Lors du « One Planet Summit » en 2017, une initiative de Budget Vert a été lancée. Dans la suite des accords de Paris, l’idée était de fournir aux États des outils leur permettant de suivre leurs actions et leurs politiques publiques en matière climatique et environnementale. Par Mathieu Nohet, Fondateur de Manty

L’État français a, ainsi, été le premier à mettre en pratique cette initiative, avec un premier budget vert produit en 2021. Plusieurs collectivités locales se sont depuis lancées dans la construction d’un Budget Vert, et de nombreux guides à leur destination ont vu le jour.

Le fonctionnement est le suivant : pour chaque ligne de dépense, on assigne un impact (positif/négatif) suivant six grands objectifs environnementaux : la lutte contre le changement climatique ; l’adaptation au changement climatique et la prévention des risques naturels ; la gestion de la ressource en eau ; l’économie circulaire, les déchets et la prévention des risques technologiques ; la lutte contre les pollutions ; la biodiversité et la protection des espaces naturels, agricoles et sylvicoles.

Ensuite, ces 6 impacts sont agrégés, pour assigner une note globale à la dépense : la dépense est favorable si elle est « positive » sur au moins un axe sans être défavorable par ailleurs ; elle est « neutre » si elle est favorable sur un ou plusieurs axes, tout en étant défavorable sur un ou plusieurs axes ; et enfin, elle est « défavorable » si elle n’est favorable sur aucun axe.

Les limites du Budget Vert

En regardant les résultats de l’exercice pour l’État, on se doute qu’il y a un problème dans le système de classification. Près de 70% des dépenses analysées, soit 32 milliards d’euros sont classées comme « favorables ».

Pour donner un ordre de grandeur, l’État a dépensé 7,45 milliards d’euros uniquement pour subventionner le carburant en 2022. Au-delà de l’aspect politique et de la communication produite autour de la publication, cela pose la question du périmètre des dépenses analysées, et de la manière de les classifier.
La classification actuelle est binaire, sans aucune gradation. Les critères sont suffisamment vagues pour que l’appréciation puisse varier entre 2 évaluations, changeant radicalement les résultats. Aucun impact n’est chiffré. On peut donc imaginer un élu, qui, de bonne foi, met en place une politique publique n’ayant aucun impact, par méconnaissance des ordres de grandeurs ou des critères impactés.

Ainsi, une dépense permettant de protéger la biodiversité de manière anecdotique (installation d’un pigeonnier) ou d’économiser un peu d’eau (chasse d’eau automatisée) apparaitra aussi favorable qu’une dépense liée à l’isolation des bâtiments publics. De même, l’absence de quantification et d’ordre de grandeur pourrait faire apparaitre comme équivalente la dépense liée à l’isolation des bâtiments et une mesure permettant des économies d’énergie beaucoup plus faibles, comme par exemple le fait de changer tous les lampadaires de la ville ou de mettre des minuteurs dans tous les bâtiments.

Pire, les critères peuvent se contredire entre eux. Dans son livre « Pour en finir avec l’apocalypse », Guillaume Poitrinal évoque l’exemple suivant : sur l’ancien site d’une papeterie, une entreprise avait comme projet de construire le plus grand campus en bois du monde. Cet ensemble aurait utilisé la géothermie comme source d’énergie, et serait venu remplacer la friche industrielle, entièrement bétonnée, abandonnée depuis plus de 10 ans. Lors du projet, le diagnostic « faune et flore » du ministère de l’Environnement a découvert 3 espèces rares au milieu du béton et de la ferraille. Un criquet, un papillon et un lézard. Le projet a donc été en partie rejeté, au nom de la protection de la biodiversité. On a bloqué un projet permettant de remettre des milliers de mètres carrés de végétation en pleine terre, et représentant un puits majeur de carbone, afin de conserver une friche industrielle au nom de la protection de la biodiversité.

Les exemples comme celui-ci sont nombreux, on le voit récemment dans l’actualité avec des sujets autour de la gestion de l’eau et de la protection des espaces agricoles. Le besoin de priorisation est clair, et nous devons quantifier les efforts pour pouvoir arbitrer.
L’important c’est le CO2
Le Budget vert ne permet pas de quantifier l’impact des dépenses et se base sur une appréciation subjective, il doit donc être affiné pour pouvoir devenir un véritable outil de décision publique. En l’état, un budget vert ne permet pas réellement d’orienter l’action publique.

En reprenant les critères définis initialement, on voit que le premier critère est celui de la lutte contre le changement climatique. Le réchauffement climatique (autre manière de désigner le changement climatique) est causé exclusivement par l’action des gaz à effet de serre (GES), émis par les activités humaines.
Il est donc naturel de prioriser la réduction des émissions de gaz à effet de serre, qui sont la cause du reste. Ces émissions ont l’avantage d’être de plus en plus quantifiables, et de fournir un indicateur objectif, indépendant de toute sensibilité politique.

On peut imaginer une nouvelle forme de budget vert combiné à une comptabilité carbone performante, il s’agirait alors d’un « budget climat » permettant d’orienter l’action publique.
• Pour chaque dépense, évaluer la quantité de GES émise (ou la réduction espérée)
• Lorsqu’il y a besoin d’arbitrer, choisir la dépense permettant la plus grande réduction, ou la moins grande émission de GES
• Lorsque deux dépenses sont équivalentes, prendre en compte, dans l’ordre

o Adaptation au changement climatique
o Gestion de la ressource en eau
o Lutte contre les pollutions
o Biodiversité et protection des espaces naturels
o Economie circulaire, prévention des risques technologiques

Cette démarche, moins simple que celle du budget vert et se prêtant probablement moins à la communication politique, permet d’avancer vers l’objectif zéro émission, tout en prenant en compte d’autres dimensions. La priorisation est assumée, et nécessaire à la prise de décision.

Pour réaliser concrètement ce budget climat, le principal obstacle est la quantification des émissions. De nombreux outils ont vu le jour ces dernières années, permettant à l’État et aux collectivités d’évaluer leurs dépenses :
• L’ADEME et l’État proposent des guides permettant de mettre en place les bases d’une comptabilité carbone :
• Des offres commerciales proposant des outils numériques (Carbo, Greenly) permettent de construire un bilan carbone de manière collaborative, à partir des dépenses de la collectivité
• Des cabinets de conseil spécialisés en comptabilité carbone existent depuis de nombreuses années

Le Budget vert, un outil intéressant… mais limité

Le Budget vert est donc un outil intéressant, mais limité, plus adapté à la communication politique qu’à une véritable politique climatique. L’absence de quantification, la subjectivité de la notation et la multiplication des critères rendent impossible l’orientation de l’action publique à partir des conclusions du budget vert.

Une évolution possible est un « budget climat », basé sur la comptabilité carbone, et priorisant la réduction des GES par rapport aux autres dimensions. La priorité est donnée aux émissions, de mieux en mieux quantifiées, en prenant en compte les autres axes tels que l’adaptation au changement climatique ou la gestion de l’eau lorsqu’un arbitrage est nécessaire.

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol