Archive pour le Tag 'limites ?'

Intelligence artificielle : avancées, limites et gadgets (Charles Edouard Bouée)

Intelligence artificielle : avancées, limites et gadgets (Charles Edouard Bouée)

 

Dans une tribune des Échos, Charles Edouard Bouée,  président de Roland Berger, fait la part de ce qui relève réellement des avancés en matière d’intelligence artificielle et ce qui relève des gadgets car surtout destinés à valoriser artificiellement un produits et/ou  à attirer des capitaux.

 

«  La septicémie, qui représente une des premières causes de mortalité en milieu hospitalier, pourrait bientôt appartenir au passé. Comment ? Grâce à un algorithme d’intelligence artificielle capable de détecter, une demi-heure avant qu’elle ne survienne, une chute brutale de la pression artérielle très souvent indicatrice d’une infection du sang. Trente minutes suffisent à l’équipe soignante pour intervenir, sauver ainsi des milliers de vies et économiser des milliards de dollars. Une telle avancée est le fruit de la collaboration entre l’expert en intelligence artificielle Antoine Blondeau, fondateur de  Sentient Technologies, et les chercheurs du MIT . On est bien loin du buzz que des entreprises peu scrupuleuses font parfois, en estampillant « IA » des solutions technologiques qui pour certaines n’ont rien à voir avec l’intelligence artificielle, pour attirer les investisseurs et les clients. Après le « green washing », consistant à donner un vernis durable à des produits et des services qui ne le sont pas, l’« AI washing » nous promet monts et merveilles avec des solutions qui ne sont que des gadgets. C’est que derrière le succès actuel du terme « intelligence artificielle » – d’ailleurs choisi un peu par hasard en 1956 par John McCarthy, se cachent des technologies complexes : le « deep learning », qui permet la reconnaissance des objets et des mots, associé au « machine reasoning », qui permet d’élaborer des modèles prédictifs, les deux étant complétés par des algorithmes génétiques et des codes écrits par la machine elle-même. Si bien que le grand public a parfois du mal à comprendre les tenants et les aboutissants. D’où la difficulté à savoir ce qui relève vraiment de l’IA : de nombreux produits ou services qui disent reposer sur de l’intelligence artificielle, ne mobilisent en réalité que des logiciels d’automatisation basiques. Un autre mirage consiste à faire croire, en particulier aux chefs d’entreprises, que l’intelligence artificielle est toujours la réponse la plus adaptée pour accroître l’efficacité d’un processus. C’est loin d’être systématiquement le cas. Ainsi, lorsqu’on cherche une réponse à une question précise, les outils analytiques de Business Intelligence sont souvent plus pertinents. Mais label « IA » attire le chaland… et certains en abusent. Si, comme tous les eldorados, l’intelligence artificielle a ses charlatans, elle a aussi ses magiciens. Antoine Blondeau, Chris Boos, fondateur de la société Arago , Tomaso Poggio du MIT , Yann Le Cun de Facebook AI Research, Sean Tang, fondateur de SenseTime , Jürgen Schmidhuber du laboratoire suisse Idsia, Demis Hassabis de Deepmind … venus de tous les continents, ils travaillent ensemble autant dans les laboratoires, les universités que les entreprises. Ils forment une communauté d’experts capables de faire émerger un nouveau monde, sans bruit, loin des médias. On sait que l’intelligence artificielle sera la rupture technologique, sociale et économique des décennies à venir. Et il est certain que les prochaines licornes seront des entreprises d’intelligence artificielle. Mais la bataille ne se joue pas toujours où on le croit. Ni chez ceux qui en parlent beaucoup, ni forcément chez les GAFA ou leurs cousins chinois, les BAT. Les innovations véritables sont le fait de scientifiques et de techniciens qui n’aiment pas la lumière. Quant à ceux qui bluffent, en prétendant développer des solutions d’IA quand ce n’est pas le cas, ils pourraient bien être pris à leur propre piège. Car après DeepBlue aux échecs et Alphago au jeu de Go, le programme Libratus a envoyé au tapis, en janvier 2017, quatre joueurs de poker professionnels . En nous laissant face à ce constat vertigineux : l’intelligence artificielle sait donc bluffer, et intégrer le bluff des autres à sa propre stratégie ! Il ne lui reste plus qu’à apprendre à démasquer les bluffeurs. ».

 

Intelligence artificielle : les limites

Intelligence artificielle : les limites

Dans un article de la Tribune,  James Buchanan – Directeur Stratégie, Razorfish Londres, évoque les limites de l’IA.

 

 

 

« Omniprésente cette année au salon South by Southwest, l’intelligence artificielle a tous les attributs d’une grande révolution annoncée. Son potentiel est un peu plus « réel » chaque jour, de l’ordinateur qui bat les meilleurs joueurs de Go à la voiture autonome.  Lors de cette manifestation à laquelle j’ai participé aux côtés de 3 autres experts, j’ai eu l’occasion d’aborder l’impact des services propulsés par l’IA à l’échelle de l’individu. Au cours des cinq dernières années, les objets et services intelligents se sont essayés à tous les aspects de notre vie. Depuis la rencontre amoureuse jusqu’à la livraison, en passant par la finance et le sport, des start-ups anticipent désormais le moindre de nos problèmes et nous proposent des services toujours plus personnalisés à l’aide de l’IA. Sous couvert d’être pratiques, ces services changent notre façon de voir le monde, notre manière de penser et notre propre identité. Quelle valeur accordons-nous à notre libre-arbitre ? Sommes-nous prêts à sacrifier notre autonomie ? Avec l’émergence des machines qui apprennent, notre monde devient de plus en plus inquiétant et étrange, et il est légitime de s’interroger sur son évolution.  C’est maintenant qu’il faut en parler, alors que ces outils sont encore à notre service. Personne ne veut devenir le simple prolongement de chair et d’os d’un algorithme. L’innovation a toujours modifié notre façon de penser : ce que nous créons nous influence en retour. Le cas de l’intelligence artificielle est unique. Elle se matérialise par des outils qui ont leur intelligence propre et ne se laissent pas totalement contrôler. A la poursuite de leur logique interne, ils s’améliorent au contact de millions d’utilisateurs, leur influence croissant avec leur intelligence. Ces services semblent utiles car ils résolvent nos problèmes, révèlent ce qu’il y a de meilleur en nous et minimisent nos insuffisances. Ils nous confèrent quasiment des superpouvoirs. C’est pourtant d’un œil critique que nous devrions considérer cette situation. Dans ce futur algorithmique, qu’est ce qui compte le plus ? Avoir l’opportunité de partager mon point de vue est plutôt un accomplissement pour qui, comme moi, a grandi dans une petite ville. Mais que penser d’un futur où l’IA ne me permettra plus jamais de rencontrer ceux qui ne sont pas d’accord avec moi ? Que penser d’un service financier qui, faisant passer en premier ce qu’il sait être mes intérêts à long-terme, me rendra volontairement difficile la prise de décisions d’impulsion? In fine, peut-on sincèrement croire que « le marché » prendra soin de nous ? L’option de facilité consiste à se concentrer sur les résultats : clients enrichis, volume d’engagement, indice de satisfaction… Des données simples car elles correspondent déjà aux objectifs des entreprises. Elles offrent aussi de la lisibilité sur les variables grâce auxquelles les algorithmes s’améliorent, le reflet d’une culture scientifique dans laquelle ont grandi de nombreux tech-entrepreneurs. Mais laisser de côté toute préoccupation de sécurité devrait pourtant nous inquiéter un peu plus. Même des scientifiques de renom comme Stephen Hawkins admettent que l’intelligence artificielle pourrait bientôt nous échapper… Un autre mot pour « résultat » est « fin », et l’on sait qu’elle ne justifie pas les moyens. Enrichir un client n’est pas un argument valable si, en chemin, vous détériorez un autre aspect de sa vie, ou celle de quelqu’un d’autre, de façon imprévisible. Il y a ensuite le risque de devenir dépendant. Que se passerait-il si tous ces services devenaient soudainement inaccessibles ? Serions-nous livrés à nous-mêmes ? C’est bien une question d’éthique que pose en creux l’IA… Il existe heureusement une alternative. Et si au lieu de se focaliser sur les résultats nous aidions plutôt les gens à devenir un peu plus eux-mêmes ? En encourageant la réflexion et la connaissance de soi, nous donnerions la priorité à l’enseignement plutôt qu’à l’automation. Nous donnerions aux gens les outils pour développer leurs compétences naturelles plutôt que de chercher à les remplacer. Nous passerions probablement plus de temps à réfléchir au rôle que ces services jouent au sein de la société plutôt qu’à ce qu’ils apportent à l’individu isolé. En somme, en faisant moins nous pouvons encourager les autres à en faire plus et à agir de façon éthique et responsable. Mais cela n’arrivera pas par hasard, nous devons passer par un chemin choisi délibérément. Tant dans les instances dirigeantes, où le sujet doit être mis à l’ordre du jour des agendas politiques, qu’auprès des citoyens, nous devons nous assurer que les consciences s’éveillent à ces questions. Asseyons-nous autour d’une table et engageons dès aujourd’hui la discussion sur ce que l’IA peut proposer, non seulement aux personnes que nous sommes, mais aussi à celles que nous voulons devenir. »

Ouragan: «limites de la prévision»

Ouragan: «limites de la prévision»

Dans interview au Figaro, Cyril Duchesne, météorologiste pour La Chaine Météo*, reconnaît les limites de la prévision pour les ouragans.

Comment expliquer que Maria soit devenu si violent, devenant rapidement un ouragan majeur de catégorie 5, alors qu’on attendait un phénomène moins intense?

 

Cyril DUCHESNE. – Il faut d’abord préciser que la prévision météo est fiable dans les régions tempérées, mais qu’elle l’est beaucoup moins dans les zones tropicales. Ces régions sont marquées par une grande instabilité atmosphérique qui rend plus difficile la prévision. Les réseaux de mesures météorologiques y sont par ailleurs moins denses. Par ailleurs, la prévision des phénomènes cycloniques est difficile, et notamment leur trajectoire.

Mais dans le cas de l’ouragan Maria, pourtant, nous avons vu une prévision de cyclone de catégorie 3 laisser la place à un ouragan majeur de catégorie 5. Cela s’explique par la difficulté de prévoir ce type de phénomène, mais aussi par le fait que nous n’avons pas toutes les données nécessaires pour anticiper. Maria constitue un record d’intensification. C’est inédit. On arrive alors aux limites de la prévision: comment prévoir qu’une tempête tropicale classique va devenir un ouragan majeur en 24 heures lorsque cela n’a jamais été observé?

 

Comment expliquer cette intensification inattendue?

 

On peut formuler des hypothèses, sans pouvoir exprimer de certitude. D’abord, les eaux particulièrement chaudes dans la région ont pu alimenter l’ouragan. Dans l’arc antillais, on a relevé des températures de 1°C au-dessus de la normale. Ensuite, on a observé un ralentissement de l’ouragan à son arrivée sur la République dominicaine. Cela contribue à renforcer le renforcer, en stationnant au-dessus des eaux les plus chaudes. Autre facteur potentiel: une convergence intertropicale très active, c’est-à-dire un air chaud et humide qui remonte à la fois de la Guyane vers les Antilles combiné à un autre air chaud venant de l’est, créant une concentration sur l’arc antillais. Enfin, il n’y a pas de cisaillement de vent important en altitude, à savoir des vents arrivant dans le sens contraire. Ces vents contraires, lorsqu’ils sont présents, peuvent bloquer en partie l’ouragan.

 

Comment peut-on caractériser la saison cyclonique en cours? Est-elle particulièrement intense?

La saison cyclonique court de juin à novembre, et c’est à la mi-septembre que l’on observe la fréquence maximale dans l’Atlantique. Nous sommes donc en plein dans cette période. Pour l’instant, en termes de fréquence, cette saison ne constitue pas un record: on a eu affaire à 13 phénomènes cycloniques. Le record remonte à 2005, année lors de laquelle on en avait recensé 28. Puis viennent 1933, avec 21 cyclones, et 1995, avec 19 cyclones. Toutefois, le nombre moyen pour une saison est de 12 cyclones. La saison 2017 sera donc au-dessus.

Ce qui peut apparaître hors-norme, en revanche, c’est le nombre d’ouragans majeurs. Harvey, Irma, Jose, Maria: nous sommes à quatre, ce qui est un record en si peu de temps. Les ouragans ne sont donc pas forcément plus nombreux, mais plus intenses. Une tendance qui pourrait s’expliquer par le réchauffement général de la température de l’eau, ainsi que par les effets d’El Niño, qui se font sentir dans les années qui suivent ce phénomène.

 

 

Peut-on prévoir dès aujourd’hui les prochains ouragans qui pourraient se former d’ici la fin de la saison?

Non, il est impossible de dire si un ouragan se formera dans quinze jours. La prévision est très limitée dans le temps, on ne voit un phénomène se former que deux ou trois jours avant. Actuellement, dans l’Atlantique, il semble cependant qu’une accalmie de quelques jours se profile. Pour l’instant, le NHC, le centre américain des ouragans, estime à 10% les risques de formation d’un phénomène cyclonique. Malheureusement, ces phénomènes peuvent se former très vite. Et le contexte général y reste très favorable, avec des eaux de l’Atlantique à une température élevée.

Les limites de la fascination pour le numérique » (Eric Sadin, philosophe)

Les limites de la  fascination pour le numérique » (Eric Sadin, philosophe)

Dans une  interview au JDD le philosophe et écrivain Erix Sadin met en garde contre la fascination du numérique,. « l’industrie de la vie » et les dangers des technologies dans notre quotidien. Il appelle au boycott de certains objets connectés, dans son dernier essai, La Silicolonisation du monde.

 

Eric Sadin, dans son dernier livre, La Silicolonisation du monde, s’alarme de l’impact du technolibéralisme sur nos vies.

Vous dénoncez dans votre livre l’émergence d’une « industrie de la vie ». Les dangers du numérique viendraient moins d’Internet et des réseaux sociaux que des objets connectés?
Nous ne sommes plus seulement dans l’âge de l’accès à une infinité de textes, de musiques ou de vidéos à des coûts marginaux. Nous entrons dans l’ère de la numérisation intégrale du monde. La dissémination sans cesse croissante de capteurs va envahir nos corps, nos habitats, nos environnements urbains et professionnels. L’extension des objets connectés entraîne une connaissance approfondie des comportements, détenue par les compagnies privées, leur permettant de continuellement coller à la vie des personnes. Par exemple, un pèse-personne connecté ne se contente pas d’indiquer notre poids, mais suggère, en fonction des résultats, des produits supposés adaptés. La télévision connectée est déjà capable d’enregistrer et d’interpréter les conversations tenues à proximité et de suggérer, en fonction des propos, des programmes ou des produits en rapport. C’est cela que je nomme l’industrie de la vie : la collecte, à terme, de tous les flux de l’existence permettant au libéralisme numérique de tirer profit du moindre de nos gestes.

 

Que redoutez-vous?
L’industrie du numérique prétend alléger nos existences, voulant nous offrir à tout moment le meilleur de ce que nous pouvons attendre. Forme d’accompagnement qui ne prend pas seulement une forme incitative mais tout autant coercitive. Dimension particulièrement emblématique dans le champ du travail. En fonction des cadences de production, des systèmes rétroagissent et dictent les actions du personnel. Ces pratiques sont à l’œuvre, par exemple, dans certains entrepôts d’Amazon ou dans les ateliers de fabrication de Zara. La capacité d’initiative et de créativité des individus est niée, réduite à exécuter des ordres émanant de programmes, administrés la plupart du temps par des cabinets extérieurs. Il est temps que les syndicats se saisissent de ces questions qui bafouent le droit du travail autant que la dignité humaine.

Lire aussi : Quand l’innovation et le digital bouleversent notre relation au travail

L’intelligence artificielle risque-t-elle de supplanter l’humain?
Elle devient une sorte de surmoi qui détiendrait l’intuition de vérité en toute chose et appelée à nous signaler en toutes circonstances les meilleures actions à prendre. Par exemple, Watson, le programme conçu par IBM, est un outil de diagnostic médical. D’ores et déjà, aux États-Unis, des compagnies d’assurances lui accordent davantage de crédit qu’à un médecin! Mais Watson ne saisit rien de la dimension sensible d’un patient, de ses doutes manifestes dans ses paroles ou de ses larmes. C’est un dispositif qui réduit tout à des données et évacue la part impalpable de l’existence. L’industrie du numérique relève d’un réductionnisme qui exclut quantité de dimensions de la vie humaine. Au-delà d’un modèle économique, c’est un modèle civilisationnel qui s’instaure, fondé sur l’exclusion du sensible, l’automatisation de secteurs toujours plus étendue de la société et la marchandisation intégrale de la vie.

Mais toutes ces innovations améliorent notre quotidien…
Les technologies numériques sont de plus en plus appelées à entretenir un rapport de compagnonnage avec leurs utilisateurs, prenant des contours bienveillants. Dimension qui franchira un seuil lorsque les assistants numériques personnels tels Siri d’Apple ou Google Now, à l’efficacité encore balbutiante, en viendront à nous prodiguer des conseils relatifs à la quasi-totalité des séquences de nos quotidiens. Ce sera encore le cas avec la voiture sans pilote, par exemple, qui ne se contentera pas de piloter le véhicule mais nous proposera de faire une pause dans tel restaurant ou tel hôtel supposés adaptés à notre profil. En prétendant nous offrir le meilleur confort supposé, c’est notre pouvoir de jugement et de décision dont nous dessaisit peu à peu le technolibéralisme.

Vous êtes particulièrement critique sur l’école numérique. Pourquoi
La précipitation avec laquelle l’Éducation nationale cherche à instaurer des établissements numériques représente une grave faute politique. À ce titre, la place que prend actuellement Microsoft dans l’école publique, s’arrogeant un pouvoir de partenaire éducatif, constitue un scandale qui doit être dénoncé. Aux États-Unis, des actions de groupe ont été menées par des parents d’élèves contre des applications éducatives de Google qui revendaient les données, portant sur les comportements des élèves, à des cabinets de recrutement et à des entreprises de fournitures scolaires. Ils ont obtenu gain de cause. Les tablettes quantifient les comportements des élèves mais aussi ceux des professeurs. En outre, la place du livre se trouve peu à peu marginalisée, alors qu’il représente un des piliers de notre civilisation.

Oui, mais que faire
Les responsables politiques restent aveugles à l’étendue des conséquences civilisationnelles induites par l’industrie du numérique. Axelle Lemaire, secrétaire d’État au numérique, est une ardente apôtre du siliconisme. Et que dire du Conseil national du numérique, organe de préconisation de la République dont les deux tiers des membres sont des responsables de l’économie de la donnée? Mais nous, citoyens, pouvons mettre en échec ce modèle indigne. Il est plus que temps de nous défaire de la fascination et d’entrer dans l’âge de la responsabilité. Pour ma part, j’en appelle au refus de l’achat d’objets connectés et de protocoles dits intelligents ; au refus de l’infiltration tous azimuts de capteurs, tels les compteurs Linky appelés à mémoriser nos gestes au sein de nos habitats. Ce qui est en jeu, c’est la sauvegarde des valeurs humanistes qui nous constituent. De notre degré de mobilisation dépendra rien de moins que la nature, présente et future, de notre civilisation.

La Silicolonisation du monde. L’irrésistible expansion du libéralisme numérique, L’Échappée, 256 p., 17 €

Les limites d’une politique monétaire (Marie-Hélène Duprat )

Les limites d’une politique monétaire (Marie-Hélène Duprat )

 

Dans un article du monde Marie-Hélène Duprat, conseillère auprès du chef économiste de la Société Générale, souligne les limites de la politique monétaire

 

« Huit ans après l’éclatement de la crise financière, les économies occidentales sont toujours placées sous perfusion monétaire. Lorsque la crise a éclaté, les grandes banques centrales ont abaissé leurs taux directeurs à zéro ou quasiment zéro, avant de se tourner vers des outils de moins en moins conventionnels, tels que l’assouplissement quantitatif et les taux d’intérêt négatifs. Les taux négatifs – ultime avatar des mesures monétaires non orthodoxes – sont aujourd’hui pratiqués par les banques centrales du Danemark, de la Suède, de la Suisse, du Japon et de la zone euro. Quel bilan peut-on aujourd’hui tirer de l’action des autorités monétaires? Un bilan en vérité mitigé : la politique monétaire a réussi à stabiliser le crédit, mais elle a échoué à véritablement favoriser la croissance et à relancer l’inflation. Si les politiques monétaires ultra-accommodantes mises en oeuvre par les grandes banques centrales se sont révélées indispensables pour freiner la contraction de l’activité économique et éviter une spirale déflationniste, elles n’en sont pas moins clairement insuffisantes. Insuffisantes, car, dans une économie excessivement endettée, même un taux d’intérêt nul ne suffit pas à relancer l’emprunt et les dépenses, les agents économiques étant plus soucieux d’apurer leurs dettes. D’où un déficit chronique de la demande dans l’économie. Pour corriger une insuffisance de la demande, le remède habituellement déployé est une baisse des taux directeurs de la banque centrale. Le problème, c’est que les taux d’intérêt nominaux ne peuvent pas être réduits substantiellement en dessous de zéro car le public peut bénéficier d’un taux de rendement nul en détenant des encaisses monétaires.  Lorsque les taux directeurs sont à leur valeur plancher (zéro ou légèrement en dessous de zéro), la monnaie créée est épongée par la thésaurisation au lieu d’être dépensée ou investie : l’économie est alors dans la « trappe à liquidité » théorisée par Keynes. Depuis 2008, la majorité des économies développées ont basculé dans la trappe à liquidité. Dans une telle situation, l’économie a besoin, soit de taux d’intérêt nominaux très nettement négatifs, ce qui n’est pas possible, compte tenu de la borne inférieure des taux, soit d’anticipations d’inflation nettement plus élevées, ce que les banques centrales ont jusqu’alors échoué à créer. Il est vrai que faire remonter les anticipations d’inflation dans une économie très endettée piégée dans une trappe à liquidité relève de la gageure. La réalité est que la politique monétaire ne peut pas, à elle seule, tout régler. Et aujourd’hui, il existe un risque réel que, si la politique monétaire seule continue de supporter tout le poids de la relance, les coûts marginaux l’emportent sur les bénéfices marginaux attendus. Car l’hyperrelance monétaire a des coûts : prise excessive de risques par des investisseurs en quête de rendements (d’où le risque de bulles spéculatives), érosion des marges bancaires, baisse des revenus de l’épargne, pour n’en citer que les principaux. Les travaux théoriques suggèrent qu’une fois la borne inférieure zéro sur les taux atteinte, l’intervention politique la plus efficace est une politique budgétaire expansionniste pour créer un choc de demande positif. Aussi, outre les nécessaires réformes structurelles, une relance de l’investissement public (dans les infrastructures et l’éducation notamment) pourrait être aujourd’hui judicieuse pour remédier à court terme à l’insuffisance de la demande privée, tout en contribuant à une croissance potentielle à long terme plus forte sans laquelle il serait illusoire d’imaginer que les dettes accumulées seront honorées. Des investissements publics financés par la création monétaire (la « monnaie-hélicoptère ») seraient contraires au Traité européen, mais qu’importe lorsque les Etats peuvent emprunter à long terme à des taux dérisoires, voire négatifs. »

Référendum : les limites de la démocratie

Référendum : les limites de la démocratie

Le référendum qui aux yeux de certains représente le sommet de la démocratie montre cependant ses limites et ses contradictions. Première observation,  la pratique du référendum implique une culture démocratique que beaucoup de pays n’ont pas. Surtout les pays habitués à utiliser la délégation de mandat au lieu de la démocratie directe. Du coup vote surtout pour des hommes, des camps pas pour des  pour idées.  La consultation directe exige un haut niveau de débat, une pratique ancienne ancrée dans la vie démocratique comme en Suisse  par exemple. Or en France comme dans d’autres pays le référendum trop rarement utilisé représente en fait l’arme nucléaire. Du coup il est rare que les citoyens répondent à la question posée et on instrumentalise le référendum pour exprimer un mécontentement plus général. Mécontentement exacerbé par les  populistes de tout poil trop heureux d’agglomérer toutes les contestations mêmes les plus contradictoires, toutes les frustrations et toutes les peurs. Aujourd’hui force est de constater que si des référendums se tenait dans tous les pays d’Europe on obtiendrait vraisemblablement à peu près la même réponse que pour le brexit. En cause évidemment l’immobilisme et la bureaucratie de l’union européenne mais encore davantage l’insatisfaction des citoyens vis-à-vis des institutions, des hommes et des femmes qui les représentent. Sur n’importe quel sujet le risque d’obtenir une majorité de non est probable. Preuve de cette contradiction la vie des Français sur la loi travail à laquelle ils sont opposés à hauteur de 60 % d’après les derniers sondages. Pourtant lorsque les Français sont sollicités sur la plupart des mesures importantes qui structurent le projet de loi ils manifestent leur approbation. Preuve d’abord que le projet de loi est mal connu et que c’est l’occasion d’exprimer aussi un rejet global de la politique voire au-delà de toute les institutions. Le référendum ne serait donc constitué le nec plus ultra de la démocratie. La vraie démocratie se mesure surtout à la qualité du débat avant une éventuelle consultation. La démocratie ne peut se réduire à dire oui ou non, à être pour ou contre  et de ce point de vue il faut accepter la complexité des problématiques qui sont posées au monde moderne et on ne peut en rester à une forme de démocratie néandertalien ne ;  la démocratie implique une vraie réflexion collective et ne peut se réduire à la mise d’un bout de papier dans une urne.

Les limites du collège unique

, Jean-Michel Blanquer , ancien recteur et directeur général de l’enseignement scolaire au Ministère de l’éducation nationale fait un bilan assez critique du collège unique dans uen interview à Atlantico ;En fait avec des « pincettes   pédagogiques »  , il aborde l’affaiblissement du niveau du l’école primaire ( insuffisance de maîtrise des fondamentaux) et  l’incompatibilité d’un enseignement de masse avec un enseignement de qualité.

 

En 1977, René Haby a lancé le collège unique dans l’objectif de rassembler les cursus et d’en faire un « levier d’égalisation des chances » comme l’écrit la sociologue Nathalie Bulle dans son étude « Collège unique : le bilan ». Près de 40 ans plus tard, le collège unique a-t-il su tenir ses promesses ?

Jean-Michel Blanquer : Le collège unique a représenté une étape dans l’ histoire de la démocratisation de l’enseignement secondaire en France. L’idée a été tout simplement de considérer que, jusqu’à l’âge de la fin de la scolarité obligatoire (16 ans), il était normal d’offrir un égal accès à un même enseignement à tous les élèves de France. Mais cela a été fait en consacrant une organisation du collège comme un « petit lycée » avec ses disciplines très nombreuses dès la sixième. De nombreux élèves se perdent avec la césure que représente le passage du CM2 en sixième. Si l’on ajoute à cela une dégradation dans l’acquisition des savoirs fondamentaux à l’école primaire qui a commencé aussi dans les années 70 pour d’autres raisons, de nature pédagogique, on a eu les ingrédients d’un échec du collège unique qui était pourtant une belle idée. Il faut donc maintenant le faire évoluer.

Martine Daoust : Le collège unique a certainement su tenir ses promesses pendant un temps, mais une faille s’est creusée au moment où est apparue vraiment l’éducation de masse et où le premier degré – le pré-collège – a un peu faibli dans ses exigences, dans les processus d’apprentissage. Il ne faut pas jeter totalement la pierre au collège unique : cela faisait partie d’un postulat qui pouvait fonctionner. Malheureusement l’effet de masse et la grande hétérogénéité des élèves qui arrivent au collège fait que cela ne peut plus fonctionner. On ne peut plus mettre tout le monde sur la même ligne de départ en faisant le pari qu’ils arriveront au même endroit et au même moment.

Quel bilan peut-on justement dresser de cette méthode au moment où le gouvernement rouvre l’épineux dossier de l’éducation au collège ?

Jean-Michel Blanquer On doit réussir à tenir l’équilibre entre deux impératifs complémentaires qu’il ne faut pas opposer mais concilier. D’un côté, on doit s’assurer de l’acquisition par tous d’un socle solide de connaissances. Cela renvoie à ce qui se passe à l’école primaire et à l’attention que l’on doit porter aux premières années de l’école. Ce qui se joue à l’école maternelle et au cours préparatoire est décisif pour le reste de la vie. On doit donc déployer les méthodes qui ont fait leurs preuves pour donner des bases solides aux enfants en français et en mathématiques. Cet enjeu se poursuit au collège car les connaissances fondamentales doivent être consolidées.  D’un autre côté, on doit réussir à personnaliser les parcours au collège pour tenir compte du niveau et des aspirations de chacun. On doit aussi mieux assurer la cohérence des savoirs acquis. L’impératif de Montaigne, « une tête bien faite plutôt qu’une tête bien pleine » signifie qu’il ne faut pas empiler les savoirs mais les organiser entre eux.  C’est l’enjeu de l’interdisciplinarité et d’une capacité à analyser le réel qui puisse se développer en même temps que la personnalité de l’adolescent se précise. Cette redynamisation de l’enseignement doit servir aussi à lutter contre l’ennui et contre la violence. Pour cela il faut transmettre du sens et des valeurs.  C’est aussi l’enjeu de l’accompagnement personnalisé qui doit permettre d’aider les enfants les plus en difficulté. De ce point de vue, la réforme proposée semble un pas intéressant dans la bonne direction. Mais tout est question de mise en œuvre: si l’interdisciplinarité débouche sur un salmigondis pédagogiste, on aura perdu sur tous les tableaux. En revanche, si l’on a une véritable personnalisation des parcours avec un établissement qui profite de son surcroît d’autonomie pour déployer des stratégies pertinentes pour tenir compte de tous ses élèves, alors cela pourrait être un progrès. Pour cela, il ne faut pas perdre de vue l’objectif, grâce à des évaluations régulières.

Martine Daoust : On assiste à un affaiblissement du niveau en général, donc ce sont les élèves les plus fragiles qui sont les plus exposés, de manière assez logique. On pousse des élèves qui ne se trouvent pas nécessairement où il faut. C’est comme un marathon : tout le monde n’arrive pas en même temps ! Ce que l’on admet pour le sport, la musique, ne passe pas pour le collège ! Le passage du premier degré au collège est violent parce que la journée est organisée différemment. Cela contribue à creuser l’écart et provoquer la démotivation chez certains élèves. Cela met les élèves les plus fragiles dans une situation d’échec alors qu’au contraire il faudrait pouvoir les valoriser.

 

Sivens : les limites de l’autoritarisme de Valls

Sivens : les limites de l’autoritarisme de Valls

 

De coups de menton, en coups de menton Valls tente de se fabriquer une posture à la Clemenceau ; mais de l’autorité à l’autoritarisme, il n’y a qu’un pas  franchi par Valls.  Du coup ce discours peut légitimer des excès. De   toute façon même si certains écologistes ne sont pas des enfants de chœur rien ne pouvait justifier la mort d’un homme lors des manifestations contre le barrage de Sivens. Le dispositif policier était notoirement surdimensionné et de point de vue les risques de bavure étaient grands. Paradoxe Valls veut être homme de l’autorité au moment même ou le gouvernement n’en a pratiquement plus même sur sa majorité et au sein même du PS. Il est même vraisemblable que Valls ne pourra durer jusque 2017 tellement les résultats dans tous les domaines sont catastrophiques (encore aujourd’hui même la baisse de consommation). Finalement Valls tente  de chausser les bottes de Sarkozy en faisant du verbiage autoritaire la principale stratégie de son action. Beaucoup de mots, des postures mais peu d’action en vérité.cet autoritarisme est aussi une certaine marque de dédain à l’égard de ceux qui s ‘opposent  à ses idées. Ce mépris, même habillé de l’intérêt supérieur du pays, pourrait contribuer à renforcer un climat délétère dans le pays ;   quand les résultats sont auusi médiocres sans doute faudrait-il manifester une peu de modestie et de décence.

Lunettes : remboursements limités à 470 €

Lunettes : remboursements limités  à 470 €

Pour une fois le gouvernement a raison car le prix des lunettes en France est scandaleux comparé à celui qu’on pratique dans le reste de l’Europe ; En gros une paire de lunettes a un cout d’environ 100 euros et est revendu 3 fois plus cher. En cause, l’épidémie de magasins qui fleurissent même dans les plus petits villages et qui vendent en moyenne moins de 3 paires de lunettes par jour ! Le gouvernement a donc présenté lundi son projet de décret. Pour « faire baisser le prix de l’optique », il impose un plafonnement des remboursements par les mutuelles. Sous la pression des opticiens, le plafond a été relevé, de 450 à 470 euros. Le décret fixe aussi un plafond de remboursement pour les dépassements d’honoraires des médecins.  Le gouvernement a légèrement revu sa copie, sous la pression des syndicats d’opticiens. Initialement, il était question de plafonner le remboursement des lunettes par les mutuelles à 450 euros. Finalement ce sera donc 470 euros pour des verres simples, et 750 euros pour des verres complexes – 850 euros pour les verres très complexes. Avec une obligation : ne pas dépasser 150 euros pour la monture – le reste étant consacré aux verres. Le gouvernement fait le pari qu’en limitant les remboursements il poussera les opticiens à offrir des tarifs plus raisonnables. Actuellement, écrit le ministère de la Santé dans un communiqué, plus les mutuelles remboursent plus le prix des lunettes augmente. Il s’agit, à en croire le ministère, de casser une spirale inflationniste.  Ces montants s’appliqueront aux contrats dits « responsables et solidaires » des complémentaires, qui devront remplir un certain nombre de critères pour bénéficier d’une fiscalité allégée. Proposer une couverture complémentaire allant au-delà de ces plafonds reviendra pour les complémentaires à perdre ces avantages.  Le gouvernement va donner un délai aux mutuelles pour s’adapter. Si votre contrat est déjà en cours, votre mutuelle aura jusqu’à la fin de l’année 2017 pour appliquer les plafonds de remboursement. En revanche, dans le cas d’un nouveau contrat, ce sera obligatoirement dès avril 2015.  D’après l’UFC-Que choisir une paire coûtant 393 euros en moyenne hors taxe coûterait… 3,3 fois moins cher à l’opticien, c’est-à-dire 118 euros pour une monture et des verres. Cela représente un taux de marge brute moyenne de… 233%. Elle atteint 342% pour les verres unifocaux et 304% pour les verres progressifs. D’après cette étude reposant sur une enquête réalisée auprès des opticiens, les marges servent essentiellement à financer les frais de fonctionnement, la prestation (deux heures par monture en moyenne) et de marketing. Ce qui réduit la marge nette à 28 euros par paire. A l’égard des frais de marketing, l’UFC pointe les 580 millions d’euros dépensé chaque année (sur un chiffre d’affaires total de 4,7 milliards d’euros pour le marché de des lunettes de vue). Il vise également la pratique devenue courante de vendre une deuxième, voire une troisième, paire à un prix symbolique. Pour Mathieu Escot, chargé de la santé à l’UFC, c’est là le « signe d’un marché défaillant.  » Parce que chaque opticien vend trop peu de lunettes. Par jour, l’UFC estime qu’une boutique en vend 2,8 paires. Un niveau très faible qui proviendrait de la profusion de l’offre. L’Hexagone en compte aujourd’hui plus de 11.000. Depuis l’an 2000, 3.650 nouvelles boutiques ont ouvert en France, soit une hausse de 47%. Une explosion qui, selon cette étude, ne s’explique pas seulement par la démographie. Bien au contraire. Sur cette période, la part attribuée à l’accroissement de la population atteint 8% et celle liée à son vieillissement de 5%, sachant que les personnes les plus âgées sont plus enclines à porter des lunettes, le reste, soit 34% de la hausse du nombre de boutiques, serait superflue. Il y aurait même « 2.465 boutiques supplémentaires [qui] ne répondent pas à des besoins réels et dont le consommateur doit supporter les coûts », est-il écrit dans l’étude.

 

Travail le dimanche : autorisé avec des limites ?

Travail le dimanche : autorisé avec des limites ?

 

 

Le rapport Bailly sera remis aujourd’hui mais le gouvernement pourrait finalement ne rien décider en laissant préfets et territoires le soin d’accorder simplement un doublement du jour d’ouverture exceptionnels. (Donc pas de nouvelles dérogations permanentes). De quoi mécontenter tout le monde pour des raisons opposées. Le ministre du Travail Michel Sapin a jugé dimanche nécessaire d’adopter « une souplesse ordonnée », alors qu’aujourd’hui règne selon lui un « désordre absolu » dans la législation sur le travail du dimanche.  La législation actuelle a montré ses limites, avec trop de distorsions selon les lieux et le type de commerce, amplifiées par la « loi Mallié » de 2009 qui a créé des zones touristiques et des « périmètres d’usage de consommation exceptionnel » (PUCE).  Après que Leroy Merlin et Castorama eurent bravé une décision de justice leur interdisant d’ouvrir en septembre et déclenché ainsi une polémique, M. Bailly s’était vu confier la mission de « clarifier le cadre juridique » du travail du dimanche.  Citant des sources proches du dossier, Les Echos ont indiqué vendredi qu’il devrait notamment proposer d’augmenter le nombre de jours dérogatoires que les maires peuvent accorder, passant de cinq dimanches aujourd’hui à « une dizaine » par an.  Il ne devrait pas en revanche préconiser d’étendre les dérogations permanentes, déjà pratiquées pour la jardinerie ou l’ameublement, à de nouveaux secteurs comme le bricolage.  Michel Sapin a esquissé sur BFMTV une piste pour concilier souplesse et règles : « Une des entrées en termes de souplesse, c’est de laisser de la place au dialogue territorial », a-t-il dit, en mentionnant les maires et les préfets, sans plus de précisions.  Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, avait lui un peu plus tôt appelé à « redéfinir les secteurs » pouvant ouvrir, « sans forcément élargir ». M. Berger a rappelé que « les salariés ne veulent majoritairement pas travailler le dimanche », citant une récente enquête de sa centrale, montrant qu’à 68% les salariés du commerce sont contre.  Les syndicats du commerce, notamment via l’intersyndicale parisienne Clic-P, attaquent à la chaîne les enseignes qui ne respectent pas la législation.  Une position que ne partagent pas les salariés du « Collectif des bricoleurs du dimanche », qui font pression pour avoir le droit de travailler le 7e jour de la semaine, consacré jour de repos en 1906.  Parmi eux se trouvent notamment des jeunes qui y voient la possibilité de concilier études et activité rémunérée, ou des moins jeunes qui mettent en avant des arguments économiques et s’insurgent contre les restrictions existantes, jugées obsolètes et contraires à l’évolution de la société.  29% des salariés travaillent habituellement ou occasionnellement le 7e jour, et seule une partie d’entre eux a droit à des majorations salariales.  Mais pour certains la sanctuarisation du dimanche reste justifiée pour préserver la vie de famille. « Le dimanche ce n’est pas un jour comme les autres, je suis contre la banalisation du dimanche », a estimé dimanche Michel Sapin.  La maire de Lille, Martine Aubry, a de son côté prévenu que les contraintes actuelles sur le travail du dimanche étaient une « digue qui ne (devait) pas reculer », selon des propos rapportés par ses proches. « Si on passe les bornes et on choisit la consommation plutôt que la famille, je m’exprimerai », aurait-elle lancé.  Les opposants à la généralisation du travail du dimanche — à commencer par les syndicats — objectent notamment que sa banalisation entraînerait la perte des majorations de salaires qui peuvent aujourd’hui exister. Ils soulignent aussi que le volontariat pourrait être remis en cause. Le tout ouvrant potentiellement la porte au travail de nuit.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol