Archive pour le Tag '« libertaire »'

Elon Musk: archétype du capitaliste populiste, manipulateur et « libertaire »

Elon Musk: archétype du capitaliste populiste et « libertaire »

 

Elan Musk est sans doute archétype du capitaliste populiste et « libertaire ». Contre l’impôt, contre la démocratie (surtout pas de syndicat) et contre la monnaie nationale.  En organisant un sondage sur Twitter pour savoir s’il devait vendre une partie de ses actions Tesla, l’homme le plus riche au monde s’est une fois de plus mué en roi des trolls, aux dépens de la gouvernance de sa société, des régulateurs boursiers et du gouvernement américain, estime Stéphane Lauer, éditorialiste au « Monde ».

 

Chronique.

 

Après le populisme politique, voilà qu’émerge un populisme actionnarial. Comment en effet appeler autrement l’initiative prise il y a quelques jours par Elon Musk sur Twitter ? Le fantasque entrepreneur a fait mine de prendre le pouls de ses 63 millions d’abonnés sur le réseau social pour savoir s’il devait, oui ou non, vendre 10 % de ses actions Tesla.

Sous prétexte de répondre aux critiques selon lesquelles ne pas taxer les plus-values latentes d’un portefeuille boursier serait assimilé à de l’évasion fiscale, le patron du constructeur de voitures électriques se dit prêt à réaliser ses gains, et donc à payer des impôts, si tant est que ses followers lui donnent le feu vert. Ce qu’ont fait 58 % des 3,5 millions de comptes qui ont participé à la consultation.

L’enjeu n’est pas mince. Selon FactSet, M. Musk possède 17 % du capital de Tesla, dont la valorisation totale dépasse les 1 000 milliards de dollars (874 milliards d’euros). Dix pour cent de son patrimoine équivalent donc à une vingtaine de milliards, soit deux fois la valeur de Renault ! Mercredi 10 novembreM. Musk avait déjà empoché 5 milliards de dollars en exerçant une partie de ses stock-options.

Démagogie la plus totale

En faisant valider l’opération par la vox populi sur Twitter, l’homme le plus riche au monde s’est une fois de plus mué en roi des trolls, c’est-à-dire en provocateur patenté du Web, aux dépens de la gouvernance de sa société, des régulateurs boursiers et du gouvernement américain, le tout dans la démagogie la plus totale.

Le premier visé est le gouvernement. Le but est de fustiger les intentions de l’administration Biden de taxer les plus grosses fortunes du pays. A ce stade, face aux réticences du Congrès, l’idée a fait long feu. Qu’à cela ne tienne, M. Musk a toujours eu un rapport compliqué à l’impôt.

Le siège social de Tesla vient ainsi de quitter la Californie pour le Texas, une terre plus clémente sur le plan fiscal. Le leader mondial de la voiture électrique, dont la capitalisation dépasse celle de l’ensemble de tous les autres constructeurs, n’a sans doute plus besoin de l’écosystème de la Silicon Valley, après en avoir bien profité.

Peu importe également que Tesla ait bénéficié des largesses des contribuables sous l’administration Obama, lorsqu’il s’est agi, en 2009, de prêter 465 millions de dollars à M. Musk pour financer le développement de son premier modèle. Peu importe aussi que son autre entreprise, SpaceX, vive largement de la commande publique.

M. Musk avait tout intérêt à se délester d’une partie de son patrimoine d’ici à 2022 : l’impôt fédéral sur les gains du capital va passer de 23,8 % à 31,8 %. Mais, bien sûr, qu’on n’aille pas imaginer un calcul mesquin : ce sont ses followers qui lui ont demandé de le faire.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol