Archive pour le Tag 'libéralisme'

Macron : un libéralisme étatique incohérent et inefficace

Macron : un libéralisme étatique incohérent et inefficace

 

 

 

: Ill est bien difficile de savoir sur quel corpus idéologique se fonde Macron pour orienter sa politique notamment dans le domaine économique. Il n’est pas inutile de rappeler que Macron n’a aucune formation ni expérience économique (hormis son passage éclair chez Rothschild où on se sert des carnets d’adresses de l’ENA dont les diplômés noyautent l’administration bien sûr mais tout autant les partis politiques et les entreprises). Macron a encore moins d’expérience politique, il n’a jamais été élu avant de devenir directement président de la république. Si l’on examine ses orientations depuis qu’il est président, on se rend compte qu’il a largement avantagé les plus aisés par exemple à travers la suppression de l’impôt sur la fortune qui se traduit par un boni de plus de près de 10 000 € pour 300 000 personnes alors que par exemple la suppression de la taxe d’habitation se traduit-elle par un boni de 200 € pour près de 18 millions de personnes. On pourrait continuer avec le fameux CICE qui aboutit à un cadeau fiscal de 40 milliards aux entreprises sans aucune contrainte d’évaluation et de résultats. Le matraquage fiscal des ménages opérés en début d’année 2018 a par ailleurs largement pesé sur le très net tassement de la croissance. On pourrait citer bien d’autres exemples de l’intervention étatique de Macron qui en faite se sert de l’appareil d’État pour des effets anti redistributif. On voit mal où est passé le socle social libéral de Macron et même sa volonté réformatrice. De ce dernier point de vue, les réformes sont à moitié bâclées, en tout cas n’ont pas l’effet escompté. Un seul exemple, les décisions prises par rapport au marché du travail ou Macron n’a pas su décentraliser jusqu’au niveau des entreprises. Le libéralisme de Macron se trouve largement entravé par sa vision jupitérienne du pouvoir. Derrière l’affichage libéral se dissimule en permanence la tentation monarchique. Une monarchie qui utilise l’État au service de ceux  qui ont permis son élection en particulier le lobby financier et les grandes entreprises. On objectera que le gouvernement a fait quelques gestes pour les plus modestes par exemple pour le niveau du minimum vieillesse qui gagne 30 € par mois, la baisse de cotisations sociales qui compensent un peu la hausse de la CSG. À l’inverse Macon a voulu matraquer la fiscalité sur le pétrole et il a clairement visé les retraités avec d’une part la CSG d’autre part la désindexation. Macron éprouve les pires difficultés à convaincre de sa volonté de corriger les excès du libéralisme et de la financiarisation de l’économie. L’étiquette de président des riches lui colle à la peau non seulement en raison de ses erreurs de langage mais surtout du contenu de sa politique. Le dernier exemple en date de cette espèce de cocktail de libéralisme étatique concerne la négociation de l’ASSEDIC ou en fait l’État veut retirer aux partenaires sociaux la liberté de négocier avec l’objectif de nationaliser cette assurance. Il faudrait développer bien d’autres aspects très contradictoires qui montrent en réalité une absence de vision et de stratégie claire. L’inefficacité économique s’ajoute à la justice sociale. Ainsi la croissance est-elle en train de s’écrouler depuis l’arrivée de Macron. Elle n’a atteint qu1, 5 % en 2018 et pour l’année en cours on dépassera difficilement 1,3 %. C’est-à-dire le seuil qui fait basculer les équilibres et qui fait redémarrer le chômage. L’épisode des gilets jaunes n’est qu’un des éléments qui font émerger le manque de pertinence et de justice de l’économie. Tout démontre que le cocktail idéologique de Macron et particulièrement sulfureux voire dangereux non seulement pour l’économie mais aussi pour la démocratie quand Macron met sous le boisseau tous les corps intermédiaires pour incarner à lui seul toutes les institutions.

« Le populisme , maladie sénile du libéralisme » (Daniel Cohen)

« Le populisme , maladie sénile du libéralisme » (Daniel Cohen)

Daniel Cohen, économiste à l’école normale supérieure considère sur France Info que le populisme constitue la maladie sénile du libéralisme., «  Ce monde numérique nous demande de nous transformer en données que des algorithmes pourraient gérer. Et ce monde-là devient irrespirable ».   L’économiste a publié récemment Il faut dire que les temps ont changé… Chronique (fiévreuse) d’une mutation qui inquiète (Albin Michel). Selon Daniel Cohen, « la tentation des gouvernements, et ce gouvernement ne peut pas y résister, est de faire constamment des économies sur l’humain, en remplaçant des personnes par des algorithmes. On le voit déjà avec les impôts. Tant mieux si c’est plus simple, mais à condition de ne pas laisser sur le chemin les gens qui n’ont pas accès à ces technologies ».   Cette inquiétude traverse le mouvement des « gilets jaunes » : « Son cœur, selon Daniel Cohen, est une forme de désocialisation des existences humaines. On est de plus en plus seul. Le mouvement des « gilets jaunes », son centre de gravité, ce sont de petites villes où véritablement on a l’impression que le monde public, social, se rétrécit. Là où la caserne est partie, l’hôpital est partie, l’école est partie, etc. Des territoires français sont abandonnés parce qu’on cherche constamment à faire des économies. Au prix d’une solitude croissante« .   Dans son discours de vœux, le chef de l’État a prononcé une phrase qui a été peu relevée : « Le capitalisme ultralibéral et financier trop souvent guidé par le court terme et l’avidité de quelques-uns, va vers sa fin« . Daniel Cohen estime « très étonnant, très intéressant que le président de la République le dise. Je crois que c’est profondément juste. ….le libéralisme économique, celui qui monte depuis le début des années 1980 et 1990, a cherché des économies, du cost cutting général. Le populisme, c’est la pathologie de ce néolibéralisme qui ne raisonne qu’en terme d’économies à faire sur les personnes ».   …..Pour l’instant, il (Macron) a surtout fait une politique qui prenait dans la poche des uns pour mettre dans la poche des autres. Le gouvernement s’est un peu perdu dans le labyrinthe d’une politique économique et fiscale complexe (…) Il faut revenir à des paramètres plus simples (…) Si on veut définir un avenir, il faut aller au-delà des économies à faire ».

 

Le libéralisme uene valeur de gauche (Macron)

Le libéralisme uene valeur de gauche (Macron)

Macron par sa nouvelle déclaration ne va sans doute pas cinq faciliter  la tâche du parti socialiste et du gouvernement pour rassembler ce que Hollande appelle  le peuple de gauche. Macron estime en effet que le libéralisme est une valeur de gauche. Sans doute pour ceux qui concernent le libéralisme politique dont  l’objectif est notamment de favoriser les libertés individuelles et collectives;  pas sûr pour ce qui concerne le libéralisme économique et son outil opérationnel  capitalisme. Pourtant quand on analyse la pratique du parti socialiste lorsqu’il est au pouvoir il n’y a aucun doute quant à son adhésion au libéralisme économique. D’une certaine manière même la gauche s’est montrée moins étatiste que la droite avec les dénationalisations par exemple, aussi la libéralisation des marchés financiers réalisés par Bérégovoy,  la vente des les actifs du secteur nationalisé ou encore l’ouverture à la concurrence de certains secteurs. Sans parler de l’appui permanent des gouvernements socialiste  à la politique très libérale de l’Europe. Mais le terme libéralisme est cependant un tabou sémantique dans la dialectique du parti socialiste. On pratique le libéralisme économique mais il ne faut surtout pas le dire. Par Macron lui  mets=  les pieds dans le plat en appelant un chat un chat et en considérant la politique du gouvernement comme libérales et de gauche. Même Valls créateur il y a quelques jours du concept de social libéralisme est dépassé par la révolution culturelle qu’impose Macron à la gauche. On pourra cependant objecter que les moyens employés par Macron en faveur du redressement économique sont loin d’être à la hauteur de son discours. De ce point de vue la loi Macron relève davantage du bricolage et du bric à brac  que d’une véritable réforme structurelle. Mais la faute ne lui incombe pas totalement. En attendant la clarification idéologique qui devrait réduire l’écart entre son discours étatiste et sa pratique le parti socialiste patauge dans la confusion et la contradiction. Une contradiction qui par exemple l’avait amené à écarter du pouvoir Michel Rocard alors qu’il était trop moderniste et trop populaire. Le PS jusqu’à maintenant a toujours préféré les leaders au discours ringard et la langue de bois. Sans doute ce qui pourrait amener un jour la disparition du parti socialiste pour les mêmes raisons qu’a disparues la SFIO.  Lors d’un débat organisé par Le Monde, le ministre de l’Economie a donc   »assumé » son côté libéral, assurant également que l’Etat avait « trop pris de place » en France. Certains, notamment à la gauche de l’échiquier politique, ne devraient pas manquer de considérer la nouvelle sortie d’Emmanuel Macron comme une énième provocation. Le ministre de l’Economie a en effet assuré dimanche que l’Etat avait sa place en France mais que, selon lui,  il en avait « trop pris ». Tout en se revendiquant d’un certain « libéralisme » car « le libéralisme est une valeur de gauche », d’après des propos rapportés par Le Monde.  Affirmant, selon le compte-rendu publié lundi par le quotidien du soir, qu’il se situait « dans le camp du progrès » et du « libéralisme économique et politique »,  le ministre en a profité pour mettre en question une nouvelle fois le statut des fonctionnaires. « Nous devons penser la réforme des fonctionnaires », a-t-il déclaré, estimant que sans cela, leur statut serait « déchiré ».   »Il faut plus d’adaptabilité pour les entreprises, « déconflictualiser » le travail, je me méfie beaucoup des tabous », a-t-il poursuivi, jugeant qu’ »aujourd’hui la loi dit trop, il faut trouver la bonne flexisécurité sur le marché du travail ».  A propos des 35 heures, Emmanuel Macron a assuré que s’il ne souhaitait pas les abroger, il y avait aujourd’hui « une trop grande rigidité dans la définition horaire du temps de travail ».  Enfin, à propos des critiques ayant accompagné la semaine dernière ses propos sur le statut des fonctionnaires plus « adapté » et « plus justifiable compte tenu des missions », le ministre a estimé que « les réactions sur ce que j’ai pu dire montrent une gêne à accepter qu’un politique puisse réfléchir en marge de son action ».

 

Rebsamen : de la ligue communiste révolutionnaire au libéralisme économique !

Rebsamen : de la ligue communiste révolutionnaire au libéralisme économique !

Nombre de responsables politiques du PS n’ont en fait aucune ossature idéologique, beaucoup sont passés sans difficulté du gauchisme  (le Premier secrétaire du parti y compris) au socialisme mou du PS, puis à la social démocratie avant de se rallier finalement au libéralisme. Ce que prouve une intreview de Rebsamen dont il a contredit la diffusion mais qui résumait bien sa pensée. Une pensée d’apparatchik (qui a fait toute sa carrière dans les cabinets avant d’accéder à se fonctions actuelles) qui en fait suit la direction du vent. C’est le véritable drame du PS qui n’a jamais été capable de définir une ligne politique un peu claire et qui du coup slalome entre la bureaucratie étatique et le social libéralisme. Le magazine bourguignon Le Miroir a dépublié une interview du ministre du Travail, François Rebsamen, à la demande du ministère. François Rebsamen y défend « une vision libérale de l’économie », propos qu’il dit ne pas avoir tenu. Mais durant les quelques heures de publication, l’interview s’est diffusée sur les réseaux sociaux.  Qui a dit qu’il se battait « depuis longtemps pour une vision libérale de l’économie » ? Qui estime qu’il faut adapter le système social français « en renforçant les contrôles, en assouplissant les seuils la législation sur les 35 heures, en autorisant le travail le dimanche » ? Qui regrette que le secrétariat national du PS refuse « toutes ces avancées » ? Pas François Rebsamen. Du moins selon… François Rebsamen.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol