Archive pour le Tag 'Liban :'

Macron n’est pas le chef du Liban pour le Hezbollah

Macron n’est pas le chef du Liban pour le Hezbollah

D’une certaine manière, c’est une claque pour Macron qui a été  désavoué  dans sa volonté de diriger la sortie de crise du Liban. Pour preuve, Macron avait fixé un une date-butoir pour la formation d’un nouveau gouvernement. Or le premier ministre libanais a été contraint de démissionner faute de consensus pour le former. C’est évidemment un échec diplomatique pour Macron mais surtout pour le Liban qui devra encore attendre les aides financières internationales pour sortir de la crise terrible économique et sociale.

Le Hezbollah n’a pas spécialement apprécié que Macron joue l’opinion publique contre le Hezbollah certes largement coupable de la désagrégation de l’État mais dont la présence sur le terrain est indéniable du fait de sa forte implantation et de son organisation.

Le secrétaire général du Hezbollah, qui s’exprimait dans un discours télévisé, estime en outre que l’approche adoptée par le dirigeant français, avec ultimatum fixé pour la formation d’un “gouvernement de mission”, doit changer sous peine de ne produire aucun résultat.

Il a par ailleurs accusé d’anciens Premiers ministres libanais, sunnites, dont Saad Hariri, de chercher à exploiter à des fins politiques l’implication de la France dans la crise politique, économique et financière du pays.

Le président français, qui s’est fortement impliqué dans la crise libanaise, a dénoncé lors d’une conférence de presse organisée dimanche en fin de journée entre Paris et Beyrouth une “trahison collective” de la classe politique libanaise, incapable de s’entendre sur un “gouvernement de mission” alors, a-t-il dit, qu’elle s’y était engagée auprès de lui lors de sa visite à Beyrouth, début septembre.

Il a également appelé le Hezbollah à une “clarification”. “Le Hezbollah ne peut en même temps être une armée en guerre contre Israël, une milice déchaînée contre les civils en Syrie et un parti respectable au Liban”, a-t-il dit. Une vérité sans doute mais diplomatiquement peu habile.

Liban : le pays s’enfonce un peu plus dans la crise

Liban : le pays s’enfonce un peu plus dans la crise

Le Premier ministre démissionne et renonce à former un gouvernement en raison des traditionnelles oppositions entre les différentes tendances politiques. Le point de clivage essentiel se situe sur la nomination du ministre des finances nœud central de la politique électoraliste et de la corruption.

Les efforts de Moustapha Adib ont notamment été entravés par deux formations chiites, le Hezbollah, poids lourd de la politique libanaise, et son allié Amal, dirigé par le chef du Parlement Nabih Berri, qui réclament le portefeuille des Finances. Selon des observateurs, l’obstination du tandem chiite est liée aux récentes sanctions américaines contre un ministre du parti Amal et deux compagnies affiliées au Hezbollah.

«Un tel degré d’irresponsabilité, quand le sort du Liban et de son peuple est en jeu! Politiciens, avez-vous vraiment saboté cette chance unique créée par la France?», s’est insurgé sur Twitter le coordinateur spécial de l’ONU pour le Liban, Jan Kubis.

Liban : la chienlit continue

Liban : la chienlit continue

Le Premier ministre démissionne et renonce à former un gouvernement en raison des traditionnelles oppositions entre les différentes tendances politiques. Le point de clivage essentiel se situe sur la nomination du ministre des finances nœud central de la politique électoraliste et de la corruption.

Les efforts de Moustapha Adib ont notamment été entravés par deux formations chiites, le Hezbollah, poids lourd de la politique libanaise, et son allié Amal, dirigé par le chef du Parlement Nabih Berri, qui réclament le portefeuille des Finances. Selon des observateurs, l’obstination du tandem chiite est liée aux récentes sanctions américaines contre un ministre du parti Amal et deux compagnies affiliées au Hezbollah.

«Un tel degré d’irresponsabilité, quand le sort du Liban et de son peuple est en jeu! Politiciens, avez-vous vraiment saboté cette chance unique créée par la France?», s’est insurgé sur Twitter le coordinateur spécial de l’ONU pour le Liban, Jan Kubis.

Pause

Liban: un changement historique ?

 

Les évênements actuels font profondément écho aux circonstances qui ont conduit à en 1920 à la création du Grand Liban et à son échec à devenir un Etat-nation, estime l’historienne Chloé Kattar, dans une tribune au « Monde ».

Tribune. Le centenaire de la proclamation le 1er septembre 1920, sous l’égide de la France, du Grand Liban, traçant une frontière, au sein de l’ex-Empire ottoman, entre un Etat syrien et un Etat libanais, ne risque pas de donner lieu à des festivités. Un évènement de cette ampleur historique et symbolique aurait été accompagné, en temps normal, de moult commémorations.

Mais la crise profonde et multidimensionnelle que traverse le Liban, ainsi que l’explosion dévastatrice du port de Beyrouth, le 4 août, ont fait que la seule célébration est venue de l’extérieur, à travers la nouvelle visite du président Emmanuel Macron, après celle du 6 août.

Le Grand Liban est une expérimentation historique qui a échoué. Il est clair, cent ans plus tard, que ni l’invocation de la spécificité libanaise, ni la préservation du statut autonome du Mont-Liban, ni la pérennisation de ses « frontières historiques et naturelles », n’ont permis au Liban de former un Etat-nation capable d’offrir une vie digne à ses citoyens. Alors qu’aujourd’hui la population du pays est appauvrie et traumatisée, sa monnaie – la livre – dévaluée, son infrastructure aux abois et sa capitale défigurée, un détour par l’histoire s’impose.

Les évènements actuels font profondément écho aux circonstances qui ont conduit à ceux de 1920. A l’aube de la création du Grand Liban, les épreuves de la première guerre mondiale avaient poussé les populations des provinces libanaises et syriennes à bout. La circonscription forcée et le climat de terreur instauré par le proconsul ottoman Jamal Pasha (1872-1922) mettaient un frein à la vie politique et sociale.

Mais ce sont surtout les terribles conditions économiques des années 1915-1918 qui laissent le Liban exsangue : le blocus maritime des Alliés en Méditerranée empêche l’importation de denrées alimentaires, stoppe l’indispensable arrivée de fonds des émigrants ainsi que l’exportation de la soie qui est au cœur de l’économie de l’époque. Une invasion de sauterelles en 1915 détruit les récoltes, aggravant la pénurie alimentaire causée par les réquisitions militaires, tandis que la malveillance et l’inefficacité des autorités en place entravent le transfert de denrées essentielles. La Grande famine du Mont-Liban tuera plus du tiers de la population entre 1915 et 1918.

Bien qu’ils ne soient nullement comparables avec ceux de la première guerre mondiale, une série inédite de malheurs frappe le Liban depuis quelque temps. La crise économique et financière paralyse tout le pays. La pandémie de Covid-19 est venue porter un coup de grâce à de nombreux secteurs de l’économie sur lesquels le manque de liquidités et l’inflation avaient déjà eu des effets dévastateurs. La montée des tensions confessionnelles, les dérives autoritaires de l’Etat, la répression violente des manifestants et les désillusions amères qui ont suivi l’euphorie de la « révolution » [2019-2020] assombrissent le tableau.

class= »capping__media » v:shapes= »_x0000_i1025″>

Macron: position risquée au Liban ?

Macron: position risquée au Liban ?

 

Avec deux voyages en très peu de temps Macron se positionne en tuteur du Liban.  La situation évolue dans le sens que propose le président de la république avec la possible nomination d’un Premier ministre au profil neutre et la mise en place d’un gouvernement d’experts. L’objectif pour Macron et de s’assurer d’une part que l’aide internationale ira bien à la population et que des réformes structurelles pourront redresser le pays. Pour l’instant la classe politique responsable de la désagrégation économique fait le dos rond car elle attend surtout l’aide monétaire internationale. Il n’est pas certain que cette classe politique accepte de ce désengager du pouvoir et des pratiques de corruption qui la nourrisse et qui entretient le clientélisme. Pas certain non plus que le choix d’un ambassadeur comme premier ministre qui a été le conseiller d’un responsable politique milliardaire largement bénéficiaire de la corruption soit très apprécié par le peuple.

Je vous en ai fait la promesse : je reviens à Beyrouth pour faire le point sur l’aide d’urgence et bâtir avec vous les conditions de la reconstruction et de la stabilité”, dit le président dans un tweet en français et en arabe.

Alors que la formation des gouvernements nécessite généralement plusieurs mois de tractations entre les différentes formations politiques et composantes religieuses du Liban, Mustapha Adib a annoncé lundi vouloir former rapidement un gouvernement d’experts et a promis d’engager des réformes immédiatement pour jeter les bases d’un accord avec le Fonds monétaire international (FMI).

“La fenêtre d’opportunité pour notre pays est étroite et la mission que j’ai acceptée est fondée sur le fait que toutes les forces politiques en ont conscience”, a-t-il déclaré après avoir été officiellement chargé par Michel Aoun de former un nouveau gouvernement. Ce volontarisme devrait être favorablement accueilli par le président français.

Premier chef d’Etat étranger à se rendre dans la capitale sinistrée, deux jours après l’explosion, il avait alors plaidé pour des réformes destinées à renforcer la lutte contre la corruption et à réduire les dépenses publiques.

Selon des responsables libanais de haut rang, la médiation d’Emmanuel Macron a été cruciale dans les 48 heures ayant précédé l’émergence d’un consensus autour du nom de Mustapha Adib, alors que les discussions sur la nomination du Premier ministre étaient dans l’impasse la semaine dernière.

Le précédent gouvernement, dirigé par Hassan Diab, a démissionné le 10 août, six jours après l’explosion.

Emmanuel Macron a été reçu dans la soirée par la chanteuse Fairouz, considérée comme un trésor national et une incarnation de la paix à même de transcender les rivalités politiques et religieuses. Devant son domicile, des manifestants brandissant des slogans tels que “Pas de gouvernement par ou avec des assassins !” ou “Ne Soyez pas du mauvais côté de l’histoire” attendaient le président devant le domicile de l’artiste âgée de 85 ans. “Adib non !”, ont scandé certains.

Le poste de chef du gouvernement est censé revenir à un sunnite selon le système de partage du pouvoir en vigueur au Liban et le nom de Mustapha Adib, ambassadeur du Liban à Berlin depuis 2013, a notamment reçu dimanche le soutien officiel du Courant du futur, la principale formation sunnite dirigée par Saad Hariri, qu’Emmanuel Macron devait rencontrer dans la soirée.

Au total, Mustapha Adib, docteur en droit et en sciences politiques qui fut le conseiller de l’ancien Premier ministre Najib Mikati, a reçu le soutien de 90 des 120 députés siégeant actuellement au Parlement libanais.

La France, qui a administré le Liban pendant l’entre-deux-guerres, est à la pointe des efforts visant à sortir le pays de la crise. Paris a organisé une conférence des donateurs il y a deux ans. Plus de 11 milliards de dollars avaient été alors promis par les bailleurs de fonds, à condition que le pays, qui a entamé des discussions avec le FMI en mai dernier, engage des réformes .

Le problème c’est qu’on voit mal la classe politique largement responsable de la désagrégation économique et politique accepter des réformes qui lui permettent de s’enrichir grâce à la corruption généralisée. Une corruption qui profite aux différents clans. De ce point de vue l’intervention de Macon n’est pas sans risque.

Macron, tuteur du Liban ?

Macron, tuteur du Liban ?

Avec deux voyages en très peu de temps Macron se positionne en tuteur du Liban.  La situation évolue dans le sens que propose le président de la république avec la possible nomination d’un Premier ministre au profil neutre et la mise en place d’un gouvernement d’experts. L’objectif pour Macron et de s’assurer d’une part que l’aide internationale ira bien à la population et que des réformes structurelles pourront redresser le pays.

Je vous en ai fait la promesse : je reviens à Beyrouth pour faire le point sur l’aide d’urgence et bâtir avec vous les conditions de la reconstruction et de la stabilité”, dit le président dans un tweet en français et en arabe.

Alors que la formation des gouvernements nécessite généralement plusieurs mois de tractations entre les différentes formations politiques et composantes religieuses du Liban, Mustapha Adib a annoncé lundi vouloir former rapidement un gouvernement d’experts et a promis d’engager des réformes immédiatement pour jeter les bases d’un accord avec le Fonds monétaire international (FMI).

“La fenêtre d’opportunité pour notre pays est étroite et la mission que j’ai acceptée est fondée sur le fait que toutes les forces politiques en ont conscience”, a-t-il déclaré après avoir été officiellement chargé par Michel Aoun de former un nouveau gouvernement. Ce volontarisme devrait être favorablement accueilli par le président français.

Premier chef d’Etat étranger à se rendre dans la capitale sinistrée, deux jours après l’explosion, il avait alors plaidé pour des réformes destinées à renforcer la lutte contre la corruption et à réduire les dépenses publiques.

Selon des responsables libanais de haut rang, la médiation d’Emmanuel Macron a été cruciale dans les 48 heures ayant précédé l’émergence d’un consensus autour du nom de Mustapha Adib, alors que les discussions sur la nomination du Premier ministre étaient dans l’impasse la semaine dernière.

Le précédent gouvernement, dirigé par Hassan Diab, a démissionné le 10 août, six jours après l’explosion.

Emmanuel Macron a été reçu dans la soirée par la chanteuse Fairouz, considérée comme un trésor national et une incarnation de la paix à même de transcender les rivalités politiques et religieuses. Devant son domicile, des manifestants brandissant des slogans tels que “Pas de gouvernement par ou avec des assassins !” ou “Ne Soyez pas du mauvais côté de l’histoire” attendaient le président devant le domicile de l’artiste âgée de 85 ans. “Adib non !”, ont scandé certains.

Le poste de chef du gouvernement est censé revenir à un sunnite selon le système de partage du pouvoir en vigueur au Liban et le nom de Mustapha Adib, ambassadeur du Liban à Berlin depuis 2013, a notamment reçu dimanche le soutien officiel du Courant du futur, la principale formation sunnite dirigée par Saad Hariri, qu’Emmanuel Macron devait rencontrer dans la soirée.

Au total, Mustapha Adib, docteur en droit et en sciences politiques qui fut le conseiller de l’ancien Premier ministre Najib Mikati, a reçu le soutien de 90 des 120 députés siégeant actuellement au Parlement libanais.

La France, qui a administré le Liban pendant l’entre-deux-guerres, est à la pointe des efforts visant à sortir le pays de la crise. Paris a organisé une conférence des donateurs il y a deux ans. Plus de 11 milliards de dollars avaient été alors promis par les bailleurs de fonds, à condition que le pays, qui a entamé des discussions avec le FMI en mai dernier, engage des réformes qui n’ont

Crise Liban: un ambassadeur pressenti comme Premier ministre

Crise Liban: un ambassadeur pressenti comme Premier ministre

Des responsables de la communauté sunnite au Liban ont annoncé dimanche soir s’être entendus sur le nom d’un diplomate, Moustapha Adib, comme Premier ministre, . Ce choix d’une personnalité relativement inconnue bénéficiant d’une certaine neutralité est sans doute dicté par un relevé de la plupart des responsables politiques actuels.

Le mouvement de contestation populaire a averti qu’il rejetterait tout nom issu des consultations d’une classe politique dont il demande le départ. «Nous refusons l’issue des consultations parlementaires connue d’avance et qui déboucherait comme d’habitude sur un gouvernement soi-disant d’union nationale, un gouvernement qui est cuisiné à l’étranger», a affirmé à l’AFP Naji Abou Khalil, membre du Bloc national, un parti d’opposition qui soutient la contestation.

Le gouvernement de Hassan Diab avait démissionné le 10 août sous le poids de l’explosion du port de Beyrouth ayant fait au moins 188 morts, dont la population rend responsable la classe politique, taxée d’incompétence et de corruption. Le président Michel Aoun a convoqué lundi des consultations contraignantes avec les blocs parlementaires, au terme desquelles la personnalité sunnite qui recueillera le plus grand nombre de voix sera désignée Premier ministre.

Agé de 48 ans, Moustapha Adib, titulaire d’un doctorat en Sciences politiques, est un professeur d’université nommé en 2013 ambassadeur en Allemagne. C’est un proche de l’ancien premier ministre et milliardaire Najib Mikati, originaire de Tripoli.

Liban: Macron met la pression

Liban: Macron met la pression

 

 

 

Macron  met la pression sur la classe politique libanaise avant un voyage à Beyrouth. Préalablement, il a fait largement diffuser les orientations qu’il souhaite avec évidemment des élections mais aussi un gouvernement efficace et honnête en rupture avec la corruption et les politiques électoralistes de clans . Ils souhaitent une gestion rigoureuse de l’aide internationale conditionnée aux réformes structurelles pour assainir et moderniser le pays.

D’une certaine manière, Macron se positionne en tuteur moral du pays en s’appuyant sur l’opinion publique. La question de savoir si la pression qu’il met sur la classe politique sera entendu des intéressés car les lourdeurs de la politique libanaise se nourrissent de contradictions et des divisions ancrées dans l’histoire même du pays, une histoire entretenue en sous-main par certaines puissances étrangères.

Attendu mardi prochain à Beyrouth, Emmanuel Macron a dit vendredi son intention de mettre la pression pour que le programme de réformes soit mis en œuvre au Liban.

“En ce moment exceptionnel, (cela) me conduit à mettre la pression”, a dit le chef de l’Etat français lors d’une rencontre avec l’Association de la presse présidentielle.

“Je n’ai pas de carte cachée. Je pense que la France a convaincu ses partenaires européens, américains et une bonne partie des partenaires régionaux que nous étions des honest brokers. Et donc nous sommes suivis par les autres. Et donc toutes celles et ceux qui pensaient que ne pas faire les efforts et obtenir l’argent international était possible ont vu que ça ne tenait plus”, a-t-il ajouté.

Le président français s’était rendu dans la capitale libanaise le 6 août, deux jours après la double explosion qui a ravagé la ville. Premier chef d’Etat étranger à se rendre sur place, il avait alors appelé de ses voeux la “refondation d’un ordre politique nouveau” dans le pays.

Liban : Macron adresse une « ordonnance « au pays

Liban : Macron  adresse une « ordonnance « au pays

 

Curieusement Macron a rendu public une ordonnance politique aux responsable libanais. Une manière de faire pression évidemment mais peut-être aussi de mécontenter certains d’entre eux qui verront la les velléités de la France de s’immiscer dans la vie intérieure libanaise.

En vérité, il n’y a rien de très surprenant dans la médecine que propose Macron sinon précisément le fait que le document soit largement rendu public. Le chef de l’État français propose une forme de mise en tutelle du Liban sous responsabilité du FMI et de l’ONU.

Ce document de deux pages, transmis par l’ambassadeur de France à Beyrouth et que Reuters a pu consulter, évoque notamment un audit de la banque centrale, la nomination d’un gouvernement provisoire en mesure de mettre en œuvre en urgence des réformes et des élections législatives anticipées dans un délai d’un an.

Le ministère français des Affaires étrangères s’est refusé à tout commentaire. L’Elysée n’a pas répondu dans l’immédiat à une demande de commentaire de Reuters.

Alors que l’Etat libanais est en défaut sur sa dette et que la livre chute depuis des mois, le gouvernement libanais actuel n’est pas parvenu à conclure un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) malgré des mois de discussions, en raison notamment de désaccords sur les réformes et sur l’ampleur des pertes à faire assumer au secteur bancaire.

“La priorité doit aller à la formation rapide d’un gouvernement pour éviter un vide du pouvoir qui laisserait le Liban s’enfoncer davantage dans la crise”, estime le document rédigé à l’Elysée.

Il cite quatre domaines nécessitant des mesures d’urgence: l’aide humanitaire et la réponse à la pandémie de COVID-19; la reconstruction après la catastrophe du 4 août; les réformes politiques et économiques et enfin des élections législatives anticipées.

Paris plaide aussi pour un déblocage des discussions avec le FMI, pour le placement des aides financières promises à Beyrouth après le 4 août sous la supervision des Nations unies et pour une enquête impartiale sur la cause de l’explosion du port.

Le document transmis aux responsables politiques libanais souligne aussi la nécessité d’un audit rapide et exhaustif des finances de l’Etat libanais et celle d’une réorganisation du secteur de l’électricité, à la fois très coûteux et incapable d’assurer un approvisionnement fiable du pays.

Le Parlement devrait adopter pendant la période de transition les lois nécessaires à la mise en application des réformes, poursuit-il.

Le document propose aussi que la France joue un rôle majeur dans la reconstruction du port de Beyrouth comme dans l’amélioration du système de santé, qu’elle envoie des experts du Trésor et de la Banque de France pour mener l’audit des finances publiques et qu’elle contribue à l’organisation des élections anticipées au côté de l’Union européenne.

Un gouvernement d’experts au Liban ?

Un gouvernement d’experts  au Liban ?

Depuis la démission du gouvernement libanais lundi,  la question se pose de son remplacement par une équipe d’experts. Des experts chargés non seulement de s’assurer que l’aide internationale parvient bien à ceux qui en ont besoin mais aussi en charge du redressement économique..“Un gouvernement de technocrates qui puisse assurer les réformes et qui gère l’aide d’urgence ” estime la France.

La France est déterminée à éviter que le Liban s’effondre et Emmanuel Macron a insisté lors de sa visite à Beyrouth puis lors de la visioconférence qu’il co-organisait dimanche sur l’aide à la reconstruction: l’aide d’urgence sera acheminée mais le soutien financier nécessaire par la suite pour reconstruire une économie durement touchée par la crise bancaire et qui ploie sous le poids de la dette dépend des réformes.

“Depuis qu’il est venu ici, relève une source politique libanaise de haut rang, Macron se comporte comme s’il était désormais le président du Liban. Ce qui n’est pas une mauvaise chose parce que personne ici n’est en mesure de jouer ce rôle. Personne ne fait confiance à qui que ce soit.”

Le gouvernement sortant était déjà largement formé par des ministres issus de la technocratie, mais nommés par les chefs de file des partis communautaires qui ont continué d’exercer leur influence à travers eux et fait obstacle à des réformes susceptibles de mettre fin à leurs systèmes de patronage.

Le coût de la reconstruction de Beyrouth, où l’explosion a fait 250.000 sans-abri, pourrait atteindre jusqu’à 30 milliards de dollars, ou 25 milliards d’euros, une somme que le Liban est incapable d’assumer seul.

“Plus encore qu’ailleurs, au Liban le temps c’est de l’argent”, souligne une source au ministère français des Finances.

En avril 2018, la conférence CEDRE (conférence économique pour le développement du Liban par les réformes et avec les entreprises) organisée à Paris par Emmanuel Macron a débouché sur des promesses de prêts et de dons de 11 milliards de dollars pour financer des investissements en infrastructures.

Mais leur déblocage dépend de la mise en oeuvre des réformes structurelles et sectorielles promises par le gouvernement libanais, réformes qui se font toujours attendre.

Selon une source gouvernementale libanaise, Emmanuel Macron souhaiterait que le futur gouvernement soit dirigé par Saad Hariri, qui a déjà été à deux reprises Premier ministre. Mais, ajoute cette source, le président Michel Aoun et les partis chrétiens s’y opposent.

Et si au final les factions libanaises ne cédaient pas aux demandes de réformes des pays donateurs, le député français Loïc Kervran, qui préside le groupe d’amitié France-Liban à l’Assemblée nationale, indique que des sanctions pourraient s’avérer un outil efficace, une interdiction de visa par exemple.

“Les hommes politiques libanais voyagent beaucoup, et voyagent beaucoup à Paris par exemple (…) C’est un moyen de pression important”, dit-il.

Liban: l’avenir et le Hezbollah

Liban: l’avenir et le  Hezbollah

Rien ne pourra se faire sans le  Hezbollah estime dans l’Opinion Fadi Assaf est le fondateur de Middle East Strategic Perspectives (mesp.me), cabinet de conseil spécialisé dans les affaires du Moyen-Orient et basé à Beyrouth.

« Parti organiquement lié aux Gardiens de la révolution iranienne, le Hezbollah assume plus que jamais sa dimension régionale voire globale, le Liban devenant pour lui un simple « tremplin géopolitique ». Plus qu’une base arrière, le mouvement politico-religieux utilise les ressources nationales (géographique, financière, démographique, etc.) du Pays du Cèdre pour poursuivre ses objectifs régionaux et globaux pour le compte de l’Iran.

Vu la faiblesse de ses rivaux, il représente la partie la plus forte et la mieux organisée sur le plan intérieur, et donc celle qui impose son tempo aux autres partis/factions/confessions et aux partenaires internationaux et régionaux. Le Hezbollah, dans le cadre de son agenda régional, veut monopoliser les cartes gagnantes en vue de négocier le moment venu son statut d’interlocuteur et d’acteur qui compte.

Espère-t-il reprendre le rôle de « stabilisateur ​» qu’était celui de l’ex-président Hafez el-Assad au Liban et en Syrie ? On est loin aujourd’hui d’une pax iranica, mais sur la scène libanaise, le Hezbollah pense pouvoir négocier un rôle dominant avec les puissances extérieures et imposer de facto son agenda. Il sait que la France, malgré son engagement aux côtés du Liban (cent ans d’existence) et ses priorités géopolitiques du moment (comme contenir l’offensive turque en Méditerranée et au Levant), doit réengager à ses côtés les Etats-Unis et d’autres acteurs internationaux et régionaux qui comptent. Le Hezbollah sait que la France a besoin de lui au Liban. Il peut en abuser.

Aux prises avec les ambitions régionales du mouvement politico-religieux, le Liban vit simultanément une série de crises profondes qui menacent son existence en tant qu’Etat et en tant que nation. Si officiellement ses frontières ne bougent pas, les faits montrent le contraire avec d’une part, l’installation durable du Hezbollah « libanais » en Syrie, et d’autre part, le déplacement massif de populations syriennes vers le Liban.

 

La géopolitique du pays du Cèdre change profondément tout comme sa démographie, son rôle historique, sa vocation de point de rencontre entre Orient et Occident, sa fonction de refuge des minorités.

Le Liban devient une ligne de démarcation entre divers belligérants et une ligne de frictions entre divers acteurs régionaux et internationaux aux ambitions conflictuelles. Le poids du Hezbollah est devenu dominant en raison de la place qu’est la sienne sur l’axe iranien, allant de Téhéran à Beyrouth.

Le Hezbollah domine la scène politique sans chercher officiellement à monopoliser le pouvoir tant qu’il arrive à disposer des « ressources ​» du pays sans en assumer officiellement la responsabilité

Ses alliés politiques libanais, dont les Chrétiens du Courant Patriotique Libre et le parti chiite Amal, s’accommodent de leur rôle politique d’appoint et ne contestent pas de facto son agenda extérieur dès lors qu’il leur offre une « légitimité » nationale. Même la présence du leader sunnite Saad Hariri, patron du Courant du Futur, à la tête du gouvernement a longtemps servi ses ambitions. Le Hezbollah domine la scène politique sans chercher officiellement à monopoliser le pouvoir et sans chercher non plus à modifier la Constitution tant qu’il arrive à disposer des « ressources ​» du pays sans en assumer officiellement la responsabilité.

Les crises qui se succèdent sont le résultat d’un système politique hybride, ou plutôt bâtard, où il domine manu militari la scène nationale sans en assumer la responsabilité vis-à-vis des autres parties libanaises et de la communauté internationale.

. Le Liban a besoin de se réformer en profondeur. Mais cela ne sera pas possible tant que les donneurs d’ordre n’y voient pas d’intérêt immédiat. Au contraire, les réformes accomplies sous pression extérieure risquent de mettre en péril le rôle de « back-office » que le Hezbollah et les Pasdarans attribuent au Liban dans le cadre de leur agenda régional et global.

En attendant la tenue de l’élection présidentielle américaine et d’éventuels arrangements politiques sur la Syrie et d’autres conflits du Moyen-Orient, le Liban continuera de vivre une succession de crises. Celles-ci témoignent de la déliquescence de l’Etat et de l’absence de projet national alternatif.

La rue est excédée mais sa marge de manœuvre est réduite. L’opposition est déterminée mais elle manque de vision claire et d’unité. Les soutiens extérieurs répondent à des urgences pour éviter un effondrement chaotique dont on s’approche inéluctablement. Un véritable plan de relance économique, sur le modèle du plan Cèdre avec l’encadrement du FMI, ne peut se concrétiser ou porter ses fruits en l’absence de réformes profondes et donc en l’absence de volonté politique des décideurs…

Le pouvoir politique, discrédité, refuse de céder car il y va de sa survie

Le Président Emmanuel Macron s’est fixé jusqu’au 1er septembre pour décider de la suite à donner à son initiative qui comprend deux volets : un nouveau pacte politique entre Libanais et un plan de relance économique global. Mais le pouvoir politique, discrédité, refuse de céder car il y va de sa survie. Il y va surtout de l’unité du camp gravitant dans l’orbite de l’Iran et qui fait encore monter les enchères avant, éventuellement, de passer à la table des négociations.

Sursis. Entre-temps, Macron tente de convaincre ses alliés arabes (Abu Dhabi, Riyad et Le Caire notamment) de revenir sur la scène libanaise et ses partenaires internationaux (Trump, Merkel, Johnson etc.) de se mobiliser. Les négociations les plus difficiles se feront avec l’Iran et peut-être aussi avec la Russie.

La bonne allocation des aides d’urgence, après la catastrophe de l’explosion au port de Beyrouth, constitue une première étape sur la voie d’un plan de consolidation et de relance plus global. Encore faut-il que la classe politique libanaise, déstabilisée par la rue, prenne conscience de la menace qui pèse désormais sur la stabilité du pays et sur la pérennité de l’Etat. Encore faut-il aussi que les aides fournies en urgence ne finissent pas par offrir un sursis au pouvoir actuel…

Les dirigeants doivent impérativement faire preuve de responsabilité et de modestie, et le Hezbollah qui se tient derrière ce gouvernement et ce pouvoir doit impérativement lâcher du lest pour permettre une normalisation progressive de la vie politique nationale et ouvrir la voir à une coopération constructive entre le Liban et la communauté internationale. Le timing est délicat, et le Hezbollah pense pouvoir encore manœuvrer au détriment des priorités des Libanais. »

Fadi Assaf est le fondateur de Middle East Strategic Perspectives (mesp.me), cabinet de conseil spécialisé dans les affaires du Moyen-Orient et basé à Beyrouth.​

Liban: sous tutelle financière?

Liban:  sous tutelle financière?

Le FMI propose la restructuration des banques en favorisant des concentrations et en faisant entrer au capital de nouveaux actionnaires parmi les détenteurs d’avoirs grugés. Cela passera aussi par des fusions-acquisitions. Il y a plus de 40 banques au Liban pour quatre millions d’habitants.

Pour le FMI, ceux qui ont bénéficié de rendements excessifs passés doivent partager le fardeau de la recapitalisation des banques, pour protéger l’épargne de la majorité des déposants. D’autres mesures d’austérité sont attendues comme la refonte complète de la production énergique et des tarifs d’électricité. Les autorités devraient aussi substituer progressivement la production interne aux importations. Une récession de 14 % est attendue en 2020 et la dette s’élèverait à 92 milliards de dollars, soit 170 % du Produit intérieur brut. «Le FMI exige la viabilité de la dette comme condition de prêt ​», souligne la patronne du FMI, Kristalina Georgieva. Les négociations sur les réformes devraient prendre du temps en l’absence de consensus politique. Le lobby bancaire, appuyé par certains hommes politiques qui sont directement intéressés, s’y oppose car cela signifie l’érosion du système clientéliste.

Liban: la mascarade politique

Liban: la mascarade politique

Bouleversé par la violence sidérante de l’explosion qui a ravagé Beyrouth, le metteur en scène, né au Liban, met en cause dans une tribune au « Monde », une classe dirigeante « qui ne dirige que ses propres intérêts et les intérêts de ceux qui l’ont placée à la tête du pays ».

Tribune. Une monstruosité est une tragédie dont on n’a pas trouvé de mots pour la raconter. On ne trouvera pas de sitôt les mots pour dire celle qui vient de dévaster les Libanais. Cette déflagration restera la monstruosité de ce pays. Et le hangar numéro 12 du 4 août 2020 est l’écho de l’autobus du 13 avril 1975 [l’attaque dans la banlieue de Beyrouth d’un autocar de militants palestiniens par les phalangistes chrétiens, faisant 27 morts, en représailles du meurtre d’un ou  selon les versions – de plusieurs chrétiens quelques heures plus tôt, est considérée comme le début de la guerre civile libanaise, qui durera jusqu’en 1990].

Entre ces deux dates, le courage d’un peuple affrontant mille épreuves, mille faillites, mille misères, mille et mille disparitions, quatre cent mille morts et des millions d’exilés, en butte aujourd’hui à un pouvoir constitué pour beaucoup des assassins d’hier et de voleurs. Nous pouvons dire que, tout comme elle a commencé, la guerre civile vient de s’achever : monstrueusement. Elle s’est achevée en une seconde de violence sidérante.

Une explosion si assourdissante que ce qui a explosé ce mardi 4 août n’est pas seulement un stock de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium, mais aussi toute la colère contenue dans le cœur de 15 millions de Libanais, (4 au pays, 11 à l’extérieur) une colère à ce point refoulée, si condensée, si pressurisée, que plus rien ne pouvait plus la contenir. Plus aucune crainte, plus aucune inquiétude, plus aucune peur, rien n’était assez grand, aucune frayeur, ni de l’avenir ni du présent, tant l’avenir s’est fané et le présent est devenu un fardeau. Et quant au passé, il n’est que douleur et honte, honte, honte et honte encore.

L’indignation exprimée par la classe dirigeante est une insulte, un scandale

Voilà pourquoi l’indignation exprimée par la classe dirigeante est une insulte, un scandale. Et à cet étrange président de la République qui s’étonne, se demandant comment 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium ont pu être laissées en déshérence pendant une période aussi longue et à un emplacement aussi sensible, on aurait envie de demander si la présence de quatre décennies de colère laissée en déshérence et à un emplacement aussi sensible que le cœur des Libanais ne soulève pas tout autant son étonnement et son indignation.

 

A cette classe dirigeante, qui ne dirige que ses propres intérêts et les intérêts de ceux qui l’ont placée à la tête du pays, nous aimerions demander si la violence de cette détonation, entendue paraît-il à Chypre, est enfin assez forte pour qu’elle parvienne à sa conscience ? Ces politiques font-ils seulement le lien ? Font-ils le lien entre cette explosion et la jeunesse de ce pays, descendue des mois durant pour exiger liberté et justice, faire entendre désir de vivre et manque d’espoir, cette jeunesse que l’on a menacée, méprisée, et à qui on a fini par envoyer les forces de l’ordre ?

Liban : une aide de 250 millions sous conditions

Liban : une aide de 250 millions sous conditions

 

Une aide de 250 millions dont 30 millions d’euros sera fournie au Liban.  Ces aides seront suivies d’autres versements qui seront conditionnés à la mise en oeuvre de réformes institutionnelles, a-t-on précisé. Mais ces soutiens financiers seront obéiront  à des conditions strictes, ils devront atteindre directement la population, en clair sans passer par le gouvernement corrompu et dépendre des réformes structurelles politiques et économiques. Une sorte de nouvelle philosophie de l’aide internationale dont souvent une grande partie finie dans les sables des institutions ou dans la poche d’intermédiaires. Une philosophie qui pourrait être appliquée ailleurs !

Cinq jours après l’explosion sur le port de la capitale, qui a fait au moins 158 morts et 6.000 blessés et creusé le fossé entre une partie de la population et la classe politique, accusée de négligence, d’incurie et de corruption.

Cette Conférence internationale de soutien et d’appui à Beyrouth et au peuple libanais mobilisait les principaux partenaires internationaux du Liban et organiser et coordonner le soutien d’urgence de la communauté internationale.

“Cette assistance devra être coordonnée sous la conduite de l’Onu et livrée directement à la population libanaise avec la plus grande efficacité et en transparence”, dit cette déclaration.

“Les participants sont prêts à soutenir la reconstruction économique et financière du Liban, qui passe par la mise en oeuvre des réformes attendues par la population libanaise.”Dans l’immédiat, l’Office des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha) estime à près de 120 millions de dollars les sommes nécessaires pour répondre à l’urgence en matière de santé, de relogement temporaire, de protection, d’hygiène, d’éducation, de sécurité alimentaire et de logistique (avec la mise en place d’installations temporaires pour relancer l’activité sur le port de Beyrouth).

Plus de 250.000 personnes sont “hautement vulnérables”, note l’Ocha.

Les dégâts matériels se chiffrent eux en milliards de dollars – une estimation de 15 milliards a été avancé par les autorités -, un montant que le Liban, qui ploie déjà sous une montagne de dette excédant 150% de son PIB, ne pourra financer seul.

Le communiqué diffusé dimanche ne précise pas les montants qui seront mobilisés pour soutenir le Liban, mais la Commission européenne a fait savoir de son côté qu’elle allait immédiatement mettre 30 millions d’euros supplémentaires sur la table.

Cette somme vient s’ajouter aux 33 millions d’euros que l’exécutif européen s’était déjà engagé à verser.

“Alors que les besoins augmentent, nous apportons une aide humanitaire à des centaines de milliers de personnes parmi les plus vulnérables. En ces heures critiques, l’UE fournit des abris, des soins de santé d’urgence, de l’eau et des installations sanitaires, ainsi qu’une aide alimentaire”, a déclaré le commissaire chargé de la gestion des crises, M. Janez Lenarčič qui représentait la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen à la visioconférence.

“Le nouveau financement humanitaire de l’UE sera acheminé à travers les agences des Nations unies, les ONG et les organisations internationales. Il fera l’objet d’un contrôle strict. Cette aide bénéficiera aux personnes les plus touchées afin de couvrir les besoins essentiels”, a précisé la Commission européenne.

Liban : initiative franco-américaine pour une aide d’urgence

Liban : initiative franco-américaine pour une aide d’urgence

 

Trump et Macron ont discuté vendredi d’un projet de coopération sur une aide d’urgence au Liban, à laquelle d’autres pays pourraient être associés, a déclaré le porte-parole de la Maison blanche dans un communiqué.

Judd Deere a déclaré également que les deux présidents avaient fait part de leur « profonde tristesse face aux victimes et aux destructions » à Beyrouth, à la suite de l’explosion qui a coûté la vie à 154 personnes au moins mardi dans la capitale libanaise.

Emmanuel Macron et Donald Trump ont échangé à ce sujet lors d’un entretien téléphonique portant principalement sur la question de la prolongation de l’embargo sur les armes à l’encontre de l’Iran.

Liban : un protectorat officieux de la France ?

Liban : un protectorat officieux de la France ?

Il est clair qu’au Liban Macron ne s’est pas contenté de faire preuve de compassion ou d’apporter une aide d’urgence. Il s’est directement immiscé dans la problématique politique du pays en critiquant sans ambiguïté le pouvoir et la corruption. L’aide à apporter concerne trois domaines : le coût direct de la catastrophe d’un montant d’environ 3 milliards, le coût du redressement financier d’un pays en voie d’effondrement d’un montant de l’ordre de 20 milliards enfin l’opération plus délicate avec la mise en place d’une nouvelle gouvernance pour gérer le pays. Bref la posture de la France est celle d’un protectorat officieux. Reste à savoir si les autres pays impliqués notamment l’Iran laisseront la France être le maître d’œuvre du redressement du Liban.

“Je viens d’abord (…) pour apporter un témoignage de soutien, d’amitié et de solidarité fraternelle au peuple libanais”, a déclaré le président français à la presse quelques minutes après son arrivée, après un bref entretien avec son homologue libanais, Michel Aoun.

Alors que les recherches d’éventuels survivants se poursuivent, deux jours après l’explosion qui a fait au moins 145 morts et 5.000 blessés selon le dernier bilan disponible, Emmanuel Macron a précisé qu’il “souhait(ait) organiser la coopération européenne et plus largement la coopération internationale”.

“Nous mettrons aussi en place une gouvernance claire et transparente pour que l’ensemble de cette aide (…) soit directement acheminée aux populations, aux ONG, aux équipes sur le terrain qui en ont besoin, sans qu’aucune opacité, aucun détournement ne soit possible.(…) Les Nations unies et la Banque mondiale joueront un rôle essentiel en la matière”, a-t-il dit en début de soirée lors d’une conférence de presse clôturant sa visite.

La catastrophe est survenue dans un pays déjà en proie à une crise économique historique et à des tensions politiques récurrentes, ravivant la défiance de la population à l’égard d’une classe politique accusée de corruption, de mauvaise gestion des finances publiques et jugée responsable de la crise économique dans le pays.

Lors d’un bain de foule dans la matinée, Emmanuel Macron a rencontré nombre de Libanais en colère, réclamant la fin d’un “régime corrompu”, une “saine colère” selon le président français.

La France, qui a administré le Liban pendant l’entre-deux-guerres, est à la pointe des efforts visant à sortir le pays de la crise. Paris a organisé une conférence des donateurs il y a deux ans. Plus de 11 milliards de dollars avaient été alors promis par les bailleurs de fonds, à condition que le pays, qui a entamé des discussions avec le FMI en mai dernier, engage des réformes qui n’ont toujours pas été mises en place.

“Les financements sont là, ils attendent les réformes”, a insisté Emmanuel Macron, citant l’énergie, l’électricité, la commande publique, les douanes, la lutte contre la corruption, et réclamant le lancement rapide d’un audit des comptes du pays.

“Il faut rebâtir la confiance (…) mais elle suppose une refondation d’un ordre politique nouveau où chacun, au-delà des divisions dans lesquelles il s’est réfugié, d’un confessionnalisme qui a été parfois capturé, d’un système qui a été lui aussi capturé par une corruption organisée, d’avoir la force de rebâtir une union nationale pour mener les réformes indispensables dont les Libanaises et les Libanais ont besoin.”

“J’ai été franc, direct, sincère, j’attends des autorités libanaises des engagements”, a souligné Emmanuel Macron, assurant qu’il ne ferait preuve d’”aucune complaisance”, ni d’”aucune ingérence”.

Liban : sortir du marasme économique et politique

Liban : sortir du marasme économique et politique

 

 

L’économiste libanais Dan Azzi est chercheur en leadership à l’Université Harvard et ancien président de la filiale libanaise de la banque Standard Chartered PLC. Il explique les conditions pour sortir du marasme.

Quel impact aura la double explosion qui a frappé le port de Beyrouth pour un pays qui est déjà au bord du gouffre économique ?

Les conséquences vont être catastrophiques. Ce genre de problème est habituellement rapidement résolu : vous importez des médicaments, et différentes ressources, pour faire face. Mais le Liban, qui n’avait déjà plus l’argent pour le faire, n’a désormais plus les infrastructures. Avec l’explosion, c’est le plus grand port du pays qui est mis à l’arrêt. C’est problématique dans un pays qui importe quasiment tout ce qu’il consomme. L’explosion a aussi endommagé une partie des hôpitaux de la ville, qui ont été saturés par l’arrivée de plus de 4 000 blessées. Cette affluence intervient alors que le système de santé est déjà mis à rude épreuve par la crise du coronavirus. Et pour faire face, nous avons un autre problème, qui lui n’est pas matériel, mais structurel : les caisses du pays sont vides. Notre monnaie ne vaut plus rien. Avec 92 milliards de dollars de dette, nous n’avons, à l’heure actuelle, pas les moyens de réparer les dégâts.

Comment les politiques ont-ils pu laisser la situation financière s’aggraver autant au fil des ans ?

Dans une large proportion, ils n’avaient pas conscience de ce qu’ils construisaient. Au lieu d’investir les devises étrangères détenues par nos banques dans la production industrielle et agricole du pays, les gouvernements qui se sont succédé ont préféré tout miser sur les importations et le renflouement de la livre libanaise. Ces mêmes dirigeants ont, dans le même temps, largement emprunté auprès d’établissements libanais pour financer des dépenses publiques qui ne se sont jamais révélées efficaces. Les taux pratiqués par nos banques étaient pourtant bien plus élevés qu’à l’étranger. Nos leaders n’ont pas compris qu’ils avaient construit une pyramide de Ponzi. Ils considéraient de toute manière que le système bancaire libanais était le plus efficace du monde. Ils ont vécu dans le déni. Or, quand un système pyramidal s’enraye, ce sont des milliards qui disparaissent, et c’est tout un pays qui s’effondre car la confiance n’est plus au rendez-vous.

« Lorsque le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, est venu au Liban il y a quelques semaines, il a fait savoir qu’aucun fonds ne serait versé tant que la classe politique n’aura pas entrepris de réformes »

Comment faire pour sortir de ce chaos ?

Nous aurons besoin de la communauté internationale pour rebondir. Son aide financière sera essentielle pour gérer les conséquences des explosions. En ce qui concerne les problèmes structurels, il faudra que nous nous aidions nous-mêmes. Lorsque le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, est venu au Liban il y a quelques semaines, il a fait savoir qu’aucun fonds ne serait versé tant que la classe politique libanaise n’aura pas entrepris de réformes. Le FMI, qui pourrait nous verser dix milliards de dollars, tient le même discours. Le changement, c’est le nerf de la guerre. Quand il tente de réformer, le chef du gouvernement, Hassan Diab, est freiné dans ses ambitions par l’élite, qu’elle soit politique, confessionnelle ou bancaire. La corruption et l’incompétence de nos dirigeants ont pour conséquence la souffrance de toute une population.

La crise n’est plus seulement économique, elle est aussi sanitaire. La famine pourrait-elle gagner le Liban ?

Nous ne parviendrons pas à ce stade. Le Liban possède une forte communauté d’expatriés, que j’appelle « pertinents ». Il y a ainsi 1,2 million de personnes à avoir un contact avec le pays, soit parce qu’elles y viennent régulièrement, soit parce qu’elles envoient de l’argent à leurs proches. Toutes les familles libanaises ont au moins un ange gardien de ce type. C’est grâce à eux que nous éviterons de franchir certaines limites, comme la famine. Les standards de vie devront baisser. Les Libanais devront se préparer à voyager moins, à consommer moins… Des temps très durs se profilent. Quant à ce que le pays renaisse de ces cendres en « homme nouveau »… Ce n’est pas vraiment une tradition chez nous, de profiter de ce genre de situation pour opérer un changement.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol