Archive pour le Tag 'l’exclusion'

Crise sanitaire : « Le soleil noir de l’exclusion »

Crise sanitaire : « Le soleil noir de l’exclusion »

Les  psychanalystes Samuel Dock et Roland Gori rappellent dans une tribune au « Monde » qu’on ne sauvera pas les nouvelles générations en sacrifiant les anciennes .

Par Samuel Dock(Psychologue et écrivain) et Roland Gori(Psychanalyste, professeur honoraire de psychopathologie)

 

Tribune. Le couvre-feu se poursuit, sans fin, nul ne sait quand il cessera d’obscurcir le ciel du pays. Les lieux soutenant le lien social, la culture, le sens irriguant l’existence, demeurent clos, tandis que la détresse croît et les solitudes grandissent. Dans le silence politique qui accompagne ces mesures et consacre notre impuissance, des voix, de plus en plus nombreuses, sur les réseaux sociaux et dans la presse se font entendre. Elles ne réclament pas tant un changement de stratégie du gouvernement ou le retour au débat démocratique, mais le confinement, ou l’autoconfinement, des plus vulnérables. 

Les auteurs de ces prises de position ne manquent jamais de pragmatisme et proposent des « solutions » concrètes pour permettre l’isolement des vieux et des faibles pour lesquels ils s’expriment, dans une violence symbolique difficilement acceptable. Face à la crise que nous traversons, certes, l’imagination pourrait tous nous sauver.

 

Cependant, est-ce faire preuve d’imagination que d’ostraciser toute une frange de la population au profit d’une idéologie ? De vanter les mérites d’une exclusion qui a conduit l’année dernière des milliers de personnes à souffrir et à mourir seules en Ehpad ? Doit-on encore accentuer un peu plus les logiques d’opposition qui saignent notre modernité tardive ? 

Difficile de ne pas songer au philosophe Georges Canguilhem (1904-1995) pour qui ce type de projet rejoint une effroyable thèse politique : la vocation naturelle de l’humain serait d’être un outil. Quitte à ce que les imprudents qui se risquent à faire l’éloge de cet utilitarisme moral puissent en devenir eux-mêmes les victimes. La promotion de la force et de la jeunesse conduit au mépris de la vulnérabilité et conduit tôt ou tard à la cadavérisation du vivant et de la nature à l’origine, en partie, de l’épidémie.

Certes, nous sommes tous vulnérables aujourd’hui. La crise sanitaire actuelle est d’abord anthropologique, psychologique, humaine. Mais on ne sauvera pas les nouvelles générations en sacrifiant les anciennes, en mettant qui que ce soit de côté. Le microbiologiste Charles Nicolle (1866-1936), Prix Nobel de médecine, écrivait, en 1933 : « La connaissance des maladies infectieuses enseigne aux hommes qu’ils sont frères et solidaires. Nous sommes frères parce que le même danger nous menace, solidaires parce que la contagion nous vient le plus souvent de nos semblables. Nous sommes aussi, à ce point de vue, quels que soient nos sentiments vis-à-vis d’eux, solidaires des animaux, surtout des bêtes domestiques [qui] portent souvent les germes de nos infections. »

Règlement de compte chez les mandarins avec l’exclusion du professeur Christian Perronne

Règlement de compte chez les mandarins avec l’exclusion du professeur Christian Perronne

 

 

On constate de nombreux règlements de comptes entre les mandarins, ceux qui sont proches du gouvernement et des laboratoires et ceux qui contestent la politique sanitaire. Le professeur Christian Péronne  vient d’être victime comme le professeur Raoult de la vindicte de ses confrères. Curieuse régulation dans ce monde scientifique où on se hisse parfois au plus haut niveau grâce aux coups de menton et aux relations politiques et économiques.

Un spectacle assez lamentable en vérité où certains scientifiques pris dans le piège des médias sont capables d’affirmer tout et son contraire. Derrière il y a aussi la main vindicative de Martin Hirsch patron l’APHP,  champion du slalom des amitiés politiques« Depuis plusieurs mois, dans un contexte de crise sanitaire, le Pr Christian Perronne a tenu des propos considérés comme indignes de la fonction qu’il exerce », écrit l’AP-HP. La sanction vient s’ajouter aux multiples plaintes déposées à son encontre auprès du Conseil national de l’ordre des médecins, qui doit rendre sa décision dans les prochaines semaines.

Masques, hydroxychloroquine, vaccins : l’infectiologue, fervent soutien de Didier Raoult, est de toutes les polémiques. Sur les radios et plateaux télévisés, il n’hésite pas à critiquer depuis le printemps la gestion de l’épidémie par les autorités sanitaires. Chez les mandarins, on ne critique pas les gourous, on les admire. Bref le retour aux médecins de Molière.

FN : nouveaux ennuis après l’exclusion de Jean-Marie Le Pen ?

FN : nouveaux ennuis après l’exclusion de Jean-Marie Le Pen ?

 

C’es Marion Maréchal-Le Pen,  candidate FN aux élections régionales en région Paca, qui le craint. Elle a par ailleurs affirmé qu’elle était « contre l’exclusion » de (son) mon grand-père ». Pour elle, « c’est s’ouvrir la porte à de nouveaux ennuis. » On peut comprendre la position de Marion Maréchal Le Pen qui sur le fond est très proche de son grand-père. Par ailleurs ce conflit pourrait effectivement entraîner des conséquences pour le Front National. Il est clair que Jean-Marie Le Pen ne peut compter sur des troupes très importantes pour le soutenir pour autant il dispose d’un pouvoir de nuisance incontestable. Piqué dans son amour-propre et opposé à la banalisation du FN, Jean-Marie Le Pen fera tout pour saboter la candidature de Marine aux présidentielles. Le principal problème pour le Front National c’est que ce conflit va s’éterniser pendant des semaines, des mois, voire des années. Incontestablement il va porter atteinte à l’image du politiquement correct que veut donner Marine Le Pen. En fait d’une certaine manière le Front National se banalise avec cette méthode de coups tordus internes et de pseudo démocratie. De toute manière il est vraisemblable que Jean-Marie Le Pen ira maintenant jusqu’au bout de son opposition. Il pourra encore ridiculiser sur le plan juridique l’impréparation totale de Marine Le Pen pour cette exclusion. Surtout il pourra peut-être disposer d’une influence suffisante pour nuire à Marine Le Pen lors des élections de 2017 Marine Le Pen est en effet aujourd’hui créditée d’environ 28 % des voix au premier tour, une candidature d’opposition suscitée par Jean-Marie Le Pen pourrait recueillir autour de 3 %. De quoi l’empêcher de gagner la présidentielle voir même d’être qualifiée pour le second tour. C’est à La Provence que Marion Maréchal-Le Pen a confié ses états d’âme après l’exclusion mercredi de Jean-Marie Le Pen du Front national. « J’étais contre l’exclusion de mon grand-père. J’en ai parlé longuement avec Marine. C’est s’ouvrir la porte à de nouveaux ennuis. Un congrès physique après les régionales me semble plus légitime. J’aurais préféré un temps mort. » Et parmi les « nouveaux ennuis » qui l’inquiètent, il y a sans doute l’éventualité que Jean-Marie Le Pen décide, finalement, de se présenter contre elle dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Une perspective qu’elle aimerait bien éviter : « Il a voulu faire un coup de poker, mais il n’ira pas. Il n’est pas compris par les sympathisants. Je ne crois pas qu’il ait envie d’y aller ».




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol