Archive pour le Tag 'les g'

France : pas de taxe sur les géants de l’internet

France : pas de taxe sur les géants de l’internet

Finalement très discrètement la France a renoncé à imposer les géants de l’internet en se réfugiant derrière des arguments techniques ; Au pays de l’ingénierie fiscale on a donc reculé  en décidant d’agir au sein de l’OCDE dont les conclusions et les propositions ne sont pas prêtes d’aboutir.  En fait ce qui est en cause c’est l’optimisation fiscale  qui concerne certes les géants d’internet mais aussi nombre d’entreprises y compris françaises localisées dans se paradis fiscaux (dernier exemple en date : EDF !!). . Et cette optimisation fiscale a encore de beaux jours devant elle. Google, Amazon, Apple, mais aussi Starbucks, Microsoft ou eBay… Fin 2012, le sujet défraie la chronique. Comment éviter que les multinationales du Web et certaines grandes entreprises américaines, profitant des failles de la fiscalité internationale, paient aussi peu d’impôts ? En Europe et aux Etats-Unis, des missions parlementaires sont lancées, à la fois pour mesurer le phénomène et réfléchir à ce qui permettrait de lutter contre ce que les spécialistes appellent «l’optimisation fiscale agressive» des grands groupes. Dans la foulée, l’OCDE pose la première pierre de son ambitieux projet « BEPS ». Mot d’ordre : faire évoluer les principes de la fiscalité internationale, qui sont déclinés dans la plupart des conventions fiscales, pour les adapter à l’économie du XXIe siècle. La France n’est alors pas absente du débat. Tandis que la presse raconte, par le menu, les descentes de la police fiscale dans les locaux de plusieurs grandes entreprises du Web, le rapport « Colin et Collin », du nom de deux hauts fonctionnaires chargés de faire des propositions sur la fiscalité du numérique, est publié en janvier 2013. Il préconise d’agir au niveau de l’OCDE, mais aussi au niveau national. Comment ? En taxant les données, qui sont le principal actif des géants du Web, mais de façon « incitative». L’idée n’est pas de dégager de l’argent mais de favoriser les entreprises transparentes, qui respectent la protection des données personnelles. A la pointe de la réflexion sur le sujet, Bercy promet alors de décliner les pistes du rapport dans le budget à venir. Et mandate le Conseil national du numérique pour faire des propositions. Plusieurs pistes sont évoquées : taxe sur la bande passante, taxe au nombre de clics, taxe sur les données… Le champ est aussi complexe qu’inexploré. Mais rapidement, l’exécutif se heurte à des difficultés. « Chacun des scénarios, même le plus simple, comme celui de la bande passante, se heurte à des obstacles techniques», affirme-t-on alors à Bercy. Il apparaît, dès lors, plus simple d’attendre les conclusions des travaux de l’OCDE, un an plus tard, et de porter le sujet au niveau européen.

 

« Les socialistes ne vivent plus comme les gens » Rebsamen

« Les socialistes ne vivent plus comme les gens » Rebsamen

Dans une intreview à un journal local, «  Le miroir » Rebsamen descend en flamme le PS concernant les réformes. Dans cet entretien, François Rebsamen assume aussi ses déclarations de début septembre sur le renforcement des contrôles auprès des chômeurs, qui avaient fait polémique. « Ce fut un véritable tollé médiatique. Politique aussi. Ce qui n’a pas empêché 60% de la population d’approuver ce message », claironne-t-il. Le ministre explique que les Français ont compris la nécessité de réformes pour « adapter notre système social », et tacle le PS. « Ils sont bien plus en avance que nous sur la nécessité d’un certain pragmatisme en politique. Malheureusement, le parti socialiste, ou du moins son secrétariat national refuse toutes ces avancées », déplore-t-il. « Le Parti socialiste est en pleine mue idéologique. Moi je l’ai effectuée depuis longtemps », poursuit François Rebsamen. Pour lui, « les socialistes ne vivent plus comme les gens : les élus ne connaissent pas le terrain ». Le ministre du Travail tacle aussi son prédécesseur à ce poste, Michel Sapin (photo), sur la manière de communiquer sur les (mauvais) chiffres du chômage. « Malgré l’amitié que je porte à Michel, il s’est totalement trompé. On ne juge pas le chômage mois par mois, mais sur des périodes plus longues : un trimestre, un semestre. Il s’est mis des boulets aux pieds et les a laissés à son successeur », juge François Rebsamen.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol