Archive pour le Tag 'l’enterrement ?'

Réforme des retraites avant 2022… ou l’enterrement de Macron

Réforme des retraites avant 2022… ou l’enterrement de Macron

 

On peut légitimement se demander si Macron dispose de toutes ses facultés mentales. Certes il est loin d’être inintelligent mais l’intelligence peut parfois côtoyer la folie quand on perd le sens du réel parce que ce  réel est caractérisé par le rejet d’une grande partie de la population des réformes qu’il voulait imposer  , réforme mal ficelée  et surtout mal négociée. Alors sans doute sous l’impulsion de petits marquis qui font l’opinion dans les cercles du pouvoir, Macron se laisserait de plus en plus convaincre de la nécessité de reprendre son impopulaire réforme qui n’a jamais pris dans l’opinion.

Ceux qui le poussent ainsi estiment qu’il doit ainsi satisfaire ceux qui l’ont élu entre (en gros le centre-droit et le centre-gauche ( en oubliant sans doute la gauche, elle ,qui été complètement trompée).

 

Jusque-là Macon n’a pas réussi grand chose il a plutôt été maudit pour avoir affronté successivement une vague de difficultés et sans grand succès. Même lors de la crise sanitaire il ne s’est pas montré à la hauteur en tout cas encore moins bien que son premier ministre il est vrai moins littéraire, plus précis et moins confus. ( mais pas forcément moins déterminé!)

On peut se demander si ceux qui conseillent Macron ne le poussent pas au suicide politique car il est clair que Macron ne dispose pas aujourd’hui de l’assise médiatique pour engager une réforme fondamentale, sans doute nécessaire mais mieux construite et surtout négociée.

En décembre, le projet de loi du gouvernement avait fait éclater la colère de millions de Français provoquant la grève la plus longue que le pays ait connue depuis mai 68. Sept mois plus tard, l’exécutif se montre toutefois plus ouvert à la concertation et, toujours selon LCI, il serait prêt à discuter plusieurs points comme la durée de cotisation et l’âge pivot sans pour autant abandonner deux autres points particulièrement contestés : le système de points et la disparition des régimes spéciaux. Mais depuis le début de son mandat macro est un peu le président des bavures, il les multiplie, elle se succède à un rythme élevé et il ne serait pas étonnant qu’ils finissent par un échec retentissant offrant peut-être même l’espace politique qui manque à n’importe quel candidat souhaite le remplacement de Macon sans forcément adhérer au programme de son successeur. Bref histoire qui se répète.

 

La réforme des retraites: la résurrection ou l’enterrement ?

 

Au cours de la crise sanitaire, Macon avait pratiquement enterré toutes les réformes en cours dont la réforme des retraites « J’ai décidé que toutes les réformes en cours seraient suspendues, à commencer par la réforme des retraites », avait d’ailleurs annoncé Emmanuel Macron le 16 mars dernier. Un répit bienvenu pour ses opposants qui réclamaient une renégociation de la réforme.  Le problème c’est que sa base électorale repose essentiellement sur la droite et le centre-droit et que ses électeurs en voté cette réforme ( les électeurs socialistes quant à eux se sont faits avoir avec le fameux en même temps).

Du coup, certains fantassins de la majorité testent l’hypothèse d’un retour possible de la problématique des retraites dans la perspective des élections de 2022. Pour monter au créneau et testé l’idée on envoie surtout des seconds couteaux comme la députée Sandra Motta .

Mais à moins de courir le risque d’un nouvel embrasement social, difficile de reprendre dans l’immédiat le projet de loi tel qu’il a été adopté en première lecture à l’Assemblée nationale. Le seul recours à l’article 49.3 de la Constitution pour y parvenir démontre à quel point le texte a divisé le pays. Et le climat politique ne s’est pas vraiment apaisé depuis. Bien au contraire.

D’autant qu’entre l’organisation des sénatoriales en septembre, les discussions budgétaires en octobre et les élections régionales et départementales en mars 2021, il reste peu de place dans le calendrier pour rouvrir ce dossier « hautement inflammable », reconnaît Cendra Motin. Mais, poursuit-elle, « il faut qu’il soit traité avant 2022 pour montrer qu’on est responsable ». Surtout qu’il existe d’après elle « des dispositifs importants dans cette loi pour la gestion et la sortie de crise économique » qui pourraient permettre de protéger les populations les plus fragilisées.

L’entourage d’Emmanuel Macron a lui-même fait savoir cette semaine que « certains pans de la réforme des retraites pourraient revenir », en particulier ceux qui concernent la justice sociale comme la pension minimum de 1000 euros. La majorité a d’ailleurs tenu à envoyer un premier signal mercredi à l’Assemblée nationale en votant la revalorisation de la retraite minimum des agriculteurs dès 2022. Une promesse qui figurait déjà dans la réforme du gouvernement.

Des responsables situés plus haut dans la hiérarchie de la république en marche sont toutefois dubitatifs dans l’intérêt électoral il y aurait à ressortir une réforme à la fois confuse et largement discréditée par ses contradictions dans l’opinion publique. « Si elle empêche le pacte républicain de se conclure, la réforme des retraites devrait être de mise de côté », expliquait en avril le chef de file des députés LaREM Gilles Le Gendre. « Je ne suis pas certain qu’on pourra mener la réforme des retraites d’ici la fin du quinquennat », confiait également à La Voix du Nord le patron du parti présidentiel, Stanislas Guérini.

 

Pour autant, la question de l’équilibre financier du système reste extrêmement importante pour l’exécutif. Et peut-être même un peu plus qu’avant sachant que les comptes sociaux se sont sévèrement dégradés depuis le début de l’épidémie de coronavirus. En clair, ce ne sont plus 12 milliards d’euros qu’il faudra trouver d’ici 2027, mais vraisemblablement beaucoup plus.

« Tout doit être repensé en termes de financement. On n’a pas envie de promettre la Lune sans savoir comment financer. Il faudra reprendre la conférence de financement avec les partenaires sociaux dans un contexte complètement différent. Aujourd’hui on ne peut pas le faire parce qu’on est encore dans le brouillard. Il est urgent d’attendre de voir l’état des comptes sociaux d’ici six mois à un an pour savoir comment tout ça va s’articuler », conclut prudemment Cendra Motin.Dont les propos prématurés pourraient bien préfigurer l’enterrement de la réforme des retraites renvoyées après 2022.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol