Archive pour le Tag 'l’empreinte'

Les données : outils pour la nutrition et l’empreinte carbone

Les  données : outils pour la nutrition et l’empreinte carbone

Par Stéphane Cren, responsable innovation chez GS1 France, et neuf autres signataires* soulignent l’intérêt des données pour permettre à chacun de contrôler la valeur nutritive de l’alimentation et l’empreinte carbone ( chronique la Tribune)

 

La crise sanitaire du coronavirus nous a rappelé aux difficultés et à la fragilité de notre modèle de société. Pour y faire face, nous avons redécouvert l’importance des comportements individuels (gestes barrières, entraide, etc.) et leur nécessaire articulation avec des réponses systémiques (système de santé, de recherche, chaînes d’approvisionnement, etc.).

De la même manière, la transition écologique appelle à un changement macroscopique des comportements individuels: parce qu’ils représentent une part du changement nécessaire, et parce que l’on peut parier sur leur considérable effet d’entraînement. L’éco-geste, en se généralisant, prendra une portée politique.

Mais pour l’heure, et malgré l’idée un peu rebattue de la « prise de conscience du consommateur », il y a cette dure réalité: les choix de consommation évoluent bien moins rapidement que la sensibilité à la question environnementale. Il faut alors s’interroger: de quels leviers disposons-nous pour réduire rapidement l’écart qui subsiste entre notre désir d’agir et nos actes réels ?

Observons le monde alimentaire. Nous sortons d’une longue période d’attentisme qui a vu la confiance dans l’offre alimentaire se dégrader progressivement. Depuis peu, les informations nutritionnelles des produits ont été digitalisées et mises à disposition du grand public sur leurs applications favorites. Et de là, le basculement qui a cours aujourd’hui.

L’accès à la donnée a provoqué ce que nulle loi ou directive n’avait été en mesure d’engendrer: la possibilité concrète pour le consommateur de choisir ses produits en fonction de leurs qualités nutritionnelles. L’effet de dévoilement et d’objectivation de la qualité de l’offre secoue toujours le secteur. Les industriels révisent leurs recettes, les distributeurs modifient leurs assortiments. Et ce n’est qu’un début, car la donnée n’est aujourd’hui accessible qu’à l’échelle du produit. Le vrai bilan nutritionnel à établir, c’est celui du foyer, à l’échelle de sa consommation alimentaire d’ensemble, de la multitude de ses choix.

C’est ce qui arrive! Avec le droit européen à la portabilité (l’article 20 du RGPD), chacun se voit autorisé à récupérer les données relatives à ses actes d’achats pour en confier l’usage à des applications. Ce droit permettra de suivre et de consolider les impacts de nos choix de consommation, quelles que soient les enseignes dont nous sommes les clients. Que deviendront alors les applications de conseils nutritionnels que nous utilisons déjà, une fois « connectées » à nos listes d’achats ? Assurément, des applications augmentées: plus pratiques (plus besoin de scanner), plus pertinentes (dressant un bilan nutritionnel de sa consommation globale) et probablement encore plus…influentes, avec une force prescriptive décuplée.

La Commission européenne, qui a récemment rendu public sa nouvelle stratégie (2020-2024) pour les données, annonce un renforcement de ce droit à la portabilité, pour le rendre accessible à tous, en un clic. Pour ce faire, elle demande des connexions automatiques et temps réels entre opérateurs. C’est à dire entre les distributeurs alimentaires et les applications nutritionnelles dans notre exemple. Bien entendu, toujours sous le contrôle de l’individu. Elle se dit prête à imposer ces nouvelles exigences. Cela ouvre la voie à ce que les données agissent demain comme un facteur de changement comportemental de grande ampleur.

Ce qui vaudra pour la dimension nutrition-santé de notre consommation alimentaire, vaudra assurément pour la dimension écologique de notre consommation globale. La possibilité de suivre et d’agir sur son bilan carbone personnel (ou encore sur sa consommation d’emballages plastiques par exemple), est une perspective qui vient d’être sérieusement crédibilisé.

L’empreinte carbone moyenne des français est estimée aujourd’hui à 12 tonnes équivalent CO2. Elle devra être abaissée à 2 tonnes seulement d’ici 2050. Les mécanismes de portabilité des données personnelles ouvrent des possibilités immenses pour développer les outils de responsabilisation individuelle et d’émulation collective dont nous avons besoin. Un Score Carbone individuel, composé à partir de données détenues par les entreprises de la distribution, des transports et de l’énergie, est possible. Il faut alors s’engouffrer dans la brèche !

Il reste toutefois de nombreux défis à relever. Il sera critique notamment d’accélérer l’effort d’enrichissement et d’ouverture des données relatives aux produits et services. Pour cela, il faut mettre en place cet « espace de données », comme le nomme la Commission européenne, sur des principes de décentralisation et de co-création. Marques et opérateurs de services, agences publiques, certificateurs, associations, innovateurs, citoyens-consommateurs, tous devront pouvoir y contribuer. Il en va de notre responsabilité collective d’y parvenir. La période que nous vivons renforce la disponibilité dans la population, à servir, par des actes personnels, les causes collectives. Le monde d’après doit commencer maintenant.

 

 

———————–

Williams Bertrand-Rihet, co-fondateur de Bill.e

Patrick Cocquet, délégué général, Cap Digital

Stéphane Cren, responsable innovation, GS1 France

Olivier Dion, co-fondateur, OneCub

Chistophe Hurbin, co-fondateur, myLabel

Julien Masanès, entrepreneur, co-fondateur, ProductChain

Sébastien Picardat, directeur général, AgDataHub

Gabriel Plassat, co-fondateur, la Fabrique des Mobilités

Eric Pol, co-fondateur, aNG

Richard Ramos, député du Loiret




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol