Archive pour le Tag 'l’emploi'

Page 3 sur 3

Ayrault: la bataille de l’emploi repoussée

Ayrault: la bataille de l’emploi repoussée

 

Il faut évidemment une grille de lecture pour comprendre la dialectique alambiquée des politiques et d’Ayrault en particulier sur le chômage. Quand il affirme que désormais la bataille de l’emploi ‘s’inscrit dans la durée, c’est qu’il acte que le pari idiot de Hollande sur l’inversion en 2013 est perdu. Sur les chiffres du chômage, on ne parle plus de réduction  mais de moindre augmentation des sans emploi. Nuance de taille. Le chômage augmente mais moins qu’avant. Enfin sur la baisse du coût du travail Ayrault oublie de préciser que cela a surtout profité aux entreprises (type supermarchés) qui n’étaient pas soumise à la concurrence infranationale alors qu’évidemment les allégements auraient du concerner en priorité ces sociétés. Bref encore un discours d’Ayrault qui mélange tout, se contredit, des propos dignes d’un président de conseil général mais pas d’un Premier ministre.  Accompagné du ministre du Travail, Michel Sapin, le chef du gouvernement, Jean-Marc Ayrault, s’est rendu ce vendredi 27 décembre à l’agence Pôle emploi de Lorient (Morbihan). Au lendemain de la publication de chiffre du chômage en hausse pour le mois de novembre, Jean-Marc Ayrault a affirmé que la « tendance est à la diminution du nombre de demandeurs d’emploi. « La bataille contre le chômage, nous sommes totalement déterminés à la gagner et nous allons la gagner ». Il a reconnu « une hausse du nombre de chômeurs de la catégorie A » en novembre, mais « notre bataille s’inscrit dans la durée, nous sommes convaincus que la situation de l’emploi va s’améliorer ». A l’issue d’une rencontre avec des « personnes concernées par des parcours de retour à l’emploi », il assure avoir pris conscience de « l’utilité et de la performance des mesures que nous avons engagées pour les personnes qui en bénéficient ».  Sur la question des emplois non-pourvus, qui suscite des « jugements hâtifs » alors que c’est « pourtant une réalité », il considère que le gouvernement a avancé. Il a mené un « inventaire des besoins, terminé en août », qui a donné lieu à « 30.000 formations réalisées », un « vrai succès ». Jean-Marc Ayrault rappelle que le nombre de demandeurs d’emplois augmentait de 30.000 au premier trimestre, de 18.000 au deuxième trimestre, soit une baisse « progressive ».  Pour les jeunes, les « emplois d’avenir » ont fait leur preuve. Ce sont « de vrais emplois utiles, qui ouvrent une perspective professionnelle durable ». D’ailleurs la courbe du chômage des moins de 25 ans s’est bien retournée, elle, depuis six mois maintenant.  « Cette tendance n’est pas le fruit du hasard », elle est due à « la politique économique cohérente », notamment la « politique volontariste de l’emploi » menée par le gouvernement « que nous revendiquons, pour aider les jeunes et les moins jeunes ». « Ceux qui nous reprochent d’avoir financé des emplois aidés ont tort, il s’agit de ne pas laisser tomber les gens », a indiqué le Premier ministre. « Une des grandes mesures que nous avons prise, c’est la baisse du coût du travail, de 4% début 2014″, s’est-t-il félicité, en reconnaissant qu’il fallait encore « poursuivre et amplifier le travail », a souligné le chef du gouvernement, en particulier sur « le coût du travail, le financement des entreprises, le financement de l’investissement, leur accompagnement à l’export ». « Il faut redonner à nos entreprises des marges de manœuvre ».   »La France a pris du retard sur le chemin de l’innovation, comme l’a montré le rapport Gallois, il s’agit de rattraper dix ans de retard », a-t-il admis. « Après cinq ans de croissance zéro en moyenne, les perspectives sont là ».

 

CICE : pas de miracle pour l’emploi selon l’Insee

CICE : pas de miracle pour l’emploi selon l’Insee

La mesure phare du gouvernement le  Crédit d’impôt compétitivité pour l’emploi (CICE) ne fera  pas de miracle. D’après l’INSEE au plus quelques dizaines de milliers d’emplois chaque année et encore face aux 5 millions de chômeurs. Les résultats de la baisse de fiscalité permise par le CICE seront selon les cas affectés  à la compétitivité des produits, à l’investissement ou encore à amélioration de la situation financière des entreprises. La priorité pourrait aller à la compétitivité des produits, donc à la baisse des prix sans conséquence immédiate sur l’emploi. Cette baisse de fiscalité est évidemment utile mais pas du tout à la hauteur de l’enjeu, la baisse des charges est en effet très insuffisante pour remuscler la compétitivité de l’économie.. Dans un  document du 19 décembre, l’INSEE  dresse un éclairage sur ce dispositif qui consiste, pour les entreprises, en une réduction d’impôt proportionnelle à la masse salariale, dans la limite de 2,5 Smic. « Sur cette assiette, la subvention est de 4%, pour les rémunération versées au titre de 2013 et de 6% » pour celles de 2014, l’année de plein effet du mécanisme, souligne l’institut qui rappelle que le dernier chiffre représente 20 milliards d’euros. De fait, l’Insee s’attache à relativiser les conséquences pour l’emploi du CICE. Il explique ainsi que les créations de postes dues à ce crédit d’impôt seront « à long terme » inférieures à 300.000. Or c’est justement le chiffre que vise Jean-Marc Ayrault d’ici à 2017. Sur des périodes plus proches, l’Insee indique tabler sur 30.000 créations d’emploi en 2013, puis 15.000 au premier trimestre 2014.  Pourtant l’Insee confirme que le CICE devrait bien avoir certaines répercussions positives pour les entreprises. Il évoque une baisse du coût du travail moyen de 2,7% au 1er janvier 2014 qui permettra aux sociétés de redresser leurs taux de marge à hauteur de 1,8 point « soit la moitié de la baisse qui aura été enregistrée entre 2007 et 2013″. A partir de l’amélioration de leur situation financière, les entreprises peuvent ensuite redistribuer ces gains à l’économie via quatre canaux: une baisse de leurs prix, une augmentation de leurs embauches et /ou de leur salaires ou encore une hausse de leurs dépenses d’investissement.  Mais voilà, tout ceci reste théorique. Car en pratique l’Insee explique que si ces quatre leviers d’actions seront bien actionnés, leurs effets vont être limités pour plusieurs raisons. L’institut précise tout d’abord que les entreprises ont connu une chute prononcée de leurs marges depuis 2008 et pourront ainsi être incitées à utiliser avant tout le CICE pour laisser leur situation financière se redresser. Ensuite, le fait que le paiement de ce crédit d’impôt soit décalé risque de conduire certaines sociétés à différer leurs embauches « parce qu’elles sont contraintes sur leur trésorerie ou ont des difficultés ou des réticences à accroître leur endettement », écrit l’Insee. Enfin, l’institut évoque des questions de comptabilité qui empêcheraient les sociétés de pouvoir lire concrètement les effets du CICE sur leur bilan. Ce dernier problème serait toutefois moins important à long terme.

 

PSA : menaces sur l’emploi à Mulhouse et Poissy

PSA : menaces sur l’emploi à Mulhouse et Poissy

Le groupe Peugeot Citroën a confirmé samedi la mise à l’étude de l’arrêt de deux lignes de production, à Mulhouse, dans le Haut-Rhin, et à Poissy, dans les Yvelines. « Nous lançons une étude interne dans les prochaines semaines avec une conclusion probablement au premier trimestre 2014, » a dit à Reuters un porte-parole du groupe Peugeot. Un porte-parole de PSA avait reconnu le mois dernier que la question de la rentabilité de ces deux sites, dotés chacun de deux lignes de production, se posait. « Il y a un seuil de production de 250.000 unités par an en deçà duquel conserver deux lignes n’est pas viable », avait-il dit. « Sur Mulhouse, il y a un sujet. » Il avait ajouté que la production tournait autour de ce seuil de 250.000 véhicules par an à Poissy.

 

Etats-Unis Fed: l’emploi pour objectif

Etats-Unis Fed: l’emploi pour objectif

M. Bernanke, patron de la FED, : « Le FOMC demeure engagé à maintenir une politique hautement accommodante aussi longtemps qu’il le faudra », a-t-il répété.  Depuis plus d’un an, en plus de maintenir ses taux proches de zéro, la Fed achète pour 85 milliards de dollars en bons du Trésor et titres liés à des prêts immobiliers. Ces injections de liquidité dans le circuit financier ont pour but d’exercer une pression à la baisse sur les taux.  Dans son intervention, M. Bernanke n’a pas donné d’indication supplémentaire sur le calendrier d’une réduction de cette aide. « Nous allons continuer à examiner les données », a-t-il déclaré, expliquant que le Comité de politique monétaire (FOMC) prévoyait que « les conditions du marché de l’emploi allaient s’améliorer et l’inflation s’approcher de son objectif de 2% à moyen terme ».   »Si ces prévisions sont avérées par les chiffres, le FOMC commencera probablement à modérer son rythme de rachat d’actifs », a-t-il poursuivi.  Une politique qui a un coût  En septembre, l’inflation sous-jacente (hors pétrole et alimentation), associée aux dépenses de consommation des ménages (PCE), une mesure regardée de près par la Fed, n’était que de 1,2% sur un an.  Le patron de la Fed a toutefois noté que cette politique ultra-accommodante commençait à avoir un coût pour la Fed.   »On peut commencer à penser que l’équilibre entre l’efficacité et le coût (de ces achats) devient moins favorable au fur et à mesure que le bilan de la Fed s’alourdit », a ajouté M. Bernanke.  Avec ces achats d’actifs, la Fed a en effet accumulé quelque 3.400 milliards de dollars en bons du Trésor notamment à son bilan. Celui-ci s’élevait à 800 milliards avant la crise financière survenue en 2008.  Interrogé après sa présentation sur le fait de savoir si la politique de l’argent facile de la Fed n’avait pas davantage profité à Wall Street, qui a atteint de nouveaux records, plutôt qu’aux ménages américains, M. Bernanke s’est élevé contre cette idée. « Au risque de vous choquer, je suis en désaccord avec cela ! Les effets de notre politique monétaire ont aidé les foyers américains à améliorer leur situation financière », a-t-il affirmé. « La Fed a fait une importante contribution au bien-être de la classe moyenne et des plus pauvres », a-t-il ajouté.  M. Bernanke, 59 ans , qui achève son mandat le 31 janvier, n’a pas précisé ce qu’il ferait à l’issue de sa présidence, indiquant seulement qu’il espérait « avoir plus de temps pour écrire et intervenir » sur d’ »intéressantes » questions économiques.

 

Pour un pacte national sur la croissance et l’emploi ( Gattaz)

Pour un pacte national sur la croissance et l’emploi ( Gattaz)

 

Pierre Gattaz a demandé au chef de l’Etat la mise en place d’un pacte national pour la croissance et l’emploi ». Tout en réclamant « un moratoire sur tous les projets de loi qui touchent l’entreprise et l’économie ». Le président du Medef a contesté que le patronat soit silencieux et absent face aux mouvements actuels de grogne fiscale et sociale.  » Le Medef n’a pas disparu (..) Nous avons fait 32 propositions pour les retraites et 11 pour l’apprentissage », a rappelé Pierre Gattaz. Mais « n’attendez-pas du Medef qu’il mette de l’huile sur le feu (…) « on ne va pas mettre de la chienlit pour la chienlit », a-t-il ajouté. D’ou la nécessité d’un pacte pour l’emploi. Le patron du Medef a rappelé que les entreprises proposent de créer un million d’emploi sur cinq ans. « Il y a 400.000 emplois non pourvus en France », a-t-il estimé.  Pour lui, c’est un gisement d’emploi. Il faut également réformer l’apprentissage afin que les 500.000 jeunes sans emploi puissent en profiter. « L’entreprise, c’est la solution au chômage », a-t-il lancé. En tout cas, il ne croit pas à l’inversion de la courbe du chômage avant la fin de l’année.

 

Sondage : L’emploi, priorité en Europe et surtout en France

Sondage : L’emploi, priorité en Europe et surtout en France

L’emploi demeure la priorité des Européens, en hausse de 11 points en 2 ans (58% de citations, 18 points de plus que l’éducation, 2ème), et, plus encore, des Français (75%, 29 points de plus que l’éducation, 2ème), selon un sondage BVA publié mardi dans les Echos et diffusé sur France Inter. Le jugement des Européens sur l’action de leurs pouvoirs publics dans les différents domaines investigués est globalement négatif et surtout très contrasté selon l’axe nord-sud : 34% de jugements positifs en moyenne, et seule la police recueille tout juste plus de 50% d’avis positifs (51%). Les disparités de jugements se creusent entre l’Allemagne, plus positive (47% de jugements positifs), la France et l’Angleterre, assez sévères (38% de jugements positifs) et l’Europe du sud, franchement négative (20% et 21% de jugements positifs en Italie et en Espagne)  Jugée par les autres, concernant la performance de ses services publics, la France, pessimiste sur elle-même, est cependant toujours le deuxième pays le mieux considéré en Europe après l’Allemagne et juste devant l’Angleterre.  Mais la perception de la situation financière de la France s’effondre depuis 2010 (-16 points). Désormais, une majorité d’européens (51%) et plus encore, de Français (80%) juge négativement la situation de la France, à l’instar de celles de l’Italie ou de l’Espagne, alors qu’ils sont très positifs sur la situation financière de l’Allemagne (87%) et du Royaume-Uni (67%).  Nos voisins sont de plus en plus inquiets sur la situation financière de notre pays : 64% la jugeait positive en 2010, ils ne sont plus que 48% aujourd’hui. Dans le même temps leur jugement sur l’Allemagne et la GB s’est amélioré.  L’enquête a été réalisée par l’Institut de sondage BVA via Internet du 10 au 21 juin 2013 en Angleterre, Espagne, Italie, France et Allemagne auprès d’un échantillon représentatif de 4.038 personnes âgées de 18 à 65 ans, choisies selon la méthode des quotas.

Baisse de l’emploi partout surtout dans l’intérim

Baisse de l’emploi partout surtout dans l’intérim

L’intérim baisse de façon notable or c’est une variable d’ajustement à la demande et un indicateur de la conjoncture. L’emploi salarié en France dans les secteurs marchands non agricoles a diminué de 0,3% au troisième trimestre, avec 41.700 postes détruits mais  l’emploi intérimaire est  particulièrement touché, selon les chiffres définitifs publiés mardi par l’Insee. Au deuxième trimestre, ces secteurs avaient déjà détruit 16.100 emplois. Sur un an, les secteurs principalement marchands ont détruit 56.600 postes (-0,4%). Le recul du troisième trimestre tient pour une large part à une forte baisse (-5,7%, soit 31.300 postes en moins) de l’emploi intérimaire, qui a accentué le repli constaté au deuxième trimestre. En un an, l’intérim a perdu 74.400 postes. Hors intérim, 10.400 postes ont été détruits au troisième trimestre. Dans l’industrie, l’emploi diminue de 0,2% (-5.500 postes) au troisième trimestre, au même rythme que les trimestres précédents. Sur un an, l’industrie a perdu 24.600 postes (-0,7%). L’emploi dans la construction baisse de 2.700 postes (-0,2%), soit -7.600 postes sur un an (-0,5%). Pour la première fois depuis un an, le secteur tertiaire hors intérim recule au troisième trimestre, souligne l’Insee (-2.200 après 14.400 créations au deuxième trimestre). Au total, le repli de l’emploi dans le secteur tertiaire s’accentue (-33.500 postes) après -4.000 postes au deuxième trimestre. Ce secteur a perdu 24.500 postes sur un an (soit -0,2%).

 

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol