Archive pour le Tag ': légitime'

« Cette violence légitime » (Pouto, NPA)

« Cette violence légitime » (Poutou du NPA)

La plupart des responsables politiques ont condamné les violences des radicaux lors du premier mai avec toutefois des nuances concernant la responsabilité du gouvernement ; Poutou, leader du NPA dont par ailleurs l’usine de Ford est menacée près de Bordeaux, (1000 emplois menacés) a estimé mardi soir que les dégradations en marge de la manifestation syndicale du 1er mai à Paris étaient la traduction d’une « violence légitime » et « semée », selon lui, par le gouvernement.

« Effectivement, ça a chauffé. Mais nous, ce qu’on a envie de dire, c’est que le gouvernement a semé la violence, et il la récolte (…) La violence est l’illustration de cette colère-là ! Il y a un ras-le-bol de cette société-là, il y a des jeunes qui ont envie d’en découdre. Et aujourd’hui, quand on voit l’armada policière qu’il y a un peu partout et qui cherche à étouffer la contestation, oui, quelque part, cette violence-là, elle est légitime », a-t-il déclaré sur franceinfo.  Il juge donc cette « violence légitime », le questionne le journaliste ? « Oui, et même, on pourrait rajouter qu’il y a une violence beaucoup plus profonde, qui est malheureusement invisible dans les médias ou partout ailleurs, c’est la violence réelle de la société, des licenciements, des démantèlements des services publics, de l’appauvrissement de l’ensemble de la population ».

 

 

Mélenchon : un parachutage « légitime » à Marseille ?

Mélenchon : un parachutage « légitime » à Marseille

 

Jean-Luc Mélenchon éprouve quelques difficultés à donner une légitimité à sa candidature pour les législatives. Beaucoup s’étonnent qu’il ait choisi une circonscription facilement gagnable où le front national dépasse rarement 15 %. A ces objections, Mélenchon répond qu’il n’est pas là pour affaiblir la candidature du député socialiste sortant Patrick Mennucci. mais  précisément pour remplacer le parti socialiste partout en France. « Je suis légitime partout d’une façon générale, mais spécialement ici », a dit à des journalistes le leader de La France insoumise, arrivé en tête à Marseille à l’issue du premier tour de la présidentielle le 23 avril dernier. Sa candidature, qui avait été annoncée dès mercredi, a été perçue comme une déclaration de guerre par le député socialiste sortant Patrick Mennucci qui a dénoncé le parachutage d’un « député plateau télé ». « Marseille semble, du fait de son indigente caste politique, repliée sur elle-même à bavarder entre importants comme des moules accrochées sur leur rocher qui, dès qu’ils voient apparaître quoi que ce soit qui change leurs habitudes, poussent des cris d’orfraie », a riposté Jean-Luc Mélenchon La 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, qui regroupe les 1er, 2e et 3e arrondissements de Marseille et une partie des 5 et 6e arrondissement de la ville, est un bastion historique de la gauche. Au premier tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon y a fini en tête (39,09%) devant Emmanuel Macron (21,81%), Marine Le Pen (14,36%), François Fillon (10,84%) et Benoît Hamon (8,68%). Emmanuel Macron l’a emporté au second tour face à Marine Le Pen avec 78,65% des voix. Le mouvement du président élu, La République en Marche, a annoncé jeudi l’investiture de Corinne Versini dans cette circonscription. « Je n’ai pas choisi une circonscription tenue par la gauche, c’est Marseille qui m’intéresse », a  dit Mélenchon. « Je ne veux pas affaiblir le PS, je veux le remplacer. Nous allons tourner la page des gens qui nous ont trahi pendant cinq ans ».

Compte pénibilité : légitime mais bureaucratique

Compte pénibilité : légitime mais bureaucratique

De bonne foi il est légitime d’apprécier la prise en compte de la pénibilité pour le reclassement des travailleurs concernés et pour leur retraite. Ceci étant les mesures d’application comme souvent en France s’inscrivent dans la logique bureaucratique. La question centrale est de savoir si on peut définir des critères aussi théoriques pour apprécier la pénibilité et si cela relève de la responsabilité des chefs d’entreprise. Reste que la mise en œuvre de ce compte de pénibilité ressemble à une cathédrale administrative. La question se pose aussi de savoir si c’est bien à d’entreprise de définir les points à attribuer en fonction des conditions de travail spécifiques. Peut-être cette tâche devrait-elle incomber à la médecine du travail à la fois pour une évaluation plus neutre mais aussi pour une approche individualisée de la pénibilité car tout critère moyen n’a guère de sens compte tenu de la diversité des contextes de travail.  Le patronat est donc entré en résistance contre le compte pénibilité, dont un nouveau volet entre en vigueur le 1er juillet, en menaçant de ne pas appliquer ce dispositif de prévention des conditions de travail pénibles. « Nous ne savons pas appliquer la loi (…) Sur les six nouveaux critères, nous ne savons pas faire », a déclaré mercredi le président du Medef, lors d’une rencontre avec la presse. « Rendez-vous dans deux jours, on ne saura pas faire (…) On a alerté le gouvernement depuis des semaines, des mois », a ajouté Pierre Gattaz. « Dans l’état actuel, les entreprises ne pourront pas appliquer le dispositif pénibilité. » Il a estimé que « l’administration ne sait pas faire non plus. » La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, a dénoncé la position du patronat, jugeant que « la démocratie ne s’arrête pas aux portes du Medef ». « Pierre Gattaz met en difficulté les entreprises et s’attaque aux droits des Français », a-t-elle écrit sur Twitter. Le Compte personnel de prévention de la pénibilité (CPPP), intégré au Compte personnel d’activité (CPA) créé par le projet de loi Travail en cours d’examen au Parlement, attribue des points aux salariés exposés à des conditions de travail pénibles ou à des risques professionnels. Ce compte, plafonné à 100 points sur l’ensemble de la carrière, ouvre droit à une formation professionnelle pour accéder à un emploi moins exposé, à un passage à temps partiel sans baisse de rémunération ou à une retraite anticipée. Dix facteurs de pénibilité ont été recensés dans le cadre de la dernière réforme des retraites. Les quatre premiers (travail de nuit, en équipes alternées, répétitif ou à cadence contrainte et en milieu hyperbare) sont pris en compte depuis janvier 2015. Les six autres (manutention de charges lourdes, postures pénibles, vibrations mécaniques, contact avec des agents chimiques dangereux, températures extrêmes et bruit) sont censés être pris en compte à partir de vendredi.

(Avec Reuters)




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol