Archive pour le Tag 'légèreté'

Hollande ou l’incroyable légèreté de l’être

Hollande ou l’incroyable légèreté de l’être

 

Elu comme « ennemi de la finance »  Hollande vient de se convertir aux vertus du capitalisme américain. Arès avoir chanté l’hymne de «  l’inversion du chômage », il claironne la gloire aux entreprises ; Après le « moi, président exemplaire », il licencie par voie de presse sa campagne ; de quoi s’  interroger comme Milan Kundera sur l’incroyable légèreté de l’être. En fait Hollande n’a ni projet, ni stratégie ni même conviction, Il navigue, le capitaine du pédalo, au gré des courants, comme il faisait déjà au PS. Hollande est en fait un président par défaut. Elu grâce aux frasques de DSK ; Il n’a pas été élu aux présidentielles, c’est Sarkozy qu’on a voulu sanctionner. D’entrée il a voulu remettre en cause le pacte de stabilité de l’Europe, imposer un pacte de croissance, en fait il s’est couché devant Merkel et Bruxelles. Dernièrement encore aux Etats-Unis il a fait un marché de dupes. Obama est content de voir la France assurer le rôle de gendarme de l’Afrique mais la France es t toujours désespérément seule ; pas de soutien réel des Etats-Unis ou même de l’Europe (500 hommes peut-être pour toute l’Europe !). Par ailleurs Hollande s ‘est mal embarqué dans un soutien l’accord  de libre échanges avec les Etats Unis (alors que l’Europe traine les pieds)  sans en mesurer toutes les conséquences. Obama a donc toute le raisons de se réjouir.  Tout cela méritait bien une visite d’Etat. Le pacte de responsabilité va malheureusement échouer : trop tard, trop peu, trop complexe (il faut bien donner des gages à la l’ultra gauche sur les contreparties illusoires). Du coup, il faut s’attendre à un nouveau virage début 2015 avec sans doute un pacte sur la relance par la consommation. On repassera de la théorie de l’offre à celle de la demande (notons que c’est quand même la consommation qui a permis de donner une toute petite croissance à la France de 0.3% en 2013 à la France). En fait Hollande ne croit en rien, sauf en lui-même et ses rapports avec le pays, ses pays partenaires et même ses compagnes varient en fonction de ses états d’âme du moment. En dépit de son embonpoint retrouvé, il flotte dans un costume qui n’est pas taillé pour lui. Et pour combler le vide politique, il emballe le tout avec l’enflure sémantique : conseil stratégique de la dépense, conseil stratégique de l’attractivité économique, observatoires des contreparties etc. etc. des formules brillantes mais creuses pour envelopper l’insignifiance et la légèreté.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol