Archive pour le Tag 'léger'

Le pétrole : léger tassement du prix après les envolées

Le pétrole : léger tassement du prix après les envolées

 

Depuis déjà de nombreux semaines pétrole est reparti à la hausse mais récemment il a enregistré une envolée sous l’effet des annonces de reprise économique plus importante que prévue notamment en Chine et aux États-Unis. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a conclu à 66,77 dollars à Londres, en baisse de 17 cents ou 0,25%. A New York, le baril américain de WTI pour le mois de mai a perdu 33 cents ou 0,52% à 63,13 dollars.

La Chine a annoncé vendredi une hausse record de sa croissance économique au premier trimestre (+18,3% sur un an), le rythme d’expansion le plus rapide depuis le début de publications trimestrielles sur le PIB en Chine en 1992. Aux Etats-Unis, les ventes au détail ont bondi de presque 10% en mars, les inscriptions hebdomadaires au chômage sont tombées au plus bas depuis le début de la crise sanitaire et la production industrielle est repartie en nette hausse, selon les données publiées jeudi.

Moral des patrons : très léger mieux en janvier

Moral des patrons : très léger mieux en janvier

L’indicateur synthétique qui reflète ce climat des affaires gagne 1 point par rapport à décembre à 92 points, mais reste encore très inférieur à sa moyenne de longue période qui est de 100, précise l’Institut national des statistiques. « Cette très légère hausse est le reflet d’évolutions différentes suivant les secteurs d’activité en lien avec l’incertitude quant à l’évolution de la situation sanitaire », souligne l’Insee.

Ainsi l’industrie et le commerce de gros connaissent une petite amélioration, tandis que le climat des affaires « fluctue à peine dans les services et le commerce de détail », davantage soumis à des restrictions. Le durcissement et l’élargissement du couvre-feu sur l’ensemble du territoire depuis une semaine devraient à nouveau plomber le moral des commerces.

Dans l’industrie, l’impact de la crise est nettement moins sévère que dans les services. Il reste que beaucoup de sites de production sont menacés et des milliers d’emplois risquent encore d’être détruits dans le sillage des faillites d’entreprises.  Le climat de l’emploi gagne lui aussi un point en janvier par rapport à décembre, à 85 points, quand il était à 105 points avant la crise.

Coronavirus : Macron pour un léger déconfinement

Coronavirus : Macron pour un léger déconfinement

L’épidémie semble nettement ralentir avec notamment ce chiffre lundi de moins de 5000 contaminés par rapport à une moyenne annuelle quotidienne de 21 000 depuis une semaine. Pour autant,  le président va se prononcer pour un léger déconfinement, expression déjà employée par le premier ministre. Théoriquement Macron a promis de donner une vision claire à sa politique. En fait, on va se contenter de donner les étapes pour les très prochaines semaines et il est vraisemblable que le confinement va se prolonger de manière plus allégée jusqu’à l’été.

Dimanche, dans le JDD, le président a levé un coin de voile sur son état d’esprit. «Rien n’est pire que l’incertitude et l’impression d’une morosité sans fin», a-t-il confié. C’est pourquoi «il faut de la cohérence, de la clarté, un cap», et «savoir ensemble où nous allons et comment y aller». Macron reprend la exactement le sentiment général de la population qui constate des contradictions, une opacité et une navigation à vue.

La grande différence avec la période actuelle sera la réouverture des commerces et sous certaines conditions du sport. Pour les commerces,  la réouverture devrait intervenir le 1er décembre. Le sport généralisé devra encore attendre un peu de temps. Les cafés et les restaurants vont demeurer fermer comme les boîtes de nuit ou les salles de sport. Mais on comprend mal que les stades restent fermés à la pratique du sport pour les adultes.

Croissance États-Unis : léger mieux de la confiance des consommateurs

  • Croissance États-Unis : léger mieux de la confiance des consommateurs 
  • . L’indice général de l’université du Michigan qui mesure la confiance des consommateurs aux États-Unis a grimpé à 78,9 points, contre 74,1 points en août. Ce qui est supérieur aux attentes des analystes, puisqu’ils tablaient sur 77 points.
  • En août déjà, les consommateurs américains s’étaient montrés un peu plus optimistes, après s’être inquiétés en juillet de la résurgence du virus dans le pays. L’approche de l’élection présidentielle, qui opposera le 3 novembre le républicain Donald Trump et le démocrate Joe Biden, «a commencé à avoir un impact sur les attentes concernant les perspectives économiques futures», souligne Richard Curtin, l’économiste en chef chargé de cette enquête bimensuelle.

Pétrole : léger repli dû au dollar

Pétrole : léger repli dû au dollar

Un léger repli un peu mécanique provoqué surtout par la remontée du dollar. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a cédé 2,5%, perdant 1,15 dollars, pour finir à 44,43 dollars. A New York, le baril américain de WTI pour octobre a baissé de 2,9% ou 1,25 dollar pour clôturer à 41,51 dollars.

. Le pétrole étant libellé en dollar, une hausse de celui-ci rend l’or noir plus onéreux pour les acheteurs utilisant d’autres devises, ce qui déprime les prix. Le «dollar index», qui calcule la valeur du billet vert face à un panier composé des principales devises, est remonté mardi alors qu’il était tombé la veille à un niveau plus vu depuis plus de deux ans. Vers 15H00 GMT (19H00 à Paris), l’euro perdait lui 0,74% face au billet vert, à 1,1866 dollar.

Dans le même temps, «l’Opep et ses alliés (connus sous le nom de Opep+) semblent toujours avoir le niveau d’offre sous contrôle et, avec leur baisse de production» s’assurer que le marché soit légèrement sous-approvisionné, a expliqué Eugen Weinberg de Commerzbank. Evoquant des données provenant d’une enquête de Bloomberg, il souligne que «l’Opep a plus que dépassé ses objectifs (de baisse de la production), même en tenant compte des ‘retardataires’ comme le Nigeria, l’Irak et l’Angola, qui ont produit plus que ce à quoi ils s’étaient engagés entre mai et juillet». Ceci étant, on ne prévoit pas une remontée du pétrole au-delà de 50 $ pour la fin de l’année.

Léger optimisme sur l’activité économique européenne ?

Léger optimisme sur l’activité économique européenne ?

La question est de savoir si en se rapprochant de l’indice 50 qui délimite la progression de la régression économique l’indice Markit traduit une certaine reprise de l’activité ou un phénomène de rattrapage après la paralysie d’une grande partie de l’appareil de production L’indice mensuel Markit s’affiche à 47,5 points, contre 31,9 points en mai et 13,6 points en avril, ce qui constituait alors la plus forte contraction de l’activité jamais enregistrée. Lorsque le PMI est supérieur à 50 points, cela signifie que l’activité progresse. Elle diminue s’il est inférieur à ce seuil. La France a pour sa part renoué avec l’expansion pour la première fois depuis quatre mois, tout comme le Royaume-Uni qui a enregistré un net rebond.

L’activité du secteur privé a également connu une nette amélioration en juin au Royaume-Uni, avec un ralentissement beaucoup moins marqué que lors des mois précédents, grâce à un début de déconfinement, d’après l’indice PMI flash composite publié mardi.

L’indice est remonté à 47,6 points (mesure finale), note le cabinet IHS Markit. Si l’activité économique témoigne donc encore d’un ralentissement en juin, il est nettement plus léger que lors des trois mois précédents. Le confinement strict tout le mois d’avril s’est traduit par un effondrement de 20,4% du produit intérieur brut (PIB) britannique, un record historique, après un plongeon du PIB de 5,8% en mars. «L’indice PMI est une preuve de plus que le fond a été touché en avril et que l’activité a commencé à repartir en mai et un peu plus encore en juin», commente la maison de recherche Capital Economics.

Parallèlement et même si dans l’immédiat les marchés se concentrent sur les bons indicateurs , «l’inquiétude grandit sur la remontée du nombre de cas de Covid-19, notamment en Amérique latine, en Chine et aux États-Unis», a nuancé Franklin Pichard, directeur de Kiplink Finance.

La situation sanitaire reste en effet très difficile avec neuf millions de contaminations dans le monde, un seuil des 120.000 morts dépassé aux États-Unis et une pandémie de coronavirus qui «continue de s’accélérer», selon l’Organisation mondiale de la Santé.

 

Coronavirus France : nouveau léger tassement

Coronavirus France : nouveau léger tassement

Moins d’hospitalisés et moins de patients en réanimation- Le nombre de malades hospitalisés en France pour une infection au COVID-19 a légèrement diminué en 24 heures, passant de 14.322 à 14.288, soit 34 de moins, tandis que le nombre de patients admis en réanimation reculait de 1.319 à 1.302, a annoncé lundi la Direction générale de la santé (DGS).

En milieu hospitalier, 31 nouveaux décès ont été enregistrés entre dimanche et lundi, portant le bilan à 18.506.

Les données des décès en établissements sociaux et médico-sociaux seront actualisées mardi, a précisé la DGS.

“Demain débutera la deuxième phase du déconfinement. De nouvelles libertés seront alors retrouvées, permettant à la majorité des français de reprendre certaines de leurs habitudes et pratiques quotidiennes”, observe la DGS.

Les “comportements d’aujourd’hui conditionnent la vitesse de l’épidémie et son évolution dans les prochaines semaines”, fait elle par ailleurs remarquer.

Sur son site internet, Santé publique France fait état de 152.091 cas confirmés de contamination, soit 338 de plus par rapport à dimanche.

Coronavirus Espagne: léger tassement mais 20.000 morts en tout

Coronavirus Espagne:  léger tassement mais 20.000 morts en tout

En 24 heures, le nombre de décès a augmenté de 565 pour atteindre 20.043, soit moins que vendredi, qui avait vu le total s’accroître de 585. Le nombre de personnes contaminées a augmenté de plus de 3.500 pour s’établir à 191.726, le deuxième total le plus élevé au monde derrière les Etats-Unis.

En termes de décès, ce sont également les Etats-Unis qui subissent le plus lourd bilan, avec à ce stade plus de 37.000 morts, suivis de l’Italie (23.227). Derrière l’Espagne, il y a la France (18.681) et la Grande-Bretagne (15.464).

le  Parlement va vraisemblablement se prononcer mercredi sur un prolongement du confinement, qui courrait alors jusqu’en mai.

Croissance Chine : un espoir avec le léger rebond des prix à la production en janvier ?

 

 

L’indice des prix à la production a progressé de 0,1 % sur un an en Chine. La question est de savoir si celle-ci est porteuse d’un petit espoir de remonter de la croissance ou au contraire le signe de la détérioration de la compétitivité provoquée, d’une part par la baisse des exportations d’autre part par la montée de l’endettement. Les prix à la production en Chine ont légèrement progressé en janvier, pour la première fois depuis mai 2019, montrent les statistiques officielles publiées lundi, même si la fermeture prolongée des entreprises à cause de l’épidémie de coronavirus signifie que cet élan ne devrait pas durer.

 Par ailleurs, le  tassement enregistré de l’industrie manufacturière s’inscrit dans la tendance baissière de la croissance liée à des facteurs surtout structurels. Les véritables effets du virus chinois ne se feront sans doute sentir qu’à partir de février. En effet, l’activité dans le secteur manufacturier en Chine a progressé en janvier mais à son rythme le plus faible en cinq mois. En cause évidemment,  le ralentissement mondial qui pèse sur l’usine du monde mais aussi des problèmes structurels  internes notamment d’endettement. En clair nombre d’unités de production sont portées à bout de bras par la banque centrale qui vient d’ailleurs de décider d’injecter encore 174 milliards de dollars. Avant la crise du virus chinois, on avait constaté un certain redressement de l’industrie manufacturière.

L’indice PMI manufacturier calculé par Caixin/Markit s’était  établi à 51,1 le mois dernier, contre 51,5 en décembre. Il est inférieur au consensus, qui anticipait un indice à 51,3, mais reste pour un sixième mois consécutif au-dessus du seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l’activité.

Ces statistiques, essentiellement basées sur les PME tournées vers l’export, sont légèrement plus optimistes que les données officielles communiquées depuis notamment la déclaration du virus

L’indice des prix à la production (PPI) a progressé le mois dernier de 0,1% en rythme annuel, une hausse conforme au consensus, après un déclin de 0,5% en décembre.

L’indice des prix à la consommation (CPI) a progressé en janvier de 5,4% en rythme annuel, à son rythme le plus élevé depuis octobre 2011, après une hausse de 4,5% en décembre. Le consensus anticipait une progression de 4,9%.

 

Croissance Japon: Léger rebond de l’inflation en mars mais croissance atone

Croissance Japon: Léger rebond de l’inflation en mars mais croissance atone

Une très légère hausse des prix de 0,1 % en mars qui ne suffit pas pour manifester une hausse durable conforme à la prévision qui traduirait une reprise de la croissance aujourd’hui en berne. L’indice national des prix à la consommation (CPI), qui inclut les produits pétroliers mais exclut les produits alimentaires les plus sensibles aux variations passagères, produits frais notamment, a augmenté de 0,8% le mois dernier en rythme annuel, légèrement au-dessus de la prévision médiane qui donnait une progression de 0,7% identique à celle de février. Ce n’est pas cette petite évolution qui remet en cause les tendances baissières de la croissance. Ainsi  jamais depuis  juillet 2016,  les exportations n’ont été aussi basses. Signe de l’atonie de l’activité économique mondiale, le secteur manufacturier au Japon s’est contractée en avril pour le troisième mois consécutif, sous l’effet d’un ralentissement des nouvelles commandes à l’exportation dont dépend fortement l’économie nippone, montrent les résultats préliminaires publiés jeudi de l’enquête réalisée par Markit/Nikkei auprès des directeurs d’achats. La version “flash” de l’indice PMI manufacturier s’est établi à 49,5 en avril en données corrigées des variations saisonnières, marquant un léger rebond par rapport à mars (49,2 en lecture définitive) mais restant pour un troisième mois consécutif sous le seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l’activité. “Le secteur manufacturier japonais s’est enlisé au début du deuxième trimestre à cause de facteurs ayant empêché toute croissance, tels que les relations sino-américaines et les inquiétudes liées à la croissance en Chine”, souligne Joe Hayes, économiste chez IHS Markit, le cabinet d’études qui réalise l’enquête. Symbole des dangers qui menacent l’économie japonaise, le déclin des nouvelles commandes à l’exportation, tombées à un plus bas depuis juillet 2016, à 47,1 après 48,1 en lecture définitive en mars. Aux yeux de nombreux analystes, il est nécessaire que les Etats-Unis et la Chine parviennent à conclure enfin un accord commercial pour alléger les pressions qui pèsent sur l’économie japonaises. Les deux pays sont les deux premiers marchés du Japon à l’exportation. La faiblesse de l’inflation n’est que le reflet du tassement de l’activité. Hors énergie, l’inflation de base a progressé de 0,4% en mars sur un an, comme le mois précédent, attestant de la faiblesse des pressions inflationnistes. Ces statistiques accentuent les craintes de voir l’inflation de base stagner, voire fléchir, dans les mois qui viennent du fait de la baisse des prix pétroliers. Un tel scénario pourrait contraindre la BoJ à prendre des mesures pour soutenir les prix.

Chine : léger tassement de la croissance du secteur manufacturier

Chine : léger tassement de la croissance du secteur manufacturier

La croissance du secteur manufacturier chinois a légèrement ralenti ce mois-ci, conformément aux attentes, en raison notamment des mesures prises dans le cadre de la lutte contre la pollution atmosphérique et du tassement du marché de l‘immobilier. L‘indice PMI des directeurs d‘achat du secteur manufacturier s‘est établi à 51,6 en décembre après 51,8 en novembre, revenant à son niveau d‘octobre. Ce chiffre est conforme aux prévisions des économistes interrogés par Reuters, qui s‘attendaient à un tel tassement après l‘accélération surprise d‘octobre. La croissance a en revanche continué à se raffermir dans le secteur tertiaire en décembre. L‘indice PMI des services s‘est établi à 55,0, contre 54,8 en novembre.

Emploi : un léger mieux

 

Emploi : un léger mieux

L’INSEE constate que le niveau de chômage est toujours élevé avec un taux de l’ordre de 10 % de la population active soit au moins 3 millions de personnes. L’institut statistique note cependant une légère amélioration en 2015 et 2017. À ce rythme il faudrait encore une quinzaine d’années pour résorber le stock de chômeurs. Après les 124.000 créations nettes enregistrées en 2015, la tendance se confirme en 2016, avec 255.000 créations nettes recensées par l’Insee dans l’édition 2017 de l’Insee Références Emploi, chômage, revenus du travail*. Cette amélioration ne relève que de l’emploi salarié pour ces deux années, alors que c’est l’emploi non-salarié qui avait surtout progressé sur les années 2010-2013, porté notamment par la montée en puissance du statut d’auto-entrepreneurs. Cette évolution est liée au fait que l’augmentation du coût du travail a ralenti, selon l’Insee. «Jusqu’en 2012, son évolution moyenne était proche de + 3 % par an. Le coût du travail n’augmente depuis 2013 que d’un peu plus de 1 % par an», en raison notamment du CICE, du Pacte de responsabilité et de solidarité (PRS) et de la prime à l’embauche dans les PME. Ces mesures ont «favorisé l’enrichissement de la croissance en emploi», selon l’Insee. Résultat, le chômage a baissé en 2016. C’est même la première baisse du taux de chômage annuel depuis 2009. Il s’établit à 10,1% de la population active au sens du BIT en France, après avoir augmenté de 2,1 points de 2007 à 2016. Cela représente 3,0 millions de personnes au chômage. Les chiffres de l’Insee varient de ceux de Pôle emploi, qui comptabilise différemment les demandeurs d’emploi, comme nous vous l’expliquons dans notre tableau de bord du chômage mis à jour chaque mois.

 

Confiance ménages: léger progrès ?

 Confiance  ménages: léger progrès ? 

Du mieux mais les Français estiment qu’il est préférable d’épargner. La confiance des ménages a légèrement progressé en janvier , les Français étant plus optimistes sur l’évolution de leur situation financière et moins pessimistes sur le chômage, selon des données publiées vendredi par l’Insee. L’indicateur synthétisant cette confiance s’inscrit à 100 pour janvier, un niveau conforme aux attentes des économistes (100) interrogés par Reuters et en hausse d’un point par rapport à décembre. Il revient ainsi sur le niveau de sa moyenne de longue période, qu’il n’avait pas atteint depuis octobre 2007. Il avait plongé entre temps jusqu’à 80 au printemps 2013. L’enquête de janvier fait apparaître une nette amélioration de l’opinion des ménages sur leur situation financière personnelle future, qui retrouve elle aussi le niveau de sa moyenne de longue période pour la première fois depuis septembre 2007. Leurs craintes sur le chômage reculent de trois points et accentuent le repli marqué constaté depuis novembre, se situant à un plus bas depuis juin 2008. Malgré cette embellie, les ménages sont plus nombreux qu’en décembre à estimer qu’il est opportun d’épargner et la proportion de ceux qui estiment qu’il est opportun de faire des achats importants est quasi stable pour le cinquième mois consécutif.

Consommation des ménages : léger recul en avril

Consommation des ménages : léger recul en avril

 

 

Ce léger recul de la consommation des ménages en avril pourrait préfigurer un tassement de la croissance, une croissance en France essentiellement portée  par cette consommation. Une tendance qui après les chiffres très satisfaisants de la croissance pour le premier trimestre qui pourrait annoncer un tassement pour le second surtout avec les conséquences des conflits et autres blocages dus aux protestations contre la loi travail. Un recul de 0,1% sur un mois, sous l’effet d’un net ralentissement des dépenses en énergie et des achats de biens durables ainsi que d’un fort recul de la consommation alimentaire, selon les données publiées lundi par l’Insee. Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une hausse de 0,1% de ces dépenses le mois dernier. L’Insee a revu en nette hausse l’évolution de mars, qui s’établit désormais à +1,1% contre +0,2% précédemment. La progression des dépenses de consommation des ménages en biens sur l’ensemble du premier trimestre a en revanche été abaissée, avec un rebond de 1,4% contre 1,7% précédemment. L’Insee précise que « l’ampleur de ces révisions est habituelle à ce moment de l’année », du fait d’un calage avec les comptes annuels provisoires de l’année précédente ainsi que de la mise à jour des coefficients utilisés pour ajuster les calculs (CVS et CJO, notamment). En avril, les dépenses en énergie se sont inscrites en hausse pour un quatrième mois consécutif mais elles ont nettement ralenti, affichant une hausse de 0,9% contre 4,4% en mars. La consommation de biens durables a elle aussi nettement décéléré le mois dernier, avec une progression de 0,4% après deux mois de nette hausse (+1,4% en février, +2,1% en mars). Ce ralentissement résulte principalement du recul des achats d’automobiles (−0,8% après +1,1%), alors que les dépenses en équipement du logement sont restées dynamiques (+2,3% après +4,0%). Les dépenses d’habillement ont renoué avec une légère croissance en avril (+0,2% après −0,3% en mars), sous l’effet notamment d’un rebond des achats de chaussures. La consommation de produits alimentaires a nettement reculé le mois dernier, avec une baisse de 1,2% après la quasi-stabilité de mars (-0,1%). L’Insee impute principalement ce recul à une nouvelle baisse de la consommation de viande et à un repli des dépenses en boissons et tabac. Les achats de biens représentent près de la moitié de la consommation totale des ménages, qui contribue à son tour à un peu plus de la moitié du produit intérieur brut français.

(Avec Reuters)

Croissance France : léger mieux

Croissance France : léger mieux

Un léger mieux avec cette augmentation de 0,1 % par rapport aux prévisions initiales concernant la croissance du premier trimestre La croissance du produit intérieur brut (PIB) a atteint 0,5% au premier trimestre en France, soit mieux que les 0,4% prévus, selon une première estimation publiée ce vendredi par l’Institut national de la statistique (Insee). Une évolution qui s’y est de produisez permettrait d’atteindre les 1,5 % retenus pour 2016 par le gouvernement. Ce chiffre, en hausse par rapport au dernier trimestre 2015 (+0,3%), s’explique notamment par un rebond de la consommation des ménages, qui a connu sa plus forte augmentation depuis fin 2004 (+1,2%), selon un communiqué.
 

(AFP)

 

Chine : Très léger rebonddu secteur manufacturier

Chine : Très léger rebond  du  secteur manufacturier

Le secteur manufacturier sœur légèrement du rouge, ce n’est pas encore le Pérou mais c’est mieux que les reculs réguliers enregistrés depuis un an. Reste à savoir si ce léger frémissement va ou non changer la tendance structurelle pour les mois à venir. L’activité manufacturière a renoué contre toute attente avec la croissance au mois de mars après douze mois de contraction, selon l’indice officiel des directeurs d’achat (PMI) du secteur publié vendredi. Il s’est établi à 50,2, mieux que les 49,0 de février et que les 49,3 attendus par les économistes. L’indice revient ainsi au-delà de la barre de 50 qui sépare la croissance de la contraction sur une base mensuelle.  L’activité dans le secteur des services s’est développée en mars à un rythme supérieur à celui de février, montre l’indice officiel des directeurs d’achats publié vendredi. L’indice a atteint 53,8 le mois dernier contre 52,7 en février et il est bien supérieur au seuil de 50 qui sépare la croissance de la contraction.

 

(Reuters)

Créations d’entreprises: très léger recul en février

Créations d’entreprises très léger recul en  février

Les créations d’entreprise ont été quasi-stables en février, reculant de 0,1% après avoir progressé les deux mois précédents, a annoncé jeudi l’Insee. Sur l’ensemble du mois, 46.220 entreprises ont été créées, contre 46.269 en janvier.   »Le repli des créations d’entreprises classiques hors micro-entrepreneurs (-1,7%) est compensé par une nouvelle hausse des immatriculations de micro-entrepreneurs (+2,2%) », indique l’Institut national des statistiques et des études économiques. L’Insee emploie le terme de « micro-entrepreneurs » pour désigner les « auto-entrepreneurs ».  Dans le détail, les créations ont augmenté dans le secteur du transport et de l’entreposage (+5,7%) et celui des activités financières et d’assurance (+7,4%). Elles ont baissé dans l’industrie, en particulier dans l’industrie manufacturière (-7,5%), dans l’enseignement, la santé et l’action sociale (-3,2%) et dans les services aux personnes (-3%).  Le nombre cumulé de créations durant les douze derniers mois, en données brutes, a reculé de 2,1%, en raison « du fort repli des immatriculations de micro-entrepreneurs » (-19%).   Le statut d’auto-entrepreneur, entré en vigueur en 2009, permet aux salariés, chômeurs, retraités ou étudiants de développer une activité à titre principal ou complémentaire pour accroître leurs revenus, avec des démarches simplifiées et un régime fiscal avantageux.

(AFP)

Japon : léger tassement de la croissance de l’industrie

Japon : léger tassement de la croissance de l’industrie

Les résultats de l’activité manufacturière du Japon sont encore satisfaisants même si la croissance se passe un peu. La Banque du Japon est toutefois inquiète de la baisse des prix à la production, première baisse depuis trois ans. Le Japon espère toutefois sortir de la déflation avec une petite croissance cette année mais une croissance qui est menacée  par la baisse de son commerce international notamment avec la Chine. Le rythme de croissance de l’activité manufacturière au Japon a légèrement ralenti en janvier mais reste solide, alors que les entrées de commandes à l’exportation ont accéléré, montrent vendredi les résultats préliminaires de l’enquête auprès des directeurs d’achat du secteur. L’indice PMI Markit/Nikkei est tombé en janvier à 52,4 en version « flash » contre 52,6 en décembre. Pour le neuvième mois d’affilée, il reste supérieur au seuil de 50 qui sépare la contraction de la croissance de l’activité. Le sous-indice des entrées de commandes à l’export grimpe à 52,6 contre 52,2 en décembre mais celui des nouvelles commandes, qui regroupe à la fois l’export et les commandes intérieures – tombe à 52,7 contre 54,2, ce qui indique un probable ralentissement de la demande intérieure. Les prix à la production ont sans doute baissé au Japon pour la première fois en plus de trois ans en raison de la baisse du prix des ressources de base, du pétrole en particulier, ce qui risque de poser des problèmes au gouvernement et à la Banque du Japon qui cherchent à sortir définitivement le pays de la déflation.

Le déficit commercial français : « léger mieux »

Le déficit commercial français : « léger mieux »

Le déficit commercial français va encore s’améliorer en 2015 après les bons résultats de novembre ;  sur un an le déficit toujours important passerait à environ 45 milliards au lieu de 54 l’année précédente. Le déficit commercial de la France s’est en effet  réduit en novembre de 300 millions d’euros pour s’établir à 4,6 milliards d’euros, grâce à un rebond des exportations après « trois mois en retrait », ont annoncé les Douanes dans un communiqué. « Les exportations rebondissent vivement (+3,0%, après -0,2% en octobre), tandis que les importations prolongent leur hausse (+2,0% après +2,4% en octobre) », expliquent les Douanes qui ont révisé à la hausse le déficit pour le mois d’octobre, à -4,9 milliards d’euros contre -4,6 milliards annoncés auparavant. Le dernier excédent commercial annuel français remonte à… 2002.

Industrie manufacturière : léger mieux en décembre

Industrie manufacturière : léger mieux en décembre

 

L’indice du secteur est ressorti à 51,4, en progression sensible par rapport à novembre (50,6) mais un peu en retrait par rapport à sa première estimation (51,6). Il s’inscrit pour le quatrième mois consécutif au-dessus de la barre de 50, qui sépare croissance et contraction de l’activité. Les chefs d’entreprise interrogés font état d’une hausse de leur production pour le quatrième mois d’affilée, mais à un rythme qui reste modéré. La croissance des nouvelles commandes enregistre son plus haut niveau depuis avril 2014 même si elle reste elle aussi modérée. Les entreprises du secteur manufacturier ont signalé en outre une hausse de leurs arriérés de production et une reprise de l’emploi après vingt mois consécutifs de baisse.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol