Archive pour le Tag 'L’économie'

Page 4 sur 7

Quel scénario pour l’économie et la bourse

Quel scénario pour l’économie et la bourse

Après le spectaculaire rebond des Bourses, quelles perspectives apparaissent pour la suite s’interroge, dans sa chronique, Didier Saint-Georges, membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac. (Chronique dans le Monde)

Par Didier Saint-Georges(Membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac)

 

Il y a un an presque jour pour jour, les marchés d’actions perdaient de l’ordre de 40 % en tout juste un mois. Cet effondrement qui ravivait pour les investisseurs les souvenirs de l’automne 2008 reflétait la décision prise par de nombreux pays de tenter de contenir la propagation du tout nouveau coronavirus en mettant à l’arrêt 70 % à 80 % de leur activité économique. 

Mais pour protéger « l’essentiel » du secteur privé, entreprises comme particuliers, des conséquences du séisme économique qu’ils avaient déclenché, les gouvernements concernés, assumant leurs responsabilités, lançaient immédiatement avec l’appui des banques centrales des plans de soutien financiers hors normes.

Ce soutien « quoi qu’il en coûte » contrastait de façon spectaculaire avec le traitement de la grande crise financière douze ans plus tôt, quand les gouvernements s’étaient déclarés largement démunis du fait de leur situation financière précaire, et avaient confié aux banques centrales l’essentiel de la mission de sauvetage.

Les marchés ne s’y trompèrent pas et saluèrent ce va-tout des pouvoirs publics d’un rebond bien plus rapide qu’après la crise de 2008. Aussi, l’indice CAC40 a aujourd’hui pratiquement retrouvé son niveau de février 2020, date à laquelle il renouait tout juste, après douze années de progrès laborieux, avec ses niveaux (dividendes exclus) d’avant crise de 2008. Et cette performance n’est rien en comparaison de celle affichée par d’autres indices actions.

Ainsi, amplifié dans sa phase finale par le déploiement tant attendu de solutions vaccinales à la pandémie, puis aux Etats-Unis par des plans de relances superlatifs promis par la nouvelle administration Biden, l’indice des actions américaines S&P 500 a retrouvé ses niveaux de février dès le mois d’août 2020, et a encore progressé de plus de 17 % depuis.

Le sursaut des marchés d’actions a donc été très spectaculaire, mais il s’explique rationnellement. Mais si maintenant nous continuons de tirer le fil de cette évolution somme toute logique, quelles perspectives apparaissent pour la suite de l’histoire ?

 

Pour tenter de répondre à cette question, il faut d’abord observer que l’année passée n’a en réalité constitué qu’un nouveau mini-cycle économique, classique dans ses différentes séquences, mais dont l’évolution a été extrêmement violente et resserrée sur seulement douze mois, au lieu des deux à trois années d’un cycle normal. La dynamique interne des indices est alors éclairante. 

Depuis le point bas du mois de mars 2020, l’anticipation de la reprise économique à partir d’un niveau abyssal a d’abord permis aux secteurs cycliques de rebondir, tout en demeurant bienveillants à l’égard des secteurs de croissance compte tenu des incertitudes et du niveau d’activité effectif encore très faible.

Puis, beaucoup plus rapidement qu’à l’accoutumée, le cycle est passé à sa deuxième phase, celle où les marchés commencent à anticiper une amplification du rebond, avec son cortège d’interrogations sur ses conséquences en termes d’inflation et, par suite, de resserrement des politiques monétaires.

Aux Etats-Unis surtout, les progrès dans le programme de vaccination et la perspective d’un plan de soutien budgétaire sans précédent de 1 900 milliards de dollars (1 595 milliards d’euros), qui sera vraisemblablement suivi dans l’année d’un plan de relance du même ordre de grandeur, ont mis sous anabolisants les anticipations de croissance économique. Les marchés obligataires ont donc commencé à se détériorer, et côté actions, la surperformance des secteurs cycliques s’est accentuée pour les plus favorisés par ce moment du cycle, comme le secteur financier, l’énergie et les matériaux. Nous en sommes là et, dès lors, deux scénarios principaux se présentent pour la suite du cycle.

Le premier scénario est celui du basculement inexorable vers la troisième phase classique d’un cycle, celle où l’économie produit ses propres antidotes aux risques de surchauffe : une hausse des taux d’intérêt obligataires (éventuellement conjuguée à une hausse des taux directeurs des banques centrales) qui agit comme un ralentisseur de la croissance et de l’inflation.

 

Pendant cette période la hausse des taux d’intérêt conjuguée au ralentissement économique constitue un cocktail peu engageant à la fois pour les investisseurs obligataires et actions. C’est le moment où il est bien difficile de faire mieux que des liquidités précieusement conservées à l’abri des caprices du marché. « Cash is king » (« l’argent liquide est roi ») est typiquement le mot d’ordre pendant cette phase. C’est par exemple la situation à laquelle ont été confrontés les investisseurs en 2018. 

Mais l’année 2021 ne laisse-t-elle pas la place à un autre scénario ?

Ne peut-on considérer que « cette fois, c’est différent » ? En effet, le volontarisme des pouvoirs publics est sans précédent. L’administration Biden n’est-elle pas ainsi à l’aube de la mise en place d’un régime de croissance tiré par des dépenses publiques durablement hors normes, bien davantage guidées par l’impératif sociétal de réduire des inégalités ayant atteint des niveaux explosifs, que contraintes par le souci orthodoxe d’équilibre des finances publiques ?

Dans ce cas, la volonté politique pourrait être plus forte que les ralentisseurs des taux d’intérêt, a fortiori si les banques centrales continuent de contrôler ces derniers, et la croissance pourrait peut-être atteindre la fameuse « vitesse d’échappement », capable d’éviter la rechute (au moins pour quelque temps) dans la phase de ralentissement, à la façon dont un satellite atteint la vitesse suffisante pour quitter sa trajectoire orbitale ?

Ce scénario, qui repose sur des hypothèses très fortes et de nature politique, est difficile à concevoir aujourd’hui. Mais il ne peut être totalement exclu tant l’agenda politico-économique, en tout cas aux Etats-Unis, évoque davantage aujourd’hui l’emballement des dépenses budgétaires de la fin des années 1960 que la brève relance de 2016.

 

Devant une telle incertitude, la solution d’une classique diversification réductrice de risques peut être tentante pour les investisseurs. 

Mais une autre approche mérite d’être envisagée, consistant à détenir en portefeuille des actifs positionnés aux deux extrêmes de l’alternative : d’un côté des valeurs très cycliques, idéalement placées pour profiter du scénario d’une croissance qui atteindrait sa « vitesse d’échappement » ; d’un autre côté des valeurs à très forte visibilité, ainsi même que de simples liquidités, pour amortir le risque d’une piteuse retombée sur terre. Ce type de construction de portefeuille [investir sur les extrêmes] est connu sous le nom de « barbell » dans le jargon des marchés. Il fait partie de la panoplie des outils de gestion des risques reconnus en période de grande incertitude.

 

Didier Saint-Georges(Membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac) 

Quel scénario pour l’économie et la bourse

Quel scénario pour l’économie et la bourse

Après le spectaculaire rebond des Bourses, quelles perspectives apparaissent pour la suite s’interroge, dans sa chronique, Didier Saint-Georges, membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac. (Chronique dans le Monde)

Par Didier Saint-Georges(Membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac)

 

Il y a un an presque jour pour jour, les marchés d’actions perdaient de l’ordre de 40 % en tout juste un mois. Cet effondrement qui ravivait pour les investisseurs les souvenirs de l’automne 2008 reflétait la décision prise par de nombreux pays de tenter de contenir la propagation du tout nouveau coronavirus en mettant à l’arrêt 70 % à 80 % de leur activité économique. 

Mais pour protéger « l’essentiel » du secteur privé, entreprises comme particuliers, des conséquences du séisme économique qu’ils avaient déclenché, les gouvernements concernés, assumant leurs responsabilités, lançaient immédiatement avec l’appui des banques centrales des plans de soutien financiers hors normes.

Ce soutien « quoi qu’il en coûte » contrastait de façon spectaculaire avec le traitement de la grande crise financière douze ans plus tôt, quand les gouvernements s’étaient déclarés largement démunis du fait de leur situation financière précaire, et avaient confié aux banques centrales l’essentiel de la mission de sauvetage.

Les marchés ne s’y trompèrent pas et saluèrent ce va-tout des pouvoirs publics d’un rebond bien plus rapide qu’après la crise de 2008. Aussi, l’indice CAC40 a aujourd’hui pratiquement retrouvé son niveau de février 2020, date à laquelle il renouait tout juste, après douze années de progrès laborieux, avec ses niveaux (dividendes exclus) d’avant crise de 2008. Et cette performance n’est rien en comparaison de celle affichée par d’autres indices actions.

Ainsi, amplifié dans sa phase finale par le déploiement tant attendu de solutions vaccinales à la pandémie, puis aux Etats-Unis par des plans de relances superlatifs promis par la nouvelle administration Biden, l’indice des actions américaines S&P 500 a retrouvé ses niveaux de février dès le mois d’août 2020, et a encore progressé de plus de 17 % depuis.

Le sursaut des marchés d’actions a donc été très spectaculaire, mais il s’explique rationnellement. Mais si maintenant nous continuons de tirer le fil de cette évolution somme toute logique, quelles perspectives apparaissent pour la suite de l’histoire ?

 

Pour tenter de répondre à cette question, il faut d’abord observer que l’année passée n’a en réalité constitué qu’un nouveau mini-cycle économique, classique dans ses différentes séquences, mais dont l’évolution a été extrêmement violente et resserrée sur seulement douze mois, au lieu des deux à trois années d’un cycle normal. La dynamique interne des indices est alors éclairante. 

Depuis le point bas du mois de mars 2020, l’anticipation de la reprise économique à partir d’un niveau abyssal a d’abord permis aux secteurs cycliques de rebondir, tout en demeurant bienveillants à l’égard des secteurs de croissance compte tenu des incertitudes et du niveau d’activité effectif encore très faible.

Puis, beaucoup plus rapidement qu’à l’accoutumée, le cycle est passé à sa deuxième phase, celle où les marchés commencent à anticiper une amplification du rebond, avec son cortège d’interrogations sur ses conséquences en termes d’inflation et, par suite, de resserrement des politiques monétaires.

Aux Etats-Unis surtout, les progrès dans le programme de vaccination et la perspective d’un plan de soutien budgétaire sans précédent de 1 900 milliards de dollars (1 595 milliards d’euros), qui sera vraisemblablement suivi dans l’année d’un plan de relance du même ordre de grandeur, ont mis sous anabolisants les anticipations de croissance économique. Les marchés obligataires ont donc commencé à se détériorer, et côté actions, la surperformance des secteurs cycliques s’est accentuée pour les plus favorisés par ce moment du cycle, comme le secteur financier, l’énergie et les matériaux. Nous en sommes là et, dès lors, deux scénarios principaux se présentent pour la suite du cycle.

Le premier scénario est celui du basculement inexorable vers la troisième phase classique d’un cycle, celle où l’économie produit ses propres antidotes aux risques de surchauffe : une hausse des taux d’intérêt obligataires (éventuellement conjuguée à une hausse des taux directeurs des banques centrales) qui agit comme un ralentisseur de la croissance et de l’inflation.

 

Pendant cette période la hausse des taux d’intérêt conjuguée au ralentissement économique constitue un cocktail peu engageant à la fois pour les investisseurs obligataires et actions. C’est le moment où il est bien difficile de faire mieux que des liquidités précieusement conservées à l’abri des caprices du marché. « Cash is king » (« l’argent liquide est roi ») est typiquement le mot d’ordre pendant cette phase. C’est par exemple la situation à laquelle ont été confrontés les investisseurs en 2018. 

Mais l’année 2021 ne laisse-t-elle pas la place à un autre scénario ?

Ne peut-on considérer que « cette fois, c’est différent » ? En effet, le volontarisme des pouvoirs publics est sans précédent. L’administration Biden n’est-elle pas ainsi à l’aube de la mise en place d’un régime de croissance tiré par des dépenses publiques durablement hors normes, bien davantage guidées par l’impératif sociétal de réduire des inégalités ayant atteint des niveaux explosifs, que contraintes par le souci orthodoxe d’équilibre des finances publiques ?

Dans ce cas, la volonté politique pourrait être plus forte que les ralentisseurs des taux d’intérêt, a fortiori si les banques centrales continuent de contrôler ces derniers, et la croissance pourrait peut-être atteindre la fameuse « vitesse d’échappement », capable d’éviter la rechute (au moins pour quelque temps) dans la phase de ralentissement, à la façon dont un satellite atteint la vitesse suffisante pour quitter sa trajectoire orbitale ?

Ce scénario, qui repose sur des hypothèses très fortes et de nature politique, est difficile à concevoir aujourd’hui. Mais il ne peut être totalement exclu tant l’agenda politico-économique, en tout cas aux Etats-Unis, évoque davantage aujourd’hui l’emballement des dépenses budgétaires de la fin des années 1960 que la brève relance de 2016.

 

Devant une telle incertitude, la solution d’une classique diversification réductrice de risques peut être tentante pour les investisseurs. 

Mais une autre approche mérite d’être envisagée, consistant à détenir en portefeuille des actifs positionnés aux deux extrêmes de l’alternative : d’un côté des valeurs très cycliques, idéalement placées pour profiter du scénario d’une croissance qui atteindrait sa « vitesse d’échappement » ; d’un autre côté des valeurs à très forte visibilité, ainsi même que de simples liquidités, pour amortir le risque d’une piteuse retombée sur terre. Ce type de construction de portefeuille [investir sur les extrêmes] est connu sous le nom de « barbell » dans le jargon des marchés. Il fait partie de la panoplie des outils de gestion des risques reconnus en période de grande incertitude.

 

Didier Saint-Georges(Membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac) 

L’économie française stagne

 

Alors que la Chine affiche une croissance insolente, que le redémarrage est clairement amorcé aux États-Unis et ailleurs, l’activité patine en France. En fait, on aura du mal à atteindre l’objectif de 4 % pour la croissance en 2021. Le premier trimestre comme le suivant sera assez mauvais avec une progression du PIB de seulement 1 % pour chaque trimestre.

La responsabilité incombe à la crise sanitaire qui effectivement perturbe encore nombre de secteurs. À noter que les États-Unis prévoient une reprise de près de 8 % pour la croissance en 2021 ce qui annulerait les pertes de 2020. En cause sans doute le volontarisme du nouveau gouvernement et de Biden  avec l’énorme plan de relance de près de 2000 milliards déjà précédés de plans de soutien et qui seront suivies d’autres. À comparer évidemment à la petite centaine de milliards du plan de relance de la France et en plus qui s’étale souvent sur plusieurs années.. Selon l’Insee ce jeudi 11 mars, l’activité économique se situerait à environ -4% en deça de son niveau d’avant-crise au cours du premier trimestre.

« Au delà du quatrième 2020, les indicateurs continuent de porter l’empreinte de la crise sanitaire. Les mesures d’endiguement ont été particulièrement sévères en Allemagne ou au Royaume-uni avec une chute importante du commerce de détail. Il existe encore une forte dichotomie entre l’industrie et les services en ce début d’année. Il y a davantage d’inquiétudes exprimées dans les services pour des raisons sanitaires » a expliqué le chef du département de la conjoncture Julien Pouget lors d’un point presse.  »L’Insee table sur une reprise progressive de l’activité dans l’industrie et une réouverture dans quelques secteurs dans les services pour le second trimestre. »

 La croissance trimestrielle au second trimestre serait de l’ordre aussi de 1%. . en clair on sera près de 5 % en dessous du niveau de fin 2019. Autant dire qu’il faut s’attendre à des vagues de faillites et de licenciements.

La déconnexion des marchés financiers par rapport à l’économie

La déconnexion des marchés financiers par rapport à l’économie

 

L’économiste Christophe Boucher remarque, dans une tribune au « Monde », que les services – qui représentent la majeure partie de l’économie et des emplois – ont plus souffert que l’industrie, dont la résilience a été saluée par les investisseurs, source traditionnelle de leur financement.

Tribune. Les économies développées ont connu la plus forte contraction de l’activité depuis au moins la seconde guerre mondiale, alors même que les marchés financiers affichaient des performances record (pour les actions) et une quiétude insolente (pour les obligations). Les nouvelles mesures de restriction quelles qu’elles soient, depuis cet automne jusqu’à aujourd’hui, n’ont rien changé : les marchés semblent devenus indolores aux mauvaises nouvelles économiques.

Les marchés financiers sont-ils réellement complètement déconnectés de l’économie réelle ? Seraient-ils devenus un vaste casino animé par des investisseurs insensibles à la mise sous cloche de plusieurs secteurs d’activité (tourisme, hôtellerie, loisirs, spectacles, bars-restaurants, etc.) ? Mais les marchés ne sont pas l’économie, ou plus précisément les marchés financiers ne sont pas un indicateur fiable de la santé économique globale à un instant donné.

D’abord, et c’est bien connu, les marchés ont tendance à être prospectifs. Les investisseurs avaient déjà en partie intégré ce qui allait être une chute cataclysmique de l’activité. La dégradation des conditions de marché a été significative dès février 2020. Mais par la suite, ils ont anticipé une reprise économique relativement rapide post-confinement.

Ensuite, les marchés et l’économie ont été soutenus par l’action inédite des politiques monétaires et budgétaires alors que l’économie mondiale est déjà plus résiliente qu’il y a dix ans (moins d’investissements risqués financés à crédit et de meilleurs bilans grâce à une régulation renforcée). Il s’agit ainsi de la première récession et crise financière où la masse monétaire augmente rapidement sous l’effet des mesures de relance et d’une épargne forcée par une consommation contrainte.

Avec la levée des restrictions durant l’été, l’épargne disponible a permis un rebond de l’activité, manufacturière en particulier, assez fort et beaucoup plus rapide qu’anticipé par les économistes.

Bien entendu, les marchés ont été également tirés par les grands gagnants économiques de cette pandémie : les Big Tech (Apple, Amazon, Facebook, Google, Tencent, Alibaba), et plus généralement, le secteur de la technologie.

La crise a en effet accéléré la numérisation du travail (télétravail, e-commerce) et des loisirs (jeux vidéo, plates-formes de streaming, réseaux sociaux, etc.). Cela explique d’ailleurs pourquoi les marchés boursiers européens, peu dotés en géants technologiques, ont affiché des performances inférieures aux marchés américains et asiatiques.

La décarbonation pour dynamiser l’économie ?

La décarbonation pour dynamiser l’économie ?

 

La sociologue,Dominique Méda, plaide, dans sa chronique au Monde pour « un vaste programme décennal de rénovation des bâtiments publics et privés ».

Pendant que les commissions compétentes de l’Assemblée nationale s’apprêtent à discuter des mesures de la loi Climat et résilience – jugées unanimement insuffisantes –, les alertes des institutions les plus sérieuses se succèdent. Le 11 janvier, l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) publiait une note intitulée « Croissance sans croissance économique », qui rappelait les trois points suivants : la « grande accélération » actuelle de la perte de biodiversité, du changement climatique, de la pollution et de la perte de capital naturel est étroitement liée à la croissance économique ; le découplage entre les premiers et la seconde est probablement impossible ; la décroissance ou la postcroissance sont des alternatives à envisager sérieusement.

Le 2 février, l’économiste Partha Dasgupta présentait, devant la Royal Academy britannique, un rapport consacré à l’évolution de la biodiversité, dans lequel il constatait que l’humanité se trouve à un véritable tournant et appelait à « réencastrer l’économie dans la biosphère ». Quelques jours plus tard, le directeur de l’AEE, Hans Bruyninckx, employait exactement ces mêmes termes lors des journées consacrées par l’Institut syndical européen à la nécessité d’un nouveau contrat social-écologique, réunissant des dizaines de chercheurs, partenaires sociaux et responsables politiques. L’ensemble de ces travaux prenait d’une certaine façon acte des résultats scientifiques mettant en évidence que la croissance verte est un mythe et que nous devons reconstruire nos économies et apprendre à produire autrement (« Is Green Growth Possible ? », Jason Hickel & Giorgos Kallis, New Political Economy, 17 avril 2019).

Renoncer à ce mythe devrait nous permettre de gagner un temps précieux et d’organiser dès maintenant le changement de cap et la bifurcation nécessaires. Car nous savons ce qu’il faut faire : nous devons investir immédiatement, massivement et sans relâche dans la reconversion écologique de notre économie – la vraie, la matérielle – de manière à continuer à satisfaire nos besoins sociaux dans des limites environnementales strictes.

Un tel investissement, qui accroîtra certes notre endettement mais permettra de transmettre aux générations futures un monde habitable, est non seulement une exigence, mais c’est aussi une bonne nouvelle. Car nous savons que les secteurs dans lesquels il nous faut investir sont créateurs d’emplois et même que plus nous investirons, plus nous aurons d’emplois demain. Il nous faut donc saisir pleinement l’occasion qui nous est aujourd’hui offerte de résoudre en partie la très grave crise de l’emploi dans laquelle nos pays sont – et vont être – plongés.

Etats-Unis : comme l’économie, le retour de l’emploi pas avant 2023

Etats-Unis : comme l’économie,  le retour de l’emploi pas avant 2023

 

Le président de la Réserve fédérale de Chicago, Charles Evans, membre aussi de la Fed considère que le redressement économique américain interviendra mais pas avant 2023. À noter que l’expert n’exclut pas une amélioration parallèle du chômage mais aussi une hausse de l’inflation.

«Je pense que le taux de chômage reviendra près de son niveau pré-pandémique de 3,5% d’ici fin 2023. Concernant l’inflation, le chemin est encore long», a détaillé le président de la Fed de Chicago lors d’une conférence virtuelle de l’université d’Oakland (Michigan).

La consommation devrait pourtant bondir, notamment au printemps, lorsque l’activité repartira avec la vaccination d’une large partie de la population. Les prix devraient donc grimper, d’autant plus que ceux de mars et avril 2020, auxquels ils seront comparés, étaient en chute à cause des premiers confinements. L’inflation sur un an pourrait alors dépasser les 2%, mais cela ne sera que temporaire. «Je m’attends à ce que l’inflation se stabilise et termine l’année dans une fourchette de 1,5% à 1,75%», a indiqué Charles Evans. En 2020, l’inflation annuelle était de 1,3%, en ralentissement par rapport à 2019, selon l’indice PCE, utilisé par la Fed.

L’objectif de croissance remis en cause par le ministre de l’économie

L’objectif de croissance remis en cause par le ministre de l’économie

Le ministre de l’économie se range à l’évidence, l’objectif d’une croissance de 6 % du PIB en 2021 sera inatteignable. D’ores et déjà nombre d’institutions ne prévoit pour la France qu’au mieux 4 % et encore à condition que la crise sanitaire soit mieux maîtrisée. Si le virus devait encore progresser comme il le fait actuellement en Europe, la zone économique pourrait bien même être menacée de quasi stagnation. Il y a en effet les conséquences des mesures restrictives sur l’appareil de production mais tout autant l’attentisme des investisseurs et des consommateurs. Certaines consommations ne pourront jamais être rattrapées, d’autres pourront lettre mais à condition d’offrir des perspectives crédibles de sortie de crise. Aujourd’hui la question se pose de savoir en effet si l’année 2021 sur la plan de la croissance économique.

La plupart des Etats envisage en effet comme d’ailleurs la banque centrale européenne de reporter les mesures de soutien économique et social car l’économie comme la société risque de se trouver jusqu’à la fin de l’année en situation sanitaire d’alerte. Les espoirs seraient donc reportés sur 2022.

Il sera donc très difficile pour la France d’atteindre une croissance de 6% en 2021 si un nouveau confinement est instauré, a estimé lundi Bruno Le Maire, soulignant qu’aucune décision n’avait encore été prise.

Le ministre de l’Economie, des Finances et de la relance s’exprimait sur l’antenne de Bloomberg TV.

États-Unis : les banques en bonne santé mais pas l’économie

États-Unis : les banques en bonne santé mais pas l’économie

 

 

C’est sans doute le paradoxe à savoir que le déversement presque sans limite de liquidités de la banque centrale n’a guère profité à l’économie réelle. Les banques ont été les principaux destinataires de cette politique accommodante. Pour autant elles ne se sont guère montrées très généreuses en matière de prêts aux entreprises et aux particuliers.

 

Les banques ont peut-être trop bien tiré les leçons de la dernière crise. Après avoir été renfloués avec de l’argent public et imposés avec une surveillance stricte, ils ont peu de raisons de prêter à des emprunteurs qui pourraient ne pas rembourser. Pendant ce temps, de nombreux propriétaires d’entreprise ne souhaitent pas emprunter aux conditions que les banques sont prêtes à offrir. La Réserve fédérale a constaté que même avant Covid-19, moins de la moitié des petites entreprises avaient utilisé une banque pour lever des fonds au cours des cinq dernières années. Parmi ceux qui ont demandé un financement, environ la moitié ont obtenu ce qu’ils demandaient.

Pour le président entrant Joe Biden et sa secrétaire au Trésor, choisissez Janet Yellen, cela présente un problème et une opportunité. Les banques sont en bonne santé, mais l’économie ne l’est pas. Si l’un veut aider l’autre, quelque chose devra donner.

 

 

JPMorgan est un exemple. Vendredi, le PDG Jamie Dimon a annoncé des revenus et des bénéfices records pour sa banque de 430 milliards de dollars, avec une augmentation de 34% des revenus de négociation par rapport à 2020. Sa banque a aidé ses clients à lever plus de 2 billions de dollars de capital. Et Dimon a des fonds qui lui sortent des oreilles. Les dépôts de détail de JPMorgan ont augmenté d’un tiers à près de 1 billion de dollars, et le capital est bien au-dessus des minimums réglementaires. Dimon fait souvent référence à son «bilan de forteresse», et le terme est de plus en plus approprié.

Pourtant, le portefeuille de prêts de Dimon, un gigantesque 985 milliards de dollars, n’a pas augmenté. L’augmentation nette de 19,2 milliards de dollars des prêts aux consommateurs et aux petites entreprises en 2020 peut être entièrement expliquée par des prêts dans le cadre du Programme de protection des paiements. Ces prêts de secours Covid-19 sont essentiellement soutenus par le gouvernement et ne absorbent pas le capital réglementaire. Sur une augmentation de 39 milliards de dollars des prêts non consentis aux consommateurs, plus de la moitié est allée à des clients de la division de la gestion de patrimoine.

JPMorgan est le plus grand prêteur américain à déclarer des bénéfices jusqu’à présent, mais ce n’est pas le seul à garder sa poudre sèche lorsqu’il s’agit de Main Street. Les prêts de Citigroup aux petites entreprises et aux consommateurs ont à peine augmenté. Wells Fargo a augmenté ses prêts aux petites entreprises d’environ 8 milliards de dollars au cours de l’année – bien qu’il ait également déclaré avoir financé environ 10,5 milliards de dollars de prêts PPP.

Bruno Lemaire soutient l’économie comme la corde soutient le pendu

Bruno Lemaire soutient l’économie comme la corde soutient le pendu

 

Changement de discours chez le ministre de l’économie il y a encore quelques semaines, Lemaire annonçait la fin du soutien indéfectible du gouvernement à l’économie et la remise à l’ordre du jour de la rigueur. Mais la pandémie version troisième phase est passée par là et le discours change encore.

 

À demi-mots Bruno Lemaire celui qui critiquait le slogan quoi qu’il en coûte de Macron revient sur ses déclarations antérieures récentes et annonce un prolongement des aides  économiques. Mais une aide  qui ressemble à la corde qui soutient le pendu.

 

La troisième vague explique sans doute ce nouveau revirement gouvernemental. On pensait en effet que 2021 serait l’année du redressement en tout cas d’un certain rattrapage. Le gouvernement avait même fixé une perspective d’augmentation de la croissance à 6 %. Un objectif plutôt en dessous de 5 % d’après des institutions internationales.

 

Un objectif qui pourrait être atteint sans mesures de confinement. Mais on s’oriente de plus en plus vers des mesures davantage respectives voire vers un confinement total en raison notamment de la progression du virus britannique.  Partout autour de la France, on reconfirme d’une manière ou d’une autre. C’est vrai en Allemagne, surtout en Grande-Bretagne, en Espagne. On voit mal pourquoi la France serait à l’abri le moment venu.

 

Du coup, de  nombreux d’activités vont continuer d’être interdites, paralysées ou en tout cas freinées. Pour l’hôtellerie restauration on escomptait au début de la crise un taux de défaillance de 30 % maintenant on envisage les 50 %. Les mêmes taux de faillite sont à prévoir dans nombre d’autres activités fortement touchées par les mesures respectives du gouvernement.

 

Il y a aussi et peut-être surtout la question du moral des investisseurs et des consommateurs. De ce point de vue, on vient de prendre connaissance que la la consommation avait chutée de 20 % en novembre. Un véritable plongeon qui ne rassure pas sur les résultats de 2021 mais surtout indique une tendance structurelle à la baisse pour la croissance. Tous les observateurs s’attendent à une vague de faillites sans précédent mécaniquement accompagnée d’une vague de licenciements qui va tuer le moral des acteurs économiques.

 

Alors que le soutien financier devait s’arrêter fin 2020 voire début 2021, le dispositif est prolongé voire amplifié aussi bien par exemple pour le chômage partiel, que pour le fonds de solidarité ou même la prolongation des délais pour le remboursement des emprunts type PGE.

 

La poursuite du soutien à ces entreprises se décline en plusieurs axes. D’abord, le maintien du dispositif de chômage partiel à 100 % aussi longtemps que les fermetures le nécessiteront. Le fonds de solidarité s’apprête ensuite à être, une nouvelle fois, musclé. « Il est évident que le plafond d’aides de 200.000 euros n’est pas suffisant pour les petites chaînes hôtelières, les groupes de restauration ou les salles de sport, a ainsi concédé Bruno Le Maire. Je souhaite que toutes ces entreprises puissent, au-delà de la subvention pour la perte de chiffre d’affaires, si elles ont des charges lourdes non couvertes, cocher une case supplémentaire et que cette compensation puisse aller jusqu’à 3 millions d’euros sur la période de crise. ». Le dispositif est en cours de négociation à Bruxelles et devrait être annoncé dans les prochains jours.

Le remboursement des prêts garantis par l’État (PGE) sera enfin assoupli. La Fédération bancaire française (FBF), que le ministre a applaudie, se déclarant prête à décaler automatiquement à 2022 la première année de remboursement de tous les prêts des secteurs fermés. « Nous aimerions que le différé de remboursement de deux ans puisse être automatique pour les entreprises du commerce, plaide Yohann Petiot, délégué général de l’Alliance de commerce, qui représente de grandes enseignes de l’habillement et des grands magasins. Mais ensuite, les difficultés à rembourser seront grandes… »

 

Quelle que soit l’issue des prochaines semaines, la France sortira de cette vaste épreuve passablement surendettée. Bercy table pour fin 2021 sur une dette équivalente à 122,4 % du PIB. Le ministre ex-LR, qui se présente depuis le début du quinquennat comme la vigie des finances publiques, est attendu sur ce point. Mais il assume là aussi ne pouvoir s’engager sur aucun calendrier. « Le rétablissement des finances publiques ne se fera que quand la crise sanitaire sera derrière nous », s’est-il contenté d’avancer, remettant donc l’effort de rationalisation des dépenses publiques à l’après-présidentielle de 2022.

Valoriser l’apport culturel à l’économie

Valoriser l’apport culturel à l’économie

 

L’économiste Françoise Benhamou considère, dans une tribune au « Monde », que la pandémie pourrait déboucher sur une offre culturelle moins mondialisée, plus diversifiée et prête à monétiser sa diffusion numérique.

 

 

Tribune. La crise que traversent actuellement les activités culturelles est le révélateur d’une révolution silencieuse, faite de quatre mouvements : la montée de l’événementiel, l’inscription dans la mondialisation, l’importance prise par le numérique et le poids croissant du secteur privé au sein de l’offre.

La pandémie a mis un coup d’arrêt à tout ce qui relève de l’événementiel : expositions, foires, spectacles, séances de cinéma, festivals. Or les modèles économiques de pans entiers de la culture se sont progressivement construits à partir des recettes de l’événementiel. Le système des foires empêché, le marché de l’art doit se réinventer. Fermés, les musées ne peuvent plus compter sur la billetterie. La programmation des maisons d’art lyrique et symphonique et des salles de musiques actuelles est durablement perturbée, les artistes internationaux étant empêchés de se déplacer. Les villes et régions, qui tentaient de s’inscrire dans cet ordre culturel mondialisé en soutenant des festivals attractifs et spécialisés, doivent y renoncer pour un temps indéterminé.

Quant au numérique, il a dicté la configuration des nouveaux modèles économiques de certains pans de l’industrie culturelle. L’épidémie vient casser le modèle lentement élaboré de l’artiste compensant la baisse des rémunérations issues de la musique enregistrée par les tournées et les spectacles. La longueur de l’épidémie entraîne des pertes sèches : il faut renoncer à jouer des œuvres nouvelles, et le numérique apparaît alors plus comme un pis-aller que comme un complément.

Nouveaux modèles

Enfin, dans un pays qui, comme la France, a su développer un maillage culturel public du territoire grâce à des bibliothèques, des salles de concerts, etc., la part du privé tend à être sous-estimée et regardée avec soupçon. Pourtant, l’action et l’offre culturelles sont aussi portées par le secteur associatif et par toute une constellation de grandes et petites entreprises et de commerces. Aux aides destinées à l’économie générale, tels le PGE [prêt garanti par l’Etat] ou le chômage partiel, se sont certes ajoutées des aides spécifiques. Mais cela n’empêchera pas certains de faire faillite et de concentrer cette offre dans des mains moins nombreuses.

La crise semble cependant dessiner de nouveaux modèles. Une économie plus modeste, avec des programmations qui évitent les dérives inflationnistes. Une économie attentive à ce que les productions nouvelles soient plus largement diffusées qu’aujourd’hui. Une économie plus vertueuse du point de vue de son empreinte écologique, avec une moindre propension à la circulation effrénée et coûteuse des œuvres et des stars. Une économie plus centrée sur le local, faisant appel à des artistes de la scène régionale, facteur de diversité culturelle. Une économie qui ne fait pas l’impasse sur le travail des associations, à la lisière du culturel et du social, ou du culturel et de l’éducatif. Une économie qui utilise le numérique pour ce qu’il apporte : entrer par effraction dans les foyers, faire connaître des œuvres et des lieux, mais qui doit être monétisé, même à petit prix. Le numérique a permis, pendant les confinements, de jouir d’une offre culturelle inventive et de faire vivre un patrimoine trop souvent conservé dans les tiroirs, mais il faut glisser de la gratuité destinée à fidéliser un public que l’on comptait retrouver rapidement vers la monétisation de l’offre, indispensable à deux titres : apporter des recettes et rompre avec l’idée que ce qui est culturel est gratuit et donc ne vaut rien.

Croissance France : l’économie replonge

Croissance France : l’économie replonge

Les grands médias et les lobbys économiques ont fait de place à l’écroulement de la consommation au mois de novembre. Au troisième trimestre, on avait noté une assez nette reprise de la consommation qui laissait espérer une croissance en baisse mais moins importante que prévu pour 2020 La recrudescence du virus a précipité l’économie française dans une nouvelle situation d’urgence. Après un troisième trimestre 2020 au plus haut, la consommation des Français a de nouveau plongé au mois de novembre.

Selon les chiffes de l’institut de statistiques publié ce vendredi 8 janvier, les dépenses de consommation ont chuté de 18,9% au moment de la mise en oeuvre du confinement annoncé par le président de la République Emmanuel Macron fin octobre. La fermeture des commerces jugés « non-essentiels » a provoqué cette baisse brutale. La réouverture de la plupart des commerces au début du mois de décembre et les fêtes de fin d’année devraient permettre de limiter la casse.

En fait il s’agit d’un phénomène conjoncturel mais aussi structurel. Depuis le début de la crise, la consommation des ménages français continue d’augmenter mais beaucoup moins vite qu’avant la crise. Entre 2000 et 2007, elle augmentait en moyenne de 2,2 % par an. Depuis 2008, la consommation augmente de seulement 0,9 % par an.  En 2019, les dépenses de consommation des ménages ont progressé de 1,5 %, soit une accélération par rapport à 2018 (+ 0,9 %). A l’exception de 1993 et de 2012, la consommation des Français, mesurée en volume, a augmenté chaque année depuis 1949.

 

La progression de la consommation subit des à-coups. La consommation de voitures est l’exemple le plus marquant. L’achat de véhicules représentait en 2014 près de 38 %  de  la consommation totale en valeur. Or ces achats étaient fortement liés aux dispositifs gouvernementaux, principalement à la prime à la casse. On note des pics de consommation après leur mise en place puis un recul des immatriculations. En 2014, l’achat d’automobiles s’est stabilisé (- 0,1 % en volume) après deux années de chute en 2012 (- 10,3 %) et en 2013 (- 7,9 %).

 

En valeur, le revenu disponible brut des ménages s’est accru en 2019 (+ 3,1 %) à un rythme quasiment similaire qu’en 2018 (+ 3 %). Dans le même temps, l’inflation a été de 1,1 % en 2019 contre 1,8% en 2018. En conséquence, le pouvoir d’achat des ménages a augmenté en 2018 et 2019, alors qu’il s’était contracté en 2012 et 2013.

Cette évolution favorable du pouvoir d’achat explique le redressement de la consommation des ménages en 2018 et 2019. Toutefois, leurs dépenses de consommation ont cru en 2019 de 1,6 point de pourcentage de moins que leur revenu disponible (+ 3,1 %). En conséquence, le taux d’épargne des ménages a progressé en 2019 pour atteindre 15 % du revenu disponible brut.

 

En 2019, la consommation effective des ménages français (c’est-à-dire incluant la consommation de services publics payés indirectement par les ménages) s’élevait à 1 668,2 milliards d’euros, soit près de 72 % du PIB.

 

En milliards d’euros Coefficient budgétaire en %
Produits alimentaires et boissons non alcoolisées 165,6 9,9
Boissons alcoolisées et tabac 48,2 2,9
Habillement et chaussures 44,9 2,7
Logement, chauffage, éclairage 332,1 19,9
Meubles, articles de ménage et entretien courant de l’habitation 57,9 3,5
Santé 50,5 3,0
Transports 178,8 10,7
Communications 29,2 1,8
Loisirs et culture 100,3 6,0
Éducation 6,2 0,4
Hôtels, cafés et restaurants 96,9 5,8
Autres biens et services 156,8 9,4
Correction territoriale -14,0 -0,8
Dépenses effectuées par des administrations et instituts au service des ménages 415,0 24,9
Dépense de consommation * 1 668,2 100,0

Chine : reprise en main de l’économie par le parti communiste

Chine : reprise en main de l’économie par le parti communiste

Lingling Wei, spécialiste de la Chine analyse la reprise en main de l’économie chinoise par le parti communiste

 

Longtemps méfiant vis-à-vis du secteur privé, Xi Jinping a décidé de le mettre au pas.

Le dirigeant chinois le plus puissant de sa génération veut encore renforcer l’emprise de l’Etat sur des sociétés qui, grandes ou petites, vont devoir suivre le mouvement. Pour ce faire, le gouvernement de la deuxième économie mondiale place des responsables du Parti communiste au sein des entreprises privées, en prive certaines de crédits et exige de leurs dirigeants qu’ils adaptent l’activité pour qu’elle serve les objectifs du pouvoir.

Celles qui sont considérées comme indisciplinées sont parfois même absorbées par des entreprises publiques.

Cette offensive s’explique par l’intime conviction des dirigeants chinois : même s’ils sont importants pour l’essor de la Chine, les marchés et entrepreneurs privés sont imprévisibles et Pékin ne doit pas réellement leur faire confiance. Dans un pays qui, cette année, a tout misé sur les directives de l’Etat pour assurer une reprise en V après le choc de la Covid-19, l’idée que la planification nationale est la meilleure solution pour gérer une économie complexe a fait de nouveaux adeptes.

Ces derniers mois, Xi Jinping n’a pas fait de mystère sur ses priorités. En septembre, le parti a publié de nouvelles règles applicables aux entreprises privées, leur rappelant qu’elles doivent servir l’Etat et promettant de recourir à l’éducation et à d’autres outils pour « renforcer encore et toujours l’idée que les entreprises privées sont placées sous la direction du parti ».

Quelques semaines plus tard, Xi Jinping intervenait lui-même pour empêcher l’introduction en Bourse d’Ant Group, une opération à 34 milliards de dollars. La raison ? L’entreprise donnait la priorité aux bénéfices, au détriment de l’objectif national de maîtrise des risques financiers.

Le message n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd : les patrons cherchent à réorienter leur activité pour apaiser Pékin ou renoncent purement et simplement à l’entrepreneuriat privé.

« Les petites entreprises comme nous n’ont pas le choix, il faut suivre le parti, déplore Li Jun, propriétaire d’un élevage de poissons dans la province du Jiangsu. Et même comme ça, on ne profite pas du tout des mesures publiques. »

A 50 ans, il a décidé de fermer son atelier de transformation de fruits de mer parce qu’il ne parvenait pas à obtenir de prêts bancaires, un problème récurrent pour les sociétés privées même si Pékin promet régulièrement de débloquer des crédits en leur faveur.

Mais cette vision implacable des prérogatives de l’Etat risque fort de miner l’innovation, l’esprit de compétition et l’énergie frénétique qui ont porté l’incroyable croissance qu’a connue la Chine ces dernières décennies. Les politiques économiques qui ont permis au géant du e-commerce Alibaba, au conglomérat technologique Tencent et à d’autres grands noms de voir le jour semblent sur le point de disparaître, préviennent des économistes en Chine et à l’étranger. Selon eux, les entreprises chinoises vont cesser de ressembler à leurs homologues américaines, portées par les forces du marché et dépendantes de l’innovation privée et de la consommation des ménages.

Le bureau de l’information du Conseil des affaires d’Etat, le gouvernement central, n’a pas souhaité répondre aux questions qui lui avaient été soumises pour le présent article.

Après avoir progressé pendant des décennies, le pourcentage d’investissement réalisé par les entreprises privées dans le secteur manufacturier et les infrastructures a amorcé un repli à partir de 2015 (il représentait alors plus de la moitié de la formation brute de capital fixe) et n’a cessé de reculer depuis lors.

C’est l’efficience de l’économie chinoise qui en a pâti. La quantité de capital nécessaire pour générer une unité de croissance économique a quasiment doublé depuis 2012, date de l’arrivée de Xi Jinping au pouvoir, selon le China Dashboard, un projet statistique qui réunit la société d’études de marché Rhodium et le think tank Asia Society Policy Institute. Cela s’explique en partie par le fait que les entreprises publiques chinoises, dont la taille a explosé, sont souvent moins productives que les sociétés privées, révèlent des statistiques officielles.

De leur côté, les responsables du parti voient la démarche comme un moyen d’enrayer les excès (de risque, de dette et d’argent) qui ont accompagné l’envol des entreprises privées. Mélange de marchés et d’interventionnisme musclé, le capitalisme d’Etat à la sauce Xi Jinping a survécu à une guerre commerciale avec les Etats-Unis et, si l’on se fie aux taux de croissance, surclassé les économies ouvertes.

Signe de la direction que prend désormais la Chine, de plus en plus d’entreprises publiques absorbent des sociétés privées, donnant un nouveau sens à la « réforme de l’actionnariat mixte » du gouvernement. L’idée originale, née à la fin des années 1990, était d’attirer les capitaux privés vers les sociétés publiques pour leur insuffler un dynamisme qui manquait souvent aux pachydermes étatiques.

Aujourd’hui, sous l’égide de Xi Jinping, les choses vont souvent dans l’autre sens : les géants publics mettent la main sur des sociétés privées de taille plus modeste pour les aider à avancer et modifient leurs stratégies pour qu’elles soient au service de l’Etat.

L’an passé, selon les données des entreprises cotées, le montant des opérations de rachat de firmes privées par des sociétés publiques a dépassé les 20 milliards de dollars, soit plus du double du niveau de 2012, dans des secteurs allant des services financiers à la pharmacie en passant par la technologie.

« Les entreprises publiques doivent jouer un rôle de premier plan et avoir une influence importante sur le bon développement des sociétés privées », résume un plan d’action publique pour les trois prochaines années, qui appelle également à davantage de fusions.

Beijing OriginWater Technology, prestataire de services de traitement des eaux usées qui figure parmi les concurrents de General Electric, en a fait les frais. L’entreprise a été créée en 2001 par Wen Jianping, un ingénieur qui avait fait ses études en Australie. Son ambition : traiter les eaux polluées de Chine et profiter de l’ouverture progressive de l’économie de son pays.

La demande augmentant, l’entreprise a prospéré et Wen Jianping est devenu milliardaire le jour de l’introduction en Bourse, en 2010. En 2018, il faisait son entrée dans le classement Forbes des Chinois les plus riches, avec une fortune dépassant 1,1 milliard de dollars.

Avec le temps, Wen Jianping a pris plus de risque, gageant sa participation pour emprunter plus et financer des projets plus ambitieux. La campagne de « désendettement » lancée par Xi Jinping pour enrayer la prise de risque excessive a forcé les entreprises à réduire leur dette et plombé les marchés actions, minant la valeur des titres de Wen Jianping. Ses créanciers ont commencé à demander le remboursement des prêts.

Pour couronner le tout, en 2018, l’Etat est en partie revenu sur une initiative qui permettait aux investisseurs privés de s’associer aux collectivités locales pour des projets d’infrastructure de grande ampleur, expliquant qu’il redoutait une explosion des dépenses. Les entreprises comme celles de Wen Jianping se sont retrouvées avec des projets inachevés et une dette à rembourser rapidement.

Une filiale de China Communications Construction, géant public de la construction chargé des projets d’infrastructure chinois à l’étranger, est venue à sa rescousse et a pris le contrôle de Beijing OriginWater pour plus de 440 millions de dollars. La participation de Wen Jianping est, elle, passée de 23 % à 10 %.

Désormais, plutôt que viser le marché local, Beijing OriginWater affirme vouloir appuyer le projet des Nouvelles routes de la soie, un gigantesque programme d’infrastructures défendu par Xi Jinping pour mettre les pays d’Asie, d’Europe et d’Afrique dans l’orbite de la Chine.

Plusieurs membres historiques du conseil d’administration ont été remplacés par des représentants nommés par la Commission d’administration et de supervision des actifs publics, à la fois autorité de réglementation et actionnaire majoritaire de grandes entreprises publiques, dont China Communications Construction.

Une offre de poste publiée en fin d’année dernière, au moment où la filiale de China Communications Construction rachetait Beijing OriginWater, détaillait les prérequis pour des postes de chefs de projet. Les candidats devaient notamment préciser leur sensibilité politique et posséder « un esprit de combativité sans faille ».

Interrogée, China Communications Construction a déclaré que l’acquisition de Beijing OriginWater était « une alliance des plus fortes ». Wen Jianping n’a pas souhaité commenter.

Lors d’un entretien accordé à l’hebdomadaire China Times l’an passé, il avait comparé les entreprises publiques à des arbres et les sociétés privées à des arbrisseaux. « A l’avenir, les arbres vont grandir et auront besoin de plus de terre, plus d’eau et plus de lumière, avait-il déclaré. Les arbrisseaux, eux, deviendront soit des branches de ces arbres soit de l’herbe, et l’herbe ne survivra pas. »

L’an passé, Zhuji Water Group, distributeur d’eau à gestion municipale de la province du Zhejiang, a dépensé 147 millions de dollars pour prendre 28 % du capital de Zhejiang Great Southeast, une société cotée qui fabrique des emballages en plastique et peinait à honorer ses dettes.

L’objectif, pour les dirigeants, était de faire de Zhuji Water un conglomérat possédant des hôtels, des biens immobiliers et toutes sortes d’autres actifs. L’acquisition de Great Southeast lui permettait également d’être cotée, a précisé l’un de ses dirigeants.

Mais, bien souvent, les responsables publics veulent surtout veiller à ce que les grandes entreprises privées suivent les objectifs et les politiques de Pékin. Pour y parvenir, l’Etat installe de plus en plus de comités du Parti communiste au sein des entreprises et les incite à peser dans les décisions.

Sanyue Industrial, fabricant de matériel électronique de Dongguan, a institué en octobre dernier le premier comité du parti de son entreprise, créée il y a onze ans. Une idée, raconte son patron Huang Shengying, qui lui a été soufflée par l’Etat.

Le comité, qui se compose de cinq membres du parti qui étaient déjà salariés de l’entreprise (dont deux issus du management), entend se réunir régulièrement pour « étudier l’esprit » des politiques publiques et des discours de Xi Jinping, précise Huang Shengying. « Pour survivre, il faut qu’on comprenne mieux l’orientation politique, déclare-t-il. Et on nous a dit que le renforcement du parti était bon pour le développement des entreprises. »

Trois autres entreprises privées de Dongguan (un fabricant d’électronique, un équipementier automobile et un chimiste) ont elles aussi récemment mis en place des comités du parti. Zhao Zhijia, responsable politique de Dongguan, explique que ces comités sont des « stations de rechargement rouge » et que « les entreprises intégreront l’essor du parti à leur culture ». « Tout le monde y gagnera », résume-t-il.

Pourtant, dans les faits, ces comités perturbent souvent les décisions des dirigeants et des conseils d’administration. Ces deux dernières années, selon des documents officiels, la cellule du parti de Baowu Steel Group, entreprise publique et premier aciériste de Chine, a organisé 55 réunions et examiné 137 propositions soumises par la direction. Elle en a modifié 16, qu’elle a ensuite envoyées au conseil d’administration de Baowu.

Et en a refusé d’autres, notamment un projet de levée de fonds pour une des filiales, estimant que le besoin de capitaux supplémentaires n’était pas clair, selon un article publié sur le site web de Baowu.

Sa préconisation : mettre davantage d’argent de côté pour aider les pauvres, quand bien même les bénéfices de la filiale cotée de Baowu avaient fondu de 42 % l’année précédente. L’éradication de la pauvreté est l’un des objectifs phares de Xi Jinping.

Les responsables chinois affirment que Xi Jinping ne veut pas miner l’entrepreneuriat ni éliminer les forces de marché. Il a promis de soutenir le secteur privé, qui génère la moitié des recettes fiscales de l’Etat et emploie 80 % de la main-d’œuvre urbaine.

Contrairement à ses prédécesseurs, qui avaient soutenu l’expansion du secteur privé, Xi Jinping entend surtout ramener les entrepreneurs dans le giron du parti.

Dans les hautes sphères du pouvoir, on explique que sa vision des choses a été influencée par les excès qui sont apparus pendant les mandats de Jiang Zemin et Hu Jintao, lors desquels la corruption et les dommages environnementaux étaient monnaie courante, ainsi que par les turbulences boursières qui ont marqué ses premières années de pouvoir.

Au départ, Xi Jinping était en effet ouvert à l’idée de poursuivre la réforme des marchés amorcée dans les années 1980 par Deng Xiaoping. Fin 2013, il s’était d’ailleurs engagé à donner « un rôle décisif » aux forces du marché. Il avait donné sa bénédiction à des régulateurs qui prônaient l’investissement en actions et avaient assoupli le contrôle des taux de change. Son administration avait même envisagé de nommer des professionnels de la gestion à la tête des entreprises publiques plutôt que des apparatchiks du parti.

Mais, les unes après les autres, ces idées ont mené au chaos. A l’été 2015, un krach boursier a plombé les marchés et mis Xi Jinping dans l’embarras. La décision de la banque centrale de laisser le yuan fluctuer plus librement n’a fait qu’amplifier l’agacement du grand public.

Lors de réunions à huis clos avec ses subalternes, le Président n’a pas caché son mécontentement, racontent des responsables proches du plus haut sommet de l’Etat, et a décidé d’utiliser la force publique pour résoudre ce qu’il considérait comme les problèmes du marché.

De hauts responsables du secteur public ont réussi à convaincre le gouvernement de renoncer à sa volonté de placer des gestionnaires plus libéraux à la tête des entreprises d’État.

Désormais, Pékin supervise directement 128 entreprises publiques. Même si elles étaient 140 en 2012, leur taille a beaucoup augmenté et, dans un contexte de consolidation menée par l’Etat pour créer des groupes d’envergure nationale, elles empiètent sur le secteur privé. Les collectivités locales gèrent, elles, des milliers d’autres sociétés.

Jusqu’à l’an passé, Xu Zhong était à la tête du département de recherche de la banque centrale chinoise. Il a publiquement critiqué la manière dont Pékin a géré l’allocation du crédit (qui a privé les entreprises non étatiques de financements), estimant qu’elle était la cause des problèmes de gouvernance et de distorsion du marché.

« Le principal problème institutionnel qui mène au chaos financier est le flou qui entoure la frontière entre Etat et marché », a-t-il écrit dans un article publié en décembre 2017. Lors d’un forum économique en février 2019, il a appelé à une plus grande responsabilité du gouvernement en matière de réforme des marchés.

Peu après, il a été muté à un poste dans une association réunissant des spécialistes du courtage.

« Le camp réformiste a disparu, souffle un économiste qui conseille le gouvernement. Aujourd’hui, il n’est pas particulièrement difficile de savoir ce qu’il veut comme réforme. »

En septembre, le changement de cap ne faisait plus aucun doute. Liu He, conseiller économique en chef connu pour son soutien aux réformes du marché, a résumé les projets de Pékin pour les trois prochaines années.

« Les entreprises publiques, a-t-il affirmé, doivent devenir le noyau concurrentiel du marché. »

Traduit à partir de la version originale en anglais

En Chine : nouvelle mainmise du parti sur l’économie

En Chine : nouvelle mainmise du parti sur l’économie

Selon un article paru dans le Wall Street journal et repris dans l’Opinion, le parti veut mettre un peu plus la main sur l’économie.

Le dirigeant chinois le plus puissant de sa génération, Xi Jinping,  veut encore renforcer l’emprise de l’Etat sur des sociétés qui, grandes ou petites, vont devoir suivre le mouvement. Pour ce faire, le gouvernement de la deuxième économie mondiale place des responsables du Parti communiste au sein des entreprises privées, en prive certaines de crédits et exige de leurs dirigeants qu’ils adaptent l’activité pour qu’elle serve les objectifs du pouvoir.

Celles qui sont considérées comme indisciplinées sont parfois même absorbées par des entreprises publiques.

Cette offensive s’explique par l’intime conviction des dirigeants chinois : même s’ils sont importants pour l’essor de la Chine, les marchés et entrepreneurs privés sont imprévisibles et Pékin ne doit pas réellement leur faire confiance. Dans un pays qui, cette année, a tout misé sur les directives de l’Etat pour assurer une reprise en V après le choc de la Covid-19, l’idée que la planification nationale est la meilleure solution pour gérer une économie complexe a fait de nouveaux adeptes.

Ces derniers mois, Xi Jinping n’a pas fait de mystère sur ses priorités. En septembre, le parti a publié de nouvelles règles applicables aux entreprises privées, leur rappelant qu’elles doivent servir l’Etat et promettant de recourir à l’éducation et à d’autres outils pour « renforcer encore et toujours l’idée que les entreprises privées sont placées sous la direction du parti ».

Quelques semaines plus tard, Xi Jinping intervenait lui-même pour empêcher l’introduction en Bourse d’Ant Group, une opération à 34 milliards de dollars. La raison ? L’entreprise donnait la priorité aux bénéfices, au détriment de l’objectif national de maîtrise des risques financiers.

Le message n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd : les patrons cherchent à réorienter leur activité pour apaiser Pékin ou renoncent purement et simplement à l’entrepreneuriat privé.

« Les petites entreprises comme nous n’ont pas le choix, il faut suivre le parti, déplore Li Jun, propriétaire d’un élevage de poissons dans la province du Jiangsu. Et même comme ça, on ne profite pas du tout des mesures publiques. »

A 50 ans, il a décidé de fermer son atelier de transformation de fruits de mer parce qu’il ne parvenait pas à obtenir de prêts bancaires, un problème récurrent pour les sociétés privées même si Pékin promet régulièrement de débloquer des crédits en leur faveur.

Mais cette vision implacable des prérogatives de l’Etat risque fort de miner l’innovation, l’esprit de compétition et l’énergie frénétique qui ont porté l’incroyable croissance qu’a connue la Chine ces dernières décennies. Les politiques économiques qui ont permis au géant du e-commerce Alibaba, au conglomérat technologique Tencent et à d’autres grands noms de voir le jour semblent sur le point de disparaître, préviennent des économistes en Chine et à l’étranger. Selon eux, les entreprises chinoises vont cesser de ressembler à leurs homologues américaines, portées par les forces du marché et dépendantes de l’innovation privée et de la consommation des ménages.

Le bureau de l’information du Conseil des affaires d’Etat, le gouvernement central, n’a pas souhaité répondre aux questions qui lui avaient été soumises pour le présent article.

Après avoir progressé pendant des décennies, le pourcentage d’investissement réalisé par les entreprises privées dans le secteur manufacturier et les infrastructures a amorcé un repli à partir de 2015 (il représentait alors plus de la moitié de la formation brute de capital fixe) et n’a cessé de reculer depuis lors.

C’est l’efficience de l’économie chinoise qui en a pâti. La quantité de capital nécessaire pour générer une unité de croissance économique a quasiment doublé depuis 2012, date de l’arrivée de Xi Jinping au pouvoir, selon le China Dashboard, un projet statistique qui réunit la société d’études de marché Rhodium et le think tank Asia Society Policy Institute. Cela s’explique en partie par le fait que les entreprises publiques chinoises, dont la taille a explosé, sont souvent moins productives que les sociétés privées, révèlent des statistiques officielles.

De leur côté, les responsables du parti voient la démarche comme un moyen d’enrayer les excès (de risque, de dette et d’argent) qui ont accompagné l’envol des entreprises privées. Mélange de marchés et d’interventionnisme musclé, le capitalisme d’Etat à la sauce Xi Jinping a survécu à une guerre commerciale avec les Etats-Unis et, si l’on se fie aux taux de croissance, surclassé les économies ouvertes.

Signe de la direction que prend désormais la Chine, de plus en plus d’entreprises publiques absorbent des sociétés privées, donnant un nouveau sens à la « réforme de l’actionnariat mixte » du gouvernement. L’idée originale, née à la fin des années 1990, était d’attirer les capitaux privés vers les sociétés publiques pour leur insuffler un dynamisme qui manquait souvent aux pachydermes étatiques.

Aujourd’hui, sous l’égide de Xi Jinping, les choses vont souvent dans l’autre sens : les géants publics mettent la main sur des sociétés privées de taille plus modeste pour les aider à avancer et modifient leurs stratégies pour qu’elles soient au service de l’Etat.

L’an passé, selon les données des entreprises cotées, le montant des opérations de rachat de firmes privées par des sociétés publiques a dépassé les 20 milliards de dollars, soit plus du double du niveau de 2012, dans des secteurs allant des services financiers à la pharmacie en passant par la technologie.

« Les entreprises publiques doivent jouer un rôle de premier plan et avoir une influence importante sur le bon développement des sociétés privées », résume un plan d’action publique pour les trois prochaines années, qui appelle également à davantage de fusions.

Beijing OriginWater Technology, prestataire de services de traitement des eaux usées qui figure parmi les concurrents de General Electric, en a fait les frais. L’entreprise a été créée en 2001 par Wen Jianping, un ingénieur qui avait fait ses études en Australie. Son ambition : traiter les eaux polluées de Chine et profiter de l’ouverture progressive de l’économie de son pays.

La demande augmentant, l’entreprise a prospéré et Wen Jianping est devenu milliardaire le jour de l’introduction en Bourse, en 2010. En 2018, il faisait son entrée dans le classement Forbes des Chinois les plus riches, avec une fortune dépassant 1,1 milliard de dollars.

Avec le temps, Wen Jianping a pris plus de risque, gageant sa participation pour emprunter plus et financer des projets plus ambitieux. La campagne de « désendettement » lancée par Xi Jinping pour enrayer la prise de risque excessive a forcé les entreprises à réduire leur dette et plombé les marchés actions, minant la valeur des titres de Wen Jianping. Ses créanciers ont commencé à demander le remboursement des prêts.

Pour couronner le tout, en 2018, l’Etat est en partie revenu sur une initiative qui permettait aux investisseurs privés de s’associer aux collectivités locales pour des projets d’infrastructure de grande ampleur, expliquant qu’il redoutait une explosion des dépenses. Les entreprises comme celles de Wen Jianping se sont retrouvées avec des projets inachevés et une dette à rembourser rapidement.

Une filiale de China Communications Construction, géant public de la construction chargé des projets d’infrastructure chinois à l’étranger, est venue à sa rescousse et a pris le contrôle de Beijing OriginWater pour plus de 440 millions de dollars. La participation de Wen Jianping est, elle, passée de 23 % à 10 %.

Désormais, plutôt que viser le marché local, Beijing OriginWater affirme vouloir appuyer le projet des Nouvelles routes de la soie, un gigantesque programme d’infrastructures défendu par Xi Jinping pour mettre les pays d’Asie, d’Europe et d’Afrique dans l’orbite de la Chine.

Plusieurs membres historiques du conseil d’administration ont été remplacés par des représentants nommés par la Commission d’administration et de supervision des actifs publics, à la fois autorité de réglementation et actionnaire majoritaire de grandes entreprises publiques, dont China Communications Construction.

Une offre de poste publiée en fin d’année dernière, au moment où la filiale de China Communications Construction rachetait Beijing OriginWater, détaillait les prérequis pour des postes de chefs de projet. Les candidats devaient notamment préciser leur sensibilité politique et posséder « un esprit de combativité sans faille ».

Interrogée, China Communications Construction a déclaré que l’acquisition de Beijing OriginWater était « une alliance des plus fortes ». Wen Jianping n’a pas souhaité commenter.

Lors d’un entretien accordé à l’hebdomadaire China Times l’an passé, il avait comparé les entreprises publiques à des arbres et les sociétés privées à des arbrisseaux. « A l’avenir, les arbres vont grandir et auront besoin de plus de terre, plus d’eau et plus de lumière, avait-il déclaré. Les arbrisseaux, eux, deviendront soit des branches de ces arbres soit de l’herbe, et l’herbe ne survivra pas. »

L’an passé, Zhuji Water Group, distributeur d’eau à gestion municipale de la province du Zhejiang, a dépensé 147 millions de dollars pour prendre 28 % du capital de Zhejiang Great Southeast, une société cotée qui fabrique des emballages en plastique et peinait à honorer ses dettes.

L’objectif, pour les dirigeants, était de faire de Zhuji Water un conglomérat possédant des hôtels, des biens immobiliers et toutes sortes d’autres actifs. L’acquisition de Great Southeast lui permettait également d’être cotée, a précisé l’un de ses dirigeants.

Mais, bien souvent, les responsables publics veulent surtout veiller à ce que les grandes entreprises privées suivent les objectifs et les politiques de Pékin. Pour y parvenir, l’Etat installe de plus en plus de comités du Parti communiste au sein des entreprises et les incite à peser dans les décisions.

Sanyue Industrial, fabricant de matériel électronique de Dongguan, a institué en octobre dernier le premier comité du parti de son entreprise, créée il y a onze ans. Une idée, raconte son patron Huang Shengying, qui lui a été soufflée par l’Etat.

Le comité, qui se compose de cinq membres du parti qui étaient déjà salariés de l’entreprise (dont deux issus du management), entend se réunir régulièrement pour « étudier l’esprit » des politiques publiques et des discours de Xi Jinping, précise Huang Shengying. « Pour survivre, il faut qu’on comprenne mieux l’orientation politique, déclare-t-il. Et on nous a dit que le renforcement du parti était bon pour le développement des entreprises. »

Trois autres entreprises privées de Dongguan (un fabricant d’électronique, un équipementier automobile et un chimiste) ont elles aussi récemment mis en place des comités du parti. Zhao Zhijia, responsable politique de Dongguan, explique que ces comités sont des « stations de rechargement rouge » et que « les entreprises intégreront l’essor du parti à leur culture ». « Tout le monde y gagnera », résume-t-il.

Pourtant, dans les faits, ces comités perturbent souvent les décisions des dirigeants et des conseils d’administration. Ces deux dernières années, selon des documents officiels, la cellule du parti de Baowu Steel Group, entreprise publique et premier aciériste de Chine, a organisé 55 réunions et examiné 137 propositions soumises par la direction. Elle en a modifié 16, qu’elle a ensuite envoyées au conseil d’administration de Baowu.

Et en a refusé d’autres, notamment un projet de levée de fonds pour une des filiales, estimant que le besoin de capitaux supplémentaires n’était pas clair, selon un article publié sur le site web de Baowu.

Sa préconisation : mettre davantage d’argent de côté pour aider les pauvres, quand bien même les bénéfices de la filiale cotée de Baowu avaient fondu de 42 % l’année précédente. L’éradication de la pauvreté est l’un des objectifs phares de Xi Jinping.

Les responsables chinois affirment que Xi Jinping ne veut pas miner l’entrepreneuriat ni éliminer les forces de marché. Il a promis de soutenir le secteur privé, qui génère la moitié des recettes fiscales de l’Etat et emploie 80 % de la main-d’œuvre urbaine.

Contrairement à ses prédécesseurs, qui avaient soutenu l’expansion du secteur privé, Xi Jinping entend surtout ramener les entrepreneurs dans le giron du parti.

Dans les hautes sphères du pouvoir, on explique que sa vision des choses a été influencée par les excès qui sont apparus pendant les mandats de Jiang Zemin et Hu Jintao, lors desquels la corruption et les dommages environnementaux étaient monnaie courante, ainsi que par les turbulences boursières qui ont marqué ses premières années de pouvoir.

Au départ, Xi Jinping était en effet ouvert à l’idée de poursuivre la réforme des marchés amorcée dans les années 1980 par Deng Xiaoping. Fin 2013, il s’était d’ailleurs engagé à donner « un rôle décisif » aux forces du marché. Il avait donné sa bénédiction à des régulateurs qui prônaient l’investissement en actions et avaient assoupli le contrôle des taux de change. Son administration avait même envisagé de nommer des professionnels de la gestion à la tête des entreprises publiques plutôt que des apparatchiks du parti.

Mais, les unes après les autres, ces idées ont mené au chaos. A l’été 2015, un krach boursier a plombé les marchés et mis Xi Jinping dans l’embarras. La décision de la banque centrale de laisser le yuan fluctuer plus librement n’a fait qu’amplifier l’agacement du grand public.

Lors de réunions à huis clos avec ses subalternes, le Président n’a pas caché son mécontentement, racontent des responsables proches du plus haut sommet de l’Etat, et a décidé d’utiliser la force publique pour résoudre ce qu’il considérait comme les problèmes du marché.

De hauts responsables du secteur public ont réussi à convaincre le gouvernement de renoncer à sa volonté de placer des gestionnaires plus libéraux à la tête des entreprises d’État.

Désormais, Pékin supervise directement 128 entreprises publiques. Même si elles étaient 140 en 2012, leur taille a beaucoup augmenté et, dans un contexte de consolidation menée par l’Etat pour créer des groupes d’envergure nationale, elles empiètent sur le secteur privé. Les collectivités locales gèrent, elles, des milliers d’autres sociétés.

Jusqu’à l’an passé, Xu Zhong était à la tête du département de recherche de la banque centrale chinoise. Il a publiquement critiqué la manière dont Pékin a géré l’allocation du crédit (qui a privé les entreprises non étatiques de financements), estimant qu’elle était la cause des problèmes de gouvernance et de distorsion du marché.

« Le principal problème institutionnel qui mène au chaos financier est le flou qui entoure la frontière entre Etat et marché », a-t-il écrit dans un article publié en décembre 2017. Lors d’un forum économique en février 2019, il a appelé à une plus grande responsabilité du gouvernement en matière de réforme des marchés.

Peu après, il a été muté à un poste dans une association réunissant des spécialistes du courtage.

« Le camp réformiste a disparu, souffle un économiste qui conseille le gouvernement. Aujourd’hui, il n’est pas particulièrement difficile de savoir ce qu’il veut comme réforme. »

En septembre, le changement de cap ne faisait plus aucun doute. Liu He, conseiller économique en chef connu pour son soutien aux réformes du marché, a résumé les projets de Pékin pour les trois prochaines années.

« Les entreprises publiques, a-t-il affirmé, doivent devenir le noyau concurrentiel du marché. »

Traduit à partir de la version originale en anglais

« Motiver les épargnants à relancer l’économie »!

« Motiver les épargnants à relancer l’économie »!

Un défi de taille que lance l’économiste Stéphanie Villers qui estime, dans une tribune au « Monde » qu’étant donné les marges budgétaires étroites du gouvernement, il faut inciter les ménages à consommer plus tout en fléchant leurs dépenses vers l’économie responsable et locale et orienter l’épargne restante vers le financement des entreprises de demain. Le problème est surtout de savoir si la confiance sera au rendez-vous pour convaincre les intéressés.

 

Tribune.

Il est difficile d’évaluer les désastres économiques de cette pandémie. Les prêts garantis par l’Etat (PGE) ont permis à une majorité d’entreprises de passer la première vague. Pour la seconde, le choc risque d’être insurmontable pour nombre d’entre elles. Les PGE ne peuvent pas tout. En effet, comment rembourser des emprunts quand les carnets de commandes se contractent invariablement ? Alors que faire ? Quelles mesures de très court terme peuvent éviter le pire ?

Des subventions pourraient permettre aux entreprises de garder la tête hors de l’eau. Mais, la France ne dispose pas de marges de manœuvre nécessaires pour offrir ces aides à grande échelle. Seuls les pays qui ont dégagé auparavant des excédents budgétaires peuvent se permettre, aujourd’hui, d’abonder les comptes d’exploitation des entreprises privées.

Une balle dans le pied

Après le passage de la deuxième vague, l’Etat va se retrouver sans réelle marge financière, ses caisses demeureront durablement vides. Le déficit public va atteindre plus de 10 % du produit intérieur brut (PIB) en 2020. Rappelons que le retour à l’équilibre budgétaire a été constamment annoncé, pourtant jamais atteint. L’Etat devra donc composer avec une nouvelle variable, l’épargne des Français pour financer l’économie de demain. Certains évoquent la nécessité de taxer ces liquidités pour rembourser une partie de la dette française ou pour qu’elles soient redistribuées.

Néanmoins, l’overdose fiscale exprimée notamment au travers du mouvement des « gilets jaunes » et la récession que nous sommes en train de subir, empêchent pour l’instant d’envisager cette issue. Jusqu’à la prochaine élection présidentielle, l’épargne sera « épargnée » de toute pression fiscale.

 

Lors du premier confinement, les épargnants français ont mis de côté 27 % de leur revenu disponible brut (contre 14 % en moyenne). En fin d’année, le gouvernement a de nouveau instauré des mesures de confinement pour limiter l’engorgement des hôpitaux. Elles déboucheront sur les mêmes conséquences. Ce qui n’a pas été acheté durant la fermeture des commerces ne sera pas dépensé ensuite, contrairement à ce qu’imaginait le gouvernement en garantissant la sauvegarde des revenus des ménages.

Avec les commerces non essentiels fermés, l’économie française s’est tiré une balle dans le pied en faisant la part belle aux mastodontes du numérique, Amazon en tête. L’épargne des Français va de nouveau progresser. Une grande partie de ces liquidités risquent de stagner dans les comptes courants ou dans l’épargne réglementée très peu rémunérée.

style=’box-sizing: inherit;font-size:1.6rem’ v:shapes= »_x0000_i1025″>

«Ecologie et démographie : enjeux majeurs de l’économie pour l’avenir »

«Ecologie et  démographie : enjeux majeurs de l’économie pour l’avenir »

Dominique Boulbès  , estime que l’évolution future de l’économie devra prendre en compte de paramètres majeurs à savoir l’écologie et la démographie (interview dans l’opinion)

 

Dominique Boulbès  Président du groupe Indépendance Royale, vice-président de la filière « Silver économie », en charge du volet croissance des entreprises, administrateur du Synapse, la fédération des entreprises spécialisées, président du pôle « Télémédecine et longévité » de l’Académie francophone de télémédecine et de eSanté, Dominique Boulbès est un entrepreneur engagé. Il est l’auteur de Vieillir – Le grand vertige (PhB Editions) et, en collaboration avec Serge Guerin, de La Silver économie – 60 acteurs de l’économie des 60 + (La Charte). Il milite pour une « approche holistique de l’économie des seniors. »

 

Interview

Un sondage Odoxa de novembre 2019 indique que la prise en charge du vieillissement est une préoccupation prioritaire pour 90 % des Français. L’inquiétude est-elle le carburant de la Silver économie ?

Ce sentiment traduit avant tout la puissance des évolutions démographiques et sociologiques qui transforment nos sociétés. C’est de ces changements structurels profonds que découle l’émergence de l’économie relative aux seniors. L’histoire des filières économiques est le miroir des évolutions socio-historiques. Le développement de l’électroménager a été concomitant de la libération de la femme, le boom de la voiture particulière de l’exode rural des ménages…

Quels sont les fondements socio-historiques de la Silver économie ?

A l’origine de tout, il y a un facteur démographique mondial. Peu de gens en ont conscience mais, à l’exception de l’Afrique, tous les continents sont engagés dans un processus de baisse des populations. Il prend sa source dans la diminution du nombre des jeunes et dans l’explosion du nombre des seniors. Nous sommes entrés dans l’ère de la post-transition démographique. Cette évolution a démarré chez les Européens il y a deux siècles, sous l’impact de l’amélioration des conditions de vie, qui ont fait reculer les taux de mortalité. Elle s’est accélérée ensuite avec le changement de mentalité vis-à-vis des femmes et la baisse du taux de fécondité. Aujourd’hui, sur le Vieux Continent, le seuil du renouvellement des générations, fixé à deux enfants par femme, n’est plus atteint partout.

Que prévoient les projections mondiales ?

La moitié de la population du globe est touchée. Les prévisions centrales de l’ONU étaient jusqu’alors l’atteinte d’un pic de 10,8 milliards d’habitants en 2100. Une étude scientifique publiée en juillet par l’université de Seattle prédit 9,7 milliards en 2064, puis un déclin jusqu’à 8,8 milliards en 2100. Elle rejoint le scénario bas de l’ONU : 7,3 milliards en 2100 – ce qui serait moins qu’aujourd’hui. La plupart des économies développées ont commencé à perdre de la population. En 2050, l’Italie aura fondu de 6 millions d’habitants, la Russie de 10 millions, le Japon, où l’évolution est la plus avancée, de 21 millions.

Qu’en est-il en France, où le taux de fécondité (1,87 enfant par femme en moyenne) résiste mieux ?

Notre pays ayant été l’un des premiers à entrer dans cette transition démographique, il a été le pionnier des politiques natalistes pour compenser sa faible densité de population. La France devrait passer de 67,8 millions d’habitants en 2020 à 74 en 2050, puis 76,4 en 2070, soit 12,7 % d’augmentation. Ce qui est peu connu est que ce supplément de 8,6 millions d’habitants enrichira uniquement la tranche d’âge des plus de 60 ans. Ils passeront de 17,8 à 26,4 millions. Les moins de 20 ans (16,5 millions aujourd’hui) stagneront, tout comme les 20-59 ans (33,5 millions). Ce rééquilibrage des masses en faveur des personnes âgées s’accompagne de l’apparition d’une nouvelle culture. Elle est un puissant carburant pour la Silver économie.

Qu’entendez-vous par « nouvelle culture » ?

Il se passe le même phénomène que lors de l’apparition de la culture « ado » aux Etats-Unis dans les années 1950-1960. Avant cette période, la figure de l’adolescent n’existait quasiment pas. L’élévation du niveau de vie a créé une classe moyenne importante. Progressivement, les enfants arrêtent de donner un coup de main aux champs, allongent leurs études. S’ouvre pour eux une nouvelle période de vie un peu déresponsabilisée entre 12 et 18 ans. « Nous, les ados », disent aujourd’hui les jeunes pour se distinguer du monde des adultes actifs. Ils revendiquent une culture à part : ce à quoi ils consacrent leur vie quotidienne, ce qu’ils consomment, les valeurs qu’ils revendiquent. Le même phénomène d’émergence d’une culture spécifique se produit depuis quelques années pour les seniors. Traditionnellement, un senior se définissait par rapport à sa vie passée. Ils commencent à mettre en avant leur nouvel état. Lors de la crise des Gilets jaunes, on a entendu sur les ronds-points : « nous, les seniors ; « nous, les retraités ». Une culture homogène est en train d’apparaître.

Partout se fissure le principe de la solidarité inter-générationnelle, la seule valeur encore unanimement partagée sur l’ensemble de la planète

La crise sanitaire n’a-t-elle pas accéléré la prise de conscience de ce fait socio-culturel ?

Cette crise lui donne du relief et l’accélère. Historiquement, c’est la première épidémie qui touche quasiment uniquement les personnes âgées : 91 % des victimes ont plus de 65 ans, l’âge moyen des décès est de 84 ans. Aujourd’hui, on constate que les débats se résument à l’équation suivante : cela vaut-il le coup de confiner toute une économie pour sauver une tranche d’âge à l’espérance de vie faible ? La Covid-19 pose brutalement et précisément une question jusqu’alors latente et globale. En témoigne la viralité de l’apostrophe « OK boomer ». En France, pour la première fois, un gouvernement a remis en cause le dogme de l’indexation des pensions sur l’inflation. La génération ayant endetté le pays et sacrifié l’environnement doit payer, a-t-on entendu dans les rangs de la majorité pour justifier ce tournant. Au Japon, l’opposition au « senior power » est encore plus vive. Partout se fissure le principe de la solidarité inter-générationnelle, la seule valeur encore unanimement partagée sur l’ensemble de la planète.

Mais le concept de « senior » apparaît encore assez flou…

Vous avez raison. Pour les hommes du marketing, ce sont les plus de 50 ans. Pour les Ehpad, ce sont les personnes âgées dépendantes, souvent des plus de 80 ans. Pour ma part, j’ai pris le parti de retenir l’âge de 60 ans. Car le « vieillissement » débute réellement avec le départ à la retraite. A ce moment-là, un vrai changement de vie s’opère et l’on se retrouve face à soi-même. Une rupture ontologique survient avec le monde des actifs dont les valeurs sont dominantes. En se focalisant sur le présent, en capitalisant sur l’expérience et les acquis, les seniors détonnent dans nos sociétés postmodernes très fortement inscrites dans le futur, où l’on se définit beaucoup plus par ce qu’on fait que par ce qu’on est, où le mythe de l’innovation est devenu central.

Ce choc n’est-il pas paradoxal alors que les innovations contribuent à améliorer la vie des seniors ?

On associe sans doute trop la Silver économie à la seule innovation numérique. Les seniors tirent d’abord profit des auxiliaires de vie à domicile et de l’aménagement de leurs logements : des fauteuils électriques pour monter l’escalier, des baignoires à porte. A l’exception de la téléassistance, devenue courante, le numérique, qui sera effectivement clé dans les années qui viennent, pose encore la question centrale des usages. Les seniors à l’aise avec les outils numériques n’expriment pas de besoins spécifiques. Les autres s’y convertiront-ils ?

L’âge moyen d’un acheteur de véhicule neuf est de 56 ans. Des secteurs ne le mettent pas en avant (l’automobile), d’autres le revendiquent (la cosmétique par exemple)

Quels sont les vrais gisements de la Silver économie ?

Trois cercles cohabitent. Le premier se compose des entreprises qui s’adressent aux 700 000 personnes âgées dépendantes. C’est le noyau historique. Le second, dont fait partie Indépendance Royale, regroupe les spécialistes du marché des seniors. Dans le troisième cercle, figurent tous les produits et services non estampillés « seniors » mais dont une partie croissante de la clientèle l’est. L’âge moyen d’un acheteur de véhicule neuf est de 56 ans. Des secteurs ne le mettent pas en avant (l’automobile), d’autres le revendiquent (la cosmétique par exemple). Quoi qu’il en soit, des pans entiers de l’activité vont se grisonner progressivement. La mue du secteur des banques et des assurances est déjà très avancée. Les groupes industriels Legrand et Saint-Gobain ont nommé des référents seniors et inaugurent de gammes spécifiques. Il se passe avec la Silver économie le même mouvement que pour la révolution numérique. Hier, c’était l’apanage de quelques mastodontes et start-up. Aujourd’hui, le commerce de proximité l’exploite pour survivre aux géants de l’e-commerce et au confinement.

L’avenir de la croissance passerait donc par la Silver économie ?

Les économies de demain sont celles qui prendront le virage des deux transitions majeures du XXIe siècle : la transition écologique et la transition démographique. Bonne nouvelle : le plan de relance français y fait référence. C’est pourquoi je milite pour une approche holistique de la Silver économie, incluant son troisième cercle et la puissance publique ; sans elle, il n’y aurait pas eu de Silicon Valley aux Etats-Unis.

«L’ écologique et la démographique : enjeux majeurs de l’économie pour l’avenir »

«L’ écologique et la démographique : enjeux majeurs de l’économie pour l’avenir »

Dominique Boulbès  , estime que l’évolution future de l’économie devra prendre en compte de paramètres majeurs à savoir l’écologie et la démographie (interview dans l’opinion)

Dominique Boulbès  Président du groupe Indépendance Royale, vice-président de la filière « Silver économie », en charge du volet croissance des entreprises, administrateur du Synapse, la fédération des entreprises spécialisées, président du pôle « Télémédecine et longévité » de l’Académie francophone de télémédecine et de eSanté, Dominique Boulbès est un entrepreneur engagé. Il est l’auteur de Vieillir – Le grand vertige (PhB Editions) et, en collaboration avec Serge Guerin, de La Silver économie – 60 acteurs de l’économie des 60 + (La Charte). Il milite pour une « approche holistique de l’économie des seniors. »

Interview

Un sondage Odoxa de novembre 2019 indique que la prise en charge du vieillissement est une préoccupation prioritaire pour 90 % des Français. L’inquiétude est-elle le carburant de la Silver économie ?

Ce sentiment traduit avant tout la puissance des évolutions démographiques et sociologiques qui transforment nos sociétés. C’est de ces changements structurels profonds que découle l’émergence de l’économie relative aux seniors. L’histoire des filières économiques est le miroir des évolutions socio-historiques. Le développement de l’électroménager a été concomitant de la libération de la femme, le boom de la voiture particulière de l’exode rural des ménages…

Quels sont les fondements socio-historiques de la Silver économie ?

A l’origine de tout, il y a un facteur démographique mondial. Peu de gens en ont conscience mais, à l’exception de l’Afrique, tous les continents sont engagés dans un processus de baisse des populations. Il prend sa source dans la diminution du nombre des jeunes et dans l’explosion du nombre des seniors. Nous sommes entrés dans l’ère de la post-transition démographique. Cette évolution a démarré chez les Européens il y a deux siècles, sous l’impact de l’amélioration des conditions de vie, qui ont fait reculer les taux de mortalité. Elle s’est accélérée ensuite avec le changement de mentalité vis-à-vis des femmes et la baisse du taux de fécondité. Aujourd’hui, sur le Vieux Continent, le seuil du renouvellement des générations, fixé à deux enfants par femme, n’est plus atteint partout.

Que prévoient les projections mondiales ?

La moitié de la population du globe est touchée. Les prévisions centrales de l’ONU étaient jusqu’alors l’atteinte d’un pic de 10,8 milliards d’habitants en 2100. Une étude scientifique publiée en juillet par l’université de Seattle prédit 9,7 milliards en 2064, puis un déclin jusqu’à 8,8 milliards en 2100. Elle rejoint le scénario bas de l’ONU : 7,3 milliards en 2100 – ce qui serait moins qu’aujourd’hui. La plupart des économies développées ont commencé à perdre de la population. En 2050, l’Italie aura fondu de 6 millions d’habitants, la Russie de 10 millions, le Japon, où l’évolution est la plus avancée, de 21 millions.

Qu’en est-il en France, où le taux de fécondité (1,87 enfant par femme en moyenne) résiste mieux ?

Notre pays ayant été l’un des premiers à entrer dans cette transition démographique, il a été le pionnier des politiques natalistes pour compenser sa faible densité de population. La France devrait passer de 67,8 millions d’habitants en 2020 à 74 en 2050, puis 76,4 en 2070, soit 12,7 % d’augmentation. Ce qui est peu connu est que ce supplément de 8,6 millions d’habitants enrichira uniquement la tranche d’âge des plus de 60 ans. Ils passeront de 17,8 à 26,4 millions. Les moins de 20 ans (16,5 millions aujourd’hui) stagneront, tout comme les 20-59 ans (33,5 millions). Ce rééquilibrage des masses en faveur des personnes âgées s’accompagne de l’apparition d’une nouvelle culture. Elle est un puissant carburant pour la Silver économie.

Qu’entendez-vous par « nouvelle culture » ?

Il se passe le même phénomène que lors de l’apparition de la culture « ado » aux Etats-Unis dans les années 1950-1960. Avant cette période, la figure de l’adolescent n’existait quasiment pas. L’élévation du niveau de vie a créé une classe moyenne importante. Progressivement, les enfants arrêtent de donner un coup de main aux champs, allongent leurs études. S’ouvre pour eux une nouvelle période de vie un peu déresponsabilisée entre 12 et 18 ans. « Nous, les ados », disent aujourd’hui les jeunes pour se distinguer du monde des adultes actifs. Ils revendiquent une culture à part : ce à quoi ils consacrent leur vie quotidienne, ce qu’ils consomment, les valeurs qu’ils revendiquent. Le même phénomène d’émergence d’une culture spécifique se produit depuis quelques années pour les seniors. Traditionnellement, un senior se définissait par rapport à sa vie passée. Ils commencent à mettre en avant leur nouvel état. Lors de la crise des Gilets jaunes, on a entendu sur les ronds-points : « nous, les seniors ; « nous, les retraités ». Une culture homogène est en train d’apparaître.

Partout se fissure le principe de la solidarité inter-générationnelle, la seule valeur encore unanimement partagée sur l’ensemble de la planète

La crise sanitaire n’a-t-elle pas accéléré la prise de conscience de ce fait socio-culturel ?

Cette crise lui donne du relief et l’accélère. Historiquement, c’est la première épidémie qui touche quasiment uniquement les personnes âgées : 91 % des victimes ont plus de 65 ans, l’âge moyen des décès est de 84 ans. Aujourd’hui, on constate que les débats se résument à l’équation suivante : cela vaut-il le coup de confiner toute une économie pour sauver une tranche d’âge à l’espérance de vie faible ? La Covid-19 pose brutalement et précisément une question jusqu’alors latente et globale. En témoigne la viralité de l’apostrophe « OK boomer ». En France, pour la première fois, un gouvernement a remis en cause le dogme de l’indexation des pensions sur l’inflation. La génération ayant endetté le pays et sacrifié l’environnement doit payer, a-t-on entendu dans les rangs de la majorité pour justifier ce tournant. Au Japon, l’opposition au « senior power » est encore plus vive. Partout se fissure le principe de la solidarité inter-générationnelle, la seule valeur encore unanimement partagée sur l’ensemble de la planète.

Mais le concept de « senior » apparaît encore assez flou…

Vous avez raison. Pour les hommes du marketing, ce sont les plus de 50 ans. Pour les Ehpad, ce sont les personnes âgées dépendantes, souvent des plus de 80 ans. Pour ma part, j’ai pris le parti de retenir l’âge de 60 ans. Car le « vieillissement » débute réellement avec le départ à la retraite. A ce moment-là, un vrai changement de vie s’opère et l’on se retrouve face à soi-même. Une rupture ontologique survient avec le monde des actifs dont les valeurs sont dominantes. En se focalisant sur le présent, en capitalisant sur l’expérience et les acquis, les seniors détonnent dans nos sociétés postmodernes très fortement inscrites dans le futur, où l’on se définit beaucoup plus par ce qu’on fait que par ce qu’on est, où le mythe de l’innovation est devenu central.

Ce choc n’est-il pas paradoxal alors que les innovations contribuent à améliorer la vie des seniors ?

On associe sans doute trop la Silver économie à la seule innovation numérique. Les seniors tirent d’abord profit des auxiliaires de vie à domicile et de l’aménagement de leurs logements : des fauteuils électriques pour monter l’escalier, des baignoires à porte. A l’exception de la téléassistance, devenue courante, le numérique, qui sera effectivement clé dans les années qui viennent, pose encore la question centrale des usages. Les seniors à l’aise avec les outils numériques n’expriment pas de besoins spécifiques. Les autres s’y convertiront-ils ?

L’âge moyen d’un acheteur de véhicule neuf est de 56 ans. Des secteurs ne le mettent pas en avant (l’automobile), d’autres le revendiquent (la cosmétique par exemple)

Quels sont les vrais gisements de la Silver économie ?

Trois cercles cohabitent. Le premier se compose des entreprises qui s’adressent aux 700 000 personnes âgées dépendantes. C’est le noyau historique. Le second, dont fait partie Indépendance Royale, regroupe les spécialistes du marché des seniors. Dans le troisième cercle, figurent tous les produits et services non estampillés « seniors » mais dont une partie croissante de la clientèle l’est. L’âge moyen d’un acheteur de véhicule neuf est de 56 ans. Des secteurs ne le mettent pas en avant (l’automobile), d’autres le revendiquent (la cosmétique par exemple). Quoi qu’il en soit, des pans entiers de l’activité vont se grisonner progressivement. La mue du secteur des banques et des assurances est déjà très avancée. Les groupes industriels Legrand et Saint-Gobain ont nommé des référents seniors et inaugurent de gammes spécifiques. Il se passe avec la Silver économie le même mouvement que pour la révolution numérique. Hier, c’était l’apanage de quelques mastodontes et start-up. Aujourd’hui, le commerce de proximité l’exploite pour survivre aux géants de l’e-commerce et au confinement.

L’avenir de la croissance passerait donc par la Silver économie ?

Les économies de demain sont celles qui prendront le virage des deux transitions majeures du XXIe siècle : la transition écologique et la transition démographique. Bonne nouvelle : le plan de relance français y fait référence. C’est pourquoi je milite pour une approche holistique de la Silver économie, incluant son troisième cercle et la puissance publique ; sans elle, il n’y aurait pas eu de Silicon Valley aux Etats-Unis.

BCE: de nouvelles mesures pour l’économie

BCE: de nouvelles mesures pour l’économie

La  banque centrale européenne prépare sans doute les esprits à une politique encore plus accommodante qui passerait notamment par un accroissement du volume d’actifs ou un prolongement de la maturité des emprunts. Bref, il s’agirait de créer encore davantage de liquidités. La BCE constate en effet que la reprise espérée au cours de l’été est loin d’être au rendez-vous du quatrième trimestre. Pire, la récession devrait affecter l’union européenne au quatrième trimestre.

Les très mauvais résultats pourraient créer une dynamique très négative avec une longue liste de plans de licenciement, de perte de l’emploi et de dégradation consécutive des comptes sociaux. Une situation de nature à peser sur le moral des consommateurs qui constituent dans nombre de pays le moteur de la croissance. Bref le contraire du cercle vertueux.-

Les membres du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) se sont donc accordés lors de leur réunion de fin octobre sur le constat qu’ils ne pouvaient pas s’autoriser la moindre complaisance face à la deuxième vague de la pandémie de coronavirus, préparant ainsi le terrain à de nouvelles mesures de soutien, montre le compte rendu publié jeudi.

La BCE avait déçu les marchés en mars pendant la première vague pandémique, les investisseurs jugeant trop timide sa réaction initiale à la crise.

“Tout signe de complaisance, même par inadvertance, pourrait être nuisible dans les circonstances actuelles”, explique le compte rendu des débats. “Des risques nets sur la croissance du PIB ont émergé pour le quatrième trimestre.”

La BCE a laissé sa politique monétaire inchangée le 29 octobre tout en ouvrant la voie à de nouvelles mesures de soutien au crédit et à l’économie en décembre.

États-Unis : Trump sabote le fonds de soutien à l’économie

États-Unis : Trump sabote le fonds de soutien à l’économie

 

Trump  continue la politique de terre brûlée dans tous les domaines ainsi il vient de demander l’annulation de 455 milliards destinés à la Fed pour soutenir l’économie.

La Fed a été prise de court par cette annonce qui intervient alors que la reprise économique marque le pas et que l’épidémie de coronavirus connaît un regain dans le pays.

“Je demande à la Fed de restituer au Trésor les fonds inutilisés”, a écrit Steven Mnuchin à Jerome Powell, refusant au passage de prolonger un programme que la Réserve fédérale juge crucial pour soutenir l’économie.

Dans un communiqué, la Fed a déploré la décision de Steven Mnuchin, disant qu’elle aurait souhaité “que l’ensemble des dispositifs d’urgence instaurés au cours de la pandémie de coronavirus continuent de jouer leur rôle de filet de sécurité pour une économie qui reste fragile et vulnérable”.

“Dans l’état dans lequel se trouve l’économie, (…) il est prudent de maintenir ces dispositifs”, a commenté Raphael Bostic, le président de la Fed d’Atlanta et possible secrétaire au Trésor de Joe Biden, dans une interview accordée à Bloomberg.

L’annonce faite jeudi par Steven Mnuchin est clairement une mauvaise nouvelle pour Joe Biden et risque de compliquer sa tâche quand son administration entrera en fonction.

“Une résiliation surprise (…) lie prématurément et inutilement les mains de l’administration entrante, et ferme la porte à d’importantes options de liquidités pour les entreprises au moment où elles en ont le plus besoin”, a déclaré Neil Bradley, directeur de la politique de la Chambre de commerce américaine.

Il s’agit également d’un revers pour les marchés financiers, très dépendants des mesures de soutien monétaire mais également budgétaire.

“Pendant environ trois semaines en janvier, les marchés fonctionneront sans le soutien dont ils bénéficient depuis le printemps”, a déclaré Michael Feroli, analyste de JPMorgan, en faisant référence au délai entre l’expiration des programmes de la Fed et l’intronisation le 20 janvier de Joe Biden, dont le secrétaire au Trésor pourrait décider de relancer les programmes en question.

L’annonce faite par Steven Mnuchin a fait baisser les contrats à terme sur les indices de Wall Street et les rendements de référence du Trésor américain.

L’élu démocrate James Clyburn, président de la commission à la Chambre des représentants sur la crise du coronavirus, a déclaré qu’il n’y avait “absolument aucune justification” pour Steven Mnuchin de suspendre ces programmes en pleine crise sanitaire et lui a demandé de revenir sur sa décision.

Le sénateur républicain Pat Toomey a de son côté salué la décision du secrétaire au Trésor.

« »Eviter l’effondrement de l’économie par un transfert des ressources ? »

« »Eviter l’effondrement de l’économie par un transfert des ressources ? »

 

L’économiste Antoine Monserand propose, dans une tribune au « Monde », un programme de transferts de revenus des ménages et des entreprises dont l’épargne ou l’activité a augmenté, vers ceux qui ont au contraire l’ont vu fortement réduite

Tribune.

 

Réticent à l’idée de perturber de nouveau l’économie après l’été 2020, l’exécutif a pris des mesures au compte-gouttes et trop tardives. Il a ainsi rendu le reconfinement inévitable, mené le pays droit à la saturation des services de réanimation, obligé les soignants à devoir bientôt choisir de nouveau à qui ils sauveront (ou non) la vie. Même lors de son allocution, le président de la République Emmanuel Macron a maintenu ce mot d’ordre : « L’économie ne doit ni s’arrêter ni s’effondrer ».

Pourtant, il existe une solution pour que l’économie s’arrête momentanément sans s’effondrer, sans augmenter ni les faillites, ni la pauvreté, ni le déficit. Pour le comprendre, il faut cesser de considérer l’économie comme une abstraction faisant magiquement apparaître – ou disparaître – des revenus et des emplois, mais plutôt examiner les flux et les stocks de monnaie.

Les revenus des uns ne sont rien d’autre que les dépenses des autres, et vice versa. Si les revenus de certains diminuent ou disparaissent pendant un confinement, ce n’est pas qu’ils se sont « évaporés », comme les centaines de milliards de dollars de valorisation boursière lors de la crise de 2008. C’est simplement que cet argent n’est pas passé d’un compte à un autre en échange de biens et services comme il l’aurait fait en temps normal.

Une grande solidarité nationale de crise

Lorsque la circulation de l’argent est bloquée, une partie du corps social est asséchée, pendant qu’une autre accumule les liquidités. Les inégalités explosent. En témoignent les chiffres de la Banque de France : entre mars et août 2020, les 20 % des Français les plus pauvres se sont endettés pendant que le reste des Français accumulait 86,6 milliards d’euros, dont environ 54 % pour les 10 % les plus riches.

Depuis septembre, le gouvernement n’a cessé d’envoyer des signaux et injonctions contradictoires. Il aurait été de la responsabilité – et même du devoir – de chacun de réduire les contacts au minimum… tout en consommant un maximum. Il fallait à tout prix « relancer la machine ». Mais n’y avait-il pas d’option moins absurde que de demander aux Français de se ruer dans les magasins, d’aller au restaurant trois fois par jour et en escapade en avion tous les week-ends ?

Qu’il s’agisse de la période de l’entre-deux confinements ou des confinements eux-mêmes, il faut faire circuler l’argent pour éviter que les inégalités et la crise sociale empirent. Le canal de la consommation est obstrué ? Utilisons celui de la fiscalité pour organiser une grande solidarité nationale de crise.

 

style=’box-sizing: inherit;font-size:1.6rem’ v:shapes= »_x0000_i1025″>

Fluctuations cycliques de l’économie pourquoi ?

 Fluctuations cycliques de l’économie pourquoi ?

 

Frédéric Gonand est professeur à l’Université Paris-Dauphine explique les facteurs explicatifs des fluctuations cycliques -notamment psychologiques- de l’économie dans une tribune de l’Opinion.,.

Le tassement des indicateurs d’activité industrielle sur les derniers mois inquiète les opérateurs de marché qui réclament des mesures de relance monétaire – comme s’il n’y en avait déjà pas eu assez dans le passé. En réalité, cette évolution des données de production manufacturière ne fait que prolonger le ralentissement de l’activité mondiale à l’œuvre depuis déjà plusieurs trimestres. La singularité de la situation vient du fait que les marges de manœuvre monétaire et budgétaire sont aujourd’hui très faibles.

Plutôt donc que de réaliser une prévision pour savoir si un cycle se retourne ou pas (il s’est déjà en bonne partie retourné), il peut être plus intéressant et plus fiable de regarder ce que la littérature économique des années 2010 a produit comme réflexions en matière de cycles économiques. La littérature publiée dans les meilleures revues scientifiques internationales délivre deux messages importants : l’importance du crédit hypothécaire dans les cycles (plutôt que le crédit aux entreprises) et l’importance des facteurs psychologiques dans les fluctuations cycliques.

Les facteurs psychologiques chez les agents pourraient expliquer jusqu’à la moitié des fluctuations cycliques de l’économie

Prêts hypothécaires. Des études ont montré que la part des prêts hypothécaires dans les crédits bancaires avait doublé au cours du XXe siècle, de 30 % à environ 60 % aujourd’hui. L’intermédiation entre l’épargne des ménages et l’investissement des entreprises contribue significativement moins au métier des banques qu’auparavant. Surtout, une étude sur trente pays au cours des 50 dernières années montre que l’expansion et la contraction de l’offre de crédit immobilier au ménage a été un facteur important des cycles : ce qui était vrai lors de la précédente récession de 2009 expliquerait aussi la plupart des cycles dans pas mal de pays depuis 50 ans. Il s’agit là d’un résultat nouveau. La littérature antérieure s’intéressait peu à la dette des ménages comme facteur de cycle et beaucoup plus aux chocs de technologie ou de revenu permanent. Aujourd’hui, dans la plupart des pays développés (sauf la France), la dette des ménages reflue et la dette des entreprises (sauf la France) n’est pas à des niveaux très élevés.

Le deuxième sujet évoqué par la littérature académique récente est l’influence croissante sur le cycle économique des anticipations et facteurs psychologiques. Les études montrent que le fonctionnement des médias, qui survalorisent des événements peu communs, peut avoir des effets significatifs sur le cycle économique. De même la recherche économique récente intègre les variables psychologiques pour étudier l’impact d’anticipations pas complètement rationnelles mais plutôt extrapolatives sur les fluctuations de l’économie. Plusieurs articles récents parus dans les meilleures revues internationales suggèrent ainsi que les facteurs psychologiques chez les agents pourraient expliquer jusqu’à la moitié des fluctuations cycliques de l’économie. Voilà qui constitue un résultat important à l’heure ou la politique monétaire joue un rôle plus central que jamais dans l’évolution de l’économie et notamment le façonnement des anticipations des agents.

Frédéric Gonand est professeur à l’Université Paris-Dauphine

1234567



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol